Pourquoi le mot «addiction» est-il si controversé? (2020)

Lien vers l'article original

Au moment de la rédaction de ce rapport, il existe maintenant de nombreux DE CAS y compris plusieurs examens de l'utilisation de la pornographie sur Internet, qui indiquent que l'utilisation compulsive de la pornographie sur Internet, comme les drogues ou l'alcool, crée une dépendance. Pourtant, certains chercheurs, scientifiques et même cliniciens refusent d'accepter que le sexe ou la pornographie sur Internet puisse devenir addictif. Il s'agit d'un groupe relativement petit mais, comme le dit le proverbe, petit ne signifie pas calme. En fait, ils sont très vocaux avec leurs affirmations et sont souvent cités dans les médias généraux comme des «experts» dans le domaine. L'un des plus importants a même offert une thérapie conseils via un site de came de pornographie sur Internet. En fait, une recherche occasionnelle sur Internet vous rapportera de nombreux articles prétendant "démystifier" le "mythe" de la dépendance au sexe et / ou au porno, citant quelques chercheurs et études qui soutiennent leur position "le porno est inoffensif" ou pour expliquer les effets négatifs signalés commephilosophie "Que vous êtes accro au porno qui pose problème, et non à vos habitudes de visionnage elles-mêmes. Il semble également y avoir une bataille actuelle et continue sur Twitter pour le cœur et l'esprit de quiconque se soucie d'écouter ce qui peut ou ne peut pas être appelé une «dépendance».

Pourquoi cela est-il ainsi? Quiconque se soucie de faire ses propres recherches sur la question trouvera de nombreuses études et un nombre croissant d'examens systématiques de la recherche (un examen systématique consiste à rechercher un sujet, à rassembler toutes les études que vous trouvez et à tenter de parvenir à un consensus sur ce que les études rapportent). Cependant, Gary Wilson du site Web Your Brain on Porn a un travail très approfondi de collationner une longue liste de critiques et d'études sur les effets du porno auxquelles vous pouvez accéder. ici - si vous avez une semaine gratuite pour les parcourir tous! Une chose que je peux vous dire en un coup d'œil, c'est que ces études sont toutes principalement des articles de recherche évalués par des pairs et certains sont des revues de la recherche. Il est difficile de contester le volume considérable de littérature sur le sujet, mais la T'war (guerre Twitter) fait rage. Il y a même poursuite judiciaire en cours indiquant que ce qui a commencé comme un débat universitaire devient maintenant sérieux dans le monde réel, avec un certain nombre de personnes intentant des poursuites en diffamation contre un chercheur en particulier qui semble avoir pris les choses très personnellement.

Ma propre revue approfondie de la littérature, que ma propre étude soutient, est que la recherche sur l'utilisation problématique de la pornographie penche vers la classification de ce phénomène comme une dépendance «comportementale». Cela signifie que la personne est «accro» à une activité ou à un comportement plutôt qu'à une substance. Association américaine de psychiatrie Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (DSM) a déjà inclus une dépendance comportementale dans sa catégorie intitulée «Toxicomanie et troubles addictifs» (APA, 2013). Cependant, il est intéressant de noter que la terminologie du DSM-5 n'utilise le mot «addiction» pour décrire aucun des diagnostics de cette catégorie, malgré l'utilisation du terme «addictif» dans le titre de la catégorie. En fait, comme Richard et al. (2019) soulignent, ils déclarent spécifiquement que l'utilisation du mot «addiction» a été supprimée en raison de sa «définition incertaine et de sa connotation potentiellement négative» (APA, 2013, p. 485). Malgré son statut d'invité apparemment maladroit / pas le bienvenu, le mot «addiction» refuse de quitter la fête gracieusement. Il continue à traîner dans l'usage courant et dans les cercles académiques et sociaux, se cachant comme un ami que personne ne veut admettre savoir.

Alors pourquoi le mot «addiction» est-il si controversé?

Au centre de cette tempête académique et des médias sociaux semble être le mot «addiction» lui-même. Afin de donner un sens au débat passionné qui fait toujours rage au moment où nous parlons, j'ai pensé qu'il serait peut-être temps d'examiner de plus près ce mot actuellement «à la mode», problématique mais toujours collant, «addiction». Premièrement, je regarderai quelques définitions, puis j'essaierai de regarder l'histoire du mot et enfin j'ajouterai ma propre et humble opinion à la fin.

Société américaine de toxicomanie (ASAM) définit la toxicomanie au sens large, comme «une maladie chronique primaire de la récompense cérébrale, de la motivation, de la mémoire et des circuits connexes. Le dysfonctionnement de ces circuits entraîne des manifestations biologiques, psychologiques, sociales et spirituelles caractéristiques. Cela se traduit par un individu recherchant pathologiquement une récompense et / ou un soulagement par la consommation de substances et d'autres comportements. La toxicomanie se caractérise par une incapacité à s'abstenir de façon constante, une altération du contrôle du comportement, une envie impérieuse, une diminution de la reconnaissance des problèmes importants avec ses comportements et ses relations interpersonnelles et une réponse émotionnelle dysfonctionnelle. »

La définition de la toxicomanie du Center on Addiction est similaire vaste«La toxicomanie est une maladie complexe, souvent de nature chronique, qui affecte le fonctionnement du cerveau et du corps. Il cause également de graves dommages aux familles, aux relations, aux écoles, aux lieux de travail et aux quartiers. Les symptômes les plus courants de la toxicomanie sont une perte de contrôle sévère, une utilisation continue malgré des conséquences graves, une préoccupation à l'égard de l'utilisation, des tentatives infructueuses de cesser de fumer, une tolérance et un retrait. »

Site de psychologie populaire, Psychology Today Etats qu'une «personne toxicomane utilise une substance ou adopte un comportement dont les effets gratifiants incitent fortement à répéter l'activité, malgré des conséquences néfastes. La dépendance peut impliquer l'utilisation de substances telles que de l'alcoolproduits à inhaler, opioïdes, cocaïneet nicotine, ou des comportements tels que le jeu. "

Les APS définit la dépendance en termes de critères de diagnostic liés aux troubles liés à la consommation de substances, et ne mentionne que les jeux de hasard et les jeux sur Internet comme exemples de dépendances comportementales conformément au DSM qu'il publie.

Bien sûr, il y en a d'autres mais je suis sûr que vous avez compris l'idée. Le thème commun semble être le suivant: la dépendance affecte le centre de récompense de la cerveau, ce qui amène la personne dépendante à vouloir se livrer à l'activité ou à utiliser la substance à plusieurs reprises, ce qui, à terme, empêche la personne d'arrêter ou de réduire sa consommation malgré le désir et face aux problèmes croissants causés par la dépendance . Mais que signifie le mot «addiction» et d'où vient-il?

Étymologie de la toxicomanie

Selon la Richard et coll.., (2019) le mot addiction a une histoire longue et intéressante. Il apparaît à l'origine dans la première république romaine. La racine latine addicere, a été utilisé comme terme juridique signifiant «parler». À la fin de la période romaine, il a également été utilisé pour décrire l'endettement, généralement en relation avec les dettes de jeu. À l'époque romaine, la personne (accro) qui possédait une dette de jeu était en quelque sorte attaché ou asservi à son débiteur jusqu'au paiement de la dette. À l'époque élisabéthaine, il était utilisé pour décrire un attachement intense à une personne, une cause ou un objet. La plupart du temps, le mot «toxicomane» était utilisé comme verbe, comme pour attacher ou se consacrer à quelque chose. Les attachements peuvent être positifs ou négatifs, donc l'utilisation du verbe était en soi neutre. Richard et al. (2019) soutiennent que c'est la flexibilité du mot dépendance et sa capacité à être utilisé pour dénoter un attachement extrêmement négatif ou positif qui a conduit à sa longévité et à sa popularité dans l'usage courant, ainsi qu'à provoquer une ambivalence diagnostique.

La connexion des mots addiction et attachement a beaucoup de sens pour moi cliniquement. Lorsque je dirigeais un groupe de rétablissement de la toxicomanie pour les délinquants, je commençais souvent le groupe par une activité qui comportait diverses définitions du mot «toxicomanie» afin de faciliter la discussion. Il y avait diverses définitions, dont certaines médicales, certaines de sources officielles telles que le DSM et certaines citations d'anciens utilisateurs célèbres. Je demanderais ensuite aux membres du groupe de choisir la citation qui, selon eux, décrit le plus leur propre expérience. Le plus souvent, les utilisateurs ont choisi une citation du Dr Patrick Carnes, (qui se spécialise dans le traitement de la dépendance sexuelle et a écrit plusieurs livres sur le sujet, notamment: Sortir de l'ombre ) dans laquelle il décrit la dépendance comme une «relation pathologique». Le fait que cette citation, écrite par un spécialiste de la dépendance sexuelle, soit celle que ces hommes choisiraient le plus souvent, m'intéresse. Ils décrivaient ensuite leur relation avec la drogue comme la relation la plus intime, la plus fiable et la plus cohérente qu'ils aient connue. Leur attachement à la drogue de leur choix était très réel et souvent, c'était la seule chose vers laquelle ils pouvaient se tourner pour se réconforter. La plupart de ces hommes avaient des antécédents de vie de famille dysfonctionnelle et abusive, et le plus souvent ils ont été déçus par les personnes mêmes auxquelles vous et moi nous attendons pouvoir faire confiance, encore et encore. Pas étonnant que leur attachement, leur dépendance à leur substance était si difficile à abandonner. Carnes poursuit en disant que la relation pathologique avec le sexe remplace une relation saine avec les gens. La même chose peut être dite pour les utilisateurs excessifs de substances, les problèmes de jeu et ceux qui consomment de la pornographie de manière compulsive, ce que ma propre recherche a documenté:

«Je n'ai pas vraiment de relations. C'est pourquoi je regarde du porno sur Internet. Mais à quelques reprises, je suis sorti de relations à court terme et j'ai ressenti un soulagement qui venait du fait de savoir que j'étais libre de retourner à la pornographie sur Internet, et je sais que cela ne peut pas être une bonne chose »

Si nous prenons le mot «dépendance» pour signifier simplement un attachement, une dévotion ou asservissement à quelque chose, que ce soit une substance, comme l'alcool ou la drogue, ou une activité, comme le jeu, les jeux ou la pornographie sur Internet, alors le terme dépendance semble convenir, au moins en tant que terme descriptif sinon diagnostique. Toute connotation négative au mot peut très bien être attachée à la substance ou au comportement qui devient problématique dans ce cas, et non au mot «dépendance» lui-même. En outre, ces gros titres affirmant que la dépendance à la pornographie «n'existe pas» ou est un «mythe» parce qu'elle n'est pas répertoriée comme diagnostic dans le DSM sont techniquement corrects, car, dans le DSM actuel, il n'y a pas de trouble avec le terme réel «dépendance »Répertorié du tout. Ce sont tous des troubles liés à la substance ou au comportement, comme les troubles liés à la consommation d'alcool ou aux opioïdes, etc. - même si tous ces troubles relèvent de la consommation de substances et des comportements addictifs.

Bonhomme (2001) a présenté un argument convaincant pour que le terme «dépendance sexuelle» décrive les phénomènes de problèmes de comportement sexuellement liés. Il a noté les similitudes entre les troubles de toxicomanie et la dépendance sexuelle et les a trouvés presque identiques. Au cours des 20 dernières années, les progrès de l'imagerie neuroscientifique ont montré que ces similitudes sont observables dans le cerveau. Donc, si le terme «toxicomanie» devait être retiré du débat, que resterait-il à débattre? Que l'utilisation excessive et compulsive du sexe ou de la pornographie ne fait pas de mal? Que les gens qui se décrivent comme accro à la pornographie sur Internet sont délirants ou ont tort? Je ne pense pas que ce soit utile du tout. Le fait est que l'utilisation problématique de la pornographie et du sexe sur Internet existe et constitue un véritable problème pour beaucoup. Ceux qui connaissent ce phénomène de première main se soucient sans aucun doute moins de ce que vous voulez appeler leur affliction, mais plutôt d'obtenir de l'aide, de récupérer et de guérir de ce problème, peu importe comment on l'appelle. En tant que conseiller, il ne m'appartient pas de débattre avec les clients pour savoir si leur problème est ou non une «véritable dépendance». Mon travail est d'écouter, d'aider à faciliter le changement et d'aider mon client à créer une vie meilleure pour lui-même et ses proches.

Association américaine de psychiatrie. 2013. Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux. 5e éd. Arlington, VA: auteur.

Goodman, A. (2001) Qu'y a-t-il dans un nom? Terminologie pour désigner un syndrome de comportement sexuel. Dépendance sexuelle et compulsivité. 8: 191–213, 2001. DOI: 10.1080 / 107201601753459919

Richard J. Rosenthal et Suzanne B. Faris. (2019) L'étymologie et les débuts de la `` dépendance '', Addiction Research & Theory, 27: 5, 437-449, DOI: 10.1080/16066359.2018.1543412