Commencez ici : l'évolution n'a pas préparé votre cerveau pour le porno d'aujourd'hui

tracer
Cet article est un court résumé de quelques concepts clés sur le porno et votre cerveau. Pour la science derrière cela, veuillez suivre tous les liens et lisez cette page. Certains liens renvoient à nos articles, qui à leur tour renvoient à des études. Pour une compréhension plus approfondie et des preuves supplémentaires, voir La page de recherche. Pour un contenu spécifique explorer FAQ sur le porno.

Que se passe-t-il lorsque vous déposez un rat mâle dans une cage avec un rat femelle réceptif ? D'abord, vous voyez une frénésie de copulation. Puis, progressivement, le mâle se fatigue de cette femelle en particulier. Même si elle en veut plus, il en a assez. Cependant, remplacez la femelle d'origine par une nouvelle, et le mâle ressuscite immédiatement et lutte galamment pour féconder sa. Vous pouvez répéter ce processus avec des femelles fraîches jusqu'à ce qu'il soit complètement anéanti.

C'est ce qu'on appelle la Effet Coolidge—La réponse automatique aux nouveaux partenaires. Fait intéressant, les hommes éjaculent plus de spermatozoïdes mobiles et ils le font plus rapidement quand ils voient une nouvelle star du porno. Cette réponse automatique puissante à la nouveauté érotique est ce qui vous a lancé devenir accro sur le porno internet.

Comme ce rat de laboratoire, vous avez un mécanisme primitif dans ton cerveau vous exhortant à fertiliser les femelles bidimensionnelles, les mâles (ou autre) sur votre écran. (Remarque: l'effet Coolidge se produit également chez les femmes. Des études montrent que, lorsqu'elles en ont l'occasion, les femelles chasseuses-cueilleuses sont pas moins promiscuité que les hommes.)

Circuits primitifs dans votre cerveau régissent les émotions, les pulsions, les impulsions et la prise de décision subconsciente. Ils font leur travail si efficacement que l'évolution n'a pas vu la nécessité de les changer beaucoup depuis avant les humains étaient des humains.

Plus de dopamine, s'il vous plaît

Pour vous, les rats, et tous les mammifères, le désir et motivation poursuivre des relations sexuelles découlent en grande partie d'un neurochimique appelé dopamine. La dopamine amplifie la pièce maîtresse de la partie primitive du cerveau, le système de récompense. C'est là que nous éprouvons des fringales et du plaisir, et où nous devenons accros.

plus de dopamine s'il vous plait, porno

L'ancien circuit de récompense vous oblige à faire des choses qui favorisent votre survie et transmettent vos gènes. Au sommet de notre liste de récompenses humaines se trouvent nourriture, sexe, amour, relation amicale, et nouveauté. Ceux-ci sont appelés «renforçants naturels», par opposition aux produits chimiques provoquant une dépendance.

La but évolutif de la dopamine est pour vous motiver faire ce qui sert vos gènes. Plus le jet est gros, plus vous voulez quelque chose. Pas de dopamine et vous l'ignorez simplement. Gâteau au chocolat et crème glacée—une grosse explosion. Céleri—pas tellement. La stimulation sexuelle offre la plus grande explosion naturelle de dopamine disponible pour votre circuit de récompense. L'un des surnoms de la dopamine est le "molécule de dépendance” car il joue un rôle central dans toutes les addictions.

Dopamine

Bien que la dopamine soit souvent qualifiée de « molécule de plaisir », elle est pas techniquement précis. La dopamine concerne principalement chercher et chercher pour les récompenses, le anticipation, les vouloir. La dopamine fournit le motivations et conduire poursuivre défaillances récompenses ou objectifs à long terme. Bien que controversé et loin d'être réglé, la « récompense » finale ou les bons sentiments découlent en grande partie de opioïdes (Et cannabinoïdes). Mettre tout simplement - la dopamine manque, les opioïdes aiment.

En tant que psychologue Susan Weinschenk a expliqué, le neurotransmetteur dopamine ne provoque pas de plaisir chez les gens, mais provoque plutôt un comportement de recherche. « La dopamine nous fait vouloir, désirer, chercher et chercher », a-t-elle écrit. C'est le système opioïde qui fait ressentir du plaisir. Pourtant, « le système dopaminergique est plus fort que le système opioïde," elle a expliqué. "Nous cherchons plus que nous ne sommes satisfaits." La dépendance peut être considérée comme vouloir courir amok.

Nouveauté, nouveauté, encore nouveauté

Poussées de dopamine pour la nouveauté. Une nouvelle voiture, un film qui vient de sortir, le dernier gadget… nous poursuivons tous les coups de dopamine. Comme pour tout ce qui est nouveau, le frisson s'estompe au fur et à mesure que la dopamine s'effondre.

Le roman porno a rendu les érections des hommes plus fortes (Wilson)

Voici comment L'effet Coolidge fonctionne: Le circuit de récompense du rat injecte de moins en moins de dopamine par rapport à la femelle actuelle, mais produit une forte poussée de dopamine pour une nouvelle femelle. Cela vous semble-t-il familier ?

Sans surprise, les rats et les humains n'est pas si différent quand ça vient to réponse à de nouveaux stimuli sexuels. Par exemple, quand chercheurs australiens (graphique) ont affiché le même film érotique à plusieurs reprises, les pénis des sujets de test et les rapports subjectifs ont tous deux révélé une diminution progressive de l'excitation sexuelle. Les "même vieux” devient juste ennuyeux. L'accoutumance indique une baisse de la dopamine.

Après 18 visionnements - juste au moment où les sujets du test s'assoupissaient - les chercheurs ont présenté un nouvel érotisme pour le 19th th visionnages. Bingo ! Les sujets et leurs pénis ont attiré l'attention. (Oui, les femmes ont montré des effets similaires.)

Cliquer pour la nouveauté

Le porno sur Internet est particulièrement attrayant pour le circuit de récompense parce que la nouveauté est toujours à portée de clic. Il peut s'agir d'un nouveau « compagnon », d'une scène inhabituelle, d'un acte sexuel étrange ou – vous remplissez le blanc. Avec plusieurs onglets ouverts et cliqués pendant des heures, vous pouvez découvrir plus de nouveaux partenaires sexuels toutes les dix minutes que nos ancêtres chasseurs-cueilleurs n'en ont connu au cours de leur vie. La recherche confirme cette anticipation de récompense et de nouveauté s'amplifie l'une l'autre pour augmenter l'excitation et recâbler le cerveau limbique. La pornographie sur Internet est ce que les scientifiques appellent un stimulus supranormal. Ce sont des stimuli qui sont des versions exagérées (peut-être synthétiques) de stimuli normaux, que nous percevons à tort comme extraordinairement précieux.

Stimulus supra normal

C'était le prix Nobel Nikolaas Tinbergen qui a inventé le terme stimulus supranormal (ou supranormale). Il a découvert que les oiseaux, les papillons et d'autres animaux pouvaient être dupés en préférant de faux œufs et partenaires. Les oiseaux femelles, par exemple, ont eu du mal à s'asseoir sur les œufs de plâtre plus grands que nature de Tinbergen, aux taches vives, tandis que leurs propres œufs pâles et tachetés ont péri sans surveillance.

évolution et stimulus supranormal

Les humains, comme les oiseaux, évaluent la valeur d'un stimulus via l'activation du circuit de récompense. C'est pourquoi l'excitation sexuelle libère les plus hauts niveaux de dopamine et les opioïdes – la reproduction est la première tâche de vos gènes.

Avec la pornographie sur Internet, il n'y a pas que le sexe sans fin nouveauté qui bourdonne notre système de récompense. La dopamine s'enflamme pour autres émotions et stimuli aussi, qui figurent souvent en bonne place lors de l'utilisation de la pornographie sur Internet :

Nouveauté puissante

Les mots et les images érotiques existent depuis longtemps. Ainsi a le ruée neurochimique de nouveaux compagnons. Pourtant, la nouveauté d'une fois par mois Playboy s'évapore dès que vous tournez les pages. Quelqu'un appellerait-il Playboy ou des vidéos softcore "choquantes" ou "angoissantes?" Est-ce que l'un ou l'autre violerait les attentes d'un garçon de plus de 12 ans alphabétisé en informatique? Ni l'un ni l'autre ne se compare à la «recherche et la recherche» d'une rôde porno Google à plusieurs onglets. Ce qui rend la pornographie sur Internet unique, c'est que vous pouvez garder votre dopamine augmentée en un clic de souris ou en appuyant sur un écran.

Beaucoup de ces mêmes états émotionnels (anxiété, honte, choc, surprise) non seulement élever la dopamine, mais chacun peut également stimuler les hormones du stress et les neurotransmetteurs (norépinéphrine, épinéphrine, cortisol). Ces substances neurochimiques du stress augmenter l'excitation tout en dopamine amplificatrice effets déjà puissants. Au fil du temps, le cerveau d'un utilisateur de porno peut confondre les sentiments de l’anxiété, accéder à un meilleur sommeil, ou peur pour sentiments d'excitation sexuelle. Cela aide à expliquer pourquoi certains utilisateurs de porno deviennent de plus en plus choquants ou anxiété invoquant le porno – car ils ont juste besoin de cette secousse neurochimique supplémentaire devenir sexuellement excité, ou à l'orgasme.

Qu'est-ce qui fait de la pornographie sur Internet un stimulus unique ?

Il est évident que le porno d'aujourd'hui est facile d'accès, disponible 24h/7, XNUMXj/XNUMX, gratuit et privé. Ce offre une nouveauté illimitée. La façon dont il est utilisé garde dopamine élevée pendant des périodes anormalement longues, ce qui rend la pornographie sur Internet unique et potentiellement addictive. Ceux qui conviennent qu'il existe une dépendance à la pornographie comparent souvent la pornographie sur Internet à des drogues addictives ou à des jeux vidéo. Alors que les dépendances comportementales et de substances partagent certains changements cérébraux, de telles analogies ne parviennent pas à adresser l'éléphant dans la pièce: nous possédons des circuits cérébraux pour le sexe, et ces circuits sont particulièrement vulnérable à l'adolescence (et quelque peu vulnérable aussi longtemps que nous vivrons).

expérience de visionnage de porno choc et surprise, recherche et recherche continues

Pour le dire autrement, il n'y a pas de circuits innés pour l'alcool, la cocaïne ou le tir à la première personne. Bien que tous puissent élever la dopamine du centre de récompense (nécessaire pour les changements cérébraux liés à la dépendance), aucun n'a le pouvoir de façonner notre modèle d'excitation sexuelle. La pornographie sur Internet peut modifier ou sculpter nos vastes circuits cérébraux pour la sexualité et la reproduction - en particulier pendant l'adolescence, lorsque le cerveau est très malléable et programmé pour tout savoir sur son environnement sexuel (afin de réussir à reproduire).

Le pouvoir de l'orgasme

Étant donné que l'orgasme est notre renforçateur naturel le plus puissant et que la reproduction de nos gènes est le premier travail, notre cerveau essaie de se souvenir de tout ce qui est associé à cette expérience puissante. Il le fait en reliant les associations à The Big Event (climax). Dans le cas de l'utilisation de la pornographie inclurait: le voyeurisme, la recherche / recherche et la nouveauté sans fin. Il peut également inclure des fétiches, plusieurs stars du porno, plusieurs onglets, des actes étranges, un choc, une surprise, de l'anxiété, etc.

(Remarque: nous ne traitons pas le impact psychologique sur les jeunes de dégénérer en porno hardcore de tous types imaginables et inimaginables, très excité – quelque chose que nos ancêtres ne pouvaient pas faire.)

Autres qualités qui distinguent la pornographie sur Internet des autres substances et comportements potentiellement addictifs :
  1. Des études révèlent que le porno vidéo est loin plus excitant que le porno statique.
  2. Pour augmenter l'excitation sexuelle (et augmenter la baisse de la dopamine), on peut instantanément changer de genre pendant une séance de masturbation. Cela ne pouvait pas être fait avant 2006 et l'arrivée de sites de tubes en streaming.
  3. Contrairement aux photos de personnes nues, les vidéos remplacent votre imagination et peuvent façonner votre goûts sexuels, humain, ou trajectoire (surtout si pour les adolescents).
  4. Le porno est stocké dans votre cerveau, ce qui vous permet de le rappeler chaque fois que vous avez besoin d'un "coup".
  5. Pour les aliments et les médicaments, il existe une limite physique à la consommation. Cependant, il n'y a pas de limites physiques à la consommation de pornographie sur Internet. Les mécanismes naturels de satiété du cerveau ne sont pas activés, à moins que l'on n'atteigne son paroxysme. Même alors, l'utilisateur peut cliquer sur quelque chose de plus excitant pour redevenir excité.la pornographie sur Internet a absolument changé les attentes de ma génération. John Mayer musicien
  6. Avec la nourriture et les drogues, on ne peut qu'escalader (un marqueur d'un processus de dépendance) en consommant plus. Avec la pornographie sur Internet, on peut escalader à la fois avec plus de nouveaux "partenaires" et en visionnant des genres nouveaux et inhabituels. C'est assez courant pour un utilisateur de porno passer au porno de plus en plus extrême. Un utilisateur peut également escalader en visionnant des vidéos de compilation ou en utilisant du porno VR.
  7. La l'âge des utilisateurs commencent regarder les questions érotiques. UNE cerveau de l'adolescent est à son apogée de production de dopamine et de neuroplasticité, ce qui en fait très vulnérable à la dépendance et conditionnement sexuel. Les animaux adolescents produisent niveaux plus élevés de DeltaFosB en réponse aux drogues et aux récompenses naturelles.

L'excitation sexuelle et les drogues addictives partagent des mécanismes cérébraux similaires

L'excitation sexuelle et les drogues addictives activent le exactement les mêmes cellules nerveuses du circuit de récompense. En revanche, il n'y a qu'un petit pourcentage d'activation des cellules nerveuses se chevauchent entreCerveau. Activation de la voie de la récompense par les drogues addictivesfr drogues provoquant une dépendance et autres récompenses naturelles telles que la nourriture ou l'eau. Activer les mêmes cellules nerveuses qui rendent la stimulation sexuelle si convaincante aide à expliquer pourquoi la méthamphétamine, la cocaïne et l'héroïne peuvent être si addictives.

Il est intéressant de noter que les héroïnomanes affirment souvent que la prise de vue « se sent comme un orgasme ». À l'appui de leur expérience, l'éjaculation imite les effets de la dépendance à l'héroïne sur les mêmes cellules nerveuses du circuit de récompense. Spécifiquement, l'éjaculation rétrécit les mêmes cellules nerveuses productrices de dopamine qui diminuent avec la consommation chronique d'héroïne. Cela ne veut pas dire que le sexe est mauvais. Il nous informe simplement que les drogues addictives détournent exactement les mêmes mécanismes qui nous poussent à retourner dans la chambre.

Changements au centre de récompense

Contrairement aux autres récompenses non médicamenteuses (mets délicieux ou sucre), mais semblable aux drogues d'abus, l'expérience sexuelle conduit à des changements durables dans le nombre et les types de récepteurs du glutamate du centre de récompense. Le glutamate est le principal neurotransmetteur qui transmet les informations des régions clés du cerveau au centre de récompense. Ces neuroadaptations rendent le centre de récompense beaucoup plus sensible aux images, aux sons, aux pensées ou aux souvenirs associés à une activité sexuelle potentielle.

De plus, les deux sexe et l'usage de drogues conduire à l'accumulation de DeltaFosB, une protéine qui active les gènes impliqués dans la dépendance. Les changements moléculaires qu'il génère sont presque identique pour le conditionnement sexuel et usage chronique de drogues. Qu'il s'agisse de sexe ou d'abus de drogues, des niveaux élevés de DeltaFosB reconnectent le cerveau pour avoir envie de « IT », quel que soit le « IT ». Les drogues addictives ne se contentent pas de détourner les cellules nerveuses précises activés lors de l'excitation sexuelle, ils cooptent les mêmes mécanismes d'apprentissage qui ont évolué pour nous faire désirer une activité sexuelle.

De plus, centre de récompense niveaux de dopamine pour l'excitation sexuelle rivaliser avec ceux vus avec des drogues addictives telles que la morphine, l'alcool et la nicotine (bien plus élevé que toute autre récompense naturelle). Des niveaux élevés de dopamine et d'opioïdes sont l'une des raisons pour lesquelles nous pouvons faire la différence entre manger une pomme et avoir un orgasme époustouflant.

La pornographie sur Internet est-elle addictive ?

Ainsi, des points de discussion familiers tels que ce commentaire réel s'effondrent : "Eh bien, de nombreuses activités augmentent la dopamine, donc la pornographie sur Internet n'est pas plus addictive que de regarder des couchers de soleil ou de jouer au golf.» C'est une citation d'un sexologue universitaire (avec une compréhension très superficielle). De même, dans la réponse du sexologue Marty Klein à un Article de Zimbardo & Wilson il a prétendu que le la réponse du cerveau à regarder du porno n'est pas différente de regarder un coucher de soleil:

"En outre, notre cerveau réagit de la même manière observable lorsque nous câlinons un petit-enfant ou profitons d'un coucher de soleil."

Marty Klein a affirmé que la réponse du cerveau à regarder du porno n'est pas différente de regarder un coucher de soleilL'affirmation de Klein a été testée et démystifiée il y a longtemps, dans une étude IRMf de 2000 : "Craving induit par les signaux de cocaïne : spécificité neuroanatomique pour les utilisateurs de drogues et les stimuli liés à la drogue. L’étude a montré que des toxicomanes à la cocaïne et des témoins en bonne santé visionnent des films sur: des personnes fumant du crack, des scènes de nature en plein air 1) et du contenu sexuel explicite 2). Les résultats: les toxicomanes à la cocaïne présentaient des schémas d'activation cérébrale presque identiques lorsqu'ils visionnaient du porno et lisaient des indices liés à leur dépendance. (Incidemment, les toxicomanes à la cocaïne et les témoins en bonne santé avaient les mêmes schémas d’activation du cerveau pour la pornographie.) Cependant, les schémas d’activation du cerveau lorsqu’ils regardaient des scènes de la nature étaient complètement différents de ceux observés lors de la visualisation pour du porn. Adieu point de discussion idiot!

Le concept important à retenir est que les médicaments peuvent activer les neurones « sexuels » et déclencher un buzz sans compromis. sexe réel. La pornographie sur Internet aussi. Le golf et les couchers de soleil ne le peuvent pas. D'ailleurs, le bon vieux rock & roll non plus.

La dépendance n'est pas nécessaire pour les changements cérébraux induits par la pornographie ou les effets négatifs

OK, vous l'avez compris : la pornographie sur Internet est un stimulus supranormal unique et une « machine à produire de la dopamine ». La question habituelle est :

"Quelles sont les conséquences possibles de toute cette dopamine? "

Cependant, la question la plus précise est :

"Quelles sont les conséquences possibles de toute cette dopamine en réponse à une combinaison de stimuli? (dans ce cas, de la pornographie sur Internet et un écran d'ordinateur).

Bien que les conséquences soient nombreuses, les changements cérébraux suivants jouent un rôle central dans la myriade de symptômes et d'affections observés :

1) Conditionnement sexuel

Cela se manifeste de deux manières générales :

  • Un type de conditionnement sexuel peut se résumer ainsi - "C'est comme ça que les gens ont des relations sexuelles, et c'est comme ça que je devrais le faire." Plus un article & populaire des articles concentrez-vous sur ce type de conditionnement sexuel, en particulier chez les adolescents. Bien qu'extraordinairement important, YBOP se concentre sur le deuxième type de conditionnement sexuel.
  • Un deuxième type peut être résumé comme - "C'est ce qui m'excite.” Cette forme d'apprentissage plus profonde et plus enracinée peut inclure: regarder du porno plus excitant que du vrai sexe, ou avoir besoin de cliquer d'une vidéo à l'autre pour rester sexuellement excité, ou la liste interminable de fétiches induits par le porno rapport d'utilisateurs.
2) Changements cérébraux liés à la toxicomanie

Ceux-ci se présentent sous de nombreuses formes. Ces changements cérébraux complexes sont sur le spectre et peuvent se produire sans développer une véritable dépendance (comme dans cette étude sur les utilisateurs de porno).

Voici un concept important: Conditionnement sexuel et addiction part l' même changement cérébral clé, se produisant dans le même structure, qui est initiée par le même signal biologique.Sensibilisation du cerveau aux images, aux sons, aux odeurs et aux sensations lors de la visualisation de porno

  • Le changement de cerveau s'appelle 'sensibilisation' (mais la dépendance à part entière implique également des changements cérébraux supplémentaires)
  • Cette structure est le centre de récompense (nucleus accumbens).
  • Le signal principal est bien sûr la dopamine.

La sensibilisation se produit lorsque le cerveau relie les images, les sons, les odeurs, les sensations, les émotions et les souvenirs associés à une grande récompense, comme se masturber au porno - créant une voie qui peut faire exploser notre centre de récompense à l'avenir. Lorsqu'elle est activée par des signaux ou des déclencheurs, cette voie crée des envies puissantes, difficiles à ignorer.

La frénésie de drogues ou de récompenses naturelles (porno, malbouffe) induit des niveaux élevés de dopamine, que votre cerveau primitif interprète comme : "Cette activité est vraiment, vraiment précieuse - et vous devriez la refaire encore et encore. " Bien sûr, rien n'est plus important pour votre cerveau primitif que de diffuser vos gènes, même si votre cerveau supérieur réalise que ce n'est qu'un écran. La dopamine nous aide à nous souvenir et à répéter ce qui (elle suppose) favorise la survie de nos gènes. Il y parvient en recâblant le cerveau.

Votre mécanisme de frénésie détourné : la dopamine induit DeltaFosB

A "Mécanisme de frénésie" est un avantage évolutif dans les situations où la survie est favorisée par le dépassement de la satiété normale. Pensez aux loups, qui ont besoin de ranger jusqu'à vingt livres d'une seule victime en une seule fois. Ou nos ancêtres, qui avaient besoin de stocker des calories de haute qualité sous forme de quelques kilos en trop pour un transport facile pour survivre aux moments difficiles. Ou la saison des amours, quand il y a un harem à imprégner. Dans le passé, de telles opportunités étaient rares et passaient rapidement. (Mise à jour: circuit alimentaire compulsif trouvé.)

Nos environnements ont radicalement changé. Internet offre des possibilités d'accouplement sans fin, que votre cerveau primitif perçoit comme réelles parce que vous les trouvez si excitantes. Comme tout bon mammifère le ferait, vous essayez automatiquement La dopamine monte en flèche en regardant du porno, puis DeltaFosB s'accumule, puis il recâble le cerveau pour le vouloir « ça »pour répandre tes gènes partout, mais il n'y a pas de fin à saison des amours.

Cliquez, cliquez, cliquez, masturbez, cliquez, cliquez, cliquez, masturbez, cliquez, cliquez, cliquez. Jour après jour, sans jamais donner à votre cerveau un repos bien mérité. Cela peut mettre votre mécanisme de frénésie en surmultipliée. Évolution n'a pas préparé ton cerveau primitif pour ce genre de stimulation non-stop.

Jackpot évolutif

La consommation excessive (alimentaire ou sexuelle) est le signal à votre cerveau primitif que vous avez décrocher le jackpot de l'évolution. Avec une surconsommation quotidienne continue, des niveaux élevés de déclencheur de dopamine la production de la protéine DeltaFosB. Surconsommation continue de récompenses naturelles (sexe, sucre, riche en gras, l'exercice aérobie) ou l'administration chronique de pratiquement n'importe quelle drogue d'abus provoque l'accumulation lente de DeltaFosB dans le circuit de récompense. DeltaFosB active certains gènes qui initient plusieurs changements cérébraux, notamment sensibilisation.

Surconsommation chronique → Dopamine → DeltaFosB → Sensibilisation

Il est important de comprendre que les drogues addictives ne provoquent une dépendance que parce qu'elles amplifient ou inhibent les mécanismes déjà en place pour des récompenses naturelles. L'un des DeltaFosB objectifs évolutifs est de motiver nous pour «obtenir pendant que l’obtention est bonne!» C'est un mécanisme de frénésie pour nourriture et reproduction, qui a bien fonctionné à d'autres époques et environnements. Avec l'avènement des versions supranormales des récompenses naturelles, cependant, cela rend les dépendances malbouffe et porno internet aussi facile que 1-2-3. Des cellules nerveuses qui se déclenchent ensemble, se connectent ensemble. Cela se produit en raison du visionnage de porno, ainsi que dans d'autres apprentissages

Sensibilisation : une super-mémoire pavlovienne se forme

L'apprentissage, la mémoire et les habitudes peuvent se résumer à l'ancien, mais vrai, en disant - "Des cellules nerveuses qui se déclenchent ensemble, se connectent ensemble. »

La recâbler derrière la dépendance provient en partie de DeltaFosB, qui renforce les connexions entre les cellules nerveuses, facilitant ainsi leur communication. Alors que DeltaFosB agit sur le circuit de récompense, des connexions nerveuses plus solides sont à l'origine de tout apprentissage. Ce processus est appelé neuroplasticité. Plus l'expérience est intense, plus plus fort les connexions. Plus les connexions sont fortes, plus il est facile pour les impulsions électriques de voyager le long de cette nouvelle voie.

Si le visionnage habituel de la pornographie a provoqué des changements cérébraux liés à la dépendance, vous avez forgé une ornière dans votre cerveau. Tout comme l'eau s'écoule par le chemin de moindre résistance, les impulsions, et donc les pensées, font de même. Comme pour toute compétence, plus vous pratiquez, plus c'est facile. Bientôt il devient automatique, sans aucune pensée consciente. Vous avez formé une profonde ornière pornographique dans votre cerveau appelée voie neuronale sensibilisée.

Conditionnement pavlovien

Voies sensibilisées peut être considéré comme Conditionnement pavlovien sur les turbos. Lorsqu'il est activé par pensées ou déclencheurs, les voies sensibilisées font exploser le circuit de récompense, déclenchant des envies difficiles à ignorer. Plusieurs études cérébrales récentes sur les utilisateurs de porno ont évalué la sensibilisation, et toutes ont rapporté la même réponse cérébrale que celle observée chez les alcooliques et les toxicomanes (sur les études 25 ont signalé une sensibilisation chez les utilisateurs de porno / les toxicomanes)

DeltaFosB se dégrade lentement et revient à des niveaux normaux environ 2 mois après la dernière utilisation d'un toxicomane. Même si DeltaFosB n'est plus présent, les voies sensibilisées restent, peut-être pour toute une vie. N'oubliez pas que le but de DeltaFosB est de promouvoir le recâblage du cerveau, de sorte que vous fassiez l'expérience d'une plus grande explosion de tout ce que vous avez surconsommé. Cette mémoire, ou apprentissage profondément enraciné, persiste longtemps après l'événement. La dépendance n'est pas vraiment un dommage - c'est principalement apprentissage pathologique.

Quand franchit-on la ligne?

Beaucoup posent la question évidente : «Combien c'est trop? » Cette question suppose que les effets du porno sont binaires. Autrement dit, vous n’avez pas de problème ou vous êtes accro à la pornographie. Cependant, les modifications du cerveau induites par la pornographie se produisent sur un spectre et ne peuvent pas être classées en noir et blanc, ni / ou. Demander où l'on traverse la ligne de démarcation ignore le principe de neuroplasticité: le cerveau apprend, change et s'adapte en permanence en fonction de l'environnement. Ne franchis pas la ligne. Combien de porno c'est trop ?

Des études révèlent que même une petite quantité de stimulation supranormale peut rapidement altérer le cerveau et changer le comportement.

Par exemple, il n'a fallu que 5 jours pour induire une sensibilisation marquée aux jeux vidéo chez les jeunes adultes en bonne santé. Les joueurs n'étaient pas accros, mais une activité cérébrale élevée était alignée sur des envies subjectives de jouer. Dans une autre expérience, presque tous les rats qui ont eu un accès illimité à la « nourriture de cafétéria » sont devenus obèses. Il n'a fallu que quelques jours de malbouffe pour que les récepteurs de la dopamine des rats diminuent (ce qui réduit leur satisfaction). Moins de satisfaction a poussé les rats à se gaver encore plus.

Plus de porno a plus d'impact

Quant à la pornographie sur Internet, cette Étude allemande sur les hommes pas accro au porno a trouvé des changements cérébraux liés à la dépendance et moins d'activation cérébrale au porno en corrélation avec plus de porno consommé. Un étude italienne ont constaté que 16% des lycéens qui consommaient du porno plus d'une fois par semaine avaient un désir sexuel anormalement faible. Comparez cela à 0% des utilisateurs non pornographiques déclarant un faible désir sexuel. De plus, chaque étude impliquant des hommes (sur les études 70) a signalé plus d'utilisation de porno liée à pauvres satisfaction sexuelle ou relationnelle. Ce qu'il faut retenir, c'est que la dépendance n'est pas nécessaire pour des changements cérébraux importants ou des effets négatifs.

contrôler les niveaux de dopamine (et l'excitation sexuelle) pendant le visionnage de porno, avec les clics d'une sourisEn termes simples, le conditionnement sexuel, la sensibilisation ou d'autres changements cérébraux liés à la dépendance se produisent sur un spectre. Sachez également que notre cerveau apprend et s'adapte constamment à l'environnement. La pornographie sur Internet, étant un stimulus supranormal ciblant les circuits sexuels innés, façonne le cerveau et modifie la perception.

C'est pourquoi poser des questions telles que "«Quelle est la définition du porno? » ou "Dans quelle mesure l'utilisation de la pornographie constitue-t-elle une dépendance?" sont trompeuses et non pertinentes. Le premier est comme demander si ce sont les machines à sous ou le blackjack qui mènent à une dépendance au jeu. Ce dernier est comme demander à une accro à la nourriture combien de minutes elle passe à manger.

Le centre de récompense (noyau accumbens) ne sait pas ce qu'est le "porno". Il n'enregistre que les niveaux de stimulation par pointes de dopamine. C'est de la physiologie, pas de la morale ou de la politique sexuelle.

Les toxicomanies ne sont pas les seules dépendances

Il est de notoriété publique que les substances qui augmentent la dopamine, comme l'alcool ou la cocaïne, peuvent créer des dépendances. Pourtant, seulement environ 10 à 20 % des les humains or animaux qui utilisent des drogues addictives (sauf la nicotine) jamais devenir toxicomanes. Cela signifie-t-il que le reste d'entre nous est à l'abri de la toxicomanie ? Peut-être. En matière de toxicomanie, les deux génétique et stress de l'enfance jouer des rôles importants.

Pourtant, lorsqu'il s'agit d'accéder sans restriction à des versions super stimulantes de récompenses naturelles, telles que mal bouffe, ou encore jeux vidéo, la réponse est aucune, bien que tous les utilisateurs ne deviennent certainement pas accros.

La malbouffe est riche en sucre, sel et graissePlusieurs études animales ont montré que la malbouffe est plus addictive que la cocaïne, (les rats préfèrent le sucre à la cocaïne) et que trop manger jusqu'à l'obésité peut entraîner changements cérébraux liés à la dépendance. En fait, lorsque les rats ont un accès illimité à la « nourriture de la cafétéria », près de 100% de frénésie à l'obésité. Le cerveau et les comportements des rats obèses reflètent ceux des toxicomanes. Ces mêmes rats ne mangent pas trop de nourriture pour rats ordinaire, tout comme les chasseurs-cueilleurs ne grossissent pas avec leur alimentation indigène.

Le pouvoir du sucre et des graisses

Cela aide à expliquer pourquoi 39% des adultes américains sont obèses et 75% ou plus sont en surpoids, même si aucun d'entre eux ne veut l'être. Avec le circuit de récompense de notre cerveau allumé, nous pouvons facilement réduire de 1500 calories dans les hamburgers, les frites et les milkshakes. Essayez de réduire les 1500 XNUMX calories de chevreuil séché et de racines bouillies en une seule séance (ou en une journée).

Aujourd'hui aliments riches en graisses/sucre et porno internet (vous lisez ceci) ont le potentiel d'accrochage encore plus de gens que de drogues. Ces versions supranormales des récompenses naturelles peuvent l'emporter sur notre mécanismes de satiété du cerveau—le sentiment « J'en ai fini »—parce que les calories concentrées et les possibilités de fertilisation sont les principales priorités de vos gènes. La raison hautement versions stimulantes de la nourriture et le sexe peut nous accrocher, même si nous ne sommes pas autrement sensibles à la dépendance, c'est que notre circuit de récompense a évolué pour nous conduire vers la nourriture et sexe, pas de drogue.

Pour le dire autrement, il n'y a pas de circuits innés de recherche d'héroïne, d'alcool ou de cocaïne. Pourtant, il existe divers circuits cérébraux consacrés à la recherche et à la consommation de nourriture et de sexe. Et, alors que nous aimons un bon repas, l'excitation sexuelle et l'orgasme libèrent le les plus hauts niveaux de récompenses neurochimiques (dopamine et opioïdes). C'est comme il se doit : la reproduction est le travail n°1 de nos gènes.

La dépendance comportementale et chimique partage bon nombre des mêmes mécanismes fondamentaux et changements cérébraux

Des recherches récentes révèlent que les dépendances comportementales (dépendance alimentaire, jeu pathologique, jeu vidéo, addiction à Internet et dépendance au porno) et la toxicomanie partagent bon nombre des mêmes mécanismes fondamentaux menant à un collection d'altérations partagées dans l'anatomie et la chimie du cerveau.

Cela n’est pas surprenant dans la mesure où les médicaments ne peuvent que renforcer ou inhiber les fonctions physiologiques existantes. La manière spécifique dont un médicament modifie la fonction cellulaire s'appelle son «mécanisme d'action». Toutes les drogues et tous les comportements susceptibles de provoquer une dépendance partagent un mécanisme d’action important: l’élévation de la dopamine dans l’enfant. noyau accumbens (également appelé centre de récompense).

Les changements cérébraux liés à la toxicomanie comprennent:

En termes simples et très généraux, les principaux changements fondamentaux au cerveau causés par la dépendance sont: 1) Sensibilisation, 2) Désensibilisation, 3) Circuits préfrontaux dysfonctionnels (hypofrontalité), 4) Circuits de stress dysfonctionnels. Tous les 4 de ces changements cérébraux ont été identifiés parmi les plus de 3 douzaines d'études basées sur les neurosciences sur les utilisateurs fréquents de porno et les toxicomanes sexuels:

1. Sensibilisation (réactivité et envies)

Les circuits cérébraux impliqués dans la motivation et la recherche de récompense deviennent hypersensibles aux souvenirs ou indices liés au comportement addictif. Cela se traduit par augmentation du «désir» ou du désir alors que le goût ou le plaisir diminue. Les signaux, comme allumer l'ordinateur, voir une fenêtre contextuelle ou être seul, déclenchent des envies intenses de porno. Celles-ci sont difficiles à ignorer. Certains décrivent une réaction pornographique sensibilisée comme «pénétrer dans un tunnel qui n'a qu'une seule issue: le porno». Peut-être ressentez-vous une accélération, un rythme cardiaque rapide, voire des tremblements. Tout ce que vous pouvez penser, c'est vous connecter à votre site préféré. Études rapportant une sensibilisation ou une réactivité aux signaux chez les utilisateurs de pornographie / les toxicomanes sexuels: 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10, 11, 12, 13, 14, 15, 16, 17, 18, 19, 20, 21, 22 , 23, 24, 25, 26, 27.

2. Désensibilisation (diminution de la sensibilité et de la tolérance aux récompenses)

Cela implique des changements chimiques et structurels à long terme qui laissent l'individu moins sensible au plaisir. La désensibilisation se manifeste souvent par une tolérance, qui est la nécessité d'une dose plus élevée ou d'une stimulation plus importante pour obtenir la même réponse. Certains utilisateurs de porno passent plus de temps en ligne, prolongeant les sessions par le biais de bordures, regardant lorsqu'ils ne se masturbent pas ou recherchant la vidéo parfaite pour terminer. La désensibilisation peut également prendre la forme d'une escalade vers de nouveaux genres, parfois plus difficiles et plus étranges, voire dérangeants. C'est parce que le choc, la surprise ou l'anxiété peuvent tous augmenter la dopamine et diminuer l'excitation sexuelle. Certaines études utilisent le terme «habituation» - qui peut impliquer des mécanismes d'apprentissage ou des mécanismes de dépendance. Études signalant une désensibilisation ou une accoutumance chez les utilisateurs de porno / toxicomanes sexuels: 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7.

3. Circuits préfrontaux dysfonctionnels (volonté affaiblie + hyper-réactivité aux signaux)

Le fonctionnement du cortex préfrontal dysfonctionnel ou des altérations des connexions entre le système de récompense et le cortex préfrontal entraînent une réduction du contrôle des impulsions, mais des envies plus grandes à utiliser. Ces circuits préfrontaux dysfonctionnels se manifestent par le sentiment que deux parties de votre cerveau sont engagées dans une lutte acharnée. Les voies de dépendance sensibilisées crient "Oui!" tandis que votre «cerveau supérieur» dit: «Non, pas encore! Alors que les parties de contrôle exécutif de votre cerveau sont dans un état affaibli, les voies de la toxicomanie gagnent généralement. Études faisant état d'un mauvais fonctionnement exécutif (hypofrontalité) ou d'une altération de l'activité préfrontale chez les utilisateurs de porno / toxicomanes: 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10, 11, 12, 13, 14, 15, 16, 17, 18, 19.

4. Système de stress dysfonctionnel (plus grandes envies et symptômes de sevrage)

Certains experts en toxicomanie considèrent la dépendance comme un trouble de stress, car la consommation chronique induit de multiples altérations du système de stress du cerveau et affecte également les hormones de stress circulantes (cortisol et adrénaline). Un système de stress défectueux entraîne un stress même mineur conduisant à des fringales et des rechutes, car il active de puissantes voies sensibilisées. De plus, cesser une dépendance active les systèmes de stress du cerveau, ce qui entraîne de nombreux symptômes de sevrage communs à toutes les dépendances, notamment l'anxiété, la dépression, l'insomnie, l'irritabilité et les sautes d'humeur. Enfin, une réponse au stress hyperactive inhibe le cortex préfrontal et les fonctions exécutives, y compris le contrôle des impulsions et la capacité à comprendre pleinement les conséquences de nos actions. Études indiquant un système de stress dysfonctionnel chez les utilisateurs de porno / dépendants du sexe: 1, 2, 3, 4, 5.

S'agit-il des seuls changements cérébraux? Non. Chacun de ces indicateurs généraux reflète plusieurs valeurs plus subtiles. altérations cellulaires et chimiques liées à la dépendance- tout comme le scan d'une tumeur cancéreuse ne montrerait pas les changements cellulaires / chimiques associés plus subtils. La plupart des changements plus subtils ne peuvent pas être évalués dans des modèles humains en raison du caractère envahissant des technologies requises. Cependant, ils ont été identifiés dans des modèles animaux. Voir cette revue décrivant les changements cérébraux dans les dépendances aux drogues et au comportement: Récompenses naturelles, neuroplasticité et toxicomanies non liées à la drogue (2011)

Plus de recherche de plaisir conduit à moins de plaisir (désensibilisation)

La surstimulation conduit à la désensibilisation des neurotransmetteurs traversant la fente synaptiqueComme la sensibilisation et les envies vous obligent à utiliser la pornographie, une surstimulation du circuit de récompense conduit à une rébellion localisée. Les cellules nerveuses bombardées par la dopamine disent «assez c'est trop». Si quelqu'un continue de crier, vous couvrez vos oreilles. Lorsque les cellules nerveuses envoyant de la dopamine continuent de pomper de la dopamine, les cellules nerveuses réceptrices couvrent leurs «oreilles» en réduire les récepteurs de la dopamine (D2). Pour aggraver les choses, les récepteurs D2 aident à freiner la surconsommation, leur perte signifie donc les envies sont plus difficiles à résister. La désensibilisation implique également une baisse de la dopamine et des opioïdes. Enfin, un Étude 2014 sur le scanner cérébral sur les utilisateurs de porno ont constaté qu'une plus grande utilisation de la pornographie était associée à une plus grande désensibilisation (perte de matière grise du circuit de récompense, moins d'excitation sexuelle).

Le cycle de désensibilisation imite d'autres addictions :

frénésie → fringales → réponse de plaisir engourdi → fringales → excès de frénésie → poursuite de la baisse de la dopamine, des opioïdes et de leurs récepteurs → poursuite de la désensibilisation…

Et bientôt, vous êtes accro au porno, car rien d'autre n'est aussi intéressant pour votre cerveau. Du point de vue de vos gènes, c'est la conception parfaite - pour vous permettre de fertiliser frénétiquement - avant que cette « opportunité d'accouplement précieuse » ne s'échappe.

Désensibilisation versus sensibilisation

La désensibilisation vous engourdit aux plaisirs quotidiens, tandis que la sensibilisation rend votre cerveau hyper-réactif à tout ce qui est associé à votre dépendance au porno. Heures supplémentaires, ce mécanisme à double tranchant peut faire vibrer votre circuit de récompense au soupçon d'utilisation de porno, mais moins enthousiaste lorsqu'il est présenté avec la vraie affaire. La désensibilisation n'est pas un "dommage". Vos cellules nerveuses pourraient reconstruire les récepteurs dopaminergiques ou opioïdes perdus en un éclair. Au contraire, la désensibilisation représente un système de rétroaction négative en overdrive (probablement maintenu par des changements épigénétiques).

Si ces deux changements neuroplastiques pouvaient parler, la désensibilisation serait en gémissement »,Je ne peux pas avoir de satisfaction». Tout est question de signalisation à faible dopamine. En même temps, la sensibilisation vous piquerait dans les côtes et vous dirait: "Hey mon pote, j'ai juste ce dont tu as besoin”, qui se trouve être la chose même qui a causé la désensibilisation.

Une réponse de plaisir engourdie (désensibilisation), combinée à une voie cérébrale profonde menant à des fringales et à un soulagement à court terme (sensibilisation), est ce qui motive la plupart des dépendances.

Escalade et recâblage

Développement tolérance (réponse de plaisir engourdi) signifie qu'un toxicomane a besoin de plus de sa « drogue » pour obtenir le même effet. Les gros utilisateurs de porno remarquent parfois qu'à mesure que la tolérance se développe pour leurs goûts antérieurs, ils prennent de nouvelles directions dans leur recherche d'une excitation intense. Beaucoup cherchent quels chocs peut-être parce que "interdit" et "produisant la peur", plus l'excitation sexuelle, offrent un plus grand coup de pied chimique cérébral… au moins pendant un certain temps.

Il n'est donc pas rare de débuter sa carrière dans le porno avec une image des fesses fines d'une célèbre bombasse. Et quelques mois plus tard, découvrez que vous avez « progressé » vers des filles avec des chèvres ou des scènes de viols violents. Gardez à l'esprit Développer la tolérance (réponse de plaisir engourdi) signifie qu'un toxicomane a besoin de plus de sa « drogue » pour obtenir le même effet. Cela s'applique également au porno.que quand un toxicomane passe à de nouveaux genres ou enregistre plus d'heures d'utilisation en quête de satisfaction, il est poussé par la désensibilisation. Son orientation sexuelle fondamentale n'a pas changé.

Escalade des changements cérébraux

Enfin, les scientifiques commencent à rattraper leur retard sur l'expérience des utilisateurs de porno d'aujourd'hui. Cette Étude belge 2016 ont constaté que la moitié des hommes interrogés étaient passés à du matériel qu'ils avaient précédemment trouvé "inintéressant ou dégoûtant". Quels changements dans le cerveau sous-tendent une telle escalade généralisée ? En 2014, un Équipe de Cambridge l'utilisation d'analyses cérébrales a révélé que les utilisateurs de porno problématiques s'habituaient aux images plus rapidement que les témoins et étaient plus attentifs à la nouveauté. Fait intéressant, ils n'étaient pas plus enclins à la recherche de sensations que les témoins, ce qui suggère que leur utilisation de la pornographie a peut-être été la variable clé.

En bout de ligne: le plus intense les événements associés (orgasme + vidéo), ou plus ils sont répétés, plus le câblage est fort. Chaque expérience câble les nouveaux goûts dans le cerveau. Si votre sexuelle les goûts ont changé Votre cerveau aussi. À ce jour, plus de 45 études ont rapporté des résultats compatibles avec une escalade (tolérance) ou une accoutumance à la pornographie actuelle.

Évaluation de la dépendance

Certains croient encore que seuls les produits chimiques, et non des comportements tels que porno internet consommation, peut provoquer une dépendance. Cependant, les neuroscientifiques qui étudient les effets de la dépendance sur le cerveau savoir différemment. Les experts dans le domaine définissent la dépendance de plusieurs manières. Un modèle simple pour comprendre la dépendance consiste à appliquer les quatre C:

  1. Compulsion à utiliser
  2. Suite utiliser malgré les conséquences néfastes
  3. Incapacité à Le contrôle utilisé
  4. Envie - psychologique ou physique

Les opposants à la dépendance à la pornographie ont souvent proclamé que l'absence d'études pornographiques sur les symptômes de sevrage et la tolérance (le besoin de plus de stimulation pour obtenir le même effet) signifiait que «la dépendance au porno n'existe pas». En fait, ni la tolérance ni les symptômes de sevrage brutal ne sont une condition préalable à la dépendance. Par exemple, les toxicomanes à la cigarette et à la cocaïne peuvent être complètement accrochés. Cependant, leur expérience de sevrage est généralement modérée par rapport aux alcooliques ou aux héroïnomanes. (Ce que partagent tous les tests d'évaluation de la toxicomanie, «une utilisation continue malgré des conséquences négatives». Ce sont des preuves fiables de la toxicomanie.)

Les symptômes de sevrage

Cependant, dans les forums que je surveille les anciens utilisateurs de porno rapportent régulièrement des rapports étonnamment sévères les symptômes de sevrage, qui rappellent les sevrages de drogue : insomnie, anxiété, irritabilité, sautes d'humeur, maux de tête, agitation, manque de concentration, fatigue, dépression, paralysie sociale et la perte soudaine de libido que les gars appellent la « ligne plate » (apparemment unique au sevrage porno) . Prendre ce quiz pour voir si le processus de dépendance s'installe dans votre cerveau.

Enfin, ce n'est qu'en 2017 que quatre équipes de recherche ont demandé aux internautes pornographiques directement sur les symptômes de sevrage. Tous les symptômes de sevrage signalés chez les «utilisateurs de porno problématiques» : 1, 2, 3. 4.

En outre, les universités de Swansea et de Milan ont signalé que les toxicomanes d'Internet, dont la plupart avaient accédé à la pornographie ou au jeu, souffraient d'une forme de dinde froide. quand ils ont cessé d'utiliser le web, tout comme les gens qui sortent de la drogue.

En ce qui concerne la tolérance, 4 études ont maintenant interrogé directement les utilisateurs de porno sur l'escalade vers de nouveaux genres ou la tolérance, confirmant les deux (1, 2, 3, 4). Utilisant diverses méthodes indirectes, une étude 45 supplémentaire ont rapporté des résultats compatibles avec une accoutumance au «porno ordinaire» ou une escalade vers des genres plus extrêmes et inhabituels. Tous les signes de tolérance.

La American Society of Addiction Medicine (ASAM) : « Les addictions aux comportements sexuels existent !

Les vrais experts en toxicomanie, les Société américaine de médecine de toxicomanie, souligner ce concept simple basé sur des décennies de recherche : Présenter les signes, les symptômes et les comportements associés à la toxicomanie indique la changements cérébraux sous-jacents sont produites.

Logo ASAM. Société américaine de médecine de toxicomanieLa American Society of Addiction Medicine (ASAM) a martelé ce qui aurait dû être le dernier clou du cercueil du débat sur la dépendance au porno en août 2011, dix mois après la mise en ligne de YBOP. Les meilleurs experts américains en toxicomanie à l'ASAM ont publié leur nouvelle définition radicale de la dépendance. La nouvelle définition fait écho aux points principaux fait sur ce site. Tout d'abord, les dépendances comportementales affectent le cerveau de la même manière fondamentale que les drogues. En d'autres termes, la dépendance est une maladie (condition), pas beaucoup.

Dépendances sexuelles et pornographiques

À toutes fins utiles, cette nouvelle définition met fin au débat sur la question de savoir si les dépendances au sexe et à la pornographie sont « »dépendances réelles. ”ASAM déclare explicitement que le comportement sexuel des dépendances existent et doit être causée par les mêmes changements cérébraux fondamentaux que l'on retrouve dans les toxicomanies. De la FAQ ASAM:

QUESTION: Cette nouvelle définition de la dépendance fait référence à la dépendance au jeu, à la nourriture et aux comportements sexuels. ASAM croit-il vraiment que la nourriture et le sexe créent une dépendance?

RÉPONSE: La nouvelle définition ASAM s'éloigne de l'assimilation de la dépendance à la simple dépendance à une substance, en décrivant comment la dépendance est également liée à des comportements gratifiants. … Cette définition dit que la dépendance concerne le fonctionnement et les circuits cérébraux et comment la structure et la fonction du cerveau des personnes dépendantes diffèrent de la structure et de la fonction du cerveau des personnes qui n'ont pas de dépendance. … Les comportements alimentaires, sexuels et de jeu peuvent être associés à la «recherche pathologique de récompenses» décrite dans cette nouvelle définition de la dépendance..

Mais la "dépendance au porno" n'est pas dans le DSM5 de l'APA, n'est-ce pas ?

L'American Psychiatric Association (APA) a jusqu'à présent traîné les pieds pour inclure l'utilisation de la pornographie addictive/compulsive dans son manuel de diagnostic. Lors de la dernière mise à jour du manuel en 2013 (DSM-5), il n'a pas formellement considéré la «dépendance à la pornographie sur Internet». Il a plutôt choisi de débattre du « trouble hypersexuel ». Ce dernier terme générique désignant un comportement sexuel problématique a été recommandé pour inclusion par le DSM-5 propre groupe de travail sur la sexualité après des années d’examen. Cependant, lors d’une séance de la «chambre des étoiles» de la onzième heure (selon un membre du groupe de travail), d’autres DSM-5 les responsables ont unilatéralement rejeté l'hypersexualité, citant des raisons qui ont été décrites comme illogiques.

En atteignant cette position, le DSM-5 les preuves formelles ignorées, les rapports généralisés sur les signes, les symptômes et les comportements compatibles avec la compulsion et la dépendance des patients et de leurs cliniciens, et la recommandation formelle de milliers d'experts médicaux et de recherche de l'American Society of Addiction Medicine.

Incidemment, le DSM a gagné des critiques distingués qui s'opposent à son approche consistant à ignorer la physiologie sous-jacente et la théorie médicale pour fonder ses diagnostics uniquement sur les symptômes. Ce dernier permet des décisions politiques erratiques qui défient la réalité. Par exemple, le DSM a une fois classé à tort l'homosexualité comme un trouble mental.

Recherche NIMH

Juste avant le DSM-5 publication dans 2013, Thomas Insel, alors directeur de l’Institut national de la santé mentale, averti qu'il était temps que le domaine de la santé mentale cesse de compter sur le DSM. C'est "la faiblesse est son manque de validité," il expliqua. Insel a également déclaré "nous ne pouvons pas réussir si nous utilisons les catégories DSM comme «l'étalon-or»." Il ajouta, "C’est pourquoi le NIMH réorientera ses recherches en dehors de la catégorie DSMs ». En d'autres termes, le NIMH cesserait de financer la recherche basée sur les labels DSM (et leur absence).

Depuis la publication du DSM-5, des centaines d'autres études sur la dépendance à Internet et sur la dépendance au jeu sur Internet, et des dizaines d'études neurologiques sur les utilisateurs de porno ont été publiées. Ils continuent de saper la position du DSM-5. Soit dit en passant, un nouveau catégorie de dépendance comportementale apparaît sur l' nouveau DSM-5, avec “trouble du jeu sur Internet” à inclure.

Soit dit en passant, malgré l'attention des médias sur la position du DSM-5, les praticiens qui travaillent avec ceux qui ont des comportements sexuels problématiques ont continué à diagnostiquer de tels problèmes. Ils utilisent un autre diagnostic dans le DSM-5. Certains utilisent également un autre de la CIM-10 actuelle. Il s'agit du manuel de diagnostic largement utilisé par l'Organisation mondiale de la santé, le Classification internationale des maladies. Comme indiqué dans cet article de journal 2016 par le Dr Richard Krueger:

Les diagnostics pouvant faire référence à un comportement sexuel compulsif sont inclus dans le DSM et le DAI depuis des années et peuvent maintenant être diagnostiqués légitimement aux États-Unis à l'aide du DSM-5 et du codage de diagnostic CIM-10 récemment imposé. Un trouble du comportement sexuel compulsif est à l'étude pour la CIM-11.

Krueger est professeur agrégé de psychiatrie clinique au Collège des médecins et chirurgiens de l'Université de Columbia. Il a aidé à réviser la section des troubles sexuels du DSM-5.

OMS

Mais la grande nouvelle est qu'en 2018, l'Organisation mondiale de la santé a corrigé la prudence excessive de l'APA. La prochaine édition du manuel de diagnostic médical le plus utilisé au monde, La classification internationale des maladies (ICD-11), contient un nouveau diagnostic approprié pour la dépendance au porno: «Trouble du comportement sexuel compulsif. »

Les études neurologiques confirment ce que nous savions déjà

Ceux qui proclament «pseudoscience” à la mention de la dépendance à la pornographie sur Internet ou des problèmes sexuels induits par la pornographie ont un agenda politique ou ne sont pas au courant des récentes progrès des neurosciences de la toxicomanie. Voici un excellent article de journal à comité de lecture sur la situation des neurosciences de la toxicomanie par rapport à la dépendance au porno : Dépendance à la pornographie - un stimulus supranormal considéré dans le contexte de la neuroplasticité (2013). De nombreuses études cérébrales sur les utilisateurs de porno ont été publiées depuis la parution de cet article «Commencez ici» en janvier 2011. Elles soutiennent le modèle de dépendance au porno:

  1. Étude préliminaire des caractéristiques impulsives et neuroanatomiques du comportement sexuel compulsif (2009)
  2. Différences autodéclarées sur les mesures de la fonction exécutive et du comportement hypersexuel chez un échantillon de patients et de patients de la communauté (2010)
  3. Regarder des images pornographiques sur Internet: rôle des évaluations de l'excitation sexuelle et des symptômes psycho-psychiatriques dans l'utilisation abusive de sites sexuels sur Internet (2011)
  4. Le désir sexuel, et non l'hypersexualité, est lié aux réponses neurophysiologiques suscitées par des images sexuelles (2013)
  5. Le traitement des images pornographiques nuit aux performances de la mémoire de travail (2013)
  6. Le traitement d'images sexuelles interfère avec la prise de décision dans l'ambiguïté (2013)
  7. Dépendance au cybersexe: l'éveil sexuel expérimenté lorsque l'on regarde de la pornographie et non des contacts sexuels réels fait la différence (2013)
  8. Structure du cerveau et connectivité fonctionnelle associées à la consommation de pornographie: le cerveau sur le porno (2014)
  9. Corrélats neuronaux de la réactivité des signaux sexuels chez les individus avec et sans comportements sexuels compulsifs (2014)
  10. Données empiriques et considérations théoriques sur les facteurs contribuant à la dépendance au cybersexe d'un point de vue cognitif et comportemental (2014)
  11. La dépendance au cybersexe chez les utilisatrices hétérosexuelles de pornographie sur Internet peut s'expliquer par l'hypothèse de la gratification (2014)
  12. Augmentation du biais attentionnel envers les indices sexuellement explicites chez les individus avec et sans comportements sexuels compulsifs (2014)
Papiers 2015
  1. Nouveauté, conditionnement et biais attentionnel aux récompenses sexuelles (2015)
  2. Substrats neuraux du désir sexuel chez les personnes ayant un comportement hypersexuel problématique (2015)
  3. Modulation des potentiels positifs tardifs par des images sexuelles chez les utilisateurs à problèmes et des contrôles incompatibles avec la «dépendance au porno» (2015)
  4. Dysrégulation de l’axe HPA chez les hommes présentant un trouble hypersexuel (2015)
  5. Contrôle préfrontal et dépendance à Internet: modèle théorique et revue des résultats de neuropsychologie et de neuroimagerie (2015)
  6. Associations implicites dans la dépendance au cybersexe: adaptation d'un test d'association implicite à des images pornographiques. (2015)
  7. Les symptômes de la dépendance au cybersexe peuvent être liés à la fois au fait d'approcher et d'éviter les stimuli pornographiques: résultats d'un échantillon analogique d'utilisateurs réguliers du cybersexe (2015)
  8. Être coincé avec la pornographie? La surutilisation ou la négligence des signaux cybersexe dans une situation multitâche est liée aux symptômes de la dépendance au cybersexe (2015)
  9. Échanger plus tard des récompenses pour le plaisir actuel: consommation de pornographie et remise de retard (2015)
  10. Excitabilité sexuelle et adaptation dysfonctionnelle déterminent la dépendance au cybersexe chez les hommes homosexuels (2015)
Papiers 2016
  1. Le rôle de la neuroinflammation dans la physiopathologie des troubles hypersexuels (2016)
  2. Comportement sexuel compulsif: volume et interactions préfrontal et limbique (2016)
  3. L'activité du striatum ventral lorsque vous regardez des images pornographiques préférées est corrélée aux symptômes de dépendance à la pornographie sur Internet (2016)
  4. Modification du conditionnement d'appétit et de la connectivité neuronale chez les sujets présentant un comportement sexuel compulsif (2016)
  5. Compulsivité à travers l'utilisation abusive pathologique de récompenses médicamenteuses et non médicamenteuses (2016)
  6. L'appétit subjectif pour la pornographie et l'apprentissage associatif prédisent les tendances à la dépendance au cybersexe chez un échantillon d'utilisateurs réguliers de Cybersex (2016)
  7. Explorer la relation entre la compulsivité sexuelle et le biais attentionnel envers les mots liés au sexe dans une cohorte de personnes sexuellement actives (2016)
  8. Les changements d'humeur après avoir visionné de la pornographie sur Internet sont liés aux symptômes du trouble de la visualisation de la pornographie sur Internet (2016)
  9. Comportement sexuel problématique chez les jeunes adultes: associations entre variables cliniques, comportementales et neurocognitives (2016)
Papiers 2017
  1. Méthylation des gènes liés à l'axe HPA chez les hommes présentant un trouble hypersexuel (2017)
  2. La pornographie peut-elle créer une dépendance? Étude IRMf chez des hommes à la recherche d'un traitement pour usage problématique de la pornographie (2017)
  3. Fonctionnement exécutif d'hommes sexuellement compulsifs et non sexuellement compulsifs avant et après la visualisation d'une vidéo érotique (2017)
  4. Mesures d'émotion conscientes et non conscientes: varient-elles en fonction de la fréquence d'utilisation de la pornographie? (2017)
  5. L'exposition à des stimuli sexuels induit une plus grande réduction conduisant à une implication accrue dans la cyber délinquance chez les hommes (2017)
  6. Facteurs prédictifs de l'utilisation (problématique) de contenus sexuellement explicites sur Internet: rôle de la motivation sexuelle caractéristique et tendances implicites à l'égard des contenus sexuellement explicites (2017)
Papiers 2018
  1. Détection de la dépendance à la pornographie basée sur une approche neurophysiologique computationnelle (2018)
  2. Déficits en matière grise et connectivité altérée au repos dans le gyrus temporal supérieur chez les individus présentant un comportement hypersexuel problématique (2018)
  3. Tendance au trouble d'utilisation de la pornographie sur Internet: différences entre hommes et femmes en ce qui concerne les biais d'attention aux stimuli pornographiques (2018)
  4. Activité Pariétale Préfrontal Et Inférieure Altérée Au Cours D'une Tâche Stroop Chez Les Individus Avec Un Comportement Hypersexuel Problématique (2018)
  5. Caractère et état de l'impulsivité chez les hommes avec tendance au trouble d'utilisation de la pornographie sur Internet (2018)
Papiers 2019
  1. Les facettes de l'impulsivité et les aspects associés différencient l'utilisation récréative et non réglementée de la pornographie sur Internet (2019)
  2. Biais d'approche pour les stimuli érotiques chez les étudiants hétérosexuels de sexe masculin qui utilisent la pornographie (2019)
  3. Régulation à la baisse associée à l'hyperméthylation de microARN-4456 dans le désordre hypersexuel ayant une influence potentielle sur la signalisation de l'ocytocine: analyse de la méthylation de l'ADN de gènes de miARN (2019)
Papiers 2020
  1. Différences de volume de matière grise dans le contrôle des impulsions et les troubles addictifs (2020)
  2. Niveaux élevés d'ocytocine plasmatique chez les hommes atteints de trouble hypersexuel (2020)
  3. Testostérone normale mais taux plasmatiques d'hormone lutéinisante plus élevés chez les hommes atteints de trouble hypersexuel (2020)
  4. Biais d'approche pour les stimuli érotiques chez les étudiantes hétérosexuelles qui utilisent la pornographie (2020)
  5. Contrôle inhibiteur et utilisation problématique de la pornographie sur Internet - Le rôle d'équilibrage important de l'insula (2020)
  6. Les indices sexuels modifient les performances de la mémoire de travail et le traitement du cerveau chez les hommes ayant un comportement sexuel compulsif (2020)
  7. La valeur de récompense subjective des stimuli sexuels visuels est codée dans le striatum humain et le cortex orbitofrontal (2020)
  8. Les neurosciences de la communication en santé: une analyse fNIRS de la consommation de cortex préfrontal et de porno chez les jeunes femmes pour le développement de programmes de prévention en santé (2020)
  9. Potentiels liés aux événements dans une tâche bizarre à deux choix de contrôle inhibiteur comportemental altéré chez les hommes ayant des tendances à la dépendance au cybersexe (2020)
Papiers 2021
  1. Trouble des comportements sexuels microstructuraux et compulsifs de la matière blanche - Étude d'imagerie de diffusion Tensor
Prise en charge des hypothèses YBOP

Les études ci-dessus confirment très fortement les hypothèses émises par YBOP dans 2011. Leurs conclusions comprennent:

  1. Les principaux changements cérébraux liés à la dépendance à 3: sensibilisation, désensibilisationet hypofrontalité.
  2. Une plus grande utilisation du porno en corrélation avec moins de matière grise dans le circuit de récompense (striatum dorsal).
  3. Une plus grande utilisation du porno était corrélée à une activation moindre du circuit de récompense lors de la visualisation rapide d'images sexuelles.
  4. Une plus grande utilisation du porno en corrélation avec des connexions neuronales perturbées entre le circuit de récompense et le cortex préfrontal.
  5. Les toxicomanes avaient une plus grande activité préfrontale sur les signaux sexuels, mais une activité cérébrale inférieure aux stimuli normaux (correspond à une toxicomanie).
  6. Utilisation du porno / exposition au porno liée à une plus grande réduction différée (incapacité de retarder la gratification). Ceci est un signe de dysfonctionnement du pouvoir exécutif.
  7. 60% des sujets toxicomanes compulsifs dans une étude ont connu une dysfonction érectile ou une faible libido avec des partenaires, mais pas avec du porno. Tous ont déclaré que l'utilisation de la pornographie sur Internet avait causé leur dysfonctionnement érectile / une faible libido.
  8. Biais d'attention accru comparable aux usagers de drogues. Indique une sensibilisation (un produit de DeltaFosb).
  9. Plus grand désir et envie de porno, mais pas plus grand goût. Cela correspond au modèle de dépendance accepté - sensibilisation incitative.
  10. Les toxicomanes du porno ont une préférence accrue pour la nouveauté sexuelle, mais leur cerveau s'habitue plus rapidement aux images sexuelles. Pas préexistant.
  11. Plus les utilisateurs de porno sont jeunes, plus la réactivité du centre de récompense est grande.
  12. Lectures EEG plus élevées (P300) lorsque les utilisateurs de porno étaient exposés à des signaux porno (qui se produit dans d'autres addictions).
  13. Moins de désir d'avoir des relations sexuelles avec une personne, ce qui correspond à une réactivité accrue aux images pornographiques.
  14. Une plus grande utilisation de pornographie en corrélation avec une faible amplitude de LPP lors de la visualisation de photos à caractère sexuel: indique une habituation ou une désensibilisation.
  15. Axe HPA dysfonctionnel et altération des circuits de stress cérébral, ce qui se produit dans les toxicomanies. Il en va de même pour un plus grand volume d'amygdale, qui est associé au stress social chronique).
  16. Modifications épigénétiques des gènes essentiels à la réponse au stress chez l'homme et étroitement associées à la dépendance.
  17. Des niveaux plus élevés de facteur de nécrose tumorale (TNF) - qui se produit également dans l’abus de drogues et la toxicomanie.
  18. Un déficit en matière grise du cortex temporal; moins de connectivité entre l’entreprise temporelle et plusieurs autres régions.
  19. Impulsivité d'état supérieure.
  20. Diminution du cortex préfrontal et de la matière grise du gyrus cingulaire antérieur par rapport aux témoins sains.
  21. Réduction de la substance blanche par rapport aux témoins sains.

Un article évalué par les pairs de 2016 par Gary Wilson: Éliminer la pornographie Internet chronique pour révéler ses effets (2016)

Résumer l’état actuel des neurosciences:

Pour des raisons politiques, recherche sur le cerveau isoler Les toxicomanes de la pornographie sur Internet de vieux toxicomanes sur Internet ont été très lents à arriver. En plus des études cérébrales ci-dessus sur les utilisateurs de porno, plus de 380 cerveau études sur les toxicomanes d'Internet ont été publiés et tous ont signalé les mêmes changements cérébraux fondamentaux que ceux observés chez les toxicomanes. Les études n'ont pas évalué le pourcentage de sujets de recherche dépendants de la pornographie sur Internet. Cependant, il serait illogique de conclure que des niveaux élevés d'utilisation de la pornographie sur Internet ne peuvent pas changer le cerveau, lorsque la malbouffe, les jeux vidéo, les jeux d'argent et "l'Internet" a déjà il a été prouvé qu'il le faisait.

Bien que lent à arriver, chaque étude basée sur les neurosciences publiée (ou dans la presse) sur les utilisateurs de pornographie sur Internet ou les «dépendants du sexe» soutient le principe selon lequel l'utilisation de la pornographie sur Internet peut provoquer des changements cérébraux liés à la dépendance. Il en va de même pour les revues récentes de la littérature basées sur les neurosciences:

Dépendance sexuelle en tant que maladie: données probantes permettant d'évaluer, de diagnostiquer et de réagir aux critiques (2015)
Cela fournit un tableau qui prend en charge des critiques spécifiques et propose des citations qui les contrent.
Neuroscience de la dépendance à la pornographie sur Internet: examen et mise à jour (2015)

Cela donne un examen approfondi de la littérature en neurosciences liée aux sous-types de dépendance à Internet, avec un accent particulier sur la dépendance à la pornographie sur Internet, voir - La revue critique également deux études EEG récentes qui font la une des journaux qui prétendent avoir «démystifié» la dépendance au porno.

Cybersexe Addiction (2015)

Extraits: Dans de récents articles, la dépendance au cybersexe est considérée comme un type spécifique de dépendance à Internet. Certaines études actuelles ont étudié les parallèles entre la dépendance au cybersexe et d'autres dépendances comportementales, telles que le trouble du jeu sur Internet. La réactivité des mémoires et le besoin impérieux sont considérés comme jouant un rôle majeur dans la dépendance au cybersexe. Les études de neuroimagerie appuient l'hypothèse de points communs significatifs entre la dépendance au cybersexe et les autres dépendances comportementales, ainsi que la dépendance à une substance.

Neurobiologie du comportement sexuel compulsif: sciences émergentes (2016)

Extrait: "Compte tenu de certaines similitudes entre la CSB et la toxicomanie, les interventions efficaces contre la toxicomanie pourraient être prometteuses pour la CSB, offrant ainsi un aperçu des orientations futures de la recherche pour explorer cette possibilité directement.. »

Le comportement sexuel compulsif devrait-il être considéré comme une dépendance? (2016)

Extrait: "Des caractéristiques de chevauchement existent entre le CSB et les troubles liés à l'usage de substances. Les systèmes de neurotransmetteurs courants peuvent contribuer aux troubles de la CSB et de la consommation de substances, et des études récentes de neuroimagerie mettent en évidence des similitudes liées au besoin impérieux et aux biais attentionnels. Des traitements pharmacologiques et psychothérapeutiques similaires peuvent être applicables au CSB et aux toxicomanies »

Comportement sexuel compulsif en tant que dépendance comportementale: l'impact d'Internet et d'autres problèmes (2016)

Extraits: “Il faut insister davantage sur les caractéristiques d'Internet, qui pourraient faciliter les comportements sexuels problématiques." et "la communauté psychiatrique devrait accorder plus de crédibilité aux preuves cliniques fournies par les personnes qui aident et traitent de telles personnes. »

Base neurobiologique de l'hypersexualité (2016)

Extrait: "Ensemble, les preuves semblent impliquer que les altérations du lobe frontal, de l'amygdale, de l'hippocampe, de l'hypothalamus, du septum et des régions cérébrales qui traitent la récompense jouent un rôle de premier plan dans l'émergence de l'hypersexualité. Les études génétiques et les approches de traitement neuropharmacologique mettent en évidence une implication du système dopaminergique. »

Cybersexe Addiction (2015)

Extraits: «Dans des articles récents, la dépendance au cybersexe est considérée comme un type spécifique de dépendance à Internet. SCertaines études actuelles ont examiné les parallèles entre la dépendance au cybersexe et d'autres dépendances comportementales, telles que le trouble du jeu sur Internet. On considère que la réactivité et le besoin impérieux jouent un rôle majeur dans la dépendance au cybersexe. Les études de neuroimagerie soutiennent l'hypothèse de points communs significatifs entre la dépendance au cybersexe et d'autres dépendances comportementales ainsi que la dépendance aux substances.

À la recherche de la clarté dans les eaux boueuses: considérations futures pour classer le comportement sexuel compulsif en tant que dépendance (2016)

Extraits: We preuves récemment prises en compte pour classer le comportement sexuel compulsif (CSB) en tant que dépendance sans substance (comportementale). Notre examen a révélé que CSB a partagé des parallèles cliniques, neurobiologiques et phénoménologiques avec des troubles liés à l'utilisation de substances. Bien que l’American Psychiatric Association ait rejeté le trouble hypersexuel du DSM-5, un diagnostic de CSB (conduite sexuelle excessive) peut être posé à l’aide du CIM-10. Le CSB est également à l'étude par la CIM-11.

La pornographie sur Internet cause-t-elle des dysfonctionnements sexuels? Une revue avec des rapports cliniques (2016)

Une revue approfondie de la littérature relative aux problèmes sexuels induits par le porno. Impliquant des médecins de l'US Navy, la revue fournit les dernières données révélant une énorme augmentation des problèmes sexuels des jeunes. Il passe également en revue les études neurologiques liées à la dépendance à la pornographie et au conditionnement sexuel via la pornographie sur Internet. Les médecins fournissent 3 rapports cliniques d'hommes qui ont développé des dysfonctionnements sexuels induits par le porno.

Intégration de considérations psychologiques et neurobiologiques concernant le développement et la maintenance de troubles spécifiques de l'utilisation d'Internet: modèle d'interaction personne-affect-cognition-exécution (2016)

Un examen des mécanismes sous-tendant le développement et le maintien de troubles spécifiques de l'utilisation d'Internet, y compris le «trouble de la visualisation de la pornographie sur Internet». Les auteurs suggèrent que la dépendance à la pornographie (et la dépendance au cybersexe) soit classée comme des troubles liés à l'utilisation d'Internet et placée avec d'autres dépendances comportementales sous les troubles liés à la consommation de substances comme des comportements addictifs.

Chapitre sur la dépendance sexuelle de Neurobiology of Addictions, Oxford Press (2016)

Extrait: Nous examinons le fondement neurobiologique de la dépendance, y compris la dépendance naturelle ou liée au processus, puis nous discutons de son lien avec notre compréhension actuelle de la sexualité en tant que récompense naturelle pouvant devenir fonctionnellement «ingérable» dans la vie d'un individu.

Approches neuroscientifiques de la toxicomanie en ligne (2017)

Extrait: Au cours des deux dernières décennies, plusieurs études avec des approches neuroscientifiques, en particulier l'imagerie par résonance magnétique fonctionnelle (IRMf), ont été menées pour explorer les corrélats neuronaux de regarder de la pornographie dans des conditions expérimentales et les corrélats neuronaux d'une utilisation excessive de pornographie. Compte tenu des résultats précédents, une consommation excessive de pornographie peut être liée à des mécanismes neurobiologiques déjà connus qui sous-tendent le développement de dépendances liées à la substance.

Un comportement sexuel excessif est-il un trouble de dépendance? (2017)

Extraits: La recherche sur la neurobiologie des troubles du comportement sexuel compulsif a généré des découvertes concernant les biais de l'attention, les attributions d'incitation à la saillance, et la réactivité du signal basé sur le cerveau qui suggèrent des similitudes substantielles avec les dépendances.. Nous pensons que la classification du trouble de comportement sexuel compulsif en tant que trouble de dépendance correspond aux données récentes et pourrait profiter aux cliniciens, aux chercheurs et aux personnes souffrant de ce trouble et personnellement touchées par ce trouble.

La preuve du pudding est dans la dégustation: des données sont nécessaires pour tester des modèles et des hypothèses liés aux comportements sexuels compulsifs (2018)

Extraits: Parmi les domaines pouvant suggérer des similitudes entre la CSB et les troubles de dépendance, il y a les études de neuroimagerie, plusieurs études récentes ayant été omises par Walton et al. (2017). Les études initiales ont souvent examiné le CSB par rapport aux modèles de dépendance (revus dans Gola, Wordecha, Marchewka, & Sescousse, 2016b; Kraus, Voon et Potenza, 2016b).

Promotion des initiatives en matière d’éducation, de classification, de traitement et de politique Commentaire sur: Trouble du comportement sexuel compulsif dans le cadre de la CIM-11 (Kraus et coll.., 2018)

Extraits: La proposition actuelle de classer le trouble de la CSB en tant que trouble du contrôle de l’impulsion est controversée car d’autres modèles ont été proposés (Kor, Fogel, Reid et Potenza, 2013). Il existe des données suggérant que CSB partage de nombreuses caractéristiques avec les dépendances (Kraus et coll., 2016), y compris des données récentes indiquant une réactivité accrue des régions cérébrales associées aux récompenses en réponse à des signaux associés à des stimuli érotiques (Marque, Snagowski, Laier et Maderwald, 2016; Gola, Wordecha, Marchewka et Sescousse, 2016; Gola et coll., 2017; Klucken, Wehrum-Osinsky, Schweckendiek, Kruse et Stark, 2016; Voon et al., 2014.

Comportement sexuel compulsif chez l'homme et modèles précliniques (2018)

Extraits: Le comportement sexuel compulsif (CSB) est largement considéré comme une «dépendance comportementale» et constitue une menace majeure pour la qualité de vie et la santé physique et mentale. En conclusion, cette revue résume les études comportementales et de neuro-imagerie sur le CSB humain et la comorbidité avec d'autres troubles, y compris la toxicomanie. Ensemble, ces études indiquent que le CSB est associé à des altérations fonctionnelles du cortex cingulaire antérieur et antérieur, de l'amygdale, du striatum et du thalamus dorsaux, en plus d'une connectivité réduite entre l'amygdale et le cortex préfrontal.

Mécanismes neurocognitifs dans les troubles du comportement sexuel compulsif (2018)

Extrait: À ce jour, la plupart des recherches en neuroimagerie sur le comportement sexuel compulsif ont fourni des preuves de chevauchement des mécanismes sous-jacents au comportement sexuel compulsif et aux dépendances non sexuelles. Le comportement sexuel compulsif est associé à une altération du fonctionnement dans les régions du cerveau et les réseaux impliqués dans la sensibilisation, l'habituation, le contrôle incontrôlé des impulsions et le traitement des récompenses dans des schémas tels que la toxicomanie, le jeu et la dépendance au jeu. Les régions cérébrales clés liées aux caractéristiques des CSB comprennent les cortex frontal et temporal, l'amygdale et le striatum, y compris le noyau accumbens.

Une compréhension actuelle de la neuroscience comportementale des troubles du comportement sexuel compulsif et de la pornographie problématique

Extrait: Des études neurobiologiques récentes ont révélé que les comportements sexuels compulsifs sont associés à une altération du traitement du matériel sexuel et à des différences dans la structure et la fonction du cerveau. Bien que peu d’études neurobiologiques aient été menées à ce jour sur la CSBD, les données existantes suggèrent que les anomalies neurobiologiques partagent des similitudes avec d’autres additions telles que l’utilisation de substances et les troubles liés au jeu. Ainsi, les données existantes suggèrent que sa classification pourrait être mieux adaptée à une dépendance comportementale qu'à un trouble du contrôle des impulsions.

Réactivité striatale ventrale dans les comportements sexuels compulsifs (2018)

Extrait: Parmi les études actuellement disponibles, nous avons pu trouver neuf publications (Tableau 1) qui utilisait l’imagerie par résonance magnétique fonctionnelle. Seulement quatre d’entre eux (36-39) examiné directement le traitement des signaux et / ou récompenses érotiques et les résultats rapportés concernant les activations du striatum ventral. Trois études indiquent une réactivité striatale ventrale accrue pour les stimuli érotiques (36-39) ou des signaux prédictifs de tels stimuli (36-39). Ces résultats sont compatibles avec la théorie de la saillance incitative (TSI) (28), l’un des cadres les plus importants décrivant le fonctionnement du cerveau dans la toxicomanie.

Porno-dépendance en ligne: Ce que nous savons et ce que nous ne faisons pas - Revue systématique (2019)

Extrait: À notre connaissance, un certain nombre d'études récentes soutiennent cette entité en tant que dépendance comportant des manifestations cliniques importantes telles que le dysfonctionnement sexuel et l'insatisfaction psychosexuelle. La plupart des travaux existants sont basés sur des recherches similaires menées sur des toxicomanes, sur l'hypothèse de la pornographie en ligne en tant que "stimulus supranormal", qui s'apparente à une substance réelle qui, par le biais d'une consommation continue, peut déclencher un trouble de dépendance.

Occurrence et développement de la dépendance à la pornographie en ligne: facteurs de susceptibilité individuels, mécanismes de renforcement et mécanismes neuronaux (2019)

Extrait: L'expérience à long terme de la pornographie en ligne a conduit à la sensibilisation de ces personnes aux indices liés à la pornographie en ligne, ce qui a conduit à un sentiment croissant de désir, d'utilisation compulsive de la pornographie en ligne sous les deux facteurs de la tentation et de la déficience fonctionnelle. Le sentiment de satisfaction qui en découle devient de plus en plus faible, de sorte que la pornographie en ligne est de plus en plus nécessaire pour maintenir l'état émotionnel précédent et devenir accro.

Théories, prévention et traitement du trouble de l'utilisation de la pornographie (2019)

Extrait: Un trouble du comportement sexuel compulsif, y compris une utilisation problématique de la pornographie, a été inclus dans la CIM-11 en tant que trouble du contrôle des impulsions. Les critères diagnostiques de ce trouble sont toutefois très similaires à ceux des troubles dus à des comportements addictifs… Des considérations théoriques et des preuves empiriques suggèrent que les mécanismes psychologiques et neurobiologiques impliqués dans les troubles addictifs sont également valables pour les troubles liés à la pornographie.

Dépendance au cybersexe: un aperçu du développement et du traitement d'un nouveau trouble émergent (2020)

Extraits: CLa dépendance au ybersexe est une dépendance non liée à une substance qui implique une activité sexuelle en ligne sur Internet. De nos jours, divers types de choses liées au sexe ou à la pornographie sont facilement accessibles via les médias Internet. En Indonésie, la sexualité est généralement considérée comme un tabou, mais la plupart des jeunes ont été exposés à la pornographie. Cela peut conduire à une dépendance avec de nombreux effets négatifs sur les utilisateurs, tels que les relations, l'argent et des problèmes psychiatriques tels que la dépression majeure et les troubles anxieux.

Quelles conditions doivent être considérées comme des troubles dans la classification internationale des maladies (CIM-11) Désignation des «autres troubles spécifiés dus à des conduites addictives»? (2020)

Extraits: Les données d'auto-évaluation, d'études comportementales, électrophysiologiques et de neuroimagerie démontrent une implication des processus psychologiques et des corrélats neuronaux sous-jacents qui ont été étudiés et établis à des degrés divers pour les troubles liés à l'usage de substances et les troubles du jeu / jeu (critère 3). Les points communs notés dans les études antérieures incluent la réactivité aux signaux et le besoin impérieux accompagnés d'une activité accrue dans les zones cérébrales liées à la récompense, les biais attentionnels, la prise de décision désavantageuse et le contrôle inhibiteur (spécifique aux stimuli).

La nature addictive des comportements sexuels compulsifs et de la consommation problématique de pornographie en ligne: un examen (2020)

Extraits: Les résultats disponibles suggèrent qu'il existe plusieurs caractéristiques de CSBD et POPU qui sont cohérentes avec les caractéristiques de la toxicomanie, et que les interventions utiles pour cibler les toxicomanies comportementales et de substances justifient la prise en compte de l'adaptation et de l'utilisation pour soutenir les personnes atteintes de CSBD et POPU…. La neurobiologie du POPU et du CSBD implique un certain nombre de corrélats neuroanatomiques partagés avec des troubles de consommation de substances établis, des mécanismes neuropsychologiques similaires, ainsi que des altérations neurophysiologiques courantes du système de récompense de la dopamine.

Comportements sexuels dysfonctionnels: définition, contextes cliniques, profils neurobiologiques et traitements (2020)

Extraits: La dépendance au porno, bien que distincte sur le plan neurobiologique de la dépendance sexuelle, reste une forme de dépendance comportementale ... La suspension soudaine de la dépendance au porno entraîne des effets négatifs sur l'humeur, l'excitation et la satisfaction relationnelle et sexuelle ... L'utilisation massive de la pornographie facilite l'apparition de la dépendance psychosociale. troubles et difficultés relationnelles…

Que faut-il inclure dans les critères du trouble du comportement sexuel compulsif? (2020)

Extraits: La classification du CSBD comme trouble du contrôle des impulsions mérite également d'être prise en considération. … Des recherches supplémentaires peuvent aider à affiner la classification la plus appropriée de CSBD comme cela s'est produit avec le trouble du jeu, reclassé de la catégorie des troubles du contrôle des impulsions à des dépendances sans substance ou comportementales dans le DSM-5 et la CIM-11. … L'impulsivité peut ne pas contribuer aussi fortement à l'utilisation problématique de la pornographie que certains l'ont proposé (Bőthe et al., 2019).

Prise de décision dans les troubles du jeu, l'utilisation problématique de la pornographie et l'hyperphagie boulimique: similitudes et différences (2021)

Extraits: Des similitudes entre la CSBD et les dépendances ont été décrites, et un contrôle affaibli, une utilisation persistante malgré les conséquences néfastes et des tendances à prendre des décisions risquées peuvent être des caractéristiques communes (37•• 40). Les personnes atteintes de ces troubles présentent souvent un contrôle cognitif altéré et une prise de décision désavantageuse [12, 15,16,17]. Des déficits dans les processus de prise de décision et dans l'apprentissage axé sur les objectifs ont été constatés pour plusieurs troubles.

Processus cognitifs liés à l'utilisation problématique de la pornographie (PPU): une revue systématique des études expérimentales (2021)

Extraits: Dans le présent article, nous examinons et compilons les preuves dérivées de 21 études portant sur les processus cognitifs sous-jacents à la PPU. En bref, la PPU est liée à: (a) des biais attentionnels envers les stimuli sexuels, (b) un contrôle inhibiteur déficient (en particulier, des problèmes d'inhibition de la réponse motrice et de détourner l'attention des stimuli non pertinents), (c) une pire performance dans les tâches évaluer la mémoire de travail et (d) les troubles de la prise de décision.

Recherche cumulative

Les études, critiques et commentaires ci-dessus sont étayés par des décennies de recherches approfondies sur la toxicomanie qui ont révélé :

  • Que les addictions comportementales et chimiques partagent les mêmes changements et mécanismes cérébraux fondamentaux.
  • Que lorsque les animaux et les humains présentent les signes, comportements et symptômes d’une dépendance, les modifications cérébrales correspondantes sont également présentes.
  • Les changements cérébraux liés à la dépendance (à la fois comportementaux et chimiques) sont déclenchés par accumulation de DeltaFosB.
  • Que tout recherche sur le cerveau fait jusqu'à présent sur addiction à Internet (dont certains incluent l'utilisation de porno) révèle les mêmes types de changements cérébraux que ceux observés chez les toxicomanes.
  • Que les études sur la dépendance à Internet et l'utilisation de la pornographie ont causalité démontrée de divers symptômes et changements cérébraux.
  • Il existe suffisamment de preuves empiriques pour un diagnostic officiel comme la CIM-11 contient un nouveau diagnostic convient à la fois à la dépendance au porno et au sexe : «Trouble du comportement sexuel compulsif. »

Enfin, sur les études 110 ont signalé des liens entre l'utilisation de la pornographie ou la dépendance à la pornographie et les dysfonctionnements sexuels, une excitation moindre et une satisfaction sexuelle et relationnelle plus faible. Plus d'études sur 60 rapportant des résultats compatibles avec une augmentation de l'utilisation du porno (tolérance), une habituation au porno, et même des symptômes de sevrage (tous les signes et symptômes associés à la dépendance). Et plus de 90 études lient l'utilisation de la pornographie à une moins bonne santé mentale et émotionnelle et à de moins bons résultats cognitifs.

Qu'en est-il des études qui falsifient la dépendance au porno ? (les « guerres du porno »)

Il n'y en a pas, y compris cette "lettre à l'éditeur» dans une revue académique. Peut-être avez-vous lu des articles décrivant des études qui prétendent falsifier la dépendance au porno. Regardez au-delà du titre et je vous garantis que vous trouverez l'un de ces trois articles et deux doctorats axés sur l'agenda :

  1. Le désir sexuel, et non l'hypersexualité, est lié aux réponses neurophysiologiques suscitées par les images sexuelles (2013)
  2. Modulation des potentiels positifs tardifs par des images sexuelles chez les utilisateurs problématiques et les contrôles incohérents avec la «dépendance au porno» (2015)
  3. L'empereur n'a pas de vêtements: examen du modèle de la «dépendance à la pornographie» (2014)

Nicole Prause est l'auteur principal des études 1 et 2 et est le deuxième auteur de l'article n ° 3. Contrairement aux affirmations des auteurs, les études un et deux soutiennent en fait le modèle de dépendance au porno. Cette page contient l'analyse YBOP ainsi que six critiques de l'étude #1 examinées par des pairs. Cette page contient l'analyse YBOP ainsi que sept analyses évaluées par les pairs de l'étude n ° 2. Toutes les analyses examinées par les pairs sont en accord avec les critiques du YBOP. Dans cette présentation de 2018, Gary Wilson expose la vérité derrière 5 études discutables et trompeuses. Ils comprenaient les deux études EEG de Nicole Prause (Steele et al., Et 2013 Prause et al., 2015): Recherche sur le porno: réalité ou fiction?

Nicole Prause

Que se passe t-il ici? Nicole Prause est une ancienne universitaire avec un longue histoire de harceler des auteurs, des chercheurs, des thérapeutes, des journalistes et d’autres personnes qui osent dénoncer des preuves des méfaits de l’utilisation de la pornographie sur Internet. Elle semble être assez confortable avec l'industrie de la pornographie, comme on peut le voir image d'elle (tout à droite) sur le tapis rouge de la cérémonie de remise des prix de la X-Rated Critics Organization (XRCO). (Selon Wikipedia, “La Prix ​​XRCO sont donnés par l'américain Organisation des critiques X-Rated chaque année aux personnes travaillant dans le secteur du divertissement pour adultes. C’est le seul salon de remise des récompenses réservé aux adultes réservé aux membres de l’industrie.(1)).

Il semble également que Prause pourrait avoir obtenu des artistes porno en tant que sujets via un autre groupe d’intérêts de l’industrie du porno, le Coalition pour la liberté d'expression (pour plus voir: Nicole Prause est-elle influencée par l'industrie du porno?). Les sujets obtenus par le FSC auraient été utilisés dans sa étude louée sur le fortement souillé et «méditation orgasmique» très commerciale régime (en cours enquêté par le FBI).

Nicole Prause, de son propre aveu, rejette avec véhémence le concept de dépendance au porno. Par exemple, une citation d'un Article de Martin Daubney sur les addictions sexuelles / pornographiques:

Le Dr Nicole Prause, chercheuse principale au Laboratoire de psychophysiologie sexuelle et de neuroscience affective (Span) à Los Angeles, se qualifie de «debunker professionnel»De la dépendance sexuelle.

Nicole Prause sur Twitter

En outre, l’ancienne directrice de Nicole Prause Slogan de Twitter révèle qu'elle manque d'impartialité pour la recherche scientifique:

«Étudier pourquoi les gens choisissent d'adopter des comportements sexuels sans invoquer un non-sens de dépendance"

En octobre, 2015 Le compte Twitter d'origine de Prause est définitivement suspendu pour harcèlement. Cela ne l'a pas ralentie. Dans un soutien flagrant à l'industrie du porno, Prause a ensuite créé au moins deux sites Web avec des comptes Twitter: (1) 2016 - PornHelps, " qui avait son propre compte Twitter (@pornhelps), (2) 2019 - Twitter RealYBOP et Site Web de RealYBOP.

Il convient de noter que Nicole Prause a offert (à titre onéreux) son témoignage d’expert contre «la dépendance au sexe».

Liberos: la liberté de désirer

Il semble que Prause vende ses services pour profiter des avantages revendiqué anti-porn addiction conclusions de ses deux études EEG (1, 2), même si de nombreuses critiques revues par les pairs affirment que les deux études soutiennent le modèle de dépendance (Steele et al., 2013: 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8. Prause et al., 2015: 1, 2, 3, 4. 5, 6, 7, 8, 9, 10.).

Nicole Prause et David Ley collaborent

Quant au troisième article (Ley et al.2014) ce n'est pas une étude. Au lieu de cela, il prétend être une «revue de la littérature» sur la dépendance au porno et les effets du porno. Rien ne pourrait être plus éloigné de la vérité. L'auteur principal, David Ley, est l'auteur de Le mythe de la dépendance sexuelle. Nicole Prause est le deuxième auteur. Ley & Prause ont non seulement fait équipe pour rédiger le papier n ° 3, mais ils se sont également associés pour rédiger un Psychology Today article de blog sur le papier # 1. le article de ce blog apparu 5 mois avant L'article de Prause a été officiellement publié (donc personne ne pouvait le réfuter). Vous avez peut-être vu l'article de blog de Ley avec le titre tellement accrocheur: "Votre cerveau sur le porno - Ce n'est pas une dépendance. » En savoir plus sur Ley et Prause et leurs collaborations ici.

Ce qui suit est une très longue analyse de l'article n ° 3, qui va ligne par ligne, montrant toutes les manigances Ley & Prause incorporées dans leur «critique»: L'empereur n'a pas de vêtements: Un conte de fées fracturé se présentant comme une critique. Il démonte complètement la soi-disant revue et documente des dizaines de fausses déclarations des recherches qu'ils ont citées. L'aspect le plus choquant de la revue Ley est qu'elle a omis toute étude qui rapportait des effets négatifs liés à l'utilisation du porno ou a trouvé une dépendance au porno! Oui, tu l'as bien lu.

Tout en prétendant rédiger une revue «objective», ces deux sexologues ont justifié d'omettre des centaines d'études. Ils les ont laissés de côté au motif qu'il s'agissait d'études corrélationnelles. Devine quoi? Pratiquement toutes les études sur le porno sont corrélatives. Il n'y a, et il y en aura à peu près, que des études corrélationnelles. Les chercheurs n'ont aucun moyen de trouver des «vierges pornographiques» ou de garder les sujets hors de la pornographie pendant de longues périodes afin de comparer les effets. Des milliers de mecs quittent le porno volontairement sur divers forums, cependant. Leurs résultats suggèrent que la suppression de la pornographie sur Internet est la variable clé de leurs symptômes et de leurs récupérations.

De nombreux conflits d'intérêts (y compris la collaboration avec xHamster)

David Ley nie religieusement à la fois le sexe et la dépendance au porno. Il a écrit une trentaine de billets de blog attaquant les forums de récupération de pornographie et rejetant la dépendance au porno et la dysfonction érectile induite par le porno. Dans un conflit d'intérêts financier flagrant, David Ley est être indemnisé par X-hamster, un géant de l'industrie du porno pour promouvoir leurs sites Web et convaincre les utilisateurs que la dépendance au porno et la dépendance au sexe sont des mythes! Plus précisément, David Ley et le nouveau Alliance pour la santé sexuelle (SHA) ont en partenariat avec un site Web X-Hamster (Strip-Chat). Voir «Stripchat s'allie à Sexual Health Alliance pour caresser votre cerveau anxieux centré sur le porno"

David Ley employé par la société de webcam Stripchat pour discuter de pornographie

Consultant rémunéré dans l'industrie du porno

La toute jeune Alliance pour la santé sexuelle (SHA) Conseil consultatif comprend David Ley et deux autres Les «experts» de RealYourBrainOnPorn.com (Justin Lehmiller et Chris Donahue). RealYBOP est un groupe de ouvertement pro-porno, «experts» auto-proclamés dirigés par Nicole Prause. Ce groupe est actuellement engagé dans violation illégale de marque et accroupissement dirigé vers le YBOP légitime. Mettre tout simplement, ceux qui essaient de faire taire YBOP sont également payés par l'industrie du porno promouvoir ses entreprises et garantir aux utilisateurs que les sites porn et cam ne posent aucun problème (remarque: Nicole Prause entretient des liens étroits et publics avec le secteur de la pornographie bien documenté sur cette page).

In cet article, Ley rejette sa promotion compensée de l'industrie du porno:

Certes, les professionnels de la santé sexuelle qui collaborent directement avec des plateformes pornographiques commerciales sont confrontés à des inconvénients potentiels, en particulier pour ceux qui souhaitent se présenter comme totalement impartiaux. «J'anticipe bien les défenseurs [anti-pornographie] de crier:« Regardez, voyez, David Ley travaille pour le porno », dit Ley, dont le le nom est régulièrement mentionné avec dédain dans les communautés anti-masturbation comme NoFap.

Mais même si son travail avec Stripchat fournira sans aucun doute du fourrage à toute personne désireuse de le considérer comme partial ou dans la poche du lobby porno, pour Ley, ce compromis en vaut la peine. «Si nous voulons aider [les consommateurs de porno anxieux], nous devons y aller», dit-il. "Et c'est comme ça qu'on fait ça."

Biaisé? Ley nous rappelle le médecins de tabac infâmeet l’Alliance pour la santé sexuelle, le Institut du tabac.

Plus de médecins fument des chameaux que n'importe quelle autre cigarette!

Payé pour démystifier la dépendance au porno et au sexe

De plus, David Ley est être payé pour démystifier la dépendance au porno et au sexe. Au bout du sur ce Psychology Today article de ce blog Ley déclare:

"Divulgation: David Ley a témoigné dans des affaires judiciaires impliquant des allégations de dépendance sexuelle."

Sur le nouveau site Web de 2019, David Ley a proposé services de «désabonnement» bien rémunérés:

David J. Ley, Ph.D., est un psychologue clinicien et superviseur certifié de l'AASECT de la thérapie sexuelle, basé à Albuquerque, NM. Il a fourni des témoins experts et des témoignages médico-légaux dans un certain nombre de cas aux États-Unis. Le Dr Ley est considéré comme un expert en démystification des allégations de dépendance sexuelle. Il a été certifié comme témoin expert sur ce sujet. Il a témoigné devant les tribunaux étatiques et fédéraux.

Contactez-le pour obtenir son barème d'honoraires et convenir d'un rendez-vous pour discuter de votre intérêt.

Pornhub et David Ley

Ley profite également de la vente de deux livres qui nient la dépendance au sexe et au porno. Elles sont "Le mythe de la dépendance sexuelle»(2012) et«Porno éthique pour dicks,»(2016). Pornhub, détenu par le géant du porno MindGeek, est l'une des cinq mentions de couverture arrière répertoriées pour le livre de Ley en 2016:

Revues éditoriales de Ethical Porn for Dicks

Note: PornHub était le deuxième compte Twitter pour retweet le tweet initial de RealYBOP annonce son site Web «expert», suggérant un effort coordonné entre PornHub et le Experts RealYBOP. Hou la la!

Enfin, David Ley gagne de l'argent via Séminaires CEU, où il promeut l’idéologie des toxicomanes exposée dans ses deux livres (qui, témérairement, ignore des centaines d'études et l'importance de la nouvelle Diagnostic de trouble du comportement sexuel compulsif dans le manuel de diagnostic de l’Organisation mondiale de la santé). Ley est récompensé pour ses nombreux entretiens mettant en vedette ses vues biaisées du porno. Dans cette présentation 2019, Ley semble soutenir et promouvoir l'utilisation de la pornographie adolescente: Développer la sexualité positive et l'utilisation responsable de la pornographie chez les adolescents.

Ce qui précède n’est que la pointe de la Prause et le iceberg. Les décisions de justice entièrement dénoncé Nicole Prause en tant qu'auteur, pas victime.

Pour réfuter rapidement la pseudoscience des opposants, regardez la vidéo de Gabe Deem: MYTHES DE PORN - La vérité derrière la dépendance et les dysfonctionnements sexuels.

La dépendance au porno sur Internet n'est pas une dépendance au sexe

La dépendance sexuelle nécessite de vraies personnes; la dépendance au porno nécessite un écran et une connexion Internet. La majorité des gars que nous voyons ont commencé sur le porno Internet bien avant tout contact sexuel. Ce sont de jeunes gars qui ont recâblé leur sexualité adolescente en cliquant, en cherchant, en voyeurisme, en onglets multiples, en streaming HD hardcore. C'était bien avant leur premier baiser. Cela ressemble-t-il à une dépendance à la Tiger Woods? Non.

Tout débat sur la dépendance au porno devrait donc exclure toute mention de la dépendance au sexe. Il ne devrait pas s'agir de la façon dont le «comportement masculin normal» est pathologisé. Quand est-ce que Ordinaire le comportement sexuel évolue en regardant un écran? Quand est-il devenu se masturber avec votre main non dominante en cliquant sur scène après scène, à la recherche de «celui» pour finir? Regardez une grande conférence donnée au 2015 Société pour l'avancement de la santé sexuelle Conférence annuelle de SASH: Porn Addiction n'est pas une dépendance sexuelle.

La masturbation peut-elle jouer un rôle dans cette dépendance?

Bien sûr, mais la masturbation n'est pas requise. Cela dit, une éjaculation fréquente chez les animaux conduit à plusieurs changements cérébraux qui inhibent la dopamine, et donc la libido, pour quelques jours. Dans des circonstances normales, la satiété sexuelle (définie différemment pour chaque espèce) conduit les mâles à s'absenter de l'activité sexuelle. Les utilisateurs de pornographie sexuellement rassasiés peuvent outrepasser ces mécanismes inhibiteurs en passant à du porno plus extrême ou en passant plus de temps à regarder. Les deux dopamine d'oie. Le fait de dépasser les signaux «J'ai terminé» peut entraîner l'accumulation de DeltaFosB. Certes, manger à l'obésité provoque l'accumulation de DeltaFosB. Cependant, sans l'attrait du porno sur Internet, combien de gars se reposeraient-ils? Surtout. Pour en savoir plus, consultez L'éjaculation fréquente cause-t-elle une gueule de bois?

Remarque: de nombreux débats sur la dépendance au porno (existence ou effets) que j'ai vus se transformer débats sur la masturbation. Cela n’a aucun sens et brouille complètement la discussion. YBOP ne s'intéresse qu'à l'utilisation du porno sur Internet, pas aux avantages, aux inconvénients ou à la fréquence de la masturbation.

De nombreux symptômes, une cause: Les changements neuroplastiques du cerveau

Gars déprimé au lit. De nombreux symptômes, une cause: les changements cérébraux neuroplastiques dus à la visualisation de pornoDepuis 2016, plus du quart des utilisateurs de porno interrogés montrent des signes d'utilisation problématique de la pornographie. Dans une étude, (27.6%) d’un grand échantillon francophone ont auto-évalué leur consommation de SAO en tant que problématique. Dans un Étude de Yale sur 1298 hommes ayant regardé de la pornographie au cours des 6 derniers mois, 28% ont obtenu un score égal ou supérieur au seuil pour le trouble d'hypersexualité. Ainsi, des fissures apparaissent clairement chez les utilisateurs de porno d'aujourd'hui. Cependant, les gens arrivent ici avec de nombreux symptômes différents. Ils ne sont pas toujours sûr les symptômes sont dus à leur utilisation intensive du porno.

Les symptômes

La confusion est compréhensible car les symptômes d'une utilisation excessive du porno sont si différents:

Il y a de bonnes raisons de croire que ces symptômes peuvent souvent résulter de changements cérébraux liés à la dépendance. Le système de récompense contient des structures qui influencent les émotions, les humeurs et la fonction cognitive. Il a également des structures pour la réponse au stress, le système nerveux autonome et le système endocrinien. Par exemple, bon nombre des plaintes ci-dessus telles que anxiété sociale, Dépression, faible motivation, EDet problèmes de concentration, Ont liée à de faibles taux de dopamine et à des récepteurs D2 faibles ou altérés. Pour la neurobiologie des nombreux avantages dont bénéficient les utilisateurs d’ex-porn, voir Porno, Masturbation et Mojo: une perspective de neurosciences.

«Redémarrage»

Si l'utilisation chronique du porno est sous-jacente symptômes, vous devez restaurer la sensibilité de votre circuit de récompense. Vous devez weaken les voies de dépendance sensibilisées, et renforcer le contrôle exécutif. Les hommes sur les forums de récupération du porno appellent ce processus "redémarrage. » La meilleure façon de redémarrer est de donner à votre cerveau un repos de toute intensité. stimulation sexuelle artificielle- y compris le porno, fantasmer sur le pornosalons de discussion, histoires érotiques, surfer sur Internet pour des photos - réactivité normale.

Les accros au porno trouvent souvent le processus de redémarrage plus facile et plus rapide lorsqu'ils réduisent ou éliminent considérablement la masturbation. Cette abstinence de masturbation et d'orgasme n'est pas un mode de vie; c'est un temporaire méthode pour approfondir la récupération et réduire les rechutes dans le porno. De toute évidence, ce processus est initialement très difficile. Le cerveau ne peut plus compter sur la «solution» artificiellement intense de la dopamine (et d'autres substances neurochimiques) associée à une utilisation intensive de la pornographie.

En plus de la désensibilisation, l’utilisation de la pornographie renforce les connexions nerveuses, reliant le soulagement à court terme de la pornographie sur Internet à tout déclencheur associé à la pornographie par votre cerveau (sensibilisation). Des déclencheurs tels que le fait d’être seul à la maison, des images sexy ou le stress et l’anxiété peuvent activer l'ornière porno de votre cerveau. Le seul moyen d’affaiblir ces liens subconscients est de cesser d’utiliser (de renforcer) cette voie cérébrale, et cherche ton remède d'humeur ailleurs. L'élimination des fantasmes pornographiques et pornographiques conduit à un «découplage» et affaiblissement éventuel des voies et des envies sensibilisées.

Recâblage à de vraies personnes

L'autre moitié du processus de recâblage consiste à passer du temps avec de vrais partenaires potentiels. Un contact affectueux est sain pour les deux partenaires et peut vous aider à recâbler votre excitation à de vraies personnes. Quand faire l'amour? Après un temps mort (dont la durée varie en fonction des circonstances individuelles), certains hommes trouvent que reprendre une activité sexuelle avec un vrai partenaire est particulièrement utile, tant qu'ils (et leurs partenaires) n'essaient pas de forcer l'éjaculation avant se produit naturellement.

L'élimination de l'utilisation de la pornographie renforce souvent votre contrôle exécutif, qui réside dans votre cortex préfrontal (derrière votre front). L'évaluation du risque, l'élaboration de plans à long terme et le contrôle des impulsions sont sous le contrôle du cortex frontal. Le terme hypofrontalité est souvent utilisé pour décrire comment les dépendances affaiblissent et inhibent ces circuits d'autocontrôle. Il faut du temps et de la cohérence pour remettre ces circuits en parfait état de fonctionnement.

N'oubliez pas: votre liberté réside dans le rééquilibrage de votre cerveau. Ensuite, vous pouvez choisir d'activer votre voie d'excitation pornographique ou une voie qui donne les résultats que vous préférez. Inutile de dire que le redémarrage ne garantit pas que vous pourrez utiliser la pornographie sur Internet en toute sécurité à l'avenir. Le cerveau humain reste vulnérable à une spirale descendante due à un excès de stimulus intense. Votre cerveau a une voie pornographique sensibilisée, qui peut toujours être réactivée.

Beaucoup ont cessé d'utiliser le porno et récupéré leurs vies. Donc, peux tu.


Pour une compréhension plus approfondie de la science derrière la dépendance à la pornographie sur Internet, lisez ces articles dans l'ordre: