La dépendance à la pornographie provoque-t-elle des dommages irréversibles au cerveau?

dommage

C’est une croyance répandue et erronée que la dépendance est synonyme de «préjudice» au cerveau, ou que la dépendance est causé par «dommages» au cerveau. Certaines substances (méthanol, alcool) pouvant entraîner une dépendance peuvent être neurotoxiques, mais la dépendance est provoquée par une constellation spécifique de changements cérébraux qui ne sont pas nécessairement classés dans les «lésions cérébrales». Démystifier le dommages comme dépendance meme, la nicotine (délivrée par la cigarette) est considérée par certains comme la substance la plus addictive, mais la nicotine est un stimulant cérébral et a d'autres avantages possibles pour la santé («le plus addictif» signifie qu'un plus grand pourcentage d'utilisateurs finissent par devenir toxicomanes). Voir les articles sur les avantages possibles de la nicotine: La nicotine: un médicament susceptible de renforcer le cerveau.

La dépendance est avant tout un trouble de l'apprentissage et de la mémoire - en ce que de nombreux changements cérébraux dus à la dépendance (mais pas tous) utilisent les mêmes mécanismes que ceux impliqués dans l'apprentissage et la mémoire: Addiction comme un trouble d'apprentissage. Cela dit, des changements cérébraux tels que la désensibilisation ou l'hypofrontalité peuvent impliquer des changements qui ne sont pas strictement assimilés à l'apprentissage (perte de matière grise, métabolisme réduit, connectivité fonctionnelle réduite).

Les chercheurs en toxicomanie conviennent que ceux qui développent une dépendance comportementale subissent des changements cérébraux similaires à ceux qui ont une toxicomanie. Cela ne signifie pas que chaque altération cellulaire et biochimique est exactement la même chez toutes les personnes dépendantes. Au lieu de cela, cela signifie que toutes les dépendances Partager quelques anomalies cérébrales importantes. Quatre changements cérébraux majeurs sont impliqués à la fois dans la dépendance à la drogue et dans le comportement, comme indiqué dans ce document publié cette année dans Le New England Journal of Medicine« Progrès neurobiologiques du modèle de toxicomanie cérébrale (2016)“. Cet examen historique par le directeur de l'Institut national sur l'abus d'alcool et l'alcoolisme (NIAAA) George F. Koobet le directeur de l'Institut national de lutte contre l'abus des drogues (NIDA) Nora D. Volkow, souligne non seulement les changements cérébraux impliqués dans la toxicomanie, mais suggère également dans son paragraphe d'introduction que la dépendance au sexe existe:

«Nous concluons que les neurosciences continuent de soutenir le modèle de toxicomanie associé aux maladies du cerveau. La recherche en neurosciences dans ce domaine offre non seulement de nouvelles opportunités pour la prévention et le traitement de la toxicomanie et des dépendances comportementales associées (par exemple, à sexeet le jeu)…. ”

En termes simples et très généraux, les principaux changements fondamentaux au cerveau causés par la dépendance sont: 1) Sensibilisationp. 2) Désensibilisationp. 3) Circuits préfrontaux dysfonctionnels (hypofrontalité), 4) Circuits de stress dysfonctionnels. Tous les 4 de ces changements cérébraux ont été identifiés parmi les 50 études basées sur les neurosciences sur des utilisateurs fréquents de porno et des toxicomanes sexuels:

  1. Sensibilisation (Cue-réactivité & envies): Les circuits cérébraux impliqués dans la motivation et la recherche de récompense deviennent hyper-sensibles aux souvenirs ou aux signaux liés au comportement addictif. Cela se traduit par augmentation du «désir» ou du désir alors que le goût ou le plaisir diminue. Par exemple, des signaux, comme allumer l'ordinateur, voir un pop-up ou être seul, déclenchent intensément l'ignorance du porno. Certains décrivent une réaction porno sensibilisée comme "pénétrant dans un tunnel n'ayant qu'une seule issue: le porno". Peut-être ressentez-vous une précipitation, des battements de coeur rapides, voire même des tremblements, et tout ce à quoi vous pouvez penser est de vous connecter à votre site de tube préféré. Études rapportant une sensibilisation ou une réactivité de signal chez les utilisateurs de porno: 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10, 11, 12, 13, 14, 15, 16, 17, 18, 19, 20, 21, 22, 23, 24, 25.
  2. Désensibilisation (diminution de la sensibilité aux récompenses): il s’agit de changements chimiques et structurels à long terme qui laissent moins sensible au plaisir. La désensibilisation se manifeste souvent par une tolérance, c'est-à-dire la nécessité d'une dose plus élevée ou d'une stimulation plus importante pour obtenir la même réponse. Certains utilisateurs de porno passent plus de temps en ligne, prolongeant les sessions par le biais de bordures, regardant lorsqu'ils ne se masturbent pas ou recherchant la vidéo parfaite pour terminer. La désensibilisation peut également prendre la forme d'une escalade vers de nouveaux genres, parfois plus difficiles et plus étranges, voire dérangeants. N'oubliez pas: le choc, la surprise ou l'anxiété peuvent augmenter la dopamine. Certaines études utilisent le terme «accoutumance», qui peut impliquer des mécanismes d'apprentissage ou des mécanismes de dépendance. Études signalant une désensibilisation ou une accoutumance chez les utilisateurs de porno / toxicomanes sexuels: 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8.
  3. Circuits préfrontaux dysfonctionnels (Volonté affaiblie + hyper-réactivité aux signaux): Les altérations du fonctionnement préfrontal et les connexions entre le circuit de récompense et le lobe frontal entraînent une réduction du contrôle des impulsions, mais une plus grande envie d'utiliser. Les circuits préfrontaux dysfonctionnels apparaissent comme le sentiment que deux parties de votre cerveau sont engagées dans un bras de fer. Les voies de toxicomanie sensibilisées crient «Oui! tandis que votre «cerveau supérieur» dit: «Non, pas encore! Alors que les parties de contrôle exécutif de votre cerveau sont dans un état affaibli, les voies de dépendance gagnent généralement. Études rapportant une «hypofrontalité» ou une activité préfrontale modifiée chez les utilisateurs de porno: 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10, 11, 12, 13, 14, 15, 16, 17.
  4. Circuits de stress dysfonctionnels - ce qui peut entraîner un stress même mineur entraînant des envies de fumer et des rechutes, car il active de puissantes voies sensibilisées. Études rapportant des réponses dysfonctionnelles au stress chez les utilisateurs de porno / dépendants du sexe: 1, 2, 3, 4, 5.

S'agit-il des seuls changements cérébraux? Non. Chacun de ces indicateurs généraux reflète plusieurs valeurs plus subtiles. altérations cellulaires et chimiques liées à la dépendance- tout comme le scan d'une tumeur cancéreuse ne montrerait pas les changements cellulaires / chimiques associés plus subtils. La plupart des changements plus subtils ne peuvent pas être évalués dans des modèles humains en raison du caractère envahissant des technologies requises. Cependant, ils ont été identifiés dans des modèles animaux (voir cet éditorial de mars 2018 du chef du NIDA, Nora D. Volkow Qu'est-ce que cela signifie quand on appelle la toxicomanie un trouble cérébral?).

On pense que la sensibilisation est le changement central du cerveau, car elle vous donne envie, quel que soit «cela», et implique presque les mêmes mécanismes que le conditionnement sexuel précoce. Regarder - Le cerveau d'un adolescent rencontre le porno sur Internet à haut débit (2013), qui concerne le conditionnement sexuel via la pornographie sur Internet pendant l'adolescence. En fait, le Étude du scanner du cerveau de l'université de Cambridge (et 20 autres dans cette liste) ont constaté une sensibilisation (plus grande réactivité du signal) chez les utilisateurs de porno compulsif.

Cela dit, chaque drogue affecte uniquement la physiologie et les drogues peuvent altérer le cerveau d'une manière que les dépendances comportementales ne font pas. De plus, des drogues comme la cocaïne et la méthamphétamine augmentent la dopamine bien plus (au début) que les niveaux pouvant être atteints avec des récompenses naturelles. Il est fort possible que les médicaments, en raison de leur toxicité, puissent causer des dommages permanents aux systèmes dopaminergiques, ce que les addictions comportementales ne font pas.

C'est pourquoi il est incorrect lorsque des sites Web ou des orateurs indiquent que La pornographie sur Internet est comme de la méthamphétamine ou du crack. De telles analogies amènent les gens à penser que l'utilisation de la pornographie peut causer des dommages, tout comme la consommation de méthamphétamine. Pour certains, la dépendance au porno peut être plus difficile que la dépendance à la drogue, mais cela n'indique pas qu'elle provoque des dommages neurologiques plus importants. La difficulté à mettre fin à une dépendance peut simplement être en corrélation avec le niveau de changement neuroplastique causé par l'usage.

Encore plus ennuyeux sont ceux qui disent que les dépendances comportementales ne peuvent pas exister, ou qu'elles sont des «compulsions», mais pas de véritables dépendances. De telles déclarations n'ont aucune base scientifique, car le même interrupteur moléculaire déclenche à la fois des addictions comportementales et chimiques. L'interrupteur principal qui déclenche les changements liés à la dépendance est la protéine DeltaFosB. Haut niveau de consommation de récompenses naturelles (sexe, sucre, riche en gras) ou l’administration chronique de pratiquement toute drogue provoquant l’absorption de DeltaFosB dans le centre de récompense.

La neuroplasticité de la toxicomanie peut être résumée comme suit: consommation continue → DeltaFosB → activation de gènes → modifications des synapses → sensibilisation et désensibilisation. (Voir Le cerveau accro pour plus de détails.) Il semble que changements cérébraux liés à la dépendance finissent par conduire perte de contrôle exécutif (hypofrontalité) et une réponse au stress altérée, d’autres caractéristiques majeures de la dépendance.

DeltaFosB's but de l'évolution est de motiver nous pour «obtenir pendant que l’obtention est bonne!» C'est un mécanisme de frénésie pour alimentaire et reproduction, qui a bien fonctionné à d’autres époques et environnements. Ces jours, il fait des addictions à malbouffe et le porno Internet aussi facile que 1-2-3.

Notez que les drogues addictives ne causent la dépendance que parce qu'elles amplifient ou inhibent les mécanismes déjà en place pour des récompenses naturelles. C'est pourquoi l'American Society of Addiction Medicine sans ambiguïté que la dépendance à la nourriture et au sexe sont de véritables dépendances.

La sensibilisation des voies de la toxicomanie est un changement cérébral qui peut persister à la fois dans la dépendance à la drogue et dans le comportement. En termes simples, ces chemins représentent des souvenirs puissants qui, lorsqu'ils sont déclenchés, activent le circuit de récompense, et ainsi les envies de fumer.

La sensibilisation s'est-elle atténuée avec le temps? Eric Nestler le pense. Il fait beaucoup de recherches sur les mécanismes cérébraux de la dépendance. Voici une question-réponse sur son site Web. Il a notamment étudié DeltaFosB, la protéine et le facteur de transcription (c'est-à-dire qu'il contrôle l'activation des gènes) mentionné ci-dessus.

09. Les changements dans votre cerveau peuvent-ils être inversés?

R. «Il n'y a aucune preuve que les changements dans le cerveau associés à la toxicomanie sont permanents. Nous pensons plutôt que ces changements peuvent être inversés, bien que cela puisse prendre du temps, souvent de nombreuses années et que le renversement nécessite de «désapprendre» bon nombre des mauvaises habitudes (compulsions) associées à la dépendance.

Mais les changements persistent généralement pendant un laps de temps inconnu. Il est clair que DeltaFosB s'accumule pendant des niveaux supérieurs à la normale d'alimentation et d'activité sexuelle. Nous nous demandons si les changements positifs que les utilisateurs de pornographie en récupération voient généralement vers 4 à 8 semaines peuvent être liés à des baisses de DeltaFosB.

Extrait d'un article intitulé «Le principe du plaisir» dans Les sciences magazine:

Nestler et ses collègues ont cependant trouvé au moins une molécule qui semble être spécifique de la toxicomanie. La protéine, appelée [DELTA] -FosB, s'accumule dans la voie de la récompense après une exposition répétée à des médicaments et reste plus longtemps que les autres protéines - aussi longtemps que 4 à 6 semaines après la dernière dose. La protéine augmente la sensibilité d'un animal aux médicaments et peut également provoquer une rechute si elle est injectée.

DeltaFosB se développe également chez les souris dépendantes à la roue (une dépendance comportementale plus proche de la pornographie compulsive).

La question est: «Est-ce que l'accumulation de DeltaFosB entraîne des changements dans la gènes- qui traîne beaucoup plus longtemps que DeltaFosB lui-même? Même «pour toujours» dans certains cerveaux? Si tel est le cas, ces changements génétiques se produisent-ils principalement avec des médicaments et non avec des récompenses naturelles exagérées comme la pornographie sur Internet?

De nombreux toxicomanes sérieux se rétablissent et finissent par vivre sans envie. Toutefois, si ces mêmes toxicomanes se voyaient administrer la drogue de leur choix dans des circonstances qu’ils associaient à son utilisation, combien de personnes en consommeraient-ils ou deviendraient-ils à nouveau toxicomanes? Qui sait?

Il est clair que les toxicomanes rechutent parfois après des périodes d’abstinence. Un avis est que leurs cerveaux sont sensibilisés en permanence (par DeltaFosB) à réagir à la dépendance, et l'exposition réactive ces anciennes voies. Sous ce modèle, le cerveau a été en permanence modifié, mais «dommage» peut être un mot trop fort. Un ancien accro au porno peut être sensibilisé (susceptible de rechuter) au porno ou à des signaux connexes et peut avoir besoin de rester à l'écart du porno. Indéfiniment. Mais diriez-vous que son cerveau est endommagé? Non.

L'extrait suivant est tiré de l'un des articles de Nestler, et il suggère que DeltaFosB pourrait un jour être utilisé comme un marqueur biologique pour le niveau de dépendance et de rétablissement.

Si cette hypothèse est correcte, elle soulève la possibilité intéressante que les niveaux de ΔFosB dans le noyau accumbens ou peut-être dans d'autres régions du cerveau puissent être utilisés comme biomarqueur pour évaluer l'état d'activation des circuits de récompense d'un individu, ainsi que le degré auquel un individu est «accro», à la fois lors du développement d'une dépendance et de son déclin progressif lors d'un sevrage prolongé ou d'un traitement. L'utilisation de ΔFosB comme marqueur d'un état de dépendance a été démontrée sur des modèles animaux. Les animaux adolescents montrent une induction beaucoup plus grande de ΔFosB par rapport aux animaux plus âgés, ce qui correspond à leur plus grande vulnérabilité à la dépendance.

Notez que les adolescents montrent une accumulation beaucoup plus grande de DeltaFosB. (Ils produisent également des niveaux plus élevés de dopamine.) Le démarrage de la pornographie sur Internet à l'âge 11-12 est peut-être le pire scénario pour nos cerveaux limbiques.

Regarde aussi Pourquoi les fringales (une ruée) sont-elles toujours déclenchées après le redémarrage?