Pourquoi l'utilisation intermittente (longue abstinence avec frénésie) représente-t-elle un risque de dépendance?

L'utilisation très fréquente de la pornographie sur Internet présente des risques familiers pour de nombreux utilisateurs d'aujourd'hui. Celles-ci incluent l'escalade vers un matériel plus extrême, une plus faible satisfaction sexuelle et relationnelle et la dépendance. Cela peut également inclure la perte progressive d'attrait pour les vrais partenaires (ainsi que l'anorgasmie et les érections peu fiables). Moins connu est le fait que l'usage intermittent pose un risque important de dépendance. Par exemple, 2 heures de frénésie porno suivies de quelques semaines d'abstinence avant une autre session porno. Les raisons sont biologiques et il existe tout un corpus de recherches sur la toxicomanie utilisation intermittente chez les animaux et les humains en élucidant les événements cérébraux responsables.

Par exemple, les deux drogue et malbouffe Des études révèlent que l'utilisation intermittente peut conduire plus rapidement à changements cérébraux liés à la dépendance (que l'utilisateur glisse ou non dans une dépendance totale). Le principal changement est sensibilisation ce qui blesse le centre de récompense du cerveau avec des signaux qui produisent des envies difficiles à ignorer. Avec la sensibilisation, les circuits cérébraux impliqués dans la motivation et la recherche de récompense deviennent hypersensibles aux souvenirs ou aux indices liés au comportement provoquant une dépendance. Ce conditionnement pavlovien profond se traduit par augmentation du «désir» ou de l'envie. Des indices, comme allumer l'ordinateur, voir un pop-up ou être seul, déclenchent des envies intenses de porno. (Études rapportant une sensibilisation ou une réactivité de signal chez les utilisateurs de porno: 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10, 11, 12, 13, 14, 15, 16, 17, 18, 19, 20.)

Changements du cerveau

Encore plus remarquable, les périodes d’abstinence (semaines 2-4) conduire à des changements neuroplastiques qui ne se produisent pas chez un utilisateur qui ne prend pas de si longues pauses. Ces altérations dans le cerveau augmenter l'envie d'utiliser en réponse à des déclencheurs. En outre, le changements du système de stress de sorte que même un stress mineur peut causer envies d'utiliser.

Consommation intermittente (surtout dans les forme d'une frénésie) peut aussi produire symptômes de sevrage graves, comme la léthargie, Dépression et envies. En d’autres termes, quand une personne utilise après une période d’abstinence et des crises de boulimie, elle peut frapper l’utilisateur plus fort - peut-être à cause de la intensité accrue De l'expérience.

Sur la base de cette recherche, des scientifiques ont conclu que la consommation quotidienne de cocaïne, de l'alcool, cigarettesou malbouffe n'est pas nécessaire pour générer des changements cérébraux liés à la dépendance. Les crises de boulimie intermittentes peuvent faire la même chose que l'utilisation continue, et dans certains cas le font PLUS.

La religion est-elle un facteur?

Parmi les utilisateurs de porno religieux et non religieux, quel groupe est susceptible d'inclure plus d'utilisateurs intermittents? Compte tenu des recherches montrant que les utilisateurs de porno religieux préfèrent ne pas utiliser de porno, il ya probablement plus de religieux que d’utilisateurs laïques dans un cycle de consommation excessive. Autrement dit, les utilisateurs religieux auraient tendance à être des «utilisateurs intermittents». La recherche le confirme, selon un nouvelle étude sur les femmes utilisatrices de porno. Les chercheurs ont déclaré:

Dans la littérature disponible, nous pouvons trouver des preuves que des normes sociales rigides peuvent dans certains cas contribuer à une utilisation problématique de la PU, car elles favorisent des périodes d'absence de pornographie, suivies d'une période de désinhibition et de PU excessive (Carnes, 1983; Kraus, Martino et coll., 2016; Wordecha, Wilk, Kowalewska, Skorko et Gola, 2017).

Les utilisateurs laïques signalent généralement qu'ils prennent rarement des pauses de plus de quelques jours. À moins qu'ils ne deviennent des utilisateurs intermittents parce qu'ils essaient d'arrêter l'utilisation du porno. Dans ce cas, ils éprouveront trop probablement une augmentation de la compulsion s'ils s'emballent entre de longues périodes de non-utilisation. Compte tenu des nombreuses recherches citées précédemment, cette possibilité mérite une étude approfondie. Une attention excessive est accordée aux utilisateurs religieux en raison du fait que les psychologues supposent que la «honte» est la seule cause du phénomène si l'usage intermittent + la frénésie mènent à une compulsion accrue. L'hypothèse selon laquelle la religiosité est ce qui pousse les gens à se percevoir comme des dépendants est pas pris en charge par des recherches récentes.

Évitez la frénésie

Mais revenons au point principal. La masturbation occasionnelle sans porno (sans frénésie) est moins un risque de dépendance que le modèle d'abstinence-frénésie décrit ci-dessus. Veillez à ne pas rationaliser le fait de tomber dans le modèle de frénésie intermittente, car cela peut rendre votre utilisation de la pornographie plus compulsive. Si vous ressentez des envies, essayez certaines de ces idées:

Pratiques de circulation de l'énergie

RED X

Technique à l'eau froide

Qu'en est-il de fantasmer lors d'un redémarrage?

Regardez cette vidéo amusante

  • Urinez, ce qui peut réduire les envies.
  • Pendant que vous relâchez votre respiration, contractez lentement vos fesses / ischio-jambiers aussi fort que vous le pouvez pour que vous ayez l'impression de vous soulever et de la maintenir ainsi jusqu'à ce que vous ne puissiez plus et de la relâcher lentement.
  • Retenez votre souffle pendant quelques secondes 30.

UPDATE

Variabilité du contenu pornographique consommé et utilisation la plus longue de la pornographie associée à la recherche de traitement et aux symptômes problématiques du comportement sexuel (2020)

Des extraits suggérant la frénésie et la tolérance sont des facteurs clés dans l'utilisation problématique de la pornographie:

Plus précisément, la plus longue séance de visionnage de pornographie dans laquelle on s'est engagé peut être potentiellement liée à un comportement excessif, à la recherche d'un traitement prédit positivement, à la gravité des symptômes ressentis et au sentiment de perte de contrôle sur le comportement sexuel dans l'ensemble du groupe de participants à l'étude. La même chose était largement vraie pour les groupes cliniques et non cliniques considérés séparément.

… .. Cela peut indiquer que l'engagement dans un comportement épisodique lourd peut être un meilleur indicateur de dérégulation comportementale que le comportement à haute fréquence, qui peut être plus étroitement lié au niveau de désir sexuel de base, aux attitudes sexuelles et aux préférences d'une personne.
… La variabilité du contenu pornographique consommé (opérationnalisée dans la présente étude comme la consommation de scènes pornographiques contraires à son orientation sexuelle - scènes contenant des relations homosexuelles, contenant de la violence, des scènes de sexe en groupe, des scènes de sexe avec des mineurs) prédit de manière significative la décision de se faire soigner et la sévérité des symptômes parmi les participants à l'étude.

…. Bien que le résultat décrit en lui-même n'implique pas directement une tolérance ou une désensibilisation accrue, étant donné que la propension à consommer du matériel pornographique avec des caractéristiques spécifiques peut refléter une préférence initiale plus fondamentale, il semble au moins potentiellement compatible avec les modèles addictifs d'utilisation problématique de la pornographie.