Études cérébrales sur les utilisateurs de porno et les toxicomanes du sexe

études du cerveau

Cette page contient deux listes (1) des commentaires et des revues de littérature fondés sur les neurosciences, et (2) études neurologiques évaluant la structure cérébrale et le fonctionnement des utilisateurs de pornographie sur Internet et des toxicomanes sexuels / pornographiques (Trouble du comportement sexuel compulsif).

À ce jour, toutes les 58 études neurologiques publiées, sauf une, soutiennent le modèle de dépendance (aucune étude ne falsifie le modèle de la dépendance au porno). Les résultats de ces Études neurologiques 58 (Et études à venir) sont conformes à des centaines de dépendance à Internet "cerveau études", dont certains incluent également l'utilisation de porno pornographique. Tous soutiennent l'hypothèse selon laquelle l'utilisation de la pornographie sur Internet peut provoquer des changements cérébraux liés à la dépendance, plus de 60 études rapportant une escalade / tolérance (accoutumance) et des symptômes de sevrage.

La page commence par le récent 34 suivant basé sur la neuroscience commentaires et revues de la littérature (classés par date de publication):

Revues de la littérature et commentaires:

1) Neuroscience de la dépendance à la pornographie sur Internet: examen et mise à jour (Love et al.p. 2015). Revue approfondie de la littérature neuroscientifique sur les sous-types de dépendance à Internet, avec un accent particulier sur la dépendance au porno sur Internet. La critique critique également deux études EEG qui font les gros titres par équipes dirigées par Nicole Prause (qui prétend faussement les résultats jettent un doute sur la dépendance au porno). Extraits:

Beaucoup reconnaissent que plusieurs comportements pouvant affecter les circuits de récompense dans le cerveau humain entraînent une perte de contrôle et d'autres symptômes de dépendance chez au moins certains individus. En ce qui concerne la dépendance à Internet, les recherches neuroscientifiques appuient l'hypothèse selon laquelle les processus neuronaux sous-jacents sont similaires à la toxicomanie… Dans cet article, nous résumons les concepts proposés pour la dépendance et donnons un aperçu des études neuroscientifiques sur la dépendance à Internet et le trouble du jeu sur Internet. De plus, nous avons examiné la littérature neuroscientifique disponible sur la dépendance à la pornographie sur Internet et avons connecté les résultats au modèle de dépendance. L’examen conduit à la conclusion que la dépendance à la pornographie sur Internet s’intègre dans le cadre de la dépendance et partage des mécanismes de base similaires à la toxicomanie.

2) La dépendance sexuelle en tant que maladie: données probantes permettant d'évaluer, de diagnostiquer et de répondre aux critiques (Phillips et al.p. 2015), qui fournit un tableau reprenant des critiques spécifiques de la dépendance au porno / sexe, offrant des citations qui les contrent. Extraits:

Comme nous le verrons tout au long de cet article, les critiques courantes sur le sexe en tant que dépendance légitime ne tiennent pas, comparées au mouvement qui a eu lieu au sein des communautés clinique et scientifique au cours des dernières décennies. Il existe de nombreuses preuves scientifiques et un soutien en faveur du sexe ainsi que d'autres comportements à accepter en tant que dépendance. Ce soutien provient de multiples domaines de pratique et offre un espoir incroyable de réellement accepter le changement à mesure que nous comprenons mieux le problème. Des décennies de recherche et de développement dans le domaine de la toxicomanie et des neurosciences révèlent les mécanismes cérébraux sous-jacents impliqués dans la toxicomanie. Les scientifiques ont identifié des voies communes affectées par un comportement de dépendance ainsi que des différences entre les cerveaux des toxicomanes et des non-dépendants, révélant des éléments communs de dépendance, indépendamment de la substance ou du comportement. Cependant, il reste un fossé entre les avancées scientifiques et la compréhension par le grand public, les politiques publiques et les avancées en matière de traitement.

3) Cybersexe Addiction (Marque & Laierp. 2015). Extraits:

De nombreuses personnes utilisent les applications cybersexe, notamment la pornographie sur Internet. Certaines personnes perdent le contrôle de leur utilisation du cybersexe et déclarent qu'elles ne peuvent pas réglementer leur utilisation du cybersexe, même si elles ont subi des conséquences négatives. Dans de récents articles, la dépendance au cybersexe est considérée comme un type spécifique de dépendance à Internet. Certaines études actuelles ont étudié les parallèles entre la dépendance au cybersexe et d'autres dépendances comportementales, telles que le trouble du jeu sur Internet. La réactivité des mémoires et le besoin impérieux sont considérés comme jouant un rôle majeur dans la dépendance au cybersexe. En outre, les mécanismes neurocognitifs de développement et de maintien de la dépendance au cybersexe impliquent principalement des altérations de la prise de décision et des fonctions exécutives. Les études de neuroimagerie appuient l'hypothèse de points communs significatifs entre la dépendance au cybersexe et d'autres dépendances comportementales, ainsi que la dépendance à une substance.

4) Neurobiologie du comportement sexuel compulsif: sciences émergentes (Kraus et al.p. 2016). Extraits:

Bien que non inclus dans DSM-5, le comportement sexuel compulsif (CSB) peut être diagnostiqué dans la CIM-10 en tant que trouble du contrôle des impulsions. Cependant, il existe un débat sur la classification de CSB. Des recherches supplémentaires sont nécessaires pour comprendre le lien entre les caractéristiques neurobiologiques et les mesures pertinentes sur le plan clinique, telles que les résultats du traitement du CSB. Classer la CSB en tant que «dépendance au comportement» aurait des implications importantes sur les efforts en matière de politique, de prévention et de traitement… .. Étant donné certaines similitudes entre la CSB et la toxicomanie, les interventions efficaces contre la toxicomanie pourraient être prometteuses pour la CSB, donnant ainsi un aperçu des orientations futures de la recherche. cette possibilité directement.

5) Le comportement sexuel compulsif devrait-il être considéré comme une dépendance? (Kraus et al.p. 2016). Extraits:

Avec la sortie du DSM-5, le trouble du jeu a été reclassifié avec les troubles liés à l'utilisation de substances. Ce changement remettait en question les croyances selon lesquelles la dépendance se produisait uniquement par l'ingestion de substances psychotropes et aurait des implications importantes pour les stratégies en matière de politique, de prévention et de traitement. Les données suggèrent qu'un engagement excessif dans d'autres comportements (par exemple, le jeu, le sexe, les achats compulsifs) peut avoir des parallèles cliniques, génétiques, neurobiologiques et phénoménologiques avec la toxicomanie.

Un autre domaine nécessitant davantage de recherche consiste à examiner dans quelle mesure les changements technologiques peuvent influer sur les comportements sexuels humains. Etant donné que les données suggèrent que les comportements sexuels sont facilités via Internet et les applications pour smartphones, des recherches supplémentaires devraient examiner le lien entre les technologies numériques et le CSB (par exemple, la masturbation compulsive pour la pornographie sur Internet ou les salons de discussion sexuels) et l'engagement dans des comportements sexuels à risque (rapports sexuels sans condom, partenaires sexuels multiples). à l'occasion).

Des caractéristiques qui se chevauchent existent entre le CSB et les troubles liés à l'utilisation de substances. Les systèmes de neurotransmetteurs courants peuvent contribuer à la CSB et aux troubles liés à l'utilisation de substances, et des études récentes en neuroimagerie ont mis en évidence des similitudes en matière de manque de soif et de biais de l'attention. Des traitements pharmacologiques et psychothérapeutiques similaires peuvent être applicables à la CSB et à la toxicomanie.

6) Base neurobiologique de l'hypersexualité (Kuhn et Gallinatp. 2016). Extraits:

Les dépendances comportementales, et en particulier l'hypersexualité, devraient nous rappeler le fait que les dépendances reposent en réalité sur notre système de survie naturel. Le sexe est un élément essentiel de la survie des espèces car c'est la voie de la reproduction. Par conséquent, il est extrêmement important que le sexe soit considéré comme agréable et ait des propriétés primitives enrichissantes. Bien que cela puisse se transformer en dépendance à un moment donné, le sexe peut être poursuivi de manière dangereuse et contre-productive, mais la base neurale de la dépendance peut effectivement servir à des fins très importantes. but primordial poursuite des individus…. Pris dans leur ensemble, les éléments de preuve semblent impliquer que les altérations du lobe frontal, de l'amygdale, de l'hippocampe, de l'hypothalamus, du septum et des régions cérébrales transformant la récompense jouent un rôle prépondérant dans l'émergence de l'hypersexualité. Les études génétiques et les approches de traitement neuropharmacologiques indiquent une implication du système dopaminergique.

7) Comportement sexuel compulsif en tant que dépendance comportementale: l'impact d'Internet et d'autres problèmes (Griffiths, 2016). Extraits:

J'ai effectué des recherches empiriques sur de nombreuses dépendances comportementales (jeu, jeux vidéo, utilisation d'Internet, exercice, sexe, travail, etc.) et soutenu que certains types de comportement sexuel problématique peuvent être classés dans la dépendance au sexe, selon le type de dépendance. définition de la dépendance utilisée….

Que le comportement sexuel problématique soit décrit comme un comportement sexuel compulsif, une dépendance sexuelle et / ou un trouble hypersexuel, il existe des milliers de psychothérapeutes dans le monde qui traitent de tels troubles. Par conséquent, la communauté psychiatrique devrait accorder plus de crédibilité aux preuves cliniques fournies par ceux qui aident et traitent de tels individus….

Le développement le plus important dans le domaine de la CSB et de la dépendance sexuelle est sans doute la manière dont Internet change et facilite la CSB. Cela n'a pas été mentionné avant le paragraphe de conclusion, mais des recherches sur la dépendance sexuelle en ligne (tout en comprenant une petite base empirique) existent depuis la fin des années 1990, avec des échantillons allant jusqu'à près de 10 000 personnes. En fait, il y a eu des examens récents de données empiriques concernant la dépendance sexuelle et le traitement en ligne. Celles-ci ont souligné les nombreuses caractéristiques spécifiques d'Internet qui peuvent faciliter et stimuler les tendances addictives liées au comportement sexuel (accessibilité, abordabilité, anonymat, commodité, évasion, désinhibition, etc.).

8) À la recherche de la clarté dans les eaux boueuses: Considérations futures sur la classification du comportement sexuel compulsif en tant que dépendance (Kraus et al.p. 2016). Extraits:

Nous avons récemment examiné les preuves permettant de classer le comportement sexuel compulsif (CSB) en tant que dépendance sans substance (comportementale). Notre revue a révélé que CSB partageait des parallèles cliniques, neurobiologiques et phénoménologiques avec des troubles liés à l'utilisation de substances….

Bien que l’American Psychiatric Association ait rejeté le trouble hypersexuel du DSM-5, un diagnostic de CSB (conduite sexuelle excessive) peut être posé à l’aide du CIM-10. Le CSB est également examiné par la CIM-11, bien que son inclusion finale ne soit pas certaine. Les recherches futures devraient continuer à développer les connaissances et à renforcer le cadre permettant de mieux comprendre la CSB et de traduire cette information en efforts de politique, de prévention, de diagnostic et de traitement améliorés afin de minimiser les impacts négatifs de la CSB.

9) La pornographie sur Internet provoque-t-elle des dysfonctionnements sexuels? Un examen avec des rapports cliniques (Park et al., 2016). Revue approfondie de la littérature relative aux problèmes sexuels induits par la pornographie. Cette étude, qui associe les médecins de la marine américaine 7 et Gary Wilson, présente les données les plus récentes révélant une augmentation considérable du nombre de problèmes sexuels chez les jeunes. Il passe également en revue les études neurologiques liées à la dépendance à la pornographie et au conditionnement sexuel via la pornographie sur Internet. Les médecins fournissent des rapports cliniques 3 concernant des hommes ayant développé des dysfonctions sexuelles induites par la pornographie. Gary Wilson discute de l’importance d’étudier les effets de la pornographie en faisant en sorte que les sujets s’abstiennent de l’utiliser: Éliminer l'utilisation de la pornographie Internet chronique pour révéler ses effets (2016). Extraits:

Les facteurs traditionnels qui expliquaient les difficultés sexuelles des hommes semblent insuffisants pour expliquer la forte augmentation de la dysfonction érectile, le retard de l'éjaculation, la diminution de la satisfaction sexuelle et la diminution de la libido lors de rapports sexuels en couple chez les hommes sous 40. Cette revue (1) prend en compte des données provenant de plusieurs domaines: clinique, biologique (toxicomanie / urologie), psychologique (conditionnement sexuel), sociologique; et (2) présente une série de rapports cliniques, tous dans le but de proposer une direction possible pour la recherche future de ce phénomène. Les altérations du système de motivation du cerveau sont explorées comme une étiologie possible sous-jacente aux dysfonctionnements sexuels liés à la pornographie.

Cette revue prend également en compte les preuves que les propriétés uniques de la pornographie sur Internet (nouveauté illimitée, possibilité d'escalade facile vers du matériel plus extrême, format vidéo, etc.) peuvent être suffisamment puissantes pour conditionner l'excitation sexuelle à des aspects de la pornographie sur Internet qui ne passent pas facilement à la réalité. -les partenaires de la vie, de sorte que les relations sexuelles avec les partenaires souhaités peuvent ne pas s'inscrire comme répondant aux attentes et au déclin de l'excitation. Les rapports cliniques suggèrent que l'interruption de l'utilisation de la pornographie sur Internet est parfois suffisante pour inverser les effets négatifs, soulignant la nécessité d'une enquête approfondie en utilisant des méthodologies dont les sujets suppriment la variable d'utilisation de la pornographie sur Internet.

3.4. Neuroadaptations liées aux difficultés sexuelles induites par la pornographie sur Internet: nous émettons l'hypothèse que les difficultés sexuelles induites par la pornographie impliquent à la fois l'hyperactivité et l'hypoactivité dans le système de motivation du cerveau [72, 129] et les corrélats neuronaux de chacun, ou des deux, ont été identifiés dans des études récentes sur les utilisateurs de pornographie sur Internet [31, 48, 52, 53, 54, 86, 113, 114, 115, 120, 121, 130, 131, 132, 133, 134].

10) Intégration des considérations psychologiques et neurobiologiques relatives au développement et à la maintenance de troubles spécifiques d’utilisation d’Internet: modèle d’interaction personne-affect-cognition-exécution (Brand et al.p. 2016). Examen des mécanismes sous-jacents au développement et à la maintenance de troubles liés à l'utilisation d'Internet, notamment le «trouble d'affichage de la pornographie sur Internet». Les auteurs suggèrent que la dépendance à la pornographie (et au cybersexe) soit classée dans la catégorie des troubles de l’utilisation d’Internet et associée à d’autres dépendances comportementales dans le cadre de troubles de l’utilisation de substances comme comportement addictif. Extraits:

Bien que le DSM-5 se concentre sur les jeux sur Internet, un nombre significatif d’auteurs indique que les personnes à la recherche d’un traitement peuvent également utiliser d’autres applications ou sites Internet de manière toxicomane….

D'après l'état actuel des recherches, nous suggérons d'inclure les troubles liés à Internet dans le prochain CIM-11. Il est important de noter qu'au-delà du trouble du jeu sur Internet, d'autres types d'applications sont également utilisés de manière problématique. Une approche pourrait impliquer l’introduction d’un terme général de trouble de l’utilisation d’Internet, qui pourrait ensuite être spécifié en fonction de l’application de premier choix utilisée (par exemple, trouble de jeu sur Internet, trouble de jeu sur Internet, trouble d’utilisation de la pornographie sur Internet, etc.). Trouble de la communication Internet et trouble de la vente par Internet).

11) Neurobiology of Sexual Addiction: Chapitre de Neurobiology of Addictions, Oxford Press (Hilton et al., 2016) - Extraits:

Nous examinons les fondements neurobiologiques de la dépendance, y compris la dépendance naturelle ou liée au processus, puis nous discutons de son lien avec notre compréhension actuelle de la sexualité en tant que récompense naturelle pouvant devenir fonctionnellement «ingérable» dans la vie d'un individu….

Il est clair que la définition et la compréhension actuelles de la dépendance ont évolué en raison de l’injection de connaissances sur la façon dont le cerveau apprend et souhaite. Alors que la dépendance sexuelle était auparavant définie uniquement en fonction de critères comportementaux, elle est également considérée à travers le prisme de la neuromodulation. Ceux qui ne comprendront pas ou ne comprendront pas ces concepts continueront peut-être à s'accrocher à une perspective plus naïve sur le plan neurologique, mais ceux qui sont capables de comprendre le comportement dans le contexte de la biologie, ce nouveau paradigme fournit une définition intégrale et fonctionnelle de la dépendance sexuelle qui le scientifique et le clinicien.

12) Approches neuroscientifiques de la toxicomanie en ligne (Stark et Kluckenp. 2017) - Extraits:

La disponibilité de matériel pornographique a considérablement augmenté avec le développement d'Internet. De ce fait, les hommes demandent plus souvent un traitement parce que l'intensité de leur consommation de pornographie est incontrôlable. c'est-à-dire qu'ils ne sont pas capables d'arrêter ou de réduire leur comportement problématique bien qu'ils soient confrontés à des conséquences négatives…. Au cours des deux dernières décennies, plusieurs études portant sur des approches neuroscientifiques, notamment l'imagerie par résonance magnétique fonctionnelle (IRMf), ont été menées pour explorer les corrélats neuraux de la surveillance de la pornographie dans des conditions expérimentales et les corrélats neuraux d'une utilisation excessive de la pornographie. Compte tenu des résultats précédents, une consommation excessive de pornographie peut être reliée à des mécanismes neurobiologiques déjà connus sous-tendant le développement de dépendances liées à une substance.

Enfin, nous avons résumé les études portant sur les corrélats de la consommation excessive de pornographie au niveau neural. Malgré le manque d'études longitudinales, il est plausible que les caractéristiques observées chez les hommes souffrant de dépendance sexuelle soient les résultats et non les causes d'une consommation excessive de pornographie. La plupart des études font état d'une réactivité des signaux plus forte dans le circuit de récompense vis-à-vis du matériel sexuel chez les utilisateurs excessifs de pornographie que chez les sujets témoins, ce qui reflète les conclusions des toxicomanies liées aux substances. Les résultats concernant la réduction de la connectivité préfrontale-striatale chez les sujets ayant une dépendance à la pornographie peuvent être interprétés comme un signe d'un contrôle cognitif altéré sur le comportement provoquant une dépendance.

13) Un comportement sexuel excessif est-il un trouble de dépendance? (Potenza et al.p. 2017) - Extraits:

Les troubles du comportement sexuel compulsif (opérationnalisés en tant que trouble hypersexuel) ont été pris en compte dans le DSM-5 mais ont finalement été exclus, malgré la génération de critères formels et de tests sur le terrain. Cette exclusion a entravé les efforts de prévention, de recherche et de traitement et a laissé les cliniciens sans diagnostic officiel de trouble du comportement sexuel compulsif.

La recherche sur la neurobiologie des troubles du comportement sexuel compulsif a généré des résultats liés aux biais attentionnels, aux attributions de saillance incitatives et à la réactivité des signaux basés sur le cerveau qui suggèrent des similitudes substantielles avec les dépendances. Le trouble du comportement sexuel compulsif est proposé comme trouble de contrôle des impulsions dans la CIM-11, conformément à l'idée proposée selon laquelle le désir, l'engagement continu malgré les conséquences néfastes, l'engagement compulsif et le contrôle diminué représentent les caractéristiques essentielles des troubles du contrôle des impulsions.

Cette opinion aurait pu être appropriée pour certains troubles du contrôle des impulsions du DSM-IV, en particulier le jeu pathologique. Cependant, ces éléments ont longtemps été considérés comme essentiels aux dépendances, et lors de la transition du DSM-IV au DSM-5, la catégorie des troubles du contrôle des impulsions non classés ailleurs a été restructurée, le jeu pathologique ayant été renommé et reclassé comme trouble addictif. À l'heure actuelle, le projet de site bêta de la CIM-11 répertorie les troubles du contrôle des impulsions et comprend les troubles du comportement sexuel compulsif, la pyromanie, la kleptomanie et les troubles explosifs intermittents.

Le trouble du comportement sexuel compulsif semble bien s'accorder avec les troubles addictifs proposés pour la CIM-11, conformément au terme plus étroit de dépendance au sexe actuellement proposé pour le trouble du comportement sexuel compulsif sur le site Web provisoire de la CIM-11. Nous pensons que la classification du trouble de comportement sexuel compulsif en tant que trouble de dépendance correspond aux données récentes et pourrait profiter aux cliniciens, aux chercheurs et aux personnes souffrant de ce trouble et personnellement touchées par ce trouble.

14) Neurobiology of Pornography Addiction - Une revue clinique (De Sousa et Lodhap. 2017) - Extraits:

La revue aborde d’abord la neurobiologie de base de la toxicomanie avec le circuit de récompense de base et les structures généralement impliquées dans toute dépendance. L'accent est ensuite mis sur la dépendance à la pornographie et les études effectuées sur la neurobiologie de la maladie sont passées en revue. Le rôle de la dopamine dans la dépendance à la pornographie est examiné, ainsi que le rôle de certaines structures cérébrales, comme le montrent les études par IRM. Les études IRMf impliquant des stimuli sexuels visuels ont été largement utilisées pour étudier les neurosciences à l'origine de l'utilisation de la pornographie et les résultats de ces études sont mis en évidence. L'effet de la dépendance à la pornographie sur les fonctions cognitives d'ordre supérieur et la fonction exécutive est également souligné.

Au total, des articles 59 ont été identifiés, comprenant des revues, des mini revues et des articles de recherche originaux sur les problèmes d'utilisation de la pornographie, de toxicomanie et de neurobiologie. Les documents de recherche examinés ici étaient centrés sur ceux qui ont élucidé les bases neurobiologiques de la dépendance à la pornographie. Nous avons inclus des études avec une taille d’échantillon décente et une méthodologie solide avec une analyse statistique appropriée. Certaines études comportant moins de participants, de séries de cas, de rapports de cas et d'études qualitatives ont également été analysées pour cet article. Les deux auteurs ont passé en revue tous les articles et les plus pertinents ont été choisis pour cet examen. Cela a été complété par l'expérience clinique personnelle des deux auteurs qui travaillent régulièrement avec des patients pour lesquels la dépendance à la pornographie et la visualisation sont un symptôme pénible. Les auteurs ont également une expérience psychothérapeutique avec ces patients, qui apporte une valeur ajoutée à la compréhension neurobiologique.

15) La preuve du pudding est dans la dégustation: des données sont nécessaires pour tester des modèles et des hypothèses liés aux comportements sexuels compulsifs (Gola et Potenzap. 2018) - Extraits:

Comme décrit ailleurs (Kraus, Voon et Potenza, 2016), les publications sur le CSB sont de plus en plus nombreuses, atteignant plus de 11,400 2015 en XNUMX. Néanmoins, les questions fondamentales sur la conceptualisation du CSB restent sans réponse (Potenza, Gola, Voon, Kor, & Kraus, 2017). Il serait pertinent d’examiner comment le DSM et le Classification internationale des maladies (CIM) fonctionnent en ce qui concerne les processus de définition et de classification. Ce faisant, nous pensons qu'il est pertinent de se concentrer sur les troubles du jeu (également connus sous le nom de jeu pathologique) et sur la manière dont ils ont été pris en compte dans les DSM-IV et DSM-5 (ainsi que dans la CIM-10 et la future CIM-11). Dans le DSM-IV, le jeu pathologique était classé dans la catégorie «Trouble du contrôle de l’impulsion non classé ailleurs». Dans le DSM-5, il était reclassé dans la catégorie «Trouble lié à la substance et à la dépendance»…. Une approche similaire devrait être appliquée à la CSB, qui est actuellement à l’inclusion en tant que trouble du contrôle des impulsions dans la CIM-11 (Grant et al., 2014; Kraus et al., 2018)….

Parmi les domaines pouvant suggérer des similitudes entre la CSB et les troubles de dépendance, il y a les études de neuroimagerie, plusieurs études récentes ayant été omises par Walton et al. (2017). Les études initiales ont souvent examiné le CSB par rapport aux modèles de dépendance (revus dans Gola, Wordecha, Marchewka, & Sescousse, 2016b; Kraus, Voon et Potenza, 2016b). Un modèle de premier plan - la théorie de la saillance incitative (Robinson & Berridge, 1993) - affirme que chez les personnes dépendantes, les indices associés à des substances d'abus peuvent acquérir de fortes valeurs incitatives et provoquer une envie de fumer. De telles réactions peuvent concerner des activations de régions cérébrales impliquées dans le traitement de la récompense, y compris le striatum ventral. Les tâches évaluant la réactivité des signaux et le traitement des récompenses peuvent être modifiés pour étudier la spécificité des signaux (p. Ex., Monétaires ou érotiques) à des groupes spécifiques (Sescousse, Barbalat, Domenech et Dreher, 2013), et nous avons récemment appliqué cette tâche à l’étude d’un échantillon clinique (Gola et al., 2017).

Nous avons constaté que les personnes qui recherchaient un traitement pour une utilisation problématique de la pornographie et de la masturbation, par rapport à des sujets de contrôle sains (par âge, sexe, revenu, religiosité, quantité de contacts sexuels avec des partenaires, excitation sexuelle), présentaient une réactivité striatale ventrale accrue pour des indices érotiques récompenses, mais pas pour les récompenses associées et non pour les indices et récompenses monétaires. Ce modèle de réactivité cérébrale est conforme à la théorie de la saillance incitative et suggère qu'une caractéristique clé de la CSB peut impliquer une réactivité ou une envie induite par des signaux initialement neutres associés à l'activité sexuelle et aux stimuli sexuels.

Des données supplémentaires suggèrent que d'autres circuits et mécanismes cérébraux peuvent être impliqués dans le CSB, et ceux-ci peuvent inclure le cingulaire antérieur, l'hippocampe et l'amygdale (Banca et al., 2016; Klucken, Wehrum-Osinsky, Schweckendiek, Kruse et Stark, 2016; Voon et al., 2014). Parmi ceux-ci, nous avons émis l'hypothèse que le circuit prolongé de l'amygdale lié à une forte réactivité aux menaces et à l'anxiété peut être particulièrement pertinent sur le plan clinique (Gola, Miyakoshi, & Sescousse, 2015; Gola et Potenza, 2016) sur la base d'observations montrant que certains individus CSB présentent un niveau d'anxiété élevé (Gola et al., 2017) et les symptômes du CSB peuvent être réduits en même temps qu'une réduction pharmacologique de l'anxiété (Gola & Potenza, 2016) ...

16) Promotion des initiatives en matière d’éducation, de classification, de traitement et de politique Commentaire sur: Trouble du comportement sexuel compulsif dans le cadre de la CIM-11 (Kraus et coll.., 2018) - le manuel de diagnostic médical le plus utilisé au monde, La classification internationale des maladies (ICD-11), contient un nouveau diagnostic approprié pour la dépendance au porno: «Trouble du comportement sexuel compulsif. ”Extraits:

Pour de nombreuses personnes qui éprouvent des schémas persistants de difficultés ou d'échecs dans le contrôle des impulsions ou des pulsions sexuelles intenses et répétitives qui entraînent un comportement sexuel associé à une détresse marquée ou à une altération marquée du fonctionnement personnel, familial, social, éducatif, professionnel ou dans d'autres domaines importants est très important pour pouvoir nommer et identifier leur problème. Il est également important que les prestataires de soins (c'est-à-dire les cliniciens et les conseillers) auprès desquels les personnes peuvent demander de l'aide connaissent les OSC. Au cours de nos études portant sur plus de 3,000 sujets recherchant un traitement pour le CSB, nous avons fréquemment entendu dire que les personnes souffrant de CSB rencontrent de multiples obstacles lors de leur recherche d'aide ou en contact avec des cliniciens (Dhuffar et Griffiths, 2016).

Les patients signalent que les cliniciens peuvent éviter le sujet, déclarer que de tels problèmes n'existent pas ou suggérer que l'on a une forte pulsion sexuelle et devraient l'accepter au lieu de traiter (malgré le fait que pour ces personnes, les CSB peuvent se sentir ego-dystoniques et conduire aux conséquences négatives multiples). Nous croyons que des critères bien définis pour le trouble des CSB favoriseront les efforts éducatifs, y compris l'élaboration de programmes de formation sur la façon d'évaluer et de traiter les personnes présentant des symptômes du trouble des CSB. Nous espérons que ces programmes feront partie de la formation clinique des psychologues, des psychiatres et d'autres fournisseurs de services de santé mentale, ainsi que d'autres fournisseurs de soins, y compris les fournisseurs de soins primaires, tels que les médecins généralistes.

Les questions de base sur la meilleure façon de conceptualiser le trouble de la CSB et de fournir des traitements efficaces doivent être abordées. La proposition actuelle de classer le trouble de la CSB en tant que trouble du contrôle de l’impulsion est controversée dans la mesure où d’autres modèles ont été proposés (Kor, Fogel, Reid et Potenza, 2013). Il existe des données suggérant que CSB partage de nombreuses caractéristiques avec les dépendances (Kraus et coll., 2016), y compris des données récentes indiquant une réactivité accrue des régions cérébrales associées aux récompenses en réponse à des signaux associés à des stimuli érotiques (Marque, Snagowski, Laier et Maderwald, 2016; Gola, Wordecha, Marchewka et Sescousse, 2016; Gola et coll., 2017; Klucken, Wehrum-Osinsky, Schweckendiek, Kruse et Stark, 2016; Voon et coll., 2014).

En outre, les données préliminaires suggèrent que la naltrexone, un médicament présentant des indications pour les troubles liés à la consommation d'alcool et d'opioïdes, peut être utile pour le traitement des CSB (Kraus, Meshberg-Cohen, Martino, Quinones et Potenza, 2015; Raymond, Grant et Coleman, 2010). En ce qui concerne la classification proposée par le trouble CSB en tant que trouble du contrôle de l’impulsion, il existe des données suggérant que les personnes recherchant un traitement pour une forme de trouble CSB, l’utilisation problématique de la pornographie, ne diffèrent pas de la population en général en termes d’impulsivité. On leur présente plutôt une anxiété accrue (Gola, Miyakoshi et Sescousse, 2015; Gola et coll., 2017), et un traitement pharmacologique ciblant les symptômes d'anxiété peut être utile pour réduire certains symptômes de la CSB (Gola et Potenza, 2016). Bien qu'il ne soit peut-être pas encore possible de tirer des conclusions définitives concernant la classification, davantage de données semblent soutenir la classification en tant que trouble de dépendance par rapport à un trouble de contrôle des impulsions (Kraus et coll., 2016), des recherches supplémentaires sont nécessaires pour examiner les relations avec d’autres affections psychiatriques (Potenza et coll., 2017).

17) Comportement sexuel compulsif chez l'homme et modèles précliniques (2018) - Extraits:

Le comportement sexuel compulsif (CSB) est largement considéré comme une «dépendance comportementale» et constitue une menace majeure pour la qualité de vie et la santé physique et mentale. Cependant, la CSB a été lente à être reconnue cliniquement comme un trouble pouvant être diagnostiqué. CSB est comorbide de troubles affectifs et de troubles liés à l'utilisation de substances. Des études récentes en neuroimagerie ont mis en évidence des troubles neurologiques partagés ou se chevauchant, en particulier dans les régions cérébrales contrôlant la saillance de la motivation et le contrôle inhibiteur. Les études cliniques de neuroimagerie examinées ont permis d'identifier des modifications structurelles et / ou fonctionnelles du cortex préfrontal, de l'amygdale, du striatum et du thalamus chez des sujets atteints de CSB. Un modèle préclinique pour étudier les fondements neuronaux de la CSB chez le rat mâle est discuté, consistant en une procédure d'aversion conditionnée pour examiner la recherche d'un comportement sexuel malgré les conséquences négatives connues.

Étant donné que la CSB partage des caractéristiques avec d'autres troubles compulsifs, à savoir la toxicomanie, la comparaison des résultats obtenus chez la CSB et chez les toxicomanes, peut être utile pour identifier des pathologies neuronales communes médiateurs de la comorbidité de ces troubles. En effet, de nombreuses études ont montré des modèles similaires d'activité neurale et de connectivité au sein de structures limbiques impliquées à la fois dans le CSB et dans la consommation de drogue chronique [87 – 89].

En conclusion, cette revue résume les études comportementales et de neuro-imagerie sur le CSB humain et la comorbidité avec d'autres troubles, y compris la toxicomanie. Ensemble, ces études indiquent que le CSB est associé à des altérations fonctionnelles du cortex cingulaire antérieur et antérieur, de l'amygdale, du striatum et du thalamus dorsaux, en plus d'une connectivité réduite entre l'amygdale et le cortex préfrontal. De plus, un modèle préclinique de CSB chez le rat mâle a été décrit, incluant de nouvelles preuves d'altérations neuronales dans la mPFC et l'OFC corrélées à la perte de contrôle inhibiteur du comportement sexuel. Ce modèle préclinique offre une occasion unique de tester des hypothèses clés pour identifier les prédispositions et les causes sous-jacentes de la CSB et de la comorbidité avec d'autres troubles.

18) Dysfonctionnements sexuels à l'ère d'Internet (2018) - extrait:

Un faible désir sexuel, une satisfaction réduite dans les rapports sexuels et une dysfonction érectile (DE) sont de plus en plus courants dans la population jeune. Dans une étude italienne de 2013, jusqu'à 25% des sujets souffrant de dysfonction érectile étaient âgés de moins de 40 ans [1], et dans une étude similaire publiée en 2014, plus de la moitié des hommes canadiens ayant une expérience sexuelle entre 16 et 21 ans souffrait d'une sorte de trouble sexuel [2]. Dans le même temps, la prévalence des modes de vie malsains associés à la dysfonction érectile organique n'a pas changé de manière significative ou a diminué au cours des dernières décennies, ce qui suggère que la dysfonction érectile psychogène est en augmentation [3].

Le DSM-IV-TR définit certains comportements ayant des qualités hédoniques, tels que le jeu, les achats, les comportements sexuels, l'utilisation d'Internet et l'utilisation de jeux vidéo, comme des «troubles du contrôle des impulsions non classés ailleurs» - même si ceux-ci sont souvent décrits comme des dépendances comportementales [4 ]. Une enquête récente a suggéré le rôle de la dépendance comportementale dans les dysfonctionnements sexuels: des altérations des voies neurobiologiques impliquées dans la réponse sexuelle pourraient être la conséquence de stimuli supernormaux répétés d'origines diverses.

Parmi les dépendances comportementales, l'utilisation problématique d'Internet et la consommation de pornographie en ligne sont souvent citées comme facteurs de risque possibles de dysfonctionnement sexuel, souvent sans frontière nette entre les deux phénomènes. Les utilisateurs en ligne sont attirés par la pornographie sur Internet en raison de son anonymat, de son prix abordable et de son accessibilité. Dans de nombreux cas, son utilisation peut conduire les utilisateurs à une dépendance au cybersexe: dans ce cas, les utilisateurs sont plus susceptibles d'oublier le rôle «évolutif» du sexe. plus d'excitation dans le matériel sexuellement explicite auto-sélectionné que dans les rapports sexuels.

En littérature, les chercheurs sont discordants sur les fonctions positives et négatives de la pornographie en ligne. D'un point de vue négatif, il représente la principale cause du comportement masturbatoire compulsif, de la dépendance au cybersexe et même du dysfonctionnement érectile.

19) Mécanismes neurocognitifs dans les troubles du comportement sexuel compulsif (2018) - Extraits:

À ce jour, la plupart des recherches en neuro-imagerie sur les comportements sexuels compulsifs ont mis en évidence des mécanismes qui se chevauchent qui sous-tendent les comportements sexuels compulsifs et les dépendances non sexuelles. Le comportement sexuel compulsif est associé à une altération du fonctionnement des régions cérébrales et des réseaux impliqués dans la sensibilisation, l'accoutumance, le dyscontrôle des impulsions et le traitement des récompenses selon des schémas tels que la toxicomanie, le jeu et les dépendances. Les régions clés du cerveau liées aux caractéristiques de la CSB comprennent les cortex frontal et temporal, l'amygdale et le striatum, y compris le noyau accumbens.

CSBD a été inclus dans la version actuelle duICD-11 en tant que trouble du contrôle des impulsions [39]. Comme le décrit l'OMS, «les troubles du contrôle des impulsions sont caractérisés par l'incapacité répétée de résister à une impulsion, à une impulsion ou au besoin impérieux d'accomplir un acte gratifiant pour la personne, du moins à court terme, malgré des conséquences telles que des délais plus longs. - préjudice à long terme causé à l'individu ou à autrui, désarroi marqué par le comportement, ou altération significative du fonctionnement personnel, familial, social, éducatif, professionnel ou dans d'autres domaines importants du fonctionnement »[39]. Les résultats actuels soulèvent des questions importantes concernant la classification du CSBD. De nombreux troubles caractérisés par une diminution du contrôle des impulsions sont classés ailleurs dans le ICD-11 (par exemple, les troubles liés au jeu, au jeu et à la consommation de substances sont classés comme étant des troubles de dépendance) [123].

20) Une compréhension actuelle de la neuroscience comportementale du trouble sexuel compulsif et de l'utilisation problématique de la pornographie (2018) - Extraits:

Des études neurobiologiques récentes ont révélé que les comportements sexuels compulsifs sont associés à une altération du traitement du matériel sexuel et à des différences dans la structure et la fonction du cerveau.

Les résultats résumés dans notre aperçu suggèrent des similitudes pertinentes avec les dépendances liées au comportement et aux substances, qui partagent de nombreuses anomalies trouvées pour le CSBD (comme examiné dans [127]). Bien que cela dépasse le cadre du présent rapport, les dépendances aux substances et aux comportements sont caractérisées par une réactivité des signaux altérée indexée par des mesures subjectives, comportementales et neurobiologiques (aperçus et revues: [128, 129, 130, 131, 132, 133]; de l'alcool: [134, 135]; cocaïne: [136, 137]; le tabac: [138, 139]; jeux d'argent: [140, 141]; jeux: [142, 143]). Les résultats concernant la connectivité fonctionnelle à l'état de repos montrent des similitudes entre le CSBD et d'autres dépendances [144, 145].

Bien que peu d’études neurobiologiques aient été menées à ce jour sur la CSBD, les données existantes suggèrent que les anomalies neurobiologiques partagent des similitudes avec d’autres additions telles que l’utilisation de substances et les troubles liés au jeu. Ainsi, les données existantes suggèrent que sa classification pourrait être mieux adaptée à une dépendance comportementale qu'à un trouble du contrôle des impulsions.

21) Réactivité striatale ventrale dans les comportements sexuels compulsifs (2018) - Extraits:

Les comportements sexuels compulsifs (CSB) constituent une raison de rechercher un traitement. Compte tenu de cette réalité, le nombre d'études sur la CSB a considérablement augmenté au cours de la dernière décennie et l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a inclus la CSB dans sa proposition de la prochaine CIM-11 …… De notre point de vue, il est utile de déterminer si la CSB peuvent être distingués en deux sous-types caractérisés par: (1) les comportements sexuels interpersonnels dominants et (2) les comportements sexuels solitaires dominants et l'observation de la pornographie (48, 49).

Le nombre d'études disponibles sur le CSB (et les populations subcliniques d'utilisateurs fréquents de pornographie) est en augmentation constante. Parmi les études actuellement disponibles, nous avons pu trouver neuf publications (Tableau 1) qui utilisait l’imagerie par résonance magnétique fonctionnelle. Seulement quatre d’entre eux (36-39) examiné directement le traitement des signaux et / ou récompenses érotiques et les résultats rapportés concernant les activations du striatum ventral. Trois études indiquent une réactivité striatale ventrale accrue pour les stimuli érotiques (36-39) ou des signaux prédictifs de tels stimuli (36-39). Ces résultats sont compatibles avec la théorie de la saillance incitative (TSI) (28), l’un des cadres les plus importants décrivant le fonctionnement du cerveau dans la toxicomanie. Le seul support pour un autre cadre théorique qui prédit l'hypoactivation du striatum ventral dans la toxicomanie, la théorie RDS (29, 30), provient en partie d'une étude (37), où les sujets atteints de CSB présentaient une activation striatale inférieure ventrale pour des stimuli excitants par rapport aux témoins.

22) Porno-dépendance en ligne: Ce que nous savons et ce que nous ne faisons pas - Revue systématique (2019)- Extraits:

Au cours des dernières années, il y a eu une vague d'articles liés aux dépendances comportementales; certains d'entre eux se concentrent sur la dépendance à la pornographie en ligne. Cependant, malgré tous les efforts, nous ne sommes toujours pas en mesure de profiler lorsque s'engager dans ce comportement devient pathologique. Les problèmes communs incluent: le biais d'échantillonnage, la recherche d'instruments diagnostiques, les approximations opposées à la question et le fait que cette entité peut être englobée dans une plus grande pathologie (c'est-à-dire la dépendance sexuelle) qui peut se présenter avec une symptomatologie très diversifiée. Les dépendances comportementales constituent un domaine d'étude largement inexploré et présentent généralement un modèle de consommation problématique: perte de contrôle, altération et utilisation à risque.

Le trouble hypersexuel correspond à ce modèle et peut être composé de plusieurs comportements sexuels, comme l'utilisation problématique de la pornographie en ligne (POPU). L'utilisation de la pornographie en ligne est en augmentation, avec un potentiel de dépendance compte tenu de l'influence du «triple A» (accessibilité, abordabilité, anonymat). Cette utilisation problématique pourrait avoir des effets néfastes sur le développement sexuel et le fonctionnement sexuel, en particulier chez les jeunes.

À notre connaissance, un certain nombre d'études récentes soutiennent cette entité comme une dépendance comportant des manifestations cliniques importantes telles que le dysfonctionnement sexuel et le mécontentement psychosexuel. La plupart des travaux existants sont basés sur des recherches similaires menées sur des toxicomanes, fondées sur l'hypothèse de la pornographie en ligne en tant que "stimulus supranormal", qui s'apparente à une substance réelle qui, par le biais d'une consommation continue, peut déclencher un trouble de dépendance. Toutefois, des concepts tels que la tolérance et l’abstinence ne sont pas encore suffisamment établis pour mériter l’étiquetage de la dépendance et constituent donc un élément crucial de la recherche future. Pour le moment, une entité diagnostique englobant un comportement sexuel hors de contrôle a été incluse dans la CIM-11 en raison de sa pertinence clinique actuelle. Elle sera certainement utile pour traiter les patients présentant ces symptômes qui demandent l'aide des cliniciens.

23) Occurrence et développement de la dépendance à la pornographie en ligne: facteurs de susceptibilité individuels, mécanismes de renforcement et mécanismes neuronaux (2019) - Extraits:

L'initiation et le développement de la dépendance au cybersexe ont deux étapes avec le conditionnement classique et le conditionnement opérant. Premièrement, les individus utilisent parfois le cybersexe par divertissement et par curiosité. À ce stade, l'utilisation d'appareils Internet est associée à une excitation sexuelle et les résultats du conditionnement classique conduisent en outre à une sensibilisation aux indices liés au cybersexe qui déclenchent une envie intense. Les vulnérabilités individuelles facilitent également la sensibilisation aux indices liés au cybersexe. Lors de la deuxième étape, les individus utilisent fréquemment le cybersexe pour satisfaire leurs désirs sexuels. Au cours de ce processus, les biais cognitifs liés au cybersexe comme l'attente positive du cybersexe et le mécanisme d'adaptation comme son utilisation pour gérer les émotions négatives sont renforcés positivement, ces traits personnels associés avec la dépendance au cybersexe comme le narcissisme, la recherche de sensations sexuelles, l'excitabilité sexuelle, le dysfonctionnement du sexe sont également renforcés positivement, tandis que les troubles de la personnalité courants comme la nervosité, la faible estime de soi et les psychopathologies comme la dépression, l'anxiété sont renforcés négativement.

Les déficits des fonctions exécutives se produisent en raison de l'utilisation à long terme du cybersexe. L'interaction des déficits des fonctions exécutives et de l'envie intense favorise le développement et le maintien de la dépendance au cybersexe. Des recherches utilisant des outils d'électrophysiologie et d'imagerie cérébrale principalement pour étudier la dépendance au cybersexe ont révélé que les toxicomanes peuvent développer un désir de plus en plus robuste de cybersexe lorsqu'ils font face à des indices liés au cybersexe, mais ils se sentent de moins en moins agréables lors de son utilisation. Des études fournissent des preuves d'une envie intense déclenchée par des indices liés au cybersexe et une fonction exécutive altérée.

En conclusion, les personnes vulnérables à la dépendance au cybersexe ne peuvent pas arrêter l'utilisation du cybersexe en raison d'une envie de plus en plus intense de cybersexe et d'une fonction exécutive altérée, mais elles se sentent de moins en moins satisfaites lorsqu'elles l'utilisent et recherchent de plus en plus de matériel pornographique original. en ligne au prix de beaucoup de temps et d'argent. Une fois qu'ils réduisent l'utilisation du cybersexe ou qu'ils en cessent tout simplement, ils souffriront d'une série d'effets indésirables tels que la dépression, l'anxiété, le dysfonctionnement de l'érection, le manque d'excitation sexuelle.

24) Théories, prévention et traitement du trouble de l'utilisation de la pornographie (2019)- Extraits:

Un trouble du comportement sexuel compulsif, y compris une utilisation problématique de la pornographie, a été inclus dans la CIM-11 en tant que trouble du contrôle des impulsions. Les critères diagnostiques de ce trouble sont toutefois très similaires à ceux des troubles dus à des comportements addictifs, par exemple les activités sexuelles répétitives sont au centre de la vie de la personne, les efforts infructueux pour réduire de manière significative les comportements sexuels répétitifs et les comportements sexuels répétitifs conséquences négatives (WHO, 2019). De nombreux chercheurs et cliniciens soutiennent également que l’utilisation problématique de la pornographie peut être considérée comme une dépendance comportementale.

La réactivité de la cue et le besoin impérieux, associés à un contrôle inhibiteur réduit, à des cognitions implicites (par exemple, des tendances d'approche) et à des expériences de gratification et de compensation liées à l'utilisation de la pornographie ont été démontrés chez des individus présentant des symptômes de trouble d'utilisation de la pornographie. Des études neuroscientifiques confirment l'implication de circuits cérébraux liés à la dépendance, y compris le striatum ventral et d'autres parties des boucles fronto-striatales, dans le développement et le maintien de l'utilisation problématique de la pornographie. Des rapports de cas et des études de validation de concept suggèrent l'efficacité d'interventions pharmacologiques, telles que la naltrexone, un antagoniste des opioïdes, pour traiter les personnes présentant un trouble de l'utilisation de la pornographie et un trouble du comportement sexuel compulsif.

Des considérations théoriques et des preuves empiriques suggèrent que les mécanismes psychologiques et neurobiologiques impliqués dans les troubles de dépendance sont également valables pour les troubles liés à la pornographie.

25) Utilisation de la pornographie problématique auto-perçue: un modèle d'intégration à partir des critères d'un domaine de recherche et d'une perspective écologique (2019) - Extraits

L'utilisation de la pornographie problématique auto-perçue semble être liée à de multiples unités d'analyse et à différents systèmes dans l'organisme. Sur la base des résultats du paradigme RDoC décrit ci-dessus, il est possible de créer un modèle cohérent dans lequel différentes unités d'analyse s'influencent mutuellement (figure 1). Il semble que des niveaux élevés de dopamine, présents dans l'activation naturelle du système de récompense lié à l'activité sexuelle et à l'orgasme, interfèrent avec la régulation du système VTA-NAc chez les personnes qui signalent SPPPU. Cette dérégulation conduit à une plus grande activation du système de récompense et à un conditionnement accru lié à l'utilisation de la pornographie, favorisant le comportement d'approche du matériel pornographique en raison de l'augmentation de la dopamine dans le noyau accumbens.

Une exposition continue à du matériel pornographique immédiat et facilement disponible semble créer un déséquilibre dans le système dopaminergique mésolimbique. Cet excès de dopamine active les voies de sortie du GABA, produisant de la dynorphine comme sous-produit, qui inhibe les neurones dopaminergiques. Lorsque la dopamine diminue, l'acétylcholine est libérée et peut générer un état aversif (Hoebel et al. 2007), créant le système de récompense négatif trouvé dans la deuxième étape des modèles de dépendance. Ce déséquilibre est également corrélé au passage d'une approche à un comportement d'évitement, observé chez les personnes qui signalent une utilisation problématique de la pornographie…. Ces changements dans les mécanismes internes et comportementaux chez les personnes atteintes de SPPPU sont similaires à ceux observés chez les personnes souffrant de toxicomanie et s'inscrivent dans des modèles de dépendance (Love et al.2015).

26) Dépendance au cybersexe: un aperçu du développement et du traitement d'un nouveau trouble émergent (2020) - Extraits:

La dépendance au cybersexe est une dépendance non liée à une substance qui implique une activité sexuelle en ligne sur Internet. De nos jours, divers types de choses liées au sexe ou à la pornographie sont facilement accessibles via les médias Internet. En Indonésie, la sexualité est généralement considérée comme tabou, mais la plupart des jeunes ont été exposés à la pornographie. Cela peut entraîner une dépendance avec de nombreux effets négatifs sur les utilisateurs, tels que les relations, l'argent et des problèmes psychiatriques comme la dépression majeure et les troubles anxieux.

27) Quelles conditions doivent être considérées comme des troubles dans la classification internationale des maladies (CIM-11) Désignation des «autres troubles spécifiés dus à des conduites addictives»? (2020) - Un examen par des experts en toxicomanie conclut que le trouble lié à l'utilisation de la pornographie est une condition qui devrait être diagnostiquée avec la catégorie CIM-11 «autres troubles spécifiés dus à des comportements addictifs». En d'autres termes, l'utilisation compulsive de la pornographie ressemble à d'autres addictions reconnues. Extraits:

Le trouble du comportement sexuel compulsif, comme cela a été inclus dans la catégorie des troubles du contrôle des impulsions de la CIM-11, peut inclure un large éventail de comportements sexuels, y compris le visionnage excessif de la pornographie qui constitue un phénomène cliniquement pertinent (Marque, Blycker et Potenza, 2019; Kraus et al., 2018). La classification des troubles du comportement sexuel compulsif a été débattue (Derbyshire et Grant, 2015), certains auteurs suggérant que le cadre de la toxicomanie est plus approprié (Gola et Potenza, 2018), ce qui peut être particulièrement le cas des personnes souffrant spécifiquement de problèmes liés à l'utilisation de la pornographie et non d'autres comportements sexuels compulsifs ou impulsifs (Gola, Lewczuk et Skorko, 2016; Kraus, Martino et Potenza, 2016).

Les directives de diagnostic pour les troubles du jeu partagent plusieurs caractéristiques avec celles concernant les troubles du comportement sexuel compulsif et peuvent être éventuellement adoptées en remplaçant «le jeu» par «l'utilisation de la pornographie». Ces trois caractéristiques essentielles ont été considérées comme essentielles à l'utilisation problématique de la pornographie (Marque, Blycker et al., 2019) et semblent correspondre de manière appropriée aux considérations de base (Fig. 1). Plusieurs études ont démontré la pertinence clinique (critère 1) d'une utilisation problématique de la pornographie, conduisant à des troubles fonctionnels dans la vie quotidienne, y compris la mise en danger du travail et des relations personnelles, et la justification du traitement (Gola et Potenza, 2016; Kraus, Meshberg-Cohen, Martino, Quinones et Potenza, 2015; Kraus, Voon et Potenza, 2016). Dans plusieurs études et articles de revue, des modèles issus de la recherche sur la toxicomanie (critère 2) ont été utilisés pour dériver des hypothèses et expliquer les résultats (Marque, Antons, Wegmann et Potenza, 2019; Marque, Wegmann et al., 2019; Brand, Young et autres, 2016; Stark et al., 2017; Wéry, Deleuze, Canale et Billieux, 2018). Les données des études d'auto-évaluation, comportementales, électrophysiologiques et de neuroimagerie montrent une implication des processus psychologiques et des corrélats neuronaux sous-jacents qui ont été étudiés et établis à des degrés divers pour les troubles liés à la consommation de substances et les troubles du jeu / jeux (critère 3). Les points communs notés dans les études antérieures comprennent la réactivité aux signaux et la soif accompagnée d'une activité accrue dans les zones cérébrales liées à la récompense, les biais attentionnels, la prise de décision désavantageuse et le contrôle inhibiteur (spécifique aux stimuli) (par exemple, Antons et marque, 2018; Antons, Mueller et al., 2019; Antons, Trotzke, Wegmann et Brand, 2019; Bothe et al., 2019; Marque, Snagowski, Laier et Maderwald, 2016; Gola et al., 2017; Klucken, Wehrum-Osinsky, Schweckendiek, Kruse et Stark, 2016; Kowalewska et al., 2018; Mechelmans et al., 2014; Stark, Klucken, Potenza, Brand et Strahler, 2018; Voon et al., 2014).

Sur la base des preuves examinées en ce qui concerne les trois critères de niveau méta proposés, nous suggérons que le trouble lié à la pornographie est une condition qui peut être diagnostiquée avec la catégorie de la CIM-11 «autres troubles spécifiés dus à des comportements addictifs» sur la base des trois noyaux critères de trouble du jeu, modifiés en ce qui concerne le visionnage de pornographie (Marque, Blycker et al., 2019). Une condition sine qua non pour considérer les troubles liés à l'utilisation de la pornographie dans cette catégorie serait que l'individu souffre uniquement et spécifiquement d'une diminution du contrôle de la consommation de pornographie (de nos jours la pornographie en ligne dans la plupart des cas), qui n'est pas accompagnée d'autres comportements sexuels compulsifs (Kraus et al., 2018). En outre, le comportement ne devrait être considéré comme un comportement addictif que s'il est lié à une déficience fonctionnelle et à des conséquences négatives dans la vie quotidienne, comme c'est également le cas pour les troubles du jeu (Billieux et al., 2017; Organisation mondiale de la santé, 2019). Cependant, nous notons également que les troubles liés à la pornographie peuvent actuellement être diagnostiqués avec le diagnostic actuel de la CIM-11 de trouble du comportement sexuel compulsif étant donné que la visualisation de la pornographie et les comportements sexuels qui l'accompagnent fréquemment (le plus souvent la masturbation mais potentiellement d'autres activités sexuelles, y compris le sexe en couple) peuvent répondent aux critères du trouble du comportement sexuel compulsif (Kraus et Sweeney, 2019). Le diagnostic de trouble du comportement sexuel compulsif peut convenir aux personnes qui non seulement utilisent la pornographie de manière addictive, mais qui souffrent également d'autres comportements sexuels compulsifs non liés à la pornographie. Le diagnostic de trouble lié à l'utilisation de la pornographie en tant qu'autre trouble spécifié en raison de comportements addictifs peut être plus adéquat pour les personnes qui souffrent exclusivement d'une visualisation pornographique mal contrôlée (dans la plupart des cas accompagnée de masturbation). La question de savoir si une distinction entre l'utilisation de pornographie en ligne et hors ligne peut être utile est actuellement débattue, ce qui est également le cas pour les jeux en ligne / hors ligne (Király et Demetrovics, 2017).

28) La nature addictive des comportements sexuels compulsifs et de la consommation problématique de pornographie en ligne: un examen (2020) - Extraits:

Les résultats disponibles suggèrent qu'il existe plusieurs caractéristiques de la CSBD et de la POPU qui sont cohérentes avec les caractéristiques de la dépendance, et que les interventions utiles pour cibler les dépendances comportementales et aux substances justifient la prise en compte de l'adaptation et de l'utilisation pour soutenir les personnes atteintes de CSBD et de POPU. Bien qu'il n'y ait pas d'essais randomisés sur les traitements du CSBD ou du POPU, les antagonistes des opioïdes, la thérapie cognitivo-comportementale et l'intervention basée sur la pleine conscience semblent prometteurs sur la base de certains rapports de cas.

La neurobiologie du POPU et du CSBD implique un certain nombre de corrélats neuroanatomiques partagés avec des troubles de consommation de substances établis, des mécanismes neuropsychologiques similaires, ainsi que des altérations neurophysiologiques courantes dans le système de récompense de la dopamine.

Plusieurs études ont cité des schémas communs de neuroplasticité entre la dépendance sexuelle et les troubles de dépendance établis.

Reflétant la consommation excessive de substances, l'usage de pornographie excessive a un impact négatif sur plusieurs domaines de fonctionnement, de déficience et de détresse.

29) Comportements sexuels dysfonctionnels: définition, contextes cliniques, profils neurobiologiques et traitements (2020) - Extraits:

1. L'utilisation de la pornographie chez les jeunes, qui l'utilisent massivement en ligne, est liée à la diminution du désir sexuel et de l'éjaculation précoce, ainsi que dans certains cas aux troubles d'anxiété sociale, à la dépression, au DOC et au TDAH [30-32] .

2. Il existe une nette différence neurobiologique entre «employés sexuels» et «toxicomanes»: si les premiers ont une hypoactivité ventrale, les seconds se caractérisent plutôt par une plus grande réactivité ventrale pour les signaux érotiques et les récompenses sans hypoactivité des circuits de récompense. Cela suggérerait que les employés ont besoin de contacts physiques interpersonnels, alors que ces derniers ont tendance à être seuls [33,34]. De plus, les toxicomanes présentent une plus grande désorganisation de la substance blanche du cortex préfrontal [35].

3. La dépendance au porno, bien que distincte neurobiologiquement de la dépendance sexuelle, reste une forme de dépendance comportementale et cette dysfonctionnalité favorise une aggravation de l'état psychopathologique de la personne, impliquant directement et indirectement une modification neurobiologique au niveau de la désensibilisation au stimulus sexuel fonctionnel, une hypersensibilisation au stimulus de la dysfonction sexuelle, un niveau de stress marqué capable d'affecter les valeurs hormonales de l'axe hypophyso-hypothalamo-surrénalien et l'hypofrontalité des circuits préfrontaux [36].

4. La faible tolérance de la consommation de pornographie a été confirmée par une étude IRMf qui a révélé une présence plus faible de matière grise dans le système de récompense (striatum dorsal) par rapport à la quantité de pornographie consommée. Il a également constaté qu'une utilisation accrue de la pornographie était corrélée à une moindre activation du circuit de récompense tout en regardant brièvement des photos sexuelles. Les chercheurs pensent que leurs résultats indiquent une désensibilisation et peut-être une tolérance, qui est le besoin de plus de stimulation pour atteindre le même niveau d'excitation. En outre, des signaux de potentiel plus faible ont été trouvés dans Putamen chez des sujets dépendants de la pornographie [37].

5. Contrairement à ce que l'on pourrait penser, les accros au porno n'ont pas un désir sexuel élevé et la pratique masturbatoire associée à la visualisation de matériel pornographique diminue le désir favorisant également l'éjaculation précoce, car le sujet se sent plus à l'aise en solo. Par conséquent, les individus plus réactifs à la pornographie préfèrent effectuer des actes sexuels solitaires que partagés avec une personne réelle [38,39].

6. La suspension soudaine de la dépendance à la pornographie a des effets négatifs sur l'humeur, l'excitation et la satisfaction relationnelle et sexuelle [40,41].

7. L'usage massif de la pornographie facilite l'apparition de troubles psychosociaux et de difficultés relationnelles [42].

8. Les réseaux neuronaux impliqués dans le comportement sexuel sont similaires à ceux impliqués dans le traitement d'autres récompenses, y compris les dépendances.

30) Que faut-il inclure dans les critères du trouble du comportement sexuel compulsif? (2020) - Cet article important basé sur des recherches récentes corrige doucement certaines des affirmations trompeuses de la recherche sur le porno. Parmi les faits saillants, les auteurs adoptent le concept fallacieux de «l'incongruence morale» si populaire auprès des chercheurs pro-porn. Consultez également le tableau utile comparant Trouble du comportement sexuel compulsif et la proposition malheureuse DSM-5 sur les troubles hypersexuels. Extraits:

La diminution du plaisir dérivé du comportement sexuel peut également refléter la tolérance liée à une exposition répétitive et excessive à des stimuli sexuels, qui sont inclus dans les modèles de dépendance de CSBDKraus, Voon et Potenza, 2016) et soutenu par des découvertes neuroscientifiques (Gola et Draps, 2018). Un rôle important pour la tolérance concernant l'utilisation problématique de la pornographie est également suggéré dans les échantillons communautaires et subcliniques (Chen et al., 2021). ...

La classification du CSBD comme trouble du contrôle des impulsions mérite également d'être prise en considération. … Des recherches supplémentaires peuvent aider à affiner la classification la plus appropriée de CSBD comme cela s'est produit avec le trouble du jeu, reclassé de la catégorie des troubles du contrôle des impulsions à des dépendances sans substance ou comportementales dans le DSM-5 et la CIM-11. … L'impulsivité peut ne pas contribuer aussi fortement à l'utilisation problématique de la pornographie que certains l'ont proposé (Bőthe et al., 2019).

… Les sentiments d'incongruence morale ne devraient pas empêcher arbitrairement une personne de recevoir un diagnostic de CSBD. Par exemple, la visualisation de matériel sexuellement explicite qui n'est pas conforme à ses croyances morales (par exemple, la pornographie qui comprend la violence envers et l'objectivation des femmes (Bridges et al., 2010), racisme (Fritz, Malic, Paul et Zhou, 2020), thèmes du viol et de l'inceste (Bőthe et al., 2021; Rothman, Kaczmarsky, Burke, Jansen et Baughman, 2015) peut être signalé comme moralement incongru, et une visualisation objectivement excessive de ce matériel peut également entraîner une déficience dans plusieurs domaines (par exemple, juridique, professionnel, personnel et familial). De plus, on peut ressentir une incongruence morale à propos d'autres comportements (par exemple, le jeu dans les troubles du jeu ou la consommation de substances dans les troubles liés à l'usage de substances), mais l'incongruence morale n'est pas prise en compte dans les critères des conditions liées à ces comportements, même si elle peut justifier une considération pendant le traitement (Lewczuk, Nowakowska, Lewandowska, Potenza et Gola, 2020). ...

31) Prise de décision dans les troubles du jeu, l'utilisation problématique de la pornographie et l'hyperphagie boulimique: similitudes et différences (2021) - La revue donne un aperçu des mécanismes neurocognitifs du trouble du jeu (GD), de l'utilisation problématique de la pornographie (PPU) et de l'hyperphagie boulimique (BED), en se concentrant spécifiquement sur les processus de prise de décision liés au fonctionnement exécutif (cortex préfrontal). Extraits:

Des mécanismes communs sous-jacents aux troubles liés à l'usage de substances (SUD tels que l'alcool, la cocaïne et les opioïdes) et à des troubles ou comportements addictifs ou inadaptés (tels que GD et PPU) ont été suggérés [5,6,7,8, 9••]. Des fondements communs entre les dépendances et les urgences ont également été décrits, notamment le contrôle cognitif descendant [10,11,12] et le traitement des récompenses ascendant [13, 14] modifications. Les personnes atteintes de ces troubles présentent souvent un contrôle cognitif altéré et une prise de décision désavantageuse [12, 15,16,17]. Des déficits dans les processus de prise de décision et dans l'apprentissage axé sur les objectifs ont été constatés pour plusieurs troubles; ainsi, ils pourraient être considérés comme des caractéristiques transdiagnostiques cliniquement pertinentes [18,19,20]. Plus précisément, il a été suggéré que ces processus se retrouvent chez les personnes ayant des dépendances comportementales (p. Ex., Dans les modèles à double processus et autres modèles de toxicomanie) [21,22,23,24].

Des similitudes entre la CSBD et les dépendances ont été décrites, et un contrôle affaibli, une utilisation persistante malgré les conséquences néfastes et des tendances à prendre des décisions risquées peuvent être des caractéristiques communes (37•• 40).

Comprendre la prise de décision a des implications importantes pour l'évaluation et le traitement des personnes atteintes de DG, PPU et BED. Des modifications similaires dans la prise de décision sous risque et ambiguïté, ainsi qu'une plus grande actualisation des délais, ont été signalées dans GD, BED et PPU. Ces résultats soutiennent une caractéristique transdiagnostique qui peut se prêter à des interventions pour les troubles.

32) Quelles conditions doivent être considérées comme des troubles dans la classification internationale des maladies (CIM-11) Désignation des «autres troubles spécifiés dus à des conduites addictives»? (2020) - Un examen par des experts en toxicomanie conclut que le trouble lié à l'utilisation de la pornographie est une condition qui peut être diagnostiquée avec la catégorie CIM-11 «autres troubles spécifiés dus à des comportements addictifs». En d'autres termes, l'utilisation compulsive de la pornographie ressemble à d'autres dépendances comportementales reconnues, notamment les troubles du jeu et du jeu. Extraits -

Notez que nous ne suggérons pas l'inclusion de nouveaux troubles dans la CIM-11. Nous souhaitons plutôt souligner que certains comportements potentiellement addictifs spécifiques sont discutés dans la littérature, qui ne sont actuellement pas inclus comme troubles spécifiques dans la CIM-11, mais qui peuvent entrer dans la catégorie des «autres troubles spécifiés dus à des comportements addictifs» et par conséquent peut être codé 6C5Y dans la pratique clinique. (souligné par nous)…

Sur la base des preuves examinées en ce qui concerne les trois critères de niveau méta proposés, nous suggérons que le trouble lié à la pornographie est une condition qui peut être diagnostiquée avec la catégorie de la CIM-11 «autres troubles spécifiés dus à des comportements addictifs» sur la base des trois noyaux critères de trouble du jeu, modifiés en ce qui concerne le visionnage de pornographie (Marque, Blycker et al., 2019)….

Le diagnostic de trouble lié à l'utilisation de la pornographie comme autre trouble spécifié dû à des comportements addictifs peut être plus adéquat pour les personnes qui souffrent exclusivement d'une visualisation de la pornographie mal contrôlée (dans la plupart des cas accompagnée de masturbation).

33) Processus cognitifs liés à l'utilisation problématique de la pornographie (PPU): une revue systématique des études expérimentales (2021) - Extraits:

Certaines personnes éprouvent des symptômes et des résultats négatifs découlant de leur engagement persistant, excessif et problématique dans le visionnage de la pornographie (c'est-à-dire l'utilisation problématique de la pornographie, PPU). Des modèles théoriques récents se sont tournés vers différents processus cognitifs (par exemple, contrôle inhibiteur, prise de décision, biais attentionnel, etc.) pour expliquer le développement et le maintien de la PPU.

Dans le présent article, nous examinons et compilons les preuves dérivées de 21 études portant sur les processus cognitifs sous-jacents à la PPU. En bref, la PPU est liée à: (a) des biais attentionnels envers les stimuli sexuels, (b) un contrôle inhibiteur déficient (en particulier, des problèmes d'inhibition de la réponse motrice et de détourner l'attention des stimuli non pertinents), (c) une pire performance dans les tâches évaluer la mémoire de travail et (d) les troubles de la prise de décision (en particulier, les préférences pour de petits gains à court terme plutôt que pour de grands gains à long terme, des modèles de choix plus impulsifs que les utilisateurs non érotiques, des tendances à l'approche des stimuli sexuels et des inexactitudes lorsque juger de la probabilité et de l'ampleur des résultats potentiels sous ambiguïté). Certains de ces résultats sont tirés d'études sur des échantillons cliniques de patients atteints de PPU ou avec un diagnostic de SA / HD / CSBD et PPU comme principal problème sexuel (p. Mulhauser et coll., 2014, Sklenarik et coll., 2019), suggérant que ces processus cognitifs déformés peuvent constituer des indicateurs «sensibles» de PPU.

Sur le plan théorique, les résultats de cette revue confortent la pertinence des principales composantes cognitives du modèle I-PACE (Brand et al., 2016, Sklenarik et coll., 2019).

34) PDF de l'examen complet: Trouble du comportement sexuel compulsif - évolution d'un nouveau diagnostic introduit dans la CIM-11, preuves actuelles et défis de recherche en cours (2021) - Abstrait:

En 2019, le trouble du comportement sexuel compulsif (CSBD) a été officiellement inclus dans le prochain 11th édition de la Classification internationale des maladies publiée par l'Organisation mondiale de la santé (OMS). Le placement du CSBD en tant que nouvelle entité de la maladie a été précédé par une discussion de trois décennies sur la conceptualisation de ces comportements. Malgré les avantages potentiels des décisions de l'OMS, la controverse autour de ce sujet n'a pas cessé. Les cliniciens et les scientifiques débattent encore sur les lacunes des connaissances actuelles concernant le tableau clinique des personnes atteintes de CSBD et les mécanismes neuronaux et psychologiques sous-jacents à ce problème. Cet article donne un aperçu des problèmes les plus importants liés à la formation du CSBD en tant qu'unité de diagnostic distincte dans les classifications des troubles mentaux (tels que le DSM et la CIM), ainsi qu'un résumé des principales controverses liées à la classification actuelle des troubles mentaux. CSBD.

Découvrir l' Études douteuses et trompeuses pour des papiers très médiatisés qui ne sont pas ce qu’ils prétendent être (ce papier daté - Ley et al., 2014 - n'était pas une revue de la littérature et déformé la plupart des journaux cités). Voir cette page pour les nombreuses études liant l'utilisation de la pornographie aux problèmes sexuels et à la diminution de la satisfaction sexuelle et relationnelle.

Études neurologiques (IRMf, IRM, EEG, Neuro-endocriniens, Neuro-psychologiques) sur les utilisateurs de porno et les toxicomanes:

Les études neurologiques ci-dessous sont classées de deux manières: (1) par les changements cérébraux liés à la dépendance, chacun signalé, et (2) par la date de publication.

1) répertorié par changement de cerveau lié à la toxicomanie: Les quatre principaux changements cérébraux induits par la dépendance sont décrits par George F. Koob et Nora D. Volkow dans leur examen historique. Koob est directeur de l'Institut national de lutte contre l'alcoolisme et l'alcoolisme (NIAAA) et Volkow est directeur de l'Institut national de lutte contre l'abus de drogues (NIDA). Il a été publié dans le New England Journal of Medicine: Progrès neurobiologiques du modèle de toxicomanie cérébrale (2016). Le document décrit les principaux changements cérébraux liés aux dépendances à la drogue et au comportement, tout en déclarant dans son paragraphe d'introduction que la dépendance au sexe existe:

«Nous concluons que les neurosciences continuent de soutenir le modèle de toxicomanie associé aux maladies du cerveau. La recherche en neurosciences dans ce domaine offre non seulement de nouvelles opportunités pour la prévention et le traitement de la toxicomanie et des dépendances comportementales associées (par exemple, à sexeet le jeu)…. ”

L'article de Volkow & Koob décrit quatre changements cérébraux fondamentaux causés par la dépendance, à savoir: 1) Sensibilisationp. 2) Désensibilisationp. 3) Circuits préfrontaux dysfonctionnels (hypofrontalité), 4) Système de stress défectueux. Toutes les modifications de 4 dans le cerveau ont été identifiées parmi les nombreuses études neurologiques énumérées sur cette page:

  • Rapports d'études sensibilisation (Cue-réactivité et envies) chez les utilisateurs de porno / accros au sexe: 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10, 11, 12, 13, 14, 15, 16, 17, 18, 19, 20, 21, 22, 23, 24, 25, 26, 27 28.
  • Rapports d'études désensibilisation ou accoutumance (entraînant une tolérance) chez les utilisateurs de porno / les toxicomanes: 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8.
  • Des études faisant état de dysfonctionnements du pouvoir exécutifhypofrontalité) ou activité préfrontale altérée chez les utilisateurs de porno / les toxicomanes: 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10, 11, 12, 13, 14, 15, 16, 17, 18, 19.
  • Études indiquant un système de stress dysfonctionnel dans les utilisateurs de porno / toxicomanes: 1, 2, 3, 4, 5.

2) Listé par date de publication: La liste suivante contient toutes les études neurologiques publiées sur les utilisateurs de porno et les toxicomanes. Chaque étude énumérée ci-dessous est accompagnée d'une description ou d'un extrait et indique le (s) changement (s) lié (s) au cerveau (s) lié (s) à la dépendance à 4 qui vient de discuter de ses résultats.

1) Enquête préliminaire sur les caractéristiques impulsives et neuroanatomiques du comportement sexuel compulsif (Miner et al.p. 2009) - [circuits préfrontaux dysfonctionnels / fonction exécutive plus faible] - Une petite étude IRMf impliquant principalement des dépendants sexuels (Compulsive Sexual Behavior). L'étude rapporte un comportement plus impulsif dans une tâche Go-NoGo chez les sujets CSB par rapport aux participants témoins. Des scintigraphies cérébrales ont révélé que les toxicomanes sexuels avaient une substance blanche du cortex préfrontal désorganisée par rapport aux témoins. Extraits:

Les données présentées dans cet article sont cohérentes avec l'hypothèse selon laquelle le CSB a beaucoup en commun avec les troubles du contrôle des impulsions, tels que la kleptomanie, le jeu compulsif et les troubles de l'alimentation. Plus précisément, nous avons constaté que les personnes qui répondent aux critères de diagnostic du comportement sexuel compulsif obtiennent des scores plus élevés sur les mesures d'auto-évaluation de l'impulsivité, y compris les mesures de l'impulsivité globale et le facteur de personnalité, Contrainte …… .. En plus des mesures d'auto-évaluation ci-dessus, les patients CSB a également montré beaucoup plus d'impulsivité sur une tâche comportementale, la procédure Go-No Go.

Les résultats indiquent également que les patients CSB ont montré une diffusivité moyenne (DM) de la région frontale supérieure significativement supérieure à celle des témoins. Une analyse corrélationnelle a montré des associations significatives entre les mesures d’impulsivité et l’anisotrophie fractionnelle de la région frontale inférieure (FA) et MD, mais aucune association avec les mesures de la région frontale supérieure. Des analyses similaires ont montré une association négative significative entre le MD du lobe frontal supérieur et l'inventaire du comportement sexuel compulsif.

Ainsi, ces analyses préliminaires sont prometteuses et fournissent une indication qu'il existe probablement des facteurs neuroanatomiques et / ou neurophysiologiques associés au comportement sexuel compulsif. Ces données indiquent également que le CSB est probablement caractérisé par l'impulsivité, mais comprend également d'autres composants, qui peuvent être liés à la réactivité émotionnelle et à l'anxiété du TOC.

2) Différences autodéclarées sur les mesures de la fonction exécutive et du comportement hypersexuel chez un échantillon de patients et de patients de la communauté (Reid et al., 2010) - [fonction exécutive la plus pauvre] - Un extrait:

Les patients cherchant de l'aide pour un comportement hypersexuel présentent souvent des caractéristiques d'impulsivité, de rigidité cognitive, de mauvais jugement, de déficits dans la régulation des émotions et de préoccupation excessive pour le sexe. Certaines de ces caractéristiques sont également courantes chez les patients présentant une pathologie neurologique associée à un dysfonctionnement exécutif. Ces observations ont conduit à l'enquête actuelle sur les différences entre un groupe de patients hypersexuels (n = 87) et un échantillon de la communauté non hypersexuelle (n = 92) d'hommes en utilisant le Behavior Rating Inventory of Executive Function-Adult Version Le comportement hypersexuel était positivement corrélé avec des indices globaux de dysfonctionnement exécutif et plusieurs sous-échelles du BRIEF-A. Ces résultats fournissent des preuves préliminaires soutenant l'hypothèse selon laquelle un dysfonctionnement exécutif pourrait être impliqué dans un comportement hypersexuel.

3) Regarder des images pornographiques sur Internet: rôle des évaluations de l'excitation sexuelle et des symptômes psycho-psychiatriques dans l'utilisation abusive de sites sexuels sur Internet (Brand et al.p. 2011) - [plus grandes envies / sensibilisation et une fonction exécutive plus pauvre] - Un extrait:

Les résultats indiquent que les problèmes auto-signalés dans la vie quotidienne liés aux activités sexuelles en ligne ont été prédits par des évaluations subjectives de l'excitation sexuelle du matériel pornographique, la gravité globale des symptômes psychologiques et le nombre d'applications sexuelles utilisées lorsqu'elles sont sur des sites sexuels sur Internet dans la vie quotidienne, alors que le temps passé sur les sites de sexe sur Internet (minutes par jour) n'a pas contribué de manière significative à l'explication de la variance du score IATsex. Nous voyons des parallèles entre les mécanismes cognitifs et cérébraux contribuant potentiellement au maintien d'un cybersexe excessif et ceux décrits pour les personnes ayant une dépendance à une substance.

4) Le traitement d’images pornographiques interfère avec les performances de la mémoire de travail (Laier et al.p. 2013) - [plus grandes envies / sensibilisation et une fonction exécutive plus pauvre] - Un extrait:

Certaines personnes signalent des problèmes pendant et après les rapports sexuels sur Internet, tels que le manque de sommeil et les rendez-vous oubliés, qui sont associés à des conséquences négatives sur la vie. L'un des mécanismes susceptibles de provoquer ce type de problèmes est que l'excitation sexuelle pendant le sexe sur Internet peut interférer avec la capacité de la mémoire de travail, entraînant la négligence des informations environnementales pertinentes et, partant, une prise de décision désavantageuse. Les résultats ont révélé une performance WM plus médiocre dans les conditions d'image pornographique de la tâche 4-back par rapport aux trois conditions d'image restantes. Les résultats sont discutés en ce qui concerne la dépendance à Internet, car les interférences de substances liées à la dépendance sont bien connues.

5) Le traitement d'images sexuelles interfère avec la prise de décision dans l'ambiguïté (Laier et al., 2013) - [plus grandes envies / sensibilisation et une fonction exécutive plus pauvre] - Un extrait:

La performance décisionnelle était pire lorsque les images sexuelles étaient associées à des jeux de cartes désavantageux par rapport à la performance lorsque les images sexuelles étaient associées à des jeux de cartes avantageux. L'éveil sexuel subjectif modère la relation entre l'état de la tâche et la performance décisionnelle. Cette étude a mis l'accent sur le fait que l'excitation sexuelle interférait dans la prise de décision, ce qui peut expliquer pourquoi certaines personnes subissent des conséquences négatives dans le contexte de l'utilisation du cybersexe.

6) Dépendance au cybersexe: une excitation sexuelle ressentie lorsque vous regardez de la pornographie et non des contacts sexuels réels fait la différence (Laier et al., 2013) - [plus grandes envies / sensibilisation et une fonction exécutive plus pauvre] - Un extrait:

Les résultats montrent que les indicateurs de l'excitation sexuelle et du besoin impérieux de signaux pornographiques sur Internet prédisaient les tendances à la dépendance au cybersexe dans la première étude. De plus, il a été démontré que les utilisateurs problématiques du cybersexe signalaient une plus grande excitation sexuelle et des réactions de manque résultant de la présentation de signaux pornographiques. Dans les deux études, le nombre et la qualité des contacts sexuels réels n'étaient pas associés à la dépendance au cybersexe. Les résultats appuient l'hypothèse de la gratification, qui suppose renforcement, mécanismes d'apprentissage et envie de devenir des processus pertinents dans le développement et le maintien de la dépendance au cybersexe. Les contacts sexuels réels ou médiocres dans la vie réelle ne peuvent expliquer suffisamment la dépendance au cybersexe.

7) Le désir sexuel, et non l’hypersexualité, est lié aux réponses neurophysiologiques suscitées par des images sexuelles (Steele et al.p. 2013) - [plus grande corrélation réactivité corrélée avec moins de désir sexuel: sensibilisation et accoutumance] - Cette étude EEG a été vantée dans les médias comme preuve contre l’existence d’une dépendance au porno / sexe. Pas si. Steele et al. 2013 soutient en réalité l’existence d’une dépendance à la pornographie et d’une utilisation de la pornographie réduisant le désir sexuel. Comment? L'étude a rapporté des lectures d'EEG plus élevées (par rapport aux images neutres) lorsque les sujets ont été brièvement exposés à des photos pornographiques. Les études montrent systématiquement que le P300 est élevé lorsque les toxicomanes sont exposés à des indices (tels que des images) liés à leur dépendance.

En ligne avec la Études de scanner cérébral à l'Université de Cambridge, cette étude EEG aussi rapporté une plus grande réactivité de la queue au porno en corrélation avec moins désir de sexe en couple. En d'autres termes, les personnes ayant une plus grande activation cérébrale dans la pornographie préfèrent se masturber pour la pornographie que d'avoir des relations sexuelles avec une personne réelle. Étonnamment, porte-parole de l'étude Nicole Prause ont affirmé que les utilisateurs de porno avaient simplement une "forte libido", mais les résultats de l'étude indiquent que le contraire (le désir des sujets d'avoir des relations sexuelles en couple diminuait par rapport à leur utilisation de porno).

Ensemble, ces deux Steele et al. les résultats indiquent une plus grande activité cérébrale aux signaux (images pornographiques), mais moins de réactivité aux récompenses naturelles (relations sexuelles avec une personne). C'est la sensibilisation et la désensibilisation, qui sont les caractéristiques d'une dépendance. Huit articles évalués par des pairs expliquent la vérité: Critiques revues par les pairs de Steele et al.2013. Voir aussi ceci critique extensive de YBOP.

Outre les nombreuses affirmations non étayées dans la presse, il est troublant que l’étude 2013 EGG de Prause ait été examinée par des pairs, car elle présentait de graves lacunes méthodologiques: 1) hétérogène (hommes, femmes, non hétérosexuels); 2) étaient des sujets non dépisté pour troubles mentaux ou dépendances; 3) étude avait pas de groupe de contrôle pour la comparaison; 4) questionnaires ont été non validé pour utilisation ou dépendance au porno. Steele et al. est tellement défectueux que seulement 4 des 24 revues de littérature et commentaires ci-dessus la peine de le mentionner: deux la critiquent comme une science indésirable inacceptable, tandis que deux la citent comme corrélant la réactivité entre les répliques et un désir sexuel moindre avec un partenaire (signes de dépendance).

8) Structure du cerveau et connectivité fonctionnelle associées à la consommation de pornographie: Le cerveau sur le porno (Kuhn et Gallinat, 2014) - [désensibilisation, habituation et circuits préfrontaux dysfonctionnels]. Cette étude IRMf du Max Planck Institute a révélé des résultats neurologiques liés à 3, corrélés à des niveaux plus élevés d’utilisation du porno: (1), système de récompense moins gris (striatum dorsal), (2), activation du circuit de récompense moins lorsqu’on visionne brièvement des photos sexuelles, (3), connectivité fonctionnelle plus faible entre le striatum dorsal et le cortex préfrontal dorsolatéral. Les chercheurs ont interprété les résultats de 3 comme une indication des effets d’une exposition à long terme à la pornographie. Dit l'étude,

Cela va dans le sens de l'hypothèse selon laquelle une exposition intense à des stimuli pornographiques entraîne une régulation négative de la réponse neuronale naturelle aux stimuli sexuels..

En décrivant la connectivité fonctionnelle plus faible entre le PFC et le striatum, l'étude indique:

Le dysfonctionnement de ce circuit a été lié à des choix comportementaux inappropriés, tels que la recherche de drogues, indépendamment du résultat négatif potentiel.

Auteur principal Simone Kühn a commenté dans le communiqué de presse de Max Planck:

Nous supposons que les sujets ayant une consommation élevée de porno ont besoin d'une stimulation croissante pour recevoir la même quantité de récompense. Cela pourrait signifier qu'une consommation régulière de pornographie usera plus ou moins votre système de récompense. Cela cadrerait parfaitement avec l’hypothèse selon laquelle leurs systèmes de récompense nécessitent une stimulation croissante.

9) Corrélats neuronaux de la réactivité des signaux sexuels chez les individus avec ou sans comportements sexuels compulsifs (Voon et al.p. 2014) - [sensibilisation / réactivité du signal et désensibilisation] Le premier d’une série d’études de l’Université de Cambridge a révélé le même modèle d’activité cérébrale chez les toxicomanes du porno (sujets CSB) que chez les toxicomanes et les alcooliques - plus grande réactivité ou sensibilisation. Chercheur principal Valerie Voon dit:

Il existe des différences nettes d'activité cérébrale entre les patients ayant un comportement sexuel compulsif et les volontaires sains. Ces différences reflètent celles des toxicomanes.

Voon et al., 2014 a également constaté que les toxicomanes en forme le modèle de dépendance accepté de vouloir «le» plus, mais de ne plus aimer «le». Extrait:

Par rapport aux volontaires en bonne santé, les sujets CSB avaient un plus grand désir sexuel subjectif ou un désir d'indices explicites et avaient un score plus élevé d'appréciation des indices érotiques, démontrant ainsi une dissociation entre le désir et l'aimer.

Les chercheurs ont également signalé que 60% des sujets (âge moyen: 25) avaient des difficultés à obtenir des érections / excitation avec de vrais partenaires, mais pouvaient néanmoins réaliser des érections avec de la pornographie. Cela indique une sensibilisation ou une habituation. Extraits:

Les sujets CSB ont signalé que, suite à une utilisation excessive de matériel sexuellement explicite… .. ont connu une diminution de la libido ou de la fonction érectile, en particulier dans les relations physiques avec les femmes (bien que cela ne soit pas en relation avec le matériel sexuellement explicite)…

Les sujets CSB comparés aux volontaires en bonne santé avaient significativement plus de difficultés avec l'excitation sexuelle et avaient plus de difficultés érectiles dans les relations sexuelles intimes, mais pas avec du matériel sexuellement explicite.

10) Augmentation du biais attentionnel envers les indices sexuellement explicites chez les individus avec et sans comportements sexuels compulsifs (Mechelmans et al.p. 2014) - [sensibilisation / réactivité-signal] - La deuxième étude de l'Université de Cambridge. Un extrait:

Nos constatations de biais d’attention accru… suggèrent des chevauchements possibles avec un biais d’attention accru observé dans les études sur les indices de drogues dans les troubles de la dépendance. Ces résultats convergent avec des découvertes récentes de réactivité neuronale à des signaux sexuellement explicites chez des [toxicomanes pornographiques] dans un réseau similaire à celui impliqué dans les études de réactivité des signaux médicamenteux et soutiennent les théories de la motivation par incitation à la dépendance sous-jacente à la réponse aberrante aux signaux sexuels dans [ accros au porno]. Cette constatation correspond à notre observation récente selon laquelle les vidéos sexuellement explicites étaient associées à une activité plus importante dans un réseau de neurones similaire à celle observée dans les études sur la réactivité médicamenteuse. Un plus grand désir ou un désir plutôt que d’aimer était en outre associé à une activité dans ce réseau de neurones. Ces études réunies appuient une théorie de la dépendance fondée sur la motivation incitative, sous-jacente à la réponse aberrante aux signaux sexuels chez CSB.

11) La dépendance au cybersexe chez les utilisatrices hétérosexuelles de pornographie sur Internet peut être expliquée par une hypothèse de gratification (Laier et al., 2014) - [plus grandes envies / sensibilisation] - Un extrait:

Nous avons examiné 51 femmes UIP et 51 femmes utilisatrices de pornographie non Internet (NIPU). À l'aide de questionnaires, nous avons évalué la gravité de la dépendance au cybersexe en général, ainsi que la propension à l'excitation sexuelle, le comportement sexuel problématique général et la gravité des symptômes psychologiques. De plus, un paradigme expérimental, comprenant une cote d'éveil subjective de 100 images pornographiques, ainsi que des indicateurs de soif, a été mené. Les résultats ont indiqué que l'UIP considérait les images pornographiques comme plus excitantes et signalait une plus grande envie en raison de la présentation d'images pornographiques par rapport à NIPU. De plus, l'envie de fumer, l'évaluation de l'excitation sexuelle des images, la sensibilité à l'excitation sexuelle, le comportement sexuel problématique et la gravité des symptômes psychologiques prédisaient des tendances à la dépendance au cybersexe dans l'UIP.

Le fait d'être en couple, le nombre de contacts sexuels, la satisfaction à l'égard des contacts sexuels et l'utilisation du cybersexe interactif n'étaient pas associés à la dépendance au cybersexe. Ces résultats sont conformes à ceux rapportés pour les hommes hétérosexuels dans les études précédentes. Il convient de discuter des résultats concernant le renforcement de la nature de l'excitation sexuelle, les mécanismes d'apprentissage et le rôle de la réactivité et de l'envie de repérer dans le développement de la dépendance au cybersexe dans l'UIP.

12) Données empiriques et considérations théoriques sur les facteurs contribuant à la dépendance au cybersexe d'un point de vue comportemental cognitif (Laier et al.p. 2014) - [plus grandes envies / sensibilisation] - Un extrait:

La nature d'un phénomène souvent appelé dépendance au cybersexe (CA) et ses mécanismes de développement sont discutés. Des travaux antérieurs suggèrent que certaines personnes pourraient être vulnérables à l'AC, alors que le renforcement positif et la réactivité signal sont considérés comme des mécanismes essentiels au développement de l'AC. Dans cette étude, les hommes hétérosexuels 155 ont évalué les images pornographiques 100 et ont indiqué une augmentation de leur excitation sexuelle. De plus, les tendances vers l'AC, la sensibilité à l'excitation sexuelle et l'utilisation dysfonctionnelle du sexe en général ont été évaluées. Les résultats de l'étude montrent qu'il existe des facteurs de vulnérabilité à l'AC et apportent la preuve du rôle de la gratification sexuelle et de la capacité d'adaptation dysfonctionnelle dans le développement de l'AC.

13) Nouveauté, conditionnement et biais attentionnel aux récompenses sexuelles (Banca et al., 2015) - [plus grandes envies / sensibilisation et habituation / désensibilisation] - Une autre étude IRMf de l'Université de Cambridge. Par rapport aux témoins, les toxicomanes préféraient la nouveauté sexuelle et les signaux conditionnés associés au porno. Cependant, le cerveau des toxicomanes du porno s'est habitué plus rapidement aux images sexuelles. Comme la préférence pour la nouveauté n’était pas préexistante, on pense que la dépendance à la pornographie est le moteur de la recherche de nouveauté dans le but de surmonter l’accoutumance et la désensibilisation.

Le comportement sexuel compulsif (CSB) était associé à une préférence accrue de nouveauté pour les images sexuelles, par rapport aux images témoins, et à une préférence généralisée pour les signaux conditionnés par des résultats sexuels et monétaires par opposition à des résultats neutres par rapport aux volontaires en bonne santé. Les individus CSB présentaient également une plus grande habituation des cingules dorsales à des images sexuelles répétées par rapport à des images monétaires, le degré d'accoutumance étant en corrélation avec une préférence accrue pour la nouveauté sexuelle. Les comportements d’approche des signaux conditionnés sexuellement, dissociables de la préférence pour la nouveauté, étaient associés à un biais d’attention précoce pour les images sexuelles. Cette étude montre que les individus CSB ont une préférence accrue dysfonctionnelle pour la nouveauté sexuelle, éventuellement induite par une plus grande accoutumance au langage, ainsi qu'une amélioration généralisée du conditionnement aux récompenses. Un extrait:

Un extrait extrait du communiqué de presse associé:

Ils ont constaté que lorsque les toxicomanes visionnaient la même image sexuelle à plusieurs reprises, comparés aux volontaires en bonne santé, leur activité diminuait davantage dans la région du cerveau appelée cortex cingulaire antérieur dorsal, connu pour être impliqué dans l'anticipation des récompenses et la réponse à nouveaux événements. Cela correspond à «l'habituation», où le toxicomane trouve le même stimulant de moins en moins enrichissant - par exemple, un buveur de café peut avoir un «buzz» de caféine dès sa première tasse, mais avec le temps, plus il boit du café, le buzz devient.

Ce même effet d'accoutumance se produit chez des hommes en bonne santé à qui est répétée la même vidéo porno. Mais quand ils visionnent ensuite une nouvelle vidéo, le niveau d’intérêt et d’activation revient au niveau initial. Cela implique que, pour prévenir l'habituation, le toxicomane devrait rechercher un nombre constant de nouvelles images. En d'autres termes, l'habituation pourrait conduire à la recherche de nouvelles images.

«Nos conclusions sont particulièrement pertinentes dans le contexte de la pornographie en ligne», ajoute le Dr Voon. «On ne sait pas ce qui déclenche la dépendance au sexe en premier lieu et il est probable que certaines personnes sont plus prédisposées à la dépendance que d’autres, mais la quantité apparemment infinie de nouvelles images sexuelles disponibles en ligne aide à nourrir leur dépendance, la rendant plus plus difficile de s'échapper.

14) Substrats neuronaux du désir sexuel chez les personnes ayant un comportement hypersexuel problématique (Seok et Sohnp. 2015) - [Réactivité / sensibilisation des signaux plus importants et circuits préfrontaux dysfonctionnels] - Cette étude coréenne sur l'IRMf reproduit d'autres études sur le cerveau portant sur les utilisateurs de porno. Comme les études de l'Université de Cambridge, il a été constaté chez les toxicomanes sexuels des schémas d'activation cérébrale induits par des signaux, qui reflétaient ceux des toxicomanes. Conformément à plusieurs études allemandes, il a révélé des altérations du cortex préfrontal correspondant aux modifications observées chez les toxicomanes. Ce qui est nouveau, c’est que les résultats correspondent aux schémas d’activation du cortex préfrontal observés chez les toxicomanes: une réactivité accrue de la mémoire aux images sexuelles tout en inhibant les réponses à d’autres stimuli normalement saillants. Un extrait:

Notre étude visait à étudier les corrélats neuronaux du désir sexuel avec l'imagerie par résonance magnétique fonctionnelle (IRMf) événementielle. Vingt-trois personnes avec des témoins sains appariés pour l’âge PHB et 22 ont été numérisées alors qu’elles examinaient passivement les stimuli sexuels et non sexuels. Les niveaux de désir sexuel des sujets ont été évalués en réponse à chaque stimulus sexuel. Par rapport aux témoins, les personnes atteintes de PHB ont éprouvé un désir sexuel plus fréquent et accru au cours de l'exposition à des stimuli sexuels. Une activation plus importante a été observée dans le noyau caudé, le lobe pariétal inférieur, le gyrus cingulaire antérieur dorsal, le thalamus et le cortex préfrontal dorsolatéral dans le groupe PHB par rapport au groupe témoin. De plus, les modèles hémodynamiques dans les zones activées différaient entre les groupes. Conformément aux conclusions d'études d'imagerie cérébrale sur la toxicomanie et le comportement, les individus présentant les caractéristiques comportementales du PHB et un désir accru manifestaient une activation altérée dans le cortex préfrontal et les régions sous-corticales.

15) Modulation des potentiels positifs tardifs par des images sexuelles chez des utilisateurs problématiques et des contrôles incohérents avec la «dépendance au porno» (Prause et al.p. 2015) - [habituation] - Une seconde étude EEG de L'équipe de Nicole Prause. Cette étude a comparé les sujets 2013 de Steele et al., 2013 à un groupe de contrôle réel (pourtant, il présentait les mêmes défauts méthodologiques que ceux mentionnés ci-dessus). Les résultats: par rapport aux témoins «les personnes rencontrant des problèmes de régulation de leur visionnage de porno», les réactions cérébrales étaient moins fortes après une exposition d'une seconde aux photos de porno vanille. le auteur principal réclame ces résultats “dépendance au porno debunk." Quoi scientifique légitime prétendrait que leur seule étude anormale a démystifié un domaine d'études bien établi?

En réalité, les conclusions de Prause et al. 2015 s'aligne parfaitement avec Kühn et Gallinat (2014), qui a constaté que plus d'utilisation du porno était corrélée à moins d'activation du cerveau en réponse à des images de porno vanille. Prause et al. les résultats concordent également avec Banca et al. 2015 qui est #13 dans cette liste. En outre, une autre étude EEG a constaté qu'une plus grande utilisation de la pornographie chez les femmes était corrélée à une moindre activation cérébrale de la pornographie. Des lectures EEG inférieures signifient que les sujets accordent moins d'attention aux images. En termes simples, les utilisateurs fréquents de porno étaient insensibles aux images statiques de porno vanille. Ils s'ennuyaient (habitués ou désensibilisés). Regarde ça critique extensive de YBOP. Dix articles évalués par des pairs conviennent que cette étude a effectivement révélé une désensibilisation / accoutumance chez les utilisateurs fréquents de porno (compatible avec la dépendance): Critiques revues par les pairs de Prause et al., 2015

Prause a proclamé que ses lectures en EEG évaluaient la «réactivité de la réplique» (sensibilisation), plutôt que l'accoutumance. Même si Prause avait raison, elle ignore commodément le trou béant de son affirmation de «falsification»: même si Prause et al. 2015 24 d’autres études neurologiques ont signalé une réactivité de la cue ou une sensation de manque (sensibilisation) chez des utilisateurs de porno compulsif: 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10, 11, 12, 13, 14, 15, 16, 17, 18, 19, 20, 21, 22, 23, 24. La science ne va pas avec le étude anormale isolée entravé par de graves lacunes méthodologiques; la science va de pair avec la prépondérance des preuves (à moins que vous sont axés sur l'agenda).

16) Dysrégulation de l’axe HPA chez les hommes présentant un trouble hypersexuel (Chatzittofisp. 2015) - [réponse au stress dysfonctionnel] - Une étude portant sur 67, toxicomanes du sexe masculin et témoins 39 de même âge. L’axe hypothalamus-hypophyso-surrénalien (HPA) est l’acteur central de notre réponse au stress. Les dépendances modifier les circuits de stress du cerveau conduisant à un axe HPA dysfonctionnel. Cette étude sur les toxicomanes sexuels (hypersexuels) a trouvé des réponses au stress altérées qui reflètent les résultats avec les toxicomanies. Extraits du communiqué de presse:

L'étude portait sur des hommes 67 présentant un trouble hypersexuel et des témoins appariés sains 39. Les participants ont été soigneusement diagnostiqués pour un trouble hypersexuel et toute comorbidité avec une dépression ou un traumatisme infantile. Les chercheurs leur ont administré une faible dose de dexaméthasone la veille du test pour inhiber leur réponse au stress physiologique, puis ont mesuré le matin leurs niveaux de cortisol et d’ACTH, hormones du stress. Ils ont constaté que les patients présentant un trouble hypersexuel présentaient des taux de telles hormones plus élevés que les témoins sains, une différence qui subsistait même après contrôle de la dépression concomitante et du traumatisme de l'enfant.

«Une régulation aberrante du stress a déjà été observée chez des patients déprimés et suicidaires, ainsi que chez des toxicomanes», explique le professeur Jokinen. "Ces dernières années, on a cherché à savoir si les traumatismes subis pendant l'enfance pouvaient conduire à une dysrégulation des systèmes de stress du corps via des mécanismes dits épigénétiques, autrement dit comment leur environnement psychosocial pouvait influencer les gènes qui contrôlent ces systèmes." chercheurs, les résultats suggèrent que le même système neurobiologique impliqué dans un autre type d’abus peut s’appliquer aux personnes atteintes de trouble hypersexuel.

17) Contrôle préfrontal et dépendance à Internet: modèle théorique et revue des résultats de neuropsychologie et de neuroimagerie (Brand et al., 2015) - [Circuits préfrontaux dysfonctionnels / fonction exécutive et sensibilisation plus faibles] - Extrait:

Conformément à cela, les résultats de la neuroimagerie fonctionnelle et d'autres études neuropsychologiques démontrent que la réactivité aux signaux, le besoin impérieux et la prise de décision sont des concepts importants pour comprendre la dépendance à Internet. Les résultats sur les réductions du contrôle exécutif sont cohérents avec d'autres dépendances comportementales, telles que le jeu pathologique. Ils soulignent également la classification du phénomène comme une dépendance, car il existe également plusieurs similitudes avec les résultats de la dépendance aux substances. De plus, les résultats de la présente étude sont comparables aux résultats de la recherche sur la dépendance aux substances et mettent l'accent sur les analogies entre la dépendance au cybersexe et les dépendances aux substances ou d'autres dépendances comportementales.

18) Associations implicites dans la dépendance au cybersexe: adaptation d’un test d’association implicite à des images pornographiques (Snagkowski et al., 2015) - [plus grandes envies / sensibilisation] - Extrait:

Des études récentes montrent des similitudes entre la dépendance au cybersexe et les dépendances aux substances et plaident pour classer la dépendance au cybersexe comme une dépendance comportementale. Dans la dépendance aux substances, les associations implicites sont connues pour jouer un rôle crucial, et ces associations implicites n'ont pas été étudiées jusqu'à présent dans la dépendance au cybersexe. Dans cette étude expérimentale, 128 participants hétérosexuels de sexe masculin ont complété un test d'association implicite (IAT; Greenwald, McGhee et Schwartz, 1998) modifié avec des images pornographiques. En outre, le comportement sexuel problématique, la sensibilité à l'excitation sexuelle, les tendances à la dépendance au cybersexe et le besoin subjectif lié au visionnage d'images pornographiques ont été évalués.

Les résultats montrent des relations positives entre les associations implicites d'images pornographiques avec des émotions positives et des tendances à la dépendance au cybersexe, un comportement sexuel problématique, une sensibilité à l'excitation sexuelle ainsi qu'une envie subjective. De plus, une analyse de régression modérée a révélé que les personnes qui signalaient un besoin subjectif élevé et montraient des associations implicites positives d'images pornographiques avec des émotions positives, particulièrement orientées vers la dépendance au cybersexe. Les résultats suggèrent un rôle potentiel des associations implicites positives avec les images pornographiques dans le développement et le maintien de la dépendance au cybersexe. De plus, les résultats de la présente étude sont comparables aux résultats de la recherche sur la dépendance aux substances et mettent l'accent sur les analogies entre la dépendance au cybersexe et les dépendances aux substances ou d'autres dépendances comportementales.

19) Les symptômes de la dépendance au cybersexe peuvent être liés à la fois au fait d'approcher et d'éviter les stimuli pornographiques: résultats d'un échantillon analogique d'utilisateurs réguliers du cybersexe (Snagkowski et al.p. 2015) - [plus grandes envies / sensibilisation] - Extrait:

Certaines approches suggèrent des similitudes avec les dépendances aux substances pour lesquelles les tendances en matière d’approche / d’évitement sont des mécanismes cruciaux. Plusieurs chercheurs ont fait valoir que dans une situation de décision liée à la toxicomanie, les individus pouvaient montrer une tendance à approcher ou éviter des stimuli liés à la dépendance. Dans la présente étude, les hommes hétérosexuels 123 ont réalisé une tâche d’approche-évitement (AAT); Rinck et Becker, 2007) modifié avec des images pornographiques. Au cours de l'AAT, les participants devaient soit repousser les stimuli pornographiques, soit les tirer vers eux avec une manette de jeu. La sensibilité à l'excitation sexuelle, au comportement sexuel problématique et aux tendances à la dépendance au cybersexe ont été évaluées à l'aide de questionnaires.

Les résultats ont montré que les personnes ayant une tendance à la dépendance au cybersexe avaient tendance à adopter une approche ou à éviter les stimuli pornographiques. En outre, des analyses de régression modérées ont révélé que les personnes ayant une forte excitation sexuelle et un comportement sexuel problématique présentant des tendances d'approche / d'évitement élevées, ont signalé des symptômes plus importants de dépendance au cybersex. Analogues aux dépendances aux substances, les résultats suggèrent que les tendances à la fois d’approche et d’évitement pourraient jouer un rôle dans la dépendance au cybersexe. En outre, une interaction entre la sensibilité à l'excitation sexuelle et un comportement sexuel problématique pourrait avoir un effet d'accumulation sur la gravité des plaintes subjectives dans la vie quotidienne dues à l'utilisation du cybersexe. Les résultats fournissent d'autres preuves empiriques de similitudes entre la dépendance au cybersexe et les dépendances à une substance. Ces similitudes pourraient être retracées par un traitement neural comparable des signaux liés au cybersexe et au médicament.

20) Être coincé avec la pornographie? La surutilisation ou la négligence des signaux cybersexe dans une situation multitâche est liée aux symptômes de la dépendance au cybersexe (Schiebener et al.p. 2015) - [Envie de fumer / sensibilisation et contrôle exécutif plus faible] - Extrait:

Certaines personnes consomment des contenus cybersexe, tels que du matériel pornographique, de manière à créer une dépendance, ce qui entraîne de graves conséquences négatives pour la vie privée ou professionnelle. L'un des mécanismes ayant des conséquences négatives peut être le contrôle réduit exercé par l'exécutif sur la cognition et le comportement, nécessaires pour réaliser un basculement orienté vers un objectif entre l'utilisation du cybersexe et d'autres tâches et obligations de la vie. Pour aborder cet aspect, nous avons examiné les participants masculins de 104 selon un paradigme multitâche exécutif composé de deux ensembles: l’un composé de photos de personnes, l’autre de photographies pornographiques. Dans les deux ensembles, les images devaient être classées selon certains critères. L'objectif explicite était de travailler sur toutes les tâches de classification à parts égales, en basculant entre les ensembles et les tâches de classification de manière équilibrée.

Nous avons constaté que les performances moins équilibrées dans ce paradigme multitâche étaient associées à une tendance plus forte à la dépendance au cybersexe. Les personnes ayant cette tendance sont souvent soit surexploitées, soit négligées, travaillant sur des images pornographiques. Les résultats indiquent que la réduction du contrôle exercé sur la performance multitâche par les membres de la direction lorsqu’ils sont confrontés à du matériel pornographique peut contribuer à des comportements dysfonctionnels et à des conséquences négatives résultant de la dépendance au cybersexe. Cependant, les individus ayant une tendance à la dépendance au cybersexe semblent avoir tendance à éviter ou à aborder le matériel pornographique, comme indiqué dans les modèles de motivation de la dépendance.

21) Échanger plus tard des récompenses pour le plaisir actuel: consommation de pornographie et remise de retard (Negash et al.p. 2015) - [contrôle exécutif plus faible: expérience de causalité] - extraits:

Étude 1: Les participants ont rempli un questionnaire sur l'utilisation de la pornographie et une tâche d'actualisation des retards au temps 1, puis à nouveau quatre semaines plus tard. Les participants signalant une utilisation initiale plus élevée de la pornographie ont démontré un taux d'actualisation des délais plus élevé au moment 2, en tenant compte de l'actualisation initiale des délais. Étude 2: Les participants qui se sont abstenus de consommer de la pornographie ont démontré un retard de réduction plus faible que les participants qui se sont abstenus de leur nourriture préférée.

La pornographie sur Internet est une récompense sexuelle qui contribue à retarder l’actualisation différemment des autres récompenses naturelles, même lorsque son utilisation n’est ni compulsive ni addictive. Cette recherche apporte une contribution importante en démontrant que l'effet va au-delà de l'excitation temporaire.

La consommation de pornographie peut procurer une gratification sexuelle immédiate, mais peut avoir des implications qui transcendent et affectent d'autres domaines de la vie d'une personne, en particulier les relations.

La découverte suggère que la pornographie sur Internet est une récompense sexuelle qui contribue à retarder l’escompte autrement que les autres récompenses naturelles. Il est donc important de traiter la pornographie comme un stimulus unique dans les études de récompense, d'impulsivité et de toxicomanie, et de l'appliquer en conséquence dans le traitement individuel ainsi que dans le traitement relationnel.

22) L’excitabilité sexuelle et l’adaptation dysfonctionnelle déterminent la dépendance au cybersexe chez les hommes homosexuels (Laier et al.p. 2015) - [plus grandes envies / sensibilisation] - Extrait:

Des découvertes récentes ont démontré une association entre la gravité de CyberSex Addiction (CA) et les indicateurs de l'excitabilité sexuelle, et le fait que l'adaptation aux comportements sexuels était le médiateur de la relation entre l'excitabilité sexuelle et les symptômes de l'AC. Le but de cette étude était de tester cette médiation sur un échantillon d'hommes homosexuels. Les questionnaires ont évalué les symptômes de l'AC, la sensibilité à l'excitation sexuelle, la motivation à utiliser la pornographie, le comportement sexuel problématique, les symptômes psychologiques et les comportements sexuels dans la vie réelle et en ligne. De plus, les participants ont visionné des vidéos pornographiques et indiqué leur excitation sexuelle avant et après la présentation vidéo.

Les résultats ont montré de fortes corrélations entre les symptômes de l'AC et les indicateurs de l'excitation sexuelle et de l'excitabilité sexuelle, de l'adaptation aux comportements sexuels et des symptômes psychologiques. L'AC n'était pas associée aux comportements sexuels hors ligne et au temps d'utilisation hebdomadaire du cybersexe. L'adaptation aux comportements sexuels a partiellement influencé la relation entre l'excitabilité sexuelle et l'AC. Les résultats sont comparables à ceux rapportés pour les hommes et les femmes hétérosexuels dans les études précédentes et sont discutés dans le contexte des hypothèses théoriques de l'AC, qui mettent en évidence le rôle du renforcement positif et négatif dû à l'utilisation du cybersexe.

23) Le rôle de la neuroinflammation dans la physiopathologie des troubles hypersexuels (Jokinen et al., 2016) - [réponse au stress dysfonctionnel et neuro-inflammation] - Cette étude a révélé des taux plus élevés de facteur de nécrose tumorale (TNF) en circulation chez les toxicomanes sexuels par rapport aux témoins sains. Des taux élevés de TNF (marqueur d'inflammation) ont également été observés chez les toxicomanes et les animaux toxicomanes (alcool, héroïne, méthamphétamine). Il y avait de fortes corrélations entre les niveaux de TNF et les échelles d'évaluation mesurant l'hypersexualité.

24) Comportement sexuel compulsif: volume préfrontal et limbique et interactions (Schmidt et al.p. 2016) - [circuits préfrontaux dysfonctionnels et sensibilisation] - Il s'agit d'une étude IRMf. Par rapport aux témoins sains, les sujets CSB (toxicomanes au porno) avaient un volume accru de l'amygdale gauche et une connectivité fonctionnelle réduite entre l'amygdale et le cortex préfrontal dorsolatéral DLPFC. La connectivité fonctionnelle réduite entre l'amygdale et le cortex préfrontal s'aligne sur la toxicomanie. On pense qu'une connectivité plus faible diminue le contrôle du cortex préfrontal sur l'impulsion d'un utilisateur à s'engager dans le comportement addictif. Cette étude suggère que la toxicité des médicaments peut conduire à moins de matière grise et donc à réduire le volume de l'amygdale chez les toxicomanes. L'amygdale est constamment active pendant le visionnage de pornographie, en particulier lors de l'exposition initiale à un signal sexuel. Peut-être que la nouveauté sexuelle constante et la recherche et la recherche conduisent à un effet unique sur l'amygdale chez les utilisateurs de pornographie compulsive. Alternativement, des années de dépendance au porno et de graves conséquences négatives sont très stressantes - et cle stress social chronique est lié à l'augmentation du volume d'amygdala. Etude #16 ci-dessus a constaté que les «toxicomanes» ont un système de stress hyperactif. Le stress chronique lié à la dépendance au porno et au sexe, associé à des facteurs qui rendent le sexe unique, pourrait-il accroître le volume d'amygdala? Un extrait:

Nos résultats actuels mettent en évidence des volumes élevés dans une région impliquée dans la saillance motivationnelle et une connectivité inférieure au repos des réseaux de contrôle réglementaire préfrontal descendants. La perturbation de tels réseaux peut expliquer les schémas comportementaux aberrants qui favorisent une récompense environnementale ou une réactivité accrue aux signaux incitatifs saillants. Bien que nos résultats volumétriques contrastent avec ceux du SUD, ces résultats peuvent refléter des différences en fonction des effets neurotoxiques de l’exposition chronique au médicament. De nouvelles preuves suggèrent des recoupements potentiels avec un processus de dépendance prenant particulièrement en charge les théories de la motivation par incitation. Nous avons montré que l’activité dans ce réseau saillant est ensuite renforcée après une exposition à des indices sexuellement explicites très saillants ou préférés [Brand et al., 2016; Seok et Sohn, 2015; Voon et al., 2014] avec un biais d’attention accru [Mechelmans et al., 2014] et le désir spécifique au signal sexuel mais pas le désir sexuel généralisé [Brand et al., 2016; Voon et al., 2014].

Une attention accrue aux signaux sexuellement explicites est en outre associée à la préférence pour les signaux conditionnés sexuellement confirmant ainsi la relation entre le conditionnement des signaux sexuels et le biais attentionnel [Banca et al., 2016]. Ces résultats d'activité accrue liés à des signaux conditionnés sexuellement diffèrent de ceux du résultat (ou du stimulus non conditionné) dans lesquels une habituation accrue, éventuellement conforme au concept de tolérance, augmente la préférence pour de nouveaux stimuli sexuels [Banca et al. 2016]. Ensemble, ces résultats aident à élucider la neurobiologie sous-jacente de la CSB, conduisant à une meilleure compréhension du trouble et à l'identification de marqueurs thérapeutiques possibles.

25) L’activité striatum ventrale lors de la visualisation de photos pornographiques préférées est corrélée à des symptômes de dépendance à la pornographie sur Internet (Brand et al., 2016) - [plus grande réactivité du signal / sensibilisation] - Une étude allemande d'IRMf. Constatation #1: l'activité du centre de récompenses (striatum ventral) était plus élevée pour les images pornographiques préférées. Constatation #2: Réactivité du striatum ventral en corrélation avec le score de dépendance au sexe sur Internet. Les deux résultats indiquent une sensibilisation et s'alignent sur le modèle de dépendance. Les auteurs déclarent que «la base neuronale de la dépendance à la pornographie sur Internet est comparable à d'autres dépendances». Un extrait:

Un type de dépendance à Internet est la consommation excessive de pornographie, également appelée dépendance au cybersexe ou à la pornographie sur Internet. Des études de neuroimagerie ont révélé une activité de striatum ventral lorsque les participants ont regardé des stimuli sexuels explicites par rapport à du matériel sexuel / érotique non explicite. Nous avons maintenant émis l’hypothèse que le striatum ventral devrait répondre aux images pornographiques préférées par rapport aux images pornographiques non préférées et que l’activité de striatum ventral dans ce contraste devrait être corrélée aux symptômes subjectifs de la dépendance à la pornographie sur Internet. Nous avons étudié les participants masculins hétérosexuels 19 avec un paradigme d'image comprenant du matériel pornographique préféré et non préféré.

Les images de la catégorie préférée ont été jugées plus excitantes, moins désagréables et plus proches de l’idéal. La réponse striatum ventrale était plus forte pour la condition préférée que pour les images non préférées. L'activité striatum ventrale dans ce contraste était en corrélation avec les symptômes auto-déclarés de la dépendance à la pornographie sur Internet. La gravité subjective du symptôme était également le seul facteur prédictif significatif dans une analyse de régression avec une réponse du striatum ventral en tant que variable dépendante et des symptômes subjectifs de la dépendance à la pornographie sur Internet, de l'excitabilité sexuelle générale, du comportement hypersexuel, de la dépression, de la sensibilité interpersonnelle et du comportement sexuel au cours des derniers jours. . Les résultats confirment le rôle du striatum ventral dans le traitement de l’anticipation et de la gratification liées à du matériel pornographique subjectivement préféré. Les mécanismes d’anticipation des récompenses dans le striatum ventral peuvent contribuer à une explication neuronale de la raison pour laquelle les personnes ayant certaines préférences et certains fantasmes sexuels risquent de perdre le contrôle de leur consommation de pornographie sur Internet.

26) Modification du conditionnement d'appétit et de la connectivité neuronale chez les sujets présentant un comportement sexuel compulsif (Klucken et al.p. 2016) - [Réactivité / sensibilisation des signaux plus importants et circuits préfrontaux dysfonctionnels] - Cette étude allemande d'IRMf reproduisait deux résultats Voon et al., 2014 et Kuhn et Gallinat 2014. Principales conclusions: Les corrélats neuronaux du conditionnement de l'appétit et de la connectivité neuronale ont été modifiés dans le groupe CSB. Selon les chercheurs, la première altération - une activation accrue de l'amygdale - pourrait refléter un conditionnement facilité (plus grand «câblage» vers des signaux auparavant neutres prédisant des images pornographiques). La deuxième altération - une diminution de la connectivité entre le striatum ventral et le cortex préfrontal - pourrait être un marqueur d'une capacité altérée à contrôler les impulsions.

Les chercheurs ont déclaré: «Ces [modifications] sont en ligne avec d'autres études examinant les corrélats neuronaux des troubles de la dépendance et des déficits de contrôle des impulsions.» Les résultats d'une plus grande activation amygdalaire aux signaux (sensibilisation) et diminution de la connectivité entre le centre de fidélité et le cortex préfrontal (hypofrontalité) sont deux des principaux changements cérébraux observés dans la toxicomanie. En outre, 3 des utilisateurs de porno compulsif 20 souffrait de «trouble de l’érection orgasmique». Un extrait:

En général, l'activité accrue de l'amygdale observée et le couplage diminution simultanée striatal / CPF / ventrale permet des spéculations sur l'étiologie et le traitement de la CSB. Les sujets atteints de CSB semblaient plus enclins à établir des associations entre des signaux formellement neutres et des stimuli environnementaux sexuellement pertinents. Ainsi, ces sujets sont plus susceptibles de rencontrer des indices qui induisent un comportement proche. Que cela conduise à CSB ou à un résultat de CSB doit faire l’objet de recherches futures. En outre, des processus de régulation altérés, qui se traduisent par une diminution du couplage striatal / préfrontal ventral, pourraient également contribuer au maintien du comportement problématique.

27) Compulsivité dans l’utilisation abusive de récompenses médicamenteuses et non médicamenteuses (Banca et al.p. 2016) - [Réactivité / sensibilisation des signaux plus importants, réponses conditionnées améliorées] - Cette étude IRMf de l'Université de Cambridge compare les aspects de la compulsivité chez les alcooliques, les hyperphages mangeurs, les toxicomanes du jeu vidéo et du porno (CSB). Extraits:

Contrairement à d'autres troubles, le CSB comparé au HV a montré une acquisition plus rapide pour récompenser les résultats avec une plus grande persévérance dans la condition de récompense indépendamment du résultat. Les sujets CSB n'ont montré aucune altération spécifique dans l'apprentissage par décalage ou inverse. Ces constatations convergent avec nos précédentes constatations de préférence accrue pour les stimuli conditionnés soit par des conséquences sexuelles soit par des conséquences pécuniaires, ce qui suggère globalement une sensibilité accrue aux récompenses (Banca et al., 2016). D'autres études utilisant des récompenses saillantes sont indiquées.

28) L’appétit subjectif pour la pornographie et l’apprentissage associatif prédisent les tendances à la dépendance au cybersexe chez un échantillon d’utilisateurs réguliers du Cybersex (Snagkowski et al.p. 2016) - [Réactivité / sensibilisation des signaux plus importants, réponses conditionnées améliorées] - Cette étude unique a conditionné les sujets à des formes auparavant neutres, qui prédisaient l’apparition d’une image pornographique. Extraits:

Il n'y a pas de consensus sur les critères de diagnostic de la dépendance au cybersexe. Certaines approches postulent des similitudes avec les dépendances aux substances, pour lesquelles l’apprentissage associatif est un mécanisme crucial. Dans cette étude, les hommes hétérosexuels 86 ont effectué une tâche de transfert standard Pavlovien à Instrumental modifiée par des images pornographiques afin d’enquêter sur l’apprentissage associatif dans la dépendance au cybersexe. En outre, le besoin subjectif lié à la visualisation d'images pornographiques et les tendances à la dépendance au cybersexe ont été évalués. Les résultats ont montré un effet de désir subjectif sur les tendances à la dépendance au cybersexe, modérée par l'apprentissage associatif.

Dans l'ensemble, ces résultats indiquent un rôle crucial de l'apprentissage associatif pour le développement de la dépendance au cybersexe, tout en fournissant des preuves empiriques supplémentaires pour les similitudes entre les dépendances aux substances et la dépendance au cybersexe. En résumé, les résultats de la présente étude suggèrent que l'apprentissage associatif pourrait jouer un rôle crucial concernant le développement de la dépendance au cybersexe. Nos résultats fournissent des preuves supplémentaires des similitudes entre la dépendance au cybersexe et les dépendances aux substances, car les influences du désir subjectif et de l'apprentissage associatif ont été démontrées.

29) Les changements d'humeur après avoir regardé de la pornographie sur Internet sont liés aux symptômes du trouble de la visualisation de la pornographie sur Internet (Laier & Marque, 2016) - [plus grandes envies / sensibilisation, moins aimant] - Extraits:

Les principaux résultats de l'étude sont que les tendances au trouble de la pornographie sur Internet (IPD) étaient associées négativement au sentiment généralement bien, éveillé et calme, ainsi que positivement au stress perçu dans la vie quotidienne et à la motivation à utiliser la pornographie sur Internet en termes de recherche d'excitation. et l'évitement émotionnel. En outre, les tendances à l'IPD étaient négativement liées à l'humeur avant et après avoir regardé de la pornographie sur Internet ainsi qu'à une augmentation réelle de la bonne humeur et du calme.

La relation entre les tendances à l'IPD et la recherche d'excitation due à l'utilisation de la pornographie sur Internet a été modérée par l'évaluation de la satisfaction de l'orgasme vécu. De manière générale, les résultats de l'étude sont conformes à l'hypothèse selon laquelle la PI est liée à la motivation à trouver une gratification sexuelle et à éviter ou à faire face aux émotions aversives ainsi qu'à l'hypothèse selon laquelle les changements d'humeur consécutifs à la consommation de pornographie sont liés à la PI (Cooper et al., 1999 et  Laier et Marque, 2014).

30) Comportement sexuel problématique chez les jeunes adultes: associations entre variables cliniques, comportementales et neurocognitives (2016) - [fonctionnement exécutif inférieur] - Les personnes ayant des comportements sexuels problématiques (PSB) ont présenté plusieurs déficits neuro-cognitifs. Ces résultats indiquent plus pauvres fonctionnement exécutif (hypofrontalité) qui est un caractéristique clé du cerveau chez les toxicomanes. Quelques extraits:

Un résultat notable de cette analyse est que le PSB montre des associations significatives avec un certain nombre de facteurs cliniques délétères, notamment une baisse de l'estime de soi, une baisse de la qualité de vie, un IMC élevé et des taux de comorbidité plus élevés pour plusieurs troubles…

… Il est également possible que les caractéristiques cliniques identifiées dans le groupe PSB soient en réalité le résultat d'une variable tertiaire qui donne lieu à la fois à PSB et aux autres caractéristiques cliniques. Les déficits neurocognitifs identifiés dans le groupe PSB, en particulier ceux liés à la mémoire de travail, au contrôle de l'impulsivité / impulsion et à la prise de décision, pourraient constituer un facteur susceptible de remplir ce rôle. À partir de cette caractérisation, il est possible de retracer les problèmes évidents chez PSB et d’autres caractéristiques cliniques, telles que la dysrégulation émotionnelle, jusqu’à des déficits cognitifs particuliers…

Si les problèmes cognitifs identifiés dans cette analyse constituent en réalité la principale caractéristique de PSB, cela peut avoir des implications cliniques notables.

31) Méthylation des gènes liés à l’axe HPA chez les hommes présentant un trouble hypersexuel (Jokinen et al., 2017) - [réponse au stress dysfonctionnel, modifications épigénétiques] - Ceci est un suivi de #16 ci-dessus qui a constaté que les toxicomanes ont des systèmes de stress dysfonctionnels - un changement clé neuro-endocrinien causé par la dépendance. La présente étude a révélé des modifications épigénétiques des gènes essentiels à la réponse au stress chez l’homme et étroitement associées à la dépendance. Avec les changements épigénétiques, la séquence d'ADN n'est pas altérée (comme cela arrive avec une mutation). Au lieu de cela, le gène est marqué et son expression est augmentée ou réduite (courte vidéo expliquant l'épigénétique). Les changements épigénétiques rapportés dans cette étude ont entraîné une activité modifiée du gène CRF. CRF est un neurotransmetteur et une hormone qui entraîne des comportements de dépendance comme les envies, et est un acteur majeur dans beaucoup des symptômes de sevrage éprouvés en relation avec substance et dépendances comportementales, dont dépendance au porno.

32) Exploration de la relation entre la compulsivité sexuelle et le biais attentionnel envers les mots liés au sexe dans une cohorte d’individus sexuellement actifs (Albery et al.p. 2017) - [plus grande réactivité du signal / sensibilisation, désensibilisation] - Cette étude reproduit les résultats de cette étude 2014 Cambridge University, qui comparait le biais attentionnel des toxicomanes à la pornographie à des témoins sains. Voici ce qui est nouveau: L'étude a corrélé les «années d'activité sexuelle» avec 1) les scores de dépendance sexuelle et aussi 2) les résultats de la tâche de biais attentionnel.

Parmi les personnes ayant un score élevé de dépendance sexuelle, moins d'années d'expérience sexuelle étaient liées à un biais d'attention plus élevé (explication du biais attentionnel). Ainsi, des scores plus élevés de compulsivité sexuelle + moins d'années d'expérience sexuelle = plus de signes de dépendance (plus de biais d'attention ou d'interférence). Mais le biais de l'attention diminue nettement chez les utilisateurs compulsifs et disparaît au plus grand nombre d'années d'expérience sexuelle. Les auteurs ont conclu que ce résultat pourrait indiquer que plus d'années d'activité sexuelle compulsive entraînent une plus grande habituation ou un engourdissement général de la réponse de plaisir (désensibilisation). Un extrait de la conclusion:

Une explication possible de ces résultats est qu'à mesure qu'un individu sexuellement compulsif adopte un comportement plus compulsif, un modèle d'excitation associé se développe [36–38] et qu'au fil du temps, un comportement plus extrême est requis pour que le même niveau d'excitation soit réalisé. Il est également avancé que lorsqu'un individu adopte un comportement plus compulsif, les neuropathies deviennent désensibilisées à des stimuli ou images sexuelles plus `` normalisées '' et les individus se tournent vers des stimuli plus `` extrêmes '' pour réaliser l'excitation désirée. Ceci est conforme aux travaux montrant que les mâles «en bonne santé» s'habituent à des stimuli explicites au fil du temps et que cette habituation se caractérise par une diminution de l'excitation et des réponses appétitives [39].

Cela suggère que les participants plus compulsifs et sexuellement actifs sont devenus `` engourdis '' ou plus indifférents aux mots liés au sexe `` normalisés '' utilisés dans la présente étude et, en tant que tels, affichent un biais d'attention diminué, tandis que ceux qui ont une compulsivité accrue et moins d'expérience montrent toujours des interférences parce que les stimuli reflètent une cognition plus sensibilisée.

33) Fonctionnement exécutif d'hommes sexuellement compulsifs et non sexuellement compulsifs avant et après le visionnage d'une vidéo érotique (Messina et al., 2017) - [fonctionnement exécutif plus médiocre, plus grandes envies / sensibilisation] - L'exposition à la pornographie affecte le fonctionnement exécutif des hommes ayant des «comportements sexuels compulsifs», mais non des contrôles sains. Le mauvais fonctionnement de l’exécutif lorsqu’il est exposé à des signaux liés à la dépendance est un signe distinctif des troubles liés aux substances (indiquant à la circuits préfrontaux modifiés et sensibilisation). Extraits:

Cette constatation indique une meilleure flexibilité cognitive après la stimulation sexuelle par les témoins par rapport aux participants sexuellement compulsifs. Ces données confirment l’idée que les hommes sexuellement compulsifs ne tirent pas parti des effets potentiels de l’apprentissage grâce à l’expérience, ce qui pourrait entraîner une meilleure modification du comportement. Cela pourrait également être compris comme un manque d’effet d’apprentissage du groupe sexuellement compulsif lorsqu’il est stimulé sexuellement, comme cela se produit dans le cycle de la dépendance sexuelle, qui commence par une augmentation de la cognition sexuelle, suivie de l’activation de la sexualité. scripts et ensuite l'orgasme, impliquant très souvent l'exposition à des situations à risque.

34) La pornographie peut-elle créer une dépendance? Étude IRMf chez des hommes recherchant un traitement pour usage problématique de la pornographie (Gola et al., 2017) - [plus grande réactivité des repères / sensibilisation, réponses conditionnées améliorées] - Une étude IRMf impliquant un paradigme unique de réactivité des repères, dans lequel des formes autrefois neutres prédisaient l'apparition d'images pornographiques. Extraits:

Les hommes avec et sans utilisation pornographique problématique (PPU) différaient dans les réactions du cerveau aux signaux prédictifs d'images érotiques, mais pas dans les réactions aux images érotiques elles-mêmes, ce qui est conforme à la théorie de la saillance incitative des dépendances. Cette activation du cerveau était accompagnée d'une motivation comportementale accrue pour afficher des images érotiques («vouloir plus»). La réactivité striatale ventrale pour les signaux prédictifs de photos érotiques était liée de manière significative à la gravité du PPU, à la quantité de pornographie utilisée par semaine et au nombre de masturbations hebdomadaires. Nos résultats suggèrent que, comme dans les troubles liés à la toxicomanie et au jeu, les mécanismes neuronaux et comportementaux liés au traitement anticipatif des signaux sont étroitement liés aux caractéristiques cliniquement pertinentes de la PPU. Ces résultats suggèrent que les PPU peuvent représenter une dépendance comportementale et que les interventions utiles pour cibler les dépendances comportementales et les toxicomanies méritent d'être envisagées pour être adaptées et utilisées pour aider les hommes atteints de PPU.

35) Mesures d'émotion conscientes et non conscientes: varient-elles en fonction de la fréquence d'utilisation de la pornographie? (Kunaharan et al.p. 2017) - [habituation ou désensibilisation] - L'étude a évalué les réponses des utilisateurs de pornographie (lectures EEG et réponse sursaute) à diverses images induisant des émotions - y compris l'érotisme. L'étude a révélé plusieurs différences neurologiques entre les utilisateurs de porno basse fréquence et les utilisateurs de porno haute fréquence. Extraits:

Les résultats suggèrent que l'utilisation accrue de la pornographie semble avoir une influence sur les réponses non conscientes du cerveau aux stimuli induisant des émotions, ce que ne révèle pas l'autodéclaration.

4.1. Notes explicites: Fait intéressant, le groupe à forte utilisation de porno a qualifié les images érotiques de plus désagréables que le groupe à moyenne utilisation. Les auteurs suggèrent que cela pourrait être dû à la nature relativement «souple» des images «érotiques» contenues dans la base de données IAPS ne fournissant pas le niveau de stimulation qu'elles recherchent habituellement, comme l'ont montré Harper et Hodgins [58] qu'avec la visualisation fréquente de matériel pornographique, de nombreuses personnes se tournent souvent vers la visualisation de matériel plus intense pour maintenir le même niveau d'excitation physiologique.

La catégorie d'émotion «agréable» a vu les cotes de valence des trois groupes être relativement similaires, le groupe à forte utilisation évaluant les images comme légèrement plus désagréables en moyenne que les autres groupes. Cela peut encore être dû au fait que les images «agréables» présentées ne sont pas suffisamment stimulantes pour les individus du groupe à forte utilisation. Des études ont constamment montré une régulation négative physiologique dans le traitement du contenu appétitif en raison des effets d'accoutumance chez les personnes qui recherchent fréquemment du matériel pornographique [3, 7, 8]. Les auteurs estiment que cet effet peut expliquer les résultats observés.

4.3. Surprise par réflexe modulé (SRM): L'effet de surprise d'amplitude relative plus élevée observé dans les groupes de pornographie de faible et moyenne utilisation peut être expliqué par ceux du groupe évitant intentionnellement l'utilisation de la pornographie, car elle peut la trouver relativement plus désagréable. Alternativement, les résultats obtenus peuvent également être dus à un effet d'accoutumance, dans lequel les individus de ces groupes regardent plus de pornographie que ce qui est explicitement indiqué - peut-être pour des raisons de gêne, entre autres, car il a été démontré que les effets d'accoutumance augmentaient les réactions de clignement des yeux par surprise [41, 42].

36) L’exposition à des stimuli sexuels induit une réduction des achats conduisant à une implication accrue dans la cyber-délinquance chez les hommes (Cheng et Chioup. 2017) - [fonctionnement exécutif plus médiocre, plus grande impulsivité - expérience de causalité] - Dans deux études, l'exposition à des stimuli visuels sexuels a abouti à: 1) une réduction plus importante des remises différées (incapacité de retarder la gratification), 2) une plus grande propension à se lancer dans la cyber-délinquance, 3) une plus grande penchant à acheter des produits de contrefaçon et à pirater le compte Facebook de quelqu'un. Pris ensemble, cela indique que la consommation de porno augmente l'impulsivité et peut réduire certaines fonctions exécutives (maîtrise de soi, jugement, conséquences prévisibles, contrôle des impulsions). Extrait:

Les personnes rencontrent fréquemment des stimuli sexuels lors de l'utilisation d'Internet. La recherche a montré que les stimuli induisant la motivation sexuelle peuvent conduire à une impulsivité plus grande chez les hommes, comme en témoigne un plus grand escompte temporel (c’est-à-dire une tendance à préférer des gains plus modestes et immédiats à des gains futurs plus importants).

En conclusion, les résultats actuels démontrent une association entre les stimuli sexuels (exposition à des photos de femmes sexy ou des vêtements excitant sexuellement) et la participation des hommes à la cyberdélinquance. Nos résultats suggèrent que l'impulsivité et la maîtrise de soi chez les hommes, comme en témoigne l'actualisation temporelle, sont susceptibles d'échouer face aux stimuli sexuels omniprésents. Les hommes peuvent tirer parti de la surveillance du lien entre l'exposition aux stimuli sexuels et leurs choix et comportements délinquants ultérieurs. Nos résultats suggèrent que rencontrer des stimuli sexuels peut attirer les hommes vers la cyber-délinquance

Les résultats actuels suggèrent que la grande disponibilité de stimuli sexuels dans le cyberespace pourrait être plus étroitement associée au comportement de cyber-délinquant des hommes qu'on ne le pensait auparavant.

37) Facteurs prédictifs de l’utilisation (problématique) du matériel sexuellement explicite sur Internet: Rôle du trait caractéristique de la motivation sexuelle et de son approche implicite à l’égard du matériel sexuellement explicite (Stark et al.p. 2017) - [plus grande réactivité de signal / sensibilisation / fringales] - extraits:

La présente étude a cherché à déterminer si la motivation sexuelle associée à un trait et les tendances d'approche implicites à l'égard de matériel sexuel sont des facteurs prédictifs d'une utilisation problématique du SEM et du temps quotidien passé à le regarder. Dans une expérience comportementale, nous avons utilisé la méthode AAT (Approach-Avoidance Task) pour mesurer les tendances d'approche implicites envers du matériel sexuel. Une corrélation positive entre la tendance d'approche implicite vers le SEM et le temps quotidien consacré au visionnage de SEM peut s'expliquer par des effets de l'attention: une tendance fortement implicite de l'approche peut être interprétée comme un biais de l'attention vers le SEM. Un sujet présentant ce biais d'attention pourrait être davantage attiré par les signaux sexuels sur Internet, ce qui augmenterait le temps passé sur les sites SEM.

38) Détection de la dépendance à la pornographie basée sur une approche neurophysiologique computationnelle (Kamaruddin et al., 2018) - Extrait:

Dans cet article, une méthode d'utilisation du signal cérébral de la zone frontale capturée à l'aide de l'EEG est proposée pour détecter si le participant peut avoir une dépendance à la pornographie ou autrement. Il s'agit d'une approche complémentaire au questionnaire psychologique commun. Les résultats expérimentaux montrent que les participants dépendants présentaient une faible activité des ondes alpha dans la région du cerveau frontal par rapport aux participants non dépendants. On peut l'observer à l'aide de spectres de puissance calculés à l'aide de la tomographie électromagnétique à basse résolution (LORETA). Le groupe thêta montre également qu'il existe une disparité entre toxicomanes et non toxicomanes. Cependant, la distinction n'est pas aussi évidente que la bande alpha.

39) Déficits en matière grise et connectivité altérée au repos dans le gyrus temporal supérieur chez les individus présentant un comportement hypersexuel problématique (Seok et Sohnp. 2018) - [déficits de matière grise dans le cortex temporal, connectivité fonctionnelle plus faible entre le cortex temporal et le précuneus & caudé] - Une étude IRMf comparant des toxicomanes sexuels soigneusement sélectionnés («comportement hypersexuel problématique») à des sujets témoins sains. Par rapport aux témoins, les toxicomanes sexuels avaient: 1) une matière grise réduite dans les lobes temporaux (régions associées à l'inhibition des impulsions sexuelles); 2) réduction de la connectivité fonctionnelle du précuneus au cortex temporal (peut indiquer une anomalie de la capacité à déplacer l'attention); 3) réduction de la connectivité fonctionnelle du cortex caudé au cortex temporel (peut inhiber le contrôle descendant des impulsions). Extraits:

Ces résultats suggèrent que les déficits structurels du gyrus temporal et la connectivité fonctionnelle altérée entre le gyrus temporal et des zones spécifiques (le précuneus et le caudé) pourraient contribuer aux perturbations de l'inhibition tonique de l'excitation sexuelle chez les personnes atteintes de PHB. Ainsi, ces résultats suggèrent que les changements de structure et de connectivité fonctionnelle dans le gyrus temporel pourraient être des caractéristiques spécifiques du PHB et pourraient être des candidats biomarqueurs pour le diagnostic du PHB.

L'élargissement de la matière grise dans l'amygdale cérébelleuse droite et une connectivité accrue de l'amygdale cérébelleuse gauche avec le STG gauche ont également été observés…. Par conséquent, il est possible que le volume accru de matière grise et la connectivité fonctionnelle dans le cervelet soient associés à un comportement compulsif chez les personnes atteintes de PHB.

En résumé, la présente étude sur le VBM et la connectivité fonctionnelle a montré des déficits en matière grise et une connectivité fonctionnelle altérée dans le gyrus temporal chez les individus atteints de PHB. Plus important encore, la structure réduite et la connectivité fonctionnelle étaient négativement corrélées à la gravité du PHB. Ces résultats fournissent de nouvelles informations sur les mécanismes neuronaux sous-jacents du PHB.

40) Tendance au trouble lié à l'utilisation de la pornographie sur Internet: différences entre hommes et femmes en ce qui concerne les biais d'attention aux stimuli pornographiques (Pekal et al., 2018) - [réactivité / sensibilisation accrue aux signaux, augmentation des envies de fumer]. Extraits:

 Plusieurs auteurs considèrent le trouble de l'utilisation de la pornographie sur Internet (PI) comme un trouble de dépendance. L'un des mécanismes qui a été étudié de manière intensive dans les troubles liés à la consommation de substances et de non-toxicomanies est un biais attentionnel accru vers les signaux liés à la dépendance. Les biais attentionnels sont décrits comme des processus cognitifs de la perception de l'individu affectés par les signaux liés à la dépendance causés par la saillance incitative conditionnée du signal lui-même. Il est supposé dans le modèle I-PACE que chez les individus susceptibles de développer des symptômes de PPI, des cognitions implicites ainsi que la réactivité aux signaux et le besoin impérieux surviennent et augmentent dans le processus de dépendance. Pour étudier le rôle des biais attentionnels dans le développement de l'IPD, nous avons étudié un échantillon de 174 participants hommes et femmes. Le biais attentionnel a été mesuré avec la tâche de sonde visuelle, dans laquelle les participants devaient réagir à des flèches apparaissant après des images pornographiques ou neutres.

De plus, les participants devaient indiquer leur excitation sexuelle induite par des images pornographiques. De plus, les tendances à l'IPD ont été mesurées à l'aide du test de dépendance à Internetsex court. Les résultats de cette étude ont montré une relation entre le biais attentionnel et la gravité des symptômes de l'IPD médiée en partie par des indicateurs de réactivité aux signaux et de soif. Alors que les hommes et les femmes diffèrent généralement dans les temps de réaction en raison des images pornographiques, une analyse de régression modérée a révélé que les biais attentionnels se produisent indépendamment du sexe dans le contexte des symptômes de l'IPD. Les résultats soutiennent les hypothèses théoriques du modèle I-PACE concernant la saillance incitative des indices liés à la toxicomanie et sont cohérents avec les études traitant de la réactivité aux signaux et de l'envie de fumer dans les troubles de toxicomanie.

41) Activité Pariétale Préfrontal Et Inférieure Altérée Au Cours De La Tâche De Stroop Chez Les Individus Avec Un Comportement Hypersexuel Problématique (Seok et Sohn, 2018) - [contrôle exécutif plus faible - fonctionnalité PFC altérée]. Extraits:

L'accumulation de preuves suggère une relation entre le comportement hypersexuel problématique (PHB) et la diminution du contrôle exécutif. Des études cliniques ont démontré que les personnes atteintes de PHB présentent des niveaux élevés d'impulsivité; cependant, on sait relativement peu de choses sur les mécanismes neuronaux qui sous-tendent le contrôle exécutif altéré dans le PHB. Cette étude a examiné les corrélats neuronaux du contrôle exécutif chez les individus atteints de PHB et les contrôles sains en utilisant l'imagerie par résonance magnétique fonctionnelle liée à l'événement (IRMf).

Vingt-trois personnes atteintes de PHB et 22 participants témoins sains ont subi une IRMf lors de l'exécution d'une tâche Stroop. Le temps de réponse et les taux d'erreur ont été mesurés comme indicateurs de substitution du contrôle exécutif. Les personnes atteintes de PHB ont présenté des performances de tâche altérées et une activation inférieure dans le cortex préfrontal dorsolatéral droit (DLPFC) et le cortex pariétal inférieur par rapport aux témoins sains pendant la tâche Stroop. De plus, les réponses dépendantes du taux d'oxygène dans le sang dans ces zones étaient négativement associées à la gravité du PHB. Le DLPFC droit et le cortex pariétal inférieur sont associés au contrôle cognitif d'ordre supérieur et à l'attention visuelle, respectivement. Nos résultats suggèrent que les personnes atteintes de PHB ont diminué le contrôle exécutif et altéré la fonctionnalité dans le DLPFC droit et le cortex pariétal inférieur, fournissant une base neurale pour le PHB.

42) Impulsivité du trait et de l’état chez les hommes avec tendance au trouble d’utilisation de la pornographie sur Internet (Antons et marquep. 2018) - [envies accrues, plus grande impulsivité d'état et de trait]. Extraits:

Les résultats indiquent que l'impulsivité des traits était associée à une plus grande sévérité des symptômes du trouble de l'utilisation de la pornographie sur Internet (IPD). En particulier, les hommes présentant une impulsivité de trait élevée et une impulsivité d’état dans l’état pornographique de la tâche d’arrêt du signal ainsi que ceux ayant une réaction de forte envie ont présenté des symptômes graves de DIP.

Les résultats indiquent que l'impulsivité des traits et des états joue un rôle crucial dans le développement de l'IPD. Conformément aux modèles de double processus de dépendance, les résultats peuvent indiquer un déséquilibre entre les systèmes impulsif et réfléchi pouvant être déclenché par du matériel pornographique. Cela peut entraîner une perte de contrôle sur l'utilisation de la pornographie sur Internet, même si cela entraîne des conséquences négatives.

43) Les facettes de l’impulsivité et les aspects connexes font la différence entre l’utilisation récréative et non réglementée de la pornographie sur Internet (Stéphanie et al., 2019) - [envies accrues, plus grande remise différée (hypofrontalité), habituation]. Extraits:

En raison de sa nature principalement enrichissante, la pornographie sur Internet (IP) est une cible prédestinée pour les comportements de dépendance. Les constructions liées à l'impulsivité ont été identifiées en tant que promoteurs de comportements addictifs. Dans cette étude, nous avons étudié les tendances impulsives (impulsivité des traits, remise du retard et style cognitif), le besoin impérieux de propriété intellectuelle, les attitudes vis-à-vis de la propriété intellectuelle et les styles d'adaptation chez les individus ayant une utilisation de la PI à des fins récréatives occasionnelles, fréquentes ou non réglementées. Groupes de personnes à usage récréatif ou occasionnel (n = 333), usage récréatif-fréquent (n = 394) et une utilisation non réglementée (n = 225) de PI ont été identifiés par des instruments de dépistage.

Les personnes avec une utilisation non réglementée ont montré les scores les plus élevés pour le besoin impérieux, l'impulsivité attentionnelle, la réduction des retards et l'adaptation dysfonctionnelle, et les scores les plus bas pour l'adaptation fonctionnelle et le besoin de cognition. Les résultats indiquent que certaines facettes de l'impulsivité et des facteurs connexes tels que l'envie de fumer et une attitude plus négative sont spécifiques aux utilisateurs IP non réglementés. Les résultats sont également cohérents avec les modèles sur les troubles spécifiques de l'utilisation d'Internet et les comportements addictifs….

De plus, les individus ayant une utilisation non réglementée de la PI avaient une attitude plus négative à l'égard de la PI que les utilisateurs récréatifs – fréquents. Ce résultat pourrait suggérer que les personnes ayant une utilisation non réglementée de la PI ont une forte motivation ou une forte envie d'utiliser la PI, même si elles peuvent avoir développé une attitude négative envers l'utilisation de la PI, peut-être parce qu'elles ont déjà subi des conséquences négatives liées à leur modèle d'utilisation de la PI. Cela est conforme à la théorie de la sensibilisation incitative à la toxicomanie (Berridge et Robinson, 2016), qui propose de passer du goût à la dépendance pendant la dépendance.

Un autre résultat intéressant est que la taille de l'effet pour la durée des tests post-hoc, exprimée en minutes par session, lorsque l'on compare les utilisateurs non réglementés aux utilisateurs récréatifs fréquents, était supérieure à la fréquence hebdomadaire. Cela peut indiquer que les personnes utilisant une propriété intellectuelle non réglementée ont particulièrement du mal à arrêter de regarder la propriété intellectuelle pendant une session ou ont besoin de plus de temps pour obtenir la récompense souhaitée, ce qui pourrait être comparable à une forme de tolérance aux troubles liés à l'utilisation de substances. Cela concorde avec les résultats de l'évaluation d'un journal intime, qui a révélé que les crises de frénésie pornographique sont l'un des comportements les plus caractéristiques chez les hommes en quête de traitement ayant des comportements sexuels compulsifs (Wordecha et coll., 2018).

44) Biais d'approche pour les stimuli érotiques chez les étudiants masculins hétérosexuels qui utilisent la pornographie (Skyler et coll.p. 2019) - [biais d'approche amélioré (sensibilisation)]. Extraits:

Les résultats soutiennent l'hypothèse selon laquelle les étudiants hétérosexuels de sexe masculin qui utilisent la pornographie sont plus rapides à approcher que d'éviter les stimuli érotiques lors d'une tâche AAT ... Ces résultats sont également en ligne avec plusieurs tâches du SRC suggérant que les personnes dépendantes affichent une tendance à l'action à s'approcher plutôt que d'éviter les stimuli addictifs (Bradley et coll., 2004; Field et al., 2006, 2008).

Dans l'ensemble, les résultats suggèrent que l'approche pour les stimuli addictifs peut être une réponse plus rapide ou préparée que l'évitement, ce qui peut s'expliquer par l'interaction d'autres biais cognitifs dans les comportements addictifs…. De plus, les scores totaux sur le BPS étaient positivement corrélés avec l'approche scores de biais, indiquant que plus la consommation problématique de pornographie est grave, plus le degré d'approche des stimuli érotiques est élevé. Cette association a en outre été étayée par des résultats suggérant que les individus ayant une utilisation problématique de la pornographie, tels que classés par le PPUS, ont montré un biais d'approche plus de 200% plus fort pour les stimuli érotiques par rapport aux individus sans utilisation problématique de la pornographie.

Pris ensemble, les résultats suggèrent des parallèles entre la dépendance à la drogue et la dépendance au comportement (Grant et coll., 2010). L’utilisation de la pornographie (en particulier problématique) était liée à des approches plus rapides des stimuli érotiques que des stimuli neutres, un biais d’approche similaire à celui observé dans les troubles liés à la consommation d’alcool (Field et al., 2008; Wiers et coll., 2011), consommation de cannabis (Cousijn et coll., 2011; Field et al., 2006) et les troubles liés à l'usage du tabac (Bradley et coll., 2004). Un chevauchement des caractéristiques cognitives et des mécanismes neurobiologiques impliqués à la fois dans la toxicomanie et l'utilisation problématique de la pornographie semble probable, ce qui est cohérent avec les études antérieures (Kowalewska et coll., 2018; Stark et coll., 2018).

45) Régulation négative associée à l'hyperméthylation du microARN-4456 dans le trouble hypersexuel avec une influence putative sur la signalisation de l'ocytocine: une analyse de méthylation de l'ADN des gènes miARN (Bostrom et coll.p. 2019) - [système de stress probablement dysfonctionnel]. Une étude sur des sujets souffrant d'hypersexualité (dépendance au porno / sexe) rapporte des changements épigénétiques reflétant ceux qui se produisent chez les alcooliques. Les changements épigénétiques se sont produits dans les gènes associés au système de l'ocytocine (ce qui est important dans l'amour, les liens, la dépendance, le stress, le fonctionnement sexuel, etc.). Extraits:

Dans une analyse d'association méthylation de l'ADN dans le sang périphérique, nous avons identifié différents sites CpG associés à MIR708 et MIR4456 qui sont méthylés de manière significative différentiellement chez les patients atteints de trouble d'hypersexualité (HD). De plus, nous démontrons que le locus de méthylation cg4456 associé à hsamiR-01299774 est méthylé de manière différentielle dans la dépendance à l'alcool, ce qui suggère qu'il pourrait être principalement associé au composant provoquant une dépendance observé dans l'HD.

L'implication de la voie de signalisation de l'ocytocine identifiée dans cette étude semble être impliquée de manière significative dans bon nombre des caractéristiques définissant la HD, telles que proposées par Kafka et al. [1], tels que la dérégulation du désir sexuel, la compulsivité, l'impulsivité et la dépendance (sexuelle).

En conclusion, MIR4456 a une expression significativement plus basse dans la HD. Notre étude fournit des preuves que la méthylation de l'ADN au locus cg01299774 est associée à l'expression de MIR4456. Ce miARN cible des gènes préférentiellement exprimés dans le tissu cérébral et impliqués dans les principaux mécanismes moléculaires neuronaux jugés pertinents pour la pathogenèse de la HD. Nos découvertes issues de l’étude des changements dans l’épigénome contribuent à mieux élucider les mécanismes biologiques à l’origine de la physiopathologie de la maladie de Huntington en insistant tout particulièrement sur Mirxnumx et son rôle dans la régulation de l’ocytocine.

46) Différences de volume de matière grise dans le contrôle des impulsions et les troubles addictifs (Draps et coll.p. 2020) - [hypofrontailité: cortex préfrontal diminué et matière grise du cortex cingulaire antérieur]. Extraits:

Ici, nous comparons les volumes de matière grise (GMV) entre les groupes de personnes souffrant de troubles du comportement sexuel compulsif (CSBD), de troubles du jeu (GD) et de troubles liés à la consommation d'alcool (AUD) avec ceux qui ne présentent aucun de ces troubles (participants témoins sains; HC).

Les individus affectés (CSBD, GD, AUD) par rapport aux participants HC ont montré des GMV plus petits dans le pôle frontal gauche, en particulier dans le cortex orbitofrontal. Les différences les plus prononcées ont été observées dans les groupes GD et AUD, et les moindres dans le groupe CSBD. Il y avait une corrélation négative entre les GMV et la gravité du trouble dans le groupe CSBD. Une gravité plus élevée des symptômes des CSBD était corrélée à une diminution du GMV dans le gyrus cingulaire antérieur droit.

Cette étude est la première montrant des GMV plus petits dans 3 groupes cliniques de CSBD, GD et AUD. Nos résultats suggèrent des similitudes entre les troubles spécifiques du contrôle des impulsions et les dépendances.

Le cortex cingulaire antérieur (ACC) a été impliqué fonctionnellement dans le contrôle cognitif, le traitement des stimuli négatifs [56], [57], le traitement de la prédiction des erreurs, l'apprentissage des récompenses [58], [59] et la réactivité aux signaux [60], [34] . En ce qui concerne les CSBD, l'activité de l'ACC en réponse à des signaux sexuellement explicites était liée au désir sexuel chez les hommes atteints de CSBD [61]. Les hommes avec CSBD ont également montré une préférence accrue pour la nouveauté sexuelle, qui était liée à l'accoutumance ACC [62]. En tant que tel, les résultats actuels étendent les études fonctionnelles antérieures en suggérant que le volume d'ACC est important pour la symptomatologie des CSBD chez les hommes.

47) Niveaux élevés d'ocytocine plasmatique chez les hommes atteints de trouble hypersexuel (Jokinen et coll.p. 2020) [réponse au stress dysfonctionnel] .– Du groupe de recherche qui a publié 4 précédentes études neuro-endocriniennes sur les «hypersexuels» masculins (toxicomanes du sexe / porno). Parce que l'ocytocine est impliquée dans notre réponse au stress, des niveaux sanguins plus élevés ont été interprétés comme un indicateur d'un système de stress hyperactif chez les toxicomanes sexuels. Cette constatation est conforme aux études antérieures du chercheur et aux études neurologiques faisant état d'une réponse au stress dysfonctionnelle chez les toxicomanes. Fait intéressant, la thérapie (CBT) a réduit les niveaux d'ocytocine chez les patients hypersexuels. Extraits:

Le trouble hypersexuel (HD) intégrant des aspects physiopathologiques tels que la dérégulation du désir sexuel, la dépendance sexuelle, l'impulsivité et la compulsivité a été suggéré comme diagnostic pour le DSM-5. Le «trouble du comportement sexuel compulsif» est maintenant présenté comme un trouble du contrôle des impulsions dans la CIM-11. Des études récentes ont montré un axe HPA dérégulé chez les hommes atteints de HD. L'ocytocine (OXT) affecte la fonction de l'axe HPA; aucune étude n'a évalué les taux d'OXT chez les patients atteints de HD. La question de savoir si un traitement CBT pour les symptômes de la MH a un effet sur les niveaux de OXT n'a pas été étudiée.

Nous avons examiné les niveaux de plasma OXT dans 64 patients de sexe masculin atteints de HD et 38 volontaires sains de même âge que les hommes. De plus, nous avons examiné les corrélations entre les niveaux de plasma OXT et les symptômes dimensionnels de la MH en utilisant les échelles d'évaluation mesurant le comportement hypersexuel.

Les patients atteints de HD présentaient des niveaux de OXT significativement plus élevés que les volontaires sains. Il y avait des corrélations positives significatives entre les niveaux OXT et les échelles d'évaluation mesurant le comportement hypersexuel. Les patients qui ont terminé le traitement CBT ont eu une réduction significative des niveaux de OXT par rapport au prétraitement. Les résultats suggèrent un système oxytonergique hyperactif chez les patients masculins présentant un trouble hypersexuel qui peut être un mécanisme compensatoire pour atténuer le système de stress hyperactif. Une thérapie de groupe CBT réussie peut avoir un effet sur le système oxytonergique hyperactif.

48) Contrôle inhibiteur et utilisation problématique de la pornographie sur Internet - Le rôle d'équilibrage important de l'insula (Anton & Marquep. 2020) - [tolérance ou accoutumance] - Les auteurs déclarent que leurs résultats indiquent la tolérance, caractéristique d'un processus de dépendance. Extraits:

Notre étude actuelle doit être considérée comme une première approche inspirant les futures investigations concernant les associations entre les mécanismes psychologiques et neuronaux du désir, l'utilisation problématique de la PI, la motivation à changer de comportement et le contrôle inhibiteur.

Conforme aux études précédentes (par exemple, Antons et marque, 2018; Marque, Snagowski, Laier et Maderwald, 2016; Gola et al., 2017; Laier et al., 2013), wNous avons trouvé une forte corrélation entre l'envie subjective et la gravité des symptômes de l'utilisation problématique de la PI dans les deux conditions. Cependant, l'augmentation de l'envie de fumer en tant que mesure de la réactivité aux signaux n'était pas associée à la gravité des symptômes d'une utilisation problématique de la PI, cela peut être lié à la tolérance (Cf. Wéry et Billieux, 2017) étant donné que les images pornographiques utilisées dans cette étude n'étaient pas individualisées en termes de préférences subjectives. Par conséquent, le matériel pornographique normalisé utilisé peut ne pas être suffisamment solide pour induire une réactivité aux signaux chez les personnes présentant une sévérité élevée des symptômes associée à de faibles effets sur les systèmes impulsif, réfléchissant et interoceptif ainsi que sur la capacité de contrôle inhibiteur.

Les effets de la tolérance et des aspects motivationnels peuvent expliquer la meilleure performance du contrôle inhibiteur chez les individus présentant une sévérité des symptômes plus élevée qui était associée à une activité différentielle du système interoceptif et réfléchissant. La diminution du contrôle de l'utilisation de la propriété intellectuelle résulte probablement de l'interaction entre les systèmes impulsif, réfléchissant et interoceptif.

Pris ensemble, l'insula en tant que structure clé représentant le système interoceptif joue un rôle pivot dans le contrôle inhibiteur lorsque des images pornographiques sont présentes. Les données suggèrent que les individus présentant une gravité des symptômes plus élevée de l'utilisation problématique de la PI ont mieux réussi dans la tâche en raison de la diminution de l'activité de l'insula pendant le traitement de l'image et de l'augmentation de l'activité pendant le traitement du contrôle inhibiteur. Tson modèle d'activité pourrait être basé sur les effets de la tolérance, c'est-à-dire que moins d'hyperactivité du système impulsif entraîne moins de ressources de contrôle du système interoceptif et réfléchissant.

Par conséquent, un passage des comportements impulsifs aux comportements compulsifs en raison du développement d'une utilisation problématique de la propriété intellectuelle ou d'un aspect motivationnel (lié à l'évitement) pourrait être pertinent, de sorte que toutes les ressources soient concentrées sur la tâche et loin des images pornographiques. L'étude contribue à une meilleure compréhension de la diminution du contrôle sur l'utilisation de la propriété intellectuelle, qui est probablement non seulement le résultat d'un déséquilibre entre les systèmes doubles, mais de l'interaction entre les systèmes impulsifs, réfléchissants et interoceptifs.

49) Testostérone normale mais taux plasmatiques d'hormone lutéinisante plus élevés chez les hommes atteints de trouble hypersexuel (2020) - [pourrait indiquer une réponse dysfonctionnelle au stress] - Du groupe de recherche qui a publié 5 études neuro-endocriniennes antérieures sur les «hypersexuels» masculins (toxicomanes sexuels / pornographiques), révélant des systèmes de stress modifiés, un marqueur majeur de la dépendance (1, 2, 3, 4, 5.). Extraits:

Dans cette étude, nous avons constaté que les patients masculins atteints de MH n'avaient pas de différence significative dans les niveaux de testostérone plasmatique par rapport aux volontaires sains. Au contraire, ils avaient des taux plasmatiques de LH significativement plus élevés.

HD comprend dans sa définition que le comportement peut être le résultat d'états dysphoriques et de stress,1 et nous avons précédemment signalé une dérégulation avec hyperactivité de l'axe HPA13 ainsi que les changements épigénétiques associés chez les hommes atteints de MH.

Il existe des interactions complexes entre HPA et HPG, à la fois excitatrices et inhibitrices avec des différences selon le stade de développement du cerveau.27 Les événements stressants dus aux effets de l'axe HPA peuvent entraîner une inhibition de la suppression de la LH et, par conséquent, de la reproduction.27 Les 2 systèmes ont des interactions réciproques et les facteurs de stress précoces peuvent altérer les réponses neuroendocrines par des modifications épigénétiques.

Les mécanismes proposés pourraient inclure l'interaction HPA et HPG, le réseau de neurones de récompense ou l'inhibition du contrôle des impulsions de régulation des régions du cortex préfrontal.32 En conclusion, nous rapportons pour la première fois une augmentation des taux plasmatiques de LH chez les hommes hypersexuels par rapport aux volontaires sains. Ces résultats préliminaires contribuent à la littérature croissante sur l'implication des systèmes neuroendocriniens et la dérégulation dans la MH.

50) Biais d'approche pour les stimuli érotiques chez les étudiantes hétérosexuelles qui utilisent la pornographie (2020) [sensibilisation et désensibilisation] - NUne étude euro-psychologique sur les utilisatrices de pornographie féminine rapporte des résultats qui reflètent ceux observés dans les études sur la toxicomanie. Les biais d'approche envers le porno (sensibilisation) et l'anhédonie (désensibilisation) étaient positivement corrélés avec l'utilisation de la pornographie. L'étude a également rapporté: «nous avons également trouvé une association positive significative entre les scores de biais d'approche érotique et les scores sur le SHAPS, qui quantifie l'anhédonie. Cela indique que plus le biais d'approche des stimuli érotiques est fort, moins la personne a déclaré éprouver de plaisir". En termes simples, le signe neuropsychologique d'un processus de dépendance est corrélé à un manque de plaisir (anhédonie). Extraits:

Le biais d'approche, ou la tendance d'action relativement automatique à déplacer certains stimuli vers le corps plutôt que de s'en éloigner, est un processus cognitif clé impliqué dans un processus cognitif clé impliqué dans des comportements addictifs. Les modèles de double traitement de la dépendance supposent que les comportements addictifs se développent à la suite d'un déséquilibre entre les motivations appétitives et «impulsives»
lecteurs et systèmes exécutifs réglementaires. L'engagement répété dans des comportements addictifs peut conduire à des tendances d'action relativement automatiques par lesquelles les individus s'approchent plutôt que d'éviter les stimuli addictifs. Cette étude a évalué s'il existe un biais d'approche pour les stimuli érotiques chez les femmes hétérosexuelles d'âge universitaire qui déclarent utiliser de la pornographie.

Les participants ont démontré un biais d'approche significatif de 24.81 ms pour les stimuli érotiques par rapport aux stimuli neutres, et tson biais d'approche était significativement corrélé positivement avec les scores de l'échelle d'utilisation de la pornographie problématique. Ces résultats sont en ligne avec et étendent les résultats précédents rapportant un biais d'approche pour les stimuli érotiques chez les hommes qui utilisent régulièrement la pornographie (Sklenarik et al., 2019; Stark et al., 2017).

De plus, les scores de biais d'approche étaient significativement corrélés positivement avec l'anhédonie, indiquant que plus le degré d'approche des stimuli érotiques était fort, plus l'anhédonie était observée......Cela indique que plus le biais d'approche des stimuli érotiques est fort, moins la personne a déclaré éprouver de plaisir.

51) Les indices sexuels modifient les performances de la mémoire de travail et le traitement du cerveau chez les hommes ayant un comportement sexuel compulsif (2020) - [sensibilisation et mauvais fonctionnement exécutif] - Extraits:

Sur le plan comportemental, les patients ont été ralentis par du matériel pornographique en fonction de leur consommation de pornographie la semaine dernière, ce qui s'est traduit par une activation plus importante du gyrus lingual. De plus, le gyrus lingual a montré une connectivité fonctionnelle plus élevée à l'insula lors du traitement des stimuli pornographiques dans le groupe de patients. En revanche, les sujets en bonne santé ont montré des réponses plus rapides lorsqu'ils ont été confrontés à des images pornographiques uniquement avec une charge cognitive élevée. En outre, les patients ont montré une meilleure mémoire pour les images pornographiques dans une tâche de reconnaissance surprise par rapport aux témoins, ce qui témoigne d'une pertinence plus élevée du matériel pornographique dans le groupe de patients. TCes résultats sont conformes à la théorie de la saillance incitative de la toxicomanie, en particulier la connectivité fonctionnelle plus élevée au réseau de saillance avec l'insula comme plaque tournante et l'activité linguale plus élevée pendant le traitement des images pornographiques en fonction de la consommation récente de pornographie.

…. Cela pourrait être interprété d'une manière que le matériel pornographique a (probablement en raison de processus d'apprentissage) une grande pertinence pour les patients et active ainsi la saillance (insula) et le réseau d'attention (pariétal inférieur), ce qui conduit alors à un temps de réaction plus lent en tant que saillant les informations ne sont pas pertinentes pour la tâche. Sur la base de ces résultats, on peut conclure que, pour les sujets présentant un CSB, le matériel pornographique a un effet de distraction plus élevé et donc une saillance plus élevée. Par la suite, les données prennent en charge l'IST de la dépendance dans CSB.

52) La valeur de récompense subjective des stimuli sexuels visuels est codée dans le striatum humain et le cortex orbitofrontal (2020) - [sensibilisation] - Extraits:

Plus un sujet a évalué un clip VSS sur l'excitation sexuelle ou la valence sexuelle, plus l'activité que nous avons trouvée dans NAcc, le noyau caudé et l'OFC était élevée lors de la visualisation VSS. De plus, tL'association entre les indices d'excitation sexuelle individuelle et NAcc ainsi que l'activité du noyau caudé était plus forte lorsque les sujets ont signalé plus de symptômes d'utilisation problématique de la pornographie (PPU) mesurés par le s-IATsex

Ces différences individuelles dans le codage des préférences pourraient représenter un mécanisme qui intervient dans l'utilisation addictive des SSV vécue par certaines personnes. Nous avons non seulement trouvé une association de NAcc et d'activité caudée avec des notes d'excitation sexuelle pendant le visionnement de VSS, mais la force de cette association était plus grande lorsque le sujet a signalé une utilisation pornographique (PPU) plus problématique. Le résultat soutient l'hypothèse selon laquelle les réponses de la valeur incitative dans NAcc et caudate se différencient plus fortement entre les stimuli différemment préférés, plus un sujet éprouve PPU. Cela prolonge les études antérieures, où PPU a été liée à une réponse striatale plus élevée à VSS par rapport à une condition de contrôle ou non préférée [29,38]. Une étude, utilisant également une tâche SID, a trouvé une augmentation de l'activité NAcc associée à une augmentation de la PPU pendant la phase d'anticipation uniquement [41]. Nos résultats indiquent qu'un effet similaire, c'est-à-dire un traitement de saillance incitatif modifié associé à PPU, peut également être trouvé dans la phase de livraison, mais seulement si la préférence individuelle est prise en compte. La différenciation croissante des signaux de valeur incitative dans le NAcc pourrait refléter un besoin accru de rechercher et d'identifier les VSS préférés pendant le développement de la toxicomanie.

Étant donné que ces résultats peuvent être reproduits, ils peuvent avoir des implications cliniques importantes. Une différenciation accrue des signaux de valeur incitative peut être liée à une augmentation du temps passé à rechercher du matériel hautement stimulant, ce qui entraîne plus tard des problèmes dans la vie personnelle ou professionnelle et des souffrances en raison de ce comportement.

53) Les neurosciences de la communication en santé: une analyse fNIRS de la consommation de cortex préfrontal et de porno chez les jeunes femmes pour le développement de programmes de prévention en santé (2020) - Extraits:

Les résultats indiquent que la visualisation du clip pornographique (par rapport au clip de contrôle) provoque une activation de la zone de Brodmann 45 de l'hémisphère droit. Un effet apparaît également entre le niveau de consommation autodéclarée et l'activation du droit BA 45: plus le niveau de consommation autodéclarée est élevé, plus l'activation est importante. D'autre part, les participants qui n'ont jamais consommé de matériel pornographique ne montrent pas d'activité du bon BA 45 par rapport au clip de contrôle (indiquant une différence qualitative entre les non-consommateurs et les consommateurs). Ces résultats sont cohérents avec d'autres recherches effectuées dans le domaine des addictions. On émet l'hypothèse que le système de neurones miroirs pourrait être impliqué, par le biais du mécanisme de l'empathie, ce qui pourrait provoquer un érotisme par procuration.

54) Potentiels liés aux événements dans une tâche bizarre à deux choix de contrôle inhibiteur comportemental altéré chez les hommes ayant des tendances à la dépendance au cybersexe (2020) - Extraits:

Le contrôle inhibiteur du comportement avec facultés affaiblies (BIC) est connu pour jouer un rôle crucial dans le comportement addictif. Cependant, les recherches n'ont pas permis de déterminer si c'est également le cas de la dépendance au cybersexe. Cette étude visait à étudier l'évolution temporelle du BIC chez les hommes ayant des tendances à la dépendance au cybersexe (TCA) en utilisant des potentiels liés aux événements (ERP) et à fournir des preuves neurophysiologiques de leur BIC déficient.

Les personnes atteintes de TCA étaient plus impulsives que les participants à HC et partageaient les caractéristiques neuropsychologiques et ERP du trouble lié à l'usage de substances ou des dépendances comportementales, ce qui confirme l'idée que la dépendance au cybersexe peut être conceptualisée comme une dépendance comportementale.

Théoriquement, nos résultats indiquent que la dépendance au cybersexe ressemble aux troubles liés à l'usage de substances et au contrôle des impulsions en termes d'impulsivité aux niveaux électrophysiologique et comportemental. Nos résultats peuvent alimenter la controverse persistante sur la possibilité de la dépendance au cybersexe en tant que nouveau type de trouble psychiatrique.

55) Trouble des comportements sexuels microstructuraux et compulsifs de la matière blanche - Étude d'imagerie de diffusion Tensor - Bétude de balayage de la pluie comparant la structure de la matière blanche des toxicomanes au porno / sexe (CSBD) aux témoins. Différences significatives entre les témoins et les sujets CSB. Extraits:

Il s'agit de l'une des premières études DTI évaluant les différences entre les patients atteints du trouble des comportements sexuels compulsifs et les témoins sains. Notre analyse a révélé des réductions de FA dans six régions du cerveau chez les sujets CSBD, par rapport aux témoins. Les voies de différenciation ont été trouvées dans le cervelet (il y avait probablement des parties du même tractus dans le cervelet), la partie rétrolenticulaire de la capsule interne, la couronne radiata supérieure et la substance blanche du gyrus occipital moyen ou latéral.

Nos données DTI montrent que les corrélats neuronaux du CSBD se chevauchent avec des régions précédemment rapportées dans la littérature comme liées à la fois à la dépendance et au TOC (voir la zone rouge dans Fig. 3). Ainsi, la présente étude a démontré une similitude importante dans les réductions de FA partagées entre CSBD et à la fois le TOC et les dépendances.

56) Retard des incitations sexuelles dans le scanner: traitement des signaux sexuels et des récompenses, et liens avec la consommation problématique de pornographie et la motivation sexuelle - Les résultats ne correspondent pas au modèle de dépendance (réactivité aux signaux).

Les résultats de 74 hommes ont montré que les zones cérébrales liées à la récompense (amygdale, cortex cingulaire dorsal, cortex orbitofrontal, noyau accumbens, thalamus, putamen, noyau caudé et insula) étaient significativement plus activées à la fois par les vidéos pornographiques et les indices pornographiques que par contrôler les vidéos et contrôler les signaux, respectivement. Cependant, nous n'avons trouvé aucune relation entre ces activations et les indicateurs de l'utilisation problématique de la pornographie, du temps passé à l'utilisation de la pornographie ou de la motivation sexuelle.

Cependant, les auteurs reconnaissent que peu de sujets, voire aucun, étaient des toxicomanes de pornographie.

Discussion et conclusions: L'activité dans les zones cérébrales liées à la récompense à la fois aux stimuli sexuels visuels et aux signaux indique que l'optimisation de la tâche de retard d'incitation sexuelle a réussi. Probablement, les associations entre l'activité cérébrale liée aux récompenses et les indicateurs d'utilisation de pornographie problématique ou pathologique ne peuvent se produire que dans des échantillons avec des niveaux accrus et non dans un échantillon plutôt sain utilisé dans la présente étude.

Les auteurs discutent de la réactivité au signal (sensibilisation) dans d'autres dépendances

Fait intéressant, les résultats concernant la théorie de la sensibilisation incitative sont également incohérents dans le domaine des dépendances liées aux substances. Plusieurs méta-analyses ont montré une réactivité accrue des cue dans le système de récompense (Chase, Eickhoff, Laird et Hogarth, 2011; Kühn et Gallinat, 2011b; Schacht, Anton et Myrick, 2012), mais certaines études n'ont pas pu confirmer ces résultats (Engelmann et al., 2012; Lin et al., 2020; Zilberman, Lavidor, Yadid et Rassovsky, 2019). De plus, pour les dépendances comportementales, une réactivité des signaux plus élevée dans le réseau de récompense des sujets toxicomanes par rapport aux sujets en bonne santé n'a été trouvée que dans une minorité des études, comme résumé dans une revue la plus récente par Antons et coll. (2020). De ce résumé, la conclusion peut être tirée que la réactivité des signaux dans la dépendance est modulée par plusieurs facteurs tels que les facteurs individuels et les facteurs spécifiques à l'étude (Jasinska et al., 2014). Nos résultats nuls concernant les corrélations entre l'activité striatale et les facteurs de risque de CSBD peuvent également être dus au fait que même avec notre large échantillon, nous ne pouvions considérer qu'une petite sélection de facteurs d'influence possibles. D'autres études à grande échelle sont nécessaires pour rendre justice à la multicausalité. En termes de design, par exemple, la modalité sensorielle des indices ou l'individualisation des signaux pourrait être importante (Jasinska et al., 2014).

57) Réactivité aberrante du cortex orbitofrontal aux signaux érotiques dans le trouble du comportement sexuel compulsif (2021)- [sensibilisation - plus grande réactivité des signaux dans le striatum ventral et le cortex orbitofrontal antérieur chez les toxicomanes du porno par rapport aux témoins sains] Extraits :

Le schéma fonctionnel observé chez les sujets CSBD comprenant des cortex pariétaux supérieurs, un gyrus supramarginal, un gyrus pré et postcentral et des noyaux gris centraux pourrait indiquer une intensification (par rapport aux témoins sains) de la préparation attentionnelle, somatosensorielle et motrice à l'approche et à la consommation de la récompense érotique (vouloir) dans le CSBD qui est évoqué par des indices prédictifs (Locke & Braver, 2008Hirose, Nambu et Naito, 2018). Ceci est conforme à la théorie de la sensibilisation incitative de la toxicomanie (Robinson et Berridge, 2008) et les données existantes sur la réactivité des signaux dans les comportements addictifs (Gola et Draps, 2018Gola, Wordecha et autres, 2017Kowalewska et al., 2018Kraus et al., 2016bPotenza et al., 2017Stark, Klucken, Potenza, Brand et Strahler, 2018Voon et al., 2014)….

Plus important encore, avec les résultats de l'analyse du ROI, ce travail élargit les résultats précédemment publiés (Gola, Wordecha et autres, 2017) en montrant que le une réponse élevée des circuits de récompense aux signaux de récompense érotiques dans le CSBD se produit non seulement dans le striatum ventral dans la phase d'anticipation de la récompense, mais également dans le cortex orbitofrontal antérieur (aOFC). De plus, l'activité dans cette région semble également dépendre de la probabilité de récompense. Le changement de signal BOLD était plus élevé chez les individus CSBD que chez les témoins sains, en particulier pour les valeurs de probabilité plus faibles, ce qui pourrait indiquer que les chances plus faibles d'obtenir la récompense érotique ne diminuent pas la motivation comportementale excessive induite par la présence des indices de récompense érotique.

Sur la base de nos données, il pourrait être suggéré que l'aOFC joue un rôle important dans la médiation de la capacité spécifique des indices de types de récompense particuliers à motiver un comportement de recherche de récompense chez les participants au CSBD. En fait, le rôle de l'OFC a été impliqué dans des modèles neuroscientifiques de comportements addictifs.

58) Les corrélats neuronaux et comportementaux de l'anticipation des stimuli sexuels indiquent des mécanismes de type dépendance dans les troubles du comportement sexuel compulsif (2022) [sensibilisation] Cette étude IRMf a révélé que les toxicomanes du porno / sexe (patients CSBD) ont un comportement et une activité cérébrale anormaux pendant anticipation de regarder du porno, en particulier dans le striatum ventral. En outre, l'étude a également révélé des toxicomanes du porno/sexe "voulait" porno plus, mais pas « Comme » pas plus que des témoins sains. Extraits :

Il est important de noter que ces différences de comportement suggèrent que les processus impliquant l'anticipation de stimuli érotiques et non érotiques peuvent être modifiés dans le CSBD et soutiennent l'idée que des mécanismes liés à l'anticipation de récompense similaires à ceux des troubles liés à l'utilisation de substances et des dépendances comportementales peuvent jouer un rôle important dans le CSBD. , comme suggéré précédemment (Chatzittofis et al., 2016Gola et coll., 2018Jokinen et al., 2017Kowalewska et coll., 2018Mechelmans et al., 2014Politis et al., 2013Schmidt et coll., 2017Sinke et al., 2020Voon et coll., 2014). Cela a été soutenu par le fait que nous n'avons pas observé de différences dans d'autres tâches cognitives mesurant la prise de risque et le contrôle des impulsions, s'opposant à l'idée que des mécanismes généraux liés à la compulsivité sont en jeu (Norman et al., 2019Mars, Townes, Pechlivanoglou, Arnold et Schachar, 2022). Curieusement, la mesure comportementale ΔRT était corrélée négativement avec les symptômes d'hypersexualité et la compulsivité sexuelle, indiquant que les altérations comportementales liées à l'anticipation augmentent avec la gravité des symptômes CSBD….

Nos résultats suggèrent que le CSBD est associé à des corrélats comportementaux altérés d'anticipation, qui sont en outre liés à l'activité VS lors de l'anticipation de stimuli érotiques. Les résultats soutiennent l'idée que des mécanismes similaires à ceux des dépendances aux substances et au comportement jouent un rôle dans le CSBD et suggèrent que la classification du CSBD en tant que trouble du contrôle des impulsions peut être discutable sur la base de découvertes neurobiologiques.

Ensemble, ces études neurologiques ont rapporté:

  1. Les principaux changements cérébraux liés à la dépendance à 3: sensibilisation, désensibilisationet hypofrontalité.
  2. Une plus grande utilisation du porno en corrélation avec moins de matière grise dans le circuit de récompense (striatum dorsal).
  3. Une utilisation accrue du porno est corrélée à une activation moindre du circuit de récompense lors de la visualisation d'images sexuelles.
  4. Et une utilisation accrue du porno était corrélée à des connexions neuronales perturbées entre le circuit de récompense et le cortex préfrontal.
  5. Les toxicomanes avaient une plus grande activité préfrontale sur les signaux sexuels, mais une activité cérébrale inférieure aux stimuli normaux (correspond à une toxicomanie).
  6. Utilisation du porno / exposition au porno liée à une plus grande réduction différée (incapacité de retarder la gratification). Ceci est un signe de dysfonctionnement du pouvoir exécutif.
  7. 60% des sujets toxicomanes compulsifs dans une étude ont eu une dysfonction érectile ou une faible libido avec des partenaires, mais pas avec du porno: tous ont déclaré que l'utilisation de la pornographie sur Internet causait leur dysfonction érectile / faible libido.
  8. Biais d'attention accru comparable aux usagers de drogues. Indique une sensibilisation (un produit de DeltaFosb).
  9. Plus grand désir et envie de porno, mais pas plus grand goût. Cela correspond au modèle de dépendance accepté - sensibilisation incitative.
  10. Les toxicomanes du porno ont une préférence accrue pour la nouveauté sexuelle, mais leur cerveau s'habitue plus rapidement aux images sexuelles. Pas préexistant.
  11. Plus les utilisateurs de porno sont jeunes, plus la réactivité du centre de récompense est grande.
  12. Lectures EEG plus élevées (P300) lorsque les utilisateurs de porno étaient exposés à des signaux porno (qui se produit dans d'autres addictions).
  13. Moins de désir d'avoir des relations sexuelles avec une personne, ce qui correspond à une réactivité accrue aux images pornographiques.
  14. Une plus grande utilisation de pornographie en corrélation avec une faible amplitude de LPP lors de la visualisation de photos à caractère sexuel: indique une habituation ou une désensibilisation.
  15. Axe HPA dysfonctionnel et circuits de stress cérébral altérés, ce qui se produit lors de toxicomanies (et plus grand volume d'amygdale associé à un stress social chronique).
  16. Modifications épigénétiques des gènes essentiels à la réponse au stress chez l'homme et étroitement associées à la dépendance.
  17. Des niveaux plus élevés de facteur de nécrose tumorale (TNF) - qui se produit également dans l’abus de drogues et la toxicomanie.
  18. Un déficit en matière grise du cortex temporal; moins de connectivité entre l’entreprise temporelle et plusieurs autres régions.
  19. Impulsivité d'état supérieure.
  20. Diminution du cortex préfrontal et de la matière grise du gyrus cingulaire antérieur par rapport aux témoins sains.
  21. Réduction de la substance blanche par rapport aux témoins sains.

Articles énumérant des études pertinentes et déniant la désinformation:

Démystifier la désinformation:

  1. Gary Wilson expose la vérité derrière 5 études que les propagandistes citent pour soutenir leurs affirmations selon lesquelles la dépendance au porno n'existe pas et que l'utilisation du porno est largement bénéfique: Gary Wilson - Recherche sur le porno: réalité ou fiction (2018).
  2. Démystifier “Pourquoi sommes-nous toujours si inquiets de regarder du porno?? ”, De Marty Klein, Taylor Kohut et Nicole Prause (2018).
  3. Comment reconnaître les articles biaisés: Ils citent Prause et al. 2015 (affirmant à tort qu'il démystifie la dépendance au porno), tout en omettant plus de 40 études neurologiques soutenant la dépendance au porno.
  4. Si vous recherchez une analyse d'une étude que vous ne trouvez pas sur cette page «Critiques d'études douteuses et trompeuses», consultez cette page: Porn Science Deniers Alliance (Alias: «RealYourBrainOnPorn.com» et «PornographyResearch.com»). Il examine la YBOP contrefacteur de marque«Page de recherche», y compris ses études sur les valeurs aberrantes, les biais, les omissions flagrantes et les déceptions.
  5. Joshua Grubbs met-il de la poudre aux yeux avec ses recherches sur la «dépendance au porno perçue»? (2016)
  6. La recherche suggère que la critique Grubbs, Perry, Wilt, Reid est fallacieuse («Problèmes de pornographie dus à une incongruence morale: un modèle intégrateur avec revue systématique et méta-analyse») 2018.
  7. Les personnes religieuses utilisent moins de porno et ne sont plus susceptibles de croire qu'elles sont dépendantes (2017)
  8. Critique de: Lettre à l'éditeur "Prause et al. (2015) la dernière falsification de prédictions de dépendance »
  9. Op-ed: Qui exactement déforme la science sur la pornographie? (2016)
  10. Démystifier Justin Lehmiller "La dysfonction érectile est-elle vraiment à la hausse chez les jeunes hommes"(2018)
  11. Démystifier Kris Taylor «Quelques vérités difficiles sur le porno et le dysfonctionnement érectile"(2017)
  12. Et Démystifier “Devez-vous vous inquiéter de la dysfonction érectile provoquée par la pornographie?? » - par Claire Downs du Daily Dot. (2018)
  13. Démystifier l'article «Men's Health» de Gavin Evans: «Est-ce que regarder trop de porno peut vous donner un dysfonctionnement érectile?"(2018)
  14. Comment le porno joue avec votre virilité, par Philip Zimbardo, Gary Wilson et Nikita Coulombe (mars 2016)
  15. Plus sur le porno: protégez votre virilité - une réponse à Marty Klein, par Philip Zimbardo et Gary Wilson (avril 2016)
  16. Démantèlement de la réponse de David Ley à Philip Zimbardo:Nous devons compter sur de bonnes données scientifiques dans le débat sur le porno”(Mars, 2016)
  17. Réponse de YBOP à Jim Pfaus “Faites confiance à un scientifique: la dépendance sexuelle est un mythe”(Janvier, 2016)
  18. Réponse de YBOP aux réclamations dans un commentaire de David Ley (janvier, 2016)
  19. Les sexologues nient les dysfonctionnements induits par le porno en affirmant que la masturbation est le problème (2016)
  20. David Ley attaque le mouvement Nofap (May, 2015)
  21. Tweets RealYourBrainOnPorn: Daniel Burgess, Nicole Prause et leurs alliés pro-porn créent un site Web biaisé et des comptes de médias sociaux pour soutenir l'agenda de l'industrie du porno (à partir d'avril 2019).
  22. Les efforts de Prause pour faire taire Wilson échouèrent; son ordonnance restrictive a été rejetée comme frivole et elle doit des honoraires d'avocat substantiels dans une décision du SLAPP.
  23. L'appel de la dépendance au porno est-il dangereux? Vidéo démystifiant Madita Oeming "Pourquoi nous devons cesser de l'appeler addiction au porno" .

Listes des études pertinentes (avec extraits):