Une réponse à l'article de Jarryd Bartle «Relax Folks! La pornographie n'est pas la fin de la civilisation »

jarryd.JPG

L'article de Jarryd Bartle «Relax Folks! La pornographie n'est pas la fin de la civilisation »cherry choisit quelques études aléatoires et cite une lettre d'une page à l'éditeur pour étayer ses affirmations, tout en ignorant en même temps la vaste prépondérance des preuves. Bartle est employé par le «Association Eros", Qui s'appelle - Association de l'industrie australienne réservée aux adultes. Veuillez noter qu'en août 2020, Jarryd Bartle avait définitivement supprimé «Relax Folks!» de son blog. La critique de YBOP est toujours disponible sur le Site Web moyen qui a publié le message original.

Pour vous donner un accès facile à l’état actuel des recherches sur le porno, j’ai fourni ici quelques listes d’études qui faussent directement ou indirectement les affirmations de Bartle:

  1. Porno / dépendance sexuelle? Cette page liste Études neuroscientifiques 52 (IRM, IRMf, EEG, neuropsychologique, hormonal). Tous apportent un soutien solide au modèle de dépendance, car leurs résultats reflètent les résultats neurologiques rapportés dans les études de toxicomanie.
  2. Les opinions des vrais experts sur la dépendance au porno / sexe? Cette liste contient 27 revues de littérature et commentaires récents basés sur les neurosciences par certains des meilleurs neuroscientifiques du monde. Tous soutiennent le modèle de dépendance.
  3. Des signes de dépendance et d’escalade vers des contenus plus extrêmes? Plus d'études sur 50 rapportant des résultats compatibles avec une augmentation de l'utilisation du porno (tolérance), une habituation au porno, et même des symptômes de sevrage (tous les signes et symptômes associés à la dépendance). Page supplémentaire avec 10 études rapportant des symptômes de sevrage chez les utilisateurs de porno.
  4. Un diagnostic officiel? Le manuel de diagnostic médical le plus utilisé au monde, La classification internationale des maladies (ICD-11), contient un nouveau diagnostic approprié pour la dépendance au porno: «Trouble du comportement sexuel compulsif. »
  5. Débarrasser le point de discussion non pris en charge que «le désir sexuel élevé» explique la dépendance au porno ou au sexe: Plus de 25 études réfutent l'affirmation selon laquelle les accros au sexe et à la pornographie «ont juste un désir sexuel élevé»
  6. Porno et problèmes sexuels? Cette liste contient plus d'études 40 établissant un lien entre l'utilisation du porno et la dépendance au porno à des problèmes sexuels et une baisse de l'excitation sexuelle à des stimuli sexuelsL’ les premières études 7 de la liste démontrent lien de causalitéen tant que participants ont éliminé l’utilisation de la pornographie et guéri les dysfonctionnements sexuels chroniques.
  7. Les effets du porno sur les relations? Plus de 75 études relient l'utilisation de la pornographie à une moindre satisfaction sexuelle et relationnelle. Pour autant que nous sachions tous Des études impliquant des hommes ont signalé une utilisation accrue de la pornographie liée à pauvres satisfaction sexuelle ou relationnelle.
  8. Utilisation de porno affectant la santé émotionnelle et mentale? Plus de 85 études établissent un lien entre l'utilisation de la pornographie et une santé mentale et émotionnelle plus mauvaise et des résultats cognitifs plus faibles.
  9. Utilisation du porno affectant les croyances, les attitudes et les comportements? Consultez les études individuelles - Les études sur 40 relient l'utilisation du porno à des «attitudes non égalitaires» à l'égard des femmes et à des idées sexistes - ou le résumé de cette méta-analyse 2016 de 135 études pertinentes: Médias et sexualisation: état de la recherche empirique, 1995 – 2015. Extrait:

Le but de cette revue était de synthétiser des enquêtes empiriques testant les effets de la sexualisation des médias. L'accent a été mis sur la recherche publiée dans des revues anglophones à comité de lecture entre 1995 et 2015. Un total de publications 109 contenant des études 135 ont été examinées. Les résultats ont prouvé de manière cohérente que l’exposition en laboratoire et l’exposition régulière et quotidienne à ce contenu étaient directement associées à un éventail de conséquences, notamment des niveaux plus élevés d’insatisfaction corporelle, une plus grande objectivation de soi, un soutien accru des croyances sexistes et des croyances sexuelles contradictoires, et une plus grande tolérance de la violence sexuelle à l'égard des femmes. De plus, l'exposition expérimentale à ce contenu amène femmes et hommes à avoir une vision réduite de leurs compétences, de leur moralité et de leur humanité.

  1. Qu'en est-il de l'agression sexuelle et de l'utilisation de la pornographie? Une autre méta-analyse: Une méta-analyse de la consommation de pornographie et des actes réels d'agression sexuelle dans les études sur la population générale (2015). Extrait:

Les études 22 de différents pays 7 ont été analysées. La consommation était associée à l'agression sexuelle aux États-Unis et dans le monde, chez les hommes et les femmes, ainsi que dans des études transversales et longitudinales. Les associations étaient plus fortes pour l'agression sexuelle que physique, bien que les deux soient significatives. La tendance générale des résultats donne à penser que le contenu violent peut être un facteur aggravant.

"Mais l'utilisation de la pornographie n'a-t-elle pas réduit les taux de viol?" Non, les taux de viol ont augmenté ces dernières années: "Les taux de viol sont à la hausse, alors ignorez la propagande pro-porn. ”Voir cette page pour plus de 100 études reliant l'utilisation de la pornographie à l'agression sexuelle, la coercition et la violenceet une critique approfondie de l'affirmation souvent répétée selon laquelle une disponibilité accrue du porno a entraîné une baisse des taux de viol.

  1. Qu'en est-il de l'utilisation du porno et des adolescents? Découvrez cette liste de sur les études chez l'adolescent 270, ou ces revues de littérature: commentaire sur 1, review2, commentaire sur 3, commentaire sur 4, commentaire sur 5, commentaire sur 6, commentaire sur 7, commentaire sur 8, commentaire sur 9, commentaire sur 10, commentaire sur 11, commentaire sur 12, commentaire sur 13, commentaire sur 14, commentaire sur 15.

Ci-dessous, j'aborde quelques affirmations de Jarryd Bartle:

BARTLE INDIQUÉ: Fournisseur de panique Porn Harms Enfants nous avertit que la pornographie provoque «des processus neurologiques similaires à ceux observés dans la toxicomanie». Sans surprise aussi sucreou croire en Dieu or sexe - ce qui semble assez pertinent!

Bartle prend l'extrait hors contexte. L'article de Porn Harms Enfants dit en fait que la dépendance à la pornographie entraîne les mêmes changements cérébraux que ceux observés chez les toxicomanes. Toutes les études neurologiques publiées à ce jour appuient cette affirmation.

Quatre changements cérébraux majeurs sont impliqués à la fois dans la dépendance à la drogue et dans le comportement, comme indiqué dans ce document publié cette année dans Le New England Journal of Medicine« Progrès neurobiologiques du modèle de toxicomanie cérébrale (2016)”. Cet examen historique par le directeur de l'Institut national sur l'abus d'alcool et l'alcoolisme (NIAAA) George F. Koobet le directeur de l'Institut national de lutte contre l'abus des drogues (NIDA) Nora D. Volkow, souligne non seulement les changements cérébraux impliqués dans la dépendance, il indique également dans son paragraphe d'introduction que la dépendance au sexe existe:

«Nous concluons que les neurosciences continuent de soutenir le modèle de toxicomanie associé aux maladies du cerveau. La recherche en neurosciences dans ce domaine offre non seulement de nouvelles opportunités pour la prévention et le traitement de la toxicomanie et des dépendances comportementales associées (par exemple, à sexeet le jeu)…. ”

En termes simples et très généraux, les principaux changements fondamentaux au cerveau causés par la dépendance sont: 1) Sensibilisationp. 2) Désensibilisationp. 3) Circuits préfrontaux dysfonctionnels (hypofrontalité), 4) Circuits de stress dysfonctionnels. Tous les 4 de ces changements cérébraux ont été identifiés parmi les plus de 50 études basées sur les neurosciences sur des utilisateurs fréquents de porno et des toxicomanes sexuels:

  1. Sensibilisation (Cue-réactivité & envies): Les circuits cérébraux impliqués dans la motivation et la recherche de récompense deviennent hyper-sensibles aux souvenirs ou aux signaux liés au comportement addictif. Cela se traduit par augmentation du «désir» ou du désir alors que le goût ou le plaisir diminue. Par exemple, des signaux, comme allumer l'ordinateur, voir un pop-up ou être seul, déclenchent intensément l'ignorance du porno. Certains décrivent une réaction porno sensibilisée comme "pénétrant dans un tunnel n'ayant qu'une seule issue: le porno". Peut-être ressentez-vous une précipitation, des battements de coeur rapides, voire même des tremblements, et tout ce à quoi vous pouvez penser est de vous connecter à votre site de tube préféré. Études rapportant une sensibilisation ou une réactivité de signal chez les utilisateurs de porno / les toxicomanes: 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10, 11, 12, 13, 14, 15, 16, 17, 18, 19, 20, 21, 22, 23, 24, 25, 26.
  2. Désensibilisation (diminution de la sensibilité et de la tolérance aux récompenses): cela implique des changements chimiques et structurels à long terme qui quittent l'individu moins sensible au plaisir. La désensibilisation se manifeste souvent par une tolérance, qui est la nécessité d'une dose plus élevée ou d'une stimulation plus importante pour obtenir la même réponse. Certains utilisateurs de porno passent plus de temps en ligne, prolongeant les sessions par le biais de bordures, regardant lorsqu'ils ne se masturbent pas ou recherchant la vidéo parfaite pour terminer. La désensibilisation peut également prendre la forme d'une escalade vers de nouveaux genres, parfois plus difficiles et plus étranges, voire dérangeants. C'est parce que le choc, la surprise ou l'anxiété peuvent tous augmenter la dopamine et diminuer l'excitation sexuelle. Certaines études utilisent le terme «habituation» - qui peut impliquer des mécanismes d'apprentissage ou des mécanismes de dépendance. Études signalant une désensibilisation ou une accoutumance chez les utilisateurs de porno / toxicomanes sexuels: 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8.
  3. Circuits préfrontaux dysfonctionnels (Volonté affaiblie + hyper-réactivité aux signaux): Le dysfonctionnement du cortex préfrontal ou des altérations des connexions entre le système de récompense et le cortex préfrontal conduisent à une réduction du contrôle des impulsions, mais à une plus grande envie d'utiliser. Les circuits préfrontaux dysfonctionnels se manifestent par le sentiment que deux parties de votre cerveau sont engagées dans un bras de fer. Les voies de toxicomanie sensibilisées crient «Oui! tandis que votre «cerveau supérieur» dit: «Non, pas encore! Alors que les parties de contrôle exécutif de votre cerveau sont dans un état affaibli, les voies de dépendance gagnent généralement. Études rapportant un fonctionnement exécutif plus faible (hypofrontalité) ou une activité préfrontale modifiée chez les utilisateurs de porno / toxicomanes sexuels: 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10, 11, 12, 13, 14, 15, 16, 17, 18.
  4. Système de stress défectueux (envies et symptômes de sevrage accrus): certains experts en toxicomanie considèrent la dépendance comme un trouble de stress, car l'utilisation chronique induit de multiples altérations du système de stress du cerveau et affecte également les hormones de stress en circulation (cortisol et adrénaline). Un système de stress défectueux entraîne un stress même mineur conduisant à des fringales et des rechutes, car il active de puissantes voies sensibilisées. De plus, cesser une dépendance active les systèmes de stress du cerveau, ce qui entraîne de nombreux symptômes de sevrage communs à toutes les dépendances, notamment l'anxiété, la dépression, l'insomnie, l'irritabilité et les sautes d'humeur. Enfin, une réponse au stress hyperactive inhibe le cortex préfrontal et les fonctions exécutives, y compris le contrôle des impulsions et la capacité à comprendre pleinement les conséquences de nos actions. Études indiquant un système de stress dysfonctionnel chez les utilisateurs de porno / dépendants du sexe: 1, 2, 3, 4, 5.

BARTLE INDIQUÉ: Même si la «dépendance à la pornographie» existe en tant que phénomène, personne - en dehors d'un petit groupe de «spécialistes du bien-être sexuel» auto-déclarés au niveau du certificat - ne croit réellement qu'il est répandu.

C'est manifestement faux. Premièrement, l’Organisation mondiale de la santé semble prête à reconnaître la dépendance au sexe et à la pornographie sous le terme générique de «trouble du comportement sexuel compulsif» (plusieurs études neurologiques sur les toxicomanes du porno ont utilisé ce terme) La prochaine édition du CIM devrait paraître dans 2018. La version bêta du La nouvelle CIM-11 inclut un diagnostic de «trouble du comportement sexuel compulsif» ainsi qu’un pour “Troubles dus à des comportements addictifs”. À propos, une nouvelle création catégorie de dépendance comportementale apparaît sur l' nouveau DSM-5, avec “trouble du jeu sur Internet” à inclure.

Le DSM-5 (publié à nouveau dans 2013) a finalement rejeté le «trouble de l'hypersexualité» au détriment des recommandations du groupe de travail concerné, mais n'a jamais formellement évalué la «dépendance à la pornographie» en tant que diagnostic. Dans l’intervalle, les prestataires de soins diagnostiquent les patients à l’aide d’autres diagnostics de dysfonctionnement sexuel, à la fois dans la CIM-10 actuelle et dans le DSM-5 actuel («Le diagnostic du comportement sexuel hypersexuel ou compulsif peut être établi à l'aide de la CIM-10 et du DSM-5 malgré le rejet de ce diagnostic par l'American Psychiatric Association)

En plus de la prochaine CIM-11, le American Society of Addiction Medicine (ASAM) ont déclaré qu'il existait des «dépendances au comportement sexuel»! le American Society of Addiction Medicine (ASAM) a frappé ce qui aurait dû être le dernier clou du débat sur le cercueil du débat sur la pornographie en août, 2011. Les meilleurs experts américains en toxicomanie de l'ASAM ont publié leur nouvelle définition radicale de la dépendance. La nouvelle définition fait écho aux points principaux réalisé sur le site Web YourBrainOnPorn. Tout d'abord, les dépendances comportementales affectent le cerveau de la même manière fondamentale que les drogues. En d'autres termes, la dépendance est une maladie (condition), pas beaucoup.

À toutes fins pratiques, cette nouvelle définition a mis fin au débat sur la question de savoir si les dépendances sexuelles et pornographiques sont «dépendances réelles. ”ASAM déclare explicitement que le comportement sexuel des dépendances existent et doit être causée par les mêmes changements cérébraux fondamentaux que l'on retrouve dans les toxicomanies. De la FAQ ASAM:

QUESTION: Cette nouvelle définition de la dépendance fait référence à la dépendance au jeu, à la nourriture et comportements sexuels. ASAM croit-il vraiment que la nourriture et le sexe créent une dépendance?

RÉPONSE: La nouvelle définition de l'ASAM s'éloigne de l'assimilation de la dépendance à la simple dépendance à une substance, en décrivant comment la dépendance est également liée à des comportements gratifiants. … Cette définition dit que la dépendance concerne le fonctionnement et les circuits cérébraux et comment la structure et la fonction du cerveau des personnes dépendantes diffèrent de la structure et de la fonction du cerveau des personnes qui n'ont pas de dépendance. … FLes comportements sains et sexuels et les comportements de jeu peuvent être associés à la «poursuite pathologique de récompenses» décrite dans cette nouvelle définition de la dépendance.


BARTLE INDIQUÉ: Le mythe de la dépendance au porno est si répandu qu'un éditorial récent dans le Journal of Sexual Medicine était simplement intitulé «Visionnage de la pornographie: Gardez votre calme et continuez

Il est tout à fait révélateur que Bartle ne puisse rédiger une lettre de page de 1 au rédacteur en chef pour étayer son affirmation selon laquelle la dépendance à la pornographie n'existe pas. Ce qui est encore plus révélateur, c’est que l’op-ed n'a rien dit à propos de la dépendance au porno ou au sexe, révélant que Bartle n’avait pas lu ni compris ce qu’il avait cité.

Au lieu de cela, Taylor Kohut a utilisé son «éditorial» pour affirmer à tort que la recherche était «assez mitigée» sur les effets de la pornographie sur les relations et le fonctionnement sexuel. Voici la réalité:

Il ya maintenant plus de 40 études reliant l'utilisation du porno / la dépendance sexuelle aux problèmes sexuels et à une moindre excitation aux stimuli sexuels. Le débat sur l’existence de dysfonctionnements sexuels induits par le porno est terminé, car le les premières études 7 de la liste démontrent un lien de causalité, en tant que patients éliminés utilisation de porno et guéri des dysfonctionnements sexuels chroniques.

Comme documenté dans cet article évalué par des pairs impliquant 7 médecins de l'US Navy - La pornographie sur Internet cause-t-elle des dysfonctionnements sexuels? Un examen avec des rapports cliniques (2016), Des études évaluant la sexualité masculine jeune depuis 2010 font état de niveaux historiques de dysfonctions sexuelles et de taux alarmants d'un nouveau fléau: une faible libido.

Avant l'avènement du streaming porno gratuit (2006), des études transversales et des méta-analyses ont systématiquement révélé des taux de dysfonctionnement érectile de 2 – 5% chez les hommes soumis à 40. Les taux de dysfonctionnement érectile dans les études 8 vont de 14% à 35%, tandis que les taux de faible libido (hypo-sexualité) vont de 16% à 37%. C'est presque une augmentation de 1000% des taux de DE chez les jeunes au cours des dernières années 10 – 15. Quelle variable a changé au cours des dernières années 15 pour expliquer cette hausse astronomique?

En plus des études 28 ci-dessus, cette page contient des articles et des vidéos de plus d'experts 150 (professeurs d’urologie, urologues, psychiatres, psychologues, sexologues, médecins) qui reconnaissent et ont traité avec succès le dysfonctionnement érectile induit par la pornographie et la perte de désir sexuel induite par la pornographie. Les urologues ont présenté à deux reprises des preuves de dysfonctions sexuelles provoquées par le porno lors de conférences annuelles de l'American Urological Association. (Regardez la présentation de Dr. Pacha sur Youtube.)

Qu'en est-il des effets du porno sur les relations? Il y a maintenant plus de 75 études reliant l'utilisation de la pornographie à une moindre satisfaction sexuelle et relationnelle. Un extrait d'une méta-analyse récente qui a examiné toutes les études pertinentes (Consommation et satisfaction de la pornographie: une méta-analyse, 2017):

Toutefois, la consommation de pornographie était associée à des résultats de satisfaction interpersonnelle plus faibles dans les enquêtes transversales, les enquêtes longitudinales et les expériences. Les associations entre la consommation de pornographie et les résultats de satisfaction interpersonnelle réduits n'étaient pas modérées par leur année de publication ou leur statut de publication.

Quelle était la principale preuve de Taylor Kohut à l'appui de ses affirmations? Son propre étude 2016: Effets perçus de la pornographie sur la relation de couple: premiers résultats d'une recherche ouverte, informée du participant et «ascendante».

Deux défauts méthodiques criants ont produit des résultats dénués de sens dans son étude:

  1. L'étude ne contient pas d'échantillon représentatif. Alors que la plupart des études montrent qu'une infime minorité des partenaires féminines des utilisatrices de porno utilisent régulièrement le porno, dans cette étude 95% des femmes ont utilisé du porno seules. Et 85% des femmes ont utilisé du porno depuis le début de la relation (dans certains cas, pendant des années). Ces taux d'utilisation sont plus élevés que chez les hommes d'âge universitaire! En d'autres termes, les chercheurs semblent avoir biaisé leur échantillon pour produire les résultats qu'ils recherchaient.
  • Réalité: Les données transversales de la plus grande enquête américaine (General Social Survey) ont révélé que Seule 2.6% des femmes ont visité un «site Web pornographique» au cours du dernier mois. Données de 2000, 2002, 2004. Pour plus d'informations, voir - Pornographie et mariage (2014)
  1. L’étude a utilisé des questions «ouvertes» dans lesquelles le sujet pouvait continuer à parler du porno. Ensuite, les chercheurs ont lu les discours et ont décidé, après le fait, quelles réponses étaient «importantes» et comment les présenter (les faire tourner?) Dans leur article. Ensuite, les chercheurs ont eu le culot de suggérer que toutes les autres études sur le porno et les relations, qui utilisaient une méthodologie scientifique mieux établie et des questions simples sur les effets du porno, étaient bien imparfait. Comment cette méthode est-elle justifiée?

En dépit de ces défauts mortels, certains couples ont signalé des effets négatifs importants liés à l'utilisation du porno, tels que:

  • La pornographie est plus facile, plus intéressante, plus excitante, plus désirable ou plus gratifiante que le sexe avec un partenaire
  • La pornographie est désensibilisante, diminue la capacité d'atteindre ou de maintenir l'excitation sexuelle ou d'atteindre l'orgasme.
  • Certains ont dit que la désensibilisation était spécifiquement décrite comme l'effet de l'utilisation de la pornographie
  • Certains craignaient une perte d'intimité ou d'amour.
  • Il a été suggéré que la pornographie rend le vrai sexe plus ennuyeux, plus routinier, moins excitant ou moins agréable

Le nouveau site internet de Taylor Kohut en 2017 (pornforscience.com, qui n'était plus actif en novembre 2022) et son tentative de collecte de fonds suggérer qu'il peut juste avoir un ordre du jour. Kohut publie depuis longtemps des études «créatives» conçues pour trouver peu ou pas de problèmes liés à l'utilisation de la pornographie. Par exemple, le papier 2016 de Kohut, «Faire de la haine envers les femmes»? Les utilisateurs de pornographie ont plus d'attitudes égalitaires que les non-utilisateurs dans un échantillon américain représentatif ».

Kohut encadré égalitarisme comme support à l'identification féministe, femmes occupant des postes de pouvoir, femmes travaillant à l'extérieur de la maison, avortement. Voici la clé: les populations laïques, qui ont tendance à être plus libérales, ont de loin des taux plus élevés d'utilisation du porno que les populations religieuses. En choisissant ces critères et en ignorant d’innombrables autres variables, l’auteur principal Taylor Kohut savait qu’il finirait par donner aux internautes des scores plus élevés pour le choix soigneusement choisi par son étude de ce qui constitue un «égalitarisme». Il a ensuite choisi un titre qui en ferait tout.

Réalité: presque toutes les études rapportent des résultats opposés. Voici des études 40 reliant l'utilisation du porno à des attitudes sexistes, à l'objectification et à un moins égalitarisme.


BARTLE INDIQUÉ: Dans une enquête australienne publiée cette année, seulement 4% d'hommes et 1% de femmes ont déclaré qu'ils étaient «accros» à la pornographie.

Le résumé de l'étude était assez trompeur car il omettait des taux élevés d'effets négatifs chez les 30 ans et moins - ceux qui ont grandi en utilisant la pornographie sur Internet.

Selon le tableau 5 de l’étude, 17% des hommes et des femmes âgés de 16 à 30 ans ont déclaré que l'utilisation de la pornographie avait un effet néfaste sur eux. (En revanche, parmi les personnes 60 – 69, seul 7.2% pensait que le porno avait un mauvais effet.)

Quelle différence auraient été les titres de cette étude si les auteurs avaient insisté sur le fait que près de 1 chez les jeunes de 5 pensaient que la pornographie avait un «effet néfaste sur eux»? Pourquoi ont-ils tenté de minimiser cette conclusion en l'ignorant et en se concentrant sur des résultats transversaux - plutôt que sur le groupe le plus à risque de problèmes d'internet?

Lorsque vous regardez au-delà du résumé trompeur, nous trouvons de nombreuses raisons pour remettre en question cette étude:

  1. Il s'agissait d'une étude représentative transversale couvrant les groupes d'âge 16 – 69, hommes et femmes. Il est bien établi que les jeunes hommes sont les principaux utilisateurs de la pornographie sur Internet. Ainsi, 25% des hommes et 60% des femmes n’avaient pas vu de porno au moins une fois au cours des derniers mois 12. Ainsi, les statistiques recueillies minimisent le problème en voilant les utilisateurs à risque.
  2. La seule question, qui demandait aux participants s’ils avaient utilisé du porno au cours des derniers mois, ne quantifie pas de manière significative leur utilisation. Par exemple, une personne qui est tombée sur un site pornographique surgissant n'est pas considérée comme une personne différente de quelqu'un qui se masturbe 12 fois par jour au hardcore.
  3. Cependant, lorsque l’enquête a interrogé ceux qui «avaient déjà regardé du porno», lesquels avaient visionné de la pornographie au cours de l’année écoulée, le pourcentage le plus élevé était celui du adolescent groupe. 93.4% d’entre eux avaient visionné l’année dernière, les années 20 – 29 venant juste derrière eux à 88.6.
  4. Les données ont été recueillies entre octobre 2012 et novembre 2013. Les choses ont beaucoup changé au cours des dernières années 5, grâce à la pénétration des smartphones, en particulier chez les jeunes utilisateurs.
  5. Des questions ont été posées dans des systèmes assistés par ordinateur téléphone entretiens. C’est la nature humaine d’être plus ouvert dans des interviews totalement anonymes, en particulier lorsque celles-ci portent sur des sujets sensibles tels que l’utilisation de la pornographie et la dépendance à la pornographie.
  6. Les questions sont basées purement sur la perception de soi. Gardez à l'esprit que les toxicomanes se considèrent rarement comme toxicomanes. En fait, la plupart des internautes sur Internet ne relieront probablement pas leurs symptômes à la pornographie à moins d’arrêter de fumer pour une longue période.
  7. L'étude n'a pas utilisé de questionnaires standardisés (donnés anonymement), qui auraient permis d'évaluer avec plus de précision à la fois la dépendance à la pornographie et les effets de la pornographie sur les utilisateurs.

Encore une fois, peu d'utilisateurs de porno réguliers se rendent compte à quel point le porno les a affectés jusqu'à ce qu'ils cessent de l'utiliser. Les ex-utilisateurs ont souvent besoin de plusieurs mois pour reconnaître pleinement les effets négatifs. Ainsi, une étude comme celle-ci présente des limites majeures.

Qu'en est-il des récents anonyme enquêtes auprès des internautes?

Les taux de dépendance varient en fonction des paramètres de l'étude, mais si vous voulez comprendre la situation réelle, il est important de vous concentrer sur les utilisateurs à risque (au lieu de vous appuyer sur des études portant sur l'ensemble de la population et incluant les grands-mères). Dans 2016, deux groupes de chercheurs (l’un d’Europe et l’autre des États) ont évalué ou interrogé mâle utilisateurs de porno. Les deux groupes ont rapporté que 28 % de leurs sujets ont soit satisfait au test d'utilisation problématique (“Caractéristiques cliniques des hommes intéressés par un traitement pour utilisation de la pornographie") Ou préoccupés par leur utilisation de la pornographie ("Activités sexuelles en ligne: étude exploratoire de schémas d'utilisation problématiques et non problématiques dans un échantillon d'hommes”). Dans 2017, les universitaires ont également évalué la dépendance au porno à des étudiants américains (dont certains n’utilisaient pas de porno). Les résultats ont indiqué que 19 % des étudiants et 4% des étudiantes ont satisfait au test de dépendance («Cybersexe Addiction Chez Les Étudiants Du Collège: Une étude De Prévalence").

Remarque: les taux de dépendance ne racontent pas toute l'histoire. Certains jeunes hommes souffrant de dysfonctions sexuelles provoquées par la pornographie ne sont pas des toxicomanes et ne respecteraient aucun seuil formel de «dépendance». Néanmoins, ils ont parfois besoin de plusieurs mois pour se remettre d'une faible excitation sexuelle et d'autres dysfonctionnements lors de relations sexuelles en couple, tels que des difficultés à grimper et des érections persistantes.

Lien vers cet article sur support