Critique de: «Biens endommagés: perception de la dépendance à la pornographie en tant que médiateur entre la religion et l'anxiété relationnelle entourant l'utilisation de la pornographie» (Leonhardt, Willoughby et Young-Petersen 2017)

The_scientific_truth.jpg

Mise à jour (juillet, 2017): Le co-auteur Brian Willoughby expose comment David Ley a tourné et déformé son étude dans le billet de blog de Ley's Psychology Today «Le conflit religieux rend le porno mauvais pour les relations" Penser en noir et blanc: une réponse à l'affirmation selon laquelle la religiosité cause les méfaits de la pornographie.

—————————————————————————————————

Article

Le "perçu pornography addiction "meme continue d'infecter la littérature examinée par les pairs, cette fois dans une nouvelle étude:"Biens endommagés: perception de la dépendance à la pornographie en tant que médiateur entre la religiosité et l'anxiété relationnelle entourant l'utilisation de la pornographie«, 2017 (Leonhardt et al.). L'expression «dépendance perçue à la pornographie» a été promue par Joshua Grubbs et utilisée pour la première fois dans son étude de 2013. Il est tout à fait clair que le soutien de la présente étude pour invoquer la «dépendance au porno perçue» ou la «croyance en la dépendance au porno» repose sur la promotion continue du concept par Joshua Grubbs. Leonhardt et al. cite 3 Grubbs étudie une énorme 36 fois dans le corps du papier.

Avant d'examiner le Leonhardt et al. Questionnaire en 5 points sur la «dépendance à la pornographie perçue», revenons brièvement sur les études de Grubbs. (YBOP publié cette critique extensive des affirmations faites dans les études de Grubbs sur la «dépendance perçue» et dans la presse trompeuse connexe.)


Section 1: La réalité derrière la phrase de Joshua Grubbs «dépendance à la pornographie perçue"

Vérification de la réalité #1: Lorsque les études de Grubbs utilisent l'expression "dépendance à la pornographie perçue,"Il indique en fait le score total sur le" Cyber ​​Pornography Use Inventory "de Grubbs (CPUI-9) - un questionnaire qui ne peut pas, et n'a jamais été validé, trier «perçu» de la dépendance réelle. C'est vrai, "dépendance à la pornographie perçue”N’indique rien d’autre qu’un chiffre: le score total de 9-item porn dépendance questionnaire. Ce fait est perdu dans la traduction dans les études de Grubbs en raison de la répétition fréquente du descripteur trompeur «dépendance perçue» au lieu de l'étiquette précise et sans spin: «le score de Cyber ​​Pornography Use Inventory».

Vérification de la réalité #2: Le Grubbs CPUI-9 évalue présenter dépendance au porno, pas philosophie dans la dépendance au porno. Il a été développé à l'aide de tests de toxicomanie. Ne nous croyez pas sur parole. Voici le CPUI-9. (Chaque question est notée sur une échelle de Likert de 1 à 7, 1 étant "pas du tout, "Et 7 étant"extrêmement»).

Section de Compulsivité

  1. Je crois que je suis accro à la pornographie sur Internet.
  2. Je me sens incapable de cesser d'utiliser la pornographie en ligne.
  3. Même si je ne veux pas voir de la pornographie en ligne, je me sens attiré

Section des efforts d'accès

  1. Parfois, j'essaie d'organiser mon emploi du temps de manière à pouvoir être seul afin de pouvoir visualiser de la pornographie.
  2. J'ai refusé de sortir avec des amis ou d'assister à certaines activités sociales pour avoir la possibilité de voir de la pornographie.
  3. J'ai reporté d'importantes priorités pour voir la pornographie.

Section de détresse émotionnelle

  1. Je me sens honteux après avoir visionné de la pornographie en ligne.
  2. Je me sens déprimé après avoir visionné de la pornographie en ligne.
  3. Je me sens malade après avoir visionné de la pornographie en ligne.

Après un examen plus approfondi, les questions 1 à 6 du CPUI-9 évaluent les signes et symptômes communs à toutes les dépendances, tandis que les questions 7 à 9 (Détresse émotionnelle) évaluent la culpabilité, la honte et les remords. Par conséquent, "présenter addiction »correspond étroitement aux questions 1 à 6 (Compulsivité et efforts d'accès). La suppression des 3 questions «Détresse émotionnelle» (qui évaluent la honte et la culpabilité) conduit à des résultats très différents pour les études de Grubbs: 1) Une relation beaucoup plus faible entre la religiosité et présenter dépendance au porno. 2) Une relation beaucoup plus forte entre "[Porno] Utilisation en heures" et présenter dépendance au porno. En d'autres termes, les heures d'utilisation de la pornographie prédisent fortement la dépendance au porno, tandis que la relation de la religiosité à la dépendance au porno est beaucoup plus faible. Si nous approfondissons, nous constatons que la religiosité n'a pratiquement aucun rapport avec le comportements de dépendance de base tel qu'évalué par les questions 4-6.

Mettre tout simplement - la dépendance au porno a très peu de corrélation avec la religiosité. On peut se demander s'il est judicieux de mélanger des pommes et des oranges dans un instrument d'évaluation, confondant ainsi les corrélations avec la dépendance d'une part et les corrélations avec la culpabilité honteuse d'autre part. On peut aussi se demander s'il est approprié de choisir ensuite un descripteur («perçu») qui implique, à tort, qu'un instrument d'évaluation peut trier la dépendance réelle de la dépendance perçue.

Vérification de la réalité #3: Vous pouvez également prendre la parole de Joshua Grubbs selon laquelle le CPUI est un présenter questionnaire sur la dépendance à la pornographie. En Article initial de Grubbs en 2010 il a validé l’Inventaire de l’utilisation de la cyber-pornographie (CPUI) en tant que questionnaire présenter dépendance au porno (voir cette section pour plus). Les expressions «dépendance perçue» et «dépendance perçue au porno» n'apparaissent pas dans son article de 2010. Au contraire, Grubbs et al., 2010 indique clairement à plusieurs endroits que le CPUI évalue véritable dépendance au porno:

«La conception de CPUI était basée sur le principe que le comportement addictif est caractérisé par une incapacité à arrêter le comportement, des effets négatifs significatifs résultant du comportement, et une obsession généralisée du comportement (Delmonico & Miller, 2003)…. Le CPUI est en effet prometteur en tant qu'instrument d'évaluation de la dépendance à la pornographie sur Internet.

Vérification de la réalité #4: Plus tard, dans un étude de 2013, Grubbs a réduit le nombre de questions CPUI de 32 (ou 39 ou 41) au 9 actuel et (étonnamment) a renommé son réelle, validée test de dépendance à la pornographie en tant que questionnaire évaluant la «dépendance perçue à la pornographie». Bien que Grubbs lui-même n'ait pas prétendu que son test pouvait trier la dépendance réelle, son utilisation du terme trompeur («dépendance perçue») pour les scores de son instrument CPUI-9 a conduit d'autres personnes à supposer que son instrument a la propriété magique de pouvoir faire la distinction entre la dépendance «perçue» et «réelle». Cela a fait d'énormes dégâts dans le domaine de l'évaluation de la dépendance à la pornographie, car d'autres s'appuient sur ses papiers comme preuve de quelque chose qu'ils ne livrent pas et ne peuvent pas fournir. Il n'existe aucun test permettant de distinguer la dépendance «réelle» de la dépendance «perçue». Le simple fait de l'étiqueter comme tel ne peut pas le faire.

Joshua Grubbs a déclaré dans un e-mail qu'un critique de sa deuxième étude sur le CPUI-9 l'avait amené, lui et ses co-auteurs de l'étude de 2013, à modifier la terminologie de «dépendance au porno» du CPUI-9 (parce que le critique se moquait de la «construction» de la dépendance au porno). C'est pourquoi Grubbs a changé sa description du test en "perçu questionnaire sur la dépendance à la pornographie ». Essentiellement, un réviseur / éditeur anonyme de ce journal unique a lancé le libellé trompeur et non pris en charge de "perçu dépendance à la pornographie. » Le CPUI n’a jamais été validé en tant que test d’évaluation différenciant dépendance au porno réelle de "dépendance au porno perçue.«Voici Grubbs tweetant à propos de ce processus, y compris les commentaires du critique:

Josh Grubbs @JoshuaGrubbsPhD

Sur mon premier article sur l'utilisation compulsive de la pornographie: «Cette construction [dépendance au porno] est aussi significative à mesurer que les expériences d'enlèvement extraterrestre: elle n'a pas de sens.»

Nicole R Prause, PhD @NicoleRPrause

Vous ou critique?

Josh Grubbs @JoshuaGrubbsPhD

Le critique m'a dit ça

Josh Grubbs @JoshuaGrubbsPhD  juillet 14

En fait, c’est ce qui a conduit à mon travail sur la toxicomanie, j’ai pensé aux commentaires tels que révisés.

Même si Grubbs a utilisé l'expression «dépendance perçue» 80 fois dans son article de 2013, il a fait allusion à la vraie nature du CPUI-9 dans cet extrait:

«Enfin, nous avons constaté que le CPUI-9 était fortement associé positivement aux tendances hypersexuelles générales, mesurées par le Échelle de compulsivité sexuelle de Kalichman. Cela montre le degré élevé d'interdépendance entre l'utilisation compulsive de la pornographie et l'hypersexualité en général. »

Remarquez comment l'extrait ci-dessus indique que le CPUI-9 évalue «l'utilisation compulsive de pornographie».

Vérification de la réalité #5: Il n'y a pas de questionnaire qui évalue la «dépendance perçue» à quoi que ce soit - substance ou comportement - y compris l'usage de pornographie. C'est pourquoi une recherche "Google Scholar" ne renvoie aucun résultat pour les "dépendances perçues" suivantes:

Vérification de la réalité #6: Il n'y a aucun ensemble de questions permettant de faire la différence entre la «croyance en la dépendance à la pornographie» et les signes et symptômes d'une réelle dépendance à la pornographie. Comme d'autres tests de dépendance, le CPUI évalue les comportements et les symptômes communs à toutes les addictions (et à tous les tests de dépendance), tels que l'incapacité à contrôler l'usage, la compulsion à consommer, les envies de consommer, les effets psychologiques, sociaux et émotionnels négatifs et la préoccupation de consommer . En fait, seule la question n ° 1 du CPUI-9 fait même allusion à une dépendance «perçue»: Je crois que je suis accro à la pornographie sur Internet.

En résumé, l'expression «dépendance à la pornographie perçue» ne signifie rien de plus que le score total sur le CPUI-9, une adaptation d'un questionnaire validé à l'origine en 2010 comme un présenter test de dépendance au porno. Trois ans plus tard, Grubbs a été fortement «encouragé» par la revue d'édition à renommer le CPUI-9 un test de dépendance à la pornographie «perçue» - sans aucune base scientifique ni aucune validation formelle. Ce document de 2013, et toutes les études ultérieures de Grubbs, ont remplacé «score total sur le CPUI-9"Avec la phrase"dépendance à la pornographie perçue. » Si jamais vous voyez des articles disant des choses telles que:

  • "C'est votre croyance en la dépendance au porno qui provoque une détresse psychologique"

ou une étude disant que:

  • "l'anxiété des sujets était liée à leur perception de la dépendance au porno"

Sachez que la façon la plus précise de les lire est la suivante:

  • "La dépendance au porno provoque une détresse psychologique"
  • "l'anxiété des sujets était liée aux résultats d'un test de dépendance au porno"

Non seulement les études de Grubbs impliquent fortement, et de manière trompeuse, qu'elles évaluent «la perception de la dépendance au porno», mais deux autres affirmations de l'étude s'effondrent également:

  • Allégation n ° 1) «La dépendance au porno est étroitement liée à la religiosité.»

Pas vraiment. Cette section révèle que la religiosité n’est que faiblement liée à présenter dépendance au porno; tandis que cette section dénoue les revendications de religiosité et de dépendance au porno.

  • Allégation n ° 2) «La dépendance au porno n'est pas liée aux heures d'utilisation du porno.»

Pas vrai. Cette section démystifie cette revendication.

Vérification de la réalité #7: Les études reconnaissent que la quantité d'utilisation du porno est pas linéairement liée à la dépendance au porno (plus ci-dessous dans la section 5)

Où est la preuve sur laquelle Leonhardt et al. et les papiers Grubbs sont construits, à savoir que la quantité de porno utilisée est un proxy fiable pour une véritable dépendance - ceux qui en utilisent plus sont-ils plus «dépendants» que ceux qui en consomment moins? Leonhardt et al. interrogé sur la fréquence, alors que Grubbs a utilisé des heures d'utilisation, mais le fait est qu'aucun des tests n'est synonyme de «degré de dépendance réelle». Le fait est que les outils d'évaluation de la dépendance établis n'utilisent jamais la «quantité d'utilisation» comme seul indicateur de la dépendance.

Étant donné que la quantité de porno utilisée est une mesure non fiable de la dépendance, toute suggestion selon laquelle la dépendance à la pornographie est un «problème religieux» basé sur de légères différences (entre les heures d'utilisation et les scores au test 5) lors de la comparaison d'utilisateurs religieux et non-religieux est à ce jour insoutenable et certainement prématurée.

De plus, la dernière fois que j'ai vérifié, ni la honte religieuse ni la culpabilité n'induisent de changements cérébraux similaires à ceux des toxicomanes. Pourtant, il existe quelques 30 études neurologiques signaler les changements cérébraux liés à la dépendance chez les utilisateurs de porno compulsif / les toxicomanes sexuels. Ceux-ci fournissent des preuves solides d'une dépendance réelle chez certains utilisateurs de porno.


Section 2: Le Leonhardt et al. 5-item questionnaire n'évalue que présenter dépendance au porno

Revenons maintenant à l’étude actuelle de BYU: Leonhardt, Willoughby et Young-Petersen, 2017 (Leonhardt et al.). Pour évaluer la «dépendance à la pornographie perçue», les auteurs ont adapté 5 questions tirées de l '«Échelle de Compulsivité Sexuelle» en 10 questions. L '«Échelle de Compulsivité Sexuelle» a été créée en 1995 et conçue avec des rapports à l’esprit (en rapport avec l’enquête sur l’épidémie de SIDA).

En remplaçant «sexe» ou «sexuel» par «pornographie», le Leonhardt et al. les auteurs ont créé un questionnaire qu'ils ont qualifié d'évaluer "perception de la dépendance à la pornographie."Ils ont utilisé à la fois cette expression et" croyance en la dépendance à la pornographie "tout au long de leur étude, par opposition à la plus exacte"score total sur notre questionnaire d'items 5. »

Posez-vous la question, faites les 5 questions suivantes pour mesurer le "philosophie dans la dépendance à la pornographie ou évaluent-ils les signes, symptômes et comportements assez courants dans la plupart des dépendances?

  1. "Mes pensées sur la pornographie me causent des problèmes,"
  2. "Mes désirs de voir de la pornographie perturbent mon quotidien",
  3. «Je manque parfois à mes engagements et à mes responsabilités à cause de mon utilisation de la pornographie»
  4. «Parfois, mon désir de voir de la pornographie est si grand que je perds le contrôle»
  5. "Je dois lutter pour ne pas voir la pornographie."

Toujours pas sûr? Pourquoi ne pas adapter ces cinq questions pour créer un questionnaire sur la toxicomanie:

  1. “Mes pensées sur consommer de l'alcool causent des problèmes dans ma vie, "
  2. "Mon désir de consomme de l'alcool perturbe ma vie quotidienne, "
  3. «Je manque parfois à mes engagements et à mes responsabilités à cause de mon la consommation d'alcool, "
  4. «Parfois, mon désir de boire de l'alcool est si bon que je perds le contrôle »
  5. «Je dois lutter pour ne pas consomme de l'alcool. »

Alors, les 5 questions ci-dessus évaluent-elles une «croyance en une dépendance à l'alcool» ou évaluent-elles «une dépendance à l'alcool réelle?» Comme tout le monde peut le voir, ces 5 questions évaluent présenter dépendance à l'alcool, tout comme ils ont évalué la dépendance réelle au porno dans Leonhardt et al.

Pourtant, on nous dit qu'une personne la totalité de votre cycle de coaching doit être payée avant votre dernière session. le score pour les 5 questions est synonyme de «croyance en la dépendance» plutôt que de la dépendance elle-même! Très trompeur, et sans aucune base scientifique, car ces 5 questions n'ont pas été validées comme distinguant la «croyance en la dépendance à la pornographie» d'un individu d'une dépendance réelle.

Notez que des décennies de tests d'évaluation de la dépendance établis pour les dépendances tant chimiques que comportementales reposent sur des questions similaires à celles mentionnées ci-dessus pour évaluer réelle, pas simplement perçu," dépendance. Par exemple, le Leonhardt et al. des questions évaluent les principaux comportements de dépendance comme indiqué par l'outil d'évaluation couramment utilisé connu sous le nom de "4 Cs.«Comparons-les. Voici comment le Leonhardt et al les questions sont en corrélation avec les quatre C:

  • Compulsion à utiliser (2, 3)
  • Incapacité à Control usage (2, 3, 4)
  • Cdélires à utiliser (1, 2, 3, 4 )
  • Cusage continu malgré les conséquences négatives (2, 3)

En bref, Leonhardt et al. évalué les signes, les symptômes et les comportements d’un présenter dépendance au porno, pas croyance en la dépendance. Il n'y a rien dans ces 5 questions qui fasse allusion à «une simple croyance en la dépendance». Non seulement le Leonhardt et al. Les auteurs appliquent incorrectement l'expression «dépendance à la pornographie perçue» dans leur article, ils sont allés plus loin en insinuant que le Grubbs CPUI-9 et leur questionnaire en 5 points peuvent en fait évaluer la simple «croyance en la dépendance au porno» d'une personne. Il convient de noter que Grubbs lui-même n'a jamais utilisé l'expression «croyance en la dépendance».

Si ces auteurs avaient raison de dire que leurs 5 items évaluent la «dépendance perçue», alors aucune test de dépendance existant pourrait jamais évaluer la dépendance réelle. Ce serait en effet une nouvelle révolutionnaire pour les milliers d'experts en toxicomanie du monde entier qui utilisent ces tests pour évaluer chaque jour un large éventail de toxicomanes.

Bottom line: Chaque fois que vous lisez un article ou une étude utilisant la phase «dépendance à la pornographie perçue» ou «croyance en la dépendance au porno», sachez simplement que tous ces termes trompeurs ne signifient qu'une seule chose: «le score total sur un test de dépendance au porno. " Pour révéler la véritable signification des résultats de ces articles et études, omettez simplement des mots tels que «perçu» ou «croyance» et remplacez-les par «dépendance à la pornographie». Faisons cela avec quelques-unes des 100 instances où Leonhardt et al. inséré soit «perçu» ou «croyance» dans leur article:

Leonhardt et al. m'a dit:

Cependant, il semble que les utilisateurs de pornographie ne ressentent une angoisse relationnelle à propos de leur utilisation que dans la mesure où car ils croient avoir un mode d'utilisation compulsif et pénible.

Sans les termes inexacts:

Utilisateurs de pornographie pour qui Le 5-item pour la dépendance au porno suscite l’anxiété liée à la consommation de porno compulsif.

Leonhardt et al. m'a dit:

Selon ces résultats, il est peu probable que les utilisateurs de pornographie se sentent anxieux dans leurs relations en raison de leur utilisation, à moins qu’ils ne croient avoir un mode de consommation compulsif et pénible.

Sans les termes inexacts:

D'après ces résultats ceux qui sont accros à la pornographie se sentent anxieux dans leurs relations.

Leonhardt et al. m'a dit:

Considérant que l’inconfort de la fréquentation était un élément secondaire de l’anxiété relationnelle entourant l’utilisation de la pornographie, les individus qui croient avoir une utilisation pornographique compulsive et pénible peut être particulièrement réticent à rechercher des partenaires de rencontres.

Sans les termes inexacts:

Considérant que l’inconfort de la fréquentation était un élément secondaire de l’anxiété relationnelle entourant l’utilisation de la pornographie, les personnes qui ont une dépendance à la pornographie peuvent être particulièrement réticentes à chercher des partenaires de rencontres.

En conclusion, l’étude a révélé que les toxicomanes du porno étaient angoissés par leur utilisation compulsive de pornographie et ses conséquences négatives, telles que l’utilisation de moyens de contrôle de l’incapacité, la perturbation de leur vie quotidienne et leur incapacité à respecter les engagements et les responsabilités sociaux et professionnels. Sans surprise, leur dépendance à la pornographie a également affecté divers aspects des relations amoureuses.

S'il est utile que les soignants soient conscients que certains utilisateurs de porno peuvent avoir besoin de travailler sur leur estime de soi ainsi que sur toute utilisation problématique de la pornographie, il n'est pas utile que le public soit induit en erreur que les tests peuvent faire la distinction entre «perçu» et réel. dépendance. Et il est particulièrement inutile de confondre les deux concepts et de faire des allégations non fondées fondées sur une telle confusion.

UPDATE: On son podcast, Natasha Helfer Parker interview le Dr. Brian Willoughby à propos de cette étude. Dans l'interview, Willoughby déclare de façon surprenante que:

«Nous avons vu environ 10-15% de notre échantillon s’inscrire dans cette catégorie (dépendance au porno)… mais lorsque nous avons examiné la perception, c’était environ 2-3 fois plus grand que ce nombre. Nous avons donc vu un plus grand nombre de personnes s’auto-étiqueter comme ayant une dépendance à la pornographie. La partie comportementale de cela semblait ne pas s'aligner.

Il n'y a rien dans son étude qui fait allusion aux données ci-dessus. Soyons clairs: les seules questions liées à la «dépendance perçue au porno» ou à la «dépendance réelle au porno» étaient les 5 questions énumérées ci-dessus. Ces 5 questions ne peuvent pas fournir les informations que Willoughby prétend posséder: la capacité de distinguer qui était réellement accro au porno et qui seulement cru ils étaient accros au porno (mais en fait ne l'étaient pas).

Ces déclarations de Willoughby ne sont pas du tout étayées. La toxicomanie ne peut être déterminée que par une combinaison de questionnaires d'historique client, d'interview et éventuellement d'évaluation (comme l'Université de Cambridge utilisé avec ses sujets). Aucun chercheur n'est justifié de simplement étiqueter un sujet comme étant «vraiment accro» ou «croyant à tort qu'il est accro» en utilisant un questionnaire en 5 points rempli sur Amazon M-turk.

Willoughby utilise non seulement à plusieurs reprises les expressions «dépendance perçue» et «perception interne de la dépendance», mais il affirme que les sujets «se sont étiquetés comme dépendants». Je répète: le sujet a répondu au questionnaire en 5 points. L'étude et maintenant Willoughby ont a renommé le score total sur les 5 questions comme suit: «dépendance au porno perçue», «croyance en la dépendance au porno», «perception interne de la dépendance au porno». "Se qualifier de toxicomane".

Enfin, l'étude et Willoughby suggèrent que la relation entre la religiosité et les scores du questionnaire en 5 points doit indiquer que la plupart des utilisateurs de porno religieux ne ressentent que de la honte et ne ressentent pas les signes et symptômes d'une dépendance. C'est un bond en avant étant donné que leur étude n'a pas évalué la honte ni aucune autre émotion.


Section 3: Réécrire et réinterpréter le Leonhardt et al. résumé

Que ferait le Leonhardt et al. un aspect abstrait comme si la croyance et la perception étaient éliminées? Tout d'abord, voici le résumé tel que publié:

Des recherches récentes sur la pornographie suggèrent que la perception de la toxicomanie prédit des résultats négatifs au-delà de l'utilisation de la pornographie. La recherche a également suggéré que les personnes religieuses sont plus susceptibles de se percevoir comme étant accro à la pornographie, quelle que soit la fréquence à laquelle elles utilisent réellement la pornographie. À l'aide d'un échantillon d'adultes célibataires 686, cette étude réconcilie et développe les recherches antérieures en testant la dépendance perçue à la pornographie en tant que médiateur entre la religiosité et l'anxiété relationnelle entourant la pornographie. Les résultats ont révélé que l'utilisation de pornographie et la religiosité étaient faiblement associées à l'anxiété relationnelle plus intense entourant l'utilisation de pornographie, alors que la perception d'une dépendance à la pornographie était fortement associée à l'anxiété relationnelle entourant l'utilisation de pornographie. Toutefois, lorsque la perception de la dépendance à la pornographie a été insérée en tant que médiateur dans un modèle d’équation structurelle, la consommation de pornographie a eu un léger effet indirect sur l’anxiété relationnelle entourant la pornographie et la perception de la dépendance à la pornographie a partiellement médiatisé le lien entre la religiosité et l’anxiété relationnelle entourant la pornographie. En comprenant comment l'utilisation de la pornographie, la religiosité et la dépendance perçue à la pornographie sont liées à l'anxiété relationnelle entourant l'utilisation de la pornographie aux premiers stades de l'établissement de la relation, nous espérons améliorer les chances des couples de traiter avec succès le sujet de la pornographie et d'atténuer les difficultés des relations amoureuses.

Soyez honnête, aucun lecteur ne supposerait de ce qui précède que le simple philosophie dans la dépendance au porno est la cause unique de tous les problèmes liés au porno examinés?

Maintenant, voici le Leonhardt et al. résumé écrit comme nous pensons qu'il aurait dû basé sur ses découvertes, sans expressions inexactes telles que «croyance en», «perception de» et avec un contexte supplémentaire relatif à la recherche de Grubbs, Leonhardt et al. les auteurs s'appuient sur:

Des recherches récentes sur la pornographie suggèrent que la dépendance à la pornographie prédit des résultats négatifs au-delà de l'utilisation de la pornographie. Quelques études menées par l'équipe de Grubbs ont montré que les «utilisateurs de pornographie religieuse» obtiennent un score légèrement plus élevé que les utilisateurs de pornographie non religieux sur «l'inventaire d'utilisation de la cyber pornographie» (CPUI-9). Cette constatation doit être considérée dans le contexte que toutes les études transversales rapportent taux d'utilisation du porno beaucoup plus bas chez les personnes religieuses. Cela signifie que moins de personnes religieuses utilisent régulièrement la pornographie et qu'il existe donc baisser taux de «dépendance réelle au porno» parmi les populations religieuses. Plusieurs facteurs possibles ont été suggérés quant aux raisons pour lesquelles une population d’utilisateurs de porno religieux pourrait obtenir un score plus élevé sur les questionnaires d’addiction à la pornographie que la population d’utilisateurs de porno laïques.

À l'aide d'un échantillon d'adultes célibataires 686, cette étude complète les recherches antérieures en testant l'utilisation de la pornographie compulsive en tant que médiateur entre la religiosité et l'anxiété relationnelle entourant la pornographie. Les résultats ont révélé que l'utilisation de pornographie et la religiosité étaient faiblement associées à une anxiété plus élevée entourant l'utilisation de la pornographie, alors que la dépendance à la pornographie était fortement associée à l'anxiété relationnelle entourant l'utilisation de la pornographie.

Toutefois, lorsque la dépendance à la pornographie a été insérée en tant que médiateur dans un modèle d’équation structurelle, l’utilisation de la pornographie a eu un léger effet indirect sur l’anxiété relationnelle entourant la pornographie et la dépendance à la pornographie a partiellement médiatisé le lien entre la religiosité et l’anxiété relationnelle entourant la pornographie. En comprenant comment l'utilisation de la pornographie, la religiosité et la dépendance à la pornographie sont liées à l'anxiété relationnelle entourant l'utilisation de la pornographie aux premiers stades de l'établissement de la relation, nous espérons augmenter les chances des couples de traiter avec succès le sujet de la pornographie et d'atténuer les difficultés des relations amoureuses.

LE TAKE-AWAY: Être religieux n'était que «faiblement associé»Avec l'anxiété relationnelle entourant l'utilisation de la pornographie. En revanche, la dépendance à la pornographie (telle qu'évaluée par les 5 questions) «était fortement associé»Avec l'anxiété relationnelle entourant l'utilisation de la pornographie. En somme, être religieux a ajouté un peu d'anxiété à la relation et à l'utilisation de la pornographie - ce qui est logique. Mais c'était la dépendance à la pornographie (qu'elle soit religieuse ou non) qui jouait le rôle majeur dans la promotion de l'anxiété entourant l'utilisation de la pornographie. Et comment l'anxiété relationnelle s'est-elle manifestée chez les utilisateurs de pornographie compulsive? Comme le disait l'étude:

«Cette anxiété relationnelle entourant l'utilisation de la pornographie s'est manifestée par une plus grande réticence à rechercher des partenaires de rencontres et une plus grande difficulté à divulguer l'utilisation de la pornographie.»

Les deux révélations majeures de l'étude:

  1. Les accros au porno ne veulent pas parler de leur dépendance au porno.
  2. Être accro au porno a des effets néfastes sur votre vie amoureuse. Alternativement, un fanatique de porno peut préférer le porno à un partenaire sexuel réel, et ainsi sortir moins souvent.

Ces découvertes sont-elles une surprise pour quiconque?


Section 4: La religiosité est-elle vraiment liée à la dépendance réelle au porno?

Introduction: Des preuves anecdotiques de sexothérapeutes suggèrent que certains clients ressentir accro au porno, mais ne le voyez qu'occasionnellement. Il est possible que certains de ces clients soient religieux et éprouvent de la culpabilité et de la honte entourant leur utilisation occasionnelle de pornographie. Ces personnes souffrent-elles uniquement d'une «dépendance perçue» et non d'une véritable dépendance au porno? Peut-être. Cela dit, ces personnes veulent arrêter mais continuent à utiliser la pornographie. Que ces «utilisateurs occasionnels de porno» soient ou non vraiment dépendants ou se sentent simplement coupables et honteux, une chose est sûre: ni le processeur Grubbs CPUI-9, ni le Leonhardt et al. Le questionnaire en 5 points peut distinguer la «dépendance perçue» de la dépendance réelle chez ces personnes ou chez n'importe qui d'autre.

La religiosité n'est pas en corrélation avec l'utilisation ou la dépendance à la pornographie

La religiosité ne prédit pas la dépendance au porno. Plutôt l'inverse. Les personnes religieuses sont moins susceptibles d’utiliser du porno et donc moins susceptibles de devenir toxicomanes.

Leonhardt et al. et les études Joshua Grubbs n'a pas utilisé un échantillon représentatif d'individus religieux. Au lieu de cela, seulement utilisateurs de porno actuels (religieux ou non religieux) ont été interrogés. Presque toutes les études publiées font état de taux d’utilisation du porno beaucoup plus bas chez les personnes religieuses que chez les personnes non religieuses (étudier 1, étudier 2, étudier 3, étudier 4, étudier 5, étudier 6, étudier 7, étudier 8, étudier 9, étudier 10, étudier 11, étudier 12, étudier 13, étudier 14, étudier 15, étudier 16, étudier 17, étudier 18, étudier 19, étudier 20, étudier 21, étudier 22.)

Les études portant sur les utilisateurs de pornographie religieuse aboutissent à un pourcentage beaucoup plus faible de toutes les personnes religieuses par rapport aux utilisateurs de porno laïques (parmi lesquels l'utilisation de pornographie est assez universelle chez les jeunes hommes). Les deux idées à retenir: 1) la religiosité protège contre la dépendance à la pornographie; 2) l’échantillon d’utilisateurs de porno religieux est biaisé en faveur de personnes religieuses atypiques.

À titre d’exemple, cette étude 2011 (Inventaire des usages de la pornographie cybernétique: comparaison d'un échantillon religieux et profane) a signalé le pourcentage d'hommes de collège, religieux et laïcs, qui utilisaient de la pornographie au moins une fois par semaine:

  • Séculaire: 54%
  • Religieux: 19%

Une autre étude sur des hommes religieux d'âge universitaire (Je crois que c'est faux, mais je le fais toujours - Une comparaison entre les jeunes hommes religieux qui utilisent et n'utilisent pas de pornographie, 2010) a dévoilé que:

  • 65% des jeunes hommes religieux ont déclaré n'avoir vu aucune pornographie au cours des derniers mois 12
  • 8.6% ont déclaré visionner deux ou trois jours par mois
  • 8.6% a déclaré visionner des vidéos tous les jours ou tous les deux jours

En revanche, des études transversales portant sur des hommes d’âge universitaire signalent des taux relativement élevés de visionnage de pornographie (États-Unis - 2008: 87%, Chine - 2012: 86%, Pays-Bas - 2013 (âge 16): 73%).

Leonhardt et al. ignore tout autre études jamais publiées sur les taux d'utilisation de porno parmi les utilisateurs religieux

Dans un mouvement stupéfiant, le Leonhardt et al. Les auteurs affirment que toutes les enquêtes et études sur les taux d'utilisation de pornographie chez les utilisateurs religieux sont totalement fausses. En d'autres termes, Leonhardt et al. suggère qu'un pourcentage très élevé et constant d'individus religieux a menti sur leur utilisation de la pornographie lors de chaque enquête anonyme sur les taux d'utilisation de la pornographie jamais réalisée. En réalité, Leonhardt et al va jusqu'à impliquer que les personnes religieuses utilisent plutôt la pornographie à des taux plus élevés que les personnes non religieuses! L'extrait suivant offre la justification de cette affirmation audacieuse:

Probablement en raison de ces valeurs sexuelles conservatrices et de l'anxiété possible entourant l'utilisation de la pornographie, les personnes religieuses signalent systématiquement des niveaux d'utilisation de pornographie inférieurs à ceux des populations laïques (Carroll et al., 2008; Poulsen, Busby et Galovan, 2013; Wright, 2013) . Cependant, d'autres études évaluant les moteurs de recherche (MacInnis & Hodson, 2015) et les abonnements en ligne (Edelman, 2009) suggèrent que les individus issus de populations religieuses et conservatrices peuvent être plus susceptibles de rechercher de la pornographie que leurs homologues laïques.. Cette divergence entre les données autodéclarées et les mesures objectives laisse entrevoir la stigmatisation qui pèse sur l'utilisation de la pornographie dans les cultures religieuses, étant donné que les personnes religieuses risquent davantage de dissimuler leur utilisation de la pornographie en raison du sentiment de honte qui entoure cette utilisation.

Donc, soutien pour cette Leonhardt et al. revendication provient d'études 2 sur à l'échelle de l'état données: 1) MacInnis et Hodson, 2015 (Google recherche certains termes liés au sexe) et 2) Edelman, 2009 (Abonnements à un seul site porno payant au format 2007).

Le meme souvent répété que l'Utah a le plus haut niveau d'utilisation de la pornographie est né de l'article économique de Benjamin Edelman de 2009 "États rouge: qui achète le divertissement pour adultes en ligne?"Il s'est entièrement appuyé sur les données d'abonnement d'un unique dix premiers fournisseurs de contenus payants lorsqu'il a classé les États sur la consommation de pornographie - ignorant des centaines d'autres sites Web de ce type. Pourquoi a-t-il choisi celui-là à analyser?

Nous savons que l'analyse d'Edelman a été menée vers 2007, après que des «sites de tubes» en streaming gratuits aient été opérationnels et que les téléspectateurs de pornographie se tournent de plus en plus vers eux. Ainsi, les données uniques d'Edelman sur des milliers (de sites gratuits et d'abonnement) ne peuvent être présumées représentatives de tous les utilisateurs de pornographie américains. Il s'avère que son article est trompeur. (Pour plus, voir - Est-ce que l'Utah #1 est utilisé dans le porno?) En fait, d’autres études et données disponibles situent la consommation de pornographie de l’Utah entre 40th et 50th parmi les États. Voir:

  1. Cet article évalué par les pairs: "Examen de la recherche sur l'utilisation de la pornographie: méthodologie et résultats de quatre sources (2015). » Cyberpsychologie: Journal de recherche psychosociale sur le cyberespace (2015).
  2. Ou cet article plus facile à lire dans 2014: Repenser les mormons et le porno: Utah 40th aux États-Unis dans New Porn Data.
  3. Pages vues par habitant, tirées de Pornhub dans 2014 (graphique sur YBOP).

Le papier "Examen de la recherche sur l'utilisation de la pornographie: méthodologie et résultats de quatre sources (2015)»Analyse également MacInnis et Hodson, 2015. Un extrait expliquant quoi MacInnis et Hodson fait:

MacInnis et Hodson, (2014) utilise les données sur les termes de recherche de Google Trends comme proxy pour l’utilisation de la pornographie et examine la relation entre l’utilisation de la pornographie au niveau de l’état et les mesures de la religiosité et du conservatisme. Ils constatent que les États ayant des attitudes idéologiques plus fondées sur la droite affichent des taux de recherche Google liés à la pornographie plus élevés.

Le premier problème avec MacInnis et Hodson: Les recherches Google Trend ne sont pas un proxy pour l'utilisation de la pornographie. Par exemple, les auto-rapports suggèrent que les utilisateurs réguliers de porno visitent leurs sites de tubes préférés via des signets ou en tapant le nom du site de tube dans le champ d'adresse du navigateur (en mode incognito). Une fois sur leur site de tube préféré, les utilisateurs réguliers de porno accèdent souvent à un nouveau site porno via des hyperliens et des publicités, contournant ainsi complètement les recherches Google.

La deuxième faiblesse de MacInnis et Hodson: Les recherches Google ne nous disent rien sur le temps qu'un utilisateur passe à regarder du porno. Par exemple, un État pourrait avoir un taux élevé de primo-demandeurs de pornographie (par exemple, des jeunes) qui ne regardent que quelques images, tandis que d'autres pourraient avoir un taux plus élevé d'utilisateurs de porno chroniques qui n'utilisent jamais Google, mais passent plusieurs heures regarder du porno.

Une troisième faiblesse: MacInnis et Hodson n'a pas pris en compte d'autres raisons possibles pour des taux plus élevés de recherches sur Google pour des mots liés au sexe et à la pornographie. Il est fort probable que les jeunes à la recherche d'informations sur le sexe ou les pratiques sexuelles utilisent Google, tandis que les utilisateurs de porno chevronnés contourneraient les moteurs de recherche et se rendraient directement sur des sites pornographiques. De plus, des enquêtes montrent que les taux les plus élevés de visionnage de pornographie se produisent chez les adolescents et les jeunes adultes. En conséquence, nous nous attendrions à ce que les États avec une population plus élevée de jeunes aient des taux plus élevés de recherches Google pour le contenu sexuel.

Jetez un coup d'œil au état par état démographique de la population. Les états 16 avec les pourcentages les plus élevés de la population adolescente sont considérés comme des «États rouges» (plus religieux et politiquement conservateurs). D'un autre côté, tous les États sauf un le plus bas pourcentage d'adolescents est un «État bleu» (moins religieux, plus libéral). Cette seule variable pourrait expliquer à elle seule la MacInnis et Hodsonles conclusions de.

Et ce n'est qu'une des nombreuses variables qui doivent être prises en compte lors de l'attribution de la signification aux corrélations entre les classements au niveau des États en matière de religiosité et un seul «proxy pour l'utilisation de la pornographie» très discutable. Surtout lorsque toutes les enquêtes et études font état d'une moindre utilisation de la pornographie parmi les populations religieuses.

Le papier "Examen de la recherche sur l'utilisation de la pornographie: méthodologie et résultats de quatre sources (2015).»Dit ce qui suit à propos de MacInnis et Hodson:

Les résultats de la première ligne du tableau 3 montrent que nous trouvons également une relation statistiquement significative entre la religiosité et le conservatisme dans la plupart des cas lorsque nous utilisons les données de Google Trends. Cependant, les autres lignes du tableau 3 montrent que la relation statistique est beaucoup plus faible lorsque l’une des trois autres sources de données est utilisée. Ces résultats suggèrent que si MacInnis et Hodson (2014) avaient utilisé l’une des trois autres sources de données, ils seraient probablement parvenus à une conclusion différente dans leur document sur la solidité de la relation qu’ils examinaient.

Le fait que MacInnis et Hodson (2014) trouvent une relation statistiquement significative entre la religiosité au niveau de l’État et l’utilisation de la pornographie au niveau de l’État est intéressant, étant donné que des études antérieures utilisant des données individuelles ont révélé que les personnes fréquentant régulièrement une église sont beaucoup moins susceptibles de recourir à la pornographie.

Bottom line: Nous avons Leonhardt et al. ignorant de multiples études et enquêtes transversales sur des personnes religieuses en faveur des conclusions d'une étude méthodologiquement discutable mettant en corrélation les tendances religieuses des populations étatiques, avec une représentation très étroite des recherches sur Internet de contenu sexuel. Incroyable.

Incohérence interne: , Leonhardt et al. L’affirmation est qu’un très grand pourcentage de personnes religieuses mentent sur leur utilisation de la pornographie lors d’enquêtes anonymes. Et qu'ils ont menti dans chaque enquête jamais publiée. Si cela est vrai, nous devons ignorer Leonhardt et coll. propres découvertes basées sur des auto-déclarations d’utilisateurs de porno religieux, tout comme Leonhardt et al. à plusieurs reprises négligé et ignoré tous les autres enquêtes d'utilisation de porno avant leurs.

If Leonhardt et coll. les sujets religieux sous-déclarent systématiquement leur utilisation de la pornographie (comme ils prétendent que les utilisateurs religieux l'ont fait dans d'autres enquêtes), cela signifie que la valeur numérique de la «fréquence d'utilisation de la pornographie» dans leurs sujets religieux doit être ajustée à la hausse. Augmenter («corriger») la fréquence d'utilisation du groupe religieux permet d'aligner son utilisation sur ses scores sur le questionnaire en 5 points. En termes simples, des niveaux plus élevés d'utilisation de la pornographie chez des sujets religieux correspondent bien à des scores plus élevés au questionnaire sur la dépendance à la pornographie. Ou plus simple encore: la quantité de pornographie utilisée = les niveaux de dépendance au porno - chez les utilisateurs religieux et non religieux. Si tel est le cas, il n'y a vraiment rien pour Leonhardt et al. signaler. Conclusion nulle.

Alors, je demande aux auteurs de Leonhardt et al., Lequel des 3 suivants est exact?

  1. Toutes les enquêtes anonymes sur des sujets religieux ne doivent pas être prises en compte, car un très grand pourcentage de personnes religieuses déclarent constamment utiliser du porno. Cela doit inclure toutes les études Grubbs et Leonhardt et al. 2017
  2. Toutes les enquêtes anonymes sur des sujets religieux doivent être considérées comme telles, dans la mesure où elles font état de résultats similaires: taux de consommation de pornographie toujours plus bas parmi les populations religieuses.
  3. Seulement l'enquête par Leonhardt et al. est à faire confiance. Toutes les autres enquêtes anonymes sur des sujets religieux doivent être ignorées. Il s'agit de la Leonhardt et al., position actuelle des auteurs.

Les utilisateurs de pornographie religieuse sont susceptibles d'avoir des taux plus élevés de conditions préexistantes

Étant donné qu’une grande majorité des hommes d’âge universitaire, les hommes religieux voient rarement la pornographie, les Grubbs et les Leonhardt et al. les échantillons ciblés d '«utilisateurs religieux de pornographie» représentaient une petite minorité de la population religieuse. En revanche, les échantillons d '«utilisateurs de pornographie laïque» ont tendance à représenter la majorité de la population non religieuse.

La plupart des jeunes utilisateurs de porno religieux disent préférer ne pas regarder de porno (100% in cette étude). Alors, pourquoi ces utilisateurs particuliers regardent-ils? Il est extrêmement probable que l'échantillon non représentatif des «utilisateurs de pornographie religieuse» contienne un pourcentage beaucoup plus élevé de la tranche de la population entière qui lutte avec les conditions préexistantes ou les comorbidités. Ces conditions sont souvent présentes chez les toxicomanes (c.-à-d. TOC, dépression, anxiété, trouble d'anxiété sociale, TDAH, antécédents familiaux de toxicomanie, traumatisme ou abus sexuels dans l'enfance, autres dépendances, etc.).

Ce seul facteur pourrait expliquer pourquoi les utilisateurs de pornographie religieuse, en tant que groupe, obtiennent un score légèrement supérieur aux Grubbs et aux Leonhardt et al. questionnaires sur la dépendance au porno. Cette hypothèse est étayée par des études sur recherche de traitement les accros au porno / sexe (que nous pourrions nous attendre à saluer de manière disproportionnée de cette même tranche désavantagée). Les demandeurs de traitement révèlent aucune relation entre la religiosité et les mesures de dépendance et de religiosité (Étude 2016 1, Étude 2016 2). Si Leonhardt et al.Les conclusions de ce dernier étaient valides, nous verrions sûrement un nombre disproportionné d'utilisateurs de pornographie religieuse demander un traitement.

À des taux élevés d'utilisation de la pornographie, les religieux reviennent aux pratiques religieuses et la religion devient plus importante

Cette Étude 2016 sur les utilisateurs de porno religieux rapporté une découverte intéressante que seule pourrait expliquer une légère corrélation entre présenter la dépendance au porno et la religiosité. La relation entre l'utilisation du porno et la religiosité est curviligne. À mesure que la pornographie augmente, la pratique religieuse et l’importance de la religion diminuer - jusqu'au point. Pourtant, lorsqu'un individu religieux commence à utiliser du porno une ou deux fois par semaine, ce schéma s'inverse: l'utilisateur de porno commence à fréquenter l'église plus souvent et l'importance de la religion dans sa vie augmente. Un extrait de l'étude:

«Cependant, l'effet de l'utilisation antérieure de la pornographie sur la fréquentation et la prière des services religieux ultérieurs était curviligne: la fréquentation des services religieux et la prière diminuent jusqu'à un certain point, puis augmentent à des niveaux plus élevés de visualisation de la pornographie.

Ce graphique, tiré de cette étude, compare la participation aux services religieux avec la quantité de porno utilisée:

Il semble probable qu'à mesure que l'utilisation de la pornographie par les personnes religieuses devient de plus en plus incontrôlable, elles reviennent à la religion comme tactique pour résoudre leur comportement problématique. Ce n'est pas une surprise, car de nombreux groupes de désintoxication basés sur les 12 étapes comprennent une composante spirituelle ou religieuse. L'auteur de l'article a suggéré ceci comme explication possible:

… Les études sur la toxicomanie suggèrent que ceux qui se sentent impuissants dans leur dépendance obtiennent souvent une aide surnaturelle. En effet, les programmes en douze étapes qui cherchent à aider les personnes aux prises avec des dépendances comprennent de manière omniprésente des enseignements sur l'abandon à une puissance supérieure, et un nombre croissant de programmes chrétiens conservateurs en douze étapes rendent ce lien encore plus explicite. Il se pourrait très bien que les personnes qui utilisent la pornographie aux niveaux les plus extrêmes (c'est-à-dire les niveaux d'utilisation qui pourraient être caractéristiques d'une compulsion ou d'une dépendance) soient en fait poussées vers la religion au fil du temps plutôt que de s'en éloigner.

Ce phénomène de retour à la religion des utilisateurs de pornographie religieuse à mesure que la toxicomanie s'aggrave pourrait facilement expliquer toute corrélation entre cette dépendance et la religiosité.

Contrairement aux sujets religieux, la pornographie laïque utilisant des sujets peut ne pas reconnaître les effets de la pornographie parce qu'ils n'essaient jamais d'arrêter

Est-il possible que les utilisateurs de porno religieux obtiennent des résultats plus élevés dans les questionnaires sur la dépendance au porno parce qu'ils ont réellement essayé d'arrêter, contrairement à leurs frères laïques? Ce faisant, ils seraient plus susceptibles de reconnaître les signes et les symptômes de la dépendance au porno tels qu'évalués par le Leonhardt et al. Questionnaire 5-item.

Sur la base d'années de surveillance des forums de récupération de pornographie en ligne, nous suggérons aux chercheurs de séparer les utilisateurs qui ont expérimenté l'arrêt du porno de ceux qui ne l'ont pas fait, lorsqu'ils leur posent des questions sur les effets auto-perçus du porno. Il est généralement vrai que les utilisateurs de porno d'aujourd'hui (à la fois religieux et non religieux) ont peu de compréhension des effets de la pornographie sur Internet sur eux jusqu'à ce que après ils tentent de cesser de fumer (et passent par les symptômes de sevrage).

En général, les utilisateurs de pornographie agnostiques pensent que l'utilisation de la pornographie est inoffensive, ils n'ont donc aucune motivation pour arrêter ... jusqu'à ce qu'ils rencontrent des symptômes intolérables (peut-être, une anxiété sociale débilitante, une incapacité à avoir des relations sexuelles avec un vrai partenaire ou une escalade vers un contenu qu'ils trouvent déroutant / dérangeant ou trop risqué). Avant ce tournant, si vous leur posez des questions sur leur utilisation de la pornographie, ils vous diront que tout va bien. Ils supposent naturellement qu'ils sont des «utilisateurs occasionnels», qui pourraient arrêter de fumer à tout moment, et que les symptômes qu'ils présentent, le cas échéant, sont dus à quelque chose d'autre. La honte? Nan.

En revanche, la plupart des utilisateurs de porno religieux ont été avertis que l'utilisation de porno est risquée. Ils sont donc plus susceptibles d'avoir utilisé moins de porno et d'avoir tenté de l'abandonner, peut-être plus d'une fois. De telles expériences avec la cessation de la pornographie sur Internet sont très enrichissantes, car c’est le moment où les utilisateurs de pornographie (religieux ou non) découvrent:

  1. Comme il est difficile d'arrêter (s'ils sont dépendants)
  2. Comment l'utilisation du porno les a affectés de manière négative, émotionnelle, sexuelle et autre (souvent parce que les symptômes commencent à se résorber après avoir cessé de fumer)
  3. [Dans le cas de tels symptômes] Comment le sevrage peut aggraver les symptômes pendant un certain temps, avant que le cerveau ne retrouve son équilibre
  4. À quel point ça fait mal quand ils veulent abandonner quelque chose et ne peuvent pas (c'est honte, mais pas nécessairement de «honte religieuse / sexuelle» - comme le supposent parfois les chercheurs parce que les utilisateurs religieux le signalent plus souvent. La plupart des toxicomanes éprouvent malheureusement de la honte lorsqu'ils se sentent impuissants à arrêter, qu'ils soient religieux ou non.)
  5. Qu'ils éprouvent de fortes envies d'utiliser du porno. Les envies augmentent souvent en intensité avec une pause ou plus d'une semaine d'utilisation de porno.

De telles expériences rendent ceux qui ont essayé d'arrêter de fumer beaucoup plus méfiants à propos de l'utilisation de la pornographie. Étant donné que des utilisateurs plus religieux auront plus fréquemment fait de telles expériences, les instruments psychologiques montreront qu'ils sont plus préoccupés par leur utilisation de la pornographie que les utilisateurs non religieux - même s'ils utilisent probablement moins de porno!

En d'autres termes, les chercheurs ne devraient-ils pas également rechercher si les utilisateurs de pornographie laïque mal percevoir l'utilisation de la pornographie comme inoffensive, plutôt que de supposer que ce sont les religieux qui perçoivent à tort l'existence de problèmes liés à la pornographie même s'ils en utilisent moins? La toxicomanie, après tout, n'est pas évaluée en fonction de la quantité ou de la fréquence d'utilisation, mais plutôt des effets débilitants.

En tout état de cause, le fait de ne pas séparer ceux qui ont essayé d'arrêter de fumer de ceux qui ne l'ont pas encore fait est une source de confusion pour les recherches qui tentent de tirer des conclusions sur les implications de la relation entre la religiosité, la honte et l'utilisation de porno.. Il est facile d’interpréter les données comme une preuve que «religion rend les gens préoccupés par la pornographie même s'ils en utilisent moins que les autres, et que s'ils n'étaient pas religieux, ils ne seraient pas concernés.

La conclusion la plus valable peut être que ceux qui ont essayé d'arrêter et qui ont réalisé les points ci-dessus sont plus concernés, et que la religion est simplement la cause de leur réalisation de telles expériences (et autrement largement hors de propos). Il est décourageant de voir des psychologues faire des corrélations simplistes avec la religion / spiritualité et tirer des conclusions «honteuses», sans se rendre compte qu'ils comparent des «pommes» avec des «oranges» lorsqu'ils comparent des utilisateurs qui ont essayé d'arrêter de fumer avec des utilisateurs qui ne l'ont pas fait. Encore, seuls les premiers ont tendance à voir clairement les risques et les inconvénients de l'utilisation du porno, qu'ils soient religieux ou non.

Cette confusion est trop souvent exploitée par ceux qui veulent détourner l’attention des graves symptômes que rencontrent fréquemment les utilisateurs non religieux. Les utilisateurs agnostiques ont tendance à avoir des symptômes plus graves au moment de do arrêter, simplement parce qu'ils ont tendance à cesser de fumer à un point plus bas de la spirale descendante des symptômes que les utilisateurs de pornographie religieuse. Pourquoi les chercheurs n'étudient-ils pas ce phénomène?

En fait, nous parions que la part du lion de ceux qui dysfonctions sexuelles induites par le porno sont agnostiques. Pourquoi? Parce que les non-religieux ont tendance à être tellement persuadés de l'innocuité de l'utilisation de la pornographie sur Internet qu'ils continuent à l'utiliser bien au-delà des signes avant-coureurs, tels que l'inquiétude sociale croissante, l'escalade vers le matériel extrême, l'apathie, la difficulté à obtenir une érection sans porno, la difficulté à utiliser des préservatifs ou de l'apogée avec un partenaire, et ainsi de suite.

Le fait est que, même occasionnelle, ou relativement peu fréquente, l'utilisation de la pornographie peut conditionner la sexualité de certains utilisateurs de telle sorte qu'elle interfère avec leur satisfaction sexuelle et relationnelle. Voici le récit d'un homme. L’escalade vers du contenu pornographique autrefois inintéressant ou repoussant est courante dans la moitié des internautes porno. En bref, comme indiqué ci-dessus, une utilisation peu fréquente n’est pas une panacée. Ceux qui n'utilisent pas souvent mais qui s'inquiètent pour leur utilisation de la pornographie peuvent avoir de bonnes raisons de s'inquiéter de leurs propres expériences, indépendamment de ce qu'ils entendent parler de pornographie lors de services religieux.

Serait-il préférable de construire une recherche qui demande aux utilisateurs de porno (religieux ou non) de quitter le porno un moment et de comparer leurs expériences avec les contrôles? Voir Éliminer la pornographie Internet chronique pour révéler ses effets pour un plan d'étude possible.

Les raisons biologiques pour lesquelles les utilisateurs de porno intermittents pourraient avoir un score plus élevé sur les questionnaires de dépendance au porno

Une utilisation très fréquente de la pornographie sur Internet présente des risques pour la plupart des utilisateurs actuels. Celles-ci incluent une escalade vers un matériau plus extrême, une satisfaction sexuelle et relationnelle plus faible, une dépendance et / ou la perte progressive d'attraction sur de vrais partenaires (ainsi qu'une anorgasmie et des érections peu fiables).

Moins connu est le fait que la consommation intermittente (par exemple, 2 heures de boulimie porno suivies de quelques semaines d'abstinence avant une autre session porno) pose un risque important de dépendance. Les raisons sont biologiques, et il y a tout un corpus de recherche sur la toxicomanie sur utilisation intermittente chez les animaux et les humains en élucidant les événements cérébraux responsables.

Par exemple, les deux drogue et malbouffe Des études révèlent que l'utilisation intermittente peut conduire plus rapidement à changements cérébraux liés à la dépendance (que l'utilisateur glisse ou non dans une dépendance totale). Le principal changement est sensibilisation ce qui blesse le centre de récompense du cerveau avec des signaux qui produisent des envies difficiles à ignorer. Avec la sensibilisation, les circuits cérébraux impliqués dans la motivation et la recherche de récompense deviennent hypersensibles aux souvenirs ou aux indices liés au comportement provoquant une dépendance. Ce conditionnement pavlovien profond se traduit par augmentation du «désir» ou de l'envie. Des indices, comme allumer l'ordinateur, voir un pop-up ou être seul, déclenchent des envies intenses de porno. (Études rapportant une sensibilisation ou une réactivité de signal chez les utilisateurs de porno: 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10, 11, 12, 13, 14, 15, 16, 17, 18, 19, 20.)

Encore plus remarquable, les périodes d’abstinence (semaines 2-4) conduire à des changements neuroplastiques cela ne se produit pas chez un utilisateur qui ne prend pas de longues pauses. Ces altérations du cerveau augmentent les fringales à utiliser en réponse à des déclencheurs. En outre, le changements du système de stress de sorte que même un stress mineur peut causer envies d'utiliser.

Consommation intermittente (surtout dans les forme d'une frénésie) peut aussi produire symptômes de sevrage graves, comme la léthargie, Dépression et envies. En d’autres termes, quand une personne utilise après une période d’abstinence et des crises de boulimie, elle peut frapper l’utilisateur plus fort - peut-être à cause de la intensité accrue De l'expérience.

Sur la base de cette recherche, des scientifiques ont conclu que la consommation quotidienne de cocaïne, de l'alcool, cigarettesou malbouffe n'est pas nécessaire pour générer des changements cérébraux liés à la dépendance. Les crises de boulimie intermittentes peuvent faire la même chose que l'utilisation continue, et dans certains cas le font PLUS.

Revenons maintenant à une comparaison des utilisateurs de porno religieux et non religieux.. Quel groupe est susceptible d'inclure plus d'utilisateurs intermittents? Compte tenu des recherches montrant que les utilisateurs de porno religieux préfèrent ne pas utiliser de porno, il y a probablement plus de religieux que d’utilisateurs laïques dans un cycle de consommation excessive d’abstinence. En d’autres termes, une part disproportionnée d’utilisateurs religieux aurait tendance à être des «utilisateurs intermittents». Les utilisateurs laïques signalent généralement qu’ils prennent rarement des pauses de plus de quelques jours - à moins qu’ils ne deviennent des utilisateurs intermittents parce qu’ils essaient de cesser de consommer du porno.

Un autre effet important du cycle de la frénésie alimentaire est que les utilisateurs de pornographie par intermittence connaissent des écarts importants (et souvent des améliorations). Ils peuvent clairement voir comment leur utilisation du porno les a affectés, contrairement aux utilisateurs fréquents. Cela seul pourrait conduire à des scores plus élevés sur un questionnaire de dépendance au porno. Un deuxième résultat, plus important, est que les internautes intermittents connaîtront des épisodes de fringales plus fréquents. Troisièmement, lorsque les utilisateurs intermittents cèdent, la science mentionnée ci-dessus prédit qu'ils se sentiront souvent plus incontrôlables et éprouveront davantage de déception après la consommation excessive. En bref, les utilisateurs intermittents (qui sont religieux) peuvent être très dépendants et obtiennent des résultats étonnamment élevés aux tests de dépendance au porno, même s'ils utilisent moins fréquemment que leurs frères laïcs.

Dans ces conditions, il est prématuré de conclure que la honte est à l'origine de la différence entre les utilisateurs religieux et non religieux. Les chercheurs doivent contrôler l'impact de l'utilisation intermittente. Dit autrement, si plus de Leonhardt et al Les sujets religieux incluaient un pourcentage plus élevé d'utilisateurs intermittents que leurs sujets non religieux; on pourrait s'attendre à ce que les utilisateurs religieux obtiennent des résultats plus élevés aux tests de dépendance, même s'ils en utilisent beaucoup moins fréquemment.

Bien entendu, le risque de dépendance à l’utilisation intermittente ne se limite pas aux utilisateurs de pornographie religieuse. Ce phénomène se manifeste chez les modèles animaux et les utilisateurs de porno laïcs qui tentent de cesser de fumer mais continuent de se gaver de temps en temps. Le fait est que le phénomène de l’usage intermittent et de la dépendance à la pornographie doit être étudié de manière indépendante avant de tirer des conclusions et de publier des hypothèses sur la honte (ou «dépendance de pornographie perçue») comme la seule explication possible du fait que les utilisateurs de pornographie religieuse signalent des scores de dépendance plus élevés de concert avec utilisation moins fréquente.

Résumé de la religiosité et de l'utilisation du porno:

  1. La religiosité ne prédit pas la dépendance à la pornographie (perçue ou non). Un pourcentage beaucoup plus élevé d'individus laïcs utilisent le porno.
  2. Dans la mesure où un pourcentage beaucoup plus faible de personnes religieuses utilise le porno, la religiosité protecteur contre la dépendance au porno.
  3. Grubbs et Leonhardt et al. les échantillons prélevés sur la minorité des «utilisateurs religieux de pornographie» sont biaisés par rapport aux utilisateurs religieux, ce qui entraîne probablement un pourcentage beaucoup plus élevé de l'échantillon religieux ayant des comorbidités. En conséquence, les utilisateurs de pornographie religieuse ont des scores globaux légèrement plus élevés sur les instruments de dépendance au porno et signalent plus de difficulté à contrôler l'utilisation.
  4. Au fur et à mesure que la pornographie devient fréquente ou compulsive, les internautes religieux retrouvent leur foi. Cela signifie que ceux qui obtiennent les meilleurs résultats aux tests de dépendance au porno obtiendront également des résultats plus élevés en matière de religiosité.
  5. La plupart des utilisateurs de porno religieux ont été avertis que l'utilisation de porno est risquée. Ils sont donc plus susceptibles d'avoir utilisé moins de porno et d'avoir expérimenté avec l'abandon. Ce faisant, ils sont plus susceptibles de reconnaître les signes et symptômes de la dépendance à la pornographie évalués par le Leonhardt et al. Questionnaire (s) à 5 éléments (et similaires) - quelle que soit la quantité d'utilisation de pornographie.
  6. Les utilisateurs de porno intermittents peuvent être assez dépendants et obtenir des scores étonnamment élevés aux tests de dépendance au porno, même s'ils utilisent moins fréquemment que des sujets laïques comparables (qui ne sont pas nécessairement des utilisateurs intermittents).

Section 5: Des études reconnaissent que «les niveaux d'utilisation actuelle de la pornographie» n'est pas linéairement lié à la dépendance au porno

Dans les études Grubbs et Leonhardt et al. une insinuation imprègne que des heures d'utilisation de la pornographie sont synonymes de «vraie dépendance au porno». C'est-à-dire que l'étendue d'une «véritable dépendance au porno» est mieux indiquée simplement par les «heures d'utilisation actuelles» ou la «fréquence d'utilisation», plutôt que par des tests de dépendance au porno standard ou par des symptômes induits par le porno. Les experts en toxicomanie ne sont pas d'accord.

Le trou dans les fondements de ces auteurs, dans lesquels vous pourriez conduire un camion, est cette recherche sur la pornographie sur Internet et les dépendances à Internet (1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9) a signalé que les sous-types de dépendance à Internet ne sont pas corrélés linéairement avec les heures d'utilisation. En fait, la variable «heures d'utilisation» est une mesure peu fiable de la dépendance. Des outils d'évaluation de la dépendance établis évaluent la dépendance à l'aide de plusieurs autres facteurs plus fiables (tels que ceux énumérés dans les deux premières sections du CPUI-9 ou Leonhardt et al. des questions). Les études sur la dépendance au cybersexe suivantes font état de peu de relations entre les heures et les indications de dépendance:

1) Regarder des images pornographiques sur Internet: rôle des évaluations de l'excitation sexuelle et des symptômes psycho-psychiatriques dans l'utilisation abusive de sites sexuels sur Internet (2011)

«Les résultats indiquent que les problèmes autodéclarés dans la vie quotidienne liés aux activités sexuelles en ligne étaient prédits par les évaluations subjectives de l'excitation sexuelle du matériel pornographique, la gravité globale des symptômes psychologiques et le nombre d'applications sexuelles utilisées lors de la fréquentation de sites sexuels sur Internet dans la vie quotidienne. , alors que le temps passé sur les sites de sexe sur Internet (minutes par jour) n'a pas contribué de manière significative à l'explication de la variance dans le score de sexe du test de dépendance à Internet (IATsex). Nous voyons des parallèles entre les mécanismes cognitifs et cérébraux contribuant potentiellement au maintien d'un cybersexe excessif et ceux décrits pour les personnes dépendantes aux substances.

2) Excitabilité sexuelle et adaptation dysfonctionnelle déterminent la dépendance au cybersexe chez les hommes homosexuels (2015)

«Des découvertes récentes ont démontré une association entre la gravité de la CyberSex Addiction (CA) et les indicateurs d'excitabilité sexuelle, et que l'adaptation par des comportements sexuels médiatise la relation entre l'excitabilité sexuelle et les symptômes de l'AC. Les résultats ont montré de fortes corrélations entre les symptômes de l'AC et les indicateurs de l'excitation sexuelle et de l'excitabilité sexuelle, l'adaptation aux comportements sexuels et les symptômes psychologiques. CyberSex Addiction n'a pas été associé à des comportements sexuels hors ligne ni au temps d'utilisation hebdomadaire du cybersexe.. »

3) What Matters: Quantité ou qualité de l'utilisation de la pornographie? Facteurs psychologiques et comportementaux du recours à un traitement pour usage problématique de la pornographie (2016)

Selon nos connaissances, cette étude est le premier examen direct d’associations entre la fréquence de consommation de pornographie et le comportement réel du traitement en cas de recherche de traitement de pornographie problématique (mesuré en consultant un psychologue, un psychiatre ou un sexologue à cette fin). Nos résultats indiquent que les futures études et le traitement, dans ce domaine devrait être davantage axé sur l'impact de l'utilisation de pornographie sur la vie d'un individu (qualité) que sur sa simple fréquence (quantité), car les symptômes négatifs associés à l'utilisation de pornographie (plutôt que la fréquence d'utilisation de pornographie) sont le facteur prédictif le plus significatif du traitement. comportement de recherche.

La relation entre PU et les symptômes négatifs était significative et induite par une religiosité subjective autodéclarée (médiation faible et partielle) chez les demandeurs non traités. Chez les demandeurs de traitement, la religiosité n'est pas liée aux symptômes négatifs.

4) Examen des corrélats de l'utilisation problématique de la pornographie sur Internet par des étudiants universitaires (2016)

Des scores plus élevés sur les mesures de dépendance de l'utilisation du porno sur Internet étaient corrélés à l'utilisation quotidienne ou plus fréquente du porno sur Internet. cependant, les résultats indiquent qu'il n'y avait pas de lien direct entre la quantité et la fréquence de l'utilisation de pornographie par un individu et qu'il luttait contre l'anxiété, la dépression et la satisfaction de la vie et des relations. Les corrélations significatives entre les scores élevés de dépendance à la pornographie sur Internet incluent une première exposition précoce à la pornographie sur Internet, une dépendance aux jeux vidéo et le fait d'être un homme. Certains effets positifs de l'utilisation de la pornographie sur Internet ont été documentés dans la littérature précédente, mais nos résultats n'indiquent pas que le fonctionnement psychosocial s'améliore avec une utilisation modérée ou occasionnelle de la pornographie sur Internet.

5) Regarder de la pornographie sur Internet: pour qui est-ce problématique, comment et pourquoi? (2009)

Cette étude a examiné la prévalence de l'écoute de la pornographie sur Internet problématique, ainsi que les processus psychologiques sous-jacents au problème dans un échantillon d'hommes de sexe masculin de l'université 84 utilisant un sondage en ligne anonyme. Il a été constaté qu'environ 20% –60% des personnes interrogées qui regardent de la pornographie la trouvent problématique en fonction du domaine d'intérêt. Dans cette étude, le nombre de visionnements n’indiquait pas le niveau de problèmes rencontrés.

Imaginez essayer d'évaluer la présence d'une dépendance en demandant simplement: «Combien d'heures passez-vous actuellement à manger (dépendance alimentaire)?» ou "Combien d'heures passez-vous à jouer (ajout de jeux de hasard)?" ou "Combien d'heures passez-vous à boire (alcoolisme)?" Vous pourriez obtenir très résultats trompeurs. Plus important encore, les questions sur «l'utilisation actuelle de la pornographie» ne portent pas sur les variables clés de l'utilisation de la pornographie: l'âge de l'utilisation a commencé, les années d'utilisation, si l'utilisateur est passé à de nouveaux genres de pornographie ou a développé des fétiches pornographiques inattendus, le rapport de l'éjaculation avec le porno à l'éjaculation sans elle, quantité de relations sexuelles avec un vrai partenaire, et ainsi de suite. Une combinaison de ces questions nous éclairerait probablement davantage sur qui a vraiment un problème avec l'utilisation de la pornographie que simplement «fréquence / heures d'utilisation actuelles».


Abstrait

Biens endommagés: perception de la dépendance à la pornographie en tant que médiateur entre la religiosité et l'anxiété relationnelle entourant l'utilisation de la pornographie.

J Sex Res. 2017 Mar 13: 1-12. doi: 10.1080 / 00224499.2017.1295013.

Leonhardt ND1, Willoughby BJ1, Young-Petersen B1.

1 - École de la vie familiale, Université Brigham Young.

Des recherches récentes sur la pornographie suggèrent que la perception de la toxicomanie prédit des résultats négatifs au-delà de l'utilisation de la pornographie. La recherche a également suggéré que les personnes religieuses sont plus susceptibles de se percevoir comme étant accro à la pornographie, quelle que soit la fréquence à laquelle elles utilisent réellement la pornographie. À l'aide d'un échantillon d'adultes célibataires 686, cette étude réconcilie et développe les recherches antérieures en testant la dépendance perçue à la pornographie en tant que médiateur entre la religiosité et l'anxiété relationnelle entourant la pornographie. Les résultats ont révélé que l'utilisation de pornographie et la religiosité étaient faiblement associées à l'anxiété relationnelle plus intense entourant l'utilisation de pornographie, alors que la perception d'une dépendance à la pornographie était fortement associée à l'anxiété relationnelle entourant l'utilisation de pornographie. Toutefois, lorsque la perception de la dépendance à la pornographie a été insérée en tant que médiateur dans un modèle d’équation structurelle, la consommation de pornographie a eu un léger effet indirect sur l’anxiété relationnelle entourant la pornographie et la perception de la dépendance à la pornographie a partiellement médiatisé le lien entre la religiosité et l’anxiété relationnelle entourant la pornographie. En comprenant comment l'utilisation de la pornographie, la religiosité et la dépendance perçue à la pornographie sont liées à l'anxiété relationnelle entourant l'utilisation de la pornographie aux premiers stades de l'établissement de la relation, nous espérons améliorer les chances des couples de traiter avec succès le sujet de la pornographie et d'atténuer les difficultés des relations amoureuses.

PMID: 28287845

DOI: 10.1080/00224499.2017.1295013