«Désir élevé» ou «simplement» une dépendance? Une réponse à Steele et al. par Donald L. Hilton, Jr., MD

Commentaires YBOP: ce qui suit est une réponse à un Étude EEG (Steele et al. 2013) publié en juillet, 2013 par SPAN Lab. L’étude a été présentée par Nicole Prause comme un défi majeur aux concepts de dépendance au porno et au sexe. YBOP a analysé cette étude profondément imparfaite au moment de sa publication: Le laboratoire SPAN déclare qu'une étude de pornographie vide est révolutionnaire. Regarde aussi - Plusieurs études réfutent l'affirmation selon laquelle les toxicomanes du sexe et du porno «ont juste un désir sexuel élevé»


LIEN VERS UN PAPIER ORIGINAL

Donald L. Hilton, Jr., MD*

Département de neurochirurgie, Centre des sciences de la santé de l'Université du Texas à San Antonio, États-Unis

Publié: 21 February 2014

Ceci est un article en libre accès distribué selon les termes de la licence Creative Commons CC-BY 4.0 (http://creativecommons.org/licenses/by/4.0/), permettant à des tiers de copier et de redistribuer le matériau sur n’importe quel support ou format, de le remixer, de le transformer et de le développer à toutes fins utiles, même à des fins commerciales, à condition que l’œuvre originale soit correctement citée et énonce sa licence.

Citation: Neuroscience et psychologie socio-affectives 2014, 4: 23833 - http://dx.doi.org/10.3402/snp.v4.23833

+++++++++++

La validité d'un argument dépend de la solidité de ses prémisses. Dans le récent article de Steele et al., Les conclusions se fondent sur la construction initiale de définitions relatives au «désir» et à la «dépendance». Ces définitions reposent sur une série d'hypothèses et de nuances, dont les auteurs ont initialement reconnu les limites, mais qui ont été ignorées de manière inexplicable pour tirer les conclusions définitives de ces derniers. Cependant, la fermeté de ces conclusions est injustifiée, non seulement en raison de prémisses initiales problématiques sur le plan conceptuel, mais également en raison d'une méthodologie problématique.

Considérons, par exemple, le concept de «désir sexuel». Le premier paragraphe reconnaît que «les désirs sexuels doivent être régulièrement réglementés pour gérer les comportements sexuels» et doivent être contrôlés lorsqu'ils sont soit illégaux (pédophilie) ou inappropriés (infidélité). Le paragraphe se termine par l’inférence selon laquelle le terme «dépendance sexuelle» ne décrit pas une entité problématique en soi, mais qu’il décrit simplement un sous-ensemble d’individus très désireux.

Le paragraphe suivant fait référence à un article de Winters et al., Qui suggère que `` la sexualité dérégulée ... peut simplement être un marqueur d'un désir sexuel élevé et de la détresse associée à la gestion d'un degré élevé de pensées, de sentiments et de besoins sexuels '' (Winters, Christoff , Et Gorzalka, 2010). Il est basé sur ces hypothèses que Steele et al. procède ensuite à la remise en question d'un modèle de maladie pour cette «détresse» associée au contrôle du «désir» sexuel. Pour comparer différents modèles de «désirs», la télévision chez les enfants est utilisée à titre d'exemple. Les deux dernières phrases de ce paragraphe établissent la prémisse que le reste du document tente ensuite de prouver:

Les traitements sont axés sur la réduction du nombre d’heures de télévision consacrées à la télévision sans se couvrir de maladies telles que la «dépendance à la télévision» et sont efficaces. Cela suggère qu'une approche similaire pourrait être appropriée pour le désir sexuel élevé if le modèle de maladie proposé n'ajoute pas de pouvoir explicatif au-delà du simple désir sexuel élevé. (Steele, Staley, Fong et Prause, 2013)

Sur la base de cette comparaison, celle du désir de regarder la télévision chez les enfants et du désir sexuel chez les adultes, les auteurs se lancent ensuite dans une discussion sur les potentiels liés à un événement (ERP) et une description ultérieure de la conception de leur étude, suivie des résultats et de la discussion, et aboutissant au résumé suivant:

En conclusion, les premières mesures de la réactivité neuronale vis-à-vis des stimuli visuels sexuels et non sexuels dans un échantillon signalant des problèmes régulant leur visualisation de stimuli similaires ne permettent pas d'appuyer des modèles d'hypersexualité pathologique, mesurés par des questionnaires. Plus précisément, les différences dans la fenêtre P300 entre les stimuli sexuels et les stimuli neutres étaient prédites par le désir sexuel, mais non par aucune des trois mesures de l'hypersexualité. (Steele et al., 2013)

Avec cette déclaration, les auteurs mettent en avant le principe selon lequel le désir ardent, même s'il pose problème à ceux qui le vivent, n'est pas pathologique, peu importe les conséquences.

D'autres ont décrit les limites importantes de cette étude. L’auteur Nicole Prause, par exemple, a déclaré dans une interview: «Des études sur les toxicomanies, telles que la cocaïne, ont montré un schéma constant de réaction cérébrale aux images de la toxicomanie. Nous avons donc prédit que nous devrions observer le même schéma chez les personnes signaler des problèmes avec le sexe s'il s'agissait, en fait, d'une dépendance ». John Johnson a souligné plusieurs problèmes critiques liés à l'utilisation de la méthode de Dunning et al. (2011) Elle cite comme base de comparaison avec Steele et al. papier. Premièrement, Dunning et al. Le papier utilisé trois contrôles: les consommateurs abstinents de cocaïne, les utilisateurs actuels et les contrôles naïfs de la drogue. Steele et al. le papier n'avait aucun groupe de contrôle d'aucune sorte. Deuxièmement, Dunning et al. Le document a mesuré plusieurs ERP différents dans le cerveau, y compris la négativité postérieure précoce (EPN), censée refléter une attention sélective précoce, et le potentiel positif tardif (LPP), censée refléter le traitement ultérieur de matériel de motivation importante. En outre, l'étude Dunning a distingué les composants précoces et tardifs du LPP, censés refléter un traitement prolongé. De plus, Dunning et al. Le document a distingué entre ces différents ERP des groupes de contrôle sains, abstinents et en cours d’utilisation. Steele et al. Cependant, le document n’examinait qu’un seul ERP, le p300, que Dunning comparait à la première fenêtre de LLP. Steele et al. Les auteurs ont même reconnu cette faille critique dans la conception: «Une autre possibilité est que p300 ne soit pas le meilleur endroit pour identifier des relations avec des stimuli motivés par le sexe. La LPP, légèrement plus tardive, apparaît plus fortement liée à la motivation ». Steel et al. admettent qu’ils ne sont en fait pas en mesure de comparer leurs résultats à ceux de Dunning et al. étude, mais leurs conclusions font effectivement une telle comparaison. En ce qui concerne Steele et al. étude, a résumé Johnson, 'La seule découverte statistiquement significative ne dit rien sur la dépendance. En outre, cette constatation importante est un négatif corrélation entre P300 et le désir d’avoir des relations sexuelles avec un partenaire (r = −0.33), indiquant que l’amplitude de P300 est liée à baisser désir sexuel; cela contredit directement l'interprétation de P300 Élevée envie. Il n'y a aucune comparaison avec d'autres groupes de toxicomanes. Il n'y a pas de comparaisons pour les groupes de contrôle. Les conclusions tirées par les chercheurs sont un bond en avant par rapport aux données. Elles ne permettent pas de savoir si les personnes signalant des troubles de la régulation de la visualisation d'images sexuelles ont ou non des réponses cérébrales similaires à celles de la cocaïne ou de tout autre type de toxicomane (communication personnelle, John A. Johnson, PhD, 2013).

Bien que l’absence d’un groupe de contrôle adéquat, l’hétérogénéité de l’échantillon d’étude et l’incapacité de comprendre les limites de la capacité du P300 à discriminer qualitativement et quantitativement et à différencier entre «un désir sexuel purement élevé» et pathologiquement compulsions sexuelles non désirées, le défaut le plus fondamental est peut-être l'utilisation et la compréhension du terme «désir». Il est clair qu'en construisant cette plate-forme de définitions, les auteurs minimisent le concept de désir avec le mot «simplement». Le désir, lié aux systèmes biologiques dans le contexte de la sexualité, est un produit complexe de la pulsion dopaminergique mésencéphalique avec une médiation et une expression cognitives et affectives télencéphaliques. En tant que facteur primordial dans le sexe, la dopamine est de plus en plus reconnue comme un élément clé de la motivation sexuelle, qui a été largement conservée dans l'arbre évolutif (Pfaus, 2010). Les gènes liés à la fois à la conception et à l'expression de la motivation sexuelle sont observés à travers les phylums et couvrent également la complexité intra-phylums. Bien qu'il existe des différences évidentes entre le sexe, la recherche de nourriture et d'autres comportements, qui sont essentiels à la forme évolutive, nous savons maintenant qu'il existe des similitudes dans la machinerie moléculaire d'où émane le «désir» biologiquement bénéfique. Nous savons maintenant que ces mécanismes sont conçus pour «apprendre», d'une manière neuronale de connexion et de modulation. Comme le stipule la loi de Hebb, «les neurones qui se déclenchent ensemble se connectent». Nous avons pris conscience de la capacité du cerveau à modifier sa connectivité structurelle avec l'apprentissage des récompenses dans les premières études sur la toxicomanie, mais nous avons maintenant vu un apprentissage neuronal basé sur les récompenses avec des désirs naturels apparemment divers liés au sexe et à la soif de sel.

Les définitions relatives au désir sont importantes ici; la prépondérance biologique, ou «vouloir», est une chose, alors que nous considérons que le «besoin impérieux» a des implications plus inquiétantes que celles utilisées dans la littérature sur la toxicomanie et les rechutes. Les preuves démontrent que les états de manque liés à l'appétit pour des nécessités biologiquement essentielles telles que le sel et le sexe invoquent - avec privation suivie de satiété - un processus neuroplastique impliquant le remodelage et l'arborisation de connexions neuronales (Pitchers et al., 1991). 2010; Roitman et al., 2002). Notamment, un désir désespéré est provoqué par des états de manque associés à des conditions qui laissent présager la mort possible de l'organisme, telle qu'une carence en sel, ce qui incite l'animal à se rassasier et à éviter sa mort. Il est intéressant de noter que la toxicomanie chez l’homme peut affecter un désir comparable conduisant à un désir de satiété similaire malgré le risque de mort, une inversion de cette pulsion élémentaire. Un phénomène similaire se produit également avec les dépendances naturelles, telles que les personnes souffrant d'obésité morbide et de maladie cardiaque grave qui continuent de consommer un régime alimentaire riche en graisses, ou celles qui souffrent de dépendance sexuelle et qui continuent de se livrer à des actes sexuels aléatoires avec des inconnus, malgré une probabilité élevée d'acquérir les maladies sexuellement transmissibles telles que le VIH et l'hépatite. Que les ensembles de gènes qui conduisent aux cascades de signalisation essentielles à ce casse-tête sont identiques à la fois pour la toxicomanie et le plus élémentaire des désirs naturels, le sel, favorise le détournement et le rôle usurpateur de la dépendance (Liedtke et al., 1991). 2011). Nous comprenons également mieux comment les systèmes complexes associés à ces changements et qui les affectent impliquent des commutateurs, produits et modulateurs moléculaires génétiques tels que DeltaFosB, orexine, Cdk5, protéine associée au cytosquelette (ARC) régulée par le régulateur de plasticité neurale, protéine enrichie de manière striée, la tyrosine phosphatase (STRO), STEP) et d’autres. Ces entités forment une cascade de signalisation complexe, essentielle à l'apprentissage neuronal.

Ce que nous éprouvons affectivement en tant que «besoin impérieux» ou «très grand désir» est un produit de l’élan mésencéphalique et hypothalamique qui fait saillie vers, participe et fait partie du traitement cortical résultant de cette convergence d’informations conscientes et inconscientes. Comme nous l'avons démontré dans notre récent article sur le PNAS, ces états de manque naturel «reflètent probablement l'usurpation d'anciens systèmes évolutifs ayant une valeur de survie élevée par la gratification d'indulgences hédoniques contemporaines» (Liedtke et al., 1991). 2011, PNAS), en ce sens que nous avons découvert que ces mêmes ensembles de gènes de «soif» de sel étaient auparavant associés à la dépendance à la cocaïne et aux opiacés. L'expression cognitive de ce «désir», cette recherche de la récompense, le «besoin impérieux» de ressentir à nouveau la satiété n'est qu'une expression «corticale» consciente d'une pulsion profondément enracinée et phyolo-génétiquement primitive, issue de l'axe hypothalamique / mésencéphalique. Lorsque cela se traduit par une soif de récompense incontrôlée et - lorsqu'elle est exprimée - destructive, comment divisons-nous les cheveux neurobiologiques et les appelons-nous «simplement» de grands désirs plutôt que de la dépendance?

L'autre problème concerne l'immuabilité. Nulle part dans le Steele et al. Existe-t-il une discussion sur les raisons pour lesquelles ces personnes ont un «grand désir». Sont-ils nés de cette façon? Quel est le rôle, le cas échéant, de l'environnement tant sur l'aspect qualitatif que quantitatif dudit désir? L'apprentissage peut-il affecter le désir d'au moins une partie de cette population d'étude plutôt hétérogène? (Hoffman et Safron, 2012). Le point de vue des auteurs à cet égard manque d'une compréhension du processus de modulation constante aux niveaux cellulaire et macroscopique. Nous savons, par exemple, que ces changements microstructuraux observés avec l'apprentissage neuronal sont également associés à des changements macroscopiques. De nombreuses études confirment l'importance de la plasticité, comme beaucoup l'ont soutenu de manière convaincante: `` Contrairement aux hypothèses selon lesquelles les changements dans les réseaux cérébraux ne sont possibles que pendant les périodes critiques de développement, les neurosciences modernes adoptent l'idée d'un cerveau en plastique permanent '' (Draganski & May, 2008); «L'imagerie cérébrale humaine a identifié des changements structurels dans la matière grise et blanche qui se produisent avec l'apprentissage… l'apprentissage sculpte la structure du cerveau» (Zatorre, Field et Johansen-Berg, 2012).

Enfin, considérons à nouveau l'expression de l'auteur «simplement un désir sexuel élevé». Georgiadis (2012) a récemment suggéré un rôle dopaminergique central pour les humains dans cette voie du mésencéphale à striatum. De toutes les récompenses naturelles, l'orgasme sexuel implique le pic de dopamine le plus élevé dans le striatum, avec des niveaux allant jusqu'à 200% de la ligne de base (Fiorino & Phillips, 1997), comparable à la morphine (Di Chiara & Imperato, 1988) dans des modèles expérimentaux. Banaliser, minimiser et démystifier la sexualité compulsive, c'est ne pas comprendre le rôle biologique central de la sexualité dans la motivation et l'évolution humaines. Cela démontre une naïveté vis-à-vis de ce qui est maintenant une compréhension acceptée de la neuroscience de récompense actuelle, dans la mesure où il déclare le désir sexuel comme inhérent, immuable et uniquement à l’abri de la possibilité d’un changement qualitatif ou quantitatif. De manière encore plus critique, cependant, comme illustré par Steele et al. Selon notre article, ce dogme myope n’arrive pas à comprendre la vérité selon laquelle les neurosciences nous disent maintenant que le «grand désir», quand il entraîne un comportement compulsif, non désiré et destructeur, est «simplement» une dépendance.

Références

Di Chiara, G., et Imperato, A. (1988). Les médicaments abusés par les humains augmentent préférentiellement les concentrations de dopamine synaptique dans le système mésolimbique des rats en mouvement libre. Actes de l'Académie nationale des sciences, 85(14), 5274-5278. Texte intégral de l'éditeur

Draganski, B. et May, A. (2008). Changements structurels induits par la formation dans le cerveau humain adulte. Recherche comportementale sur le cerveau, 192(1), 137-142. Texte intégral de l'éditeur

Dunning, JP, MA Parvaz, G. Hajcak, T. Maloney, N. Alia-Klein, PA Woicik et al. (2011). Attention motivée à la cocaïne et indices émotionnels chez les consommateurs de cocaïne abstinents et actuels: étude ERP. Journal européen des neurosciences, 33(9), 1716-1723. Résumé PubMed | Texte intégral de PubMed Central | Texte intégral de l'éditeur

Fiorino, DF et Phillips, AG (1997). Changements dynamiques dans l'efflux de dopamine du noyau accumbens pendant l'effet Coolidge chez les rats mâles. Journal of Neuroscience, 17(12), 4849-4855. Résumé PubMed

Georgiadis, JR (2012). Le faire… sauvage? Sur le rôle du cortex cérébral dans l'activité sexuelle humaine. Neuroscience et psychologie socioaffectives, 2 17337. Texte intégral de l'éditeur

Hoffman, H., et Safron, A. (2012). Éditorial d'introduction à «Les neurosciences et les origines évolutives de l'apprentissage sexuel». Neuroscience et psychologie socioaffectives, 2 17415.

Liedtke, WB, McKinley, MJ, Walker, LL, Zhang, H., Pfenning, AR, Drago, J., et al. (2011). Relation des gènes de dépendance aux changements de gènes hypothalamiques sous-jacents à la genèse et à la gratification d'un instinct classique, l'appétit sodique. Actes de l'Académie nationale des sciences, 108(30), 12509-12514. Texte intégral de l'éditeur

Pfaus, JG (2010). Dopamine: aider les hommes à copuler pendant au moins 200 millions d'années. Neuroscience du comportement, 124(6), 877-880. Résumé PubMed | Texte intégral de l'éditeur

Pitchers, KK, Balfour, ME, Lehman, MN, Richtand, NM, Yu, L. et Coolen, LM (2010). Neuroplasticité dans le système mésolimbique induite par la récompense naturelle et l'abstinence de récompense ultérieure. Biological Psychiatry, 67872-879. Résumé PubMed | Texte intégral de PubMed Central | Texte intégral de l'éditeur

Roitman, MF, Na, E., Anderson, G., Jones, TA et Berstein, IL (2002). L'induction d'un appétit salin modifie la morphologie dendritique du noyau accumbens et sensibilise les rats à l'amphétamine. Journal of Neuroscience, 22(11), RC225: 1 – 5.

Steele, VR, Staley, C., Fong, T., et Prause, N. (2013). Le désir sexuel, et non l'hypersexualité, est lié aux réponses neurophysiologiques suscitées par les images sexuelles. Neuroscience et psychologie socioaffectives, 3 20770. Texte intégral de l'éditeur

Winters, J., Christoff, K. et Gorzalka, BB (2010). Sexualité dérégulée et désir sexuel élevé: des constructions distinctes? Archives du comportement sexuel, 39(5), 1029-1043. Résumé PubMed | Texte intégral de l'éditeur

Zatorre, RJ, Field, RD et Johansen-Berg, H. (2012). Plasticité en gris et blanc: changements de neuroimagerie dans la structure du cerveau pendant l'apprentissage. Nature Neuroscience, 15528-536. Résumé PubMed | Texte intégral de PubMed Central | Texte intégral de l'éditeur

*Donald L. Hilton 4410 Medical Drive
FRANCE
San Antonio
Texas, 77829
ÉTATS-UNIS
Mail: [email protected]