Joshua Grubbs met-il de la poudre aux yeux avec ses recherches sur la «dépendance au porno perçue»?

laine-mouton.jpg

UPDATE 2017: Une nouvelle étude (Fernandez et al.2017) testé et analysé le CPUI-9, un prétendu questionnaire sur la «dépendance à la pornographie perçue» développé par Joshua Grubbs, et a constaté qu'il ne pouvait pas évaluer avec précision la «dépendance réelle à la pornographie» or «Dépendance au porno perçue» (Do Cyber ​​Pornographie Utilisation Inventory-9 Scores reflètent réelle Compulsivity dans l'utilisation de la pornographie sur Internet? Explorer le rôle de l'effort d'abstinence). Il a également constaté que 1/3 des questions CPUI-9 devraient être omises pour renvoyer des résultats valides liés à la «désapprobation morale», à la «religiosité» et aux «heures d'utilisation de la pornographie». Les résultats soulèvent des doutes importants sur les conclusions tirées de toute étude ayant utilisé le CPUI-9 ou reposant sur des études qui l'utilisaient. De nombreuses préoccupations et critiques de la nouvelle étude reflètent celles exposées dans la critique suivante.

UPDATE 2018: Pièce de propagande déguisée en soi-disant critique de Grubbs, Samuel Perry, Rory Reid et Joshua Wilt - La recherche suggère que la revue Grubbs, Perry, Wilt, Reid est malhonnête («Problèmes de pornographie dus à l'incongruence morale: un modèle intégratif avec une revue systématique et une méta-analyse») 2018.

MISE À JOUR CHOC: Dans 2019, les auteurs Samuel Perry et Joshua Grubbs ont confirmé leur parti pris axé sur l'agenda lorsque les deux officiellement alliés Nicole Prause et David Ley en essayant de faire taire YourBrainOnPorn.com. Perry, Grubbs et d'autres «experts» pro-porn sur www.realyourbrainonporn.com s'engagent dans violation illégale de marque et accroupissement. Le lecteur doit savoir que RealYBOP twitter (avec l’apparente approbation de ses experts) se livre également à la diffamation et au harcèlement de Gary Wilson, Alexander Rhodes, Gabe Deem et NCOSE, Laila Mickelwait, Gail Dineset toute autre personne qui parle des méfaits du porno. De plus, David Ley et deux autres experts de «RealYBOP» sont maintenant être indemnisé par le géant de l'industrie porno xHamster promouvoir ses sites web (c'est à dire StripChat) et pour convaincre les utilisateurs que la dépendance au porno et la dépendance au sexe sont des mythes! Prause (qui exécute RealYBOP twitter) semble être assez confortable avec l'industrie de la pornographieet utilise RealYBOP twitter pour promouvoir l'industrie du porno, défendre PornHub (qui hébergeait des vidéos de pornographie enfantine et de trafic sexuel), et attaquer ceux qui font la promotion de la pétition de tenir PornHub responsable. Nous pensons que les «experts» de RealYBOP devraient être tenus de répertorier leur adhésion à RealYBOP comme un «conflit d'intérêts» dans leurs publications évaluées par des pairs.

UPDATE 2019: Enfin, Grubbs ne comptait pas sur son Instrument CPUI-9. Le CPUI-9 comprend des questions 3 «culpabilité et honte / détresse émotionnelle» pas normalement trouvé dans les instruments de dépendance - et qui faussent ses résultats, entraînant un score plus élevé des utilisateurs de porno religieux et des utilisateurs non religieux un score inférieur à celui des sujets sur les instruments standard d'évaluation de la toxicomanie Au lieu, La nouvelle étude de Grubbs a posé 2 questions directes oui / non aux utilisateurs de porno ( "Je crois que je suis accro à la pornographie sur Internet"."Je me qualifierais de toxicomane sur Internet. ”). En contradiction directe avec ses affirmations antérieures, le Dr Grubbs et son équipe de recherche ont découvert que croire que vous êtes accro au porno était le plus fortement corrélé aux heures quotidiennes d'utilisation du porno, pas avec religiosité.

UPDATE 2020: Le chercheur impartial Mateuz Gola s'est associé à Grubbs. Au lieu d'utiliser le CPUI-9 terriblement biaisé de Grubbs, l'étude a utilisé une seule question: «Je crois que je suis accro à la pornographie sur Internet". Cela a entraîné peu ou pas de corrélation entre la religiosité et se croire accro au porno. Voir: Évaluation des problèmes de pornographie dus au modèle d'incongruence morale (2019)



INTRODUCTION

Un nouveau concept est récemment apparu dans une série de journaux et d'articles: «la dépendance au porno perçue». Il a été engendré par Joshua Grubbs et soigneusement examiné dans l'analyse YBOP: Critique de “Dépendance perçue à la pornographie sur Internet et détresse psychologique: examen des relations simultanément et au fil du temps » (2015). Voici quelques titres de cette étude:

  • Regarder du porno c'est bien. Croire à la dépendance au porno n'est pas
  • La dépendance perçue au porno est plus nocive que le porno s'en sert
  • Croire que vous avez une dépendance au porno est la cause de votre problème de porno, selon une étude

Ici, nous revisitons le travail de Joshua Grubbs alors qu'il continue de publier des articles sur la «dépendance au porno perçue». Dans ce Communiqué de presse 2015 Grubbs suggère que l'utilisation de la pornographie en elle-même ne pose aucun problème:

"Ce ne semble pas être la pornographie elle-même qui cause des problèmes aux gens, c'est ce qu'ils ressentent à ce sujet, »

«La dépendance perçue implique une interprétation négative de votre propre comportement, en pensant à vous-même, comme:« Je n'ai aucun pouvoir sur ceci »ou« Je suis un toxicomane et je ne peux pas contrôler cela ».

Grubbs résume son point de vue dans cette 2016 extraordinaire Psychology Today article, affirmant que la dépendance à la pornographie n'est rien de plus qu'une honte religieuse.

Être étiqueté «accro au porno» par un partenaire, voire par soi-même, n'a rien à voir avec la quantité de porno une vue d'hommes, dit Joshua Grubbs, professeur adjoint de psychologie à la Bowling Green University. Au lieu, cela a tout à voir avec religiosité et moral attitudes envers le sexe. En bref, il dit: «C'est motivé par la honte.»…

… .Grubbs l'appelle «dépendance à la pornographie perçue». "Cela fonctionne très différemment des autres dépendances. »

Si Josuha Grubbs a été cité avec précision, les affirmations ci-dessus sont à la limite de la propagande, car nous montrerons que:

  1. Le questionnaire de Grubbs évalue uniquement. une dépendance réelle au porno, et non une «dépendance perçue au porno». Cette dépendance au porno ne «fonctionne pas différemment des autres dépendances» et que Grubbs n'a pas montré que c'était le cas. En fait, Grubbs a basé son questionnaire sur des questionnaires (standard) sur la toxicomanie.
  2. Contrairement à sa déclaration ci-dessus, la quantité de porno utilisée est fortement liés aux scores du questionnaire de Grubbs sur la dépendance au porno (CPUI). En fait, les études de Grubbs révèlent que la dépendance au porno (sections CPUI 2 et 3) est loin PLUS liée à la quantité de porn visionné qu’elle est à la religiosité.
  3. De plus, les «heures d'utilisation» ne sont pas une mesure fiable de la dépendance (approximative). Des études antérieures ont établi que les «heures de porno visionnées» ne sont pas linéairement corrélées avec les scores ou les symptômes de la dépendance au porno. De nombreuses variables d'utilisation supplémentaires aussi contribuer au développement d'une dépendance au porno.

Au-delà de ces défis évidents pour Grubbs «La dépendance au porno n’est qu’une honte religieuse»Affirme-t-il, son modèle s'effondre quand on considère que:

  1. La honte religieuse n'induit pas de changements cérébraux qui reflètent ceux trouvés chez les toxicomanes. Pourtant, il y en a 39 études neurologiques signaler les changements cérébraux liés à la dépendance chez les utilisateurs de porno compulsif / les toxicomanes sexuels.
  2. La prépondérance des études fait état de taux plus faibles de comportement sexuel compulsif et d’utilisation de la pornographie chez les personnes religieuses (étudier 1, étudier 2, étudier 3, étudier 4, étudier 5, étudier 6, étudier 7, étudier 8, étudier 9, étudier 10, étudier 11, étudier 12, étudier 13, étudier 14, étudier 15, étudier 16, étudier 17, étudier 18, étudier 19, étudier 20, étudier 21, étudier 22, étudier 23, étudier 24, étudier 25).
  3. Cela signifie que l'échantillon d'utilisateurs de porno religieux de Grubbs est inévitablement biaisé (voir ci-dessous). Cela signifie également que la «religiosité» pas prédire la dépendance au porno.
  4. Merci beaucoup athées et agnostiques développer une dépendance au porno. Deux études 2016 sur des hommes qui avaient utilisé du porno au cours de la dernière les derniers mois 6Ou en les derniers mois 3, a signalé des taux extraordinairement élevés d’utilisation compulsive de la pornographie (% 28 pour les deux études).
  5. La «dépendance perçue» ne pouvait évidemment pas induire une dysfonction érectile chronique, une faible libido et une anorgasmie chez les jeunes hommes en bonne santé. Encore de nombreuses études lier l'utilisation de la pornographie à des dysfonctionnements sexuels et une satisfaction sexuelle moindre, Les taux de DE ont explosé inexplicablement de 1000% chez les hommes de moins de 40 ans depuis que le porno «tube» est arrivé dans la vie des utilisateurs de porno.
  6. Cette Étude 2016 sur les toxicomanes pornos en quête de traitement a constaté que la religiosité ne pas corréler avec des symptômes négatifs ou des scores sur un questionnaire de dépendance au sexe.
  7. Cette Étude 2016 sur les hypersexuels à la recherche d'un traitement trouvé pas de relation entre l'engagement religieux et les niveaux auto-déclarés de comportement hypersexuel et leurs conséquences.

Dans les sections suivantes, nous aborderons les principales revendications de Grubbs, approfondirons ses données et sa méthodologie et suggérerons des explications alternatives à son affirmation selon laquelle la religiosité est liée à la dépendance au porno. Mais commençons par les 3 piliers sur lesquels Grubbs construit ses papiers assortis.

Pour que les affirmations de Grubbs soient valides, TOUS ces 3 doivent être vraies et étayées par des recherches réelles:

1) Les Grubbs Inventaire d'utilisation de la pornographie cybernétique (CPUI) doit évaluer la «dépendance au porno perçue» plutôt que présenter dépendance au porno.

  • Ce ne est pas. Le CPUI évalue présenter la dépendance au porno, comme Grubbs l’a lui-même déclaré dans son document original 2010 validant le CPUI (voir plus bas). En fait, le CPUI était seulement validé en tant que présenter test de dépendance au porno, et jamais en tant que test de «dépendance perçue». En l'absence de justification scientifique à l'appui, en 2013, Grubbs a rebaptisé sans raison son test de dépendance au porno un test de «dépendance au porno perçue».
  • Remarque: Dans les études de Grubbs, il utilise l'expression «dépendance perçue» ou «dépendance au porno perçue» pour désigner le score total à son test CPUI (un test de dépendance au porno réel). Ceci est perdu dans la traduction en raison de la répétition fréquente de «dépendance perçue», au lieu de l'étiquette précise et sans spin: «le score de Cyber ​​Pornography Use Inventory».

2) Grubbs doit avoir trouvé peu ou pas de corrélation entre les heures d'utilisation et les scores CPUI (porn addiction).

  • Pas encore. Par exemple, Grubbs et al. 2015 révèle une forte corrélation entre les heures d'utilisation et les scores CPUI. À partir de p. 6 de l'étude:

«En outre, l'utilisation quotidienne moyenne de pornographie en heures était significativement et positivement associée à la dépression, l'anxiété et la colère, ainsi qu'à dépendance perçue [score total CPUI]."

  • Grubbs's deuxième étude 2015 fait état d'une plus efficace corrélation entre les scores CPUI et «heures d'utilisation de la pornographie» qu'entre les scores CPUI et la religiosité.

Comment Grubbs pourrait-il prétendre à Psychology Today cette dépendance au porno "n'a rien à voir avec la quantité de porno qu'un homme voit,»Quand ses études révèlent que la quantité d'utilisation était« significativement et positivement »corrélée aux scores CPUI?

3) D’autres études doivent avoir signalé une corrélation linéaire entre la quantité de porno utilisée et les symptômes de la porno dépendance ou des scores sur les tests de dépendance au porno.

  • Ils n'ont pas. D'autres équipes de recherche ont constaté que la variable «heures d'utilisation» n'est pas linéairement corrélée avec la dépendance au cybersexe (ou la dépendance au jeu vidéo). Autrement dit, la dépendance est de toute façon prédite de manière plus fiable par d'autres variables que les «heures d'utilisation», de sorte que la matérialité des affirmations de Grubbs est discutable même si sa méthodologie était solide et ses affirmations exactes. (Pas le cas.) Les «heures d'utilisation» ne sont pas un indicateur fiable de la «dépendance au porno», donc ni les corrélations avec elle ni le manque de corrélations avec elle ne peuvent avoir la grande importance que Grubbs présume.

La plupart des titres et des revendications générés par Grubbs dépendent de la véracité des 3 points ci-dessus. Ils ne sont pas. Nous examinons maintenant ces 3 piliers et les détails entourant les études et les affirmations de Grubbs.


SECTION 1: Le mythe de la dépendance au porno «perçue»:

Inventaire des utilisations de la pornographie cybernétique (CPUI): C'est un vrai test de dépendance.

Important à noter:

  • Chaque fois que Grubbs utilise l'expression «dépendance perçue», il désigne vraiment le score total sur son CPUI.
  • Le CPUI est divisé en 3 sections, ce qui devient très important plus tard, car nous examinons comment les scores de chaque section sont corrélés avec d'autres variables telles que «heures d'utilisation» et «religiosité».
  • Chaque question est notée sur une échelle de Likert de 1 à 7, 1 étant "pas du tout, "Et 7 étant"extrêmement. »

COMPULSIVITÉ:

1. Je crois que je suis accro à la pornographie sur Internet.

2. Je me sens incapable de cesser d'utiliser la pornographie en ligne.

3. Même si je ne veux pas voir de la pornographie en ligne, je me sens attiré

EFFORTS D'ACCES:

4. Parfois, j'essaie d'organiser mon emploi du temps de manière à pouvoir être seul afin de pouvoir visualiser de la pornographie.

5. J'ai refusé de sortir avec des amis ou d'assister à certaines activités sociales pour avoir la possibilité de voir de la pornographie.

6. J'ai reporté d'importantes priorités pour voir la pornographie.

DÉTRESSE ÉMOTIONELLE:

7. Je me sens honteux après avoir visionné de la pornographie en ligne.

8. Je me sens déprimé après avoir visionné de la pornographie en ligne.

9. Je me sens malade après avoir visionné de la pornographie en ligne.

En réalité, le questionnaire de l'inventaire d'utilisation de la cyberpornographie (CPUI) de Grubbs est très similaire à de nombreux autres questionnaires sur la toxicomanie et le comportement. Comme d'autres tests de toxicomanie, le CPUI évalue les comportements et les symptômes communs à toutes les dépendances, tels que: l'incapacité à contrôler l'usage; compulsion à consommer, envie de consommer, effets psychologiques, sociaux et émotionnels négatifs; et la préoccupation d'utiliser. En fait, seule 1 des 9 questions CPUI ci-dessus fait même allusion à une «dépendance perçue».

Pourtant, on nous dit qu'une personne la totalité de votre cycle de coaching doit être payée avant votre dernière session. le score pour les 9 questions est synonyme de «dépendance perçue» plutôt que de dépendance elle-même. Très trompeur, très intelligent et sans aucune base scientifique. Fourrage d'agnotologie, quelqu'un? (Agnotologie C’est l’étude de l’ignorance ou du doute induit par la culture, en particulier la publication de données scientifiques inexactes ou trompeuses destinées à semer la confusion parmi le public quant à l’état de la recherche dans un domaine particulier. On attribue à Big Tobacco l’invention du domaine de l’agnotologie.)

Notez que des décennies de tests d'évaluation de la dépendance établis pour les dépendances tant chimiques que comportementales reposent sur des questions similaires à celles du CPUI. réelle, pas simplement perçu, dépendance. Questions CPUI 1-6 évalue les principaux comportements liés à la dépendance tels qu'ils sont décrits dans le 4 Cs, tandis que les questions 7 à 9 évaluent les états émotionnels négatifs après avoir utilisé du porno. Comparons le CPUI à un outil d'évaluation de la dépendance couramment utilisé connu sous le nom de "4 Cs.»Les questions CPUI qui sont en corrélation avec les quatre C sont également notées.

  • Compulsion à utiliser (2, 3)
  • Incapacité à Control usage (2, 3, peut être 4-6)
  • Cdélires à utiliser (3 surtout, mais 1-6 pourrait être interprété comme une envie de fumer)
  • Cusage continu malgré les conséquences négatives (4-6, être 7-9)

Les experts en toxicomanie se fient à des outils d'évaluation tels que les 4C comme indicateur de dépendance, car les neuroscientifiques ont mis en corrélation les symptômes de ces questions avec des changements cérébraux sous-jacents liés à la dépendance au cours de décennies d'études de recherche fondamentale. Voir le déclaration de politique publique de l'American Society of Addiction Medicine. En bref, le CPUI de Grubb est un véritable test de dépendance au porno; il n'a jamais été validé pour la «dépendance perçue».

L’étude initiale 2010 Grubbs a révélé que le CPUI avait été évalué présenter dépendance au porno

In Article initial de Grubbs en 2010 il a validé l’Inventaire de l’utilisation de la cyber-pornographie (CPUI) en tant que questionnaire présenter dépendance au porno. Les expressions «dépendance perçue» et «dépendance perçue au porno» n'apparaissent pas dans son article de 2010. Au contraire, Grubbs et al., 2010 indique clairement à plusieurs endroits que le CPUI évalue une véritable dépendance au porno:

Les modèles précédemment décrits proposés pour comprendre les addictions comportementales étaient les principales hypothèses théoriques utilisées pour dériver l'instrument de cette étude, le Cyber-Pornography Use Inventory (CPUI), calqué sur le test Internet Sex Screening Test développé par Delmonico (Delmonico & Griffin, 2008). . La conception de la CPUI était basée sur le principe que le comportement provoquant une dépendance est caractérisé par une incapacité à arrêter le comportement, des effets négatifs importants résultant du comportement et une obsession généralisée du comportement. (Delmonico et Miller, 2003).

La CPUI est en effet très prometteuse en tant qu’instrument d’évaluation de la dépendance à la pornographie sur Internet. Considérant que des instruments antérieurs, tels que l'ISST, n'évaluaient que la dépendance sexuelle à large spectre en ligne, cette échelle était prometteuse pour évaluer spécifiquement la dépendance à la pornographie sur Internet. En outre, les éléments de l’échelle Addictive Patterns précédemment expliquée semblent trouver un certain niveau de soutien théorique et validité de construction potentielle par rapport aux critères de diagnostic pour la dépendance à la substance et le jeu pathologique, un ICD.

Enfin, cinq des éléments de l’échelle Addictive Patterns de l’échelle originale de Compulsivité semblent s’appuyer directement sur la perception de l’individu. ou incapacité réelle à arrêter le comportement dans lequel ils se livrent. L’impossibilité d’arrêter un comportement problématique en toutes circonstances est non seulement un critère de diagnostic important pour le DS et le PG, mais on peut aussi le considérer comme l’un des éléments fondamentaux de la dépendance, comme le montrent le DD, et les DCI (Dixon et al., 2007; Potenza, 2006). Il semble que ce soit cette incapacité qui crée le désordre.

Dans un étude de 2013 Grubbs a réduit le nombre de questions CPUI de 32 (ou 39 ou 41) au 9 actuel et renommé sa réelle, validée test de dépendance au porno en tant que test de «dépendance au porno perçue» (voici un Version 41-question de la CPUI). Il l'a fait sans aucune explication ni justification et a continué à utiliser l'expression «dépendance perçue» 80 fois dans son article de 2013. Cela dit, Grubbs a fait allusion à la vraie nature du CPUI-9 dans cet extrait de l'article de 2013:

«Enfin, nous avons constaté que le CPUI-9 était fortement associé positivement aux tendances hypersexuelles générales, mesurées par le Échelle de compulsivité sexuelle de Kalichman. Cela montre le degré élevé d'interdépendance entre l'utilisation compulsive de la pornographie et l'hypersexualité en général. »

Soyons très clairs - le CPUI n'a jamais été validé comme test d'évaluation différenciant dépendance au porno réelle de "dépendance au porno perçue."Cela signifie que le public se fie uniquement à la parole de Grubbs selon laquelle son test révisé peut faire la différence entre" la dépendance au porno perçue "et la" dépendance réelle au porno "que le CPUI a été initialement validé pour évaluer. Dans quelle mesure est-il scientifique de renommer un test validé comme quelque chose de complètement différent sans valider l'utilisation radicalement modifiée du test?

Pourquoi Joshua Grubbs a-t-il renommé le CPUI comme un test de dépendance au porno «perçu»?

Bien que Grubbs lui-même n'ait pas prétendu que son test pouvait trier la dépendance réelle, son utilisation du terme trompeur («dépendance perçue») pour les scores de son instrument CPUI-9 a conduit d'autres personnes à supposer que son instrument a la propriété magique de pouvoir faire la distinction entre la dépendance «perçue» et «réelle». Cela a fait d'énormes dégâts dans le domaine de l'évaluation de la dépendance à la pornographie, car d'autres s'appuient sur ses papiers comme preuve de quelque chose qu'ils ne livrent pas et ne peuvent pas fournir. Il n'existe aucun test permettant de distinguer la dépendance «réelle» de la dépendance «perçue». Le simple fait de l'étiqueter comme tel ne peut pas le faire.

Comment est-ce arrivé? Il n'est pas rare que les rédacteurs en chef et les critiques de revues universitaires exigent des révisions substantielles avant d'accepter un article pour publication. Joshua Grubbs a déclaré dans un e-mail qu'un critique de sa deuxième étude sur le CPUI-9 l'avait amené, lui et ses co-auteurs de l'étude de 2013, à modifier la terminologie de «dépendance au porno» du CPUI-9 (parce que le critique se moquait de la «construction» de la dépendance au porno). C'est pourquoi Grubbs a changé sa description du test en "perçu questionnaire sur la dépendance à la pornographie ». Essentiellement, un réviseur / éditeur anonyme de ce journal unique a lancé le libellé trompeur et non pris en charge de "perçu dépendance à la pornographie. » Le CPUI n’a jamais été validé en tant que test d’évaluation différenciant dépendance au porno réelle de "dépendance au porno perçue.«Voici Grubbs tweetant à propos de ce processus, y compris les commentaires du critique:

Josh GrubbsLe @JoshuaGrubbsPhD

Sur mon premier article sur l'utilisation compulsive de la pornographie: «Cette construction [dépendance au porno] est aussi significative à mesurer que les expériences d'enlèvement extraterrestre: elle n'a pas de sens.»

Nicole R Prause, PhDLe @NicoleRPrause

Vous ou critique?

Josh GrubbsLe @JoshuaGrubbsPhD

Le critique m'a dit ça

Josh GrubbsLe @JoshuaGrubbsPhD  juillet 14

En fait, c’est ce qui a conduit à mon travail sur la toxicomanie, j’ai pensé aux commentaires tels que révisés.

Il n'y a pas de précédent historique pour un test d'évaluation de la «dépendance perçue»

Les deux études citées de manière constante par Grubbs (1, 2) pour impliquer que son concept de «dépendance perçue» est établi / légitime ont été appliqués à des fumeurs, et aucun des deux ne soutient le concept de «dépendance perçue» tel que Grubbs l'utilise. Premièrement, aucune des études ne le suggère, comme Grubbs le fait avec le porno, cette dépendance à la cigarette n'existe pas. Aucune de ces études ne prétend non plus avoir élaboré un questionnaire qui pourrait distinguer ou isoler la «dépendance perçue» de la dépendance réelle. Les deux études se sont plutôt concentrées sur l'évaluation comment le succès futur de l'abandon du tabac est-il lié aux déclarations personnelles antérieures de dépendance.

Il n'y a pas de questionnaire pour la «dépendance perçue» à quoi que ce soit - substance ou comportement - y compris l'usage de pornographie (quelles que soient les affirmations de Grubbs). Il y a une bonne raison pour laquelle "Google Scholar" ne renvoie aucun résultat pour les "dépendances perçues" suivantes:

D’autres chercheurs utilisent de manière prévisible le CPUI en tant que présenter test de dépendance au porno

Vérification de la réalité: d'autres chercheurs décrivent le CPUI comme un présenter questionnaire d'évaluation de la dépendance à la pornographie (car c'est ce qu'il a été validé) et utilisez-le comme tel dans leurs études publiées:

  1. Un examen de l'utilisation de la pornographie sur Internet par des étudiants de collèges chrétiens évangéliques (2011)
  2. Questionnaires et échelles d'évaluation des activités sexuelles en ligne: bilan des années de recherche 20 (2014)
  3. Cybersexe problématique: conceptualisation, évaluation et traitement (2015)
  4. Clarifier les liens entre le jeu en ligne, l'utilisation d'Internet, la motivation de boire et l'utilisation de la pornographie en ligne (2015)
  5. Cyberpornographie: emploi du temps, dépendance perçue, fonctionnement sexuel et satisfaction sexuelle (2016)
  6. Examen des corrélats de l'utilisation problématique de la pornographie sur Internet par des étudiants universitaires (2016)

La dernière étude ci-dessus utilisait une version plus longue de la Grubbs CPUI et un questionnaire sur la dépendance à la pornographie sur Internet dérivés des critères de dépendance au jeu sur Internet DSM-5. Les graphiques ci-dessous montrent les mêmes sujets» scores sur les deux questionnaires différents de dépendance au porno:

-

Pas de surprise: des résultats et une distribution très similaires pour le Grubbs CPUI et le questionnaire des chercheurs sur la dépendance au porno basé sur le DSM-5. Si le CPUI pouvait différencier la «dépendance perçue» de la «dépendance réelle», les graphiques et les distributions seraient très différents. Ils ne sont pas.

Suggestion: chaque fois que vous lisez un article de Grubbs ou un extrait sonore de Grubbs dans les médias, éliminez le mot «perçu» et voyez à quel point il se lit différemment - et comment il s'aligne avec d'autres recherches sur la dépendance au porno. Par exemple, deux phrases de l'introduction d'un article de Grubbs avec le mot «perçu» supprimé:

La dépendance à la pornographie sur Internet est associée à des niveaux inférieurs de bien-être. Des recherches récentes ont montré que la dépendance à la pornographie était liée à l'anxiété, à la dépression et au stress (Grubbs, Stauner, Exline, Pargament, & Lindberg, 2015; Grubbs, Volk et al., 2015).

Éliminez l'affirmation non étayée selon laquelle le CPUI évalue la «dépendance au porno perçue» et nous avons des résultats d'étude complètement différents et aucun titre trompeur. Encore une fois, de telles découvertes réelles de dépendance au porno étant associées à l'anxiété, à la dépression et au stress correspondent à des décennies de recherche sur la dépendance «réelle» et non «perçue». L'incapacité à contrôler l'utilisation est pénible.


SECTION 2: Corrélations revendiquées? "Heures d'utilisation" et "Religiosité"

Contrairement à l'affirmation de Grubbs, la quantité de porno visionnée est significativement liée aux scores de dépendance au porno (CPUI)

Alors que nous verrons que les «heures d'utilisation» ne sont jamais utilisées comme seul proxy pour la dépendance, les extraits sonores des médias affirment que Grubbs a trouvé aucune relation entre les «heures d'utilisation du porno» et les scores au test de dépendance au porno (CPUI). Ce n'est pas le cas. Commençons par Grubb's étude de 2013 qui a décrété (par décret) le CPUI-9 un test de «dépendance au porno perçue»:

«Les scores sur le CPUI-9 total, la sous-échelle de la compulsivité et la sous-échelle des efforts d'accès étaient tous associés à une utilisation accrue de la pornographie en ligne, ce qui indique que dépendance perçue [score total en CPUI] est liée à une plus grande fréquence d'utilisation. »

Rappelez-vous que «dépendance perçue» est un raccourci pour le score total CPUI. Comme décrit précédemment, cette étude 2015 Grubbs a rapporté une assez forte corrélation entre les heures d'utilisation et les scores CPUI. À partir de p. 6 de l'étude:

"Aditionellement, la consommation quotidienne moyenne de pornographie en heures était associée de manière significative et positive avec dépression, anxiété et colère, ainsi qu’avec dépendance perçue [score total CPUI] « .

En d'autres termes, contrairement aux gros titres et aux affirmations de Grubbs dans la presse, les scores totaux de CPUI-9 des sujets étaient de façon significative associé à des heures d'utilisation de la pornographie. Mais comment «l'utilisation quotidienne moyenne de la pornographie en heures» se compare-t-elle à la religiosité? Lequel est le plus corrélé avec le score total CPUI?

Nous utiliserons les données d'un article Grubbs 2015 ("La transgression en tant que dépendance: la religiosité et la désapprobation morale en tant que prédicteurs de la dépendance perçue à la pornographie"), Car il contient 3 études distinctes et son titre provocateur suggère que la religiosité entraîne une dépendance au porno. Le tableau 2 ci-dessous contient des données provenant d'études distinctes de 2.. Ces données révèlent des corrélations entre quelques variables (heures d'utilisation de pornographie; religiosité) et les scores CPUI (toute la CPUI-9 et les sous-sections 3 CPUI).

Conseils pour comprendre les chiffres du tableau: zéro signifie qu’il n’ya pas de corrélation entre deux variables; 1.00 signifie une corrélation complète entre deux variables. Plus le nombre est grand, plus la corrélation entre les variables 2 est forte. Si un numéro a un moins signe, cela signifie qu'il y a une corrélation négative entre deux choses. (Par exemple, il existe une corrélation négative entre l'exercice et les maladies cardiaques. Ainsi, dans un langage normal, l'exercice réduit les risques de maladie cardiaque. En revanche, l'obésité a un corrélation positive avec une maladie cardiaque.)

Les corrélations entre la totalité de votre cycle de coaching doit être payée avant votre dernière session. Scores CPUI-9 (n ° 1) et «Utilisation en heures» (n ° 5) et «Indice de religion" (# 6) pour deux des études de Grubbs:

Les corrélations entre les scores CPUI totaux et la religiosité:

  • Etudier 1: 0.25
  • Etudier 2: 0.35
    • Moyenne: 0.30

Les corrélations entre les scores CPUI totaux et les «heures d'utilisation du porno»:

  • Etudier 1: 0.30
  • Etudier 2: 0.32
    • Moyenne 0.31

De manière choquante, les scores de CPUI-9 ont un légèrement plus fort rapport aux «heures d'utilisation du porno» qu'à la religiosité! En termes simples, «des heures d'utilisation du porno» prédit une dépendance au porno mieux que fait la religiosité. Pourtant, l'abstrait de l'étude nous assure que la religiosité est «solidement lié à la dépendance perçue»(Scores CPUI). Si tel est le cas, alors les «heures d'utilisation de la pornographie» sont évidemment également «étroitement liées» aux scores sur le CPUI. Il est curieux de voir comment la relation entre la religiosité et la dépendance au porno est soulignée, alors que le double langage néglige ou cache les heures d'utilisation.

Il n'y a pas d'autre moyen de le dire - les données de Grubbs contredisent carrément ses affirmations dans les médias et dans les résumés de ses études. Pour vous rafraîchir la mémoire, les affirmations de Grubbs dans ce Psychology Today article de fond:

Être étiqueté «accro au porno» par un partenaire ou même par soi-même, a rien à voir avec la quantité de porno vues d'un homme, déclare Joshua Grubbs, professeur adjoint de psychologie à la Bowling Green University. Au lieu, elle a peut faire avec religiosité…

En réalité, l'inverse est vrai: la dépendance à la pornographie est davantage liée aux heures d'utilisation qu'à la religiosité. La prochaine section révélera que présenter La «dépendance au porno», mesurée par les questions CPUI 1 à 6, est loin PLUS liées aux «heures d’utilisation de la pornographie» plutôt qu’à la religiosité.

Les études de Grubbs révèlent que présenter la dépendance à la pornographie est beaucoup plus liée aux «heures d'utilisation de la pornographie» qu'à la religiosité

Grubbs a constaté que la dépendance à la pornographie (score total CPUI-9) est plus fortement corrélée aux «heures actuelles d'utilisation de la pornographie» qu'à la religiosité. Mais vous pensez peut-être: "Grubbs avait raison à propos d'une affirmation: la dépendance au porno (scores CPUI) is liés à la religiosité. » Pas vraiment. Dans la section suivante, nous verrons pourquoi cette affirmation n'est pas ce qu'elle semble.

Si l'on s'en tient aux chiffres de Grubbs pour l'instant, il existe une relation entre présenter dépendance au porno et religiosité. Cependant, il est beaucoup plus faible que celui indiqué dans la section précédente. Tout aussi important, la corrélation entre présenter la dépendance au porno et les «heures d'utilisation du porno» sont bien plus fortes que celles indiquées dans la section précédente.

En y regardant de plus près, les questions 1 à 6 du CPUI-9 évaluent les signes et symptômes communs à toutes les dépendances, tandis que les questions 7 à 9 (Détresse émotionnelle) évaluent la culpabilité, la honte et les remords. Par conséquent, "présenter addiction »correspond étroitement aux questions 1 à 6 (Compulsivité et efforts d'accès).

Compulsivité:

  1. Je crois que je suis accro à la pornographie sur Internet.
  2. Je me sens incapable de cesser d'utiliser la pornographie en ligne.
  3. Même si je ne veux pas voir de la pornographie en ligne, je me sens attiré

Efforts d'accès:

  1. Parfois, j'essaie d'organiser mon emploi du temps de manière à pouvoir être seul afin de pouvoir visualiser de la pornographie.
  2. J'ai refusé de sortir avec des amis ou d'assister à certaines activités sociales pour avoir la possibilité de voir de la pornographie.
  3. J'ai reporté d'importantes priorités pour voir la pornographie.

Détresse émotionelle:

  1. Je me sens honteux après avoir visionné de la pornographie en ligne.
  2. Je me sens déprimé après avoir visionné de la pornographie en ligne.
  3. Je me sens malade après avoir visionné de la pornographie en ligne.

Tout d'abord, examinons les corrélations entre chacune des 3 sous-sections CPUI et la religion. Dans le tableau suivant, les trois sous-sections CPUI sont numérotées 2, 3 et 4, et le Indice de religiosité est le numéro 6.

La corrélation entre la religiosité et la compulsivité perçue (questions 1-3)

  • Etudier 1: 0.25
  • Etudier 2: 0.14
    • Moyenne: 0.195

La corrélation entre la religion et les efforts d'accès (questions 4-6)

  • Etudier 1: 0.03
  • Etudier 2: 0.11
    • Moyenne: 0.07

La corrélation entre la religiosité et la détresse émotionnelle (questions 7-9)

  • Etudier 1: 0.32
  • Etudier 2: 0.45
    • Moyenne: 0.385

La principale conclusion est que la religiosité est fortement liée (.39) à uniquement. la section de détresse émotionnelle de la CPUI-9: questions 7-9, qui demande aux internautes ce qu’ils ressentent après avoir regardé du porno (honteux, déprimé ou malade). La religion est beaucoup moins liée aux deux sous-sections (questions 1-6) qui évaluent le plus précisément présenter dépendance au porno: compulsivité (.195) et efforts d'accès (.07). Simplifié: les questions de honte et de culpabilité (7-9) faussent puissamment le score total de l'UCI pour les personnes religieuses. Supprimez les questions de honte sur 3 et la corrélation entre la religiosité et le CPUI tombe à un simple 0.13.

En examinant les questions CPUI relatives à la dépendance réelle, il est évident que les 3 questions 4 à 6 «Efforts d'accès» évaluent les principaux critères de dépendance pour tous dépendance: «l'incapacité de s'arrêter malgré de graves conséquences négatives.» L'usage compulsif est une caractéristique de la dépendance.

En revanche, la question #1 dans la section Compulsivity s’appuie sur subjectif interprétation («Est-ce que je ressentir intoxiqué?").

Revenons maintenant aux questions 4-6 sur les efforts d'accès, qui évaluent des comportements spécifiques, et non des croyances ou des sentiments. Le point clé à retenir: il existe une corrélation extrêmement faible entre la religion et les questions des 3 efforts d'accès (seulement 0.07). En résumé, la religiosité a très peu de relations avec présenter dépendance au porno. (En fait, il y a de bonnes raisons de suggérer qu'il existe pratiquement aucune relation que nous verrons dans la section suivante.)

Ensuite, examinons les corrélations entre chacune des 3 sous-sections CPUI et les «heures d'utilisation du porno». Dans le tableau suivant, les trois sous-sections CPUI sont numérotées 2, 3 et 4, et "[Porn] Utilisation en heures" est le numéro 5.

La corrélation entre "[Porno] Utilisation en heures”Et Compulsivité perçue (questions 1 à 3)

  • Etudier 1: 0.25
  • Etudier 2: 0.32
    • Moyenne: 0.29

La corrélation entre "[Porno] Utilisation en heures»Et efforts d'accès (questions 4 à 6)

  • Etudier 1: 0.39
  • Etudier 2: 0.49
    • Moyenne: 0.44

La corrélation entre "[Porno] Utilisation en heures»Et la détresse émotionnelle (questions 7 à 9)

  • Etudier 1: 0.17
  • Etudier 2: 0.04
    • Moyenne: 0.10

C'est exactement le contraire de ce que nous avons vu avec la religiosité. "[Porno] Utilisation en heures"Corrèle très fortement avec les questions CPUI (1-6), qui, encore une fois, évaluent le plus précisément présenter dépendance au porno (0.365). Plus important, "[Porno] Utilisation en heures"Corréler même PLUS fortement avec les questions de dépendance de base de CPUI 4-6 (0.44). Cela signifie que présenter La dépendance à la pornographie (évaluée par les comportements) est étroitement liée à la quantité de pornographie vue par une personne.

D'autre part, "[Porno] Utilisation en heures»Est faiblement lié (0.10) aux questions «Détresse émotionnelle» (7-9). Ces 3 questions demandent aux utilisateurs de porno comment ils ressentir après avoir visionné du porno (honteux, déprimé ou malade). En résumé, présenter La dépendance au porno (1-6) est fortement liée à la quantité de porno visionné, mais pas la honte ni la culpabilité (7-9). En d'autres termes, la dépendance au porno a beaucoup à voir avec combien de porno est visionné, et très peu avec la honte (religieuse ou autre).

Résumé des découvertes réelles de Grubbs

  1. Total Les scores CPUI-9 étaient mieux corrélés avec "[Porno] Utilisation en heures»Qu'avec la religiosité. Cette découverte contredit directement les affirmations médiatiques de Joshua Grubbs.
  2. La suppression des 3 questions «Détresse émotionnelle» conduit à une relation encore plus forte entre «[Porno] Utilisation en heures" et présenter dépendance au porno comme évalué par les questions 1-6.
  3. La suppression des 3 questions «Détresse émotionnelle» (qui évaluent la honte et la culpabilité) conduit à une relation beaucoup plus faible entre la religiosité et présenter dépendance au porno comme évalué par les questions 1-6.
  4. Il existe une relation très forte entre les «heures d'utilisation de la pornographie» et le comportements de dépendance de base tel qu'évalué par les questions 4-6 «Efforts d'accès». En termes simples: la dépendance au porno est très fortement liée à la quantité de porno visionnée.
  5. La relation entre la «religiosité» et les principaux comportements de dépendance (questions 4 à 6 sur les efforts d'accès) est pratiquement inexistante (0.07). En termes simples: comportements liés à la dépendance, plutôt que la religiosité, prédire la dépendance au porno. La religiosité n'a presque rien à voir avec la dépendance au porno.  

Voici à quoi aurait pu ressembler une conclusion plus précise de l'étude de Grubbs:

La dépendance réelle à la pornographie est étroitement liée aux heures d'utilisation de la pornographie et très faiblement liée à la religiosité. Les heures d'utilisation de la pornographie sont un bien meilleur prédicteur de la dépendance réelle à la pornographie que la religiosité. On ne sait pas pourquoi la religiosité a une relation avec la dépendance au porno. Cela pourrait être le résultat d'un échantillon biaisé. Par rapport aux personnes non religieuses, un pourcentage beaucoup plus faible de personnes religieuses regardent régulièrement de la pornographie. Peut-être que cet échantillon biaisé d '«utilisateurs de pornographie religieuse» contient un pourcentage beaucoup plus élevé d'individus avec des conditions préexistantes (TOC, TDAH, dépression, trouble bipolaire, etc.) ou des influences familiales / génétiques communément associées à la dépendance.

Enfin, un étude récente (par une équipe non Grubbs) a examiné les relations entre l'utilisation de la pornographie et la satisfaction / fonctionnement sexuel à l'aide du CPUI-9. L’étude a révélé que la quantité de porno utilisée était étroitement liée aux questions 1-6 (0.50), mais pas du tout liées aux questions 7-9 (0.03). Cela signifie que la quantité de porno utilisée est un facteur très important dans le développement d'une dépendance au porno. D’un autre côté, la honte et la culpabilité n’étaient pas associées à l’utilisation de la pornographie et n’avaient rien à voir avec la dépendance à la pornographie.

Des études reconnaissent cette utilisation du porno n'est pas linéairement lié à la dépendance au porno

Comme expliqué ci-dessus, la quantité de pornographie utilisée est beaucoup plus liée à la dépendance réelle au porno qu'à la religiosité. Cela dit, nous devons répondre à l'insinuation de Grubbs selon laquelle des heures d'utilisation de la pornographie sont synonymes de «vraie dépendance au porno». C'est-à-dire que l'étendue d'une «véritable dépendance au porno» est mieux indiquée simplement par «les heures actuelles de visionnage de pornographie sur Internet», plutôt que par des tests de dépendance au porno standard ou par des symptômes induits par le porno.

Le trou dans les fondements de ces auteurs, dans lesquels vous pourriez conduire un camion, est cette recherche sur la pornographie sur Internet et les dépendances à Internet (1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9) a signalé que les sous-types de dépendance à Internet ne sont pas corrélés linéairement avec les heures d'utilisation. En fait, la variable «heures d'utilisation» est une mesure peu fiable de la dépendance. Des outils d'évaluation de la dépendance établis évaluent la dépendance à l'aide de plusieurs autres facteurs plus fiables (tels que ceux énumérés dans les deux premières sections du CPUI). Les études suivantes sur la dépendance au cybersexe, que Grubbs a omises, rapportent peu de relation entre les heures et les signes de dépendance:

1) Regarder des images pornographiques sur Internet: rôle des évaluations de l'excitation sexuelle et des symptômes psycho-psychiatriques dans l'utilisation abusive de sites sexuels sur Internet (2011)

«Les résultats indiquent que les problèmes autodéclarés dans la vie quotidienne liés aux activités sexuelles en ligne étaient prédits par les évaluations subjectives de l'excitation sexuelle du matériel pornographique, la gravité globale des symptômes psychologiques et le nombre d'applications sexuelles utilisées lors de la fréquentation de sites sexuels sur Internet dans la vie quotidienne. , alors que le temps passé sur les sites de sexe sur Internet (minutes par jour) n'a pas contribué de manière significative à l'explication de la variance dans le score de sexe du test de dépendance à Internet (IATsex). Nous voyons des parallèles entre les mécanismes cognitifs et cérébraux contribuant potentiellement au maintien d'un cybersexe excessif et ceux décrits pour les personnes dépendantes aux substances.

2) Excitabilité sexuelle et adaptation dysfonctionnelle déterminent la dépendance au cybersexe chez les hommes homosexuels (2015)

«Des découvertes récentes ont démontré une association entre la gravité de la CyberSex Addiction (CA) et les indicateurs d'excitabilité sexuelle, et que l'adaptation par des comportements sexuels médiatise la relation entre l'excitabilité sexuelle et les symptômes de l'AC. Les résultats ont montré de fortes corrélations entre les symptômes de l'AC et les indicateurs de l'excitation sexuelle et de l'excitabilité sexuelle, l'adaptation aux comportements sexuels et les symptômes psychologiques. CyberSex Addiction n'a pas été associé à des comportements sexuels hors ligne ni au temps d'utilisation hebdomadaire du cybersexe.. »

3) What Matters: Quantité ou qualité de l'utilisation de la pornographie? Facteurs psychologiques et comportementaux du recours à un traitement pour usage problématique de la pornographie (2016)

Selon nos connaissances, cette étude est le premier examen direct d’associations entre la fréquence de consommation de pornographie et le comportement réel du traitement en cas de recherche de traitement de pornographie problématique (mesuré en consultant un psychologue, un psychiatre ou un sexologue à cette fin). Nos résultats indiquent que les futures études et le traitement, dans ce domaine devrait être davantage axé sur l'impact de l'utilisation de pornographie sur la vie d'un individu (qualité) que sur sa simple fréquence (quantité), car les symptômes négatifs associés à l'utilisation de pornographie (plutôt que la fréquence d'utilisation de pornographie) sont le facteur prédictif le plus significatif du traitement. comportement de recherche.

La relation entre PU et les symptômes négatifs était significative et induite par une religiosité subjective autodéclarée (médiation faible et partielle) chez les demandeurs non traités. Chez les demandeurs de traitement, la religiosité n'est pas liée aux symptômes négatifs.

4) Examen des corrélats de l'utilisation problématique de la pornographie sur Internet par des étudiants universitaires (2016)

Des scores plus élevés sur les mesures de dépendance de l'utilisation du porno sur Internet étaient corrélés à l'utilisation quotidienne ou plus fréquente du porno sur Internet. cependant, les résultats indiquent qu'il n'y avait pas de lien direct entre la quantité et la fréquence de l'utilisation de pornographie par un individu et qu'il luttait contre l'anxiété, la dépression et la satisfaction de la vie et des relations. Les corrélations significatives entre les scores élevés de dépendance à la pornographie sur Internet incluent une première exposition précoce à la pornographie sur Internet, une dépendance aux jeux vidéo et le fait d'être un homme. Certains effets positifs de l'utilisation de la pornographie sur Internet ont été documentés dans la littérature précédente, mais nos résultats n'indiquent pas que le fonctionnement psychosocial s'améliore avec une utilisation modérée ou occasionnelle de la pornographie sur Internet.

5) Regarder de la pornographie sur Internet: pour qui est-ce problématique, comment et pourquoi? (2009)

Cette étude a examiné la prévalence de l'écoute de la pornographie sur Internet problématique, ainsi que les processus psychologiques sous-jacents au problème dans un échantillon d'hommes de sexe masculin de l'université 84 utilisant un sondage en ligne anonyme. Il a été constaté qu'environ 20% –60% des personnes interrogées qui regardent de la pornographie la trouvent problématique en fonction du domaine d'intérêt. Dans cette étude, le nombre de visionnements n’indiquait pas le niveau de problèmes rencontrés.

Ainsi, dès le départ, cette étude et ses assertions s'effondrent parce que ses conclusions reposent sur l'équivalence des heures d'utilisation actuelles avec le niveau de dépendance / de problèmes / de détresse signalé par les sujets en tant que mesure valide de la dépendance.

Pourquoi les spécialistes de la toxicomanie ne comptent-ils pas uniquement sur les heures d'utilisation?

Imaginez essayer d'évaluer la présence d'une dépendance en demandant simplement: «Combien d'heures passez-vous actuellement à manger (dépendance alimentaire)?» ou "Combien d'heures passez-vous à jouer (ajout de jeux de hasard)?" ou "Combien d'heures passez-vous à boire (alcoolisme)?" Pour démontrer à quel point les «heures de consommation» seraient problématiques en tant qu'indicateur de dépendance, considérez l'alcool comme un exemple:

  1. Un Italien de 12 ans d'âge 45 a l'habitude de boire des verres de vin 2 tous les soirs au dîner. Son repas est avec sa famille élargie et cela prend des heures 3 (beaucoup de yakking). Il boit donc pendant des heures 3 par nuit, une heure 21 par semaine.
  2. Un ouvrier d'usine de 25 ans ne boit que le week-end, mais boit de façon excessive le vendredi et le samedi soir au point de s'évanouir ou de tomber malade. Il regrette ses actions et veut arrêter, mais ne peut pas, conduit ivre, se bat, est sexuellement agressif, etc. Il passe ensuite tout le dimanche à récupérer et se sent comme de la merde jusqu'à mercredi. Cependant, il ne passait que 8 heures par semaine à boire.

Quel buveur a un problème? Dans quelle mesure l'application des «heures d'utilisation» à la dépendance au jeu est-elle utile? Prenez ces deux joueurs;

  1. Un enseignant d'école primaire à la retraite qui vit à Las Vegas. Elle et trois de ses amis passent régulièrement des après-midi de semaine sur le strip à jouer aux machines à sous nickel et au vidéo poker dans divers casinos non-fumeurs. Ensuite, ils dînent généralement au buffet CircusCircus à 9.99 $. Les pertes totales peuvent atteindre 5.00 $, mais elles atteignent souvent le seuil de rentabilité. Temps total par semaine - 25 heures.
  2. Un électricien de 43 ans avec 3 adolescents, qui vit maintenant seul dans un motel miteux. Les paris sur les poneys ont conduit au divorce, à la perte d'emplois, à la faillite, à l'incapacité de payer une pension alimentaire pour enfants et à la perte des droits de visite. Alors qu'il ne visite la piste que 3 fois par semaine, environ 2 heures à chaque fois, son jeu compulsif a ruiné sa vie. Il ne peut pas s'arrêter et envisage de se suicider. Temps total de jeu par semaine - 6 heures.

Mais vous vous demandez sûrement que la quantité de drogue utilisée doit correspondre au niveau de dépendance. Pas nécessairement. Par exemple, des millions d'Américains souffrant de douleur chronique utilisent régulièrement des opioïdes d'ordonnance (Vicodin, Oxycontin). Leurs cerveaux et leurs tissus en sont devenus physiquement dépendants et une cessation immédiate de leur utilisation pourrait provoquer de graves symptômes de sevrage. Cependant, très peu de patients souffrant de douleur chronique sont dépendants. La toxicomanie implique de multiples changements cérébraux bien identifiés qui conduisent aux signes et aux symptômes reconnus par les experts comme une dépendance. (Si la distinction n'est pas claire, je recommande cette explication simple de NIDA.) La grande majorité des patients souffrant de douleur chronique se débarrasseraient volontiers de leurs stupéfiants en échange d'une vie sans douleur débilitante. C'est très différent des vrais toxicomanes aux opioïdes qui risquent souvent tout pour continuer à se droguer.

Ni «les heures d'utilisation actuelles» ni «la quantité utilisée» ne peuvent à elles seules nous dire qui est dépendant et qui ne l'est pas. Il y a une raison pour laquelle «l'utilisation continue malgré de graves conséquences négatives» aide les experts à définir la dépendance, et «les heures d'utilisation actuelles» ne le font pas. Rappelez-vous, les 3 questions CPUI «Efforts d'accès» évaluaient «l'incapacité de s'arrêter malgré de graves conséquences négatives». Dans les données de Grubbs, ces questions étaient les prédicteurs les plus puissants de présenter dépendance au porno.

Bottom line: Les allégations de Grubbs dépendent du fait que les «heures d'utilisation actuelles» sont le seul critère valable pour une véritable dépendance. Ils ne sont pas. Même si les heures d'utilisation étaient une approximation de la dépendance, les études complètes de Grubbs révèlent que «les heures actuelles d'utilisation de la pornographie» sont fortement liées aux scores totaux de CPUI-9 (c'est-à-dire, la dépendance «perçue»). Plus important encore, les «heures d'utilisation du porno» sont beaucoup plus liées à la dépendance réelle au porno (questions CPUI 1-6) qu'à la religiosité. Les conclusions de Grubbs sont donc à la fois fausses et non fondées sur la science de la toxicomanie existante.

"Heures actuelles d'utilisation de la pornographie" omet de nombreuses variables

Un problème méthodologique secondaire est que Grubbs a évalué l'utilisation de la pornographie en interrogeant les sujets sur leurs «heures actuelles d'utilisation de la pornographie». Cette question est extrêmement vague. Sur quelle période? Un sujet peut penser: «Combien ai-je utilisé hier?» un autre "au cours de la semaine dernière?" ou "en moyenne depuis que j'ai décidé d'arrêter le visionnage en raison d'effets indésirables?" Le résultat est des données qui ne sont pas comparables et qui ne peuvent pas être analysées dans le but de tirer des conclusions fiables, sans parler des vastes conclusions non étayées que Grubbs tire.

Plus important encore, la question de «l'utilisation actuelle de la pornographie», sur laquelle reposent les conclusions de l'étude, ne pose pas de question sur les variables clés de l'utilisation de la pornographie: l'âge de l'utilisation a commencé, les années d'utilisation, si l'utilisateur est passé à de nouveaux genres de porno ou a développé des fétiches pornographiques inattendus , le rapport entre l'éjaculation avec du porno et l'éjaculation sans elle, la quantité de sexe avec un vrai partenaire, etc. Ces questions nous éclaireraient probablement davantage sur les personnes qui ont vraiment un problème avec l'utilisation de la pornographie que simplement «les heures d'utilisation actuelles».


SECTION 3: La religiosité est-elle liée à la dépendance réelle au porno?

Introduction: Des preuves anecdotiques de sexothérapeutes suggèrent que certains clients ressentir accro au porno, mais ne le voyez qu'occasionnellement. Il est possible que certains de ces clients soient religieux et éprouvent de la culpabilité et de la honte lors de leur utilisation occasionnelle de pornographie. Ces personnes souffrent-elles uniquement d'une «dépendance perçue» et non d'une véritable dépendance au porno? Peut-être. Cela dit, ces personnes veulent arrêter mais continuent à utiliser la pornographie. Que ces «utilisateurs occasionnels de porno» soient ou non vraiment dépendants ou se sentent simplement coupables et honteux, une chose est sûre: le processeur Grubbs CPUI ne peut pas distinguer la «dépendance perçue» de la dépendance réelle chez ces personnes ou chez quiconque.

Un tiers des questions de la CPUI évaluent les remords et la honte, ce qui se traduit par des scores plus élevés pour les personnes religieuses

Parce que les 3 dernières des 9 questions CPUI évaluent la culpabilité, la honte et les remords, les scores CPUI des utilisateurs de pornographie religieuse ont tendance à être biaisés à la hausse. Par exemple, si un athée et un chrétien pieux ont des scores identiques aux questions CPUI 1-6, il est presque certain que le chrétien se retrouvera avec des scores CPUI-9 beaucoup plus élevés, après l'ajout des questions 7-9.

  1. Je me sens honteux après avoir visionné de la pornographie en ligne.
  2. Je me sens déprimé après avoir visionné de la pornographie en ligne.
  3. Je me sens malade après avoir visionné de la pornographie en ligne.

Les conclusions réelles de Grubbs sont que porno religieux utilisateurs peuvent se sentir plus coupables de l’utilisation du porno (questions 7-9), mais ne sont pas plus dépendants (questions 4-6).

En fin de compte, tout ce que nous pouvons tirer des études de Grubbs, c'est que certains utilisateurs de porno religieux éprouvent des regrets et de la honte. Pas de surprise là-bas. Étant donné qu'un pourcentage beaucoup plus faible de personnes religieuses utilisent la pornographie, les découvertes de Grubb ne nous disent rien sur les personnes religieuses dans leur ensemble. Le point clé: Grubbs utilise un échantillon biaisé de sujets religieux - le porno utilisant la minorité - pour affirmer que la dépendance au porno est liée à la religiosité.

Il est important de noter que les questionnaires d'évaluation pour d'autres types de dépendance comportent rarement des questions sur la culpabilité et la honte. Certainement, aucun faire un tiers de leurs questionnaires sur la culpabilité et la honte. Par exemple, les critères DSM-5 de Trouble lié à l'alcool contient des questions 11. Pourtant, aucune des questions n'évalue le remords ou la culpabilité après une consommation excessive d'alcool. Le questionnaire DSM-5 Gambling Addiction ne contient pas non plus une seule question sur le remords, la culpabilité ou la honte. Au contraire, ces deux questionnaires de dépendance au DSM-5 mettent l'accent sur le dysfonctionnement comportements, similaire aux questions 4-6 de la CPUI-9:

  1. Parfois, j'essaie d'organiser mon emploi du temps de manière à pouvoir être seul afin de pouvoir visualiser de la pornographie.
  2. J'ai refusé de sortir avec des amis ou d'assister à certaines activités sociales pour avoir la possibilité de voir de la pornographie.
  3. J'ai reporté d'importantes priorités pour voir la pornographie.

N'oubliez pas que les questions CPUI 4-6 sont beaucoup plus liées aux «heures d'utilisation du porno» actuelles qu'à tout autre facteur (0.44). Ce qui signifie que les «heures d’utilisation» sont de loin le meilleur prédicteur de présenter dépendance au porno dans les données de Grubbs. En revanche, les questions 4-6 n'avaient que très peu de rapport avec la «religiosité» (0.07). Cela signifie que la religiosité n'est pas vraiment liée à la dépendance au porno. La très petite relation entre la religiosité et la dépendance réelle au porno est probablement mieux expliquée par l'échantillon biaisé de Grubb et d'autres facteurs discutés ci-dessous.

La religiosité ne prédit PAS la dépendance au porno. Pas même un tout petit peu.

Dans la section 2, nous avons souligné que les «heures d'utilisation de la pornographie» étaient plus liées aux scores totaux de CPUI-9 qu'à la religiosité. Ou comme un chercheur pourrait dire: «Heures d'utilisation de la pornographie» prédit la dépendance au porno légèrement mieux que la religiosité. Nous avons également souligné que la corrélation entre présenter dépendance au porno (questions CPUI 4-6) et Religiosity 0 en moyenne.07, alors que la corrélation entre la dépendance réelle au porno (questions CPUI 4-6) et les «heures d'utilisation du porno» était 0.44. Pour le dire autrement: «Heures d'utilisation du porno» prédit la dépendance au porno 600 +% plus fortement que la religiosité.

Cela dit, Grubbs fait encore état d’une relation positive faible entre la religiosité et les principales questions relatives à la toxicomanie 4-6 (0.07). Grubbs a donc raison de dire que la religiosité prédit la dépendance au porno? Non, la religiosité ne prédit pas la dépendance au porno. Plutôt l'inverse. Les personnes religieuses sont beaucoup moins susceptibles d’utiliser du porno et donc moins susceptibles de devenir toxicomanes.

Les études de Grubbs n'a pas utilisé un échantillon représentatif d'individus religieux. Au lieu de cela, seuls les utilisateurs de porno actuels (religieux ou non religieux) ont été interrogés. La prépondérance des études fait état de taux d'utilisation de la pornographie chez les individus religieux nettement inférieurs à ceux des individus non religieux (étudier 1, étudier 2, étudier 3, étudier 4, étudier 5, étudier 6, étudier 7, étudier 8, étudier 9, étudier 10, étudier 11, étudier 12, étudier 13, étudier 14, étudier 15, étudier 16, étudier 17, étudier 18, étudier 19, étudier 20, étudier 21, étudier 22, étudier 24)

L'échantillon d'utilisateurs de pornographie religieux de Grubbs est donc biaisé vers le petit pourcentage d'hommes religieux utilisant du porno. Mettre tout simplement, la religiosité est protectrice contre la dépendance au porno.

À titre d’exemple, cette étude 2011 (Inventaire des usages de la pornographie cybernétique: comparaison d'un échantillon religieux et profane) a signalé le pourcentage d'hommes de collège, religieux et laïcs, qui utilisaient de la pornographie au moins une fois par semaine:

  • Séculaire: 54%
  • Religieux: 19%

Une autre étude sur des hommes religieux d'âge universitaire (Je crois que c'est faux, mais je le fais toujours - Une comparaison des jeunes hommes religieux qui utilisent par rapport à ceux qui n'utilisent pas de pornographie, 2010) a dévoilé que:

  • 65% des jeunes hommes religieux ont déclaré n'avoir vu aucune pornographie au cours des derniers mois 12
  • 8.6% ont déclaré visionner deux ou trois jours par mois
  • 8.6% a déclaré visionner des vidéos tous les jours ou tous les deux jours

En revanche, des études transversales portant sur des hommes d’âge universitaire signalent des taux relativement élevés de visionnage de pornographie (États-Unis - 2008: 87%, Chine - 2012: 86%, Pays-Bas - 2013 (16 ans) - 73%). En bref, étant donné qu'une grande majorité des hommes religieux d'âge universitaire regardent rarement le porno, l'échantillon ciblé par Grubbs des «utilisateurs de porno religieux» est assez biaisé, tandis que son échantillon d '«utilisateurs de pornographie laïque» est assez représentatif.

Nous passons maintenant à quelques raisons pour lesquelles les utilisateurs de porno religieux pourraient avoir un score plus élevé sur les questionnaires de dépendance au porno.

#1) Religieux utilisateurs de porno sont susceptibles d'avoir des taux plus élevés de conditions préexistantes

Étant donné qu’une grande majorité des hommes d’âge universitaire, les hommes religieux voient rarement la pornographie, les Grubbs et les Leonhardt et al. les échantillons ciblés d '«utilisateurs religieux de pornographie» représentaient une petite minorité de la population religieuse. En revanche, les échantillons d '«utilisateurs de pornographie laïque» ont tendance à représenter la majorité de la population non religieuse.

La plupart des jeunes utilisateurs de porno religieux disent préférer ne pas regarder de porno (100% in cette étude). Alors, pourquoi ces utilisateurs particuliers regardent-ils? Il est extrêmement probable que l'échantillon non représentatif des «utilisateurs de pornographie religieuse» contienne un pourcentage beaucoup plus élevé de la tranche de la population entière qui lutte avec les conditions préexistantes ou les comorbidités. Ces conditions sont souvent présentes chez les toxicomanes (c.-à-d. TOC, dépression, anxiété, trouble d'anxiété sociale, TDAH, antécédents familiaux de toxicomanie, traumatisme ou abus sexuels dans l'enfance, autres dépendances, etc.).

Ce seul facteur pourrait expliquer pourquoi les utilisateurs de porno religieux, en tant que groupe, obtiennent un score légèrement supérieur sur le questionnaire de dépendance au porno de Grubbs. Cette hypothèse est étayée par des études sur recherche de traitement les accros au porno / sexe (que nous pourrions nous attendre à saluer de manière disproportionnée de cette même tranche désavantagée). Les demandeurs de traitement révèlent aucune relation entre la religiosité et les mesures de dépendance et de religiosité (Étude 2016 1, Étude 2016 2). Si les conclusions de Grubbs étaient valides, nous verrions sûrement un nombre disproportionné d'utilisateurs de pornographie religieuse demander un traitement. Cette hypothèse est étayée par des études sur le traitement à la recherche de toxicomanes pornographiques / sexuels qui ne révèlent aucune relation entre la religiosité et les mesures de la dépendance et de la religiosité (Étude 2016 1, Étude 2016 2).

#2) Avec un taux élevé d'utilisation de la pornographie, les religieux reviennent aux pratiques religieuses et la religion devient plus importante

Cette Étude 2016 sur les utilisateurs de porno religieux a rapporté une découverte étrange qui pourrait à elle seule expliquer la légère corrélation de Grubbs entre présenter la dépendance au porno et la religiosité. La relation entre l'utilisation du porno et la religiosité est curviligne. À mesure que la pornographie augmente, la pratique religieuse et l’importance de la religion diminuer - jusqu'au point. Pourtant, lorsqu'un individu religieux commence à utiliser du porno une ou deux fois par semaine, ce schéma s'inverse: l'utilisateur de porno commence à fréquenter l'église plus souvent et l'importance de la religion dans sa vie augmente. Un extrait de l'étude:

«Cependant, l'effet de l'utilisation antérieure de la pornographie sur la fréquentation et la prière des services religieux ultérieurs était curviligne: la fréquentation des services religieux et la prière diminuent jusqu'à un certain point, puis augmentent à des niveaux plus élevés de visualisation de la pornographie.

Ce graphique, tiré de cette étude, compare la participation aux services religieux avec la quantité de porno utilisée:

Il semble probable qu'au fur et à mesure que l'utilisation de la pornographie par des personnes religieuses devient de plus en plus incontrôlable, elles reviennent à la religion comme moyen de résoudre leur comportement problématique. Ce n'est pas une surprise, car de nombreux groupes de désintoxication basés sur les 12 étapes comprennent une composante spirituelle ou religieuse. L'auteur de l'article a suggéré ceci comme explication possible:

… Les études sur la toxicomanie suggèrent que ceux qui se sentent impuissants dans leur dépendance obtiennent souvent une aide surnaturelle. En effet, les programmes en douze étapes qui cherchent à aider les personnes aux prises avec des dépendances comprennent de manière omniprésente des enseignements sur l'abandon à une puissance supérieure, et un nombre croissant de programmes chrétiens conservateurs en douze étapes rendent ce lien encore plus explicite. Il se pourrait très bien que les personnes qui utilisent la pornographie aux niveaux les plus extrêmes (c'est-à-dire les niveaux d'utilisation qui pourraient être caractéristiques d'une compulsion ou d'une dépendance) soient en fait poussées vers la religion au fil du temps plutôt que de s'en éloigner.

Ce phénomène de retour à la religion des utilisateurs de pornographie religieuse à mesure que la toxicomanie s'aggrave pourrait facilement expliquer la légère corrélation entre la dépendance à la pornographie et la religiosité.

# 3) Contrairement aux sujets religieux, la pornographie laïque utilisant des sujets peut ne pas reconnaître les effets de la pornographie parce qu'ils n'essaient jamais d'arrêter

Est-il possible que les utilisateurs de porno religieux obtiennent des résultats plus élevés dans les questionnaires sur la dépendance au porno parce qu'ils ont réellement essayé d'arrêter, contrairement à leurs frères laïques? Ce faisant, ils seraient plus susceptibles de reconnaître les signes et les symptômes de la dépendance au porno tels qu'évalués par le Leonhardt et al. Questionnaire 5-item.

Sur la base d'années de surveillance des forums de récupération de pornographie en ligne, nous suggérons aux chercheurs de séparer les utilisateurs qui ont expérimenté l'arrêt du porno de ceux qui ne l'ont pas fait, lorsqu'ils leur posent des questions sur les effets auto-perçus du porno. Il est généralement vrai que les utilisateurs de porno d'aujourd'hui (à la fois religieux et non religieux) ont peu de compréhension des effets de la pornographie sur Internet sur eux jusqu'à ce que après ils tentent de cesser de fumer (et passent par les symptômes de sevrage).

En général, les utilisateurs de pornographie agnostiques pensent que l'utilisation de la pornographie est inoffensive, ils n'ont donc aucune motivation pour arrêter ... jusqu'à ce qu'ils rencontrent des symptômes intolérables (peut-être, une anxiété sociale débilitante, une incapacité à avoir des relations sexuelles avec un vrai partenaire ou une escalade vers un contenu qu'ils trouvent déroutant / dérangeant ou trop risqué). Avant ce tournant, si vous leur posez des questions sur leur utilisation de la pornographie, ils vous diront que tout va bien. Ils supposent naturellement qu'ils sont des «utilisateurs occasionnels», qui pourraient arrêter de fumer à tout moment, et que les symptômes qu'ils présentent, le cas échéant, sont dus à quelque chose d'autre. La honte? Nan.

En revanche, la plupart des utilisateurs de porno religieux ont été avertis que l'utilisation de porno est risquée. Ils sont donc plus susceptibles d'avoir utilisé moins de porno et d'avoir tenté de l'abandonner, peut-être plus d'une fois. De telles expériences avec la cessation de la pornographie sur Internet sont très enrichissantes, car c’est le moment où les utilisateurs de pornographie (religieux ou non) découvrent:

  1. Comme il est difficile d'arrêter (s'ils sont dépendants)
  2. Comment l'utilisation du porno les a affectés de manière négative, émotionnelle, sexuelle et autre (souvent parce que les symptômes commencent à se résorber après avoir cessé de fumer)
  3. [Dans le cas de tels symptômes] Comment le sevrage peut aggraver les symptômes pendant un certain temps, avant que le cerveau ne retrouve son équilibre
  4. À quel point ça fait mal quand ils veulent abandonner quelque chose et ne peuvent pas (c'est honte, mais pas nécessairement de «honte religieuse / sexuelle» - comme le supposent parfois les chercheurs parce que les utilisateurs religieux le signalent plus souvent. La plupart des toxicomanes éprouvent malheureusement de la honte lorsqu'ils se sentent impuissants à arrêter, qu'ils soient religieux ou non.)
  5. Qu'ils éprouvent de fortes envies d'utiliser du porno. Les envies augmentent souvent en intensité avec une pause ou plus d'une semaine d'utilisation de porno.

De telles expériences rendent ceux qui ont essayé d'arrêter de fumer beaucoup plus méfiants à propos de l'utilisation de la pornographie. Étant donné que des utilisateurs plus religieux auront plus fréquemment fait de telles expériences, les instruments psychologiques montreront qu'ils sont plus préoccupés par leur utilisation de la pornographie que les utilisateurs non religieux - même s'ils utilisent probablement moins de porno!

En d'autres termes, les chercheurs ne devraient-ils pas également rechercher si les utilisateurs de pornographie laïque mal percevoir l'utilisation de la pornographie comme inoffensive, plutôt que de supposer que ce sont les religieux qui perçoivent à tort l'existence de problèmes liés à la pornographie même s'ils en utilisent moins? La toxicomanie, après tout, n'est pas évaluée en fonction de la quantité ou de la fréquence d'utilisation, mais plutôt des effets débilitants.

En tout état de cause, le fait de ne pas séparer ceux qui ont essayé d'arrêter de fumer de ceux qui ne l'ont pas encore fait est une source de confusion pour les recherches qui tentent de tirer des conclusions sur les implications de la relation entre la religiosité, la honte et l'utilisation de porno.. Il est facile d’interpréter les données comme une preuve que «religion rend les gens préoccupés par la pornographie même s'ils en utilisent moins que les autres, et que s'ils n'étaient pas religieux, ils ne seraient pas concernés.

La conclusion la plus valable peut être que ceux qui ont essayé d'arrêter et qui ont réalisé les points ci-dessus sont plus concernés, et que la religion est simplement la cause de leur réalisation de telles expériences (et autrement largement hors de propos). Il est décourageant de voir des psychologues faire des corrélations simplistes avec la religion / spiritualité et tirer des conclusions «honteuses», sans se rendre compte qu'ils comparent des «pommes» avec des «oranges» lorsqu'ils comparent des utilisateurs qui ont essayé d'arrêter de fumer avec des utilisateurs qui ne l'ont pas fait. Encore, seuls les premiers ont tendance à voir clairement les risques et les inconvénients de l'utilisation du porno, qu'ils soient religieux ou non.

Cette confusion est trop souvent exploitée par ceux qui veulent détourner l’attention des graves symptômes que rencontrent fréquemment les utilisateurs non religieux. Les utilisateurs agnostiques ont tendance à avoir des symptômes plus graves au moment de do arrêter, simplement parce qu'ils ont tendance à cesser de fumer à un point plus bas de la spirale descendante des symptômes que les utilisateurs de pornographie religieuse. Pourquoi les chercheurs n'étudient-ils pas ce phénomène?

En fait, nous parions que la part du lion de ceux qui dysfonctions sexuelles induites par le porno sont agnostiques. Pourquoi? Parce que les non-religieux ont tendance à être tellement persuadés de l'innocuité de l'utilisation de la pornographie sur Internet qu'ils continuent à l'utiliser bien au-delà des signes avant-coureurs, tels que l'inquiétude sociale croissante, l'escalade vers le matériel extrême, l'apathie, la difficulté à obtenir une érection sans porno, la difficulté à utiliser des préservatifs ou de l'apogée avec un partenaire, et ainsi de suite.

Le fait est que, même occasionnelle, ou relativement peu fréquente, l'utilisation de la pornographie peut conditionner la sexualité de certains utilisateurs de telle sorte qu'elle interfère avec leur satisfaction sexuelle et relationnelle. Voici le récit d'un homme. L’escalade vers du contenu pornographique autrefois inintéressant ou repoussant est courante dans la moitié des internautes porno. En bref, comme indiqué ci-dessus, une utilisation peu fréquente n’est pas une panacée. Ceux qui n'utilisent pas souvent mais qui s'inquiètent pour leur utilisation de la pornographie peuvent avoir de bonnes raisons de s'inquiéter de leurs propres expériences, indépendamment de ce qu'ils entendent parler de pornographie lors de services religieux.

Serait-il préférable de construire une recherche qui demande aux utilisateurs de porno (religieux ou non) de quitter le porno un moment et de comparer leurs expériences avec les contrôles? Voir Éliminer la pornographie Internet chronique pour révéler ses effets pour un plan d'étude possible.

#4) Les raisons biologiques pour lesquelles les utilisateurs de porno intermittents pourraient avoir un score plus élevé sur les questionnaires de dépendance au porno

Une utilisation très fréquente de la pornographie sur Internet présente des risques pour la plupart des utilisateurs actuels. Celles-ci incluent une escalade vers un matériau plus extrême, une satisfaction sexuelle et relationnelle plus faible, une dépendance et / ou la perte progressive d'attraction sur de vrais partenaires (ainsi qu'une anorgasmie et des érections peu fiables).

Moins connu est le fait que la consommation intermittente (par exemple, 2 heures de boulimie porno suivies de quelques semaines d'abstinence avant une autre session porno) pose un risque important de dépendance. Les raisons sont biologiques, et il y a tout un corpus de recherche sur la toxicomanie sur utilisation intermittente chez les animaux et les humains en élucidant les événements cérébraux responsables.

Par exemple, les deux drogue et malbouffe Des études révèlent que l'utilisation intermittente peut conduire plus rapidement à changements cérébraux liés à la dépendance (que l'utilisateur glisse ou non dans une dépendance totale). Le principal changement est sensibilisation ce qui blesse le centre de récompense du cerveau avec des signaux qui produisent des envies difficiles à ignorer. Avec la sensibilisation, les circuits cérébraux impliqués dans la motivation et la recherche de récompense deviennent hypersensibles aux souvenirs ou aux indices liés au comportement provoquant une dépendance. Ce conditionnement pavlovien profond se traduit par augmentation du «désir» ou du besoin impérieux tandis que le goût ou le plaisir de l'activité diminue. Des indices, comme allumer l'ordinateur, voir un pop-up ou être seul, déclenchent des envies intenses de porno. (Études rapportant une sensibilisation ou une réactivité de signal chez les utilisateurs de porno: 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10, 11, 12, 13, 14, 15, 16, 17, 18, 19, 20.)

Encore plus remarquable, les périodes d’abstinence (semaines 2-4) conduire à des changements neuroplastiques cela ne se produit pas chez un utilisateur qui ne prend pas de longues pauses. Ces altérations du cerveau augmentent les fringales à utiliser en réponse à des déclencheurs. En outre, le changements du système de stress de sorte que même un stress mineur peut causer envies d'utiliser.

Consommation intermittente (surtout dans les forme d'une frénésie) peut aussi produire symptômes de sevrage graves, comme la léthargie, Dépression et envies. En d’autres termes, quand une personne utilise après une période d’abstinence et des crises de boulimie, elle peut frapper l’utilisateur plus fort - peut-être à cause de la intensité accrue De l'expérience.

Sur la base de cette recherche, des scientifiques ont conclu que la consommation quotidienne de cocaïne, de l'alcool, cigarettesou malbouffe n'est pas nécessaire pour générer des changements cérébraux liés à la dépendance. Les crises de boulimie intermittentes peuvent faire la même chose que l'utilisation continue, et dans certains cas le font PLUS.

Revenons maintenant à une comparaison des utilisateurs de porno religieux et non religieux.. Quel groupe est susceptible d'inclure plus d'utilisateurs intermittents? Compte tenu des recherches montrant que les utilisateurs de porno religieux préfèrent ne pas utiliser de porno, il y a probablement plus de religieux que d’utilisateurs laïques dans un cycle de consommation excessive d’abstinence. Les utilisateurs religieux ont tendance à être des «utilisateurs intermittents». Les utilisateurs laïques signalent généralement qu'ils prennent rarement des pauses de plus de quelques jours - à moins qu'ils ne deviennent des utilisateurs intermittents parce qu'ils essaient de cesser de consommer du porno.

Un autre effet important du cycle de la frénésie alimentaire est que les utilisateurs de pornographie par intermittence connaissent des écarts importants (et souvent des améliorations). Ils peuvent clairement voir comment leur utilisation du porno les a affectés, contrairement aux utilisateurs fréquents. Cela seul pourrait conduire à des scores plus élevés sur un questionnaire de dépendance au porno. Un deuxième résultat, plus important, est que les internautes intermittents connaîtront des épisodes de fringales plus fréquents. Troisièmement, lorsque les utilisateurs intermittents cèdent, la science mentionnée ci-dessus prédit qu'ils se sentiront souvent plus incontrôlables et éprouveront davantage de déception après la consommation excessive. En bref, les utilisateurs intermittents peuvent être très dépendants et avoir un score étonnamment élevé aux tests de dépendance au porno, même s'ils utilisent moins fréquemment que leurs frères laïcs.

Dans ces conditions, il est prématuré de conclure que la honte est à l'origine de la différence entre les utilisateurs religieux et non religieux. Les chercheurs doivent contrôler l'impact de l'utilisation intermittente. Dit autrement, si plus de Leonhardt et al Les sujets religieux incluaient un pourcentage plus élevé d'utilisateurs intermittents que leurs sujets non religieux; on pourrait s'attendre à ce que les utilisateurs religieux obtiennent des résultats plus élevés aux tests de dépendance, même s'ils en utilisent beaucoup moins fréquemment.

Bien entendu, le risque de dépendance à l’utilisation intermittente ne se limite pas aux utilisateurs de pornographie religieuse. Ce phénomène se manifeste chez les modèles animaux et les utilisateurs de porno laïcs qui tentent de cesser de fumer mais continuent de se gaver de temps en temps. Le fait est que le phénomène de l’usage intermittent et de la dépendance à la pornographie doit être étudié de manière indépendante avant de tirer des conclusions et de publier des hypothèses sur la honte (ou «dépendance de pornographie perçue») comme la seule explication possible du fait que les utilisateurs de pornographie religieuse signalent des scores de dépendance plus élevés de concert avec utilisation moins fréquente.

Résumé de la religiosité et de l'utilisation du porno:

  1. La religiosité ne prédit pas la dépendance à la pornographie (perçue ou non). Un pourcentage beaucoup plus élevé d'individus laïcs utilisent le porno.
  2. Dans la mesure où un pourcentage beaucoup plus faible de personnes religieuses utilise le porno, la religiosité protecteur contre la dépendance au porno.
  3. Grubbs et Leonhardt et al. les échantillons prélevés sur la minorité des «utilisateurs religieux de pornographie» sont biaisés par rapport aux utilisateurs religieux, ce qui entraîne probablement un pourcentage beaucoup plus élevé de l'échantillon religieux ayant des comorbidités. En conséquence, les utilisateurs de pornographie religieuse ont des scores globaux légèrement plus élevés sur les instruments de dépendance au porno et signalent plus de difficulté à contrôler l'utilisation.
  4. Au fur et à mesure que la pornographie devient fréquente ou compulsive, les internautes religieux retrouvent leur foi. Cela signifie que ceux qui obtiennent les meilleurs résultats aux tests de dépendance au porno obtiendront également des résultats plus élevés en matière de religiosité.
  5. La plupart des utilisateurs de porno religieux ont été avertis que l'utilisation de porno est risquée. Ils sont donc plus susceptibles d'avoir utilisé moins de porno et d'avoir expérimenté avec l'abandon. Ce faisant, ils sont plus susceptibles de reconnaître les signes et symptômes de la dépendance à la pornographie, évalués par le Grubss CPUI-9 du groupe. Leonhardt et al. Questionnaire en 5 points - quelle que soit la quantité d'utilisation de pornographie.
  6. Les internautes intermittents peuvent être très dépendants et avoir un score étonnamment élevé aux tests de dépendance au porno, même s'ils utilisent moins fréquemment que leurs frères laïcs.

SECTION 4: Grubbs déforme l’état actuel de la recherche sur la toxicomanie

La validité de la dépendance à la pornographie sur Internet est abordée dans au moins trois des études de Joshua Grubbs (Grubbs et al., 2015; Bradley et al., 2016; Grubbs et al., 2016.) Les trois articles jettent avec désinvolture des décennies de recherche neuropsychologique et autre sur la toxicomanie (et les outils d'évaluation associés) pour tenter de persuader les lecteurs que la littérature scientifique montre que la dépendance à la pornographie sur Internet n'existe pas (soutenant ainsi les Grubbs affirment que toutes les preuves de pornographie la dépendance doit être «perçue» et non réelle).

Les études citées par Grubbs pour écarter la dépendance au porno

Dans leurs premiers paragraphes, les trois études de Grubbs mentionnées dans le paragraphe précédent démontrent leur profond parti pris en fondant leur affirmation sur l'inexistence de la dépendance à la pornographie sur Internet sur les papiers de deux «démystificateurs de la dépendance à la pornographie sur Internet» autoproclamés: David Ley, auteur de Le mythe de la dépendance sexuelle, et Nicole Prause, ancienne chercheuse à UCLA, dont les travaux ont été officiellement critiqués dans la littérature médicale pour méthodologie faible et conclusions non étayées. Les trois journaux Grubbs croit que la dépendance au porno se démystifie:

  1. L'empereur n'a pas de vêtements: un examen du modèle de `` dépendance à la pornographie '' (2014), par David Ley, Nicole Prause et Peter Finn
  2. Le désir sexuel, et non l’hypersexualité, est lié aux réponses neurophysiologiques suscitées par des images sexuelles (2013), Vaughn R. Steele, Cameron Staley, Timothy Fong et Nicole Prause
  3. Affichage des stimuli sexuels associés à une plus grande réactivité sexuelle, pas à une dysfonction érectile (2015), Nicole Prause et Jim Pfaus

Papier #1 (Ley et al., 2013) is une propagande unilatérale par Ley, Prause et leur collègue Peter Finn, qui a prétendu être une révision du modèle de dépendance au porno. Ce n'était pas. Premier, Ley et al. a omis toutes les études publiées montrant les effets néfastes de l'utilisation de la pornographie au motif qu'ils sont «simplement» corrélatifs. Vous avez bien lu. Deuxièmement, il a sélectionné des lignes aléatoires et trompeuses dans les études, sans rapporter les conclusions opposées des chercheurs. Troisième, Ley et al. ont cité de nombreuses études sans aucun rapport avec les affirmations formulées. Nous nous rendons compte que ce sont des assertions très fortes, pourtant elles sont entièrement soutenues et documentées dans cette critique ligne par ligne. En tant que professionnels, Ley et al. éditeur, Charles Moser, a longtemps été un critique vocal de dépendance au porno et au sexe. Sachez aussi que Rapports de santé sexuelle actuels a un court et rocheux l'histoire. Il a commencé à publier dans 2004, puis a fait une pause dans 2008, pour ensuite être ressuscité dans 2014, juste à temps pour présenter Ley et al.

Papier #2 (Steele et al.p. 2013) était une étude EEG vanté dans les médias comme preuve à opposer à l'existence d'une dépendance au porno. Pas si. Cette étude du laboratoire SPAN confirme en réalité l’existence d’une dépendance à la pornographie et d’une utilisation de la pornographie réduisant le désir sexuel. Comment? L'étude a rapporté des lectures d'EEG plus élevées (P300) lorsque les sujets étaient brièvement exposés à des photos pornographiques. Des études montrent qu’un P300 élevé se produit lorsque des toxicomanes sont exposés à des indices (tels que des images) liés à leur dépendance. Cependant, en raison de problèmes méthodologiques, les résultats sont incompréhensibles: les sujets étaient très hétérogènes (hommes, femmes, non hétérosexuels); 1) les sujets n’ont pas fait l’objet d’un dépistage des troubles mentaux ou de la dépendance; 2) n’avait pas de groupe témoin pour la comparaison; Les questionnaires 3) n’ont pas été validés pour la dépendance à la pornographie. En ligne avec le Études de scanner cérébral à l'Université de Cambridge, cette étude EEG a également rapporté une plus grande réactivité de la cue au porno en corrélation avec moins désir de sexe en couple. En d’autres termes, les personnes ayant plus d’activation cérébrale et ayant plus de fringales pour le porno préfèrent se masturber devant le porno que d’avoir des relations sexuelles avec une personne réelle. La porte-parole de l’étude, Nicole Prause, a affirmé que ces utilisateurs de porno avaient simplement une libido élevée, mais les résultats de l’étude disent exactement le contraire (leur désir de relations sexuelles en couple a diminué par rapport à leur utilisation de porno). Comme aucun résultat ne correspond aux titres concoctés, Grubbs a perpétué les conclusions erronées des auteurs originaux (les «démystificateurs de la dépendance au porno»). Six articles évalués par des pairs ont officiellement analysé Steele et al., 2013 a conclu que ses conclusions sont compatibles avec le modèle de dépendance au porno qu’elle prétend démystifier: 1, 2, 3, 4, 5, 6. Voir aussi ceci critique approfondie.

Papier #3 (Prause et Pfaus 2015) a été présenté par Grubbs comme preuve des effets positifs du porno:

… Certaines études suggèrent même des résultats potentiellement positifs associés à l'utilisation de la pornographie (Prause et Pfaus, 2015).

Prause et Pfaus n'était pas une vraie étude et elle n'a pas trouvé de «résultats positifs» liés à l'utilisation de la pornographie. Aucune des données de l'article de Prause & Pfaus (2015) ne correspondait aux quatre études antérieures sur lesquelles il était basé. Les écarts n'étaient pas minimes et n'ont pas été expliqués. Un commentaire du chercheur Richard A. Isenberg, MD, Publié dans Médecine sexuelle en libre accès, souligne plusieurs (mais pas toutes) des divergences, des erreurs et des réclamations non étayées. Le résultat positif solitaire que Prause & Pfaus a affirmé était une «note d'excitation subjective» légèrement plus élevée après avoir visionné du porno chez des sujets qui regardaient plus de porno à la maison. Plusieurs problèmes avec cette affirmation:

  1. La façon la plus scientifique d’interpréter cette différence d’activation est que les hommes qui utilisent davantage de porno expérimentent davantage envies d'utiliser du porno. Fait intéressant, ils avaient moins envie de faire l'amour avec un partenaire et plus de désir de se masturber que ceux qui passaient moins d'heures à regarder du porno.
  2. Prause & Pfaus n'auraient pas pu évaluer avec précision l'excitation des sujets car:
  • les études 4 sous-jacentes utilisaient différents types de porno. Deux études utilisaient un film minute 3, une étude utilisait un film 20 seconde et une étude utilisait des images fixes.
  • les études 4 sous-jacentes utilisaient différentes échelles de nombres. Une utilisait une échelle 0 à 7, une autre une échelle 1 à 7 et une étude ne rapportait aucune évaluation de l'excitation sexuelle.

Richard A. Isenberg MD a demandé à Prause & Pfaus d'expliquer comment ils pouvaient revendiquer ce résultat en l'absence de données à l'appui. Aucun des auteurs n'a été en mesure de fournir une réponse compréhensible.

Ce que les études Grubbs ont omis

En ce qui concerne le biais de Grubbs, il est encore plus révélateur que les 3 études mentionnées ci-dessus omettent toutes les études neurologiques et neuropsychologiques qui ont trouvé des preuves à l'appui du modèle de dépendance au porno (sur 40 recueillies ici). De plus, Grubbs omis 17 revues récentes de littérature et de commentaires de la littérature sur la pornographie et la dépendance sexuelle (dans la même liste). Beaucoup de ces études et revues sont réalisées par certains des meilleurs neuroscientifiques de l'Université de Yale, de l'Université de Cambridge, de l'Université de Duisburg-Essen et du Max Planck Institute. (Certains d'entre eux n'étaient pas encore publiés au moment de la mise sous presse des études de Grubbs, mais beaucoup l'ont été et ont tout simplement été ignorés.)

Comparez ces éminents chercheurs avec Ley et Prause. Ley n’a aucune formation en neuroscience et n’a rien publié jusqu’à Ley et al., 2014. Prause n'a été associée à aucune université depuis décembre 2014, et sa prétentions entourant ses études 2 EEG ont été maintes fois discréditées dans la littérature évaluée par des pairs (étude 2015: 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7. Etude 2013: 1, 2, 3, 4, 5, 6.)

Nous pouvons supposer que reconnaître l’existence de 40 études neurologiques et 18 revues de littérature et commentaires soutenant le modèle de dépendance au porno aurait sérieusement saper la thèse de Grubbs selon laquelle la dépendance au porno….

«A tout à voir avec la religiosité et les attitudes morales envers le sexe. En bref, il dit: «C'est motivé par la honte.»…

Si «la dépendance au porno est tout simplement une honte», comment Grubbs explique-t-il le nombre croissant d'études neurologiques qui ont trouvé des changements cérébraux chez les utilisateurs de pornographie problématiques qui correspondent à la toxicomanie? Comment pourriez honte provoquer la mêmes changements cérébraux qui se produisent avec la toxicomanie? Comment la preuve de la honte pourrait-elle réfuter la présence de la dépendance dans le cerveau montrant des preuves de la dépendance? Ça ne peut pas.

(religieux et autres) à quitter le porno pour un temps et à comparer leurs expériences avec les contrôles? Voir Éliminer la pornographie Internet chronique pour révéler ses effets pour un plan d'étude possible.