Études démontrant que l'utilisation du porno ou d'Internet «provoque» des effets négatifs ou des modifications neurologiques

causer

La pornographie est-elle nuisible?

COMMENTAIRES: Face à des centaines d'études liant l'utilisation du porno à des résultats négatifs, une tactique courante PhD pro-porno consiste à affirmer qu '«aucun lien de causalité n'a été démontré». La réalité est que lorsqu'il s'agit d'études psychologiques et (de nombreuses) études médicales, très peu de recherches révèlent directement la causalité. Par exemple, toutes les études sur la relation entre le cancer du poumon et le tabagisme sont corrélatives - mais les causes et les effets sont clairs pour tout le monde sauf le lobby du tabac.

En raison de restrictions éthiques, on empêche généralement les chercheurs de construire expérimental modèles de recherche qui prouveraient si la pornographie les causes certains dommages. Par conséquent, ils utilisent corrélationnel modèles à la place. Au fil du temps, lorsqu'un important corpus d'études corrélationnelles est constitué dans un domaine de recherche donné, il arrive un moment où le corpus de preuves peut être considéré comme un argument théorique, malgré le manque d'études expérimentales. En d'autres termes, aucune étude de corrélation unique ne peut jamais fournir une «arme à feu» dans un domaine d'étude, mais les preuves convergentes de plusieurs études de corrélation peuvent établir une cause et un effet. En matière d'utilisation du porno, presque toutes les études publiées sont corrélatives.

Pour «prouver» que l'utilisation de la pornographie provoque un dysfonctionnement érectile, des problèmes relationnels, des problèmes émotionnels ou des changements cérébraux liés à la toxicomanie, il faudrait que deux grands groupes de jumeaux identiques soient séparés à la naissance. Assurez-vous qu'un groupe ne regarde jamais de porno. Assurez-vous que chaque individu de l'autre groupe regarde exactement le même type de porno, pendant exactement les mêmes heures, au même âge. Et continuez l'expérience pendant une trentaine d'années, suivie d'une évaluation des différences.

Alternativement, des recherches visant à «prouver» la causalité pourraient être effectuées en utilisant les 3 méthodes suivantes:

  1. Éliminez la variable dont vous souhaitez mesurer les effets. En particulier, les utilisateurs de pornographie s’arrêtent-ils et évaluent-ils les changements des semaines, des mois (années?) Plus tard. C’est exactement ce qui se passe alors que des milliers de jeunes hommes arrêtent la pornographie comme moyen de soulager la dysfonction érectile chronique non organique et d’autres symptômes (causés par la consommation de pornographie).
  2. Exposez les participants consentants à la pornographie et mesurez divers résultats. Par exemple, évaluez la capacité des sujets à retarder la gratification avant et après l'exposition à la pornographie dans un laboratoire.
  3. Effectuer des études longitudinales, ce qui signifie suivre des sujets sur une période de temps pour voir comment les changements dans l'utilisation de la pornographie (ou les niveaux d'utilisation de la pornographie) sont liés à divers résultats. Par exemple, corréler les niveaux d'utilisation de la pornographie avec les taux de divorce au fil des ans (poser d'autres questions pour «contrôler» d'autres variables possibles).

La majorité des études humaines sur diverses dépendances, notamment la dépendance à Internet et à la pornographie, sont corrélationnelles. Vous trouverez ci-dessous une liste croissante d’études suggérant fortement que l’utilisation d’Internet (porno, jeux, médias sociaux) les causes problèmes mentaux / émotionnels, problèmes sexuels, relations plus pauvres, changements cérébraux liés à la dépendance et autres effets négatifs chez certains utilisateurs. Les listes d’études sont séparées en études de pornographie et études d'utilisation d'Internet. Les études sur la pornographie sont divisées en sections 3 basées sur des méthodologies: (1), élimination de l'utilisation de pornographie, (2) longitudinale, (3), exposition expérimentale à la pornographie (stimuli sexuels visuels).


Études sur la pornographie suggérant ou démontrant la causalité:

 

Section #1: Études où les participants ont éliminé l'utilisation de porno:

Le débat sur l'existence de dysfonctionnements sexuels induits par la pornographie est terminé. le premières études 7 La liste ci-dessous illustre l'utilisation de la pornographie à l'origine de problèmes sexuels, les participants éliminant ainsi l'utilisation de la pornographie et guérissant les dysfonctionnements sexuels chroniques.

La pornographie sur Internet cause-t-elle des dysfonctionnements sexuels? Une revue avec des rapports cliniques (2016)

Revue approfondie de la littérature relative aux problèmes sexuels induits par la pornographie. Co-écrit par des médecins de la marine américaine 7 (urologues, psychiatres et docteur en neuroscience), cet article fournit les données les plus récentes révélant une augmentation considérable du nombre de problèmes sexuels chez les jeunes. Il passe également en revue les études neurologiques liées à la dépendance à la pornographie et au conditionnement sexuel via la pornographie sur Internet. Les auteurs fournissent des rapports cliniques 3 concernant des hommes ayant développé des dysfonctionnements sexuels induits par la pornographie. Deux des trois hommes ont guéri leurs dysfonctionnements sexuels en éliminant l'utilisation de porno. Le troisième homme a connu peu d'amélioration car il était incapable de s'abstenir d'utiliser du porno. Extrait:

Les facteurs traditionnels qui expliquaient les difficultés sexuelles des hommes semblent insuffisants pour expliquer la forte augmentation de la dysfonction érectile, le retard de l'éjaculation, la diminution de la satisfaction sexuelle et la diminution de la libido lors de rapports sexuels en couple chez les hommes sous 40. Cette revue (1) prend en compte des données provenant de plusieurs domaines: clinique, biologique (toxicomanie / urologie), psychologique (conditionnement sexuel), sociologique; et (2) présente une série de rapports cliniques, tous dans le but de proposer une direction possible pour la recherche future de ce phénomène. Les altérations du système de motivation du cerveau sont explorées comme une étiologie possible sous-jacente aux dysfonctionnements sexuels liés à la pornographie.

Cette revue prend également en compte les preuves que les propriétés uniques de la pornographie sur Internet (nouveauté illimitée, possibilité d'escalade facile vers du matériel plus extrême, format vidéo, etc.) peuvent être suffisamment puissantes pour conditionner l'excitation sexuelle à des aspects de la pornographie sur Internet qui ne passent pas facilement à la réalité. -les partenaires de la vie, de sorte que les relations sexuelles avec les partenaires souhaités peuvent ne pas s'inscrire comme répondant aux attentes et au déclin de l'excitation. Les rapports cliniques suggèrent que l'interruption de l'utilisation de la pornographie sur Internet est parfois suffisante pour inverser les effets négatifs, soulignant la nécessité d'une enquête approfondie en utilisant des méthodologies dont les sujets suppriment la variable d'utilisation de la pornographie sur Internet.


Habitudes de masturbation masculine et dysfonctionnements sexuels (2016)

Ecrit par un psychiatre français et président de la Fédération Européenne de Sexologie. Le document traite de son expérience clinique avec les hommes 35 qui ont développé un dysfonctionnement érectile et / ou de l’anorgasmie et de ses approches thérapeutiques pour les aider. L'auteur affirme que la plupart de ses patients utilisaient de la pornographie, plusieurs d'entre eux étant accros à la pornographie. Le résumé indique que la pornographie sur Internet est la principale cause des problèmes. 19 des hommes 35 a vu des améliorations significatives dans le fonctionnement sexuel. Les autres hommes ont soit abandonné leur traitement, soit tentent toujours de se rétablir. Extraits:

Intro: Inoffensive et même utile dans sa forme habituelle largement pratiquée, la masturbation sous sa forme excessive et prééminente, généralement associée à la dépendance à la pornographie, est trop souvent négligée dans l'évaluation clinique de la dysfonction sexuelle qu'elle peut induire.

Résultats: Les premiers résultats pour ces patients, après traitement pour «désapprendre» leurs habitudes masturbatoires et leur dépendance souvent associée à la pornographie, sont encourageants et prometteurs. Une réduction des symptômes a été obtenue chez 19 patients sur 35. Les dysfonctionnements ont régressé et ces patients ont pu profiter d'une activité sexuelle satisfaisante.

Conclusion: on a vu que la masturbation provoquant une dépendance, souvent accompagnée d’une dépendance à la cyber-pornographie, joue un rôle dans l’étiologie de certains types de dysfonctionnement érectile ou d’anéjaculation coïtale. Il est important d'identifier systématiquement la présence de ces habitudes plutôt que de poser un diagnostic par élimination, afin d'inclure des techniques de déconditionnement qui rompent les habitudes dans la gestion de ces dysfonctionnements.


Pratiques masturbatoires inhabituelles en tant que facteur étiologique dans le diagnostic et le traitement de la dysfonction sexuelle chez les hommes jeunes (2014)

L'une des études de cas 4 dans cet article concerne un homme souffrant de problèmes sexuels induits par le porno (faible libido, fétiches, anorgasmie). L'intervention sexuelle a appelé à une abstinence de la pornographie et de la masturbation pendant la semaine 6. Après des mois de 8, l'homme a signalé une augmentation du désir sexuel, des relations sexuelles réussies et de l'orgasme, ainsi que des «bonnes pratiques sexuelles». Ceci est le premier compte-rendu chronologique revu par les pairs d’une reprise de dysfonctions sexuelles induites par le porno. Extraits du papier:

Interrogé sur les pratiques masturbatoires, il a indiqué qu'il s'était masturbé vigoureusement et rapidement tout en regardant de la pornographie depuis son adolescence. À l'origine, la pornographie consistait principalement en zoophilie, en esclavage, en domination, en sadisme et en masochisme, mais il s'est finalement habitué à ces matériaux et a eu besoin de scènes de pornographie plus hardcore, y compris sexe transgenre, orgies et sexe violent. Il avait l'habitude d'acheter des films pornographiques illégaux sur des actes sexuels violents et le viol et a visualisé ces scènes dans son imagination pour fonctionner sexuellement avec des femmes. Il perd progressivement son désir et sa capacité à fantasmer et diminue sa fréquence de masturbation.

Parallèlement aux séances hebdomadaires avec un sexologue, le patient avait pour consigne d'éviter toute exposition à du matériel sexuellement explicite, notamment des vidéos, des journaux, des livres et de la pornographie sur Internet.

Après des mois 8, le patient a signalé avoir eu un orgasme et une éjaculation réussis. Il a renouvelé sa relation avec cette femme et elles ont progressivement réussi à jouir de bonnes pratiques sexuelles.


Est-il difficile de traiter l'éjaculation retardée dans un modèle psychosexuel à court terme? Une comparaison d'étude de cas (2017)

Il s'agit d'un rapport sur deux «cas composites» illustrant l'étiologie et les traitements de l'éjaculation retardée (anorgasmie). Le «patient B» représentait plusieurs jeunes hommes traités par le thérapeute. «L'utilisation de la pornographie par le patient B s'est transformée en matériel plus dur», «comme c'est souvent le cas». Le journal dit que l'éjaculation retardée liée à la pornographie n'est pas rare et en augmentation. L'auteur appelle à plus de recherche sur les effets de la pornographie sur le fonctionnement sexuel. L'éjaculation retardée du patient B a été guérie après 10 semaines sans porno. Extraits:

Les cas sont des cas mixtes tirés de mon travail au sein du Service national de santé du Croydon University Hospital, à Londres. Dans le dernier cas (patient B), il est important de noter que la présentation reflète un certain nombre de jeunes hommes qui ont été référés par leur généraliste avec un diagnostic similaire. Le patient B, âgé de 19, s'est présenté parce qu'il était incapable d'éjaculer par pénétration. Quand il était 13, il accédait régulièrement à des sites pornographiques, soit seul, soit par le biais de recherches sur Internet, soit via des liens que ses amis lui avaient envoyés. Il commençait à se masturber chaque nuit alors qu'il cherchait une image sur son téléphone… S'il ne se masturbait pas, il était incapable de dormir. La pornographie qu'il utilisait avait dégénéré, comme c'est souvent le cas (voir Hudson-Allez, 2010), en matériel plus dur (rien d’illégal)…

Le patient B a été exposé à des images sexuelles via la pornographie à partir de l'âge de 12 et la pornographie qu'il utilisait était passée à l'esclavage et à la domination à l'âge de 15.

Nous avons convenu qu'il n'utiliserait plus la pornographie pour se masturber. Cela signifiait laisser son téléphone dans une pièce différente la nuit. Nous avons convenu qu'il se masturberait d'une manière différente….

Le patient B était capable d'atteindre l'orgasme via la pénétration dès la cinquième session; les sessions sont offertes toutes les deux semaines à l’hôpital universitaire de Croydon, la session cinq équivaut donc à environ 10 semaines à compter de la consultation. Il était heureux et grandement soulagé. Après trois mois de suivi avec le patient B, les choses se passaient encore bien.

Le patient B n’est pas un cas isolé au sein du Service national de santé (NHS) et c’est en fait un jeune homme ayant généralement accès à une thérapie psychosexuelle, sans leur partenaire, en dit long sur le déclenchement du changement.

Cet article soutient donc les recherches précédentes qui avaient associé le style de la masturbation au dysfonctionnement sexuel et la pornographie au style de la masturbation. L'article conclut en suggérant que les succès des thérapeutes psychosexuels dans l'utilisation de DE sont rarement consignés dans la littérature scientifique, ce qui a permis de considérer que cette maladie est difficile à traiter. L'article appelle à des recherches sur l'utilisation de la pornographie et ses effets sur la masturbation et la désensibilisation des organes génitaux.


Anéjaculation psychogène situationnelle: une étude de cas (2014)

Les détails révèlent un cas d'anéjaculation provoquée par le porno. La seule expérience sexuelle du mari avant le mariage était une masturbation fréquente avec de la pornographie - où il était capable d’éjaculer. Il a également rapporté que les rapports sexuels étaient moins stimulants que la masturbation au porno. L’information clé est que la «rééducation» et la psychothérapie n’ont pas guéri son anéjaculation. Lorsque ces interventions ont échoué, les thérapeutes ont suggéré une interdiction totale de la masturbation au porno. Cette interdiction a finalement abouti à une relation sexuelle réussie et à une éjaculation avec un partenaire pour la première fois de sa vie. Quelques extraits:

A est un homme marié de sexe masculin d'ans 33, d'orientation hétérosexuelle, un professionnel issu d'un milieu urbain et socio-économique moyen. Il n'a eu aucun contact sexuel avant le mariage. Il regardait de la pornographie et se masturbait fréquemment. Sa connaissance du sexe et de la sexualité était adéquate. Après son mariage, M. A a décrit sa libido comme normale au départ, mais a ensuite été réduite au second plan en raison de ses difficultés éjaculatoires. Malgré des mouvements de poussée pendant les minutes 30-45, il n’avait jamais été capable d’éjaculer ni d’atteindre l’orgasme lors de relations sexuelles pénétrantes avec sa femme.

Ce qui n'a pas fonctionné:

Les médicaments de M. A ont été rationalisés; la clomipramine et le bupropion ont été arrêtés et la sertraline a été maintenue à une dose de 150 mg par jour. Des séances de thérapie avec le couple ont été organisées chaque semaine pendant les premiers mois, à la suite de quoi ils étaient espacés de deux à trois semaines, puis mensuellement. Des suggestions spécifiques, notamment de se concentrer sur les sensations sexuelles et de se concentrer sur l'expérience sexuelle plutôt que sur l'éjaculation, ont été utilisées pour aider à réduire l'anxiété de performance et les spectateurs. Comme les problèmes persistaient malgré ces interventions, une sexothérapie intensive a été envisagée.

Ils finirent par instituer une interdiction complète de la masturbation (ce qui signifie qu'il continua à se masturber jusqu'à la pornographie pendant les interventions infructueuses ci-dessus):

Une interdiction de toute forme d'activité sexuelle a été suggérée. Des exercices de mise au point sensorielle progressive (initialement non génitaux, puis génitaux) ont été initiés. M. A a décrit son incapacité à ressentir le même degré de stimulation pendant un rapport sexuel avec pénétration que celui qu'il a expérimenté pendant la masturbation. Une fois l'interdiction de la masturbation appliquée, il a signalé un désir accru d'activités sexuelles avec son partenaire.

Après un laps de temps indéterminé, l'interdiction de la masturbation au porno mène au succès:

Pendant ce temps, M. A et son épouse ont décidé de se lancer dans les techniques de procréation assistée et ont subi deux cycles d’insémination intra-utérine. Au cours d'une séance d'entraînement, M. A a éjaculé pour la première fois, à la suite de quoi il a pu éjaculer de manière satisfaisante au cours d'une majorité des relations sexuelles du couple.


Dysfonction érectile induite par la pornographie chez les jeunes hommes (2019)

Résumé:

Cet article explore le phénomène de dysfonction érectile induite par la pornographie (PIED), ce qui signifie des problèmes de puissance sexuelle chez les hommes dus à la consommation de pornographie sur Internet. Des données empiriques sur des hommes souffrant de cette maladie ont été collectées. Une combinaison de la méthode thématique du cycle de vie (avec des entretiens narratifs qualitatifs en ligne asynchrones) et des journaux personnels en ligne a été utilisée. Les données ont été analysées à l'aide d'une analyse interprétative théorique (selon la théorie des médias de McLuhan), basée sur une induction analytique. L'enquête empirique indique qu'il existe une corrélation entre la consommation de pornographie et la dysfonction érectile qui suggère une causalité.

Les résultats sont basés sur 11 interviews ainsi que deux journaux vidéo et trois journaux texte. Les hommes ont entre 16 et 52 ans; ils rapportent qu'une introduction précoce à la pornographie (généralement pendant l'adolescence) est suivie d'une consommation quotidienne jusqu'à ce qu'un point soit atteint où un contenu extrême (impliquant, par exemple, des éléments de violence) est nécessaire pour maintenir l'excitation. Une étape critique est atteinte lorsque l'excitation sexuelle est exclusivement associée à une pornographie extrême et rapide, rendant les rapports sexuels fades et sans intérêt. Il en résulte une incapacité à maintenir une érection avec un partenaire réel, à quel point les hommes entament un processus de «redémarrage», abandonnant la pornographie. Cela a aidé certains hommes à retrouver leur capacité à réaliser et à maintenir une érection.

Introduction à la section des résultats:

Après avoir traité les données, j'ai remarqué certaines tendances et thèmes récurrents, en suivant un récit chronologique dans toutes les interviews. Ceux-ci sont: Introduction. On se familiarise d'abord avec la pornographie, généralement avant la puberté. Construire une habitude. On commence à consommer de la pornographie régulièrement. Escalade. On se tourne vers des formes de pornographie plus «extrêmes», en termes de contenu, afin d'obtenir les mêmes effets que ceux obtenus auparavant par des formes de pornographie moins «extrêmes».La concrétisation. On remarque des problèmes de puissance sexuelle supposés être causés par l'utilisation de la pornographie. Processus de «redémarrage». On essaie de réglementer l'utilisation de la pornographie ou de l'éliminer complètement afin de retrouver sa puissance sexuelle. Les données des entretiens sont présentées sur la base du schéma ci-dessus.


Caché dans la honte: expériences d'hommes hétérosexuels en matière d'utilisation de la pornographie problématique auto-perçue (2019)

Entretiens avec des utilisateurs de porno 15. Plusieurs hommes ont signalé une dépendance à la pornographie, une escalade de la consommation et des problèmes sexuels induits par la pornographie. Extraits relatifs aux dysfonctionnements sexuels induits par le porno, y compris Michael, qui a considérablement amélioré sa fonction érectile lors de rencontres sexuelles en limitant sévèrement son utilisation de porno:

Certains hommes ont parlé de chercher de l'aide professionnelle pour remédier à leur utilisation problématique de la pornographie. De telles tentatives de recherche d’aide n’ont pas été productives pour les hommes et ont même parfois exacerbé les sentiments de honte. Michael, un étudiant qui a utilisé la pornographie principalement comme mécanisme de gestion du stress lié aux études, avait des problèmes de dysfonction érectile lors de rencontres sexuelles avec des femmes et a demandé l'aide de son médecin généraliste:

Michael: Quand je suis allé chez le médecin à 19 ans [. . .], il a prescrit du Viagra et a dit que [mon problème] était simplement une anxiété de performance. Parfois cela fonctionnait, et parfois non. Ce sont des recherches et des lectures personnelles qui m'ont montré que le problème était la pornographie [. . .] Si je vais chez le médecin quand je suis jeune et qu'il me prescrit la pilule bleue, alors j'ai l'impression que personne n'en parle vraiment. Il devrait me poser des questions sur mon utilisation du porno, ne pas me donner du Viagra. (23 ans, Moyen-Orient, étudiant)

Fort de son expérience, Michael n'est jamais retourné chez ce médecin et a commencé à faire ses propres recherches en ligne. Il a finalement trouvé un article traitant d'un homme de son âge, décrivant un type similaire de dysfonctionnement sexuel, ce qui l'avait amené à envisager la pornographie comme un contributeur potentiel. Après avoir fait un effort concerté pour réduire son utilisation de la pornographie, ses problèmes de dysfonction érectile ont commencé à s’améliorer. Il a signalé que, même si sa fréquence totale de masturbation n'avait pas diminué, il ne regardait de la pornographie que dans environ la moitié des cas. En réduisant de moitié le nombre de fois où il a combiné la masturbation à la pornographie, Michael a déclaré qu'il était capable d'améliorer considérablement sa fonction érectile lors de rencontres sexuelles avec des femmes.

Phillip, comme Michael, a demandé de l'aide pour un autre problème sexuel lié à son utilisation de la pornographie. Dans son cas, le problème était une pulsion sexuelle sensiblement réduite. Lorsqu'il a approché son médecin généraliste au sujet de son problème et de ses liens avec son utilisation de la pornographie, celui-ci n'aurait apparemment rien à lui offrir et l'a plutôt dirigé vers un spécialiste de la fertilité:

Phillip: J'ai consulté un médecin généraliste et il m'a référé à un spécialiste qui, à mon avis, n'était pas particulièrement utile. Ils ne m'ont pas vraiment proposé de solution et ne me prenaient pas vraiment au sérieux. Je finis par le payer pour six semaines de injections de testostérone, et cela valait $ 100, et cela ne faisait vraiment rien. C'était leur façon de traiter mon dysfonctionnement sexuel. Je ne pense tout simplement pas que le dialogue ou la situation était adéquat. (29, asiatique, étudiant)

Intervieweur: [Pour clarifier un point que vous avez mentionné précédemment, est-ce que c'est l'expérience] qui vous a empêché de demander de l'aide par la suite?

Phillip: Ouais.

Les médecins généralistes et spécialistes recherchés par les participants semblent n'offrir que des solutions biomédicales, approche critiquée dans la littérature (Tiefer, 1996). Par conséquent, le service et le traitement que ces hommes ont pu recevoir de leurs médecins généralistes ont non seulement été jugés inadéquats, mais ils les ont également empêchés d'accéder à une aide professionnelle. Bien que les réponses biomédicales semblent être la réponse la plus populaire pour les médecins (Potts, Grace, Gavey et Vares, 2004), une approche plus holistique et centrée sur le client est nécessaire, car les problèmes mis en évidence par les hommes sont probablement psychologiques et peuvent être créés par la pornographie. utilisation.


Comment l'abstinence affecte les préférences (2016) [résultats préliminaires] - Extraits du résumé:

Résultats de la première vague - Principaux résultats

  1. La longueur de la plus longue séquence effectuée par les participants avant de prendre part à l'enquête est en corrélation avec les préférences temporelles. Le second sondage répondra à la question si de plus longues périodes d’abstinence permettent aux participants de retarder davantage les récompenses, ou si davantage de patients participants ont plus de chances d’effectuer des stries plus longues.
  2. Des périodes d'abstinence plus longues sont susceptibles d'entraîner moins d'aversion pour le risque (ce qui est une bonne chose). La deuxième enquête fournira la preuve finale.
  3. La personnalité est en corrélation avec la longueur des traînées. La deuxième vague révélera si l'abstinence influence la personnalité ou si la personnalité peut expliquer la variation dans la longueur des stries.

Résultats de la deuxième vague - Principaux résultats

  1. S'abstenir de la pornographie et de la masturbation augmente la capacité de retarder les récompenses
  2. Participer à une période d'abstinence rend les gens plus disposés à prendre des risques
  3. L'abstinence rend les gens plus altruistes
  4. L'abstinence rend les gens plus extravertis, plus consciencieux et moins névrosés

Un amour qui ne dure pas: consommation de pornographie et faible engagement envers son partenaire romantique (2012)

Les sujets se sont abstenus d'utiliser le porno (seulement les semaines 3). En comparant les deux groupes, ceux qui ont continué à utiliser de la pornographie ont déclaré des niveaux d'engagement inférieurs à ceux des participants témoins. Qu'est-ce qui aurait pu se passer s'ils s'étaient abstenus pendant X mois au lieu de plusieurs semaines? Extraits:

Nous avons examiné si la consommation de pornographie avait une incidence sur les relations amoureuses, en espérant que des niveaux plus élevés de consommation de pornographie correspondraient à un engagement plus faible des relations amoureuses entre jeunes adultes.

Etudier 1 (n = 367) a constaté qu’une consommation plus élevée de pornographie était liée à un engagement moindre, et

Etudier 2 (n = 34) a répliqué ce résultat en utilisant des données d’observation.

[Et dans] Étude 3 (n = 20) les participants ont été assignés au hasard soit à l’abstention de regarder de la pornographie, soit à une tâche de maîtrise de soi. Ceux qui ont continué à utiliser de la pornographie ont signalé des niveaux d'engagement inférieurs à ceux des participants témoins.

L’intervention s’est révélée efficace pour réduire ou éliminer la consommation de pornographie pendant les trois semaines de l’étude, sans dissuader les participants du groupe contrôle de poursuivre leur consommation. Notre hypothèse a été appuyée car les participants à la condition de consommation de pornographie ont signalé une réduction substantielle de l'engagement par rapport aux participants à la condition d'abstention de la pornographie.


Échanger plus tard des récompenses pour le plaisir actuel: consommation de pornographie et remise de retard (2015)

Introduction du papier:

La pornographie sur Internet est une industrie de plusieurs milliards de dollars qui est devenue de plus en plus accessible. L'actualisation différée consiste à dévaluer des récompenses plus importantes et plus tardives au profit de récompenses plus petites et plus immédiates. La nouveauté constante et la primauté des stimuli sexuels en tant que récompenses naturelles particulièrement fortes font de la pornographie sur Internet un activateur unique du système de récompense du cerveau, ayant ainsi des implications pour les processus de prise de décision. Sur la base d'études théoriques de la psychologie évolutionniste et de la neuroéconomie, deux études ont testé l'hypothèse selon laquelle la consommation de pornographie sur Internet serait liée à des taux plus élevés d'actualisation des délais.

L'étude 1 a utilisé une conception longitudinale. Les participants ont rempli un questionnaire sur l'utilisation de la pornographie et une tâche de remise de délai à Time 1, puis à nouveau quatre semaines plus tard. Les participants signalant une utilisation initiale élevée de la pornographie ont démontré un taux d'actualisation du délai plus élevé avec Time 2, en contrôlant le délai d'actualisation initial.

Étude 2 testé pour la causalité avec un plan expérimental. Les participants ont été assignés au hasard à s'abstenir de leur nourriture préférée ou de la pornographie pendant trois semaines. Les participants qui se sont abstenus de consommer de la pornographie ont démontré une réduction des délais plus courts que ceux qui se sont abstenus de manger leur nourriture préférée. La découverte suggère que la pornographie sur Internet est une récompense sexuelle qui contribue à retarder l’escompte autrement que les autres récompenses naturelles. Les implications théoriques et cliniques de ces études sont mises en évidence.

Ce papier contient deux études longitudinales examinant les effets de la pornographie sur Internet sur la «remise des délais». La remise différée survient lorsque les gens choisissent dix dollars maintenant plutôt que 20 dollars par semaine. C'est l'incapacité de retarder la gratification immédiate pour une récompense plus précieuse à l'avenir.

Pensez au célèbre Expérience de guimauve de Stanford, où les années 4 et 5 étaient informées que si elles retardaient de manger leur guimauve alors que le chercheur sortait, elles seraient récompensées par une deuxième guimauve à leur retour. Regarde ça drôle vidéo des enfants aux prises avec ce choix.

La première étude (âge médian du sujet 20) corrélait l'utilisation de la pornographie des sujets avec leurs scores sur une tâche de gratification différée. Les resultats:

Plus les participants consommaient de pornographie, plus ils considéraient que les récompenses futures valaient moins que les récompenses immédiates., même si les récompenses futures valent objectivement plus.

En termes simples, une utilisation accrue du porno était associée à une moindre capacité à retarder la gratification pour des récompenses futures plus importantes. Dans la deuxième partie de cette étude, les chercheurs ont évalué les sujets avec retard à l'actualisation de 4 quelques semaines plus tard et ont établi une corrélation avec leur utilisation de porno.

Ces résultats indiquent que L’exposition continue à la gratification immédiate de la pornographie est liée à l’augmentation progressive des remises sur délais.

L’utilisation continue de la pornographie a eu pour résultat plus grand remise différée des semaines 4 plus tard. Ceci suggère fortement que l'utilisation de pornographie affaiblit la capacité à retarder la gratification, plutôt que l'incapacité de retarder la gratification menant à une utilisation de pornographie. La deuxième étude a conduit cette maison.

A deuxième étude (âge médian 19) a été réalisée pour évaluer si l'utilisation du porno les causes remise différée ou incapacité de retarder la gratification. Les chercheurs divisés utilisateurs de porno actuels en deux groupes:

  1. Un groupe s'est abstenu d'utiliser le porno pendant les semaines 3,
  2. Un deuxième groupe s'est abstenu de manger leur plat préféré pendant les semaines 3.

On a dit à tous les participants que l'étude concernait la maîtrise de soi et qu'ils avaient été choisis au hasard pour s'abstenir de l'activité qui leur était assignée.

La partie intelligente était que les chercheurs ont demandé au deuxième groupe d'utilisateurs de porno de s'abstenir de manger leur nourriture préférée. Cela garantissait que 1) tous les sujets engagés dans une tâche de maîtrise de soi, et 2) l'utilisation de la pornographie du deuxième groupe n'était pas affectée.

À la fin des 3 semaines, les participants ont été impliqués dans une tâche d'évaluation de l'actualisation des délais. Soit dit en passant, alors que le «groupe d’abstinence pornographique» a regardé beaucoup moins de pornographie que les «abstinents favoris», la plupart ne s'est pas complètement abstenu de la visualisation du porno. Les resultats:

Comme prévu, les participants qui ont maîtrisé leur désir de consommer de la pornographie ont choisi un pourcentage plus élevé de récompenses plus importantes et plus tardives par rapport aux participants qui maîtrisaient eux-mêmes leur consommation d'aliments mais continuaient de consommer de la pornographie.

Le groupe qui a réduit son visionnage de porno pendant 3 semaines a affiché moins de retard que le groupe qui s'est abstenu de son plat préféré. En termes simples, s'abstenir de la pornographie sur Internet a augmenté la capacité des utilisateurs de porno à retarder la gratification. De l'étude:

Ainsi, s’appuyant sur les résultats longitudinaux de l’étude 1, nous avons démontré que la consommation continue de pornographie était liée de manière causale à un taux plus élevé d’actualisation des retards. L'exercice de la maîtrise de soi dans le domaine sexuel avait un effet plus marqué sur la réduction des retards que l'exercice de la maîtrise de soi sur un autre appétit physique gratifiant (par exemple, manger son aliment préféré).

Les plats à emporter:

  1. Ce n'était pas l'exercice de la maîtrise de soi qui augmentait la capacité de retarder la gratification. La réduction de l'utilisation de la pornographie était le facteur clé.
  2. La pornographie sur Internet est un stimulant unique.
  3. L'utilisation de la pornographie sur Internet, même chez les non toxicomanes, a des effets à long terme.

Qu'y a-t-il de si important dans la réduction des délais (la capacité de retarder la gratification)? Eh bien, la réduction des délais a été liée à la toxicomanie, au jeu excessif, aux comportements sexuels à risque et à la dépendance à Internet.

De retour à «l'expérience de la guimauve» de 1972: les chercheurs ont rapporté que les enfants qui étaient prêts à retarder la gratification et attendaient de recevoir la deuxième guimauve ont fini par avoir des scores SAT (aptitude) plus élevés, des niveaux plus faibles de toxicomanie, une probabilité moindre d'obésité, de meilleures réponses au stress, de meilleures compétences sociales telles que rapportées par leurs parents et généralement de meilleurs scores dans une gamme d'autres mesures de la vie (les études de suivi ici, iciet ici). La capacité de retarder la gratification était essentielle au succès dans la vie.

Cette étude porno fait tout basculer. Alors que les études sur la guimauve indiquent que la capacité de retarder la gratification est une caractéristique immuable, cette étude démontre qu'elle est fluide, dans une certaine mesure. La découverte surprenante est que l'exercice de la volonté n'était pas le facteur clé. L'utilisation de pornographie sur Internet a affecté la capacité des sujets à retarder la gratification. De l'étude:

«Nos résultats renforcent également les conclusions selon lesquelles les différences d'actualisation des délais sont en grande partie dues au comportement plutôt qu'aux prédispositions génétiques.»

Ainsi,

«Alors que les prédispositions développementales et biologiques peuvent jouer un rôle majeur dans les tendances à la réduction et à l'impulsivité, le comportement et la nature des stimuli et des récompenses contribuent également au développement de telles tendances.

Deux points importants: 1) les sujets n'ont pas été invités à s'abstenir de la masturbation ou du sexe - uniquement du porno, et 2) les sujets n'étaient pas des utilisateurs de porno compulsifs ou des toxicomanes. Les résultats démontrent clairement que la pornographie sur Internet est un stimulus supranormal, capable de modifier ce que les chercheurs pensaient pourtant être une caractéristique innée. De l'étude:

«La pornographie sur Internet est une récompense sexuelle qui contribue à retarder l'actualisation différemment des autres récompenses naturelles, même lorsque l'utilisation n'est pas compulsive ou addictive. Cette recherche apporte une contribution importante, démontrant que l'effet va au-delà de l'excitation temporaire.

As des milliers de redémarreurs [Les utilisateurs de porno qui expérimentent avec l'abandon du porno] ont révélé que l'utilisation de la pornographie sur Internet peut affecter beaucoup plus que la sexualité. D'après la conclusion de l'étude:

«La consommation de pornographie peut procurer une gratification sexuelle immédiate mais peut avoir des implications qui transcendent et affectent d'autres domaines de la vie d'une personne, en particulier les relations. Il est donc important de traiter la pornographie comme un stimulus unique dans les études de récompense, d’impulsivité et de dépendance et de l’appliquer en conséquence dans les traitements individuels et relationnels.. »

L'étude contient également une discussion utile sur le rôle de la dopamine et le comportement induit par les signaux. En outre, il fournit de nombreuses recherches sur les raisons pour lesquelles les signaux sexuels et les indices Internet (nouveauté constante) nécessitent une attention particulière. Sur le plan de l'évolution, l'avantage de la survie de la remise à plus tardive des stimuli sexuels serait d'inciter les mammifères à «l'obtenir pendant que l'obtenir est bon», transmettant ainsi avec succès leurs gènes.

Comme l'ont dit les chercheurs,

«L'utilisation de la pornographie en soi peut être une activité inoffensive mais, étant donné ce que nous savons du système de récompense et de la primauté du sexe en tant que récompense naturelle et stimulus viscéral, elle a également le potentiel de devenir compulsive ou addictive.»

Les chercheurs ont prédit que la consommation de porno augmenterait l'impulsivité pour les raisons 3:

  1. Les pulsions sexuelles peuvent être extrêmement puissantes et ont été liées à l'impulsivité dans des recherches antérieures
  2. La consommation de pornographie est un simple remplacement pour de vraies rencontres, peut devenir une habitude et peut conditionner l'utilisateur à une gratification instantanée.
  3. La nouveauté constante d'Internet peut conduire à une stimulation et à une habituation répétées (diminution de la réactivité, entraînant un besoin de stimulation supplémentaire)

Enfin, comme la plupart des sujets étaient encore à l’adolescence, on discute brièvement de la manière dont les adolescents peuvent être traités. particulièrement vulnérable aux effets de la pornographie sur Internet.

«En ce qui concerne l'échantillon actuel d'étudiants de niveau collégial (âges médians de 19 et 20 ans), il est important de savoir que, biologiquement, l'adolescence s'étend jusqu'à 25 ans environ. Les adolescents sont plus sensibles aux récompenses et moins aversion pour la surconsommation sensible à la dépendance. »


Section #2: Études longitudinales:

 

Exposition des jeunes adolescents à la pornographie sur Internet: relations entre la puberté, la recherche de sensations et les performances scolaires (2014)

Une augmentation de l'utilisation de la pornographie a été suivie d'une baisse des performances académiques. Un extrait:

Cette étude par panel à deux vagues visait à tester un modèle intégratif chez des garçons adolescents précoces (âge moyen = 14.10; N = 325) qui (a) explique leur exposition à la pornographie sur Internet en examinant les relations entre la puberté et la recherche de sensations, et (b ) explore les conséquences potentielles de leur exposition à la pornographie sur Internet pour leurs performances académiques. Un modèle de chemin intégratif a indiqué que le moment de la puberté et la recherche de sensations prédisaient l'utilisation de la pornographie sur Internet. Les garçons avec un stade de puberté avancé et les garçons riches en sensations fortes recherchent plus fréquemment de la pornographie sur Internet. En outre, une utilisation accrue de la pornographie sur Internet a entraîné une baisse des résultats scolaires des garçons six mois plus tard. La discussion porte sur les conséquences de ce modèle intégrateur pour les recherches futures sur la pornographie sur Internet.


Exposition Des Adolescents Au Matériel Internet Explicite Sexuellement Et La Satisfaction Sexuelle: Une étude Longitudinale (2009)

Étude longitudinale. Extrait:

Entre mai 2006 et mai 2007, nous avons mené une enquête par panel à trois vagues auprès d'adolescents néerlandais 1,052 âgés de 13 – 20. Modélisation d'équations structurelles a révélé que l'exposition à SEIM réduisait systématiquement la satisfaction sexuelle des adolescents. Une plus faible satisfaction sexuelle (dans Wave 2) a également augmenté l'utilisation de SEIM (dans Wave 3). L'effet de l'exposition à SEIM sur la satisfaction sexuelle n'a pas différé entre les adolescents et les adolescentes.


La pornographie réduit-elle la qualité conjugale au fil du temps? Données probantes à partir de données longitudinales (2016)

La première étude longitudinale sur un échantillon représentatif de couples mariés. Il a révélé des effets négatifs importants de l'utilisation de la pornographie sur la satisfaction sexuelle et la qualité du mariage au fil du temps. Extrait:

Cette étude est la première à s’appuyer sur des données longitudinales représentatives au niveau national (étude 2006-2012 de la vie américaine) pour déterminer si une utilisation plus fréquente de la pornographie influe sur la qualité conjugale et si cet effet est modéré par le sexe. En général, les personnes mariées qui ont plus fréquemment regardé de la pornographie dans 2006 ont signalé des niveaux de qualité conjugale nettement plus bas dans 2012, nets de contrôles pour la qualité antérieure du mariage et de corrélats pertinents. PL'effet de l'ornographie n'était pas simplement un indicateur du mécontentement à l'égard de la vie sexuelle ou de la prise de décision matrimoniale en 2006. En termes d'influence substantielle, la fréquence d'utilisation de la pornographie en 2006 était le deuxième indicateur le plus fort de la qualité conjugale en 2012.


Jusqu'à ce que le porno nous sépare? Effets longitudinaux de l'utilisation de la pornographie sur le divorce (2016)

L'étude a utilisé des données de panel de l'Enquête sociale générale représentatives à l'échelle nationale recueillies auprès de milliers d'adultes américains. Les répondants ont été interrogés trois fois sur leur utilisation de la pornographie et leur état matrimonial - tous les deux ans de 2006-2010, 2008-2012 ou 2010-2014. Extraits:

Le début de l'utilisation de la pornographie entre les vagues d'enquête a presque doublé la probabilité d'être divorcé par la prochaine période d'enquête, de 6% à 11%, et a presque triplé pour les femmes, de 6% à 16%. Nos résultats suggèrent que regarder de la pornographie, dans certaines conditions sociales, peut avoir des effets négatifs sur la stabilité conjugale.

De plus, les chercheurs ont constaté que le niveau de bonheur conjugal initialement déclaré par les répondants jouait un rôle important dans la détermination de l'ampleur de l'association de la pornographie avec la probabilité de divorce. Parmi les personnes qui ont déclaré être «très heureuses» dans leur mariage lors de la première vague d'enquête, le début de l'audience de la pornographie avant la prochaine enquête était associé à une augmentation notable - de 3% à 12% - de la probabilité de divorcer au moment de cette prochaine enquête.


Pornographie sur Internet et qualité des relations: étude longitudinale sur les effets de l'adaptation, de la satisfaction sexuelle et du contenu Internet sexuellement explicite chez les jeunes mariés au sein du couple et entre partenaires (2015)

Extrait de cette étude longitudinale:

La les données d'un échantillon considérable de jeunes mariés ont montré que l'utilisation de SEIM avait des conséquences plus négatives que positives pour les époux et les épouses. Fait important, l'ajustement des maris a diminué l'utilisation de SEIM au fil du temps et son utilisation a diminué l'ajustement. En outre, une plus grande satisfaction sexuelle chez les maris prédisait une diminution de l'utilisation de leur épouse par SEIM un an plus tard, alors que l'utilisation de cette dernière par les épouses ne modifiait en rien la satisfaction sexuelle de leurs maris.


Utilisation de la pornographie et séparation conjugale: données factuelles issues de panels à deux vagues (2017)

Extrait de cette étude longitudinale:

S'appuyant sur des données tirées des ondes 2006 et 2012 de l'étude américaine Portraits of Life, représentative au niveau national, cet article examine si les Américains mariés qui regardent de la pornographie en 2006, que ce soit à une fréquence plus grande ou plus, risquent davantage de subir une séparation conjugale par 2012. Des analyses de régression logistique binaire ont montré les Américains mariés qui regardaient la pornographie dans 2006 étaient plus de deux fois plus susceptibles que ceux qui ne la regardaient pas de se séparer de 2012, même après avoir pris en compte le bonheur conjugal et la satisfaction sexuelle de 2006, ainsi que les corrélats sociodémographiques pertinents. La relation entre la fréquence d'utilisation de la pornographie et la séparation des relations conjugales était techniquement curviligne. La probabilité d'une séparation conjugale par 2012 augmentait jusqu'à un point avec l'utilisation de la pornographie 2006, puis diminuait aux fréquences les plus élevées d'utilisation de la pornographie.


Les utilisateurs de pornographie sont-ils plus susceptibles de vivre une rupture romantique? Données probantes à partir de données longitudinales (2017)

Extrait de cette étude longitudinale:

Cette étude visait à déterminer si les Américains qui utilisent la pornographie, que ce soit du tout ou plus fréquemment, sont plus enclins à signaler une rupture amoureuse au fil du temps. Les données longitudinales ont été extraites des ondes 2006 et 2012 de l’étude Portraits of American Life, représentative à l’échelle nationale. Les analyses de régression logistique binaire ont démontré que Les Américains qui ont visionné de la pornographie dans 2006 étaient presque deux fois plus susceptibles que ceux qui n'en avaient jamais vu de rapporter une rupture amoureuse de 2012, même après avoir contrôlé les facteurs pertinents tels que le statut de la relation 2006 et d'autres corrélats sociodémographiques. Cette association était considérablement plus forte pour les hommes que pour les femmes et pour les Américains non mariés que pour les Américains mariés. Les analyses ont également montré une relation linéaire entre la fréquence à laquelle les Américains visionnaient de la pornographie dans 2006 et leurs chances de rupture par 2012.


Relations entre exposition à la pornographie en ligne, bien-être psychologique et permissivité sexuelle chez les adolescents chinois de Hong Kong: une étude longitudinale à trois vagues (2018)

Cette étude longitudinale a révélé que l'utilisation du porno était liée à la dépression, à une plus faible satisfaction à l'égard de la vie et à des attitudes sexuelles permissives. Extraits:

Comme supposé, l'exposition des adolescents à la pornographie en ligne était associée à des symptômes dépressifs et correspondait aux études précédentes (par exemple, Ma et al. 2018; Wolak et al. 2007). Les adolescents, qui ont été intentionnellement exposés à la pornographie en ligne, ont signalé un niveau plus élevé de symptômes dépressifs. Ces résultats sont conformes aux études antérieures sur l’impact négatif de l’utilisation d’Internet sur le bien-être psychologique, tels que les symptômes dépressifs (Nesi et Prinstein, 2015; Primack et al. 2017; Zhao et al. 2017), l’estime de soi (Apaolaza et al. 2013; Valkenburg et al. 2017) et la solitude (Bonetti et al. 2010; Ma 2017). De plus, cette étude fournit un appui empirique aux effets à long terme d'une exposition intentionnelle à la pornographie en ligne sur la dépression au fil du temps. Cela suggère qu'une exposition intentionnelle précoce à la pornographie en ligne pourrait conduire à des symptômes dépressifs plus tardifs à l'adolescence… ..

La relation négative entre la satisfaction à l'égard de la vie et l'exposition à la pornographie en ligne était conforme aux études précédentes (Peter et Valkenburg 2006; Ma et al. 2018; Wolak et al. 2007). La présente étude montre que les adolescents moins satisfaits de leur vie à Wave 2 peuvent les amener à être exposés aux deux types d’exposition pornographique à Wave 3.

La présente étude montre les effets simultanés et longitudinaux d'attitudes sexuelles permissives sur les deux types d'exposition à la pornographie en ligne. Comme prévu dans des recherches antérieures (Lo et Wei 2006; Brown et L'Engle 2009; Peter et Valkenburg 2006), des adolescents sexuellement permissifs ont signalé des niveaux plus élevés d'exposition aux deux types de pornographie en ligne.


Section #3: Exposition expérimentale à la pornographie:

 

Effet de l'érotisme sur la perception esthétique de leurs partenaires sexuels féminins par les jeunes hommes (1984)

Extrait:

Les étudiants de premier cycle de sexe masculin ont été exposés à (a) des scènes de la nature ou (b) des femmes belles contre (c) des femmes peu attrayantes dans des situations sexuellement attrayantes. Par la suite, ils ont évalué l'attrait sexuel de leurs amies et évalué leur satisfaction à l'égard de leurs camarades. Sur les mesures illustrées des profils d'attrait corporel de la poitrine et de la fesse à plat à hypervoluptueux, la pré-exposition à de belles femelles avait tendance à supprimer l'attrait des partenaires, tandis que la pré-exposition à des femelles peu attrayantes avait tendance à l'améliorer. Après exposition à de belles femelles, la valeur esthétique des partenaires est tombée nettement en dessous des évaluations faites après une exposition à des femelles peu attrayantes; cette valeur a pris une position intermédiaire après l'exposition de contrôle. Cependant, les changements dans l'attrait esthétique des partenaires ne correspondaient pas aux changements de satisfaction à l'égard des partenaires.


Effets de la consommation prolongée de pornographie sur les valeurs familiales (1988)

Extrait:

Les étudiants et les étudiants non scolarisés, hommes et femmes, ont été exposés à des bandes vidéo contenant de la pornographie courante, non violente ou du contenu inoffensif. L'exposition était en séances horaires toutes les six semaines consécutives. Au cours de la septième semaine, les sujets ont participé à une étude apparemment non liée sur les institutions sociales et les gratifications personnelles. Le mariage, les relations de cohabitation et les problèmes connexes ont été jugés sur un questionnaire créé spécialement pour la valeur du mariage. Les résultats ont montré un impact constant de la consommation de pornographie.

L'exposition a entraîné, entre autres, une plus grande acceptation des rapports sexuels avant et extraconjugaux et une plus grande tolérance de l'accès sexuel non exclusif aux partenaires intimes. Cela renforçait la conviction que la promiscuité masculine et féminine est naturelle et que la répression des inclinaisons sexuelles pose un risque pour la santé. L'exposition a abaissé l'évaluation du mariage, faisant de cette institution un aspect moins important et moins viable à l'avenir. L'exposition réduit également le désir d'avoir des enfants et favorise l'acceptation de la domination masculine et de la servitude féminine. À quelques exceptions près, ces effets étaient uniformes chez les hommes et les femmes, ainsi que chez les étudiants et les non-étudiants.


L'impact de la pornographie sur la satisfaction sexuelle (1988)

Extrait:

Les étudiants et les étudiants non scolarisés, hommes et femmes, ont été exposés à des bandes vidéo contenant de la pornographie courante, non violente ou du contenu inoffensif. L'exposition était en séances horaires toutes les six semaines consécutives. Au cours de la septième semaine, les sujets ont participé à une étude apparemment non liée sur les institutions sociales et les gratifications personnelles. [L'utilisation du porno] a eu un impact important sur l'auto-évaluation de l'expérience sexuelle. Après avoir consommé de la pornographie, les sujets ont indiqué qu'ils étaient moins satisfaits de leurs partenaires intimes, en particulier de l'affection, de l'apparence physique, de la curiosité sexuelle et des performances sexuelles de ces partenaires. De plus, les sujets auxquels on attache une importance accrue pour le sexe sans implication émotionnelle. Celles-ci les effets étaient uniformes selon le sexe et la population.


Influence de l'érotisme populaire sur les jugements des étrangers et des partenaires (1989)

Extrait:

Dans l'expérience 2, des sujets masculins et féminins ont été exposés à l'érotisme du sexe opposé. Dans la deuxième étude, il existait une interaction entre le sexe du sujet et l’état du stimulus lors de l’évaluation de l’attraction sexuelle. Les effets décrémentaux de l’exposition de la région centrale n’ont été observés que chez les hommes exposés aux femmes nues. Les hommes qui ont trouvé le PlayboyLes centres-centres de type plus agréable se sont jugés moins amoureux de leur femme.


Le traitement des images pornographiques nuit aux performances de la mémoire de travail (2013)

Des scientifiques allemands ont découvert que Internet erotica peut diminuer la mémoire de travail. Dans cette expérience d'imagerie pornographique, des personnes saines de 28 effectuaient des tâches de mémoire de travail en utilisant différents ensembles d'images 4, dont l'un était pornographique. Les participants ont également évalué les images pornographiques en ce qui concerne l'excitation sexuelle et les pulsions de masturbation avant et après la présentation d'images pornographiques. Les résultats ont montré que la mémoire de travail était pire lors de la visionnage de porno et qu'une plus grande excitation augmentait la baisse.

Mémoire de travail est la capacité de garder l'information à l'esprit tout en l'utilisant pour accomplir une tâche ou relever un défi. Par exemple, c'est la capacité de jongler avec divers éléments d'information pendant que vous traitez un problème de mathématiques ou de garder les personnages droits pendant que vous lisez une histoire. Il vous aide à garder votre objectif à l'esprit, à résister aux distractions et à empêcher les choix impulsifs, il est donc essentiel à l'apprentissage et à la planification. Un résultat de recherche cohérent est que les signaux liés à la dépendance entravent la mémoire de travail. Fait intéressant, les alcooliques qui ont suivi un mois de formation pour améliorer la mémoire de travail ont vu une diminution de leur consommation d'alcool et de meilleurs scores sur la mémoire de travail. En d'autres termes, l'amélioration de la mémoire de travail semble renforcer le contrôle des impulsions. Un extrait:

Certaines personnes signalent des problèmes pendant et après les rapports sexuels sur Internet, tels que le manque de sommeil et les rendez-vous oubliés, qui sont associés à des conséquences négatives sur la vie. L'un des mécanismes susceptibles de provoquer ce type de problèmes est que l'excitation sexuelle pendant le sexe sur Internet peut interférer avec la capacité de la mémoire de travail, entraînant la négligence des informations environnementales pertinentes et, partant, une prise de décision désavantageuse. Les résultats ont révélé une performance WM plus médiocre dans les conditions d'image pornographique de la tâche 4-back par rapport aux trois conditions d'image restantes. Les résultats sont discutés en ce qui concerne la dépendance à Internet, car les interférences de substances liées à la dépendance sont bien connues.


Le traitement d'images sexuelles interfère avec la prise de décision dans l'ambiguïté (2013)

Une étude a révélé que la visualisation d'images pornographiques interférait avec la prise de décision lors d'un test cognitif standardisé. Cela suggère que la pornographie pourrait affecter le fonctionnement exécutif, qui est un ensemble de compétences mentales qui vous aident à faire avancer les choses. Ces compétences sont contrôlées par une zone du cerveau appelée cortex préfrontal. Un extrait:

La performance décisionnelle était pire lorsque les images sexuelles étaient associées à des jeux de cartes désavantageux par rapport à la performance lorsque les images sexuelles étaient associées à des jeux de cartes avantageux. L'éveil sexuel subjectif modère la relation entre l'état de la tâche et la performance décisionnelle. Cette étude a mis l'accent sur le fait que l'excitation sexuelle interférait dans la prise de décision, ce qui peut expliquer pourquoi certaines personnes subissent des conséquences négatives dans le contexte de l'utilisation du cybersexe.


Être coincé avec la pornographie? La surutilisation ou la négligence des signaux cybersexe dans une situation multitâche est liée aux symptômes de la dépendance au cybersexe (2015)

Les sujets ayant une tendance plus forte à la dépendance au porno accomplissaient plus mal les tâches de fonctionnement exécutif (qui sont sous les auspices du cortex préfrontal). Quelques extraits:

Nous avons cherché à savoir si une tendance à la dépendance au cybersexe est associée à des problèmes pour exercer un contrôle cognitif sur une situation multitâche impliquant des images pornographiques. Nous avons utilisé un paradigme multitâche dans lequel les participants avaient l'objectif explicite de travailler à parts égales sur du matériel neutre et pornographique. [Et] nous avons constaté que les participants qui ont signalé des tendances à la dépendance au cybersexe s'écartaient plus de cet objectif.


Fonctionnement exécutif d'hommes sexuellement compulsifs et non sexuellement compulsifs avant et après le visionnage d'une vidéo érotique (Messina et al., 2017)

L'exposition à la pornographie a affecté le fonctionnement exécutif chez les hommes ayant des «comportements sexuels compulsifs», mais pas des témoins sains. Un mauvais fonctionnement de l'exécutif lorsqu'il est exposé à des signaux liés à la dépendance est une caractéristique des troubles liés à la substance (indiquant à la fois circuits préfrontaux modifiés et sensibilisation). Extraits:

Cette constatation indique une meilleure flexibilité cognitive après la stimulation sexuelle par les témoins par rapport aux participants sexuellement compulsifs. Ces données confirment l’idée que les hommes sexuellement compulsifs ne tirent pas parti des effets potentiels de l’apprentissage grâce à l’expérience, ce qui pourrait entraîner une meilleure modification du comportement. Cela pourrait également être compris comme un manque d’effet d’apprentissage du groupe sexuellement compulsif lorsqu’il est stimulé sexuellement, comme cela se produit dans le cycle de la dépendance sexuelle, qui commence par une augmentation de la cognition sexuelle, suivie de l’activation de la sexualité. scripts et ensuite l'orgasme, impliquant très souvent l'exposition à des situations à risque.


L’exposition à des stimuli sexuels induit une réduction des achats conduisant à une implication accrue dans la cyber-délinquance chez les hommes (Cheng et Chiou, 2017)

Dans deux études, l'exposition à des stimuli sexuels visuels a entraîné: 1) une réduction différée plus importante (incapacité à retarder la gratification), 2) une plus grande propension à s'engager dans la cyber-délinquance, 3) une plus grande propension à acheter des produits contrefaits et à pirater le compte Facebook de quelqu'un. Pris ensemble, cela indique que l'utilisation de la pornographie augmente l'impulsivité et peut réduire certaines fonctions exécutives (maîtrise de soi, jugement, prévision des conséquences, contrôle des impulsions). Extrait:

Les personnes rencontrent fréquemment des stimuli sexuels lors de l'utilisation d'Internet. La recherche a montré que les stimuli induisant la motivation sexuelle peuvent conduire à une impulsivité plus grande chez les hommes, comme en témoigne un plus grand escompte temporel (c’est-à-dire une tendance à préférer des gains plus modestes et immédiats à des gains futurs plus importants).

En conclusion, les résultats actuels démontrent une association entre les stimuli sexuels (exposition à des photos de femmes sexy ou des vêtements excitant sexuellement) et la participation des hommes à la cyberdélinquance. Nos résultats suggèrent que l'impulsivité et la maîtrise de soi chez les hommes, comme en témoigne l'actualisation temporelle, sont susceptibles d'échouer face aux stimuli sexuels omniprésents. Les hommes peuvent tirer parti de la surveillance du lien entre l'exposition aux stimuli sexuels et leurs choix et comportements délinquants ultérieurs. Nos résultats suggèrent que rencontrer des stimuli sexuels peut attirer les hommes vers la cyber-délinquance

Les résultats actuels suggèrent que la grande disponibilité de stimuli sexuels dans le cyberespace pourrait être plus étroitement associée au comportement de cyber-délinquant des hommes qu'on ne le pensait auparavant.


 


Études sur Internet et les jeux vidéo suggérant ou démontrant une cause:

Communication en ligne, utilisation compulsive d'Internet et bien-être psychosocial chez les adolescents: une étude longitudinale. (2008)

Étude longitudinale. Extraits:

La présente étude a examiné les relations entre la communication en ligne des adolescents et l'utilisation compulsive d'Internet, la dépression et la solitude. L'étude avait une conception longitudinale à 2 ondes avec un intervalle de 6 mois. L'échantillon était composé de 663 étudiants, 318 hommes et 345 femmes, âgés de 12 à 15 ans. Les questionnaires ont été administrés dans une salle de classe. Les résultats ont montré que l'utilisation de la messagerie instantanée et des discussions en chat était positivement liée à l'utilisation compulsive d'Internet 6 des mois plus tard. De plus, en accord avec la célèbre étude HomeNet (R. Kraut et al., 1998), l’utilisation de la messagerie instantanée était positivement associée à la dépression 6 quelques mois plus tard. Enfin, la solitude était négativement liée à l'utilisation de la messagerie instantanée 6 quelques mois plus tard.


Effet de l'utilisation pathologique de l'Internet sur la santé mentale des adolescents (2010)

Une des premières études évaluant les utilisateurs d’Internet au fil du temps. Une étude suggère que l’utilisation d’Internet provoque une dépression chez les adolescents. Extraits:

Examiner les effets de l'utilisation pathologique d'Internet sur la santé mentale, y compris l'anxiété et la dépression, d'adolescents en Chine. L'hypothèse est que l'utilisation pathologique d'Internet est préjudiciable à la santé mentale des adolescents.

SCHÉMA: Une étude prospective avec une cohorte générée aléatoirement de la population.

PARTICIPANTS: Adolescents âgés entre années 13 et 18.

RÉSULTATS: Après ajustement pour tenir compte des facteurs de confusion potentiels, le risque relatif de dépression pour ceux qui utilisaient Internet de manière pathologique était d'environ 212 fois. celui de ceux qui n’ont pas présenté les comportements d’utilisation Internet pathologiques ciblés. Aucune relation significative entre l'utilisation pathologique de l'Internet et l'anxiété au suivi n'a été observée.

Les résultats suggèrent que les jeunes qui sont au début libres de problèmes de santé mentale mais utilisent Internet de manière pathologique pourraient développer une dépression en conséquence. Ces résultats ont des implications directes pour la prévention de la maladie mentale chez les jeunes, en particulier dans les pays en développement.


Précurseur ou séquelle: troubles pathologiques chez les personnes ayant un trouble de dépendance à Internet (2011)

Une étude unique. Il suit les étudiants universitaires de première année pour déterminer quel pourcentage développe une dépendance à Internet et quels facteurs de risque peuvent être en jeu. L'aspect unique est que les sujets de recherche n'avaient pas utilisé Internet avant de s'inscrire à l'université. Difficile à croire. Après seulement un an d'école, un petit pourcentage a été classé comme accros à Internet. Ceux qui ont développé une dépendance à Internet étaient INITIALEMENT plus élevés sur l'échelle obsessionnelle, mais inférieurs sur les scores de dépression anxieuse et d'hostilité. Extraits:

Cette étude visait à évaluer le rôle des troubles pathologiques dans les troubles de la dépendance à Internet et à identifier les problèmes pathologiques de la DIA, ainsi qu'à explorer l'état mental des toxicomanes avant la dépendance à Internet, y compris les caractéristiques pathologiques pouvant déclencher le trouble de la dépendance à Internet.

Méthodes et constatations

Les étudiants 59 ont été mesurés par Symptom Check List-90 avant et après leur dépendance à Internet. Une comparaison des données collectées dans Symptom Checklist-90 avant la dépendance à Internet et les données collectées après la dépendance à Internet a illustré le rôle des troubles pathologiques chez les personnes atteintes de trouble de la dépendance à Internet. La dimension obsessionnelle-compulsive a été jugée anormale avant leur dépendance à Internet. Après leur dépendance, des scores significativement plus élevés ont été observés pour les dimensions dépression, anxiété, hostilité, sensibilité interpersonnelle et psychoticisme, ce qui suggère que ces troubles résultaient d'un trouble de la dépendance à Internet. Les dimensions de la somatisation, des idées paranoïaques et de l’anxiété phobique n’ont pas changé au cours de la période de l’étude, ce qui signifie que ces dimensions ne sont pas liées au trouble de la dépendance à Internet.

Conclusions

Nous ne pouvons pas trouver de prédicteur pathologique solide pour le trouble de la dépendance à Internet. Le trouble de la dépendance à Internet peut poser certains problèmes pathologiques aux toxicomanes.

Le point clé est que la dépendance à Internet semble avoir causé changements comportementaux et émotionnels. De l'étude:

Après avoir développé une dépendance à Internet, des scores significativement plus élevés ont été observés pour les dimensions dépression, anxiété, hostilité, sensibilité interpersonnelle et psychoticisme, suggérant que ceux-ci étaient les résultats du trouble de la dépendance à Internet.

Nous ne pouvons pas trouver de prédicteur pathologique solide pour le trouble de la dépendance à Internet. Le trouble de la dépendance à Internet peut poser certains problèmes pathologiques aux toxicomanes.


Effets de la possession de jeux vidéo sur le fonctionnement scolaire et comportemental des jeunes garçons: étude randomisée et contrôlée (2010)

Les garçons qui reçu le système de jeu vidéo connaît une baisse de leurs scores en lecture et en écriture Extraits:

Après une évaluation initiale du rendement scolaire des garçons et du comportement signalé par les parents et les enseignants, les garçons ont été assignés au hasard pour recevoir le système de jeux vidéo immédiatement ou pour recevoir le système de jeux vidéo après une évaluation de suivi, 4 quelques mois plus tard. Les garçons qui ont reçu le système ont immédiatement passé plus de temps à jouer à des jeux vidéo et moins à des activités scolaires après l'école que les enfants de comparaison.

Les garçons qui ont reçu le système immédiatement ont également eu des scores plus faibles en lecture et en écriture et de plus grands problèmes scolaires signalés par l'enseignant au suivi que les enfants de comparaison. La quantité de jeux vidéo a joué le rôle de médiateur dans la relation entre la propriété des jeux vidéo et les résultats scolaires. Les résultats fournissent des preuves expérimentales que les jeux vidéo peuvent remplacer les activités parascolaires ayant une valeur éducative et peuvent entraver le développement des compétences en lecture et en écriture chez certains enfants.


Corrélats cérébraux du besoin de jeux en ligne sous exposition ciblée chez des sujets ayant une dépendance au jeu sur Internet et chez des sujets réprimés (2011)

Contrairement à la plupart des études, celle-ci incluait à la fois des contrôles et des toxicomanes Internet en rémission. Les chercheurs ont découvert que les sujets avec dépendance à Internet présentaient un modèle d'activation différent de celui des témoins et des anciens toxicomanes sur Internet. Le cerveau d'Internet Addicts était différent de celui des témoins et la récupération a entraîné une inversion des modifications du cerveau liées à la dépendance. Extraits:

Cette étude visait à évaluer les corrélats cérébraux du besoin impérieux de jouer aux jeux en ligne chez des sujets souffrant de dépendance au jeu sur Internet (IGA), sujets en rémission fde l'IGA et contrôles. La réponse au besoin a été évaluée par la conception d’images par résonance magnétique fonctionnelle (IRMf) liées à l’événement.

Quinze sujets avec IGA, 15 en rémission des contrôles IGA et 15 ont été recrutés dans cette étude. Les sujets ont été organisés pour visionner les captures d’écran de jeu et les images neutres à l’étude des IRMf. Les résultats ont montré que le cortex préfrontal dorsolatéral bilatéral (DLPFC), le précuneus, le parahippocampe gauche, le cingulum postérieur et le cingulaire antérieur droit étaient activés en réponse aux signaux de jeu dans le groupe IGA et que leur activation était plus forte dans le groupe IGA que dans le groupe contrôle.

Leur région d’intérêt était également positivement corrélée à une envie de jeu subjective sous exposition de signaux. Ces zones cérébrales activées représentent le circuit cérébral correspondant au mécanisme du trouble lié à l'utilisation de substances. Ainsi, cela suggérerait que le mécanisme de l'IGA est similaire à un trouble lié à l'utilisation de substances. En outre, le groupe IGA avait une activation plus forte sur le DLPFC droit et le parahippocampe gauche que le groupe de rémission. Les deux domaines seraient des marqueurs potentiels de la dépendance actuelle au jeu en ligne et devraient être étudiés dans des études ultérieures.


Changement de P300 et thérapie cognitivo-comportementale chez les sujets présentant un trouble de la dépendance à Internet: étude de suivi du mois 3 (2011)

Après 3 mois de traitement, les lectures EEG chez les toxicomanes sur Internet avaient considérablement changé. Extraits:

Les résultats de l’enquête actuelle sur les ERP chez les personnes souffrant de DIA étaient conformes aux conclusions d’études antérieures sur d’autres dépendances [17-20]. Plus précisément, nous avons constaté une réduction de l’amplitude de P300 et une plus longue latence de P300 chez des individus présentant des comportements de dépendance par rapport à des témoins sains. Ces résultats confortent l'hypothèse selon laquelle des mécanismes pathologiques similaires sont impliqués dans différents comportements de dépendance.

Une autre découverte majeure de la présente étude est que la latence initialement prolongée de P300 chez les personnes atteintes de IAD a diminué de manière significative après la TCC. Compte tenu de la rareté des études sur la DIA, y compris le traitement et les mesures de suivi, l'association entre la latence P300 et le traitement par la DIA dans notre échantillon doit être interprétée avec prudence. Des recherches supplémentaires devraient être menées pour reproduire ce résultat, en utilisant des échantillons plus grands et d'autres types de traitement. La latence P300 est considérée comme une mesure de l’attribution de ressources par l’attention., et la prolongation de cette composante ERP a été discutée en tant qu’indice des processus neurodégénératifs affectant la taille de la callosite et l’efficacité de la transmission interhémisphérique [22-23].


Effets de l'électroacupuncture combinant une psycho-intervention sur la fonction cognitive et les potentiels liés à un événement

Étude comparée des protocoles de traitement 3 chez les sujets ayant une dépendance à Internet. Résultats intéressants:

  1. Après plusieurs jours de traitement par 40, la fonction cognitive s'est améliorée de manière significative.
  2. Les scores de dépendance à Internet ont été significativement réduits dans tous les groupes, quel que soit le traitement.

Ceci suggère fortement que la fonction cognitive plus pauvre n'était pas une condition préexistante et s'est améliorée avec l'abstinence. Extraits:

OBJECTIF: Observer les effets de la thérapie globale (CT) avec électroacupuncture (EA) en combinaison avec la psycho-intervention (PI) sur la fonction cognitive et les potentiels liés à un événement (ERP), P300 et la négativité de mismatch (MMN), chez les patients ayant une dépendance à Internet (IA) pour une exploration préliminaire du mécanisme possible de la thérapie.

METHODES: Cent vingt patients IA ont été divisés au hasard en trois groupes et un total de sujets 112 ont atteint l'analyse finale de l'essai, le groupe EA (patients 39), le groupe IP (patients 36) et le groupe CT (patients 37). ). Le traitement pour tous les patients était de 40 jours. Des changements avant et après le traitement en termes de score en fonction de l'échelle d'autoévaluation de l'IA, de la capacité de mémoire à court terme, de la durée de la mémoire à court terme ainsi que de la latence et de l'amplitude de P300 et de MMN chez les patients ont été observés.

RÉSULTATS: Après le traitement, dans tous les groupes, le score IA était significativement réduit et les scores de capacité de mémoire à court terme et de durée de la mémoire à court terme augmentaient de manière significative., alors que la diminution du score IA dans le groupe CT était plus significative que dans les deux autres groupes.


Les abuseurs Internet associent à un état dépressif mais pas à un trait dépressif (2013)

La dépendance à Internet était associée à des états dépressifs, mais pas à des traits dépressifs. Cela signifie que la dépression était le résultat de l'utilisation d'Internet - ce n'était pas une condition préexistante. Extraits:

La présente étude examine trois questions: (i) si les utilisateurs d’Internet affichent un état dépressif sans trait dépressif; (ii) quels symptômes sont partagés entre l'abus sur Internet et la dépression; et (iii) quelles caractéristiques de la personnalité ont été montrées chez les utilisateurs abusifs d'Internet.

Quatre-vingt-dix-neuf hommes et femmes 58 âgés de 18-24 ont été examinés avec la Chen Internet Addiction Scale.

Les résultats actuels montrent que les utilisateurs abusifs d'Internet à haut risque ont présenté un état dépressif plus fort que les utilisateurs abusifs d'Internet à faible risque dans le Beck Depression Inventory-II. Toutefois, les utilisateurs d’Internet à haut risque n’ont pas montré de trait dépressif dans l’Inventaire de personnalité multiphasique du Minnesota - 2 par rapport aux utilisateurs d’Internet à faible risque. Par conséquent, les participants à l'abus Internet à haut risque présentaient un état dépressif sans trait dépressif.

CONCLUSIONS: En comparant les symptômes de dépression et d'abus sur Internet, il a été constaté que les participants à haut risque d'abus sur Internet partageaient certains mécanismes comportementaux communs avec la dépression, notamment les symptômes psychiatriques de perte d'intérêt, de comportement agressif, d'humeur dépressive et de culpabilité. Les utilisateurs d'abus Internet à haut risque peuvent être plus susceptibles à un état dépressif temporel mais pas à un trait dépressif permanent.


L'exacerbation de la dépression, de l'hostilité et de l'anxiété sociale au cours de la dépendance à Internet chez les adolescents: une étude prospective (2014)

Cette étude a suivi les étudiants pendant un an pour évaluer les niveaux de dépendance à Internet et les niveaux de dépression, d’hostilité et d’anxiété sociale. Les chercheurs ont découvert que la dépendance à Internet exacerbait la dépression, l'hostilité et l'anxiété sociale, tandis que la rémission de la dépendance à Internet diminuait la dépression, l'hostilité et l'anxiété sociale. Cause et effet, pas seulement la corrélation. Extraits:

Dans les populations adolescentes du monde entier, la dépendance à Internet est répandue et est souvent associée à la dépression, à l'hostilité et à l'anxiété sociale des adolescents. Cette étude visait à évaluer l’exacerbation de la dépression, de l’hostilité et de l’anxiété sociale au cours du processus de toxicomanie sur Internet ou de rémission de la dépendance à Internet chez les adolescents.

Cette étude a recruté des adolescents 2293 de grade 7 pour évaluer leur dépression, leur hostilité, leur anxiété sociale et leur dépendance à Internet. Les mêmes évaluations ont été répétées un an plus tard. Le groupe d'incidence a été défini comme les sujets classés comme non dépendants dans la première évaluation et comme dépendants dans la deuxième évaluation. Le groupe de rémission était défini comme les sujets classés toxicomanes dans la première évaluation et non toxicomanes dans la deuxième évaluation.

La dépression et l'hostilité s'aggravent dans le processus de dépendance à Internet chez les adolescents. Une intervention de la dépendance à Internet devrait être fournie pour prévenir ses effets négatifs sur la santé mentale. La dépression, l'hostilité et l'anxiété sociale ont diminué au cours du processus de rémission. Elle a suggéré que les conséquences négatives pourraient être inversées si la dépendance à Internet pouvait être remise dans un délai bref.


Thérapie de réalité virtuelle pour le trouble du jeu sur Internet (2014)

Des améliorations de la connectivité cortico-striatale se sont produites au fil du temps. Extraits:

Des études utilisant l’imagerie par résonance magnétique fonctionnelle (IRMf) ont mis en évidence un dysfonctionnement du circuit cortico-limbique chez les personnes présentant un trouble du jeu sur Internet (IGD).). Nous avons émis l’hypothèse que la thérapie de réalité virtuelle (IGR) pour l’IGD améliorerait la connectivité fonctionnelle du circuit cortico-limbique.

À l'hôpital universitaire de Chung-Ang, 24 adultes atteints d'IGD et 12 utilisateurs de jeux occasionnels ont été recrutés. Le groupe IGD a été assigné au hasard dans le groupe de thérapie cognitivo-comportementale (TCC) (N = 12) et le groupe VRT (N = 12). La gravité de l'IGD a été évaluée avec l'échelle de dépendance à Internet de Young (YIAS) avant et après la période de traitement. En utilisant l'IRMf à l'état de repos, la connectivité fonctionnelle de la graine du cingulaire postérieur (PCC) à d'autres zones du cerveau a été étudiée.

Au cours de la période de traitement, les groupes TCC et VRT ont montré des réductions significatives des scores YIAS. Au départ, le groupe IGD a montré une connectivité réduite dans le circuit cortico-striatal-limbique. Dans le groupe CBT, la connectivité des semences de PCC aux noyaux lenticulaires bilatéraux et au cervelet a augmenté pendant CBT 8-session. Dans le groupe VRT, le connectivité de la graine PCC vers le thalamus gauche, le lobe frontal, le cervelet, accrue pendant la session 8 VRT.

Le traitement de l'IGD à l'aide de la TRV semblait améliorer la gravité de l'IGD, qui présentait une efficacité similaire à celle de la TCC, et améliorer l'équilibre du circuit cortico-striatal-limbique.


Le côté obscur de l'utilisation d'Internet: deux études longitudinales sur l'utilisation excessive d'Internet, les symptômes dépressifs, l'épuisement scolaire et l'engagement des finnois précoces et tardifs (2016)

Une étude longitudinale a révélé qu'une utilisation excessive d'Internet peut provoquer un «épuisement professionnel» qui conduit à la dépression. Extraits:

Des recherches récentes montrent une préoccupation accrue pour le bien-être à l'école et les problèmes potentiels associés à l'utilisation par les élèves des technologies socio-numériques, c'est-à-dire les appareils mobiles, les ordinateurs, les médias sociaux et Internet. Parallèlement au soutien d'activités sociales créatives, la participation socio-numérique peut également conduire à des modèles de comportement compulsifs et addictifs affectant à la fois les problèmes de santé mentale généraux et scolaires.

À l'aide de deux vagues de données longitudinales recueillies parmi 1702 (53% de femmes) jeunes (12-14 ans) et 1636 (64% de femmes) tardifs (16-18 ans) adolescents finlandais, nous avons examiné les chemins croisés entre l'utilisation excessive d'Internet et l'engagement scolaire. et épuisement professionnel et symptômes dépressifs.

La modélisation par équation structurelle a révélé des chemins réciproques entre l'utilisation excessive d'Internet et l'épuisement scolaire chez les deux groupes d'adolescents: l'épuisement scolaire prédit une utilisation ultérieure excessive d'Internet et une utilisation excessive d'Internet prédit l'épuisement scolaire ultérieur. Des chemins réciproques entre épuisement scolaire et symptômes dépressifs ont également été trouvés. Les filles souffraient généralement plus de symptômes dépressifs que les garçons et, à la fin de l'adolescence, d'épuisement professionnel. Les garçons, à leur tour, étaient plus souvent victimes d'une utilisation excessive d'Internet. Ces résultats montrent que, chez les adolescents, une utilisation excessive d’Internet peut être une cause d’épuisement professionnel qui peut, par la suite, se transformer en symptômes dépressifs.


Effets d'une intervention comportementale sur l'état de manque sur les substrats neuraux de l'état de manque lié au signal dans le trouble du jeu sur Internet

Le traitement de la dépendance au jeu sur Internet a entraîné une réduction de la gravité de la dépendance ainsi que l’inversion correspondante des modifications du cerveau liées à la dépendance. Extraits:

  • Les sujets IGD ont présenté une activation neuronale altérée dans les zones liées à la récompense.
  • Les sujets atteints d'IGD ont atténué les symptômes de l'IGD après une IBC.
  • [Aussi] les sujets IGD ont montré une activation insulaire plus élevée après CBI.
  • Les sujets IGD ont présenté une connectivité inférieure insolingue-gyrus / précunéus après la CBI.

Le trouble du jeu sur Internet (IGD) se caractérise par une forte envie de jeux en ligne et de signaux associés. Étant donné que les signaux liés à la toxicomanie peuvent provoquer une activation accrue dans les zones du cerveau impliquées dans le traitement de la motivation et des récompenses et peuvent engendrer des comportements de jeu ou déclencher une rechute, l'amélioration de l'état de manque induit par les signaux peut être une cible prometteuse pour les interventions en matière d'IGD. Cette étude a comparé l'activation neuronale entre les sujets 40 IGD et 19 en bonne santé lors d'une tâche de réactivité de jeu sur Internet et a montré que les sujets IGD présentaient une activation plus forte dans plusieurs zones du cerveau, y compris le striatum dorsal, le tronc cérébral, la substance noire et la région antérieure. cortex cingulaire, mais activation plus faible dans l'insula postérieure.

En outre, vingt-trois sujets IGD (groupe CBI +) ont participé à une thérapie de groupe d'intervention comportementale du besoin (CBI), tandis que les 17 autres sujets IGD (groupe CBI) n'ont reçu aucune intervention.et tous les sujets IGD ont été scannés à des intervalles similaires. le Le groupe CBI + a montré une diminution de la sévérité de l'IGD et du besoin induit par un signal, une activation accrue dans l'insula antérieure et une diminution de la connectivité insulaire avec le gyrus lingual et le précuneus après avoir reçu le CBI. Ces résultats suggèrent que le CBI est efficace pour réduire le besoin impérieux et la gravité de l'IGD, et qu'il pourrait exercer ses effets en modifiant l'activation de l'insula et sa connectivité avec les régions impliquées dans le traitement visuel et le biais d'attention.


Changements de la qualité de vie et de la fonction cognitive chez les personnes atteintes d'un trouble du jeu sur Internet: suivi mensuel 6 (2016)

Après des mois de traitement 6, les toxicomanes du jeu sur Internet ont présenté des améliorations significatives en termes de qualité de vie, de fonctionnement exécutif, de mémoire de travail et d’impulsivité. Extraits:

Le trouble du jeu sur Internet (IGD) contribue à une mauvaise qualité de vie et à un dysfonctionnement cognitif. Il est de plus en plus reconnu comme un problème social dans plusieurs pays. Cependant, il n'existe aucune preuve permettant de déterminer si la qualité de vie et le dysfonctionnement cognitif se stabilisent après une gestion appropriée. La présente étude porte sur l’amélioration de la qualité de vie et du fonctionnement cognitif associée à une modification des symptômes de dépendance suite à la prise en charge ambulatoire de l’IGD. Un total de jeunes hommes 84 (groupe IGD: N = 44, âge moyen: 19.159 ± années 5.216; groupe de contrôle en santé: N = 40, âge moyen: 21.375 ± 6.307) a participé à cette étude. Nous avons administré des questionnaires d'auto-évaluation au départ pour évaluer les caractéristiques cliniques et psychologiques, et effectué des tests neuropsychologiques traditionnels et informatisés.

Dix-neuf patients atteints d'IGD ont terminé les tests de suivi de la même manière après un traitement ambulatoire de plusieurs mois 6, qui comprenait une pharmacothérapie avec des inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine. Une comparaison de base des patients atteints d'IGD par rapport au groupe de contrôle en bonne santé a montré que ceux-ci présentaient davantage de symptômes de dépression et d'anxiété, plus d'impulsivité et de colère / agression, des niveaux de détresse plus élevés, une QV moins bonne et une inhibition de la réponse altérée.

Après plusieurs mois de traitement par 6, les patients atteints d'IGD ont présenté des améliorations significatives de la gravité de l'IGD, ainsi que de la qualité de vie, de l'inhibition de la réponse et du fonctionnement exécutif. De plus, une analyse de régression multiple par étapes a révélé un pronostic favorable pour les patients IGD avec un fonctionnement de mémoire de travail faible et un fonctionnement exécutif élevé au départ. TCes résultats fournissent des preuves concernant les modifications longitudinales de la qualité de vie et de la fonction cognitive après une intervention psychiatrique pour la IGD. De plus, il apparaît que l'inhibition de la réponse pourrait être un marqueur d'état objectif sous-tendant la physiopathologie de l'IGD.


Efficacité d'une brève abstention pour la modification des cognitions et comportements de jeu Internet problématiques (2017)

Une brève période d'abstinence entraîne une réduction des schémas et des symptômes de dépendance. Extraits:

OBJECTIF: Cette étude pilote a testé l'efficacité d'un protocole d'abstinence volontaire de l'heure 84 pour modifier les cognitions et les comportements de jeu problématiques sur Internet.

MÉTHODE: Vingt-quatre adultes appartenant à des communautés de jeu en ligne, y compris des personnes 9 ayant subi un dépistage positif du trouble du jeu sur Internet (IGD), se sont abstenus de jouer à Internet pendant des heures 84. Les enquêtes ont été recueillies au départ, à des intervalles quotidiens pendant l’abstinence, ainsi qu’au suivi 7 et 28.

RÉSULTATS: Une brève abstinence volontaire a permis de réduire les heures de jeu, les cognitions de jeu mésadaptées et les symptômes de IGD. L'abstinence était très acceptable pour les participants avec une conformité totale et aucune attrition d'étude. Une amélioration cliniquement significative des symptômes de l'IGD s'est produite chez 75% du groupe IGD lors du suivi par 28. Une amélioration fiable des cognitions de jeu mésadaptées s'est produite dans 63% du groupe IGD, dont le score de cognition a été réduit de 50% et comparable au groupe non IGD au suivi par 28 au jour de suivi.

CONCLUSIONS: Malgré les limites de la taille de l'échantillon, cette étude fournit un support prometteur pour une abstinence brève en tant que technique de traitement simple, pratique et rentable pour modifier les cognitions de jeu inutiles et réduire les problèmes de jeu sur Internet.


Effet de l'électro-acupuncture associé à une intervention psychologique sur les symptômes mentaux et le potentiel évoqué auditif de P50 chez des patients présentant un trouble de dépendance à Internet (2017)

Le traitement a conduit à une réduction des symptômes psychologiques, ce qui correspond à des modifications de l'EEG. Extraits:

OBJECTIF: Observer les effets thérapeutiques de l'électro-acupuncture (EA) associés à une intervention psychologique sur le symptôme de somzatisation ou d'obsession et sur le symptôme mental de dépression ou d'anxiété et P50 du potentiel évoqué auditif (AEP) sur le trouble de la dépendance à Internet (IAD).

MÉTHODES: Cent vingt cas de SAI ont été répartis au hasard en un groupe EA, un groupe psycho-intervention (PI) et un groupe thérapie globale (EA plus PI). Les patients du groupe EA ont été traités par EA. Les patients du groupe IP ont été traités par cognition et thérapie comportementale. [Et les] patients du groupe EA plus PI ont été traités par électro-acupuncture et intervention psychologique. Les scores d'IAD, les scores de la liste de contrôle des symptômes 90 (SCL-90), la latence et l'amplitude de P50 d'AEP ont été mesurés avant et après le traitement.

RÉSULTATS : Les scores d'IAD après traitement ont significativement diminué dans tous les groupes (P <0.05), et les scores de la DAI dans le groupe EA plus PI étaient significativement inférieurs à ceux des deux autres groupes (P <0.05). Les scores de SCL-90 assemblés et de chaque facteur après traitement dans le groupe EA plus PI ont diminué de manière significative (P <0.05). Après traitement dans le groupe EA plus PI, la distance en amplitude de S1P50 et de S2P50 (S1-S2) a considérablement augmenté (P <0.05).

CONCLUSION: Une EE associée à un IP pourrait soulager les symptômes mentaux des patients atteints de IAD, et le mécanisme est probablement lié à l'augmentation de la fonction de blocage de la perception sensorielle du cerveau.


Intervention sur le comportement du désir pour améliorer le trouble du jeu sur Internet des étudiants du Collège: une étude longitudinale (2017).

L'envie, en tant que caractéristique centrale de la toxicomanie et précurseur de la rechute, est récemment ciblée dans les interventions en toxicomanie. Alors que le trouble du jeu sur Internet (IGD), conceptualisé comme une dépendance comportementale, est le manque de pratiques de traitement efficaces et d'exploration de son mécanisme. Cette recherche vise à tester l'efficacité et à détecter les ingrédients actifs de l'intervention comportementale (CBI) dans l'atténuation des IGD chez les jeunes adultes. Au total, 63 étudiants de sexe masculin atteints d'IGD ont été affectés au groupe d'intervention (intervention CBI en six sessions) ou au groupe témoin sur liste d'attente. Des questionnaires structurés ont été administrés à la pré-intervention (T1), à la post-intervention (T2), au suivi à 3 mois (T3) et au suivi à 6 mois (T4).

Comparativement au groupe témoin, une diminution significative de la sévérité de l'IGD dans le groupe d'intervention a été observée à la suite de l'intervention et durant jusqu'à 6 mois après l'intervention. Les changements de valeur du désir pourraient médier partiellement la relation entre l'intervention et les changements d'IGD parmi tous les tests d'effets (immédiat, T2-T1; court terme, T3-T1; et effets à long terme, T4-T1). De plus, les explorations des ingrédients actifs de l'intervention ont révélé un soulagement de la dépression et un déplacement des besoins psychologiques d'Internet vers la vie réelle prédisent de manière significative l'amélioration du désir à la fois après l'intervention et au suivi à 6 mois. Bien que préliminaire, la présente étude fournit des preuves de la valeur de la pratique d'intervention axée sur le désir dans le traitement des IGD et identifie deux ingrédients actifs potentiels pour l'atténuation du désir, et les avantages thérapeutiques à long terme sont encore conférés.


L'expérience de Facebook: Quitter Facebook conduit à des niveaux de bien-être supérieurs (2016)

Prendre une pause de Facebook a amélioré la «satisfaction dans la vie» et l'humeur. Extraits:

L'article s'appuie sur les recherches de mon mémoire de maîtrise. Les résultats préliminaires de cette étude ont été présentés dans une publication animée par The Happiness Research Institute: www.happinessresearchinstitute.com/publications/4579836749.

La plupart des gens utilisent Facebook quotidiennement. peu sont conscients des conséquences. Basée sur une expérience de la semaine 1 menée auprès de participants 1,095 à la fin de 2015 au Danemark, cette étude fournit des preuves probantes que l'utilisation de Facebook affecte négativement notre bien-être. En comparant le groupe de traitement (les participants qui ont pris une pause de Facebook) avec le groupe de contrôle (les participants qui ont continué à utiliser Facebook), il a été démontré que prendre une pause sur Facebook avait des effets positifs sur les deux dimensions du bien-être: la satisfaction de notre vie augmente et nos émotions deviennent plus positives. En outre, il a été démontré que ces effets étaient nettement plus importants pour les gros utilisateurs de Facebook, les utilisateurs passifs de Facebook et les utilisateurs qui ont tendance à envier les autres sur Facebook.


Changements physiologiques différentiels après une exposition à Internet chez les utilisateurs Internet problématiques de plus en plus importants (2017)

Un article sur l'étude. Lors de la cessation de l'utilisation d'Internet, les utilisateurs d'Internet à problèmes ont présenté des symptômes de sevrage et une réaction accrue au stress. Extrait:

PLoS One. 2017 peut 25; 12 (5): e0178480. doi: 10.1371 / journal.pone.0178480. eCollection 2017.

L'utilisation d'Internet problématique (PIU) a été suggérée comme nécessitant des recherches plus approfondies en vue d'être incluse comme trouble dans le futur Manuel de diagnostic et de statistiques de l'American Psychiatric Association, mais le manque de connaissances sur l'impact de la cessation de l'internet sur la fonction physiologique reste une lacune majeure dans les connaissances et un obstacle à la classification des PIU. Cent quarante-quatre participants ont été évalués pour leur fonction physiologique (pression artérielle et fréquence cardiaque) et psychologique (anxiété de l'humeur et de l'état) avant et après une session Internet. Les individus ont également passé un examen psychométrique relatif à leur utilisation d’Internet, ainsi qu’à leurs niveaux de dépression et d’anxiété liés aux traits.

Les individus qui se sont identifiés comme ayant une PIU ont présenté une augmentation de la fréquence cardiaque et de la pression artérielle systolique, ainsi qu'une humeur réduite et un état d'anxiété accru, à la suite de l'arrêt de la session Internet. Il n'y a pas eu de tels changements chez les personnes sans PIU autodéclarée. TCes changements étaient indépendants des niveaux de dépression et d’anxiété liés au trait. Ces changements après la cessation de l'utilisation d'Internet sont similaires à ceux observés chez les personnes qui ont cessé de prendre des sédatifs ou des opiacés et suggèrent que la PIU mérite une enquête plus approfondie et une considération sérieuse en tant que trouble.


Relation réciproque entre la dépendance à Internet et la cognition des adaptateurs liés au réseau chez les étudiants de première année des collèges chinois: analyse longitudinale transversale (2017)

Étude longitudinale. Extraits:

Cette étude a exploré la relation réciproque entre la dépendance à Internet (IA) et la cognition mésadaptée liée au réseau (NMC) chez les étudiants de première année d'université chinois. Une enquête longitudinale à court terme sur un échantillon d'étudiants de première année d'université 213 a été menée dans la province de Shandong, en Chine. Les résultats ont révélé que l'AI peut prédire de manière significative la génération et le développement des CNS et que, lorsque de telles cognitions mésadaptées ont été établies, elles peuvent nuire davantage à l'étendue de l'AI des étudiants.

Un cercle vicieux a été observé entre ces deux variables, l'IA ayant une priorité prédictive dans ses relations avec NMC. Cette étude a également déterminé que la relation entre ces deux variables était la même pour les hommes et les femmes; Par conséquent, le modèle final que nous avons établi peut être largement appliqué aux étudiants de première année d'université chinois, quel que soit leur sexe. La compréhension de la relation réciproque entre ces deux variables peut faciliter les interventions en IV au début de la vie universitaire des étudiants.


Dépression, anxiété et dépendance au smartphone chez les étudiants universitaires: étude transversale (2017)

Symptômes de sevrage et tolérance démontrés. Extraits

L'étude vise à évaluer la prévalence des symptômes de dépendance au smartphone et à déterminer si la dépression ou l'anxiété contribue, de manière indépendante, au niveau de dépendance au smartphone chez un échantillon d'étudiants universitaires libanais, tout en s'adaptant simultanément à d'importantes caractéristiques sociodémographiques, universitaires, de style de vie, de traits de personnalité et de smartphone. variables liées.

Un échantillon aléatoire d'étudiants universitaires de premier cycle 688 (âge moyen = 20.64 ± années 1.88; 53% hommes) a rempli un sondage comprenant: a) des questions sur les caractéristiques sociodémographiques, universitaires, les comportements de mode de vie, le type de personnalité et l'utilisation du smartphone; b) échelle XIUMX-item pour inventaire de dépendance sur smartphone (SPAI); et c) de brefs dépisteurs de la dépression et de l'anxiété (PHQ-26 et GAD-2), qui constituent les deux principaux éléments du DSM-IV pour le trouble dépressif majeur et le trouble anxieux généralisé, respectivement.

Taux de prévalence des comportements compulsifs liés au smartphone, des troubles fonctionnels, symptômes de tolérance et de sevrage étaient substantielles. 35.9% s'est senti fatigué pendant la journée en raison de l'utilisation tardive du smartphone, 38.1% a reconnu une diminution de la qualité du sommeil et 35.8% a dormi moins de quatre heures en raison de l'utilisation répétée du smartphone. Attendu que le sexe, la résidence, les heures de travail hebdomadaires, les professeurs, les performances scolaires, les habitudes de vie (fumer et boire de l'alcool) et les pratiques religieuses ne s'associaient pas au score de dépendance au smartphone; type de personnalité A, classe (année 2 ou année 3), jeune âge lors de la première utilisation du smartphone, utilisation excessive le jour de la semaine, l'utiliser pour se divertir et ne pas l'utiliser pour appeler des membres de la famille et avoir une dépression ou de l'anxiété ont montré des associations statistiquement significatives avec dépendance au smartphone. Les scores de dépression et d'anxiété sont devenus des prédicteurs positifs indépendants de la dépendance au smartphone, après ajustement pour tenir compte des facteurs de confusion.


Association entre les symptômes de trouble d'hyperactivité avec déficit de l'attention chez les enfants et les enfants adultes coréens avec dépendance à Internet (2017)

Les symptômes et les scores de dépendance à Internet étaient significativement liés aux symptômes actuels du TDAH, mais pas aux symptômes du TDAH chez les enfants. Cela indique que la dépendance à Internet pourrait être à l'origine des symptômes du TDAH chez l'adulte. Extraits:

La principale conclusion de cette étude, qui correspond également à notre hypothèse, est que la sévérité de l’IA était significativement associée au niveau de la plupart des symptômes du TDAH chez l’adulte, même après le contrôle du symptôme du TDAH chez l’enfant et d’autres affections psychiatriques comorbides. Seule la dimension SC, qui présente une faible estime de soi et un manque de confiance en soi, ne montre pas l'association significative avec la sévérité de l'AI. Ce résultat peut être expliqué par plusieurs études de Chang (2008) et Kim, Lee, Cho, Lee et Kim (2005), qui indiquait la dimension des symptômes SC dans CAARS-KS comme une échelle supplémentaire évaluant les problèmes secondaires causés par les symptômes principaux du TDAH tels que l'hyperactivité, l'inattention et l'impulsivité. Dans cette étude, seule la gravité du symptôme de dépression prédit de manière significative le niveau de la dimension du symptôme SC. Compte tenu de ces constatations, on pourrait en conclure que la gravité de l'AI prédisait de manière significative toutes les dimensions des symptômes clés du TDAH chez l'adulte.

Une autre découverte intéressante est que, contrairement à la croyance populaire, la sévérité des symptômes du TDAH chez l’enfant ne montre pas d’association significative avec la plupart des dimensions des symptômes du TDAH chez l’adulte. Seule la dimension IE a démontré une association significative avec le symptôme de TDAH chez l’enfant dans le modèle d’analyse de régression 2 (voir tableau). 3). Cependant, cette association significative des symptômes du TDAH chez les enfants et de l'EI a disparu après l'intégration de la sévérité de l'IA dans le modèle de régression, ce qui indique que la gravité de l'IA avait une association plus significative avec l'IE que le TDAH chez l'enfant.

Les résultats actuels de cette étude pourraient éclairer la relation entre la sévérité et le TDAH. Soit deux possibilités expliquant la forte comorbidité entre l’IA et le TDAH, nos résultats ont corroboré l’hypothèse indiquant l’existence de symptômes distincts du TDAH à l’âge adulte. Contrairement au concept conventionnel du TDAH chez l’adulte, le maintien de la condition du TDAH chez l’enfant (Halperin, Trampush, Miller, Marks et Newcorn, 2008; Lara et coll., 2009), des découvertes récentes ont indiqué que le TDAH chez l’enfant et l’âge adulte pourrait exister et que le TDAH chez l’adulte n’est pas une simple continuation du TDAH chez l’enfant (Castellanos, 2015; Moffitt et coll., 2015). Conformément à ces résultats, cette étude a indiqué que les symptômes actuels du TDAH montraient des associations plus significatives avec l'AI que le symptôme du TDAH chez l'enfant chez WURS. De plus, la sévérité des symptômes du TDAH chez l’enfant elle-même n’a pas démontré de corrélation significative avec le symptôme principal du TDAH chez l’adulte, sauf la dimension IE dans cette étude.

Des études antérieures indiquaient que le statut de TDAH chez l'adulte était lié aux trajectoires développementales des composants corticaux et aux altérations de la substance blanche de plusieurs réseaux (Cortese et coll., 2013; Karama et Evans, 2013; Shaw et coll., 2013). De même, des études récentes ont démontré que l’IA pouvait entraîner des modifications fonctionnelles, structurelles et des anomalies cérébrales (Hong et al., 2013a, 2013b; Kuss et Griffiths, 2012; Lin et coll., 2012; Weng et coll., 2013; Yuan et al., 2011; Zhou et al., 2011). Sur la base de ces résultats, nous pourrions supposer que des anomalies cérébrales fonctionnelles et structurelles liées à l'AI pourraient également être lié aux symptômes cognitifs de type TDAH chez l’adulte, qui doivent être différenciés d’un trouble indépendant du TDAH. La forte comorbidité entre l’IA et le TDAH (Ho et al., 2014) pourraient être attribuables aux symptômes cognitifs et comportementaux liés à l'AI plutôt qu'aux symptômes d'un trouble du TDAH indépendant.


Des chercheurs montréalais découvrent le lien 1st entre les jeux de tir et la perte de matière grise dans l'hippocampe (2017)

Par Stephen Smith, CBC News Publié: 07 août 2017

Selon une étude montréalaise, jouer à des jeux comme celui-ci, Call of Duty: Ghosts, pourrait augmenter le risque de dépression et d'autres troubles neuropsychiatriques en raison de la réduction de la matière grise dans l'hippocampe. (Activision)

Jouer à des jeux vidéo de tir à la première personne fait perdre à certains utilisateurs de la matière grise dans une partie de leur cerveau associée à la mémoire d'événements et d'expériences passées, conclut une nouvelle étude menée par deux chercheurs montréalais.

Gregory West, un professeur agrégé de psychologie à l'Université de Montréal, dit l'étude de neuroimagerie, publiée mardi dans la revue Molecular Psychiatry, est le premier à trouver des preuves concluantes de la perte de matière grise dans une partie clé du cerveau directement liée à une interaction informatique.

«Quelques études ont été publiées qui montrent que les jeux vidéo pourraient avoir un impact positif sur le cerveau, à savoir des associations positives entre les jeux vidéo d'action, les jeux de tir à la première personne et l'attention visuelle et les compétences de contrôle moteur», a déclaré West à CBC News.

«À ce jour, personne n'a montré que les interactions homme-machine pouvaient avoir des effets négatifs sur le cerveau - dans ce cas, le système de mémoire hippocampique.»

West et Véronique Bohbot, professeure agrégée de psychiatrie à l'Université McGill, ont examiné l'impact de jeux vidéo d'action sur l'hippocampe, la partie du cerveau qui joue un rôle essentiel dans la mémoire spatiale et la capacité de se rappeler événements et expériences passés.

Les chercheurs Gregory West et Véronique Bohbot déclarent que leur étude est la première à fournir des preuves concluantes que les jeux vidéo peuvent avoir un impact négatif sur le cerveau.

Les participants à l'étude de neuroimagerie étaient tous âgés de 18 à 30 ans en bonne santé sans antécédents de jeux vidéo.

Les scanners cérébraux effectués sur les participants avant et après l'expérience cherchaient des différences d'hippocampe entre les joueurs qui préféraient les stratégies de mémoire spatiale et les soi-disant apprenants à la réponse, c'est-à-dire les joueurs dont le mode de navigation favorisait une partie du cerveau appelée le caudé. noyau, ce qui nous aide à former des habitudes.

Les scanners cérébraux montrent une perte de matière grise

L’étude indique que 85 pour cent des joueurs qui jouent six heures ou plus par semaine s’appuient davantage sur cette structure cérébrale pour trouver leur chemin dans un jeu.

Après 90, vous avez passé des heures à jouer à des jeux de tir à la première personne tels que Call of Duty, Killzone, Médaille d'Honneur et Borderlands 2, les scans cérébraux des apprenants en réponse ont montré ce que West a qualifié de perte de matière grise «statistiquement significative» dans l'hippocampe.

«Toutes les personnes que nous appelons les apprenants de la réponse ont connu une réduction de la matière grise dans l'hippocampe», a déclaré West.

Dans un communiqué de presse, les chercheurs ont développé leurs conclusions: "Le problème est que plus ils utilisent le noyau caudé, moins ils utilisent l'hippocampe, et par conséquent l'hippocampe perd des cellules et s'atrophie", ajoutant que cela pourrait avoir " implications majeures »plus tard dans la vie.

Ce scan cérébral d'un joueur de jeu vidéo habituel montre que l'hippocampe est plus petit d'une `` manière statistiquement significative '', selon West et Bohbot. (soumis par Gregory West)

L'hippocampe est un biomarqueur bien connu de certaines maladies neuropsychiatriques, a expliqué West.

«Les personnes dont la matière grise est réduite dans l'hippocampe sont plus à risque de développer un trouble de stress post-traumatique et une dépression lorsqu'elles sont plus jeunes et même la maladie d'Alzheimer lorsqu'elles sont plus âgées». at-il dit.


Traitement électro-acupuncture pour la dépendance à Internet: Preuve de la normalisation du trouble du contrôle de l'impulsion chez les adolescents (2017)

L'impulsivité s'est nettement améliorée chez les toxicomanes sur Internet. Les améliorations ont été reflétées dans les changements neurochimiques dans le cerveau. Extraits:

Trente-deux adolescents IA ont été répartis dans le groupe EA (16 cas) ou PI (16 cas) par un tableau numérique randomisé. Les sujets du groupe EA ont reçu un traitement EA et les sujets du groupe PI ont reçu une thérapie cognitive et comportementale. Tous les adolescents ont subi une intervention de 45 jours. Seize volontaires sains ont été recrutés dans un groupe témoin. Les scores de l'échelle d'impulsivité de Barratt (BIS-11), le test de dépendance à Internet de Young (IAT) ainsi que le rapport du cerveau N-acétyl aspartate (NAA) à la créatine (NAA / Cr) et de la choline (Cho) à la créatine (Cho / Cr) ont été enregistrés par spectroscopie par résonance magnétique avant et après l'intervention respectivement.

Les scores IAT et les scores totaux BIS-11 dans les groupes EA et IP étaient remarquablement diminués après le traitement (P <0.05), tandis que le groupe EA a montré une diminution plus significative de certains sous-facteurs BIS-11 (P <0.05). NAA / Cr et Cho / Cr étaient significativement améliorés dans le groupe EA après traitement (P <0.05); cependant, il n'y avait aucun changement significatif de NAA / Cr ou Cho / Cr dans le groupe IP après le traitement (P> 0.05).

L'EA et l'IP ont tous deux eu un effet positif significatif sur les adolescents de l'AI, notamment en ce qui concerne les expériences psychologiques et les expressions comportementales. L'EA pourrait avoir un avantage sur l'IP en termes de contrôle de l'impulsivité et de protection des neurones du cerveau. Le mécanisme sous-jacent à cet avantage pourrait être lié à l'augmentation des taux de NAA et de Cho dans les cortex préfrontal et antérieur.


Prendre Facebook pour argent comptant: pourquoi l'utilisation des médias sociaux peut causer des troubles mentaux (2017)

Mini-résumé:

Facebook, le plus grand réseau de médias sociaux, compte actuellement près de 2 milliards d'utilisateurs mensuels [1], correspondant à plus de 25% de la population mondiale. Bien que l'existence d'un réseau social en ligne puisse sembler inoffensive ou même bénéfique, une série d'études récentes suggèrent que l'utilisation de Facebook et d'autres plateformes de médias sociaux peut avoir une influence négative sur la santé mentale [2-5].

Dans une récente étude longitudinale basée sur trois «vagues» de données (2013, 2014 et 2015) provenant de plus de 5000 participants à l’étude représentative nationale du réseau social Gallup Panel, Shakya et Christakis ont révélé que l’utilisation de Facebook (mesurée objectivement) ) était négativement associé au bien-être mental autodéclaré [3]. Le fait de cliquer sur «J'aime» sur le contenu des pages Facebook des autres et de publier des «mises à jour de statut» sur sa propre page Facebook était associé négativement au bien-être mental. Surtout, ces résultats étaient robustes aux analyses prospectives à deux vagues suggérant que la direction de l'effet va de l'utilisation de Facebook à une baisse du bien-être mental et non l'inverse [3]. Cependant, en raison de la nature observationnelle des données analysées, ces résultats ne représentent pas une preuve causale d'un effet néfaste de Facebook, mais probablement - en raison de la nature longitudinale de l'étude - représentent la meilleure estimation disponible de l'effet de Facebook sur la santé mentale. bien-être à ce jour [3].

Une autre étude récente soutenant que l'utilisation de Facebook pourrait avoir un effet négatif sur le bien-être est celle de Tromholt [5] dans lequel les participants à 1095 ont été assignés de manière aléatoire (ou plutôt invités de manière aléatoire) à suivre l'une des deux instructions suivantes: (i) «Continuez à utiliser Facebook comme d'habitude la semaine suivante» ou (ii) «N'utilisez pas Facebook la semaine suivante. '[5]. Après cette semaine, les personnes affectées au groupe Facebook sur l'abstinence ont signalé une satisfaction de la vie nettement plus élevée et des émotions plus positives que celles affectées au groupe "Facebook, comme d'habitude" [5]. Cependant, en raison de la conception sans insu de cette étude, ses résultats ne représentent pas non plus une preuve causale de l'effet de Facebook - un effet qui sera difficile à établir.

Si nous supposons néanmoins que l'utilisation de Facebook a effectivement un effet néfaste sur le bien-être mental, quel est alors le mécanisme sous-jacent à celui-ci? Cet aspect reste flou, mais une explication intuitivement logique - avec un certain soutien empirique - est que les gens affichent principalement les aspects les plus positifs de leur vie sur les médias sociaux [6] et que d’autres personnes - qui ont tendance à prendre pour argent comptant ces projections biaisées - ont ainsi l’impression que leur propre vie se compare négativement à celle d’autres utilisateurs de Facebook [7]. Comme l'indiquent les récentes conclusions de Hanna et al., Une telle comparaison sociale ascendante est très probablement susceptible de dissiper l'effet négatif de l'utilisation de Facebook sur le bien-être mental [4].

Est-il plausible qu'un effet négatif de l'utilisation de Facebook sur le bien-être mental contribue au développement d'un trouble mental pur? La réponse à cette question est très probablement «oui», car il est bien établi que les faibles niveaux de bien-être mental autodéclarés sont un marqueur assez sensible du trouble mental, en particulier de la dépression [8]. En outre, les personnes sujettes à la dépression peuvent être extrêmement sensibles aux effets potentiellement néfastes des médias sociaux en raison de ce que l'on appelle un préjugé cognitif négatif, qui est une caractéristique prévalente dans cette population [9-11].

Dans le contexte de Facebook, le biais cognitif négatif pourrait probablement impliquer que les personnes vulnérables à la dépression sentiraient que leur propre vie se compare particulièrement négatif à celui d'autres personnes sur Facebook. En plus de la dépression, il semblerait que Facebook et d'autres plateformes de médias sociaux axés sur l'image pourraient également avoir un effet néfaste sur les troubles mentaux lorsqu'une image de soi négative / déformée fait partie de la psychopathologie, telle que les troubles de l'alimentation.4, 12].

Si l'utilisation de médias sociaux tels que Facebook compromet la santé mentale, il se peut que nous soyons confrontés à une épidémie mondiale de troubles mentaux, qui a probablement le plus gros impact sur les jeunes générations qui utilisent le plus ces applications [3]. Par conséquent, le secteur psychiatrique doit prendre cette possibilité très au sérieux et effectuer de nouvelles études sur l’effet des médias sociaux sur la santé mentale et sur les moyens d’atténuer cet effet s’il est réellement néfaste. Une façon de le faire pourrait être de souligner encore et encore - pour les enfants et les adolescents en particulier - que les médias sociaux sont basés sur des projections de réalité hautement sélectionnées et biaisées qui ne doivent pas être considérées comme telles.


Déficits orbitofrontaux en matière grise en tant que marqueur du trouble du jeu sur Internet: évidence convergente à partir d'une conception longitudinale transversale et prospective (2017)

Dans une étude unique, des non-joueurs de jeux vidéo ont joué à des jeux vidéo pendant des semaines 6. Ces joueurs naïfs ont connu une perte de matière grise dans le cortex préfrontal. La matière grise inférieure dans cette région était corrélée à un niveau plus élevé de dépendance au jeu. Extraits:

Les troubles du jeu sur Internet représentent un problème de santé croissant. Les symptômes principaux incluent des tentatives infructueuses de contrôler les schémas de comportement provoquant une dépendance et une utilisation continue en dépit des conséquences négatives indiquant une perte de contrôle réglementaire. Des études antérieures ont révélé des déficits structurels cérébraux dans les régions préfrontales sous-jacentes au contrôle réglementaire chez les personnes ayant une utilisation excessive d'Internet. Cependant, en raison de la nature transversale de ces études, il n’est pas possible de déterminer si les déficits structurels cérébraux observés ont précédé l’apparition d’une utilisation excessive d’Internet.

Dans ce contexte, la présente étude a combiné une conception transversale et longitudinale pour déterminer les conséquences d'un jeu vidéo en ligne excessif. Quarante et un sujets ayant des antécédents de jeux excessifs sur Internet et 78 sujets naïfs de jeux ont été inscrits dans la présente étude. Pour déterminer les effets du jeu sur Internet sur la structure du cerveau, des sujets naïfs de jeu ont été assignés au hasard à 6 semaines de jeu quotidien sur Internet (groupe d'entraînement) ou à une condition non liée au jeu (groupe témoin d'entraînement)..

Lors de l’inclusion dans l’étude, les joueurs excessifs sur Internet présentaient un volume de matière grise orbitofrontal droit inférieur par rapport aux sujets naïfs de jeux sur Internet. Parmi les joueurs sur Internet, un volume de matière grise plus faible dans cette région était associé à une gravité plus élevée de la dépendance aux jeux vidéo en ligne. Une analyse longitudinale a révélé des preuves initiales selon lesquelles le volume de matière grise orbitofrontal gauche avait diminué pendant la période de formation dans le groupe de formation ainsi que dans le groupe de joueurs excessifs. Ensemble, les présents résultats suggèrent un rôle important du cortex orbitofrontal dans le développement de la dépendance à Internet avec une association directe entre un engagement excessif dans le jeu en ligne et des déficits structurels dans cette région du cerveau.


Résultat du programme d'intervention psychologique: Utilisation d'Internet pour les jeunes (2017)

L'anxiété sociale a diminué tandis que le désir de socialiser augmentait. Peut-être que l'anxiété sociale n'est pas une condition préexistante pour les accros à Internet. Extraits

On a constaté que l’exacerbation de comportements problématiques chez les adolescents s’associait de manière significative à la PIU et devait s’aggraver avec l’âge. Il a été démontré que la thérapie intégrée à la thérapie cognitivo-comportementale (TCC) réduisait considérablement la présence de symptômes psychologiques tels que la dépression et l’anxiété sociale. Le programme d'intervention psychologique - Utilisation d'Internet pour les jeunes (PIP-IU-Y) est un programme basé sur la TCC conçu pour les adolescents. Il comprend une série de compétences interpersonnelles visant à améliorer leurs interactions en face à face. Il se concentre sur la prise de mesures préventives contre la dépendance à Internet avant qu'elle ne se développe en s'adressant à la PIU du participant en tant que style d'adaptation négatif et intégrant des techniques psychologiques positives.

Un total de 157 participants âgés de 13 à 18 ans ont terminé le programme qui consistait en huit séances hebdomadaires de 90 minutes en groupe. Les résultats du traitement ont été mesurés en utilisant le changement moyen à la fin du programme et 1 mois après le traitement. La majorité des participants ont montré une amélioration après les huit séances hebdomadaires de PIP-IU-Y et un maintien des symptômes lors du suivi d'un mois.. Une écrasante majorité de participants ont été en mesure de gérer les symptômes de la PIU après le programme d'intervention, renforçant ainsi l'efficacité du PIP-IU-Y. Non seulement elle abordait le comportement de la PIU, mais elle contribuait également à réduire l'anxiété sociale et à accroître l'interaction sociale.

Des recherches ultérieures pourraient examiner les différences de traitement entre les différents sous-types de PIU (par exemple, les jeux en ligne et la pornographie) afin de voir s’il existe des différences de traitement.


Traitement des troubles du jeu sur Internet: évaluation d'une étude de cas de quatre types différents de joueurs problématiques chez l'adolescent (2017)

La réduction drastique du temps passé à jouer a permis d'améliorer les scores d'instruments évaluant toutes sortes de problèmes émotionnels et psychologiques. Un extrait:

Les changements de phase ont été marqués en utilisant les critères suivants: (i) AB s'est produite lorsque toutes les mesures de la phase A ont été obtenues; (ii) B-A 'est survenu à la fin de l'intervention; et (iii) la phase A 's'est produite avec la collecte de données trois mois après la fin du traitement

La comparaison pré-post des scores sur la batterie de balances a montré une tendance à la réduction (voir tableau 2). Les scores cliniques du test IGD-20 et du CERV se sont normalisés de t1 à t6, et ils sont restés stables trois mois après la fin du traitement (tableau 2, t6 à t7). Les symptômes généraux évalués par les échelles YSR-Total et SCL-R-PSDI se sont notablement améliorés. Les scores liés à l'école (CBCL), aux problèmes sociaux (YSR) et aux conflits familiaux (FES) se sont également améliorés après le traitement (tableau 2).

Pour évaluer les effets du traitement sur des diagnostics comorbides spécifiques, les échelles du test MACI ont été comparées. Les scores sur ces échelles ont également diminué: C1: Affect dépressif (FF) pré = 108, FFpost = 55, Introversion (1) pré = 107, 1post = 70; C2: Insécurité des pairs (E) pré = 111, Epost = 53, Sentiments anxieux (EE) pré = 76, EEpost = 92; C3: Tendance limite (9) pre = 77, 9post = 46, Unruly (6A) pre = 71, 6Apost = 71; C4: FFpre = 66, FFpost = 29, 1pre = 104, 1post = 45. Les seules exceptions étaient l'échelle EE [sentiments anxieux] (pour C2) et l'échelle 9 [tendance limite] (pour C3), où aucune diminution ne s'est produite. Pour évaluer l'alliance thérapeutique et le degré de satisfaction des patients, l'instrument WATOCI a été utilisé (Corbella et Botella 2004) (tableau 2). Les scores positifs mettent en évidence la satisfaction des quatre participants à l'égard du traitement.


La dépendance à Internet crée un déséquilibre dans le cerveau (2017)

Par rapport à un groupe témoin, les toxicomanes d'Internet avaient des niveaux élevés d'acide gamma aminobutyrique, ou GABA, un neurotransmetteur qui a été associé à d'autres dépendances et troubles psychiatriques. Après 9 semaines d'utilisation réduite d'Internet et de thérapie cognitivo-comportementale, les niveaux de GABA se sont «normalisés».

De l'article:

De nouvelles recherches ont établi un lien entre les dépendances à Internet et un déséquilibre chimique dans le cerveau. Dans la petite étude, présentée aujourd'hui à la réunion annuelle de la Radiological Society of North America à Chicago, 19 participants ayant une dépendance aux téléphones, tablettes et ordinateurs présentaient des niveaux disproportionnellement élevés d'un neurotransmetteur qui inhibe l'activité cérébrale.

La bonne nouvelle: après neuf semaines de thérapie, les substances chimiques cérébrales des participants se sont normalisées et leur temps d'écran a diminué, explique Hyung Suk Seo, professeur de neuroradiologie à l'Université de Corée à Séoul, qui a présenté l'étude.

Seo et ses collègues ont découvert le déséquilibre chimique du cerveau à l'aide de la spectroscopie par résonance magnétique, une technique d'imagerie qui détecte les changements de certains métabolites dans le cerveau. L'outil a montré que les participants ayant une dépendance à Internet, par rapport à un groupe témoin, avaient des niveaux élevés d'acide gamma aminobutyrique, ou GABA, un neurotransmetteur qui a été lié à d'autres dépendances et troubles psychiatriques.

Les participants - 19 jeunes coréens âgés en moyenne de 15 ans - avaient tous reçu un diagnostic de dépendance à Internet et aux smartphones. Un diagnostic de dépendance à Internet signifie généralement que la personne utilise Internet au point qu'il interfère avec la vie quotidienne. Les participants avaient également des scores significativement plus élevés en matière de dépression, d'anxiété, d'insomnie et d'impulsivité, par rapport aux adolescents non dépendants.

Douze des toxicomanes ont ensuite reçu neuf semaines d'un type de traitement de la toxicomanie appelé thérapie cognitivo-comportementale. Après le traitement, Seo a de nouveau mesuré leurs niveaux de GABA et a constaté qu'ils s'étaient normalisés.

Plus important encore, le nombre d'heures que les enfants passaient devant un écran a également diminué. «Être capable d'observer la normalisation - c'est une découverte très intéressante», déclare Max Wintermark, un neuroradiologue de l'Université de Stanford qui n'a pas participé à l'étude. Trouver un moyen de surveiller les effets d'un traitement de la toxicomanie - en particulier une sorte d'indicateur précoce - peut être difficile, dit-il. «Donc, avoir une sorte de biomarqueur que vous extrayez d'une technique d'imagerie qui vous permet de surveiller l'effet de votre traitement et de vous dire rapidement s'il réussit, c'est extrêmement précieux», dit-il.


Prédicteurs cliniques de l'abstinence chez les joueurs problématiques cherchant de l'aide (2018)

Une étude unique a demandé aux joueurs à la recherche d'un traitement de cesser de fumer pendant une semaine. De nombreux joueurs ont signalé des symptômes de sevrage, ce qui a rendu plus difficile l'abstention. Les symptômes de sevrage signifient que le jeu a provoqué des changements cérébraux. Un extrait:

L’étude visait à identifier les variables prédictives de l’engagement à court terme en matière d’abstinence dans les jeux après un premier contact volontaire avec un service d’aide en ligne. Un total de joueurs adultes 186 ayant des problèmes liés au jeu ont été recrutés en ligne. Les participants ont rempli la liste de contrôle des troubles du jeu sur Internet (IGD) DSM-5, les échelles de stress d'anxiété liées à la dépression-21, l'échelle de cognition des jeux sur Internet, l'échelle de dépendance au jeu et l'échelle de qualité de vie des jeux. Une enquête de suivi d’une semaine a évalué le respect de l’abstinence de jeu prévue.

Les abstinents étaient moins susceptibles d'avoir des symptômes de sevrage et moins enclins à jouer à des jeux de tir d'action. Les participants présentant des symptômes de l'humeur (40% du total) ont signalé significativement plus de symptômes d'IGD, des capacités cognitives de jeu inadaptées plus fortes (par exemple, une surévaluation des récompenses de jeu), davantage de problèmes de jeu antérieurs et une moins bonne qualité de vie. Cependant, les symptômes de l'humeur ne prédisaient pas l'abstinence ni la poursuite du jeu. Les adultes souffrant de troubles du jeu qui recherchent de l'aide pour réduire leur jeu peuvent bénéficier initialement de stratégies de gestion du sevrage et psychoéducation sur les activités de jeu plus risquées.


Les liens entre une utilisation Internet saine, problématique et dépendante en ce qui concerne les comorbidités et les caractéristiques liées à la conception de soi (2018)

Une autre étude unique sur des sujets présentant des symptômes de type TDAH récemment développés. Les auteurs sont fermement convaincus que l'utilisation d'Internet est à l'origine des symptômes du TDAH. Un extrait de la discussion.

Comorbidité TDAH et symptômes de type TDAH chez les toxicomanes Internet

En ce qui concerne les diagnostics de TDAH dans cette étude, la prévalence actuelle et à vie dans le groupe des toxicomanes Internet (13.8% et 11.5%) était significativement plus élevée par rapport aux utilisateurs Internet problématiques et aux contrôles sains. Une méta-analyse a estimé la prévalence générale du TDAH à environ 2.5% (Simon, Czobor, Bálint, Mészáros et Bitter, 2009). La plupart des études sur le TDAH et la dépendance à Internet ont été menées sur des adolescents et non sur de jeunes adultes (Seyrek et coll., 2017; Tateno et coll., 2016). Une seule étude a révélé une prévalence de 5.5 dans le TDAH chez les utilisateurs d’Internet «problématiques» adultes (4).Kim et coll., 2016). Cependant, l'échantillon incluait également des toxicomanes et, par conséquent, les résultats pourraient ne pas être comparables à ceux de cette étude.

À notre connaissance, il s’agissait de la première étude à tenter d’inclure l’évaluation de l’impact des symptômes du TDAH récemment développés en plus du diagnostic du TDAH chez les toxicomanes Internet.. Les participants atteints de TDAH, ainsi que ceux présentant des symptômes de type TDAH récemment développés, ont présenté une sévérité de la vie et une utilisation d'Internet significativement plus élevées que ceux ne remplissant pas ces conditions. En outre, les participants toxicomanes présentant des symptômes de TDAH récemment développés (30% du groupe de toxicomanes) ont présenté une augmentation de la gravité de l'utilisation d'Internet au cours de leur vie, par rapport aux participants toxicomanes ne présentant aucun symptôme de TDAH.

Nos résultats indiquent que les symptômes du TDAH récemment développés (sans remplir les critères de diagnostic du TDAH) sont associés à la dépendance à Internet. Cela peut conduire à une première indication que l'utilisation excessive d'Internet a un impact sur le développement de déficits cognitifs similaires à ceux rencontrés dans le TDAH. Une étude récente de Nie, Zhang, Chen et Li (2016) ont rapporté que les adolescents toxicomanes Internet avec et sans TDAH, ainsi que les participants avec TDAH seul, présentaient des déficits comparables en termes de contrôle inhibiteur et de mémoire de travail.

Certaines études ont également corroboré cette hypothèse, indiquant une densité de matière grise réduite dans le cortex cingulaire antérieur chez les utilisateurs d’Internet présentant une dépendance ainsi que chez les patients atteints de TDAH (Frodl et Skokauskas, 2012; Moreno-Alcazar et al., 2016; Wang et coll., 2015; Yuan et al., 2011). Néanmoins, pour confirmer nos hypothèses, d'autres études évaluant le lien entre l'apparition d'une utilisation excessive d'Internet et le TDAH chez les toxicomanes sur Internet sont nécessaires. De plus, des études longitudinales devraient être appliquées pour clarifier la causalité. Si nos résultats sont confirmés par d'autres études, cela aura une pertinence clinique pour le processus de diagnostic du TDAH. Il est concevable que les cliniciens soient tenus de réaliser une évaluation détaillée de l’utilisation possible d’Internet pouvant créer une dépendance chez les patients suspectés de TDAH.


Effets physiologiques et psychologiques néfastes du temps passé devant un écran sur les enfants et les adolescents: revue de la littérature et étude de cas (2018)

L'étude de cas démontre que l'utilisation d'Internet a provoqué un comportement lié au TDAH, diagnostiqué à tort comme étant le TDAH. Abstrait:

Un nombre croissant de publications associent une utilisation excessive et addictive des médias numériques à des conséquences néfastes physiques, psychologiques, sociales et neurologiques. La recherche se concentre davantage sur l'utilisation des appareils mobiles, et les études suggèrent que la durée, le contenu, l'utilisation après la tombée de la nuit, le type de support et le nombre d'appareils sont des éléments clés qui déterminent les effets du temps d'écran. Effets sur la santé physique: un temps d'écran excessif est associé à un mauvais sommeil et à des facteurs de risque de maladies cardiovasculaires telles que l'hypertension artérielle, l'obésité, un faible cholestérol HDL, une mauvaise régulation du stress (excitation sympathique élevée et dérèglement du cortisol) et la résistance à l'insuline. Les autres conséquences sur la santé physique comprennent une vision altérée et une densité osseuse réduite. Effets psychologiques: les comportements d'intériorisation et d'extériorisation sont liés à un mauvais sommeil.

Les symptômes dépressifs et suicidaires sont associés au mauvais sommeil induit par le temps d'écran, à l'utilisation nocturne des appareils numériques et à la dépendance aux téléphones portables. Le comportement lié au TDAH était lié aux problèmes de sommeil, à la durée globale de l'écran et à un contenu violent et rapide qui active la dopamine et les voies de récompense. Une exposition précoce et prolongée à un contenu violent est également liée au risque de comportement antisocial et à une diminution du comportement prosocial. Effets psychoneurologiques: l'utilisation addictive du temps d'écran diminue l'adaptation sociale et implique un comportement de soif qui ressemble à un comportement de dépendance à la substance. Les changements structurels du cerveau liés au contrôle cognitif et à la régulation émotionnelle sont associés au comportement addictif des médias numériques. Une étude de cas sur le traitement d'un garçon de 9 ans diagnostiqué avec le TDAH suggère que le comportement lié au TDAH induit par le temps passé à l'écran pourrait être diagnostiqué à tort comme TDAH. La réduction du temps d'écran est efficace pour diminuer le comportement lié au TDAH.

Les composantes cruciales pour la résilience psychophysiologique sont un esprit non errant (typique du comportement lié au TDAH), une bonne adaptation sociale et un bon attachement et une bonne santé physique. L'utilisation excessive des médias numériques par les enfants et les adolescents apparaît comme un facteur majeur susceptible d'entraver la formation d'une résilience psychophysiologique saine.


Utilisation d'Internet par les adolescents, intégration sociale et symptômes dépressifs: analyse à partir d'une enquête de cohorte longitudinale (2018)

Examiner le lien entre l'utilisation d'Internet chez les adolescents et l'intégration sociale dans le contexte scolaire et son incidence sur les symptômes dépressifs ultérieurs chez les adolescents taïwanais, à l'aide d'une vaste étude de cohorte nationale et de la méthode du modèle de croissance latente (LGM).

Les données d'élèves 3795 suivies de l'année 2001 à 2006 dans l'enquête sur le panel de l'éducation à Taiwan ont été analysées. L'utilisation d'Internet pendant les loisirs est définie par le nombre d'heures consacrées par semaine à la discussion en ligne (1) et aux jeux en ligne (2). L'intégration sociale à l'école et les symptômes dépressifs ont été auto-déclarés. Nous avons d’abord utilisé un LGM inconditionnel pour estimer le niveau de référence (intercept) et la croissance (pente) de l’utilisation d’Internet. Ensuite, un autre LGM conditionné à l'intégration sociale à l'école et à la dépression a été réalisé.

La tendance de l'utilisation d'Internet était positivement liée aux symptômes dépressifs (coefficient = 0.31, p <0.05) à la vague 4.

L’intégration sociale à l’école était initialement associée à une diminution de l’utilisation d’Internet pendant les loisirs chez les adolescents. La croissance de l'utilisation d'Internet avec le temps n'était pas explicable par l'intégration sociale à l'école mais avait des effets néfastes sur la dépression. Renforcer les liens entre les adolescents et l'école peut empêcher l'utilisation initiale d'Internet pendant les loisirs. Lorsqu'ils donnent des conseils sur l'utilisation d'Internet par les adolescents, les prestataires de soins de santé doivent tenir compte des réseaux sociaux et du bien-être mental de leurs patients.


Activité Des Circuits Préfrontale-Striatale Dans L'état De Repos Dans Le Trouble De Jeu Internet: Changements Avec La Thérapie De Comportement Cognitif Et Les Prédicteurs De La Réponse Du Traitement (2018)

Dans cette étude longitudinale, les méthodes ALFF et FC ont été utilisées pour étudier les alternances cérébrales fonctionnelles entre les groupes IGD et HC et le mécanisme thérapeutique de la TCC chez les sujets IGD. Nous avons constaté que les sujets IGD présentaient une fonction anormale de certaines régions préfrontales-striatales par rapport aux sujets HC et que la TCC pouvait atténuer les anomalies fonctionnelles de l'OFC et du putamen et augmenter les interactions entre eux, en plus d'améliorer les symptômes de la IGD.

Dans cette étude, la FC à l'état de repos entre l'OFC médial gauche et le putamen était significativement plus basse dans le groupe IGD. Les corrélats BIS-11 des alternances FC ont démontré que la déficience dans les circuits pré-striatals peut avoir un impact sur le comportement impulsif des sujets IGD. Des études de neuroimagerie antérieures avaient montré que l’atteinte fonctionnelle dans les régions PFC était associée à une impulsivité élevée dans l’IGD (37).

Les circuits préfrontaux-striataux comprennent une boucle cognitive, qui relie principalement le caudé et le putamen avec les régions préfrontales. Conformément aux résultats des récentes études de neuroimagerie fonctionnelle, des alternances fonctionnelles ont été observées dans plusieurs régions préfrontales (y compris l'OFC médial droit, le SMA bilatéral et l'ACC gauche) et les régions des noyaux gris centraux (le putamen bilatéral) dans les troubles de la dépendance, y compris l'IGD (12, 38, 39). Volkow et al. réseaux neuronaux suggérés chez les toxicomanes, y compris les circuits striaux de l'OFC, de l'ACC, du gyrus frontal inférieur (IFG) et du cortex préfrontal dorsolatéral (DLPFC), pouvant refléter des comportements observables, tels qu'une altération de la maîtrise de soi et du comportement inflexibilité (40) et des problèmes pour prendre de bonnes décisions, qui caractérisent la dépendance; lorsque des personnes atteintes de DIG continuent de jouer, même si elles doivent faire face à des conséquences négatives, cela peut être lié à la fonction altérée des circuits préfrontaux / striataux (41).

Dans la présente étude, la durée hebdomadaire de jeu était significativement plus courte et les scores du CIAS et du BIS-II étaient significativement réduits après la TCC. Elle a suggéré que les conséquences négatives pourraient être inversées si la dépendance à Internet pouvait être remise dans un délai bref. Nous avons observé une diminution des valeurs d'ALFF dans l'OFC supérieur gauche et le putamen gauche et l'augmentation de la connectivité OFC-putamen après la TCC, constatations compatibles avec des observations antérieures suggérant que le circuit OFC-striatal pourrait être une cible thérapeutique potentielle pour les toxicomanes troubles (43). L’OFC participe à la régulation des impulsions en plus de la prise de décision. La connectivité entre l’OFC et le putamen implique donc un meilleur contrôle du comportement impulsif des sujets IGD (44). Cela concorde avec le résultat de la réduction des scores BIS-11 après le traitement.

En résumé, nos résultats ont montré que l’IGD était associée à une altération de la fonction de certains circuits préfrontal-striataux et que la TCC pouvait à la fois atténuer les anomalies fonctionnelles de l’OFC et du putamen et augmenter les interactions entre elles. Ces résultats peuvent fournir une base pour révéler le mécanisme thérapeutique de la TCC chez les sujets IGD et servir de biomarqueurs potentiels pouvant prédire une amélioration des symptômes après une TCC chez les sujets IGD.


Restriction de smartphone et son effet sur les scores liés au retrait subjectif (2018)

L'utilisation excessive du smartphone a été associée à un certain nombre de conséquences négatives pour l'individu et l'environnement. Certaines similitudes peuvent être observées entre l’usage excessif du smartphone et plusieurs dépendances comportementales, et l’utilisation continue constitue l’une des caractéristiques incluses dans la dépendance.. Dans l'extrême haut de gamme de la répartition de l'utilisation des smartphones, la restriction des smartphones pourrait entraîner des effets négatifs pour les particuliers. Ces effets négatifs peuvent être considérés comme des symptômes de sevrage traditionnellement associés aux toxicomanies.

Pour résoudre ce problème d'actualité, la présente étude a examiné les scores de l'échelle de retrait du smartphone (SWS), de l'échelle de la peur de manquer (FoMOS) et du calendrier des effets positifs et négatifs (PANAS) pendant 72 heures de restriction des smartphones. Un échantillon de 127 participants (72.4% de femmes), âgés de 18 à 48 ans (M = 25.0, SD = 4.5), ont été assignés au hasard dans l’une des deux conditions: une condition restreinte (groupe expérimental, n = 67) ou une condition de contrôle (groupe de contrôle, n = 60).

Pendant la période de restriction, les participants ont complété les échelles susmentionnées trois fois par jour. Les résultats ont révélé des scores significativement plus élevés sur le SWS et le FoMOS pour les participants affectés à la condition restreinte que ceux affectés à la condition de contrôle. Globalement, les résultats suggèrent que la restriction des smartphones pourrait provoquer des symptômes de sevrage.


L'abstinence forcée dans les jeux entraîne-t-elle l'utilisation de la pornographie? Aperçu du crash 2018 d’avril des serveurs Fortnite (2018)

Les jeux et la pornographie sont des comportements courants, mais leur chevauchement est mal connu. Avril 11, 2018, les serveurs du jeu vidéo Fortnite: Battle Royale s'est écrasé pendant 24 heures, offrant un aperçu potentiel des comportements «d'abstinence forcée». Pornhub, une plateforme en ligne de pornographie, a ensuite publié des statistiques sur la consommation de pornographie des joueurs en ligne pendant cette période (Pornhub, 2018).

Pornhub a indiqué que lorsque les serveurs étaient en panne, le pourcentage de joueurs (identifiés à l'aide de données d'affinité fournies par Google Analytics) accédant à Pornhub augmentait de 10% et du terme «Fortnite”A été utilisé par 60% plus fréquemment dans les recherches à caractère pornographique. Ces modèles de consommation de pornographie se limitaient à la période d’abstinence forcée et sont revenus à leur niveau de référence lorsque FortniteLes serveurs de ont été corrigés.

La prudence est nécessaire lors de l'interprétation de ces statistiques. Néanmoins, ils fournissent des données écologiques potentiellement précieuses sur la manière dont les joueurs peuvent gérer les périodes d ’« abstinence forcée ». Ces observations peuvent être pertinentes pour les débats en cours sur la validité des concepts de« retrait »ou de« soif »s’appliquant à la participation problématique au jeu vidéo (Starcevic, 2016). Plus précisément, Fortnite Les habitudes de consommation de pornographie des joueurs résonnent dans les recherches récentes (Kaptsis, King, Delfabbro et Gradisar, 2016; King, Kaptsis, Delfabbro et Gradisar, 2016), suggérant que certains joueurs gèrent des symptômes pénibles (tels que ceux provoqués par une période d '«abstinence forcée») en employant une stratégie de «compensation», c'est-à-dire en recherchant d'autres activités liées à leur jeu préféré.

Des activités telles que la recherche d'informations sur les jeux vidéo dans les forums ou le visionnage de vidéos de jeux sur YouTube ont été décrits comme des comportements de compensation. Dans le contexte actuel, les statistiques publiées par Pornhub suggèrent d’autres comportements compensatoires: la consommation de Fortnitematériel pornographique lié à la réalité. En effet, lors de la recherche sur Pornhub avec le terme Fortnite, on peut trouver des parodies où des acteurs jouent des scènes sexuelles habillées Fortnite personnages, couples ayant des rapports sexuels en jouant Fortniteou Fortnitevidéos hentai (anime) Compte tenu de l'inclusion récente des troubles du jeu et des troubles du comportement sexuel compulsif dans l'Organisation mondiale de la santé (2018) CIM-11, des recherches supplémentaires sont nécessaires pour comprendre les interactions entre la consommation de jeux et la pornographie à des niveaux problématiques et non problématiques. En outre, la mesure dans laquelle «l’abstinence forcée» peut favoriser le changement de comportements potentiellement problématiques et les mécanismes par lesquels cela peut se produire justifie un complément d’investigation.


Dépendance aux réseaux sociaux en ligne et dépression: résultats d'une étude de cohorte prospective à grande échelle menée auprès d'adolescents chinois (2018)

Tson étude a révélé une association bidirectionnelle entre OSNA et la dépression chez les adolescents, ce qui signifie que la dépression contribue de manière significative au développement d’OSNA et que, de ce fait, les personnes déprimées subissent des effets plus préjudiciables de la dépendance aux réseaux sociaux en ligne. Un plus grand nombre d'études longitudinales comportant plusieurs points d'observation et un intervalle de temps réduit est nécessaire pour confirmer davantage les résultats de cette étude.


Les jeux vidéo sont-ils une passerelle vers le jeu? Une étude longitudinale basée sur un échantillon norvégien représentatif (2018)

La présente étude a exploré la possibilité d'une relation directionnelle entre les mesures du jeu problématique et du jeu problématique, tout en contrôlant également l'influence du sexe et de l'âge. Contrairement à la plupart des enquêtes précédentes basées sur des plans transversaux et des échantillons non représentatifs, la présente étude a utilisé un plan longitudinal mené sur 2 ans (2013, 2015) et comprenant 4601 participants (hommes 47.2%, tranche d'âge 16-74 ans). ) tiré d'un échantillon aléatoire de la population générale.

Les jeux vidéo et les jeux de hasard ont été évalués à l'aide de la Gaming Addiction Scale for Adolescents et du Canadian Problem Gambling Index, respectivement. En utilisant un modèle d'équation structurelle auto-régressif à décalage croisé, nous avons trouvé une relation positive entre les scores sur le jeu problématique et les scores ultérieurs sur le jeu problématique, alors que nous n'avons trouvé aucune preuve de la relation inverse. Par conséquent, les problèmes de jeu vidéo semblent être un comportement de passerelle vers un comportement de jeu problématique. Dans les recherches futures, il convient de continuer à surveiller les influences comportementales réciproques possibles entre le jeu et les jeux vidéo.


Prédictions bidirectionnelles entre dépendance à Internet et dépression probable chez des adolescents chinois (2018)

Le but de l’étude est d’examiner (a) si le statut de dépression probable évalué au début de la maladie prédisait de manière prospective la nouvelle incidence de la dépendance à Internet (IA) lors du suivi mensuel 12 et (b) si le statut de la IA évalué au départ évalué de manière prospective de dépression probable au suivi.

Nous avons mené une étude de cohorte de 12 mois (n = 8,286 6,954) parmi les élèves du secondaire de Hong Kong et avons dérivé deux sous-échantillons. Le premier sous-échantillon (n = 63) comprenait des étudiants non-IA au départ, en utilisant l'échelle de dépendance de Chen Internet (≤3,589), et un autre inclus des cas non déprimés au départ (n = 16), en utilisant le Center for Epidemiological Studies Échelle de dépression (<XNUMX).

Nos résultats démontrent que l'EI a potentiellement prédit une dépression probable et vice versa pour ceux qui étaient exempts du résultat prévu au départ. Bien que nous trouvions des prédictions bidirectionnelles significatives, la conception de la recherche ne peut pas établir de causalité. Outre l'effet des symptômes dépressifs de base sur l'AI lors du suivi, les symptômes dépressifs lors du suivi ou les symptômes apparus au cours des deux points de temps peuvent également affecter l'AI lors du suivi; Le niveau d'AI au suivi peut également affecter la dépression au suivi.

Nos données corroborent l'hypothèse selon laquelle les symptômes de l'IA et de la dépression sont des causes et conséquences potentielles l'une de l'autre. La controverse sur les causalités nécessite des études longitudinales supplémentaires. Toutefois, les programmes destinés aux adolescents présentant des symptômes dépressifs et des signes d’AI devraient comporter des compétences pratiques pour promouvoir une utilisation contrôlée d’Internet. Les programmes de prévention de l'AI devraient également réduire l'humeur négative des personnes présentant des symptômes dépressifs. Les agents de santé associés doivent donc développer de nouvelles connaissances et compétences. Des recherches pilotes sur les interventions et des programmes qui s’attaquent simultanément aux problèmes d’IA et de dépression sont justifiés.

La forte incidence de dépression probable est une préoccupation qui justifie des interventions, car la dépression a des effets nocifs durables chez les adolescents. La dépression probable de base a prédit l'AI au suivi et vice versa, parmi ceux qui étaient exempts d'AI / dépression probable au départ. Les travailleurs de la santé, les enseignants et les parents doivent être informés de ce résultat bidirectionnel. Les interventions, à la fois IA et prévention de la dépression, devraient donc prendre en compte les deux problèmes.


Un esprit sain pour une utilisation Internet problématique (2018)

Cet article a conçu et mis à l’essai un programme d’intervention préventive axé sur le comportement cognitif chez les jeunes ayant un comportement problématique en matière d’utilisation d’Internet (PIU). Le programme s'appelle Programme d'intervention psychologique - Utilisation d'Internet pour les jeunes (PIP-IU-Y). Une approche de thérapie cognitive a été adoptée. Au total, des élèves du secondaire 45 de quatre écoles ont suivi le programme d’intervention qui a été mené en groupe par des conseillers d’école agréés.

Trois séries de données autodéclarées sur le questionnaire sur l'utilisation problématique d'Internet (PIUQ), l'Échelle d'anxiété d'interaction sociale (SIAS) et l'Échelle de stress lié à l'anxiété de dépression (DASS) ont été collectées à trois moments différents: semaine 1 avant l'intervention, immédiatement après la dernière intervention session, et 1 mois après l’intervention. PLes résultats du test t diffusé ont montré que le programme permettait de prévenir efficacement la progression négative vers des stades de toxicomanie sur Internet plus graves, et de réduire l'anxiété et le stress ainsi que la phobie des interactions des participants. L'effet était évident immédiatement à la fin de la séance d'intervention et était maintenu 1 un mois après l'intervention.

Cette étude est parmi les premières à développer et à tester un programme d’intervention préventive pour les jeunes avec PIU. L’efficacité de notre programme dans la prévention de la progression négative de la PIU et de ses symptômes chez les utilisateurs problématiques nous amène à postuler que le programme empêchera également les utilisateurs normaux de développer des symptômes graves.


Tester les relations longitudinales entre la dépendance à Internet et le bien-être chez des adolescents hongkongais: analyses transversales basées sur trois vagues de données (2018)

Les résultats corroborent la thèse selon laquelle le mauvais bien-être personnel des adolescents est la conséquence plutôt que la cause des comportements de dépendance à Internet. Pour améliorer la qualité de vie et prévenir les tendances suicidaires chez les adolescents, il convient d’envisager des stratégies permettant de réduire les comportements de dépendance liés à Internet.

---

La plupart des études précédentes sur la relation entre la dépendance à Internet et le bien-être personnel des jeunes étaient fondées sur une conception transversale. En tant que tels, des données longitudinales provenant d'un échantillon représentatif sont nécessaires pour permettre aux chercheurs de comprendre si le manque de bien-être est un facteur de risque de dépendance à Internet chez les jeunes ou ses conséquences. La présente étude poursuit cet objectif en examinant les relations longitudinales entre la dépendance à Internet et deux indicateurs de bien-être personnel, la satisfaction face à la vie et le désespoir, chez un grand échantillon d'adolescents de Hong Kong.

Basés sur une conception de panneau à décalage croisé à trois vagues, les résultats ont corroboré un modèle de causalité inversé, selon lequel la dépendance à Internet entraînait une baisse du bien-être personnel après le statut de base et les effets du sexe, de l'âge et du statut économique de la famille. Le modèle réciproque qui supposait des influences mutuelles n'était pas soutenu. Ces résultats fournissent de nouvelles informations sur l'orientation des relations entre les comportements de dépendance à Internet et le bien-être personnel des jeunes. Contrairement aux études transversales, l'utilisation de la conception de panneaux et de la modélisation par équations structurelles est une approche plus rigoureuse pour examiner les problèmes de causalité et de réciprocité.


Trouble d'attachement et exposition précoce dans les médias: symptômes neurocomportementaux imitant le trouble du spectre de l'autisme (2018)

De nombreuses études ont rapporté de nombreux effets indésirables de l'utilisation des médias par les enfants. Ces effets comprennent une réduction du développement cognitif et de l'hyperactivité et des troubles de l'attention. Bien qu'il ait été recommandé que l'enfant soit tenu à l'écart des médias pendant la période de développement précoce, de nombreux parents modernes utilisent les médias pour calmer leurs enfants. Par conséquent, ces enfants n'ont pas la possibilité de former des attachements sélectifs par un engagement social réduit. Les symptômes de ces enfants imitent parfois le trouble du spectre autistique (TSA). Cependant, peu d'études ont examiné les symptômes que les enfants développent avec une exposition précoce aux médias.

Nous présentons ici un garçon exposé aux médias au tout début de son développement et diagnostiqué avec un trouble de l'attachement. Il était incapable de faire un contact visuel et était hyperactif et avait un développement retardé du langage, comme les enfants atteints de TSA. Ses symptômes se sont nettement améliorés après avoir été empêchés d'utiliser tous les médias et encouragés à jouer autrement. Après ce traitement, il établissait un contact visuel et parlait de jouer avec leurs parents. Le simple fait d'éviter les médias et de jouer avec les autres peut changer le comportement d'un enfant présentant des symptômes similaires à ceux d'un TSA. Il est important de comprendre les symptômes causés par le trouble de l'attachement et l'exposition précoce aux médias.


Une semaine sans utiliser les médias sociaux: Résultats d'une étude d'intervention écologique momentanée utilisant un smartphone (2018)

De nombreuses recherches ont été menées sur la manière et les raisons d'utiliser les médias sociaux, mais l'impact de l'abstinence sur les médias sociaux est mal connu. Nous avons donc conçu une étude d’intervention momentanée écologique utilisant des smartphones. Les participants ont reçu pour instruction de ne pas utiliser les médias sociaux pendant les jours 7 (jours de base 4, intervention en jours 7 et jours après l'intervention 4; N = 152). Nous avons évalué l'affect (positif et négatif), l'ennui et l'envie trois fois par jour (échantillonnage en fonction du temps), ainsi que la fréquence d'utilisation, la durée d'utilisation et la pression sociale des médias sociaux (7,000 +). évaluations individuelles).

Nous avons constaté des symptômes de sevrage, tels qu'un état de manque important (β = 0.10) et un ennui (β = 0.12), ainsi qu'une réduction de l'affect positif et négatif (uniquement descriptif). La pression sociale pour être sur les médias sociaux a été considérablement accrue pendant l'abstinence dans les médias sociaux (β = 0.19) et un nombre important de participants (59 pour cent) ont rechuté au moins une fois au cours de l'intervention. phase. Nous n'avons pu trouver aucun effet de rebond important après la fin de l'intervention. Taken ensemble, la communication par le biais des médias sociaux en ligne fait évidemment partie intégrante de la vie quotidienne, si bien que l'absence de contact provoque des symptômes de sevrage (envie de fumer, l'ennui), des rechutes et des pressions sociales pour revenir sur les médias sociaux.


Plus jamais FOMO: limiter les médias sociaux diminue la solitude et la dépression (2018)

Introduction: Compte tenu de l'ampleur des recherches corrélationnelles reliant l'utilisation des médias sociaux au pire bien-être, nous avons entrepris une étude expérimentale afin d'étudier le rôle causal potentiel que les médias sociaux jouent dans cette relation.

Méthode: Après une semaine de surveillance de base, les étudiants de 143 de l’Université de Pennsylvanie ont été assignés au hasard à limiter l’utilisation de Facebook, Instagram et Snapchat aux minutes 10, par plate-forme, par jour ou sur les réseaux sociaux, comme d’habitude, pendant trois semaines.

Résultats: Le groupe à usage limité a présenté des réductions significatives de la solitude et de la dépression en trois semaines par rapport au groupe témoin. Les deux groupes ont montré une diminution significative de l’anxiété et de la peur d’oublier leur niveau de référence, suggérant l’avantage d’une autosurveillance accrue.

Discussion: Nos résultats suggèrent fortement que limiter l'utilisation des médias sociaux à environ 30 minutes par jour pourrait entraîner une amélioration significative du bien-être.

Un article profane sur cette étude.


Stimulation transcrânienne en courant continu pour les joueurs en ligne: étude de faisabilité prospective à un seul bras (2018)

Quatre semaines de traitement ont entraîné une diminution des jeux vidéo, une augmentation de la maîtrise de soi, une diminution de la gravité de la dépendance et des modifications du cortex préfrontal dorsolatéral (le cortex préfrontal, qui fournit la maîtrise de soi, est affecté négativement dans toutes les dépendances);

L'utilisation excessive de jeux en ligne peut avoir des effets négatifs sur la santé mentale et le fonctionnement quotidien. Bien que les effets de la stimulation transcrânienne à courant continu (TDCS) aient été étudiés pour le traitement de la dépendance, ils n’ont pas été évalués pour une utilisation excessive de jeux en ligne. Cette étude visait à étudier la faisabilité et la tolérabilité du tDCS sur le cortex préfrontal dorsolatéral (DLPFC) chez les joueurs en ligne.

Un total de 15 joueurs en ligne ont reçu 12 sessions tDCS actives sur le DLPFC (anodal gauche / cathodal droit, 2 mA pendant 30 min, 3 fois par semaine pendant 4 semaines). Avant et après les sessions tDCS, tous les participants ont 18La tomographie par émission de positons au fluoroxy-2-désoxyglucose a été analysée et complétée par le test de dépendance à Internet (IAT), la Brief Self Control Scale (BSCS) et le Beck Depression Inventory-II (BDI-II).

Après les sessions de tDCS, les heures hebdomadaires consacrées aux jeux et les scores d'IAT et de BDI-II ont diminué, tandis que le score BSCS a été augmenté. L'augmentation de la maîtrise de soi était associée à une diminution à la fois de la gravité de la dépendance et du temps passé à jouer. De plus, une asymétrie anormale droite-supérieure-gauche du métabolisme cérébral régional du glucose dans le DLPFC a été partiellement atténuée.


Étude transversale des trajectoires de développement de l'engagement dans les jeux vidéo, de la toxicomanie et de la santé mentale (2018)

Résultats: Les résultats de l'étude 1 ont montré que la dépression et la solitude étaient associées réciproquement au jeu pathologique. L’agression physique a été identifiée comme un antécédent, et l'anxiété était une conséquence du jeu pathologique. L’étude des trois typologies de joueurs (étude 2) a permis d’identifier la solitude et l’agression physique comme antécédents, et dépression en conséquence de toutes les typologies. La dépression s'est avérée être un antécédent de joueurs problématiques et engagés. La solitude a été constatée à la suite de problèmes de joueurs et l'anxiété, de joueurs toxicomanes. Une consommation élevée d'alcool a été jugée comme un antécédent pour les joueurs dépendants et une faible consommation d'alcool comme un antécédent pour les joueurs à problème. La stabilité estimée de la dépendance au jeu vidéo était de 35%.

Conclusion: Une relation de réciprocité entre le jeu pathologique et les mesures des problèmes de santé mentale semble exister. La stabilité de la dépendance aux jeux vidéo indique une condition qui, pour un nombre important de personnes, ne se résout pas spontanément au cours des années 2.


Une courte abstinence des sites de réseaux sociaux en ligne réduit le stress perçu, en particulier chez les utilisateurs excessifs (2018)

Produits phare

  • L'abstinence et le stress sont cliniquement significatifs dans les cas d'utilisation excessive de la technologie.
  • Nous étudions les effets de plusieurs jours d'abstinence sur les réseaux sociaux sur le stress ressenti.
  • Nous avons utilisé une conception pré (t1) –post (t2), cas (abstinence) - contrôle (pas d'abstinence).
  • L'abstinence d'environ une semaine a entraîné une réduction du stress.
  • La réduction du stress était significativement plus prononcée chez les utilisateurs excessifs.

Les sites de réseautage social en ligne (SNS), tels que Facebook, fournissent des renforcements sociaux fréquents et copieux (par exemple, des «j'aime») livrés à des intervalles de temps variables. En conséquence, certains utilisateurs de SNS affichent des comportements excessifs et inadaptés sur ces plates-formes. Les utilisateurs excessifs de SNS, tout comme les utilisateurs typiques, sont souvent conscients de leur utilisation intense et de leur dépendance psychologique à ces sites, ce qui peut entraîner un stress élevé. En fait, la recherche a démontré que l'utilisation des SNS seuls induit un stress élevé.

D'autres recherches ont commencé à étudier les effets de courtes périodes d'abstinence SNS, révélant des effets bénéfiques sur le bien-être subjectif. Nous avons aligné ces deux axes de recherche et émis l'hypothèse qu'une courte période d'abstinence SNS induirait une réduction du stress perçu, en particulier chez les utilisateurs excessifs. Les résultats ont confirmé notre hypothèse et ont révélé que les utilisateurs de SNS typiques et excessifs ont connu une réduction du stress perçu après une abstinence de SNS de plusieurs jours. Les effets ont été particulièrement prononcés chez les utilisateurs excessifs de SNS. La réduction du stress n'était pas associée à une augmentation du rendement scolaire. Ces résultats indiquent un bénéfice - au moins temporairement - de l'abstinence de SNS et fournissent des informations importantes pour les thérapeutes qui traitent les patients aux prises avec une utilisation excessive de SNS.


Associations bidirectionnelles entre le trouble de jeu auto-déclaré et le trouble d'hyperactivité avec déficit de l'attention des adultes: données probantes provenant d'un échantillon de jeunes hommes suisses (2018)

Contexte: Il a été démontré que le trouble du jeu (GD) coïncidait avec le trouble de l'hyperactivité avec déficit de l'attention (TDAH), mais peu d'études à ce jour ont porté sur leurs associations longitudinales.

Préparation: L'échantillon comprenait de jeunes Suisses suisses 5,067 (l'âge moyen était de 20 à la vague 1 et de 25 à la vague 3). Les mesures ont été l’échelle de dépendance au jeu et l’échelle d’auto-évaluation du TDAH chez l’adulte (écran 6-item). Les associations longitudinales ont été testées à l'aide de modèles autoregressifs à retards croisés pour les mesures binaires de la MG et du TDAH, ainsi que de mesures continues pour les sous-échelles d'inattention et d'hyperactivité de la GD et du TDAH.

Discussion: GD avait des associations longitudinales bidirectionnelles avec le TDAH, en ce sens que le TDAH augmentait le risque de GD et que le GD augmentait le risque de TDAH et qu'ils pouvaient se renforcer mutuellement. Ces associations peuvent être davantage liées à la composante TDAH inattention qu'à la composante TDAH d'hyperactivité. Les personnes atteintes de TDAH ou de GD devraient faire l'objet d'un dépistage de l'autre trouble, et les mesures préventives prises pour la GD devraient être évaluées chez les personnes atteintes de TDAH.


L'activation lentiforme liée au besoin impérieux causée par le jeu pendant la privation de jeu est associée à l'émergence d'un trouble du jeu sur Internet (2019)

Commentaires: Une étude longitudinale a montré que 23 joueurs réguliers répondaient aux critères de dépendance au jeu un an plus tard. Ces 23 ont été comparés à 23 accros au jeu - et ils correspondaient aux dépendants de l'activité cérébrale liée aux signaux.

Le trouble du jeu sur Internet (IGD) est associé à des mesures de santé négatives. Cependant, on sait peu de choses sur les mécanismes cérébraux ou les facteurs cognitifs susceptibles de prédire les transitions d'une utilisation normale du jeu à une IGD. Ces connaissances peuvent aider à identifier les personnes particulièrement vulnérables à la maladie de l'intestin et favoriser les efforts de prévention. Cent quarante-neuf personnes avec un UGF ont été scannées alors qu'elles effectuaient une tâche de recherche de repères avant de jouer et après la fin soudaine du jeu. Un an plus tard, il a été constaté que 23 avait développé IGD (RGU_IGD). Nous avons comparé les données d'origine de ces sujets 23 RGU_IGD et de sujets 23 appariés un à un répondant toujours aux critères de RGU (RGU_RGU). Les sujets RGU_IGD et RGU_RGU présentaient des similitudes dans la tâche de besoin de mémoire avant de jouer..

Une interaction groupe-temps significative a identifié le noyau lentiforme bilatéral. Une analyse post hoc a montré que l'interaction était liée à une activation accrue chez les sujets RGU_IGD après le jeu. Des corrélations significatives ont été observées entre les envies autodéclarées et l'activation lentiforme chez les sujets RGU_IGD. Parmi les personnes atteintes d'un RGU, l'activation lentiforme induite par les signaux de jeu après une session de jeu peut prédire le développement ultérieur de l'IGD. Les résultats suggèrent un mécanisme biologique d'émergence de l'IGD qui pourrait aider à éclairer les interventions de prévention.


Les caractéristiques de la réponse cérébrale pendant une pause forcée pourraient prédire une récupération ultérieure d'un trouble du jeu sur Internet: une étude longitudinale (2019)

Bien que le trouble du jeu sur Internet (IGD) soit associé à des mesures de santé négatives, les individus peuvent récupérer sans intervention professionnelle. L'exploration des caractéristiques neuronales associées à la récupération naturelle peut fournir des informations sur la meilleure façon de promouvoir la santé des personnes atteintes d'IGD. Soixante-dix-neuf sujets IGD ont été scannés lorsqu'ils effectuaient des tâches de repérage avant et après que le jeu ait été interrompu par une pause forcée. Après un an, 20 individus ne répondaient plus aux critères IGD et étaient considérés comme rétablis. Nous avons comparé les réponses cérébrales dans les tâches de besoin de repères entre ces 20 sujets IGD récupérés et 20 sujets IGD appariés répondant toujours aux critères à un an (IGD persistant).

Les sujets IGD récupérés ont montré une activation du cortex préfrontal dorsolatéral (DLPFC) plus faible que les sujets IGD persistants aux signaux de jeu à la fois avant et après le jeu. Des interactions groupe par temps significatives ont été trouvées dans le DLPFC bilatéral et l'insula, et celles-ci impliquaient une diminution relativement importante du DLPFC et une activation accrue de l'insula dans le groupe IGD persistant pendant la pause forcée. Une activité DLPFC relativement réduite et une activité insula accrue en réponse aux signaux de jeu après un jeu récent peuvent être à l'origine de la persistance du jeu. Ces résultats suggèrent que le contrôle exécutif et le traitement interoceptif méritent une étude supplémentaire pour comprendre la récupération de l'IGD.


Dépendance aux médias sociaux et dysfonctionnement sexuel chez les femmes iraniennes: le rôle médiateur de l'intimité et du soutien social (2019)

Il s'agit de la première étude à examiner l'effet de la dépendance aux médias sociaux sur la fonction sexuelle des femmes, en prenant en compte le rôle médiateur du soutien social et civique dans la relation conjugale à l'aide d'une étude longitudinale prospective dans un intervalle de temps de 6.

Une étude prospective a été menée où tous les participants (N = 938; âge moyen = 36.5 ans) ont complété l'échelle de dépendance aux médias sociaux de Bergen pour évaluer la dépendance aux médias sociaux, l'échelle de détresse sexuelle féminine - révisée pour évaluer la détresse sexuelle, l'échelle de proximité des relations unidimensionnelles pour évaluer l'intimité et l'échelle multidimensionnelle de soutien social perçu pour évaluer soutien social perçu.

Après une période de 6 mois, les scores moyens d'anxiété et de dépression ont légèrement augmenté et le score moyen de fonction sexuelle et de détresse sexuelle a légèrement diminué.

Les résultats ont montré que la dépendance aux médias sociaux avait des effets directs et indirects (via l'intimité et le soutien social perçu) sur la fonction sexuelle et la détresse sexuelle.


Faire une pause: effet de prendre des vacances de Facebook et Instagram sur le bien-être subjectif (2019) 

Une étude démontre des symptômes de sevrage après avoir arrêté de fumer.

Les sites de réseautage social (SNS) tels que Facebook et Instagram ont déplacé une grande partie de la vie sociale en ligne, mais ils peuvent être intrusifs et créer des perturbations sociales. Par conséquent, de nombreuses personnes envisagent de prendre des «vacances sur le réseau social». Nous avons étudié les effets d'une semaine de vacances de Facebook et d'Instagram sur le bien-être subjectif et déterminer si cela varierait pour les utilisateurs actifs ou non du réseau social. Le montant d'utilisation a été mesuré de manière objective, à l'aide du logiciel RescueTime, afin de contourner les problèmes d'auto-évaluation. Le style d'utilisation a été identifié lors du pré-test, et les utilisateurs de SNS ayant un style d'utilisation plus actif ou plus passif ont été affectés en nombre égal aux conditions de vacances d'une semaine sur le SNS (n = 40) ou pas de vacances SNS (n = 38).

Le bien-être subjectif (satisfaction à l'égard de la vie, affect positif et affect négatif) a été mesuré avant et après la période des vacances. Lors du pré-test, une utilisation plus active du SNS était corrélée positivement avec la satisfaction à l'égard de la vie et un effet positif, tandis qu'une utilisation plus passive du SNS était corrélée positivement avec la satisfaction à l'égard de la vie, mais pas avec un effet positif. De manière surprenante, après le test, les vacances SNS ont eu un effet positif moindre sur les utilisateurs actifs et aucun effet significatif sur les utilisateurs passifs. Ce résultat est contraire aux attentes et indique que l’utilisation de SNS peut être bénéfique pour les utilisateurs actifs. Nous suggérons que les utilisateurs de SNS soient informés des avantages d'un style d'utilisation actif et que les recherches futures devraient envisager la possibilité d'une dépendance au SNS parmi les utilisateurs plus actifs.


Relations bidirectionnelles des symptômes psychiatriques avec la dépendance à Internet chez les étudiants: une étude prospective (2019)

Cette étude prospective a évalué la capacité prédictive des symptômes psychiatriques lors de la consultation initiale pour la survenue et la rémission de la dépendance à Internet au cours d'une période de suivi d'une année 1 parmi les étudiants. En outre, il a évalué la capacité prédictive des modifications des symptômes psychiatriques de la dépendance à Internet lors de la consultation initiale au cours de la période de suivi de l'année 1 parmi les étudiants.

Cinq cents étudiants (femmes 262 et hommes 238) ont été recrutés. Les consultations de base et de suivi ont mesuré les niveaux de dépendance à Internet et de symptômes psychiatriques à l'aide de la Chen Internet Addiction Scale et de Symptom Checklist-90 Revised, respectivement.

Les résultats ont indiqué qu'une sensibilité interpersonnelle grave et des symptômes de paranoïa pourraient prédire l'incidence de la dépendance à Internet lors du suivi 1. Les étudiants universitaires ayant une dépendance à Internet ne présentaient pas d'amélioration significative de la sévérité de la psychopathologie, alors que ceux sans dépendance à Internet présentaient une amélioration significative de l'obsession-compulsion, de la sensibilité interpersonnelle, de la paranoïa et du psychoticisme au cours de la même période.


Étude IRMf à repos du TDAH et du trouble du jeu sur Internet (2019)

Objectif: Nous voulions comprendre si l’hyperactivité avec déficit de l’attention Trouble (TDAH) et Internet jeux trouble (IGD) partagent une connectivité fonctionnelle cérébrale (FC) similaire entre le frontal et les sous-cortex.

Préparation: Nous avons comparé les modifications des symptômes cliniques et de l'activité cérébrale à l'aide de l'imagerie par résonance magnétique fonctionnelle (IRMf) chez des patients 26 atteints de TDAH mais sans IGD, des patients 29 atteints de TDAH et d'IGD et des patients 20 atteints d'IGD mais sans ADHD.

Résultats: La connectivité fonctionnelle (FC) du cortex au sous-cortex dans les deux groupes a diminué par rapport à celle des participants en bonne santé appariés selon l'âge. Le traitement d'un an des symptômes du TDAH et de l'IGD a augmenté la FC entre le cortex et le sous-cortex chez tous les participants au TDAH et chez tous les participants à l'IGD présentant un bon pronostic par rapport à ceux de tous les participants au TDAH et à l'IGD ayant un pronostic médiocre.

Conclusion: Les patients atteints de TDAH et d'IGD ont partagé une FC cérébrale similaire au début et des modifications de la FC en réponse au traitement.


Modifications neuronales fonctionnelles et altération de la connectivité cortico-sous-corticale associées à la guérison d'un trouble du jeu sur Internet (2019)

Rémission des changements cérébraux liés à la dépendance. Extraits:

Bien que des études aient suggéré que les personnes atteintes de troubles du jeu sur Internet (IGD) peuvent avoir des troubles du fonctionnement cognitif, la nature de la relation n'est pas claire étant donné que les informations sont généralement dérivées d'études transversales.

Individus avec IGD actif (n = 154) et les personnes ne répondant plus aux critères (n = 29) après 1 an ont été examinés longitudinalement en utilisant l'imagerie par résonance magnétique fonctionnelle pendant l'exécution des tâches de recherche de signaux. Les réponses subjectives et les corrélats neuronaux ont été comparés au début de l'étude et à 1 an.

Les réponses de soif des sujets aux signaux de jeu ont diminué de manière significative à 1 an par rapport au début de l'étude. Une diminution des réponses cérébrales dans le cortex cingulaire antérieur (ACC) et le noyau lentiforme a été observée à 1 an par rapport au début. Des corrélations positives significatives ont été observées entre les changements des activités cérébrales dans le noyau lentiforme et les changements des envies autodéclarées. L'analyse de la modélisation causale dynamique a montré une connectivité lentiforme ACC accrue à 1 an par rapport au début de l'étude.

Après la récupération de l'IGD, les individus semblent moins sensibles aux signaux de jeu. Cette récupération peut impliquer un contrôle accru lié à l'ACC sur les motivations liées aux lentiformes dans le contrôle des envies. La mesure dans laquelle le contrôle cortical des motivations sous-corticales peut être ciblé dans les traitements de l'IGD doit être examinée plus avant.


Modifications de la connectivité fonctionnelle striatale dorsale dans les troubles du jeu sur Internet: une étude d'imagerie longitudinale par résonance magnétique (2019)

Le trouble du jeu sur Internet (IGD) est une dépendance comportementale impliquant une utilisation excessive de jeux en ligne malgré des conséquences psychosociales négatives. Le jeu en ligne sans restriction peut entraîner des changements dans l'activité striatale et la relation entre le striatum et d'autres régions corticales. Cette étude a étudié les anomalies structurelles et fonctionnelles impliquant le striatum grâce à des évaluations d'imagerie par résonance magnétique (IRM) de suivi longitudinal. Dix-huit jeunes hommes atteints d'IGD (âge moyen: 23.8 ± 2.0 ans) et 18 témoins (âge moyen: 23.9 ± 2.7 ans) ont été évalués.

Les sujets ont été réévalués ≥ 1 an après la première visite (durée moyenne de suivi: 22.8 ± 6.7 mois), en utilisant la morphométrie à base de voxel et des analyses de connectivité fonctionnelle à l'état de repos (FC) basées sur les graines dans les régions des graines du striatum dorsal et ventral. Les sujets atteints d'IGD avaient un plus petit volume de matière grise (GMV) dans le cortex cingulaire antérieur / moyen par rapport aux témoins lors des évaluations initiales et de suivi. Ils présentaient une diminution de la FC entre le putamen dorsal gauche et le cortex préfrontal médian gauche (mPFC) par rapport aux témoins. Ils ont montré une augmentation de la force FC entre le putamen dorsal droit et le gyrus occipital moyen droit (MOG) pendant le suivi.

Les sujets avec IGD ont montré une corrélation significative entre les changements dans le putamen-MOG FC dorsal et le temps de jeu par jour. Les jeunes hommes atteints d'IGD ont montré un profil FC modifié dans le striatum dorsal pendant le suivi. La FC du striatum dorsal dans l'IGD a augmenté dans le mPFC et diminué dans le MOG. Ces résultats ont montré que l'IGD était accompagnée d'un affaiblissement du contrôle préfrontal et d'un renforcement du réseau sensorimoteur, suggérant que le jeu incontrôlé pouvait être lié à des changements neuronaux fonctionnels dans le striatum dorsal.


Relation réciproque entre la dépression et les troubles du jeu sur Internet chez les enfants: un suivi sur 12 mois de l'étude iCURE à l'aide d'une analyse de cheminement croisé (2019)

Des études antérieures ont signalé une association entre les troubles du jeu sur Internet (IGD) et la dépression, mais la directionnalité de la relation reste floue. Par conséquent, nous avons examiné la relation réciproque entre le niveau des symptômes dépressifs et l'IGD chez les enfants dans une étude longitudinale.

Les groupes de recherche pour cette étude se composaient de 366 élèves du primaire de l'étude iCURE. Tous les participants étaient des utilisateurs actuels d'Internet, de sorte qu'ils pouvaient être considérés comme une population à risque d'IGD. La gravité autodéclarée des caractéristiques de l'IGD et le niveau de dépression ont été évalués respectivement par le dépistage des symptômes déclenchés par l'utilisation du jeu Internet et l'inventaire de la dépression des enfants. L'évaluation de suivi a été achevée après 12 mois. Nous avons ajusté des modèles d'équations structurelles à décalage croisé pour étudier l'association entre les deux variables à deux moments dans le temps

L’analyse croisée a révélé que le niveau de dépression au départ prévoyait de manière significative la gravité des caractéristiques de l’IGD au suivi de 12 mois (β = 0.15, p = .003). La gravité des caractéristiques de l'IGD au départ a également prédit de manière significative le niveau de dépression au suivi de 12 mois (β = 0.11, p = .018), en contrôlant les facteurs de confusion possibles.

L'analyse de la trajectoire croisée indique une relation réciproque entre la gravité des caractéristiques de l'IGD et le niveau des symptômes dépressifs. Comprendre la relation réciproque entre les symptômes dépressifs et la gravité des caractéristiques de l'IGD peut aider dans les interventions pour prévenir les deux conditions. Ces résultats fournissent un support théorique pour les plans de prévention et de remédiation des IGD et des symptômes dépressifs chez les enfants.


Symptômes de sevrage chez les joueurs Internet des collèges américains (2020)

Nous avons examiné les schémas de jeu et les symptômes de sevrage de 144 joueurs américains sur Internet. Nos résultats ont indiqué que les scores de l'échelle des troubles du jeu sur Internet (IGDS) étaient en corrélation positive avec les symptômes de sevrage. Les 10 symptômes de sevrage les plus approuvés étaient envie de jouer, impatience, sommeil accru, alimentation accrue, manque de plaisir, irritable / en colère, anxieux / tendu, agité, difficulté à se concentrer, et rêve accru. Seuls 27.1% des joueurs n'ont approuvé aucun symptôme de sevrage.

Une MANOVA a révélé des différences significatives dans l'IGDS et les scores de symptômes de sevrage parmi les joueurs qui préféraient jouer seuls, avec d'autres en personne, avec d'autres en ligne ou avec d'autres en personne et en ligne (8.1% de variance expliquée). Plus précisément, les scores IGDS étaient plus élevés chez les joueurs qui préféraient jouer avec d'autres en ligne par rapport à d'autres modalités. Les symptômes de sevrage n'ont pas fait de distinction significative entre les groupes. Enfin, de nombreux joueurs ont indiqué que si les jeux sur Internet n'étaient pas disponibles, ils seraient plus susceptibles de se livrer à d'autres comportements potentiellement addictifs.


Les conséquences de la contrainte: une étude longitudinale de 4 ans sur les difficultés d'utilisation compulsive d'Internet et de régulation des émotions (2020)

RÉSUMÉ

On sait peu de choses sur la façon dont l'utilisation compulsive d'Internet (CIU) relie le développement aux différents aspects de la régulation des émotions. Les jeunes s'engagent-ils dans l'UCI parce qu'ils ont des difficultés à réguler les émotions (le modèle «conséquence»), est-ce que l'UCI conduit à des problèmes de régulation émotionnelle (le modèle «antécédent») ou existe-t-il des influences réciproques? Nous avons examiné les relations longitudinales entre l'UCI et 6 facettes des difficultés de régulation des émotions. Adolescents (N = 2,809 17) dans 8 écoles australiennes ont effectué des mesures chaque année à partir de la XNUMXe année (ML'âge = 13.7) à 11. La modélisation des équations structurelles a révélé que l'ICU a précédé le développement de certains aspects de la dérégulation des émotions, tels que les difficultés à fixer des objectifs et à clarifier les émotions, mais pas d'autres (le modèle antérieur). Nous n'avons trouvé aucune preuve que des difficultés de régulation des émotions aient précédé le développement d'une augmentation de l'ICU (le modèle de conséquence). Nos résultats indiquent que l'enseignement des compétences générales de régulation des émotions aux adolescents peut ne pas être aussi efficace pour réduire l'ICU que des approches plus directes de limitation de l'utilisation d'Internet. Nous discutons des implications de nos résultats pour les interventions conçues pour réduire les OPC et soulignons les problèmes pour les recherches futures.

ARTICLE SUR L'ETUDE

Limiter l'utilisation d'Internet est plus efficace que d'enseigner des compétences émotionnelles générales

Une nouvelle étude a révélé que la dépendance à Internet chez les adolescents entraîne des difficultés à réguler les émotions. Cependant, il n'y avait aucune preuve que les problèmes émotionnels préexistants sont un prédicteur d'une utilisation obsessionnelle d'Internet.

Publié dans la revue à comité de lecture Émotion, l'article est la première étude longitudinale à examiner le lien entre la dépendance à Internet chez les adolescents et les difficultés de régulation des émotions.

Plus de 2,800 17 adolescents de 8 lycées australiens ont participé à l'étude. Les participants étaient âgés de 11 à XNUMX ans inclus.

Auteur principal de la University of Sydney Business School, Dr James Donald, a déclaré la recherche a testé deux idées très controversées: premièrement, si l'utilisation compulsive d'Internet entraîne des difficultés de régulation des émotions au fil du temps; et deuxièmement, si les difficultés sous-jacentes de régulation des émotions conduisent à ce comportement compulsif.

«Les parents et les écoles ont un rôle important à jouer pour enseigner à leurs enfants l'utilisation saine d'Internet», a déclaré le Dr James Donald.

"Nous avons observé un modèle de comportement au fil du temps qui suggère que la dépendance à Internet entraîne des problèmes de régulation des émotions, mais pas l'inverse", a déclaré le Dr Donald de la Business School Discipline du travail et études organisationnelles.

«Malgré de nombreuses preuves anecdotiques et l'opinion populaire à ce sujet, nous savons peu de choses sur la façon dont l'utilisation compulsive d'Internet affecte la régulation des émotions des jeunes et vice versa.

"Nous avons été surpris de constater que les effets négatifs de l'utilisation compulsive d'Internet sur des choses comme la capacité de fixer des objectifs et de comprendre ses émotions, sont restés stables au cours des quatre années de l'étude."

Briser le mythe de la dérégulation des émotions comme prédicteur

L'étude n'a trouvé aucune preuve que, chez les jeunes, des difficultés de régulation des émotions préexistantes entraînent des problèmes de régulation de leur utilisation d'Internet.

Depuis le déclenchement de la pandémie de coronavirus, les lycéens dépendent plus que jamais de l'Internet.

Dr James Donald, Université de Sydney Business School

En collaboration avec des chercheurs de l'Australian Catholic University, l'équipe a découvert que l'utilisation compulsive d'Internet a des effets plus graves sur les formes «d'effort» de régulation des émotions telles que les difficultés à poursuivre les objectifs de la vie et à comprendre ses émotions.

"Notre recherche montre que l'utilisation compulsive d'Internet a peu d'impact sur les processus émotionnels moins complexes comme l'acceptation de soi et la conscience", a déclaré le co-auteur Professeur Joseph Ciarrochi.

«Une période de 12 mois d'utilisation compulsive d'Internet pourrait ne pas être aussi nuisible que nous le pensions au départ. Cependant, si ce comportement persiste dans les années ultérieures d'un adolescent, les effets composés et la dérégulation des émotions peuvent devenir un problème. »

Limiter l'utilisation d'Internet pourrait être la seule réponse

La recherche suggère également qu'enseigner aux adolescents des compétences générales de régulation des émotions, par exemple à travers des programmes à l'école, peut ne pas être aussi efficace pour réduire l'utilisation compulsive d'Internet que des approches plus directes comme la limitation du temps passé sur Internet.

«Depuis le déclenchement de la pandémie de coronavirus, les lycéens dépendent plus que jamais de l'Internet. Internet est à la fois un site d'apprentissage et de jeu, ce qui rend la surveillance des parents difficile », a déclaré le Dr James Donald.

«Bien qu'il puisse être difficile pour les parents de contrôler l'accès à Internet, notre étude suggère que les parents et les écoles ont un rôle important à jouer pour enseigner à leurs enfants une utilisation saine d'Internet, surveiller les activités qu'ils pratiquent en ligne et s'assurer qu'ils ont un sens et un engagement des activités hors ligne qui procurent un équilibre. »


L'effet Matthew dans le rétablissement de la dépendance au smartphone dans une étude longitudinale de 6 mois sur les enfants et les adolescents (2020)

L'évolution clinique de l'utilisation problématique du smartphone (PSU) reste largement inconnue en raison d'un manque d'études longitudinales. Nous avons recruté 193 sujets ayant des problèmes de dépendance aux smartphones pour la présente étude. Après avoir donné leur consentement éclairé, les sujets ont répondu à des sondages et ont subi des entretiens approfondis concernant l'utilisation des smartphones. Au total, 56 sujets parmi les 193 sujets initialement recrutés ont été suivis pendant six mois. Nous avons comparé les caractéristiques de base entre les utilisateurs dépendants persistants et les utilisateurs récupérés à la fin du suivi de 6 mois. Les utilisateurs de smartphones problématiques persistants ont affiché une gravité de dépendance à la base plus élevée et étaient plus enclins à développer des problèmes de santé mentale lors du suivi. Cependant, l'état dépressif ou l'anxiété de base n'a pas influencé de manière significative le cours de la PSU. PSU se comportait plus comme un trouble addictif plutôt que comme un trouble psychiatrique secondaire. L'évitement des méfaits, l'impulsivité, une utilisation accrue d'Internet et moins de temps de conversation avec les mères ont été identifiés comme de mauvais facteurs pronostiques dans les UPE. La baisse de la qualité de vie, le faible bonheur perçu et l'instabilité des objectifs ont également contribué à la persistance de la PSU, tandis que la récupération a augmenté ces scores ainsi que les mesures de l'estime de soi. Ces résultats suggèrent que l'effet Matthew se retrouve dans la récupération de la PSU avec un meilleur ajustement psychosocial prémorbide conduisant à une récupération plus réussie. De plus grandes ressources cliniques sont nécessaires pour que les interventions auprès des populations vulnérables modifient le cours de ce comportement problématique de plus en plus répandu dans le monde.


Changements des neurotransmetteurs chez les jeunes ayant une dépendance à Internet et aux téléphones intelligents: comparaison avec des contrôles sains et changements après une thérapie cognitivo-comportementale (2020)

Contexte et objectif: Les changements des neurotransmetteurs chez les jeunes dépendants d'Internet et du smartphone ont été comparés à des témoins normaux et chez des sujets après une thérapie cognitivo-comportementale. De plus, les corrélations entre les neurotransmetteurs et les facteurs affectifs ont été étudiées.

Matériaux et méthodes: Dix-neuf jeunes ayant une dépendance à Internet et aux téléphones intelligents et 19 témoins sains appariés selon le sexe et l'âge (rapport hommes / femmes, 9:10; âge moyen, 15.47 ± 3.06 ans) ont été inclus. Douze adolescents ayant une dépendance à Internet et aux smartphones (rapport hommes / femmes, 8: 4; âge moyen, 14.99 ± 1.95 ans) ont participé à 9 semaines de thérapie cognitivo-comportementale. La spectroscopie à résolution ponctuelle de Meshcher-Garwood a été utilisée pour mesurer les niveaux d'acide γ-aminobutyrique et de Glx dans le cortex cingulaire antérieur. Les niveaux d'acide y-aminobutyrique et de Glx dans le groupe dépendant ont été comparés à ceux des témoins et après une thérapie comportementale cognitive. Les niveaux d'acide γ-aminobutyrique et de Glx étaient en corrélation avec les échelles cliniques de la dépendance à Internet et aux smartphones, l'impulsivité, la dépression, l'anxiété, l'insomnie et la qualité du sommeil.

Résultats: Les rapports acide parenchymateux et substance grise ajustés en fonction du volume du parenchyme cérébral et de la matière grise étaient plus élevés chez les sujets ayant une dépendance à Internet et aux smartphones (P = 028 et 016). Après le traitement, les rapports acide parenchymateux et matière grise ajustés en fonction du volume de la substance grise par rapport à la créatine (P = 034 et 026). Le niveau de Glx n'était pas statistiquement significatif chez les sujets ayant une dépendance à Internet et aux smartphones par rapport aux témoins et au statut post-thérapeutique. Les rapports acide-aminobutyrique / créatine ajustés en fonction du volume du parenchyme cérébral et de la matière grise sont corrélés avec les échelles cliniques de la dépendance à Internet et des smartphones, la dépression et l'anxiété. Glx / Cr était négativement corrélé à l'insomnie et aux échelles de qualité du sommeil.

Conclusions: Les niveaux élevés d'acide γ-aminobutyrique et l'équilibre perturbé de l'acide γ-aminobutyrique par rapport à Glx, y compris le glutamate dans le cortex cingulaire antérieur, peuvent contribuer à comprendre la physiopathologie et le traitement de la dépendance à Internet et aux smartphones et des comorbidités associées.


Associations temporelles entre l'utilisation des médias sociaux et la dépression (2020)

Des études antérieures ont démontré des associations transversales entre l'utilisation des médias sociaux et la dépression, mais leurs associations temporelles et directionnelles n'ont pas été rapportées.

En 2018, les participants âgés de 18 à 30 ans ont été recrutés proportionnellement aux caractéristiques du recensement américain, notamment l'âge, le sexe, la race, l'éducation, le revenu du ménage et la région géographique. Les participants ont autodéclaré l'utilisation des médias sociaux sur la base d'une liste des 10 principaux réseaux de médias sociaux, qui représentent> 95% de l'utilisation des médias sociaux. La dépression a été évaluée à l'aide du questionnaire sur la santé du patient en 9 points. Au total, 9 covariables sociodémographiques pertinentes ont été évaluées. Toutes les mesures ont été évaluées à la fois au départ et au suivi à 6 mois.

Parmi 990 participants qui n'étaient pas déprimés au départ, 95 (9.6%) ont développé une dépression au cours du suivi. Dans les analyses multivariables menées en 2020 qui contrôlaient toutes les covariables et incluaient les poids d'enquête, il y avait une association linéaire significative (p<0.001) entre l'utilisation de base des médias sociaux et le développement de la dépression pour chaque niveau d'utilisation des médias sociaux. Par rapport à ceux du quartile le plus bas, les participants du quartile le plus élevé d'utilisation des médias sociaux de base avaient une probabilité significativement plus élevée de développer une dépression (AOR = 2.77, IC à 95% = 1.38, 5.56). Cependant, il n'y avait pas d'association entre la présence d'une dépression de base et l'augmentation de l'utilisation des médias sociaux lors du suivi (OR = 1.04, IC à 95% = 0.78, 1.38). Les résultats étaient robustes à toutes les analyses de sensibilité.

Dans un échantillon national de jeunes adultes, l'utilisation de base des médias sociaux était indépendamment associée au développement de la dépression par le suivi, mais la dépression de base n'était pas associée à une augmentation de l'utilisation des médias sociaux lors du suivi. Ce modèle suggère des associations temporelles entre l'utilisation des médias sociaux et la dépression, un critère important de causalité.


Caractéristiques de la `` désintoxication '' des médias sociaux chez les étudiants universitaires (2021)

La multiplication des sites de réseautage social a entraîné une augmentation de la fréquence d'utilisation chez les jeunes adultes. Bien que l'association avec le bien-être mental soit toujours controversée, des niveaux élevés d'utilisation des médias sociaux étaient corrélés à des comportements problématiques, une faible estime de soi et des symptômes dépressifs. La «désintoxication des médias sociaux» (Detox) est le terme utilisé pour décrire les tentatives volontaires de réduire ou d'arrêter l'utilisation des médias sociaux pour améliorer le bien-être. Nous avons mené une étude pilote pour explorer les caractéristiques de la désintoxication des réseaux sociaux appliquées par 68 étudiants universitaires dans leur activité sur les réseaux sociaux. L'analyse descriptive a révélé que la plupart des étudiants ont signalé un changement d'humeur positif, une diminution de l'anxiété et une amélioration du sommeil pendant et juste après la période de désintoxication. Ces résultats préliminaires montrent que la «désintoxication des médias sociaux» est un phénomène compris et utilisé par les étudiants universitaires pour modérer leur utilisation des médias sociaux. Une grande variabilité dans son application et ses effets est notée dans notre échantillon.