Structure du cerveau et connectivité fonctionnelle associées à la consommation de pornographie: le cerveau sur le porno (2014)

COMMENTAIRES

Publié dans JAMA psychiatrie (Mai 2014), il s'agissait de la première étude de scan du cerveau sur les utilisateurs de porno. Les chercheurs ont découvert plusieurs changements cérébraux, et ces changements étaient corrélés à la quantité de pornographie consommée. Les sujets étaient des utilisateurs de porno modérés, non classés comme accros. Dans cette étude, des experts de l'Institut Max Planck d'Allemagne ont découvert:

1) Des heures de visionnage plus élevées par semaine / semaine ont été corrélées à une réduction de la matière grise dans certaines parties du circuit de récompense (striatum) impliqué dans la motivation et la prise de décision. Une matière grise réduite dans cette région liée à la récompense signifie moins de connexions nerveuses. Moins de connexions nerveuses ici se traduit par une activité de récompense lente, ou une réponse de plaisir engourdie, souvent appelée désensibilisation. Les chercheurs ont interprété cela comme une indication des effets d'une exposition à long terme à la pornographie. Auteur principal Simone Kühn a dit:

"Cela pourrait signifier qu'une consommation régulière de pornographie usera plus ou moins votre système de récompense.. »

2) Les connexions nerveuses entre le système de récompense et le cortex préfrontal se sont aggravées avec une surveillance accrue du porno. Comme l'explique l'étude,

«Le dysfonctionnement de ce circuit est lié à des choix comportementaux inappropriés, tels que la recherche de drogue, quel que soit le résultat négatif potentiel.»

En bref, ceci est la preuve d’un lien entre l’usage de porno et le contrôle des impulsions avec facultés affaiblies.

3) Plus le porno utilisé est utilisé, moins l'activation du système de récompense est exposée aux images sexuelles. Une explication possible est que les gros utilisateurs ont finalement besoin de plus de stimulation pour activer leurs circuits de récompense. La désensibilisation, qui conduit à la tolérance, est courante dans tous les types de toxicomanie. Dit l'étude,

«Cela est conforme à l'hypothèse selon laquelle une exposition intense à des stimuli pornographiques entraîne une régulation à la baisse de la réponse neurale naturelle aux stimuli sexuels. »

Simone Kühn a poursuivi:

"Nous supposons que les sujets ayant une consommation élevée de porno ont besoin d'une stimulation croissante pour recevoir la même quantité de récompense."

Kühn affirme que la littérature scientifique psychologique existante suggère aux consommateurs de porno de rechercher des contenus proposant des jeux sexuels novateurs et plus extrêmes:

"Cela correspond parfaitement à l'hypothèse selon laquelle leurs systèmes de récompense nécessitent une stimulation croissante."

Les conclusions ci-dessus démontent les deux principaux arguments avancés par la dépendance au porno:

  1. Cette dépendance au porno est simplement "désir sexuel élevé«. Réalité: Les utilisateurs de porno les plus lourds ont eu les réponses les plus faibles aux images sexuelles. Ce n'est pas un «désir sexuel» élevé.
  2. Cette utilisation compulsive du porno est motivée par l'habituation, ou s'ennuie facilement. Bien que cela soit vrai, l'habitude est souvent définie comme un effet éphémère n'impliquant pas d'altérations mesurables dans le cerveau.

En résumé: Une utilisation accrue du porno en corrélation avec moins de matière grise et une activité réduite du système de récompense (dans le striatum dorsal) lors de la visualisation d’images sexuelles. L’utilisation accrue de la pornographie est également corrélée à la faiblesse des liens entre le siège de notre volonté, le cortex frontal et le système de récompense. Couverture médiatique:


Communiqué de presse de l'Institut Max Planck

Une étude montre un lien entre la consommation et la structure du cerveau

Depuis que la pornographie est apparue sur Internet, elle est devenue plus accessible que jamais. Cela se reflète dans la consommation de pornographie, qui est en hausse dans le monde entier. Mais quel effet la consommation fréquente de pornographie a-t-elle sur le cerveau humain? Une étude conjointe de l'Institut Max Planck pour le développement humain et de l'hôpital universitaire psychiatrique Charité de l'hôpital St Hedwig se penche précisément sur cette question.

La pornographie est un tabou social. Peu admettront son utilisation, mais le marché est énorme. Dans les sociétés antérieures à Internet, la pornographie devait souvent être achetée en secret. Aujourd'hui, il peut être visionné discrètement et directement sur un ordinateur à la maison en quelques clics. Les sites pornographiques figurent en tête de la liste des sites Web les plus visités en Allemagne, attirant souvent plus de visites que les principaux sites de médias et de vente au détail.

Mais quel effet la consommation de matériel pornographique a-t-elle sur le cerveau humain? Les chercheurs berlinois Simone Kühn et Jürgen Gallinat ont examiné la question. Les scientifiques ont étudié 64 hommes adultes âgés de 21 à 45. Les sujets ont d’abord été interrogés sur leur consommation actuelle de pornographie. Par exemple: «Depuis quand utilisez-vous du matériel pornographique?» Et «Pendant combien d’heures en moyenne le regardez-vous?». Puis, à l’aide de l’imagerie par résonance magnétique, les chercheurs ont enregistré la structure et les activités du cerveau les sujets visionnaient des images pornographiques.

L’évaluation a mis en évidence un lien entre le nombre d’heures consacrées à la visualisation de matériel pornographique par semaine et le volume global de matière grise dans le cerveau, avec une corrélation négative entre l’utilisation de la pornographie et le volume du striatum, une zone du cerveau une partie du système de récompense. Plus les sujets étaient exposés à la pornographie, plus le volume de leur striatum était faible. «Cela pourrait signifier que la consommation régulière de pornographie ternit le système de récompense, pour ainsi dire», explique Simone Kühn, auteure principale de l'étude et scientifique dans le domaine de la recherche en psychologie du développement à l'Institut Max Planck pour le développement humain.

De plus, alors que les sujets visionnaient des images sexuellement stimulantes, le niveau d'activité dans le système de récompense était significativement plus bas dans le cerveau des utilisateurs fréquents et réguliers de la pornographie que chez les utilisateurs rares et irréguliers. «Nous supposons donc que les sujets à forte consommation de pornographie ont besoin de stimuli de plus en plus forts pour atteindre le même niveau de récompense», déclare Simone Kühn. Cela concorde avec les conclusions sur la connectivité fonctionnelle du striatum avec d'autres zones du cerveau: une consommation élevée de pornographie a été associée à une diminution de la communication entre la zone de récompense et le cortex préfrontal. Le cortex préfrontal, avec le striatum, est impliqué dans la motivation et semble contrôler la pulsion de recherche de récompense.

Les chercheurs pensent que les résultats sur la connectivité entre le striatum et d'autres régions du cerveau peuvent être interprétés de deux manières: soit la connectivité réduite est un signe de plasticité neuronale dépendant de l'expérience, c'est-à-dire un effet de la consommation de pornographie sur le système de récompense, soit alternativement , cela pourrait être une condition préalable qui détermine le niveau de consommation de pornographie. Les chercheurs pensent que la première interprétation est l'explication la plus probable. «Nous supposons que l'utilisation fréquente de pornographie conduit à ces changements. Nous prévoyons des études de suivi pour le démontrer directement », a ajouté Jürgen Gallinat, co-auteur de l'étude et psychiatre à l'hôpital psychiatrique universitaire Charité de l'hôpital St Hedwig.


METTRE À JOUR:

Mai 2016. Kuhn & Gallinat a publié cette revue - Base neurobiologique de l'hypersexualité (2016). Dans la revue, Kuhn & Gallinat décrivent leur étude IRMf de 2014:

Dans une étude récente de notre groupe, nous avons recruté des participants masculins en bonne santé et avons associé leurs heures autodéclarées passées avec du matériel pornographique à leur réponse IRMf aux images sexuelles ainsi qu'à leur morphologie cérébrale (Kuhn et Gallinat, 2014). Plus les participants ont déclaré avoir consommé de la pornographie d'heures, plus la réponse BOLD dans le putamen gauche en réponse aux images sexuelles est faible. De plus, nous avons constaté que plus d'heures passées à regarder de la pornographie étaient associées à un volume de matière grise plus petit dans le striatum, plus précisément dans le caudé droit atteignant le putamen ventral. Nous supposons que le déficit de volume structural cérébral peut refléter les résultats de la tolérance après une désensibilisation aux stimuli sexuels. La discordance entre les résultats rapportés par Voon et ses collègues pourrait être due au fait que nos participants ont été recrutés dans la population en général et n’ont pas été diagnostiqués comme souffrant d’hypersexualité. Cependant, il se peut que des images fixes de contenu pornographique (contrairement aux vidéos utilisées dans l'étude de Voon) ne satisfassent pas les téléspectateurs d'aujourd'hui, comme suggéré par Love et ses collègues (2015). En termes de connectivité fonctionnelle, nous avons constaté que les participants consommant plus de pornographie montraient moins de connectivité entre le caudé droit (où le volume était plus petit) et le cortex préfrontal dorsolatéral gauche (DLPFC). On sait que DLPFC est impliqué dans les fonctions de contrôle exécutif, mais également dans la réactivité des signaux avec les médicaments. Une perturbation spécifique de la connectivité fonctionnelle entre DLPFC et caudate a également été rapportée chez des participants toxicomanes à l'héroïne (Wang et al., 2013), ce qui rend les corrélats neuronaux de la pornographie similaires à ceux de la toxicomanie.


METTRE À JOUR:

The 2014 Étude Cambridge IRMf sur les accros au porno (Voon et al., 2014) explique les différences entre ces deux études dans la section de discussion:

En accord avec la littérature sur l'activité cérébrale des volontaires sains vers les régions activées par stimuli sexuel explicite, nous montrons un réseau similaire comprenant les cortex occipito-temporaux et pariétaux, les insulos, cingulate et les cortex frontaux inférieurs, le gyrus pré-central, caudé, ventral striatum, pallidum, amygdala, substantia nigra et hypothalamus 13-19. Il a été démontré que la plus longue durée d'utilisation de matériaux explicites en ligne chez des hommes en bonne santé était en corrélation avec l'activité putaminale inférieure gauche pour donner un bref aperçu des images toujours explicites suggérant un rôle potentiel de la désensibilisation. 23. En revanche, la présente étude porte sur un groupe pathologique présentant une CSB caractérisée par une difficulté à contrôler l'utilisation associée à des conséquences négatives. En outre, cette étude utilise des clips vidéo par rapport à de brèves images fixes. Chez des volontaires en bonne santé, le visionnage d'images fixes érotiques par rapport aux clips vidéo présente un schéma d'activation plus limité, notamment l'hippocampe, l'amygdale et les cortex postérieurs temporaux et pariétaux. 20 suggérant des différences neuronales possibles entre les brèves images fixes et les vidéos plus longues utilisées dans la présente étude. En outre, il a également été démontré que les troubles de la dépendance, tels que les troubles liés à l’utilisation de cocaïne, étaient associés à un biais d’attention accru, tandis qu’il n’était pas démontré que les usagers de cocaïne à des fins récréatives avaient un biais d’attention accru. 66 suggérant des différences potentielles entre utilisateurs récréatifs et utilisateurs dépendants. Ainsi, les différences entre les études peuvent refléter des différences dans la population ou la tâche. Notre étude suggère que les réponses cérébrales aux documents en ligne explicites peuvent différer entre les sujets atteints de CSB par rapport aux personnes en bonne santé qui peuvent être de gros utilisateurs de documents en ligne explicites mais sans perte de contrôle ni association avec des conséquences négatives.


L'ÉTUDE - Structure du cerveau et connectivité fonctionnelle associées à la consommation de pornographie: le cerveau sur le porno

JAMA psychiatrie. Publié en ligne Mai 28, 2014. doi: 10.1001 / jamapsychiatry.2014.93

Etude complète sous forme PDF.

Simone Kühn, PhD1; Jürgen Gallinat, PhD2,3

Importance  Depuis que la pornographie est apparue sur Internet, l'accessibilité, l'abordabilité et l'anonymat de la consommation de stimuli sexuels visuels ont augmenté et ont attiré des millions d'utilisateurs. Partant de l'hypothèse que la consommation de pornographie ressemble à un comportement de recherche de récompense, de recherche de nouveauté et de dépendance, nous avons émis l'hypothèse de modifications du réseau frontostriatal chez les utilisateurs fréquents.

Object.sci-hub.orgive  Déterminer si une consommation fréquente de pornographie est associée au réseau frontostriatal.

Conception, cadre et participants  Soixante-quatre hommes adultes en bonne santé ayant une vaste gamme de consommation de pornographie à l'institut Max Planck pour le développement humain à Berlin, en Allemagne, ont signalé des heures de consommation de pornographie par semaine. La consommation de pornographie était associée à la structure neuronale, à l'activation liée à une tâche et à la connectivité fonctionnelle à l'état de repos.

Principaux résultats et mesures  Le volume de matière grise du cerveau a été mesuré par morphométrie à base de voxel et la connectivité fonctionnelle à l'état de repos a été mesurée sur des balayages d'imagerie par résonance magnétique 3-T.

Resultats  Nous avons trouvé une association négative significative entre les heures de pornographie déclarées par semaine et le volume de matière grise chez le caudé droit (P  <.001, corrigé pour des comparaisons multiples) ainsi qu'avec l'activité fonctionnelle au cours d'un paradigme de réaction sexuelle dans le putamen gauche (P <.001). La connectivité fonctionnelle du caudé droit au cortex préfrontal dorsolatéral gauche était associée négativement aux heures de consommation de pornographie.

Conclusions et pertinence L'association négative de la consommation de pornographie autodéclarée avec le volume du striatum droit (caudé), l'activation du striatum gauche (putamen) lors de la réactivité du signal et une connectivité fonctionnelle inférieure du cortex préfrontal dorsolatéral droit caudé à gauche pourraient refléter une modification de la plasticité neurale. conséquence d’une stimulation intense du système de récompense, ainsi que d’une modulation descendante des zones corticales préfrontales. Alternativement, cela pourrait être une condition préalable pour rendre la consommation de pornographie plus gratifiante.

Chiffres dans cet article

Les représentations de contenu sexuel dans les films, les vidéos de musique et Internet ont augmenté ces dernières années.1 Parce que l'Internet n'est pas soumis à la réglementation, il est devenu un vecteur de circulation de la pornographie. Les images pornographiques sont disponibles pour la consommation dans l'intimité de son domicile via Internet plutôt que dans les librairies pour adultes ou les cinémas. Par conséquent, l'accessibilité, l'abordabilité et l'anonymat2 ont attiré un public plus large. Des recherches effectuées aux États-Unis ont montré que 66% des hommes et 41% des femmes consomment de la pornographie sur une base mensuelle.3 Un pourcentage estimé de 50 de tout le trafic Internet est lié au sexe.4 Ces pourcentages montrent que la pornographie n'est plus un problème de populations minoritaires mais un phénomène de masse qui influence notre société. Fait intéressant, le phénomène ne se limite pas aux humains; une étude récente a révélé que les macaques mâles cédaient des récompenses de jus pour regarder des images des fonds de ces singes.5

Il a été démontré que la fréquence de consommation de pornographie prédit diverses mesures de résultats négatifs chez l’homme. Une étude suédoise représentative sur les garçons adolescents a montré que les garçons qui consomment au quotidien manifestent davantage d'intérêt pour les types de pornographie déviants et illégaux et font plus fréquemment état de leur volonté d'actualiser ce qui a été vu dans la vie réelle..1,68 Dans les partenariats, une baisse de la satisfaction sexuelle et une tendance à adopter des scripts pornographiques ont été associées à une consommation fréquente de pornographie sur Internet..9 Une étude longitudinale réalisée à la suite d’internautes a révélé que l’accès à la pornographie en ligne était un facteur prédictif de la consommation compulsive d’ordinateurs après 1 year.10 Pris ensemble, les résultats susmentionnés confirment l'hypothèse selon laquelle la pornographie a une incidence sur le comportement et la cognition sociale de ses consommateurs. Par conséquent, nous supposons que la consommation de pornographie, même à un niveau inférieur, peut avoir un impact sur la structure et le fonctionnement du cerveau. Cependant, à notre connaissance, les corrélats cérébraux associés à une consommation fréquente de pornographie n'ont pas encore été étudiés.

Semblable aux théories tirées de la recherche sur la toxicomanie, la littérature scientifique populaire spécule que la pornographie constitue un stimulus pré-câblé et naturellement gratifiant et que des niveaux d'exposition élevés entraînent une régulation négative ou une accoutumance de la réponse neurale dans le réseau de récompenses. Ceci est supposé engendrer des processus adaptatifs dans lesquels le cerveau est détourné, devenant moins sensible à la pornographie.11 Il est communément admis que les substrats neuronaux de la dépendance sont constitués de zones cérébrales faisant partie du réseau de récompenses, telles que les neurones dopaminergiques du cerveau moyen, le striatum et le cortex préfrontal.12,13 Le striatum est supposé être impliqué dans la formation d'habitudes lorsque la consommation de drogue progresse vers un comportement compulsif.14 Le striatum ventral, en particulier, s’est révélé impliqué dans le traitement de la réactivité entre différentes drogues en toxicomanie.15 mais aussi dans le traitement de la nouveauté.16 La fonction compromise du cortex préfrontal figure parmi les principales modifications neurobiologiques abordées dans la recherche sur les troubles liés à la toxicomanie, fréquente chez l'homme et chez l'animal.17 Dans les études sur la dépendance pharmacologique chez l'homme, des altérations volumétriques ont été mises en évidence dans le striatum et le cortex préfrontal.1820

Dans le cadre de la présente étude, nous avons entrepris d’examiner les corrélats neuronaux associés à l’utilisation fréquente - pas nécessairement addictive - de la pornographie dans une population en bonne santé, afin de déterminer si ce comportement courant est associé à la structure et à la fonction de certaines régions du cerveau.

Participants

Soixante-quatre participants masculins en bonne santé (âge [SD] moyen, années 28.9 [6.62], extrêmes 21-45) ont été recrutés. Dans la publicité, notre attention sur la consommation de pornographie n'a pas été mentionnée; nous avons plutôt parlé à des participants en bonne santé intéressés à participer à une étude scientifique comprenant des mesures d'imagerie par résonance magnétique (IRM). Nous avons limité notre échantillon aux hommes, car les hommes sont exposés à la pornographie à un plus jeune âge, consomment davantage de pornographie,21 et sont plus susceptibles de rencontrer des problèmes que les femmes.22 Selon des entretiens personnels (Mini-International Neuropsychiatric Interview)23) les participants n’avaient aucun trouble psychiatrique. Les autres troubles médicaux et neurologiques ont été exclus. La consommation de substances était soigneusement examinée. Les critères d'exclusion pour tous les individus étaient des anomalies de l'IRM. L'étude a été approuvée par le comité d'éthique local de la Clinique universitaire Charité à Berlin, en Allemagne. Après la description complète de l’étude, nous avons obtenu le consentement écrit des participants.

Procédure de numérisation

Les images structurelles ont été collectées sur un scanner 3-T (Siemens) avec une bobine de tête à canal 12 en utilisant une séquence d'écho de gradient préparée par magnétisation pondérée T1 (temps de répétition = millisecondes 2500; temps d'écho = 4.77 millisecondes; temps d'inversion = 1100 millisecondes , matrice d’acquisition = 256 × 256 × 176; angle de retournement = 7 °; 1 × 1 × 1 mm3 taille du voxel).

Les images d'état de repos fonctionnel ont été collectées à l'aide d'une séquence d'imagerie echoplanar à pondération T2 * (temps de répétition = millisecondes 2000, temps d'écho = millisecondes 30, matrice d'image = 64, épaisseur de la couche = 64 mm, facteur de distance = 216%, taille du voxel de 80 × 3.0 × 20 mm3, Coupes axiales 36, minutes 5). Les participants ont été priés de fermer les yeux et de se détendre. La même séquence a été utilisée pour acquérir les images associées à la tâche.

Questionnaire

Nous avons posé les questions suivantes pour évaluer la consommation de pornographie:Combien d’heures en moyenne passez-vous à regarder du matériel pornographique pendant une journée de la semaine? ” et de la "Combien d'heures en moyenne passez-vous à regarder du matériel pornographique pendant une journée du week-end?" À partir de là, nous avons calculé le nombre moyen d’heures consacrées à la pornographie au cours de la semaine (heures de pornographie [PHs]). Comme la distribution des PH signalés était asymétrique et non normalement distribuée (Kolmogorov-Smirnov, Z = 1.54; P <.05), nous avons transformé la variable au moyen de la racine carrée (Kolmogorov-Smirnov, Z = 0.77; P = .59). En plus de leur consommation actuelle, nous avons également demandé aux participants combien d'années ils avaient consommé de la pornographie.

De plus, nous avons utilisé le Dépistage sexuel sur Internet Test24 (dans sa traduction allemande), un instrument d’autoévaluation d’items 25 conçu pour évaluer l’utilisation sexuelle d’Internet par un individu, et version courte du dépistage de la dépendance sexuelle Teste25 (dans sa traduction en allemand) destiné à évaluer les symptômes de la dépendance sexuelle. Pour contrôler les effets de la dépendance à Internet, nous avons utilisé le Addiction à Internet Teste26 (dans sa version allemande; voir aussi l'étude de Barke et al.27) constitué d'éléments 20. De plus, pour évaluer les marqueurs de maladies psychiatriques, à savoir la consommation de substances psychoactives et la dépressivité, nous avons administré le Identification des troubles liés à la consommation d'alcool Teste28 et de la Beck Depression Inventory.29

Tâche de réactivité

Nous avons utilisé Images sexuelles explicites 60 provenant de sites Web pornographiques et d'images non sexuelles 60, adapté au nombre et au sexe des personnes dans les images sexuelles, au cours d’activités non sexuelles, nommément exercice physique. Les images ont été présentées dans des blocs 6 avec des images 10 chacune pour les conditions sexuelles et non sexuelles. Chaque image a été affichée pendant 530 millisecondes pour éviter une inspection détaillée du contenu de l'image. Les intervalles entre les essais variaient en millisecondes 500 entre les secondes 5 et 6.5. Les blocs ont été entrecoupés de huit périodes de fixation par seconde 60.

Analyse des données

Morphométrie à base de Voxel

Les données structurelles ont été traitées avec une morphométrie à base de voxel (VBM8, http://dbm.neuro.uni-jena.de.sci-hub.org/vbm.html) et la cartographie statistique paramétrique (SPM8, en utilisant les paramètres par défaut. La correction du biais, la classification des tissus et l'enregistrement affine sont impliqués dans VBM8. Les segmentations de la matière grise à enregistrement affine (GM) et de la substance blanche (MW) ont été utilisées pour construire un anatomique difféomorphe personnalisé enregistrement via un gabarit d'algèbre de mensonge exponentiée. Des segments GM et WM déformés ont été créés. Une modulation avec des déterminants jacobiens a été appliquée pour préserver le volume d'un tissu particulier dans un voxel, conduisant à une mesure du volume GM. Les images ont été lissées avec une largeur totale à demi-noyau maximum de 8 mm. La corrélation du cerveau entier entre le volume GM et MW et les PH rapportés a été calculée. L'âge et le volume cérébral entier ont été entrés comme des covariables sans intérêt. Les cartes résultantes ont été seuillées avec P <.001 et le seuil d'étendue statistique ont été utilisés pour corriger des comparaisons multiples combinées à une correction de lissage non stationnaire basée sur la permutation.30

Analyse IRM fonctionnelle Cue-Réactivité

Le prétraitement des données d'IRM fonctionnelles a été effectué à l'aide de SPM8 et comprenait une correction de synchronisation de tranche, un réalignement spatial sur le premier volume et une déformation non linéaire dans l'espace de l'Institut neurologique de Montréal. Les images ont ensuite été lissées avec un noyau gaussien de 8 mm de pleine largeur à mi-hauteur. Chaque bloc (sexuel, non sexuel et fixation) a été modélisé et convolué avec une fonction de réponse hémodynamique. Les paramètres de mouvement ont été inclus dans la matrice de conception. Nous nous sommes intéressés au contraste comparant les signaux sexuels contre la fixation et la condition de contrôle non sexuel. Nous avons effectué une analyse de second niveau mettant en corrélation les PH avec le signal de contraste sexuel vs la fixation. Un seuil de hauteur de P <001 a été utilisé et une correction de la taille des grappes par simulation de Monte Carlo. Les cartes résultantes ont été seuillées comme il vient d'être décrit (seuil d'extension de cluster = 24).

Analyse de médiation

Pour étudier la relation entre les résultats structurels et fonctionnels liés à la tâche, les signaux des groupes significatifs de l'analyse principale ont été incorporés dans une analyse de médiation de confirmation, testant si la covariance entre les variables 2 (X et de la Y) pourrait être expliquée par une troisième variable médiatrice (M). Un médiateur important est un médiateur dont l'inclusion affecte de manière significative l'association entre X et de la Y. Nous avons vérifié si l’effet de la variable source du volume GM dans le striatum droit sur la consommation de pornographie, la variable de résultat, était médiatisé par l’activation fonctionnelle du striatum gauche pendant la présentation sex-cue. L'analyse a été réalisée à l'aide d'un code MATLAB https://web.archive.org/web/20150702042221/http://wagerlab.colorado.edu.sci-hub.org/ basé sur un modèle de chemin à 3 variables avec un test bootstrap corrigé du biais de signification statistique. Les chemins suivants ont été testés: le chemin direct a (médiateur de source); chemin indirect b (résultat du médiateur); et effet de médiation ab, le produit de a et de la b, définie comme la réduction de la relation entre source et résultat (relation totale, c) en incluant le médiateur dans le modèle (chemin direct, c ′).

Analyse de connectivité fonctionnelle

Les premiers volumes 5 ont été supprimés. Le prétraitement des données, y compris la synchronisation des tranches, la correction du mouvement de la tête et la normalisation spatiale selon le modèle de l'Institut neurologique de Montréal, a été réalisé à l'aide de SPM8 et de l'assistant de traitement de données pour l'IRM fonctionnelle à l'état de repos.31 Un filtre spatial de 4 mm pleine largeur à mi-hauteur a été utilisé. Les tendances linéaires ont été supprimées après prétraitement et un filtre passe-bande temporel (0.01-0.08 Hz) a été utilisé.32 De plus, nous avons éliminé les effets des covariables de nuisance, notamment le signal moyen global, les paramètres de mouvement 6, le signal provenant du liquide céphalo-rachidien et de la MW.33 Nous avons effectué une analyse exploratoire en calculant des cartes de connectivité fonctionnelle avec une région de départ constituée du cluster de caudate. Les cartes de connectivité fonctionnelle résultantes ont été corrélées avec les PH afin d'identifier les régions du cerveau activées conjointement avec le caudé droit pesé en fonction de la consommation de pornographie. Les mappes ont été seuillées comme décrit précédemment (cluster expand seuil = 39).

En moyenne, les participants ont signalé des PH 4.09 (SD, 3.9; gamme, 0-19.5; pas racine carrée). Selon les critères du test de dépistage sexuel sur Internet, les participants à 21 ont été classés comme présentant un risque de dépendance au sexe sur Internet, mais non comme toxicomanes. Te score global du test de dépistage du sexe sur Internet était en corrélation positive avec les PH déclarés (r64 = 0.389, P  <01). Au test de dépistage de la dépendance sexuelle, les participants ont obtenu une note moyenne de 1.35 (écart-type, 2.03). Une corrélation positive a été observée entre les PH et le score au test d'identification de trouble de consommation d'alcool (r64 = 0.250, P <05) et Beck Depression Inventory score (r64 = 0.295, P <05).

Lors de la corrélation des PH (racine carrée) avec les segmentations GM, nous avons trouvé une association négative significative dans le striatum droit, à savoir le noyau caudé (basé sur l'atlas d'étiquetage anatomique automatisé34; pic voxel: x = 11, y = 5, z = 3; P <.001; corrigé pour des comparaisons multiples) (Figure 1A). Lorsque nous avons utilisé un seuil inférieur de P <.005, un cluster supplémentaire dans la partie caudée gauche a atteint une signification (x = −6, y = 0, z  = 6), montrant que l'effet n'est pas clairement latéralisé. Nous appelons le cluster le striatum; cependant, pour la discussion ultérieure, il convient de noter que le cluster chevauche une région probabiliste d'intérêt du striatum ventral, basée sur la littérature, et créée au moyen d'un logiciel interne.35 (tâche principalement liée au délai d’incitation monétaire, voir eAppendix dans Supplément pour plus de détails).

Figure 1.

Régions cérébrales et consommation de pornographie

A, région cérébrale montrant une corrélation négative significative (r64 = −0.432, P  <.001) entre les heures de consommation de pornographie par semaine (racine carrée) et le volume de matière grise (coordonnées de l'Institut neurologique de Montréal: x = 11, y = 5, z = 3) et le nuage de points illustrant la corrélation. B, Corrélation négative entre les heures de consommation de pornographie par semaine et le signal dépendant du niveau d'oxygénation sanguine pendant le paradigme de la réaction sexuelle-réactivité (signal sexuel> fixation) (Coordonnées de l'Institut neurologique de Montréal: x = −24, y = 2, z  = 4). C, corrélation négative entre les heures de consommation de pornographie par semaine et la carte de connectivité fonctionnelle du striatum droit dans le cortex préfrontal dorsolatéral gauche.

Les valeurs de GM extraites du groupe situé dans le caudé droit étaient négativement associées à la consommation cumulée de pornographie, calculée sur la base des PH actuellement rapportés et de l'estimation du nombre d'années d'utilisation de la pornographie dans la même mesure. (r64 = −0.329, P  <01); tIl a confirmé que la consommation aiguë et la quantité accumulée au cours de la vie étaient associées à des valeurs de GM plus faibles dans le striatum.. Aucune région n'a montré de corrélation positive significative entre le volume de GM et les PH et aucune corrélation significative n'a été trouvée dans la MW.

Parce que les PH étaient en corrélation positive avec les scores de dépendance à Internet et de dépendance au sexe (Test de compétence Internet, r64 = 0.489, P <.001; Test de dépistage de la dépendance sexuelle, r64 = 0.352, P  <.01) nous avons calculé une corrélation entre PHs (racine carrée) et GM dans le caudé droit tandis que en contrôlant les scores des tests de dépendance à Internet et des tests de dépendance sexuelle afin d'exclure l'influence des facteurs de confusion liés à l'utilisation fréquente d'Internet et à la dépendance sexuelle. Même en contrôlant la dépendance à Internet, nous avons trouvé une association négative entre les PH et le volume GM caudé correct. (r61 = −0.336, P <01); De même, l'association était encore significative lors du contrôle de la dépendance sexuelle (r61 = −0.364, P <01).

IDans le paradigme na cue-reactivity dans lequel nous avons présenté des images sexuelles explicites recueillies sur des sites de pornographie, nous avons trouvé une association négative entre le signe en putamen gauche du taux d'oxygénation du sang du putamen gauche (BOLD)l (pic voxel: x = −24, y = 2, z = 4; putamen) (Figure 1B) dans le contraste signal sexuel vs fixation et PHs autodéclarés. Lorsque vous utilisez un seuil inférieur de P <.005, un cluster supplémentaire dans le putamen droit a atteint une signification (x = 25, y = −2, z  = 10).

Aucune grappe significative n'a été observée lors de la corrélation des PH avec le signal de contraste non sexuel vs fixation utilisant le même seuil. Lors de l'extraction des changements de pourcentage dans le groupe de putamen gauche pendant le signal sexuel et les blocs de signal non sexuel, nous avons trouvé une activité significativement supérieure lors des signaux sexuels par rapport aux signaux non sexuels (t63 = 2.82, P <01), suggérant que le putamen gauche est spécifiquement activé par le contenu de l'image sexuelle. De plus, nous avons trouvé une différence significative entre les signaux sexuels et la fixation (t63 = 4.07, P <001) et pas de différence entre les indices non-sexuels et la fixation (t63 = 1.30, P = .20).

Pour démêler la relation entre la découverte de BOLD liée à la tâche et la découverte structurelle dans le striatum, nous avons mené une analyse de médiation afin de déterminer si la découverte fonctionnelle médiatisait l'association supposément causale entre la découverte structurelle et la consommation de pornographie. L’association entre GM dans le caudé droit (X) et les PH (Y) est significatif que le médiateur consistant en une activation BOLD liée à la tâche dans le putamen gauche (M) est inclus (c ′ = −11.97, P <.001) dans l'analyse ou non (c = −14.40, P <.001). Le coefficient de chemin entre X et de la M (a = 4.78, P <05) ainsi qu'entre M et de la Y (b = −0.50, P <05) sont significatifs (Figure 2).

Figure 2.

Analyse de médiation

L'association négative entre la matière grise (X) dans le striatum droit identifié dans l'analyse de morphométrie à base de voxels et la consommation de pornographie (Y) n’est pas fortement médiée par l’activité fonctionnelle liée à la tâche dans le striatum gauche (M), montrant que des effets à la fois structurels et fonctionnels contribuent de manière indépendante à la prévision de la consommation de pornographie. a, b, un B, et de la c / c indiquer les coefficients de chemin.aP <05.bP <001.

Pour étudier les régions cérébrales fonctionnellement associées à la région située dans la partie caudée droite du striatum associée aux PH, nous avons calculé la connectivité fonctionnelle de ce groupe. Les cartes de connectivité résultantes ont été corrélées avec les PH (racine carrée). Nous avons constaté qu’une région du cortex préfrontal dorsolatéral gauche (DLPFC) (x = −36, y = 33, z = 48) (figure 1C) a été associé négativement aux PH, impliquant que les participants qui consommaient plus de matériel pornographique avaient moins de connectivité entre le DLPFC caudé droit et gauche. Les résultats n'ont pas changé lorsque le signal moyen global n'a pas été régressé.36

Dans le cadre de la présente étude, nous avons étudié les corrélats neuronaux structurels et fonctionnels associés aux PH autodéclarés chez l'homme. Nos résultats ont indiqué que le volume GM du disque caudé droit du striatum est plus petit avec une utilisation plus importante de la pornographie. En outre, l'activation fonctionnelle liée au travail du putamen gauche du striatum s'est avérée plus faible avec des PH plus élevés lorsque du matériel sexuellement explicite était présenté. Le changement de signal pendant les signaux pornographiques était plus élevé que pendant les signaux appariés non sexuels, ce qui indique que le putamen gauche est impliqué dans le traitement du contenu sexuel.t.

Nous avons effectué une analyse de médiation afin de démêler la relation entre les PH et la découverte structurelle de la diminution du volume des OGM dans le striatum droit (caudé), ainsi que de la diminution BOLD du striatum (putamen) gauche avec les PH plus élevés, tout en affichant du matériel sexuellement explicite. À la lumière de l'effet de médiation très limité, nous considérons les effets fonctionnels et structurels comme des facteurs explicatifs séparables de la consommation de pornographie.. Enfin, nous avons exploré la connectivité fonctionnelle du cluster structurel dans right caudate et nous avons constaté que la connectivité vers le DLPFC gauche était inférieure avec davantage de PH.

Une vaste gamme de recherches implique l’importance du striatum dans le traitement des récompenses.37, 38 Il a été démontré que les neurones du striatum de primate non humain réagissent à la délivrance39 et anticipation40 de récompense. Les neurones striatals codent l’ampleur des récompenses et la saillance d’incitation, ainsi que le feu plus vigoureux pour obtenir les récompenses préférées.41 Le groupe de GM observé dans le striatum que nous avons trouvé se situe dans la plage d'emplacements indiquée dans le traitement des récompenses.

Nos résultats du paradigme sexuel – réactivité montrent une corrélation négative entre les PH et l'activation du putamen gauche pendant les signaux sexuels par rapport à la fixation. Cela va dans le sens de l’hypothèse selon laquelle une exposition intense à des stimuli pornographiques entraîne une diminution de la réponse neuronale naturelle aux stimuli sexuels.11 Une implication du striatum dans l'excitation sexuelle a déjà été démontrée dans la littérature. Plusieurs études explorant la réactivité des signaux en réponse aux stimuli sexuels et à l'excitation sexuelle ont signalé une activité accrue dans le striatum par rapport aux stimuli de contrôle.4246 Deux méta-analyses récentes incluant des études présentant des stimuli sexuels ont montré une implication constante du striatum.47, 48

Les résultats observés de l’analyse de la connectivité fonctionnelle sont en ligne avec l’organisation anatomique du cerveau. Le noyau caudé, en particulier son aspect latéral, reçoit des connexions du DLPFC.49, 50 Le cortex préfrontal a principalement été impliqué dans le contrôle cognitif51 ainsi que dans l'inhibition de la réponse, la flexibilité comportementale, l'attention et la planification future. Le DLPFC, en particulier, est bien interconnecté avec d’autres parties du cortex préfrontal et représente de nombreux types d’informations, allant des informations sur les objets aux réponses et récompenses ainsi qu’aux stratégies d’action.51 Par conséquent, le DLPFC est considéré comme un domaine clé pour l’intégration d’informations sensorielles avec des intentions, règles et récompenses comportementales.. On pense que cette intégration d'informations a pour effet de faciliter l'action la plus pertinente en exerçant un contrôle cognitif sur le comportement moteur.52 Il a été proposé que le réseau frontostriatal soit impliqué dans ce comportement. Les connexions afférentes des ganglions de la base transmettent des informations sur la valence et la saillance au cortex préfrontal qui abrite la représentation interne des objectifs et les moyens de les atteindre..51, 53 Le dysfonctionnement de ce circuit a été lié à des choix comportementaux inappropriés, tels que la recherche de drogues, indépendamment du résultat négatif potentiel..54

Les régions cérébrales trouvées dans la présente enquête sont associées à une consommation de pornographie addictive relativement fréquente, mais non par définition. Le striatum et le DLPFC correspondent à des régions du cerveau impliquées dans la dépendance à Internet par des enquêtes antérieures. Des études antérieures sur la dépendance à Internet ont signalé une diminution de l'épaisseur corticale préfrontal;55 diminution de la fonctionnalité,56 ainsi que structurelle, connectivité57 du réseau frontostriatal; et diminution des transporteurs de dopamine striataux dans le striatum mesurés avec la tomographie à émission de photon unique - calculée. Cela concorde bien avec les conclusions actuelles d'une corrélation négative entre GM dans le caudé droit, en particulier avec la connectivité fonctionnelle inférieure entre le cortex préfrontal caudé droit et latéral, et une réduction de l'activité BOLD liée à la tâche chez le putamen gauche. Les présents résultats montrent clairement que les corrélats structurels associés à une consommation modérée de pornographie ne sont pas un simple sous-produit d’une dépendance à Internet, car la corrélation partielle du volume des OGM chez le caudé droit et les PH, tout en contrôlant pour l'influence de la dépendance à Internet, est significatif.

Par ailleurs, des différences volumétriques dans le striatum ont déjà été associées à une dépendance à toutes sortes de drogues pharmacologiques telles que la cocaïne,58 métamphétamine et alcool.59 Cependant, les effets rapportés des médicaments pharmacologiques sont moins équivoques; certaines études ont rapporté des augmentations associées à la dépendance, tandis que d'autres ont signalé des réductions du volume du striatum pouvant être dues aux effets neurotoxiques des drogues d'abus.59 Si les effets striataux observés dans la présente étude sont bien une conséquence de la consommation de pornographie, son étude pourrait constituer une opportunité intéressante pour explorer les changements structurels de la dépendance en l'absence de substances neurotoxiques pour des études ultérieures, similaires au jeu. humain60 ou jeux vidéo.61, 62 Des recherches futures sont nécessaires pour démêler la relation de cause à effet entre les effets fonctionnels et structurels observés et la consommation de pornographie.

Nous avons choisi de nous abstenir des catégories de diagnostics ou des hypothèses normatives. Nous avons plutôt étudié les effets posologiques purs des PH dans un échantillon sain. Dans l'état actuel des recherches, les déclarations normatives ne sont pas justifiées car une définition clinique de la dépendance à la pornographie n'a pas encore été approuvée sans équivoque. L'association positive entre PH et dépressivité, ainsi que la consommation d'alcool, suggère que la consommation de pornographie devrait être explorée plus avant dans le contexte de la recherche psychiatrique. Les enquêtes futures devraient comparer des groupes d’individus ayant un diagnostic de dépendance à la pornographie à des individus qui ne le sont pas, afin de déterminer si les mêmes régions du cerveau sont impliquées. Nous nous attendons à ce que cette ligne de recherche fournisse des informations précieuses sur la question de savoir si la dépendance à la pornographie est sur un continuum avec une utilisation normale de la pornographie ou si elle devrait être traitée comme une catégorie distincte.

Une limite potentielle de l’étude était que nous devions nous fier aux PH autodéclarés et que le sujet avait pu être sensible pour certains participants. Cependant, lors d'un entretien téléphonique préalable à la participation, les participants ont été informés que cette participation engloberait la préparation de questionnaires sur le comportement sexuel et l'utilisation de pornographie. Nous n'avons pas eu d'abandons à ce stade. Afin d'éviter toute sous-déclaration, nous avons demandé aux participants de remplir le questionnaire sur un ordinateur afin d'éviter toute crainte potentielle que l'expérimentateur associe les réponses à l'individu. De plus, les expérimentateurs ont insisté à plusieurs reprises sur les procédures de confidentialité et d'anonymisation utilisées. De futures études pourraient envisager d’utiliser des données objectives tirées de l’historique de recherche des individus sur Internet.

Le groupe striatal décrit ne contient pas seulement d'OGM, mais s'étend dans la MW adjacente entre le caudé et le putamen.. Que cela soit significatif ou qu’un problème de normalisation ne puisse être résolu au stade actuel. Cependant, il peut être intéressant d’explorer les associations entre l’imagerie du tenseur de diffusion et l’utilisation de la pornographie.

CONCLUSIONS

Pris ensemble, on peut être tenté de supposer que l'activation fréquente du cerveau provoquée par l'exposition à la pornographie peut conduire à une usure et à une régulation négative de la structure cérébrale sous-jacente, ainsi qu'à un plus grand besoin de stimulation externe du système de récompense et à une tendance à recherche de matériel sexuel roman et plus extrême. Cette hypothèse de processus auto-perpétuant pourrait être interprétée à la lumière des mécanismes proposés dans la toxicomanie, dans lesquels les individus ayant une faible disponibilité des récepteurs de la dopamine striataux sont supposés se soigner avec des médicaments..63 Cependant, l'association volumétrique observée avec les PH dans le striatum pourrait également être une condition préalable plutôt qu'une conséquence de la consommation fréquente de pornographie. Les individus avec un volume de striatum plus faible peuvent avoir besoin de plus de stimulation externe pour éprouver du plaisir et, partant, pour que la consommation de pornographie soit plus gratifiante, ce qui peut conduire à des PH plus élevés. Les futures études devraient étudier les effets de la pornographie dans le sens longitudinal ou exposer des participants naïfs à la pornographie et étudier les effets de causalité au fil du temps afin de fournir des preuves supplémentaires du mécanisme proposé d'exposition intense à des stimuli pornographiques, entraînant une régulation à la baisse du système de récompense.

Informations article

Auteur correspondant: Simone Kühn, PhD, Institut Max Planck pour le développement humain, Centre de psychologie de la durée de vie, Lentzeallee 94, 14195 Berlin, Allemagne ([email protected]).

Soumis pour publication: Novembre 27, 2013; révision finale reçue en janvier 28, 2014; accepté Janvier 29, 2014.

Publié en ligne: Mai 28, 2014. doi: 10.1001 / jamapsychiatry.2014.93.

Contributions d'auteur: Les Docteurs Kühn et Gallinat avaient un accès complet à toutes les données de l'étude et assumaient la responsabilité de l'intégrité des données et de l'exactitude de l'analyse des données.

Concept et design de l'étude: Les deux auteurs.

Acquisition, analyse ou interprétation de données: Les deux auteurs.

Rédaction du manuscrit: Les deux auteurs.

Révision critique du manuscrit pour un contenu intellectuel important: Les deux auteurs.

Analyses statistiques: Kühn.

Assistance administrative, technique ou matérielle: Les deux auteurs.

Supervision de l'étude: Gallinat.

Divulgations de conflits d'intérêts Aucun rapporté.

Financement / soutien: Ces travaux sont en partie pris en charge par les subventions BMBF 01GS08159, DFG GA707 / 6-1 et BMBF 01 GQ 0914.

Correction: Cet article a été corrigé en ligne pour une erreur typographique dans le résumé de June 6, 2014.

Références