Mesures d'émotion conscientes et non conscientes: varient-elles en fonction de la fréquence d'utilisation de la pornographie? (2017)

Sciences appliquées, 2017 7(5), 493; est ce que je:10.3390 / app7050493

Sajeev Kunaharan 1Sean Halpin 1, Thiagarajan Sitharthan 2, Shannon Bosshard 1 et Peter Walla 1,3,4*

1École de psychologie, Centre de recherche en neurosciences translationnelles et en santé mentale, Université de Newcastle, Callaghan 2308, NSW, Australie

2Sydney Medical School, Université de Sydney, Sydney 2006, NSW, Australie

3Cognitive Neuroscience & Behavior Lab (CanBeLab), Department of Psychology, Webster Vienna Private University, Palais Wenkheim, 1020 Vienne, Autriche

4Faculté de psychologie, Université de Vienne, 1010 Vienne, Autriche

Correspondance: Tél.: + 43-1-2699-293

Editeur académique: Takayoshi Kobayashi

Reçu: 1 Mars 2017 / Accepté: 26 Avril 2017 / Publié: 11 Mai 2017

Abstrait

L’utilisation accrue de la pornographie est une caractéristique de la société humaine contemporaine, les avancées technologiques permettant un accès Internet à haut débit et une relative facilité d’accès via une multitude de dispositifs sans fil. Une exposition accrue à la pornographie modifie-t-elle le traitement général des émotions? La recherche dans le domaine de l'utilisation de la pornographie est fortement tributaire de mesures d'auto-évaluation conscientes. Cependant, une connaissance croissante indique que les attitudes et les émotions sont traitées de manière extensive à un niveau inconscient avant l’évaluation consciente. Par conséquent, cette étude exploratoire visait à déterminer si la fréquence d'utilisation de la pornographie avait un impact sur les processus émotionnels non conscients et / ou conscients. Les participants (N = 52) qui ont déclaré avoir visionné diverses quantités de pornographie se sont vu présenter des images incitant à l'émotion. Les potentiels liés aux événements cérébraux (ERP) ont été enregistrés et la modulation du réflexe de surprise (SRM) a été appliquée pour déterminer les processus émotionnels non conscients. Des évaluations de valence et d'éveil explicites pour chaque image présentée ont également été prises pour déterminer les effets des émotions conscientes. Des évaluations explicites conscientes ont révélé des différences significatives en ce qui concerne les évaluations de la valence «plaisante» «érotique» et «agréable» en fonction de l'utilisation de la pornographie. Les MRS ont montré des effets proches de leur signification et les ERP ont montré des changements dans les régions frontales et pariétales du cerveau en relation avec les catégories d'images d'émotions «déplaisantes» et «violentes», ce qui ne correspond pas aux différences observées dans les évaluations explicites. Les résultats suggèrent que l'utilisation accrue de la pornographie semble avoir une influence sur les réponses non conscientes du cerveau aux stimuli induisant des émotions, ce que ne révèle pas l'autodéclaration.

Mots clés:

processus conscient versus non conscient; pornographie; émotion; réponses affectives; EEG; triangulation

1. Introduction

1.1. Facilité d'accés

Il existe de plus en plus de matériel pornographique disponible en ligne pour la consommation publique [1,2]. L'absence de réglementation signifie qu'Internet est rapidement devenu un moyen simple et efficace par lequel du matériel pornographique peut être diffusé, distribué et disponible pour la consommation chez soi, avec les avantages de l'accessibilité, de l'anonymat et de l'abordabilité [3,4]. De plus, les progrès technologiques tels que les téléphones intelligents, le Wi-Fi et les services Internet à haut débit signifient que le problème plus ancien de devoir être connecté à un bureau et à un câble ne limite plus la possibilité d'accéder à une riche variété de matériel pornographique. Sans surprise, les problèmes liés à la visualisation des stimuli sexuels sont devenus le problème sexuel à haute fréquence le plus répandu ces derniers temps [5]

1.2. Utilisation de la pornographie et ses effets comportementaux

Plusieurs études ont exploré la question de savoir si l'exposition à la pornographie avait un effet, qu'il soit positif ou négatif, sur les processus cognitifs et comportementaux individuels [3,6,7,8,9,10,11,12,13,14,15]. Nombre de ces documents ont tenté de répondre à ces préoccupations de la société en examinant la question de savoir si une exposition accrue à du matériel pornographique entraînait un comportement sexuellement agressif. Les méta-analyses de ces travaux ont montré qu'une fréquence accrue de consommation de pornographie peut permettre de prédire des mesures de résultats négatifs chez l'homme [16,17] - même montrant que les abuseurs physiques et les prédateurs sexuels utilisent généralement la pornographie à un taux significativement plus élevé que l'individu moyen [18]. Une méta-analyse réalisée par Allen et al. [6] ont démontré que les méthodes d'analyse non expérimentales ne montraient presque aucun effet d'exposition à la pornographie et d'acceptation des mythes sur le viol, alors que les études expérimentales (ne se fondant pas uniquement sur l'autodéclaration) montraient un effet faible mais positif (l'exposition à la pornographie augmentait l'acceptation du mythe du viol). D'autres méta-analyses ont mis en évidence une association positive significative entre utilisation de pornographie et attitudes en faveur de la violence à l'égard des femmes dans des études expérimentales et non expérimentales [19]. Ces corrélations étaient plus importantes si les auteurs étaient exposés à de la pornographie sexuelle violente par rapport à des formes non violentes. Mancini et al. [12] ont mené une enquête sur les délinquants sexuels et découvert que l'exposition d'adolescents à la pornographie était un facteur prédictif de l'augmentation de la violence par le degré d'humiliation de la victime. Les auteurs ont également constaté que l'utilisation de pornographie juste avant l'infraction entraînait une réduction du préjudice causé à la victime, qu'ils attribuaient à un effet cathartique de la pornographie sur le délinquant. D'autres chercheurs semblent être d'accord pour dire que la visualisation de matériel pornographique a peu ou pas d'effet négatif sur la cognition et le comportement. Ferguson et Hartley [20], dans leur analyse, suggèrent que la preuve d'un lien de causalité entre l'exposition à la pornographie et l'agression sexuelle est minime et que toute corrélation positive entre la consommation de pornographie et le comportement violent est au mieux incohérente. Ils suggèrent que l'hypothèse selon laquelle une exposition accrue à la pornographie conduit à une augmentation du comportement d'agression sexuelle doit être écartée. Souvent, le problème est simplement un manque de différenciation entre corrélation et causalité.

Plusieurs autres études, au lieu d'examiner les corrélations possibles entre la violence et la pornographie, ont plutôt commencé à se concentrer sur les effets néfastes sur les plans affectif, social et sexuel liés à une consommation excessive de pornographie. Parmi les effets potentiels et signalés, on peut citer: une anxiété accrue [21], symptômes dépressifs [22] et l'impossibilité d'initier et de maintenir une érection avec de vrais partenaires sexuels sans l'aide de pornographie [23], ce qui pourrait conduire à la dépression et à des troubles liés à l’anxiété.

On oublie souvent que la corrélation de certains comportements et de leurs effets pervers peut être une source d'inquiétude pouvant conduire à la résiliation de ce comportement particulier, mais cela n'indique pas nécessairement un lien de causalité. Bien qu'il soit compréhensible que de nombreuses personnes voient davantage de pornographie (comme de nombreux autres comportements de recherche de plaisir), il s'agit d'un petit nombre d'individus qui présentent des effets indésirables et on ne peut donc pas supposer que la corrélation de ces effets pervers avec l'audience pornographique signifie causalité.

1.3. Effets physiologiques de la pornographie

Les potentiels liés à un événement ont souvent été utilisés comme mesure physiologique de réactions à des signaux émotionnels, par exemple, [24]. Les études utilisant des données ERP ont tendance à se concentrer sur des effets ultérieurs tels que le P300 [14] et potentiel tardif positif (LPP) [7,8] lorsqu’il enquête sur des individus qui regardent de la pornographie. Ces derniers aspects de la forme d'onde ERP ont été attribués à des processus cognitifs tels que l'attention et la mémoire de travail (P300) [25] ainsi que le traitement prolongé des stimuli pertinents sur le plan émotionnel [LPP) [26]. Steele et al. [14] ont montré que les différences importantes observées entre P300 entre le visionnement d'images sexuellement explicites et d'images neutres étaient négativement liées aux mesures du désir sexuel et n'avaient aucun effet sur l'hypersexualité des participants. Les auteurs ont suggéré que ce résultat négatif était très probablement dû au fait que les images montrées n'avaient pas de signification nouvelle pour le bassin de participants, les participants ayant tous déclaré avoir visionné de grandes quantités de matériel pornographique, entraînant par conséquent la suppression du composant P300. Les auteurs ont ensuite suggéré que, peut-être, le fait d’examiner la PPR la plus récente pourrait constituer un outil plus utile, car il a été démontré qu’il indexait les processus de motivation. Des études sur les effets de l'utilisation de la pornographie sur la LPP ont montré que l'amplitude de la LPP était généralement plus faible chez les participants signalant un désir sexuel plus élevé et des problèmes de régulation de la visualisation de matériel pornographique [7,8]. Ce résultat est inattendu, car de nombreuses autres études sur la toxicomanie ont montré que, lorsqu'une tâche liée aux émotions est liée à un signal, les personnes qui déclarent avoir des problèmes pour négocier leur dépendance présentent généralement des formes d'onde LPP plus larges lorsqu'elles présentent des images de leur substance induisant la dépendance [27]. Prause et al. [7,8] proposent des suggestions sur les raisons pour lesquelles l’utilisation de la pornographie peut réduire les effets sur la LPP en suggérant que cela pourrait être dû à un effet d’accoutumance, étant donné que les participants à l’étude rapportant une surutilisation de matériel pornographique ont obtenu des résultats significativement plus élevés en ce qui concerne le nombre d’heures consacrées à la visualisation pornographique. Matériel.

Contrairement aux ERP, la modulation du réflexe de choc (SRM) est une technique relativement nouvelle dans ce domaine. Elle a également été utilisée dans la recherche sur les émotions pour fournir des informations relatives au traitement brut des informations affectives, par exemple [28]. Les MRS ont pour objectif de mesurer l’ampleur des clignements des yeux provoquée par une explosion inattendue de bruit blanc auditif alors que la personne surprise est exposée à une stimulation en premier plan contrôlée avec un contenu affectif variable [28]. Lang et al. [29] a montré que le niveau de magnitude du clignement des yeux enregistré par le stimulus auditif inattendu était corrélé au contenu affectif relatif des stimuli présentés visuellement appétit (aboutissant à des clignements plus petits) ou aversif (plus grands clignements des yeux). C'est-à-dire que les paupières associées à la sonde de sursaut sont renforcées lorsqu'une personne se voit présenter des stimuli désagréables ou effrayants et diminuées lorsque présentées avec des stimuli agréables.

De nombreuses études ont introduit la modulation du réflexe de surprise comme mesure du traitement affectif brut en relation avec divers contextes, y compris la psychopathie [30], polyhandicapés [31], odeurs [32], schizophrénie [33], la conception des produits [34], se promener dans les quartiers urbains [35] et la propriété des émotions [36]. Les MRS ont également été introduits dans les neurosciences des consommateurs [37,38,39,40]. Cependant, l'utilisation de cette mesure d'enregistrement dans le traitement d'informations sexuelles a été rare [41]. Les études effectuées montrent de manière constante un réflexe de clignement des yeux surpris sur les images décrivant des scénarios positifs (sexuels) par rapport à des images montrant une image désagréable et neutre [42] et craintif [43] contenu. Dans 2014, SRM a été suggéré pour une utilisation dans le contexte de la présente étude [44].

La présente étude vise à utiliser des mesures neurophysiologiques (EEG et SRM) pour déterminer si des quantités variables de consommation de pornographie au sein de la population normale ont un effet sur les états émotionnels non conscients, ainsi que des mesures conscientes de ces émotions.

1.4. Auto-évaluation

Les questionnaires d’auto-évaluation sont sans doute le moyen le plus courant par lequel les chercheurs et les cliniciens tentent de déterminer les attitudes et les comportements émotionnels des utilisateurs de matériel pornographique, souvent au détriment d’autres méthodes [45,46]. Les questionnaires d’auto-évaluation peuvent être un excellent moyen de collecter de grandes quantités de données sur une population nombreuse, mais ils sont susceptibles d’être biaisés par des rappels, des biais de désirabilité sociale [13,45,47] et la pollution cognitive [48]. Il a été démontré que le traitement des émotions avait des composants liés aux structures cérébrales non conscientes, sous-corticales ainsi qu’aux structures corticales conscientes. Ainsi, les facettes de l’émotion peuvent exister sans prise de conscience [38,49,50,51]. La capacité de donner des réponses explicites à tout ce qui est émotionnel nécessite un niveau de traitement cognitif conscient qui donne lieu à une évaluation. Cette évaluation cognitive résulte toutefois d'une combinaison de processus physiologiques profonds se produisant de manière sous-corticale dans le cerveau, associés à un traitement cérébral cortical plus conscient. Il a été démontré que cela colorait les interprétations conscientes des réactions physiologiques sous-jacentes, un phénomène appelé pollution atmosphérique [48]. Par conséquent, il est possible qu'un recours excessif à des données acquises uniquement par des mesures d'auto-évaluation n'obtienne pas réellement une représentation précise des processus de pensée d'un individu. Pour tenir compte de cette lacune, les auteurs de la présente étude ont décidé d'utiliser des mesures physiologiques pour déterminer les processus non conscients en plus des mesures traditionnelles (c.-à-d. Suivre une approche de triangulation). L'électroencéphalographie (EEG), qui mesure l'activité cérébrale corticale et implique des informations coordonnées provenant de structures cérébrales corticales et sous-corticales, a été utilisée. De plus, l’électromyographie (EMG) au moyen de la modulation du réflexe nerveux (SRM), qui concerne les fonctions cérébrales sous-corticales et mesure le traitement de l’information affective brute non consciente, a également été utilisée avec les mesures classiques d’auto-évaluation (questionnaires, échelles de notation). ) qui nécessite une réponse cognitive d’ordre supérieur mesurée impliquant le traitement de l’information corticale. Ces trois méthodes ont été utilisées pour trianguler les différences éventuelles entre les états physiologiques non conscients et les réponses conscientes des participants et pour exploiter les différents niveaux de traitement de l'information des émotions.

2. Méthodes
2.1. Participants

Cinquante-deux hommes ont été recrutés via le système de gestion expérimental appelé SONA (bouche-à-oreille) de l'université de Newcastle. Les participants étaient tous des étudiants de l'Université de Newcastle, en Australie, âgés entre les années 18 et 30 (M = 21.1; SD = 2.9). Tous les participants ont fourni un consentement éclairé écrit. Dans le cadre des critères d’inclusion, les participants recrutés dans l’étude ont explicitement déclaré qu’ils étaient hétérosexuels, droitiers, avaient une vision normale / rétablie, qu’ils n’avaient aucun antécédent de maladie neuropathologique ou psychiatrique, qu’ils étaient exempts de système nerveux central affectant des médicaments ou des substances. , n'avait pas d'antécédents d'abus physique ou sexuel ni d'incarcération dans un pénitencier. Les participants ont été soit remboursés financièrement pour leur temps, soit accordés avec un crédit de cours. Les femmes ont été exclues pour présenter un échantillon plus homogène à des fins de comparaison. Traditionnellement, les hommes sont plus susceptibles de rechercher du matériel sexuel visuel à des fins récréatives et c’est pourquoi nous nous sommes concentrés sur la présente étude. L'étude a été approuvée par le comité d'éthique de la recherche humaine de l'université de Newcastle (H-2013-0309, 5, décembre 2013).

2.2. Les mesures

La première partie de cette étude a consisté à utiliser des questionnaires en ligne pour évaluer les réponses d'émotion consciente de chaque participant. Un sondage en ligne a été créé à l’aide de Lime Survey [52], qui comprenait des questions démographiques, l’Inventaire de l'hostilité de Buss-Durkee (BDHI), l'Échelle d'Impulsivité de Barratt (BIS-11) afin de déterminer si chacun des groupes formulés présentait des scores d'impulsivité autodéclarés; l'échelle de Snyder Self-Monitoring [53] pour déterminer dans quelle mesure chaque groupe a surveillé ses présentations personnelles; et un questionnaire spécialement conçu pour évaluer le comportement de visionnage de la pornographie consistant en plusieurs éléments développés par les auteurs, ainsi que des éléments de Harkness et al. [54]. Seuls les participants hétérosexuels âgés entre les années 18 et 30 étaient éligibles pour remplir le questionnaire et ont ensuite été invités à compléter les mesures physiologiques. Le sondage a duré environ 20 – 25 min.

L'électroencéphalographie a été mesurée à l'aide d'un canal 64. Le système BioSemi Active Two (BioSemi, Amsterdam, Pays-Bas) et la modulation du réflexe surmoulé (SRM) ont été administrés à l'aide d'un appareil d'enregistrement mobile Nexus-10 (fabriqué par Mind Media BV, Herten, Pays-Bas). Pour une description plus détaillée de la procédure et de la technologie respectives, veuillez vous reporter à Walla et al. [48].

2.3. Stimuli

Stimuli pour la présente étude comprenant des images 150 provenant du système IAPS (International Affective Picture System) [55]. L'IAPS est une collection normalisée d'images autour de 1000 décrivant des personnes, des lieux, des objets et des événements. Elle est largement utilisée dans la recherche sur les émotions, par exemple [56]. Aux fins de la présente étude, les images ont été classées dans l'une des cinq catégories suivantes: Violent, Érotique, Agréable, Désagréable et Neutre, avec des images 30 dans chaque groupe. Chaque catégorie d'images se différenciait par sa valence normative. Chaque image a été montrée à chaque participant pour 5. Les participants ont ensuite évalué chaque image sur des échelles de Likert à points 9 distinctes pour la valence et l'excitation.

Un total de cinq sondes d'inquiétude ont été associées à des images 5 choisies au hasard parmi 30 par catégorie d'émotion (sondes d'étonnement 25 totales au cours de l'expérience). Les sondes de surprise étaient présentées binauralement à 110 dB et consistaient en de longues rafales de 50 ms de bruit blanc acoustique.

2.4. Procédure
2.4.1. Expérience de laboratoire

Après avoir rempli le questionnaire en ligne, les participants ont été invités individuellement au laboratoire. Au cours de cette session, des mesures de référence de l'EEG et du MRS ont été collectées pendant que les participants visionnaient et notaient les images IAPS. La collecte de données explicites impliquait que les participants évaluent chacun des stimuli en termes d'éveil et de valence, alors que simultanément, EEG et SRM étaient utilisés pour évaluer les réponses implicites. Les participants étaient assis confortablement devant un écran à LED 32 '(résolution 1024 × 768 pixels). Les participants ont été connectés au système BioSemi Active. Deux modifications du potentiel cérébral et du système EEG ont été mesurées à l’aide d’électrodes crâniennes 64, ainsi que de huit électrodes supplémentaires placées latéralement au niveau oculaire, supra, oculaire et sur les mastoïdes. Deux électrodes Biotrace de 4 mm ont également été utilisées pour la modulation du réflexe sur réflexe (avec un espacement approximatif de 20 en mm sur l’oculaire orbiculaire inférieur de l’œil gauche).

Le programme informatique Présentation (Neurobehavioral Systems, Albany, NY, États-Unis) a été utilisé pour présenter visuellement les instructions et les listes de stimulus appropriées. La présentation des stimuli et l'enregistrement de tous les signaux psychophysiologiques ont été effectués à partir d'une pièce séparée. Les participants ont reçu un bref aperçu de l’étude lors de la configuration de l’équipement et ont été invités à lire les instructions relatives à la tâche en cours à l’écran avant l’enregistrement. Des écouteurs (Sennheiser HD280, Wedemark, Allemagne) ont été placés sur les oreilles du participant et les tests ont commencé avec le participant lui-même dans une pièce faiblement éclairée pour assurer une focalisation adéquate sur les stimuli.

2.4.2. Tâche d'expérimentation

Chaque image IAPS a été présentée à l’écran pour 5, une à la fois. Après chaque image, on a montré aux participants une échelle d’évaluation et leur a demandé d’évaluer la valence (agréable) en utilisant une échelle allant de 1 «très agréable» à 9 «très désagréable». Après cette évaluation initiale, les participants se sont vus proposer une autre échelle d’évaluation et ont été invités à évaluer l’activation (intensité) de l’image à l’aide d’une échelle allant de 1 «très intense» à 9 «très apaisante». Ensuite, une petite croix de fixation blanche est apparue sur fond noir pour les 1 avant la présentation de la prochaine image. Si une sonde de surprise était associée à une image, elle se produisait lors de la deuxième présentation post-stimulus de 4. Des mesures physiologiques et explicites ont été prises pour toutes les images 150 IAPS. Les images ont été présentées dans un ordre aléatoire. Une courte pause a été offerte au participant à mi-parcours pour réduire les effets de la fatigue. De toute évidence, pour l'analyse SRM, seules les images associées à une sonde de surprise ont été analysées, ainsi que les réponses explicites relatives à ces images.

2.5. Une analyse
2.5.1. Questionnaire Analyse et Formation de Groupes

Les participants ont été répartis en groupes en fonction de leurs réponses à deux questions distinctes du questionnaire sur l'utilisation de la pornographie. Ces articles étaient: "Quand vous regardez de la pornographie, combien de temps allez-vous passer pendant un épisode?" Et "Au cours de la dernière année, quelle est la fréquence à laquelle vous avez visionné de la pornographie?" Les réponses à chaque article ont été notées séparément pour chaque participant. et multiplié pour déterminer le nombre approximatif d'heures de pornographie consommées par an. Les auteurs allaient initialement effectuer une division médiane de la cohorte, mais après avoir constaté que de nombreux participants marquaient ou non le score médian et la gamme de scores en grande partie regroupés en trois groupes distincts, il a été décidé de diviser les groupes en «bas», Groupes «moyens» et «élevés» en fonction de la répartition des scores. Les moyennes et les écarts-types du nombre d’heures que chaque groupe a regardé de la pornographie sont visibles dans Section 3.2.

2.5.2. Réponses explicites

Les réponses explicites brutes (valence et éveil) de chaque participant ont été classées dans leurs groupes respectifs (faible, moyen ou élevé) en fonction des réponses aux questionnaires en ligne. Les réponses de chaque groupe ont ensuite été moyennées et analysées à l’aide d’une analyse de variance avec mesures répétées (ANOVA) utilisant le facteur d’émotion au sein des sujets (agréable, désagréable, érotique, violent et neutre) et le facteur de pornographie entre sujets (faible, moyen, moyen). et haut). Les ANOVA ont été réalisées indépendamment pour les mesures de «valence» et de «réveil».

De plus, une ANOVA à un facteur de risque a été réalisée pour évaluer les réponses obtenues via l’Échelle d’autosurveillance de Snyder afin de déterminer s’il existait un lien quelconque entre les heures consacrées à la pornographie et l’autosurveillance.

2.5.3. Potentiels liés aux événements

Les modifications du potentiel cérébral ont été enregistrées à un taux d'échantillons 2048 / s à l'aide d'un système BioSemi Active Two à canal 64 et du logiciel ActiView (BioSemi, Amsterdam, Pays-Bas). Les ensembles de données ont été traités par lots en utilisant EEG-Display (version 6.4.8; Fulham, Newcastle, Australie). Pendant le traitement, le taux d'échantillonnage a été réduit à 256 échantillons / s et un filtre passe-bande de 0.1 à 30 Hz a été appliqué. Les époques ERP ont été définies en relation avec la présentation de chaque image IAPS à partir de -100 ms avant l'apparition du début du stimulus 1000 ms. Toutes les époques ont été corrigées avec la correction 100 avant le début du stimulus et les points de données le long de l'ERP ont été réduits en points de données 15 le long de la première seconde présentation du stimulus pour une analyse statistique plus poussée. Une ANOVA à mesures répétées a été utilisée pour analyser les amplitudes de l'ERP à chaque instant en utilisant les facteurs d'émotion intra-sujet (agréable, désagréable, érotique, violent et neutre) et l'hémisphère (gauche, droite).

Lors de l'inspection visuelle, il a été constaté que les principales différences entre chaque groupe se manifestaient manifestement pour les courbes ERP des conditions «Violent» et «Érotique» par rapport à d'autres conditions. Ces deux catégories d'émotions ont donc été utilisées comme référence pour les contrastes. Pour corriger les violations de la sphéricité, la procédure de Greenhouse-Geisser a été utilisée. Des contrastes simples ont été utilisés pour déterminer la direction de tout effet principal significatif.

2.5.4. Modulation réflexe de veille

Les réponses de clignement des yeux utilisées pour la modulation du réflexe de surprise ont été mesurées à l'aide d'un enregistreur Nexus-10 (produit par Mind Media BV) et du logiciel Bio-trace +. Des électrodes EMG bipolaires ont été attachées à l'œil gauche de chaque participant et les modifications potentielles du musculus orbicularis oculi ont été mesurées. Le taux d'échantillonnage EMG était de 2048 / s et un filtre passe-bande de 20 – 50 Hz a été appliqué pendant l'enregistrement. Les données EMG brutes ont ensuite été recalculées à l'aide de la méthode de la moyenne quadratique (RMS) pour convertir les signaux de fréquence brute en amplitudes. La valeur de l'amplitude du clignotement de surprise a été définie comme étant l'élévation maximale de la forme d'onde EMG lors d'essais impliquant la sonde de détection de surprise. Comme ci-dessus, des ANOVA à mesures répétées ont été réalisées pour des analyses statistiques (voir [28]).

3. Résultats
3.1. Données démographiques des participants

Notre cohorte consistait en un échantillon en grande partie homogène. La majorité des participants à l’étude se sont déclarés comme des étudiants ayant achevé au moins un niveau d’enseignement secondaire, vivant avec un partenaire ou jamais mariés, et se sont identifiés comme étant de race blanche nés en Australie (voir Tableau 1).

Tableau

Tableau 1. Caractéristiques démographiques des participants à l'étude.

3.2. Utilisation autodéclarée de pornographie et autocontrôle

Descriptifs des réponses des participants au questionnaire sont disponibles dans Tableau 2. Les groupes de participants ont été divisés en fonction de la fréquence d'utilisation de la pornographie. Les âges moyens ne différaient pas significativement entre les groupes. Une ANOVA indépendante unidirectionnelle a montré qu'il n'existait aucune différence significative entre les groupes de pornographie faible, moyenne et élevée en ce qui concerne le score total de Snyder F (2, 49) = 1.892, p = 0.162.

Tableau

Tableau 2. Heures de porno par an et score de Snyder Total divisé par groupe.

3.3. Réponses explicites

Les résultats des évaluations de valence explicites ne montrent pas d'interaction globale significative Groupe par émotion. Les contrastes de suivi ont cependant montré une interaction significative pour les notations de «valence explicite (agréable») «érotique» et «agréable» = F (2) = 3.243, p = 0.048. Aucune différence significative n’a été trouvée avec les notes explicites «d’activation (intensité)» dans les catégories d’émotions (voir Figure 1).

Applsci 07 00493 g001 550

Figure 1. Valence explicite (A) et excitation (B) des évaluations pour chaque catégorie d’émotions dans tous les groupes. Une interaction significative du groupe s'est produite pour les évaluations de valence dans les catégories «Érotique» et «Agréable» (marquées par des astérisques).

3.4. Mesures physiologiques

Les résultats de modulation du réflexe de surprise ont montré un effet de groupe sur l’amplitude du clignement des yeux sur toutes les conditions proches de la signification F (2) = 3.176, p = 0.051 voir Figure 2.

Applsci 07 00493 g002 550

Figure 2. Réponses de clignotement des yeux provoquées par le sursaut (à gauche) et graphiques en colonnes (à droite) pour Faible (A), Moyen (B) et élevé (C) groupes d'utilisation du porno.

Malgré l'absence d'effets d'interaction principaux significatifs, des contrastes simples ont montré des effets de groupe ERP significatifs pour les catégories d'émotions «déplaisantes» par rapport aux catégories «violentes» 250 – 563 ms dans les zones frontales du cerveau. Des effets significatifs entre les deux mêmes catégories d’émotions ont également été observés dans les sites postérieurs au cours d’une période ultérieure (563 – 875 ms) (voir Tableau 3; Figure 3) L’absence d’effets principaux est interprétée comme le résultat de différences plutôt concentrées entre ERP.

Applsci 07 00493 g003 550

Figure 3. Les ERP des emplacements frontal (AF7 / AF8) et pariétal (P5 / P6) dans toutes les catégories d’émotions pour les groupes de pornographie faible, moyenne et élevée. Notez les effets de groupe significatifs pour les catégories d'émotions «désagréables» par rapport aux catégories «violentes» 250 – 563 ms dans les zones frontales du cerveau et entre 563 – 875 ms dans les régions pariétales.

Tableau

Tableau 3. Résumé des effets significatifs du groupe liés aux potentiels liés à un événement de type émotion désagréable ou violente.

4. Discussion

La présente étude utilise une approche de triangulation descendante utilisant plusieurs méthodes simultanément pour décrire différentes approches permettant d’étudier les réponses affectives et leur signification physiologique. Pour souligner à nouveau les principales différences, les évaluations explicites sont des mesures comportementales qui nécessitent une réponse consciente et délibérée et utilisent donc le traitement de l’information corticale. La modulation du réflexe de surprise est une mesure inconsciente du traitement brut de l’information affective sur la base de l’amorçage de la motivation (voir [57]) et concerne les structures cérébrales sous-corticales, par exemple [29]. L'électroencéphalographie (et par conséquent l'ERP) est principalement sensible au traitement de l'information corticale, mais implique également la contribution coordonnée de processus cérébraux sous-corticaux (en grande partie non conscients). On peut dire que toutes les mesures physiologiques sont plutôt implicites par nature, contrairement aux performances de notation explicites.

Avec ces connaissances, pouvons-nous déterminer si la fréquence d'utilisation de la pornographie modifie la manière dont nous répondons consciemment (mesures explicites) et non consciemment (mesures implicites) à des informations émotionnelles? Bien que les scores de Snyder pour chaque groupe ne diffèrent pas de manière significative - indiquant aucune différence d'auto-surveillance - les résultats obtenus dans la présente étude démontrent en effet des divergences dans les résultats obtenus via des mesures explicites et implicites.

4.1. Notes explicites

Les images «érotiques» ont été explicitement jugées moins agréables par le groupe à faible utilisation de porno que les participants à moyenne utilisation de porno ou à forte utilisation de porno. Peut-être que les utilisateurs de porno à faible pornographie recherchent rarement du matériel érotique ou pornographique, le groupe de porno à faible pornographie a donc trouvé que la présentation d'images «érotiques» au cours de la session expérimentale était moins agréable, voire un peu dérangeant. Une autre explication possible pourrait inclure le fait que les utilisateurs de porno faibles ont moins été exposés à la pornographie et n’ont donc pas habitué autant que les utilisateurs moyens ou élevés. En revanche, les personnes qui trouvent le porno désagréable peuvent choisir de ne pas l’utiliser et tombent ainsi dans le groupe des personnes à faible usage et l’accoutumance peut ne pas être du tout un facteur. Fait intéressant, le groupe à forte utilisation de porno a estimé que les images érotiques étaient plus désagréables que le groupe à moyenne utilisation. Les auteurs suggèrent que cela pourrait être dû à la nature relativement «souple» des images «érotiques» contenues dans la base de données IAPS ne fournissant pas le niveau de stimulation qu'elles recherchent habituellement, comme l'ont montré Harper et Hodgins [58] qu’avec le visionnage fréquent de matériel pornographique, de nombreuses personnes passent souvent au visionnement d’un contenu plus intense afin de maintenir le même niveau d’excitation physiologique. Dans la catégorie des émotions «agréables», les évaluations de la valence par les trois groupes étaient relativement similaires, le groupe à forte utilisation jugeant les images légèrement plus désagréables en moyenne que les autres groupes. Cela peut encore être dû au fait que les images «agréables» présentées ne sont pas suffisamment stimulantes pour les individus du groupe les plus utilisés. Des études ont régulièrement montré une régulation physiologique négative du traitement du contenu appétitif en raison des effets d'accoutumance chez les individus recherchant fréquemment du matériel pornographique [3,7,8]. Les auteurs estiment que cet effet peut expliquer les résultats observés.

4.2. Potentiels liés aux événements (ERP)

Des différences significatives notables ont été observées entre la condition «déplaisante» et la condition «violente» entre les groupes, ce qui contraste avec les résultats de notation explicites. Lors de l'inspection visuelle des courbes, un pic négatif accru peut être observé dans le groupe à faible utilisation de pornographie pour la condition «désagréable» au cours de la phase LPP de la courbe (400 – 500 ms) dans les deux hémisphères situés dans les régions frontales du cerveau. Cela ne semble être présent dans l'hémisphère droit que pour les groupes de pornographie moyenne et forte. Bien que cet effet de latéralité n’ait pas survécu à l’analyse statistique, la tendance observée pourrait indiquer un possible effet de latéralisation d’utilisateurs de porno plus fréquents. Ce pic négatif important a également été démontré par une étude réalisée par Cuthbert et al. [59], où ils ont constaté que les zones frontales du cerveau montraient une plus grande positivité pour des images agréables que désagréables, bien que la condition «neutre» dans leur étude fût la plus négative. Les auteurs de l’article susmentionné ont tenté de comprendre ce décalage positif relatif des images agréables en affirmant qu’il pouvait refléter une excitation affective accrue plutôt qu’une différence de valence intrinsèque due aux images agréables de leur étude évoquant un changement significativement plus important de l’activité autonome ( conductance cutanée) plutôt que des évaluations subjectives de l'excitation. De plus, ce schéma d’asymétrie frontale peut s’expliquer par la forme d’onde positive relative des images «déplaisantes» produites dans l’hémisphère gauche des groupes de pornographie moyenne et forte. Des recherches récentes suggèrent qu'une augmentation de l'activité relative frontale gauche pourrait être associée aux processus motivationnels de l'approche (voir [60,61]). Cela indiquerait qu'en raison de la différence frontale relative d'activation par rapport aux images «déplaisantes», les utilisateurs plus fréquents de pornographie considèrent peut-être que les images déplaisantes contiennent un effet plus positif.

En outre, les catégories d'émotions «violentes» et «désagréables» dans l'hémisphère droit semblent suivre de plus en plus une trajectoire similaire à des périodes légèrement plus tardives (> 500 ms) passant d'utilisateurs de pornographie faibles à moyens à élevés - en particulier dans la région frontale du cerveau. Ces résultats suggèrent qu'un traitement similaire peut être utilisé par des utilisateurs fréquents de pornographie lors de la visualisation passive d'images d'émotions violentes et désagréables par rapport à des utilisateurs de pornographie inférieurs à des niveaux implicites. En se dirigeant plus en arrière vers des zones cérébrales plus sensorielles, les deux mêmes catégories d'émotions («violentes» et «désagréables») semblent à nouveau être traitées de manière plus similaire dans le groupe à forte utilisation de pornographie pendant la phase LPP (> 500 ms ) où ils restent séparés dans les groupes à faible et moyen usage. Ce modèle de réponses physiologiques peut suggérer qu'une exposition fréquente à du matériel pornographique peut augmenter le goût et donc approcher la motivation envers ce stimulus, entraînant ainsi un LPP élargi comparable au LPP généré en raison de la motivation d'évitement possible résultant de la visualisation d'images violentes. En revanche, comme mentionné ci-dessus, il a été montré que de nombreux utilisateurs fréquents de pornographie sont souvent attirés par des contenus plus graphiques ou plus intenses au fil du temps en raison des effets de désensibilisation et de la nécessité de voir des matériaux plus nouveaux et extrêmes pour devenir excités [58]. Ce matériel peut souvent inclure des genres pornographiques qui décrivent divers actes de violence (sexuelle) auxquels les individus du groupe à forte utilisation peuvent être sensibilisés et réagissent donc aux images «érotiques» à un niveau physiologique similaire aux images «violentes».

4.3. Modulation du réflexe de surprise (SRM)

Comme mentionné précédemment, la modulation du réflexe d'effet est sensible au traitement affectif sous-cortical avec un accent clair sur la valence. Comme prévu, les résultats ont montré que la catégorie «érotique» était la moins choquante et, dans les trois groupes, la catégorie des émotions «violentes» a suscité la plus grande réaction de surprise. Bien que les résultats obtenus aient montré que la valeur p approchait de la signification, il ressort de l'examen visuel des courbes qu'il existe trois profils distincts de réponses de surprise caractéristiques de chaque groupe. Une tendance est visible, passant d’une utilisation de pornographie faible à moyenne à élevée, la distribution relative des réponses de surprise semblant augmenter en variabilité (c’est-à-dire que le groupe à forte utilisation de pornographie présente le plus large éventail de réponses de surprise entre les moins éveillantes (érotiques) et les catégories les plus excitantes (violentes)). Cela indique que les utilisateurs de porno plus fréquents traitent les images «érotiques» comme plus appétitives par rapport aux autres catégories d’émotions à un niveau inconscient (mais qualitativement). L'effet observé semble être conforme à la plupart des études dans ce domaine, selon lequel le réflexe de surprise provoqué par les stimuli aversifs entraîne des réponses de clignotement d'amplitude plus élevées que les stimuli plus agréables [32,42,43]. Une explication possible de la raison pour laquelle le groupe à forte utilisation de pornographie a montré une diminution relative de la réaction de surprise aux images érotiques peut être due à l’ensemble des images présentées qui risquent d’être nouvelles pour les participants; par conséquent, leur réponse de surprise affective et non consciente a était un stimulant agréable qui n’était pas devenu une habitude. Dans l’affirmative, il serait intéressant de déterminer l’effet que pourrait avoir l’observation répétée des mêmes images, des études précédentes ayant montré que l'observation répétée d'érotisme entraînait une réponse accrue du clignement des yeux à une sonde de surprise en raison du matériau ennuyeux et aversif [41]. L'effet de surprise d'amplitude relative plus élevée observé dans les groupes d'utilisateurs de pornographie faible et moyenne peut s'expliquer par le fait qu'ils évitent intentionnellement l'utilisation de la pornographie, car ils peuvent la trouver relativement plus désagréable. Alternativement, les résultats obtenus peuvent également être dus à un effet d'accoutumance, dans lequel les individus de ces groupes regardent plus de pornographie que ce qui est explicitement indiqué - peut-être pour des raisons de gêne, entre autres, car il a été démontré que les effets d'accoutumance augmentaient les réactions de clignement des yeux41,42].

Bien que le niveau de signification obtenu puisse ne pas correspondre à ce qui était attendu, une tendance semble se dégager des données montrant l’écart entre les utilisateurs de pornographie fréquents et peu fréquents. Les auteurs sont d’avis que l’absence de résultat concret peut être attribuée au faible nombre de participants. Une plus grande cohorte augmenterait probablement la capacité de détecter des effets plus robustes. Cependant, il semble que la tendance observée dans les données physiologiques de la présente étude offre un autre schéma de résultats différent des notations explicites.

4.4. Limites

Bien que l'étude actuelle soit exhaustive, il restait des limitations inévitables. Il convient de mentionner que les images constituant la catégorie «érotique» obtenues via la base de données IAPS peuvent être considérées comme une représentation obsolète de l’érotisme ou de la pornographie par rapport à ce que l’on peut interpréter comme une «pornographie moyenne» qui, à l’ère moderne, est plus courante. expansif et stimulant visuellement. Les futures études devront peut-être utiliser une base de données d'images normalisée plus à jour pour tenir compte de l'évolution des cultures. En outre, peut-être que les grands utilisateurs de pornographie régulent leurs réactions sexuelles au cours de l'étude. Cette explication a au moins été utilisée par [7,8] pour décrire leurs résultats montrant une motivation d’approche plus faible, indexée par une plus petite amplitude LPP (potentiel positif tardif) par rapport aux images érotiques d'individus signalant une utilisation pornographique incontrôlable. Il a été démontré que les amplitudes de LPP diminuent lors d’une régulation intentionnelle à la baisse [62,63]. Par conséquent, une LPP inhibée sur des images érotiques peut expliquer l'absence d'effets significatifs trouvés dans la présente étude auprès de groupes pour la condition «érotique». Cela peut être dû au fait que les participants ne sont pas autorisés à se masturber tout en regardant des images pornographiques (ou dans ce cas érotiques) au cours de la session d’essai, ce qu’ils pourraient faire autrement [64].

Une autre limite de l’étude actuelle est que le groupe de participants a été divisé en groupes d’usage de pornographie basés sur l’utilisation de pornographie autodéclarée. Les études basées sur la physiologie dans ce domaine de la consommation de pornographie étant relativement récentes, il n’existe pas encore de série de marqueurs physiologiques ni de profil physiologique permettant de distinguer clairement, par exemple, une utilisation «faible» ou «élevée» de la pornographie. groupe. Le problème évident présenté avec cette méthode peut être dû à la sous-déclaration ou à la sur-déclaration de l'utilisation de la pornographie par certains répondants. En outre, la présente étude ne s'appuie pas sur un échantillon clinique présentant des problèmes d'utilisation de la pornographie connus et cliniquement diagnostiqués. La cohorte utilisée dans la présente étude se situe dans une fourchette «normale» d'utilisation de pornographie sans problème, que l'on peut qualifier de non cliniquement significative et qui, par conséquent, peut ne pas avoir fourni un résultat aussi robuste qu'une comparaison entre des individus diagnostiqués cliniquement et non diagnostiqués.

En outre, les effets notés dans le présent document, qui différencient les groupes d’utilisateurs de pornographie, peuvent indiquer un effet de corrélation plutôt qu’un lien de causalité. Un lien peut être établi ici en comparant les individus de la population en général qui consomment de l'alcool. Tant la consommation de pornographie que la consommation d’alcool peuvent être des comportements agréables et potentiellement préjudiciables, mais seule une minorité d’individus participe de manière excessive à ces comportements au point de causer de la détresse et des effets négatifs sur le comportement. Il est tout à fait probable que notre cohorte comprenait des personnes qui n’ont pas et ne subiront jamais d’effet comportemental indésirable observable en raison de leur utilisation (excessive) de pornographie.

L’étude de l’usage excessif de pornographie est un phénomène relativement récent et il est nécessaire de mettre au point un questionnaire normalisé permettant de mesurer explicitement l’utilisation de la pornographie et ses effets conscients associés. Il existe plusieurs échelles et mesures déjà établies permettant de déterminer divers aspects du comportement sexuel, parmi lesquelles: l’échelle de compulsivité sexuelle [65], le questionnaire sur la soif de pornographie [66], l’échelle des effets de la consommation de pornographie [67] et l’échelle d’utilisation problématique de la pornographie [68], mais compte tenu de la nature rapidement changeante de l’acquisition de pornographie par des particuliers via Internet et de ce qui y est disponible, bon nombre des éléments figurant sur ces échelles peuvent sembler obsolètes et doivent être mis à jour, mais en raison de l’absence d’existant, Mesure bien validée et psychométriquement valable, de nombreuses études (comme nous l’avons fait) ont choisi de développer et d’utiliser leurs propres outils et méthodes de notation internes, spécialement conçus et développés, tandis que d’autres (tout particulièrement ceux qui étudient la dépendance à la pornographie) ont tout simplement eu recours à en adaptant les échelles de dépendance aux substances existantes et en substituant la substance addictive (alcool, cocaïne, héroïne, etc.) au mot pornographie. Le problème avec ceci est un manque de reproductibilité et de validité de la mesure pour obtenir des résultats cohérents et précis parmi les études dans ce domaine.

En résumé, bien que toutes les mesures aient montré des résultats significatifs (ou presque significatifs), il est important de noter que les différences observées dans les évaluations explicites n'étaient pas les différences observées dans les mesures physiologiques. Similaire au traitement de l’information par mot où une dissociation a été trouvée entre les réponses explicites et implicites (voir [69]) Cela indique clairement qu'il y a de bonnes raisons de conclure que, comme il existe des différences dans le traitement des informations affectives, consciemment ou non, aucune méthode de mesure unique ne peut fournir une description précise du véritable état émotionnel d'un individu. Cela étant dit, il faudra peut-être utiliser plusieurs méthodes normalisées incorporant à la fois des techniques de mesure implicites et explicites afin de jauger tous les aspects du traitement affectif menant aux émotions. Certes, une enquête à elle seule ne donne pas de résultats solides.

Remerciements

Les auteurs souhaitent remercier Ross Fulham pour son aide très appréciée dans le domaine de l’EEG et du traitement de données anormales. Il est une personne incroyable avec des connaissances, une expertise et des compétences inestimables.

Contributions d'auteur

Sajeev Kunaharan, Sean Halpin, Thiagarajan Sitharthan, Shannon Bosshard et Peter Walla ont conçu et conçu les expériences; Sajeev Kunaharan a réalisé les expériences; Sajeev Kunaharan et Peter Walla ont analysé les données; Sajeev Kunaharan, Sean Halpin et Peter Walla ont contribué au matériel et aux outils d'analyse; Sajeev Kunaharan et Peter Walla ont écrit le journal; Sean Halpin, Thiagarajan Sitharthan et Shannon Bosshard ont fourni des commentaires écrits, notamment des commentaires et des suggestions. Tous les auteurs ont largement contribué aux travaux présentés.

Les conflits d'intérêts

Les auteurs ne déclarent aucun conflit d'intérêt.

Références

  1. Harkness, EL; Mullan, B .; Blaszczynski, A. L’association entre la consommation de pornographie sur Internet et le comportement sexuel à risque chez les résidents australiens hétérosexuels adultes. Dans Actes de la Société australienne de médecine et de traitement du comportement, Auckland, Nouvelle-Zélande, 12 – 14, février 2014. [Google Scholar]
  2. Fisher, WA; Barak, A. Pornographie sur Internet: Une perspective psychosociale de la sexualité sur Internet. J. Sex. Res. 2001, 38, 312 – 323. [Google Scholar] [CrossRef]
  3. Kühn, S .; Gallinat, J. Structure cérébrale et connectivité fonctionnelle associées à la consommation de pornographie: Le cerveau dans le porno. JAMA psychiatrie 2014, 71, 827 – 834. [Google Scholar] [CrossRef] [PubMed]
  4. Cooper, A. Sexualité et Internet: surfer dans le nouveau millénaire. CyberPsychol. Comportement 1998, 1, 187 – 193. [Google Scholar] [CrossRef]
  5. Reid, RC; Charpentier, BN; Crochet, JN; Garos, S .; Manning, JC; Gilliland, R .; Cooper, EB; McKittrick, H .; Davtian, M .; Fong, T. Rapport des résultats d'un essai sur le terrain du DSM-5 pour un trouble hypersexuel. J. Sex. Med. 2012, 9, 2868 – 2877. [Google Scholar] [CrossRef] [PubMed]
  6. Allen, M .; Emmers, T .; Gebhardt, L .; Giery, MA Exposition à la pornographie et acceptation des mythes sur le viol. J. Commun. 1995, 45, 5 – 26. [Google Scholar] [CrossRef]
  7. Prause, N .; Steele, VR; Staley, C .; Sabatinelli, D. Potentiel positif tardif pour expliquer des images sexuelles associées au nombre de partenaires sexuels. Soc. Cogn. Affecter. Neurosc. 2015, 10, 93 – 100. [Google Scholar] [CrossRef] [PubMed]
  8. Prause, N .; Steele, VR; Staley, C .; Sabatinelli, D .; Hajcak, G. Modulation des potentiels positifs tardifs par des images sexuelles chez des utilisateurs problématiques et des contrôles incompatibles avec une «dépendance au porno». Biol. Psychol. 2015, 109, 192 – 199. [Google Scholar] [CrossRef] [PubMed]
  9. Roberts, A .; Yang, M .; Ullrich, S .; Zhang, T .; Coid, J .; King, R .; Murphy, R. Consommation de pornographie masculine au Royaume-Uni: prévalence et comportement problématique associé. Cambre. Sexe. Comportement 2015, 16360. [Google Scholar]
  10. Buzzell, T .; Foss, D .; Middleton, Z. Expliquer l'utilisation de la pornographie en ligne: Un test de la théorie de la maîtrise de soi et des opportunités de déviance. J. Crim. Justice Pop. Culte. 2006, 13, 96 – 116. [Google Scholar]
  11. Hilton, DL, Jr .; Watts, C. Addiction à la pornographie: une perspective neuroscientifique. Surg. Neurol. Int. 2011, 2, 19. [Google Scholar] [PubMed]
  12. Mancini, C .; Reckdenwald, A .; Beauregard, E. Exposition pornographique au cours de la vie et de la gravité des infractions sexuelles: effets d'imitation et de cathartique. J. Crim. Justice 2012, 40, 21 – 30. [Google Scholar] [CrossRef]
  13. Seto, MC Évaluation psychophysiologique des intérêts sexuels paraphiliques dans La psychophysiologie du sexe; Janssen, E., Ed .; University of Indiana Press: Bloomington, IN, États-Unis, 2007; pp. 475 – 491. [Google Scholar]
  14. Steele, VR; Staley, C .; Fong, T .; Prause, N. Le désir sexuel, et non l'hypersexualité, est lié aux réponses neurophysiologiques induites par les images sexuelles. Socioaffect. Neurosci. Psychol. 2013, 3, 20770. [Google Scholar] [CrossRef] [PubMed]
  15. Vega, V .; Malamuth, NM Prédiction de l'agression sexuelle: rôle de la pornographie dans le contexte de facteurs de risque généraux et spécifiques. Agression Comportement 2007, 33, 104 – 117. [Google Scholar] [CrossRef] [PubMed]
  16. Wright, PJ; Tokunaga, RS; Kraus, A. Une méta-analyse de la consommation de pornographie et des actes réels d'agression sexuelle dans les études sur la population générale. J. Commun. 2015, 66, 183 – 205. [Google Scholar] [CrossRef]
  17. Paolucci, EO; Genuis, M .; Violato, C. Une méta-analyse de la recherche publiée sur les effets de la pornographie. Med. Mind Adolesc. 1997, 72, 1 – 2. [Google Scholar]
  18. Johnson, SA Le rôle de la pornographie dans les infractions sexuelles: informations pour les forces de l'ordre et les psychologues légistes. Int. J. Emerg. Ment. Santé Hum. Resil. 2015, 17, 239 – 242. [Google Scholar]
  19. Hald, GM; Malamuth, NM; Yuen, C. Pornographie et attitudes de soutien à la violence à l'égard des femmes: revisiter la relation dans des études non expérimentales. Agression Comportement 2010, 36, 14 – 20. [Google Scholar] [CrossRef] [PubMed]
  20. Ferguson, CJ; Hartley, RD Le plaisir est momentané… la dépense damnable? L'influence de la pornographie sur le viol et l'agression sexuelle. Agression Comportement violent. 2009, 14, 323 – 329. [Google Scholar] [CrossRef]
  21. Szymanski, DM; Stewart-Richardson, DN Corrélats psychologiques, relationnels et sexuels de l'utilisation de la pornographie sur de jeunes hommes hétérosexuels adultes dans des relations amoureuses. J. Stud pour hommes. 2014, 22, 64 – 82. [Google Scholar] [CrossRef]
  22. Conner, SR La fréquence d'utilisation de la pornographie est indirectement associée à une confiance moindre dans les relations interpersonnelles liée aux symptômes de la dépression et à des agressions physiques chez les jeunes adultes chinois. Mémoire de maîtrise, Kansas State University, Manhattan, KS, États-Unis, 2014. [Google Scholar]
  23. Park, BY; Wilson, G .; Berger, J .; Christman, M .; Reina, B .; Bishop, F .; Klam, WP; Doan, AP La pornographie sur Internet provoque-t-elle des dysfonctionnements sexuels? Une revue avec des rapports cliniques. Comportement Sci. 2016, 6, 17. [Google Scholar] [CrossRef] [PubMed]
  24. Mavratzakis, A .; Herbert, C .; Walla, P. Les expressions faciales émotionnelles évoquent des réponses d'orientation plus rapides, mais des réponses émotionnelles plus faibles aux niveaux neural et comportemental par rapport aux scènes: étude simultanée EEG et EMG faciale. Neuroimage 2016, 124, 931 – 946. [Google Scholar] [CrossRef] [PubMed]
  25. Linden, DE Le P300: Où est-il produit dans le cerveau et que nous dit-il? Neuroscientifique 2005, 11, 563 – 576. [Google Scholar] [CrossRef] [PubMed]
  26. Voon, V .; Mole, TB; Banca, P .; Porter, L .; Morris, L .; Mitchell, S .; Lapa, TR; Karr, J .; Harrison, NA; Potenza, MN; et al. Corrélats neuronaux de la réactivité des signaux sexuels chez les individus avec et sans comportements sexuels compulsifs. PLoS ONE 2014, 9, e102419. [Google Scholar] [CrossRef] [PubMed]
  27. Minnix, JA; Versace, F .; Robinson, JD; Lam, CY; Engelmann, JM; Cui, Y .; Borwn, VL; Cinciripini, PM Le potentiel positif tardif (LPP) en réponse à différents types de stimuli émotionnels et de cigarette chez les fumeurs: une comparaison du contenu. Int. J. Psychophysiol. 2013, 89, 18 – 25. [Google Scholar] [CrossRef] [PubMed]
  28. Mavratzakis, A .; Molloy, E .; Walla, P. Modulation du réflexe de surprise lors d'une exposition brève et soutenue à des images émotionnelles. Psychologie 2013, 4, 389 – 395. [Google Scholar] [CrossRef]
  29. Lang, PJ; Bradley, MM; Cuthbert, BN Emotion, attention et réflexe de surprise. Psychol. Tour. 1990, 97, 377 – 395. [Google Scholar] [CrossRef] [PubMed]
  30. Patrick, CJ; Bradley, MM; Lang, PJ Emotion chez le psychopathe criminel: modulation du réflexe sursaut. J. anormal. Psychol. 1993, 102, 82 – 92. [Google Scholar] [CrossRef] [PubMed]
  31. Lyon, GS; Walla, P .; Arthur-Kelly, M. Vers de meilleures façons de connaître les enfants atteints de multiples handicaps profonds: introduction à la modulation du réflexe de surprise. Dev. Neurorehabil. 2013, 16, 340 – 344. [Google Scholar] [CrossRef] [PubMed]
  32. Ehrlichman, H .; Brown Kuhl, S .; Zhu, J .; Wrrenburg, S. Modulation du réflexe de démarrage par des odeurs agréables et désagréables dans une conception inter-sujets. Psychophysiologie 1997, 34, 726 – 729. [Google Scholar] [CrossRef] [PubMed]
  33. Dawson, ME Hazlett, EA; Filion, DL; Nuechterlein, KH; Schell, AM Attention et schizophrénie: Modulation altérée du réflexe de sursaut. J. anormal. Psychol. 1993, 102, 633 – 641. [Google Scholar] [CrossRef] [PubMed]
  34. Grahl, A .; Greiner, U .; Walla, P. La forme de la bouteille suscite une émotion spécifique au genre: une étude de modulation du réflexe surprenant. Psychologie 2012, 7, 548 – 554. [Google Scholar] [CrossRef]
  35. Geiser, M .; Walla, P. Mesures objectives de l'émotion lors de promenades virtuelles dans les quartiers urbains. Appl. Sci. 2011, 1, 1 – 11. [Google Scholar] [CrossRef]
  36. Walla, P .; Rosser, L .; Scharfenberger, J .; Duregger, C .; Bosshard, S. Propriété des émotions: Différents effets sur les évaluations explicites et les réponses implicites. Psychologie 2013, 4, 213 – 216. [Google Scholar] [CrossRef]
  37. Koller, M .; Walla, P. Mesurer le traitement de l'information affective dans les systèmes d'information et les études de marché - Introduction à la modulation du réflexe de surprise. Dans Actes de la 33rdrd Conférence internationale sur les systèmes d’information, Orlando, Floride, États-Unis, 16 – 19, décembre 2012. [Google Scholar]
  38. Walla, P .; Koller, M .; Meier, J. Les neurosciences des consommateurs pour informer les consommateurs - Des méthodes physiologiques pour identifier la formation d'attitudes liée à la surconsommation et aux dommages environnementaux. De face. Fredonner. Neurosci. 2014, 8, 304. [Google Scholar] [CrossRef] [PubMed]
  39. Walla, P .; Koller, M. L'émotion n'est pas ce que vous croyez: la modulation du réflexe de surprise (SRM) en tant que mesure du traitement affectif chez Neurols. Notes de cours en systèmes d'information et organisation: systèmes d'information et neurosciences; Springer International Publishing: Cham, Suisse, 2015; Volume 10, pp. 181 – 186. [Google Scholar]
  40. Koller, M .; Walla, P. Vers d'autres moyens de mesurer les attitudes face à la consommation: introduction à la modulation du réflexe de surprise. J. Agric. Alimentation Ind. Organ. 2015, 13, 83 – 88. [Google Scholar] [CrossRef]
  41. Koukounas, E .; Au-dessus, R. Les changements dans l’ampleur de la réponse des yeux brillent pendant l’accoutumance à l’excitation sexuelle. Comportement Res. Ther. 2000, 38, 573 – 584. [Google Scholar] [CrossRef]
  42. Jansen, DM; Frijda, NH Modulation de la réponse au choc acoustique par peur et excitation sexuelle induites par le film. Psychophysiologie 1994, 31, 565 – 571. [Google Scholar] [CrossRef] [PubMed]
  43. Ruiz-Padial, E .; Vila, J. Des images craintives et sexuelles non consciemment vues modulent le réflexe de surprise chez les êtres humains. Biol. Psychiatrie 2007, 61, 996 – 1001. [Google Scholar] [CrossRef] [PubMed]
  44. Kunaharan, S .; Walla, P. Neurosciences cliniques - Vers une meilleure compréhension des processus non conscients par rapport aux processus conscients impliqués dans les comportements agressifs impulsifs et la pornographie. Psychologie 2014, 5, 1963 – 1966. [Google Scholar] [CrossRef]
  45. Wiederman, MW; Whitley, BE, Jr. Manuel de recherche sur la sexualité humaine; Lawrence Erlbaum Associates: Mahwah, NJ, États-Unis, 2002. [Google Scholar]
  46. Davidson, RJ Sept péchés dans l'étude de l'émotion: correctifs de la neuroscience affective. Cerveau Cogn. 2003, 52, 129 – 132. [Google Scholar] [CrossRef]
  47. Koukounas, E .; McCabe, MP Variables sexuelles et émotionnelles influençant la réponse sexuelle à l'érotisme: une enquête psychophysiologique. Cambre. Sexe. Comportement 2001, 30, 393 – 408. [Google Scholar] [CrossRef] [PubMed]
  48. Walla, P .; Brenner, G .; Koller, M. Mesures objectives de l'émotion liées à l'attitude de la marque: une nouvelle façon de quantifier les aspects liés à l'émotion pertinents pour le marketing. PLoS ONE 2011, 6, e26782. [Google Scholar] [CrossRef] [PubMed]
  49. Walla, P. Processus cérébraux non conscients révélés par la magnétoencéphalographie (MEG). En magnétoencéphalographie; InTech: Rijeka, Croatie, 2011. [Google Scholar]
  50. Winkielman, P .; Berridge, KC Emotion inconsciente. Curr. Dir. Psychol. Sci. 2004, 13, 120 – 123. [Google Scholar] [CrossRef]
  51. Tamietto, M .; de Gelder, B. Bases neurales de la perception non consciente de signaux émotionnels. Nat. Rev. Neurosci. 2010, 11, 697 – 709. [Google Scholar] [CrossRef] [PubMed]
  52. LimeSurvey: Un outil de sondage Open Source / Projet LimeSurvey Hamburg, Gemrnay. 2012. Disponible en ligne: http://www.limesurvey.org (consulté sur 1 – 30 June 2015).
  53. Snyder, M. Auto-surveillance du comportement expressif. J. Pers. Soc. Psychol. 1974, 30, 526 – 537. [Google Scholar] [CrossRef]
  54. Harkness, EL; Mullan, B .; Blaszczynski, A. Association entre l'utilisation de pornographie et les comportements sexuels à risque chez les consommateurs adultes: une revue systématique. Cyberpsychol. Comportement Soc. Netw. 2015, 18, 59 – 71. [Google Scholar] [CrossRef] [PubMed]
  55. Lang, PJ; Bradley, MM; Cuthbert, BN Système international d’image affective (IAPS): indices affectifs des images et manuel d’instructions; Rapport technique A-8; Université de Floride: Gainesville, FL, États-Unis, 2008. [Google Scholar]
  56. Van Dongen, NNN; Van Strien, JW; Dijkstra, K. Régulation implicite des émotions dans le contexte de la visualisation d'œuvres d'art: preuve ERP en réponse à des images agréables et déplaisantes. Cerveau Cogn. 2016, 107, 48 – 54. [Google Scholar] [CrossRef] [PubMed]
  57. Konorski, J. Activité intégrative du cerveau: une approche interdisciplinaire; Presses de l'Université de Chicago: Chicago, IL, États-Unis, 1967. [Google Scholar]
  58. Harper, C .; Hodgins, DC Examen des corrélats de l’utilisation problématique de la pornographie sur Internet par les étudiants universitaires. J. Behav. Toxicomane. 2016, 5, 179 – 191. [Google Scholar] [CrossRef] [PubMed]
  59. Cuthbert, BN; Schupp, HT; Bradley, MM; Birbaumer, N .; Lang, PJ Potentiels cérébraux dans le traitement d'images affectives: Covariation avec réveil autonome et rapport affectif. Biol. Psychol. 2000, 52, 95 – 111. [Google Scholar] [CrossRef]
  60. Harmon-Jones, E.; Pignon, PA; Peterson, CK Le rôle de l'activité corticale frontale asymétrique dans les phénomènes liés aux émotions: revue et mise à jour. Biol. Psychol. 2010, 84, 451 – 462. [Google Scholar] [CrossRef] [PubMed]
  61. Hofman, D. La latéralité frontale de l'émotion: aperçu historique. Neth. J. Psychol. 2008, 64, 112 – 118. [Google Scholar] [CrossRef]
  62. Hajcak, G .; MacNamara, A .; Olvet, DM Potentiels, émotions et régulation des émotions liés aux événements: une analyse intégrative. Dev. Neuropsychol. 2010, 35, 129 – 155. [Google Scholar] [CrossRef] [PubMed]
  63. Sarlo, M .; Übel, S .; Leutgeb, V .; Schienle, A. La réévaluation cognitive échoue lorsqu'on tente de réduire la valeur appétitive des aliments: une étude ERP. Biol. Psychol. 2013, 94, 507 – 512. [Google Scholar] [CrossRef] [PubMed]
  64. Hald, GM Différences entre les sexes dans la consommation de pornographie chez les jeunes adultes danois hétérosexuels. Cambre. Sexe. Comportement 2006, 35, 577 – 585. [Google Scholar] [CrossRef] [PubMed]
  65. Kalichman, SC; Rompa, D. Échelles de recherche de sensations sexuelles et de compulsivité sexuelle: validité et prévision du comportement à risque pour le VIH. J. Pers. Évaluer. 1995, 65, 586 – 601. [Google Scholar] [CrossRef] [PubMed]
  66. Kraus, S .; Rosenberg, H. Questionnaire sur l'état de besoin en matière de pornographie: propriétés psychométriques. Cambre. Sexe. Comportement 2014, 43, 451 – 462. [Google Scholar] [CrossRef] [PubMed]
  67. Hald, GM; Malamuth, NM Effets de la consommation de pornographie sur soi-même. Cambre. Sexe. Comportement 2008, 37, 614 – 625. [Google Scholar] [CrossRef] [PubMed]
  68. Kor, A .; Zilcha-Mano, S .; Fogel, YA; Mikulincer, M .; Reid, RC; Potenza, MN Développement psychométrique de l'échelle d'utilisation de la pornographie problématique. Toxicomane. Comportement 2014, 39, 861 – 868. [Google Scholar] [CrossRef] [PubMed]
  69. Rugg, MD; Mark, RE; Walla, P .; Schloerscheidt, AM; Bouleau, CS; Allan, K. Dissociation des corrélats neuronaux de la mémoire implicite et explicite. La nature 1998, 392, 595 – 598. [Google Scholar] [CrossRef] [PubMed
 
© 2017 par les auteurs. Titulaire de la licence MDPI, Bâle, Suisse. Cet article est un article en accès libre distribué selon les conditions générales de la licence Creative Commons Attribution (CC BY) ( http://creativecommons.org/licenses/by/4.0/).