Pas de mal à regarder, non? Consommation de pornographie masculine, image corporelle et bien-être (2014)

Par Tylka, Tracy L.

Psychology of Men & Masculinity, 10 février 2014

Abstrait

De nombreux chercheurs ont reconnu et étudié les liens entre diverses sources de pressions liées à l'apparence (par exemple, les pressions médiatiques et interpersonnelles pour être mésomorphes) et l'image corporelle et le bien-être des hommes. La pornographie est un autre moyen de pression lié à l'apparence qui est très rarement pris en compte dans cette recherche. La présente étude a incorporé l'utilisation de la pornographie dans les modèles 2 de l'image corporelle des hommes et dans le modèle 1 du bien-être interpersonnel et émotionnel des hommes.

Les hommes du collège (N = 359) ont évalué la fréquence mésomorphe, l’intériorisation de l’idéal mésomorphe, la surveillance corporelle, l’image corporelle (par exemple, la musculature et l’insatisfaction de la graisse corporelle, l’appréciation du corps) , anxiété et évitement dans les relations amoureuses et bien-être émotionnel (c.-à-d. affect positif et négatif).

Les analyses de trajectoire ont révélé que la fréquence d'utilisation de la pornographie par les hommes était (a) liée positivement à la musculature et à l'insatisfaction de la graisse corporelle indirectement par l'intériorisation de l'idéal mésomorphe, (b) liée négativement à l'appréciation corporelle directement et indirectement par la surveillance corporelle, (c) liée positivement à affect négatif indirect par le biais de l'attachement romantique anxiété et évitement, et (d) négativement lié au positif affect indirectement par l'attachement relationnel anxiété et évitement.

Les pressions médiatiques et interpersonnelles générales pour être mésomorphes ont également apporté des contributions uniques dans les modèles. Ces résultats soulignent la nécessité d’examiner de manière plus approfondie l’utilisation de la pornographie masculine par les hommes et les implications de cette utilisation pour leur santé psychologique.

Compte tenu de ces constatations, les conseillers voudront peut-être examiner le lien entre la consommation de pornographie et le bien-être émotionnel, relationnel et corporel de leurs clients masculins.