Les effets de l'exposition à la violence sexuelle filmée sur les attitudes à l'égard du viol (1995)

Weisz, Monica G. et Christopher M. Earls.

Journal de la violence interpersonnelle 10, non. 1 (1995): 71-84.

Abstrait

Cette recherche a examiné les effets de la violence sexuelle présentée dans les longs métrages. Cent quatre-vingt-treize étudiants universitaires (hommes 87 et femmes 106) ont été assignés au hasard à l'un des quatre films suivants: (a) une agression sexuelle contre un homme (Deliverance); (b) agression sexuelle contre une femelle (Straw Dogs); (c) agression physique (Die Hard 2); ou (d) un film neutre ne contenant aucune scène explicite d'agression physique ou sexuelle (Days of Thunder). Après avoir visionné le film, tous les sujets ont été invités à remplir un questionnaire contenant 252 contenant l’une des quatre présentations ordonnées au hasard des mesures suivantes: échelle d’acceptation de la violence interpersonnelle, échelle d’acceptation du mythe du viol, échelle d’attirance pour l’agression sexuelle, L'inventaire de l'hostilité de Buss-Durkee, l'échelle de désirabilité sociale Marlowe-Crowne, l'échelle d'empathie Mehrabian-Epstein et un questionnaire d'évaluation de film. Les participants ont ensuite visionné la reconstitution d'un procès pour viol et ont rempli un questionnaire sur les procès pour viol avec 23. Les résultats ont montré des différences importantes et cohérentes entre les hommes et les femmes; c'est-à-dire que les hommes acceptaient davantage la violence interpersonnelle et les mythes du viol, étaient plus attirés par l'agression sexuelle, moins compatissants envers la victime du procès pour viol et moins susceptibles de juger l'accusé comme coupable de viol. La découverte que les hommes étaient également touchés par un film sur les violences sexuelles, indépendamment du sexe de la victime, était particulièrement intéressante. Par contre, les femelles n'étaient pas affectées par le type de film.

DISCUSSION

Les résultats ont montré des différences importantes et cohérentes entre les hommes et les femmes. Dans l’ensemble, comparés aux femmes, les hommes acceptaient davantage la violence interpersonnelle et râpé mythes, plus attiré par l'agression sexuelle, moins sympathique envers le râpé victime du procès, moins susceptible de juger le défendeur comme coupable et généralement moins empathique. En outre, des différences significatives ont été observées sur la base de l'effet d'interaction du type de film et du genre sur l'échelle d'acceptation de la violence interpersonnelle, ainsi que des mesures utilisées pour évaluer la sympathie et le verdict de la victime. En particulier, de multiples comparaisons ont révélé que les hommes exposés à un film décrivant des violences sexuelles (contre un homme ou une femme) acceptaient nettement plus la violence interpersonnelle que les femmes qui visionnaient un film quel qu'il soit. En ce qui concerne la sympathie de la victime, les hommes exposés à la violence sexuelle contre un homme étaient moins sympathiques que les femmes exposées à des films comportant une agression sexuelle (contre un homme ou une femme) ou un contenu neutre, et les hommes ayant vu la violence physique. Les hommes qui regardaient la violence sexuelle contre un homme ou le film neutre étaient nettement moins susceptibles de condamner l'auteur que les femmes qui visionnaient un film montrant l'agression sexuelle ou le film au contenu neutre.

Une découverte inattendue était que les hommes n'étaient généralement pas influencés différemment par le sexe de la victime dans les films à caractère sexuel violent. Des données rassemblées sur les types de films violents sexuellement (hommes et femmes) ont révélé des effets significatifs des interactions entre les sexes sur l'acceptation de la violence interpersonnelle, l'attirance pour l'agression sexuelle, la sympathie des victimes, et verdict; Les hommes qui regardent un film sexuellement agressif, quel que soit leur sexe, ont tendance à être plus réceptifs à la violence interpersonnelle, plus attirés par l'agression sexuelle et moins compatissants envers la victime. râpé par rapport aux femmes exposées aux mêmes films ou aux hommes et aux femmes qui ont regardé des scènes de violence physique ou des films neutres.

Plus important encore, cette étude a montré des changements d'attitude significatifs et significatifs après la visualisation de longs métrages disponibles dans le commerce. Bien que les types de films demeurent relativement peu féminins, ce sont les films sexuellement agressifs qui ont le plus affecté les hommes, ce qui a entraîné des changements négatifs dans certaines attitudes et perceptions à l'égard des femmes, ce qui indique qu'elles méritent ou désirent secrètement râpé.

Conformément aux recherches antérieures (Barnett & Field, 1977; Malamuth & Check, 1981; Malamuth, Haber, & Feshbach, 1980; Selby, Calhoun, & Brock, 1977; Tieger, 1981), la présente étude a trouvé que les sujets masculins étaient plus acceptants de violence interpersonnelle et râpé mythes que les femmes. Malamuth et Check (1981) ont constaté que l'exposition à des films dépeignant la sexualité violente (contre les femmes) augmentait l'acceptation par les sujets masculins de la violence interpersonnelle contre les femmes. De même, les hommes de la présente enquête, qui considéraient la violence sexuelle contre un homme ou une femme, ont obtenu des scores plus élevés sur des échelles mesurant l'acceptation de la violence interpersonnelle et râpé l'acceptation du mythe par rapport aux hommes qui ont regardé le film physiquement violent ou le film neutre. Malamuth et Check (1981) ont également rapporté que le visionnage de films sexuellement agressifs augmentait considérablement l'acceptation par les hommes, mais pas par les femmes, des stéréotypes culturels indiquant que les femmes méritent ou désirent secrètement râpé. La présente enquête reproduit ces résultats.

Il est également intéressant de noter que, dans la présente expérience, le type de film ne semble pas affecter les femmes. Pour le moment, on ne voit pas pourquoi les femmes réussissent à échapper à l'influence des informations contenues dans les films violents ou sexuellement violents. En incluant la représentation d'un homme râpé dans la présente étude, nous avons tenté de contrôler d'éventuels effets de «polarisation d'attitude» ou de «phénomène de réactance». Cependant, en raison de l'utilisation de longs métrages disponibles dans le commerce, il était impossible de déterminer dans quelle mesure les sujets masculins s'identifiaient à la victime masculine. L'explication la plus probable des données actuelles est plutôt la théorie du «monde juste».

Linz et coll. (1989) ont estimé que l'exposition à de nombreuses scènes de films de type «slasher» qui dépeignent presque toujours des femmes victimes se plaçant volontairement dans des situations qui entraînent inévitablement des blessures ou la mort peut amener les téléspectateurs à blâmer la victime pour sa propre agression (attribuant à la croyance en un «monde juste», l'idée que finalement nous obtenons tous ce que nous méritons; Lerner, 1965, 1971). Zillmann et Bryant (1982, 1984) ont également suggéré qu'une exposition prolongée à des images de femmes dépeintes comme sexuellement promiscues aboutit à la banalisation des râpé et d'autres formes de violence sexuelle. En ce qui concerne les résultats de la présente recherche, la théorie susmentionnée peut expliquer en partie les effets de l’exposition à la violence sexuelle chez les hommes. Une autre explication possible de ces résultats est le concept de disponibilité. Après avoir été exposés aux informations présentées dans les films décrivant l'agression sexuelle, ces effets sont ceux qui deviennent plus facilement disponibles sur le plan cognitif. L'exposition à ces stimuli a peut-être encouragé les hommes, qui ont peut-être déjà soutenu des schémas de pensée spécifiques qui soutenaient ou renforçaient la violence sexuelle chez d'autres. Enfin, les sujets masculins qui considèrent que d'autres hommes sont sexuellement agressifs envers une femme peuvent simplement devenir désinhibés vis-à-vis d'une agression ultérieure envers des femmes via des effets de désensibilisation ou de modélisation.

De toute évidence, la présente recherche présente certaines limites, dont la plupart sont endémiques à toutes les études de laboratoire de cette nature. Premièrement, les participants à cette étude étaient tous des étudiants universitaires. Deuxièmement, les sujets ont été invités à remplir des questionnaires et à jouer le rôle de «faux jurés» après avoir regardé la reconstitution d'un râpé couper immédiatement après l'exposition aux différents films. Troisièmement, les films utilisés dans cette étude contenaient des types particuliers de violence; il est important d'examiner à qui la violence est destinée et comment les victimes sont représentées.

Les recherches futures devraient examiner les éventuels effets d'interaction des caractéristiques de la personnalité prédisposantes, des antécédents familiaux, de la consommation de pornographie, des expériences sexuelles et de la quantité d'exposition à la violence télévisée et filmée et / ou à la violence sexuelle. En outre, il serait intéressant de faire varier le nombre et le type de films, ainsi que l'intervalle de temps entre le visionnage du film et les tâches de mesure dépendantes. L'utilisation d'une mesure plus objective, telle que le paradigme de Buss-Durkee sur l'hostilité, ainsi que la mesure de l'excitation physiologique lors de l'exposition à des films à caractère sexuel violent, seraient également bénéfiques.