Sexe forcé, viol et exploitation sexuelle: attitudes et expériences d'élèves du secondaire dans le Sud-Kivu, en République démocratique du Congo (2014)

Cult Health Sex. 2014 Aug 13: 1-12. [Epub avant impression]

Mulumeoderhwa M1, Harris G.

Abstrait

Ce document rend compte du travail de terrain effectué dans 2011 dans le but d’enquêter sur les attitudes et le comportement signalé des lycéens congolais en ce qui concerne les relations sexuelles. Un total de 56 garçons et filles âgés de 16-20 de deux lycées urbains et de deux lycées ruraux de la province du Sud-Kivu ont pris part à des groupes de discussion, qui ont ensuite été interrogés individuellement. La majorité des garçons estimaient qu'ils avaient le droit d'avoir des relations sexuelles avec leurs amies et que, si la persuasion échouait, le recours à la force était légitime. cela, dans leur esprit, ne constituait pas un viol. Les filles, quant à elles, étaient convaincues que ce sexe forcé était un viol. Quoi qu’il en soit, le viol a été perçu comme ayant augmenté ces dernières années et s'explique par la faiblesse des systèmes juridiques, la pornographie et les tenues vestimentaires provocantes des filles. Les garçons étaient fâchés par la concurrence d'hommes plus âgés, souvent mariés, capables de fournir des incitations financières et autres aux filles.

MOTS-CLÉS:

République Démocratique du Congo; violence de genre; râpé; exploitation sexuelle; les jeunes