Désensibilisation: une réponse de plaisir numéroté

Désensibilisation

Désensibilisation

La désensibilisation n'est qu'un des nombreux changements cérébraux causés par la dépendance. Quelques autres changements cérébraux majeurs comprennent;

  1. Sensibilisation: Formation de circuits de mémoire pavloviens liés à la dépendance
  2. Hypofrontalité: Affaiblissement des circuits de contrôle des impulsions.
  3. Circuits de stress dysfonctionnels - Le stress déclenchera facilement une rechute
Dopamine

La neurotransmetteur dopamine est le gaz qui alimente nos circuits de récompense. Elle est derrière la motivation, la récompense, les désirs, les fringales et, bien sûr, la libido et les érections. Le niveau de signalisation de la dopamine est corrélé aux sentiments de plaisir dans les études humaines. La dopamine est le principal acteur de la récompense et de la dépendance, ainsi que la clé pour comprendre la désensibilisation.

A réponse de plaisir engourdiou désensibilisation, n'est qu'un des nombreux changements cérébraux induits par un processus de dépendance. (Il existe un autre changement cérébral lié à la toxicomanie appelé «sensibilisation». explication qui oppose la désensibilisation à la sensibilisation). On pense que la caractéristique physiologique de base de la désensibilisation du système de récompense est une baisse de la signalisation de la dopamine et des opioïdes.

Les causes de la désentification

La désensibilisation semble être causée par un certain nombre de facteurs, notamment:

  1. Déclin des récepteurs de la dopamine. La plupart des études indiquent un diminution des récepteurs D2 de la dopamine, ce qui signifie moins de sensibilité à la dopamine disponible, laissant le toxicomane moins sensible à des expériences normalement enrichissantes.
  2. Baisse des taux de dopamine de base (toniques). Des niveaux de dopamine plus faibles laissent un toxicomane «faim» d'activités / substances dopaminergiques de toutes sortes.
  3. Dopamine émoussée en réponse (dopamine phasique) à des récompenses normales. La dopamine augmente normalement en réponse à des activités enrichissantes. Une fois que votre dépendance est la source de dopamine la plus fiable, des envies de fumer vous poussent à utiliser du porno.
  4. Déclin des récepteurs CRF-1, qui fonctionnent pour élever les niveaux de dopamine dans le striatum (seulement étudié avec la cocaïne).
  5. Perte de matière grise du circuit de récompense, ce qui signifie une perte en dendrites. Cela se traduit par moins de connexions nerveuses ou de synapses. UNE Étude 2014 sur les utilisateurs de porno corrélé moins de matière grise avec une plus grande utilisation de porno.
  6. Baisse de la opioïdes ou récepteurs opioïdes. Résultat: ressentir moins de joie et moins de plaisir à partir d'expériences normalement enrichissantes.

Les n ° 2 et 3 peuvent impliquer une augmentation de la dynorphine qui inhibe la dopamine, et affaiblissement de certaines voies (glutamate) transmettre des messages au circuit de récompense, En d'autres termes, la désensibilisation est plutôt complexe et il reste énormément à apprendre.

Qu'est-ce qui cause la désensibilisation?

Trop d'une bonne chose.

La dopamine est là où tout commence. Si la dopamine est trop élevée pendant trop longtemps, les cellules nerveuses perdent leur sensibilité. Si quelqu'un continue de crier, vous couvrez vos oreilles. Lorsque les cellules nerveuses envoyant de la dopamine continuent de pomper de la dopamine, les cellules nerveuses réceptrices couvrent leurs «oreilles» en réduisant les récepteurs de la dopamine (D2). (Voir: Volkow a peut-être découvert une réponse à une énigme liée à la dépendance.)

Le processus de désensibilisation
  • Le processus de désensibilisation peut commencer assez rapidement, même avec des récompenses naturelles comme la malbouffe. Sa rapidité dépend de l'intensité de l'utilisation et de la vulnérabilité du cerveau.
  • Combien coûte trop est déterminé par les changements du cerveau - et non par des comportements extérieurs, tels que la quantité de drogue utilisée, les calories consommées ou le temps passé à regarder du porno. Il n'y a pas deux personnes pareilles.
  • Des niveaux anormalement élevés de dopamine ne sont pas nécessaires pour provoquer une désensibilisation. Fumer représente un pourcentage beaucoup plus élevé d'utilisateurs que la cocaïne, bien que la cocaïne produise un souffle neurochimique plus important. Beaucoup de petites doses de dopamine peuvent entraîner le cerveau de manière plus approfondie que des frappes moins nombreuses et plus intenses.
  • Les niveaux de dopamine ne doivent pas non plus être continuellement élevés pour provoquer une désensibilisation. Comparer trop manger et devenir obèse à la cigarette. Les deux produisent une régulation négative des récepteurs de la dopamine, mais le temps passé à manger est bien moins rapide que le gonflement.
  • Le dépassement des mécanismes naturels de satiété peut être un facteur clé dans la manière dont les renforçateurs naturels déclenchent la désensibilisation. Les utilisateurs de pornographie en suralimentation et les gros utilisateurs ignorent les signaux d'arrêt ou, plus précisément, leurs cerveaux dépendants ne ressentent plus de «satisfaction», ils continuent donc à consommer (voir - Hommes: l'éjaculation fréquente cause-t-elle la gueule de bois?)
Désensibilisation et tolérance

La désensibilisation est derrière tolérance, qui est le besoin d'une stimulation de plus en plus grande pour ressentir le même «high». Les utilisateurs de porno escaladent souvent vers de nouveaux genres pour augmenter leur dopamine en retard. La nouveauté et les attentes violées (surprise) augmentent la dopamine.

Ce n'est pas une discussion théorique sur la désensibilisation, car trois études récentes sur le cerveau de la dépendance à Internet ont évalué la signalisation de la dopamine chez les toxicomanes sur Internet. Chacun a mesuré différents aspects de la désensibilisation et a trouvé une différence significative entre les toxicomanes et les témoins. Dans l'étude n ° 2, il déclare spécifiquement - "regarder des pornographies en ligne ou des films pour adultes" .

  1. Réduction des récepteurs D2 à la dopamine striatale chez les personnes ayant une dépendance à Internet (2011)
  2. Réduction du nombre de transporteurs de dopamine striatale chez les personnes ayant un trouble de dépendance à Internet (2012)
  3. L'imagerie par TEP révèle des modifications fonctionnelles du cerveau dans le trouble du jeu sur Internet (2014)
Désensibilisation et porno

Dans cette étude sur les utilisateurs de porno - Structure du cerveau et connectivité fonctionnelle associées à la consommation de pornographie: le cerveau sur le porno (2014) - Des experts de l'Institut Max Planck d'Allemagne ont constaté que des heures plus élevées par semaine et plus d'années de visionnage de porno étaient corrélées à une réduction de la matière grise dans les sections du circuit de récompense impliquées dans la motivation et la prise de décision. Une matière grise réduite dans cette région liée aux récompenses signifie moins de connexions nerveuses. Moins de connexions nerveuses se traduisent ici par une activité de récompense lente ou une réponse de plaisir engourdie. Les chercheurs ont interprété cela comme une indication des effets d'une exposition à la pornographie à plus long terme.

  • Auteur principal Simone Kühn a dit - "Cela pourrait signifier qu'une consommation régulière de pornographie usera plus ou moins votre système de récompense.. »

Résumé: Lorsque les récepteurs de la dopamine ou des opioïdes diminuent après trop de stimulation, le cerveau ne répond pas autant et nous nous sentons moins récompensés par le plaisir. Cela nous pousse à rechercher encore plus de sentiments de satisfaction - par exemple, en recherchant des stimuli sexuels plus extrêmes, des sessions pornographiques plus longues ou des visionnages pornographiques plus fréquents - engourdissant ainsi davantage le cerveau.

Désensibilisation versus habituation:

Habituation est un déclin ou un arrêt temporaire de la libération de dopamine en réponse à un stimulus spécifique. C'est un processus normal et peut changer d'un moment à l'autre. Désensibilisation fait référence à des changements à long terme impliquant une diminution de la signalisation de la dopamine et des récepteurs D2. Il s'agit d'un processus de dépendance et peut prendre des mois à des années à se développer, et beaucoup de temps à s'inverser.

Les niveaux de dopamine augmentent tout au long de la journée en réponse à tout ce que nous trouvons gratifiant, nouveau, agréable, intéressant, voire effrayant ou stressant. Le message principal de la dopamine est: "c'est important, faites attention et souvenez-vous-en. »

Prenons l'exemple de la nourriture. Quand on a faim, la dopamine augmente en prévision de la première bouchée d'un hamburger. Alors que le déjeuner continue, la dopamine diminue et nous nous habituons. Aucun autre pic de signaux de dopamine signifie: «J'en ai assez». Vous ne voudrez peut-être plus de hamburger, mais si on vous propose un brownie au chocolat, vos pointes de dopamine vous incitent à passer outre les mécanismes de satiété normaux et à en avoir.

Un autre exemple pourrait vous amener à feuilleter des photos du voyage de votre ami au Grand Canyon. Vous pouvez recevoir un petit pic de dopamine avec chaque image, mais vous vous habituez rapidement et passez à l'image suivante. La même chose peut se produire lorsque vous cliquez sur des images de Sport illustré modèles de maillot de bain. Vous vous attardez sur certaines images (habituation lente), mais pas avec d'autres images (habituation rapide).

Si je suis désensibilisé, n'ai-je pas besoin d'éviter les activités qui augmentent la dopamine?

C'est une question logique car toutes les récompenses partagent certaines structures cérébrales qui se chevauchent. Par exemple, si votre cerveau est désensibilisé en raison de l'alcoolisme ou de la dépendance à la cocaïne, vos chances de dysfonction érectile augmentent et la libido diminue généralement. Cela nous indique qu'il existe un chevauchement dans les circuits cérébraux. Cependant, l'expérience nous informe que boire du vin, manger du chocolat et avoir des relations sexuelles sont différents, ce qui signifie que chaque stimulus implique des voies uniques en plus du chevauchement.

Des recherches récentes ont révélé que le sexe active son propre ensemble de cellules nerveuses du circuit de récompense. Étonnamment cocaïne et méthamphétamine active le exactement les mêmes cellules nerveuses dans le centre de récompense comme le font les récompenses sexuelles. En revanche, il n'y a qu'un petit pourcentage d’activation des cellules nerveuses entre la méthamphétamine et la nourriture ou l’eau (autres avantages naturels).

Des recherches supplémentaires ont révélé que l'éjaculation chez les rats mâles peut réduire les cellules nerveuses du circuit de récompense qui produisent de la dopamine. Cet événement normal imite les effets de la dépendance à l'héroïne sur ces mêmes cellules nerveuses dopaminergiques. Cela ne veut pas dire que le sexe est mauvais. Cela nous informe simplement que les drogues addictives détournent exactement les mêmes mécanismes qui nous poussent à retourner dans la chambre à coucher.

Les drogues détournent les circuits sexuels

En termes simples, les drogues addictives comme la méthamphétamine et l'héroïne sont convaincantes parce qu'elles détournent le cellules nerveuses précises et les mécanismes, qui ont évolué pour rendre le sexe attrayant. La plupart des autres plaisirs ne le font pas. Ainsi, le "point de discussion" familier qui "Tout soulève la dopamine. Le golf ou le rire ne créent certainement pas de dépendance, et à quel point peuvent-ils être différents de la pornographie sur Internet en termes d'augmentation de la dopamine? » s'effondre.

Vous ne pouvez pas éviter les activités dopaminergiques, vous ne devriez pas non plus. Les activités quotidiennes normales, et peut-être même un peu d'alcool et de pot, ne devraient pas poser de problème. Bien sûr, ce serait formidable si vous pouviez arrêter toute drogue, fumer, caféine et manger très sainement, mais les hommes se sont rétablis en buvant encore de temps en temps.

C'est formidable de s'engager dans des récompenses naturelles, telles que les baisers, les câlins, la musique, la danse, l'exercice, le sport, la bonne nourriture, la socialisation, etc. En plus d'augmenter la dopamine, la plupart de ces activités augmentent également les niveaux d'ocytocine. L'ocytocine est unique en ce qu'elle active à la fois le circuit de récompense et diminue les fringales. Le résultat est simple: évitez ce qui vous a mis dans ce pétrin. Je suggère fortement de lire cette FAQ: Quels stimuli dois-je éviter lors de mon redémarrage?

Que puis-je faire pour accélérer la récupération?

Une question courante est: «Quel complément ou quel aliment accélérera le retour des récepteurs de la dopamine?» Votre dépendance n'a pas été causée par une carence nutritionnelle, elle ne sera donc pas corrigée par un supplément. Les récepteurs de la dopamine sont des protéines fabriquées à partir des mêmes acides aminés que l'on trouve dans chacune de vos cellules. La désensibilisation est causée par trop de stimulation, pas trop peu d'acides aminés. S'ils le voulaient, vos cellules nerveuses pourraient reconstruire les récepteurs de la dopamine en quelques minutes.

Plus important encore, la désensibilisation implique de multiples maillons de la chaîne de récompense subissant une altération, ce qui entraîne une signalisation de la dopamine plus faible (récepteurs de la dopamine et niveaux de dopamine). Vous pouvez avoir beaucoup de gaz (dopamine) dans votre réservoir, mais votre pompe à carburant est cassée et la moitié de vos bougies d'allumage sont manquantes. Ajouter plus de gaz ne résoudra en rien votre problème.

Les articles traitant de quoi manger pour augmenter les niveaux de dopamine sont en grande partie absurdes. Premièrement, la L-tyrosine (souvent recommandée) est le précurseur de la dopamine (et de quelques autres hormones importantes). Il est facilement obtenu dans une alimentation normale. Deuxièmement, les «aliments contenant de la dopamine» n'ont aucune valeur car la dopamine ne traverse pas la barrière hémato-encéphalique. Cela signifie que ce que vous mettez dans votre estomac n'aidera pas à stabiliser les niveaux de dopamine dans votre cerveau. Troisièmement, et le plus important, la désensibilisation est principalement causée par une diminution des récepteurs de la dopamine (D2) et des modifications des synapses. (Pour des suggestions de ceux qui récupèrent, voir Suppléments.)

Récupération naturelle

Ce que vous peut faire est exercer et méditer. L'exercice aérobie est la seule chose qui augmente à la fois dopamine et récepteurs de la dopamine. Faire du sport permet aussi réduit les envies et soulage la dépression. Une étude rapporte que la méditation augmente la dopamine a Énorme 65%. Un autre étude trouvé beaucoup plus de matière grise dans le cortex frontal chez les méditants à long terme. Les dépendances entraînent une diminution de la substance grise du cortex frontal, associée à une désensibilisation et à une diminution de la dopamine, qui se rend jusqu'aux lobes frontaux. Moins de matière grise s'appelle hypofrontalitéet est en corrélation avec un faible contrôle des impulsions.

[Jours 27 sans PMO] «Voici les changements apportés dans ma propre vie par le processus de« redémarrage »: les résultats sont 100% réels et palpables, et ils imprègnent tous les aspects de ma vie. Sans la transe zombifiante du PMO, j'ai été plus à l'aise dans ma propre peau, et il semble que cela ait été d'une grande aide dans les interactions avec le sexe opposé. Je m'excite aussi parce que tant d'autres personnes ont remarqué les mêmes effets: une attirance sexuelle accrue pour les femmes dans des situations plus subtiles, et un désir accru de lire et de donner des réponses à leurs signaux. Également un désir accru de socialiser et une confiance retrouvée. Ce n'est pas un effet placebo, et pour tous les sceptiques; la seule façon d'être convaincu est de l'essayer. Tu verras."