Repenser les merveilles de la masturbation adulte (2012)

noah.grave_.PNG

Combien de masturbation te convient le mieux? Considérez les faits et faites votre propre expérience.

Vous a-t-on appris que la masturbation adulte est si saine qu'elle est pratiquement un tonique, que tous les orgasmes sont également bénéfiques, qu'il n'y a pas trop d'éjaculation et qu'il y a des conséquences désastreuses pas se masturber très souvent?

Si tel est le cas, vous serez étonné d'apprendre que ces croyances largement répandues ne reposent que sur des ouï-dire et ne sont pas systématiquement soutenues par la science. En fait, un corpus de recherches les mine. Le chercheur Rui Miguel Costa a résumé la recherche (rapportée ci-dessous) dans le Archives du comportement sexuel: "La masturbation est liée à la psychopathologie et au dysfonctionnement de la prostate. » Et en 2017m un groupe de Des chercheurs suisses ont déclaré, «La masturbation a été associée - principalement chez les hommes - à moins d'activité sexuelle avec un partenaire, moins de satisfaction sexuelle et relationnelle, un dysfonctionnement sexuel plus élevé et une moindre satisfaction à l'égard de la santé mentale et de la vie en général (Costa, 2012; Gerressu, Mercer, Graham, Wellings et Johnson, 2008).

Des informations solides sur la masturbation sont particulièrement importantes aujourd'hui. Avec l'avènement de la nouveauté érotique à haute vitesse et sans fin en un clic, il est facile pour les utilisateurs de passer outre les signaux du corps qu'il en a assez. De plus, pour la vingtaine d'aujourd'hui, la masturbation et l'utilisation de la pornographie sur Internet sont à peu près synonymes, donc si la masturbation est «bonne pour vous», alors utiliser la pornographie sur Internet pour vous masturber encore plus fréquemment vous gardera supplémentaire en bonne santé. La logique de la jeunesse à son meilleur!

Cela ne veut pas dire que quiconque devrait se sentir mal à l'idée de s'engager dans des relations sexuelles en solo. C'est juste pour dire que vous pourriez voir des avantages à rediriger votre désir sexuel. En attendant, voici le maigre sur cinq mythes populaires de la masturbation:

Mythe n ° 1 - «Vous ne pouvez pas réduire la masturbation sans vous faire du mal»

Des milliers de mecs (et même des filles) découvrent que couper la masturbation en porn, et temporairement s'abstenir de / réduire radicalement la masturbation est en réalité le contraire du préjudice ou de la réponse sexuelle refoulée, à savoir des avantages surprenants.

Vous pouvez trouver leurs rapports sur des forums comme ici, ce qui pose un défi de taille pour 90. Voici l'auto-rapports 3 d'autres sites (plus d'auto-rapports):

Je suis un 20-quelque chose de vieux garçon et… j'ai négligé beaucoup de relations à cause de [l'utilisation de la pornographie]; J'ai été facilement irrité, trop critique, timide et peu sûr de moi - la liste est longue. Je me suis abstenu de faire du porno / masturbation l'été dernier sans savoir que j'avais réellement un problème entre les mains (jeu de mots) mais HOMME ai-je ressenti une différence! Je suis devenu plus conscient, plus heureux, plus social, optimiste et stable. Mon expérience puait ce que je ne peux décrire que comme une masculinité puissante et un calme intérieur; c'était ce que la vie devrait être. J'étais extrêmement spirituel, extraverti, hyperactif et créatif. Aujourd'hui (avant de quitter) je suis quelque peu insécure, timide, en quête d'approbation et loin d'être émotionnellement indépendante.

Je suis 21 ans, et je sens que j'ai beaucoup de choses à compenser pour toutes ces dernières années pour la plupart improductives. Dire que je deviens sans cervelle si je me laisse aller au PMO est vraiment un euphémisme. Je deviens juste trop émotif, pas de confiance, pas de clarté, je ne peux pas penser correctement. Et j'ai sérieusement passé des années à vivre comme ça. Maintenant, je suis contrôlé, stable, concentré, super confiant et j'ai un esprit très vif. Et ce n'est que 22 jours. Lorsque vous économisez votre énergie, vous obtenez cette volonté invincible où ce qui aurait été d'énormes murs dans votre passé devient de petites clôtures à hauteur des genoux sur lesquelles vous n'avez qu'à enjamber.

L'autre jour, J'ai trouvé différents bulletins et évaluations d’enseignants d’avant d’avoir commencé à me masturber de façon chronique et après. Il y avait une différence notable à la fois dans ma performance (sans jeu de mots) et dans la façon dont mes professeurs m'évaluaient. Mes universitaires étaient clairement plus forts avant que je ne commence à le frapper plusieurs fois par jour. Oui, cela pourrait être une coïncidence, mais honnêtement, je ne le pense pas après avoir constaté à quel point je suis plus productif et concentré lorsque je suis en congé pour une courte période.

Qu'arrive-t-il aux spermatozoïdes qui ne sont pas éjaculés? Selon Forum «NakedScientist» de l'Université de Cambridge,

Les spermatozoïdes qui ont atteint leur date limite de vente sont décomposés de la même manière que, disons, les cellules sanguines sont décomposées. Et fondamentalement, n'importe lequel des nutriments et des sucreries contenus dans le sperme est simplement recyclé dans le corps.

Mythe n ° 2 - «Il n'y a pas trop de masturbation»Conseils de masturbation traditionnels

Les gars rapportent que trop de masturbation est certainement, vraiment, définitivement possible avec le porno à grande vitesse d'aujourd'hui. Voici quelques indications (tirées de auto-rapports des gros utilisateurs de porno sur Internet):

  • Masturbation au point d'éjaculation sèche ou de climax douloureux
  • Plaies, cloques, gonflement, marques d'ecchymoses ou callosités sur les organes génitaux dus à une friction excessive
  • Perte de la capacité de «ressentir» des rapports sexuels ou des relations sexuelles orales
  • Perte d'intérêt pour les relations sexuelles réelles avec des partenaires réels, goûts sexuels inhabituels
  • Border pendant des heures pour différer le point culminant, souvent parce que cela devient moins agréable
  • Autres symptômes chroniques liés à la dépendance, comme l'anxiété sociale non caractéristique, le brouillard cérébral, la dépression, les problèmes de performances sexuelles chez les jeunes et les cas graves. les symptômes de sevrage quand ils s'arrêtent, etc.

Pourquoi notre culture n'a-t-elle pas étudié la possibilité d'une trop grande masturbation? Probablement parce que-jusqu'à tout récemment-peu de personnes se sont écrasées contre le mur d'une masturbation excessive. Ils ont arrêté quand ils en avaient assez.

Le coupable aujourd'hui est l'accès sans effort à des stimuli sexuels toujours nouveaux assez chaud pour remplacer notre satiété sexuelle innée, et même en jeter cerveaux dans la dépendance. C'est un phénomène tellement nouveau que la recherche n'a pas rattrapé la réalité. De nombreuses histoires sont déchirantes et le rôle du haut débit est évident:

J'étais un bodybuilder. Je suis passé de 220 à 180, même avec de l'exercice et en mangeant beaucoup d'aliments biologiques et un excès de calories. Je gaspillais à rien. J'ai commencé à avoir toutes ces peurs irrationnelles étranges autour des gens. Je me sentais tremblant et faible. Ma voix est plus creuse, si cela a du sens. Je me suis perdu. J'étais constamment déprimé. J'ai arrêté de quitter ma maison; mes amis ont lentement disparu. Alors je suis maintenant un pâle bizarre maigre socialement maladroit, lol, où j'étais le roi de mon campus… wtf! Je n'ai changé AUCUNE AUTRE VARIABLE DANS MA VIE, sauf pour devenir accro à la pornographie et chuter plus souvent. C'est tout. Je pensais toujours positivement, je sortais dans les bars, je mangeais sainement, je faisais de l'exercice, tout ce jazz. La SEULE chose qui a augmenté était mon histoire d'amour avec les fausses filles sur l'écran pixelisé éclatant. Je sens sérieusement que je ne peux pas me concentrer ou comprendre beaucoup après une frénésie, certains jours, je suis littéralement alité parce que ma fatigue oculaire est si mauvaise….

Dans une étude intitulée "Caractéristiques du patient par type d'hypersexualité», Les chercheurs ont rapporté que parmi les hommes qui se masturbaient une ou plusieurs heures par jour ou plus de 7 heures par semaine, 71% ont signalé des problèmes de fonctionnement sexuel, 33% des difficultés à jouir avec leur partenaire.

Considérez le pauvre collègue de ce gars:

Il y a quelques mois, l'entreprise a distribué de nouveaux téléphones intelligents pour la navigation aux employés qui n'en possédaient pas encore. Ce n'était qu'une question de temps avant que mon collègue ne découvre le monde magique du porno. L'autre jour, il conduisait sur la route dans une voiture de société et se masturbait sur l'autoroute AVEC un autre collègue dans la voiture. Cela détruit également sa relation avec sa femme parce qu'il préfère rentrer à la maison et se branler au porno plutôt que d'avoir des relations sexuelles.

En outre, il semble que la masturbation à sensation (sans porno ou fantaisie porno) soit moins intense et drainante que la masturbation à porno, avec son flot incessant de nouveaux partenaires. Les scientifiques ont appris que se masturber devant une nouvelle star du porno augmente le volume de l'éjaculat et le sperme mobile (par rapport à se masturber avec une actrice familière). De plus, le temps nécessaire pour éjaculer diminue considérablement. En bref, la nouveauté sexuelle se traduit par un sperme plus fertile et une éjaculation plus rapide, ce qui rend les «couplages extra-paires» (même lorsque les cibles ne sont que bidimensionnelles) plus efficaces, et plus coûteux. La recherche montre également une plus grande activité du circuit de récompense dans le cerveau lorsqu’il est exposé à un nouveau partenaire sexuel.

Les limitations sont naturelles dans tous autre activités physiologiques, que ce soit boire de l'eau, manger, faire de l'exercice, passer du temps au soleil, soulever des poids, rester éveillé ou rester au lit. De plus, d'autres mammifères ont des limites à leur activité sexuelle. Par exemple, si les rats éjaculent avant de se remettre de la satiété sexuelle, ils montrent symptômes marqués. Les humains ont aussi des limites. Par exemple, par rapport aux autres espèces, le sperme humain viable est quelque peu facilement épuisé.

Pour le moment, toutefois, la règle de la modération n’est plus un principe de confiance en soi. Cette hypothèse peut découler en partie du fait que, lorsque les gens sombrent dans la dépendance (grâce au stimulation supranormale du porno à grande vitesse), ils confondent erreur enflammée envies pour la libido de monstre. Un 30 ans a dit,

Je sympathise beaucoup avec les jeunes gens qui ont commencé à grande vitesse dès le début de la puberté. C'est un peu comme tirer de l'héroïne avant même d'avoir bu votre première bière.

Aucune quantité de point culminant ou de bordure ne satisfera un cerveau accro, donc ceux qui deviennent accro ressentir comme ils n'en ont jamais assez. En outre, lorsque les gars qui sont gravement toxicomanes cessent de fumer, ils éprouvent souvent un temporaire, mais alarmant, baisse de la libido et de la sensibilité pénienne- sans parler des autres atroces les symptômes de sevrage- ce qui peut les ramener à la pornographie à grande vitesse dans la panique et les pousser plus loin dans leur dépendance.

Mythe n ° 3 - "L'orgasme est l'orgasme"

Depuis Kinsey, il a été affirmé, mais jamais étayé par des preuves, que tous les comportements sexuels sont équivalents. C’est plus une affirmation d’idéologie que de fait. —Stuart Brody, psychologue de recherche

Les relations sexuelles (PVI) sont liées à une meilleure santé physique et psychologique, à une meilleure fonction sexuelle et à une meilleure qualité des relations intimes -comparé à la fois à la masturbation et à d'autres comportements sexuels conjugaux. Dit une femme:

Je n'ai pas eu la dépression du matin après l'orgasme pendant la décennie où j'avais des orgasmes avec mon mari. Toute l'affection qui a rempli notre amour lissé et couvert jusqu'à l'effet négatif de l'orgasme semble avoir sur moi en tant que veuve. Le point culminant avec un être cher est très différent du point culminant avec les lèvres et le vagin vides.

Comme cela est expliqué dans Le moyen paresseux de rester amoureux, certains comportements s’inscrivent dans une partie primitive du cerveau indices d'attachement. De tels signaux lient les humains car ils apaisent la défensive du cerveau en libérant de l'ocytocine dans l'amygdale. Ils sont un mécanisme anti-anxiété naturel. Un toucher chaud régulier, par exemple, a réduire la pression artérielle, surtout chez les hommes.

Le rapport sexuel affectueux est-il enregistré comme un signal d'attachement, contrairement au sexe en solo? Certes, des différences apparaissent même dans la signature hormonale des deux activités. Par exemple, les rapports sexuels avec des dégagements climax quatre fois la prolactine de la masturbation, aidant à freiner le désir sexuel pour un temps. En d'autres termes, les climax obtenus par différents moyens ne sont pas interchangeables en termes d'effets.

Il est parfaitement logique que les rapports sexuels offrent de plus grandes récompenses physiologiques et psychologiques que d’autres plaisanteries, car l’évolution favorise les comportements susceptibles de propulser des gènes dans l’avenir. Un échange de contact affectueux enregistre probablement comme une récompense, précisément parce qu’il contribue à créer des liens entre les parents.-et progéniture avec deux les soignants dévoués ont de meilleures chances de survie.

Sexe soloDe plus, comme Brody et d’autres l’ont fait remarquer, l’évolution choisirait des mécanismes psychobiologiques qui récompensent la PVI.-parce que les incitations à se masturber entraînent plutôt des coûts de remise en forme. En effet, les stimuli sexuels supra normaux d'aujourd'hui semblent plus que capables de attirer certains utilisateurs des avantages de PVI (et immortalité génétique).

De toute évidence, la masturbation d’aujourd’hui n’est pas rare parmi les personnes ayant des rapports sexuels, mais il est intéressant de noter que même dans ces cas, la masturbation n’est pas la cerise sur le gâteau. En fait, une plus grande fréquence de masturbation est associée à une insatisfaction à propos de plusieurs aspects de la vie indépendamment de la fréquence PVI, et même semble diminuer certains avantages de PVI.

Si vous le pouvez, comparez vous-même les rapports sexuels et la masturbation et voyez ce que vous observerez les jours suivants.

Mythe n ° 4 - «La masturbation fréquente profite à votre vie sexuelle»

Saviez-vous qu’une plus grande fréquence de masturbation est associée à une altération de la fonction sexuelle chez à la fois femmes et hommes, et avec plus d'insatisfaction à l'égard des relations et moins d'amour pour les partenaires? Une fréquence plus élevée de la masturbation est également associée à des symptômes plus dépressifs et à plusieurs autres indicateurs d'une santé physique et mentale plus mauvaise, notamment une plus grande réactivité de la tension artérielle au stress, un attachement anxieux et des mécanismes de défense psychologiques immatures.

Évidemment, cette recherche ne prouve pas la masturbation les causes ces problèmes, mais il est difficile d'affirmer que la masturbation est un tonique pour la santé. Bref, si vous avez la chance d'avoir un partenaire, suivez Bill Maher's conseil hilarant et au moins faire votre masturbation seconde choix.

Mythe n ° 5 - «La masturbation fréquente prévient le cancer de la prostate»

Pas clair. Il se peut que les avantages de l’orgasme pour la santé soient principalement liée à rapports sexuels avec un autre être humain, relations sexuelles spécifiquement péniennes-vaginales (PVI) pas masturbation. Cependant, la plupart des recherches existantes sur le cancer de la prostate ont par inadvertance voilé cette réalité en posant des questions mal choisies. Les chercheurs ont supposé que toutes les éjaculations auraient un effet égal sur le cancer de la prostate (le cas échéant), ils ont donc compté la masturbation, le PVI et d'autres comportements produisant un orgasme simplement comme «éjaculation». De plus, ils devaient se fier aux souvenirs des hommes concernant l'activité sexuelle des décennies plus tôt.

Les résultats étaient, sans surprise, incohérents. En tant que chercheurs de l'étude le plus souvent cité à l'appui du mythe no 5 a déclaré: «Neuf études ont observé une association positive statistiquement significative ou non significative; 3 études n'ont rapporté aucune association; 7 études ont trouvé une relation inverse statistiquement significative ou non significative; et une étude a révélé une relation en forme de U. » Dans une étude, la masturbation fréquente seule était un marqueur d'un risque accru de cancer de la prostate dans les années 1, 20 et 30 lorsque les chercheurs ont finalement pensé à distinguer l'activité de masturbation de PVI (en 2009). PVI s'est avéré être protecteur de la santé de la prostate chez les hommes âgés et neutre chez les hommes plus jeunes. UNE étude plus récente trouvé 19% moins de cancer de la prostate dans des éjaculateurs plus fréquents. Cependant, de nombreuses questions restent sans réponse, telles que ce que les chercheurs ont contrôlé d'autre.

Si l'éjaculation était particulièrement protectrice contre le cancer de la prostate, on pourrait penser que les prêtres seraient exposés à des taux anormalement élevés. Apparemment, ce n'est pas le cas. Une recherche rapide a permis de trouver deux études portant sur les prêtres et le cancer de la prostate. En examinant les dossiers de 6226 prêtres, le premier a révélé: «Douze décès par cancer de la prostate ont été observés alors que 19.8 étaient attendus»Basé sur des taux chez des hommes comparables. L'autre étude a révélé aucune différence statistiquement significative dans les taux de cancer de la prostate entre les prêtres 1432 et les autres hommes.

De plus, indépendamment du cancer de la prostate, chez les hommes atteints de DE, la masturbation fréquente était associée à d'autres problèmes de la prostate, y compris des taux plus élevés d’antigène spécifique de la prostate et une prostate enflée ou douloureuse. En d'autres termes, une tentative de se masturber pour retrouver une prostate en bonne santé pourrait ne pas aboutir.

Il est également intéressant de noter une déclaration de juillet, 2017, par Richard Wassersug PhD, expert en cancer de la prostate et professeur à la faculté de médecine, faculté de médecine du département des sciences urologiques de l'Université de la Colombie-Britannique:

«À ma connaissance, il n'y a pas vraiment de données objectives fiables montrant un lien de causalité (positif ou négatif) entre la fréquence de l'éjaculation et le risque de cancer de la prostate.. Récemment, nous avons examiné les données pour MtF, qui souffrent de privation d'androgènes et, bien sûr, ont une très faible incidence de cancer de la prostate et une fréquence d'orgasme vraisemblablement réduite.

Maintenant que vous avez reconsidéré les mythes populaires de la masturbation, faites votre propre expérience, comme l'a fait ce jeune homme: Ce que nofap m'a fait. Relevez le défi pendant quelques mois et voyez ce que vous remarquez. Le cerveau et les habitudes de chacun sont différents. En fin de compte, ce sont les résultats de votre propre laboratoire qui comptent pour vous.


Addenda: Expériences descriptives et aspects sexuel / nurturant de la caresse entre partenaires romantiques adultes

De l'étude: "La fréquence des câlins et le plaisir [sont corrélés] positivement avec les activités sexuelles en couple, mais négativement avec la sexualité solitaire. » En d'autres termes, plus quelqu'un se masturbe, moins il aime les contacts affectueux. Sans surprise, de nombreux anciens utilisateurs de porno rapportent que les câlins deviennent de plus en plus agréables avec le temps. 

Addenda: Distinctions sociales, émotionnelles et relationnelles dans les schémas de masturbation récente chez les jeunes adultes

La masturbation est à la hausse. Plus la masturbation est corrélée à un plus grand malheur. Plus de bonheur dans une relation est en corrélation avec moins de masturbation. Et grosse surprise (ironie ici), si les gens ont beaucoup de rapports sexuels en couple, ils ont tendance à se masturber très peu. Extraits:

Il y a… des raisons de croire que la fréquence de la masturbation chez les jeunes adultes augmente.

Voici pourquoi: les données du NHSLS indiquent que 29 pour cent des hommes âgés de 18-24 ont déclaré se masturber au moins une fois par semaine.

Le NFSS, quant à lui, constate que 35, pour cent des hommes âgés de 18-24 rapportent s'être masturbés le dernier jour, aujourd'hui ou hier. Lorsqu'il est étendu aux six derniers jours, ce chiffre atteint le pourcentage 68.

Bien que les mesures ne soient pas directement comparables — et que les préoccupations en matière de désirabilité sociale aient quelque peu diminué au cours des dernières années 20—elle suggère néanmoins non pas une simple hausse de la masturbation, mais plutôt un possible accroissement de la pratique chez les hommes.

Quelque chose de similaire s'est probablement produit chez les femmes également.

Considérant que neuf pour cent des femmes âgées de 18-24 ont déclaré se masturber en moyenne une fois par semaine dans le NHSL 1992, 36 a signalé des cas de masturbation de la semaine passée dans NFSS. Certes, une partie de ceci peut être due à un confort accru dans l'admission de la masturbation, mais suggérer qu'une augmentation de 300 pour cent est due uniquement à la facilité d'admission semble improbable, en particulier compte tenu de l'association étroite de l'utilisation de la pornographie désormais omniprésente, notée dans les tableaux de régression. Dans 1992, il n'y avait tout simplement pas de pornographie en ligne. Alors que la demande authentique de masturbation aurait pu augmenter au cours des années 20, la stimulation technologique et l’encouragement social de la demande ont certainement augmenté.

Conclusion

Étant donné les associations inverses documentées ici et ailleurs entre la masturbation et le bien-être émotionnel et relationnel, la preuve d'une masturbation de plus en plus fréquente (plutôt que sporadique) devrait nous faire réfléchir. Bien que la masturbation ne présente aucun risque apparent pour la santé publique, elle ne procure aucun avantage émotionnel et relationnel généralisé et pourrait éventuellement en extraire des coûts.

… En effet, la stimulation pornographique accrue et la masturbation concomitante - deux caractéristiques évidentes dans le NFSS - sont de plus en plus prises en compte, non seulement en tant que faits sociaux du 21st siècle, mais également en tant que nouveaux défis pour l'épanouissement humain.

Addenda: Déterminants de femelle orgasmes sexuels - Plus de masturbation n'améliore pas la fréquence de l'orgasme chez les femmes pendant les relations sexuelles en couple.

Addenda: Facteurs psychologiques impliqués dans le désir sexuel, l'activité sexuelle et la satisfaction sexuelle: une perspective multifactorielle. Extrait:

(a) les participants ayant un désir et une activité sexuels dyadiques [en couple] élevés étaient les plus satisfaits sexuellement, présentaient un fonctionnement psychologique optimal et se caractérisaient par un équilibre entre les tendances motivationnelles à rechercher des récompenses positives et les capacités de maîtrise de soi (forte motivation d'approche, attachement sécurisé , maîtrise de soi élevée, pleine conscience); (b) les participants ayant un désir et une activité sexuels dyadiques et solitaires élevés étaient modérément satisfaits et ont montré un type de fonctionnement psychologique principalement caractérisé par l'impulsivité (une motivation trop élevée pour obtenir des récompenses chez les femmes et une faible maîtrise de soi chez les hommes); (c) les participants ayant un faible désir et une activité sexuelle dyadique étaient les moins satisfaits sexuellement et se caractérisaient par une forte motivation à éviter les conséquences négatives et une faible maîtrise de soi (forte motivation à éviter, attachement insécure et manque de pleine conscience).

Enfin, pour ceux que ça intéresse, Études sur le chevauchement entre sexe et drogues dans le cerveau