Porno, nouveauté et effet Coolidge (2011)

Sans l'effet Coolidge, il n'y aurait pas de porno pornographique

Graphique de l'effet Coolidge

L'effet Coolidge est un ancien programme biologique qui peut remplacer votre contentement paresseux après l'orgasme if il y a de nouveaux compagnons qui demandent à être fécondés. Sans cela, il n'y aurait pas de porno pornographique. Ce mécanisme neurologique perçoit chaque nouvelle possibilité érotique, y compris celles affichées à l'écran, comme une opportunité génétique précieuse et vous incite à agir avec des neurochimiques puissants.

Que se passe-t-il lorsque vous déposez un rat mâle dans une cage avec un rat femelle réceptif? Premièrement, il y a une frénésie sexuelle. Ensuite, le mâle se lasse progressivement de cette femelle en particulier. Même si elle en veut plus, il en a assez. Cependant, remplacez la femelle d'origine par une nouvelle, et presto! Le mâle reprend vie et lutte galamment pour fertiliser sa. Vous pouvez répéter ce processus avec des femelles fraîches jusqu'à ce qu'il meurt presque d'épuisement. Les scientifiques connaissent ce phénomène comme le Effet Coolidge et il a été observé chez les femelles, Aussi.

Dopamine

Le rat s'attaque à chaque nouvelle femelle en raison d'une poussée de dopamine (un neurochimique) dans son cerveau. Rien de naturel ne permet de libérer autant de dopamine que de sexe, car nos gènes veulent avant tout faire leur chemin vers l'avenir. Les augmentations de dopamine commandent au rat de ne laisser aucun compagnon volontaire non fertilisé.

La dopamine est le "je dois l'obtenir!" neurochimique derrière toute motivation. Sans cela, nous ne prendrions pas la peine de faire la cour, de rechercher l'apogée ou même de manger. Lorsque la dopamine diminue, la motivation diminue également. La dopamine est également le crochet dans toutes les addictions. Le cerveau d'un toxicomane devient moins sensible et, paradoxalement, plus désespéré.

Retour au rat. Après chaque accouplement avec la même femme, son circuit de récompense gicle de moins en moins de dopamine. Considérez le graphique ci-dessus. La cinquième fois, un rat s'accouple avec le même femme, il lui faut 17 minutes pour descendre. Le temps d'éjaculation augmente à mesure que la dopamine est libérée diminue. Mais s'il continue à passer à de nouvelles femelles, il peut faire son devoir très rapidement toutes les cinq fois. Son cerveau renouvelle sa virilité avec de fortes doses de dopamine en réponse à chaque nouveau partenaire. *

Liaison par paire

Contrairement aux rats, les humains sont des liens de couple. Nous sommes câblés, en moyenne, pour élever ensemble la progéniture et pour trouver une bonne dose de contentement dans nos syndicats (potentiellement). Mais l'effet Coolidge se cache aussi en nous et se réveille lorsque le devoir trompe assez fort. Une fois, j'ai eu une conversation avec un homme qui avait grandi à Los Angeles. «J'ai arrêté de compter 350 amants», a-t-il avoué, «et je suppose qu'il doit y avoir quelque chose qui ne va pas chez moi parce que j'ai toujours perdu tout intérêt pour eux sexuellement si rapidement. Certaines de ces femmes sont aussi très belles. »

Au moment de notre conversation, sa troisième femme venait de le quitter pour un Français et il était découragé. Elle avait perdu tout intérêt pour lui.

Porno Internet: l'effet Coolidge sur les turbos jumeaux

L'érotisme en ligne peut inciter un utilisateur sans relâche. De nouveaux «compagnons» sans fin font monter la dopamine. Un gars a remarqué à quel point la nouveauté était le crochet:

J'ai collecté beaucoup de porno. Je pensais accumuler une merveilleuse base de données sur le plaisir. Mais je ne me souviens pas y être retourné. La partie convaincante est la nouvelle star, la nouvelle vidéo, l'acte roman.

Sans surprise, de nombreuses études utilisant la pornographie montrent que les rats et les humains ne sont pas si différents en ce qui concerne la réponse à de nouveaux stimuli sexuels. Par exemple, quand chercheurs australiens ont montré le même film érotique à plusieurs reprises, les pénis des sujets testés et les rapports subjectifs ont tous deux révélé une diminution progressive de l'excitation sexuelle. Le «même vieux, même vieux» devient juste ennuyeux (accoutumance, qui indique une baisse de la dopamine).

Après 18 visionnements - juste au moment où les sujets du test s'assoupissaient - les chercheurs ont présenté un nouvel érotisme pour le 19th th visionnages. Bingo ! Les sujets et leurs pénis ont attiré l'attention. (Oui, les femmes ont montré des effets similaires.)

Coolidge Effect Novelty augmente la dopamine

Les scientifiques ont également appris que se masturber devant une nouvelle star du porno augmente le volume de l'éjaculat et le sperme mobile (par rapport à se masturber avec une actrice familière). En outre, le temps nécessaire pour éjaculer a considérablement diminué. En bref, la nouveauté sexuelle se traduit par un sperme plus fertile et une éjaculation plus rapide, ce qui rend les «accouplements supplémentaires» plus efficaces, et plus coûteux.

De nouveaux partenaires sexuels

L'effet Coolidge est également caractérisé comme une plus grande activité du circuit de récompense lorsqu'il est exposé à un nouveau partenaire sexuel. La dopamine augmente pour tout ce qui est nouveau, surtout si c'est sexuel. La recherche confirme l'anticipation de la récompense et la nouveauté s'amplifient l'une l'autre pour augmenter l'excitation et recâbler le cerveau limbique. Cette partie primitive du cerveau ne se soucie pas si vous avez déjà eu suffisamment de relations sexuelles; il veut des résultats génétiques. Par exemple, Sooty, un cochon d'inde, fait irruption dans une cage de vingt-quatre femmes. Pendant des jours après son arrestation, il a été assommé. (La recherche sur d’autres rongeurs montre que la récupération complète du cerveau prend environ sept jourset les recherches sur les humains révèlent également une cycle post-éjaculation d'au moins sept jours.)

Les gènes de Sooty étaient heureux cependant; il a engendré 42 bébés cochons. De telles opportunités étaient autrefois rares pour les mâles de toutes les espèces, mais l'effet Coolidge garantit que si une occasion se présente, les mâles ignoreront leurs limites naturelles et y iront jusqu'à ce qu'ils tombent.

Le temps de récupération

De toute évidence, les hommes ont besoin de temps pour retrouver leur puissance et la vigueur après avoir supplanté leurs mécanismes de satiété sexuelle par la dopamine / la nouveauté. Pourtant, qu'arrive-t-il aux utilisateurs de pornographie sur Internet d'aujourd'hui? Combien sont en train de passer outre leurs mécanismes de satiété sexuelle innés - sans se donner des délais d'une semaine pour récupérer? Il y a toujours un autre «compagnon» séduisant qui demande à être fécondé. Fait révélateur, lorsque les hommes atteints de dysfonction érectile induite par le porno arrêtent d'utiliser le porno, ils éprouver une «flatline déconcertante. » Une fois qu'ils ont levé le pied sur l'accélérateur, leur libido fait une sieste qui dure des semaines - une version extrême de la période de récupération de Sooty.

La nouveauté peut rendre les partenaires moins attrayants

La dopamine n'est pas seulement libérée en réponse à la nouveauté. Quand quelque chose est plus excitant que prévu le circuit de récompense du cerveau libère de la dopamine et se déclenche comme un fou. La pornographie sur Internet offre toujours quelque chose d'inattendu, de plus pervers.

En revanche, le sexe avec votre chérie est ne pas toujours mieux que prévu. Il n'offre pas non plus une variété infinie. Il offre d'autres types de des récompenses plus apaisantes. Malheureusement, une partie primitive de votre cerveau suppose que la quantité de dopamine est égale à la valeur de l'activité, même si ce n'est pas le cas.

poupées d'amour et effet CoolidgeBottom line: Trop de stimulation synthétique peut faire ressembler votre compagnon à de la farine d’avoine froide. Selon un étude de 2007, la simple exposition à une série d’images de femmes sexy amène un homme à dévaluer son partenaire dans la vie réelle. Il la classe plus bas non seulement pour son attrait, mais aussi pour sa chaleur et son intelligence. En outre, après la consommation de pornographie, les sujets d'une étude de 1988 ont déclaré être moins satisfaits de leur partenaire intime - y compris l'affection, l'apparence, la curiosité sexuelle et la performance du partenaire.

Même il y a quelques décennies, les relations sexuelles avec un compagnon chaleureux et réceptif fournissaient généralement plus de dopamine que de se masturber (à nouveau) avec un compagnon de jeu collant. Après tout, une fois que Miss July a été complètement «fécondée», vous avez moins de dopamine avec ses courbes aérographes. Vous avez dû attendre Miss August. Puis vinrent les magasins pour adultes. Mais combien de fois pourriez-vous visionner la même vidéo avant qu'il ne soit temps d'en récupérer une nouvelle? (Payer pour du porno ... comme c'est pittoresque.)

La chasse sans fin

La pornographie sur Internet d'aujourd'hui, en revanche, offre des feux d'artifice sans fin en un clic de souris. Vous pouvez chasser (une autre activité libérant de la dopamine) pendant des heures et découvrir plus de nouveaux partenaires sexuels toutes les dix minutes que vos ancêtres chasseurs-cueilleurs n'en ont connu au cours de leur vie. La dopamine frappée après une attaque de dopamine peut induire un état altéré de type médicamenteux. (La cocaïne, par exemple, doit son niveau élevé à l'excès de dopamine circulant dans le cerveau.) Elle est suffisamment puissante pour neutraliser les mécanismes normaux de satiété sexuelle de votre cerveau après l'orgasme.

Je me suis masturbé aux images pornographiques statiques depuis mon adolescence. Je n’ai jamais eu de problème avec ED jusqu’il ya environ 6. Le problème a commencé avec l'accès au streaming porno gratuit sur Internet. À mesure que la vitesse de connexion augmentait, la disponibilité écrasante à regarder autant que je pouvais en faire a augmenté. J'ai fini par recâbler mon cerveau pour m'éveiller uniquement en se masturbant au porno. Je suis dans une relation avec une femme merveilleuse et magnifique depuis les dernières années 4 et je constate un déclin progressif de ma libido et une augmentation de ma dysfonction érectile.

Du porno inoffensif?

Vous entendez souvent cela: «Le porno existe depuis toujours, il doit donc être inoffensif.» Pourtant, cette affirmation n'a pas de sens une fois que l'effet puissant de la nouveauté sur le cerveau est pleinement compris. La pornographie sur Internet 24/7 d'aujourd'hui avec des genres illimités ne vous permet pas simplement d'étancher votre appétit sexuel. Cela vous permet d'aller loin au-delà cet appétit, peut-être avec des conséquences fâcheuses. Pour certains, se masturber devant la pornographie sur Internet devient plus convaincant que le sexe:

Loin de nous effacer, les masturbateurs chroniques s’engagent généralement dans une pratique que nous appelons «bordure«: Nous amener au bord de l'orgasme à plusieurs reprises, sans éjaculation. Nous maintenons des niveaux extrêmement élevés d'excitation sexuelle pendant des heures. Je participe activement à plusieurs groupes Internet axés sur la masturbation, et modérateur d'un.

Beaucoup d’entre nous vont jusqu’à abandonner le sexe avec partenaire, même si le partenaire reste disponible et disposé. Nous avons également inventé le terme «impuissance de la copulation» pour désigner le phénomène habituel consistant à être capable de le faire passer à la pornographie sur Internet, mais pas à un partenaire.

Whoa! Un mécanisme évolutif conçu pour augmenter la progéniture et sa variété génétique peut conduire les utilisateurs de porno et de vrais amis? Oui, car le mécanisme fonctionne à la dopamine. Votre cerveau suppose que si quelque chose vous fait très chaud, ce doit être une opportunité de fécondation honnête (même s'il vaut la peine de prendre des risques dangereux pour la journée).

L'effet Coolidge conduit-il à la «disparition des gars?»

À moins que vous ne compreniez le mécanisme cérébral caché de l'effet Coolidge, qui vous pousse à marcher sur le gaz même lorsque vous en avez plus qu'assez, il est difficile de relier une libido insatiable au fait que votre cerveau est de moins en moins sensible en raison d'une surcharge de dopamine. Après tout, vous pouvez avoir l'impression que votre libido est insatiable. La situation est paradoxale car le puissant aphrodisiaque de plus de porno se sent au début comme le répondre à des problèmes de performance sexuelle.

La réalité, toutefois, est que l’insatisfaction neurochimique induite au fond du cerveau pourrait bien alimenter votre envie de chercher plus de stimulation. Un indice que votre thermostat de libido a été réajusté serait que vous avez besoin de la pornographie sur Internet pour avoir une érection saine ou pour vous élever. (Oui, dans la journée, les gars se masturbaient facilement pour jouir avec aucune porno.)

D'autres signes seraient une augmentation de l'agitation, de l'irritabilité et de l'insatisfaction, le désir de relations sexuelles plus perverses, le fait de trouver votre partenaire moins attrayant ou convaincant que l'Internet ou un besoin de matériel plus extrême. Les experts appellent ces effets «tolérance. » Ils peuvent indiquer un processus de dépendance à l'œuvre dans le cerveau.

Philip Zimbardo

Par exemple, regardez ceci conférence TED de cinq minutes «La disparition des gars? par le célèbre psychologue Philip Zimbardo alors qu'il décrit comment la «dépendance à l'excitation» affecte négativement une génération entière. A déclaré un utilisateur de porno en train de récupérer:

J'ai personnellement souffert d'une grande partie de ce dont il parle dans cette vidéo. Depuis l'arrêt du porno, la dépersonnalisation a diminué. Je fais des blagues pleines d'esprit et je parle couramment sans penser à ce que je dis ni me soucier de la réaction des autres. Ma relation avec ma copine est également devenue plus personnelle car certains des murs que j'ai érigés s'effondrent maintenant. Excellente vidéo.

Une grande partie des problèmes commence avec l'effet Coolidge sournois et innovant - le fouet de la nature pour s'assurer que vous faites votre devoir si des partenaires réceptifs sont présents, même si vous avez déjà eu suffisamment de relations sexuelles. Vos gènes ne se soucient pas de ce qui atténue le mieux votre stress, protège votre santé ou maintient votre relation. Ils vous invitent automatiquement à choisir l'option qui libère le plus de dopamine. Quand une bombasse électronique vous fait signe, votre cerveau suppose que vous êtes dans le domaine de la propagation de gènes. C'est la priorité absolue, quels que soient les dommages collatéraux à accompagner.

* Les données du premier graphique ci-dessus ont été prises à partir de recherches sur des béliers, pas de rats; les béliers devraient donc être illustrés. Cependant, le même effet a également été observé chez le rat.