Overcontrol in Pornography Research: Let it Go, Let it Go… (2021) par Paul J. Wright

Wright, PJ Arch Sex Behav 50 387 – 392 (2021). https://doi.org/10.1007/s10508-020-01902-9

"Libérée délivrée

Je ne peux plus le retenir

Libérée délivrée

Détournez-vous et claquez la porte »(Elsa - Disney's Frozen)

La sagesse de l'auto-exhortation d'Elsa à abandonner ses tentatives de surcontrôle m'a semblé être une leçon de vie importante la première fois que j'ai regardé Frozen avec mes nièces et neveux. J'espère que ma propre jeune fille (un peu plus d'un an et qui écoute pour la première fois Frozen chansons cette semaine) peuvent aussi apprendre le principe important du lâcher prise.

L'article récent de Kohut, Landripet et Stulhofer (2020) sur la pornographie et l'agression sexuelle m'a rappelé que je voulais suggérer la même chose à mes collègues chercheurs en pornographie depuis au moins quelques années maintenant concernant l'utilisation de variables de « contrôle » (S. Perry, communication personnelle, 26 juin 2018). Plus précisément, le but de cette lettre est d'encourager mes collègues à « lâcher prise » et à « claquer la porte » sur l'approche dominante du traitement des troisièmes variables dans la recherche sur les effets de la pornographie (c'est-à-dire la conceptualisation prédominante des troisièmes variables en tant que facteurs de confusion potentiels, plutôt que comme prédicteurs, médiateurs ou modérateurs).

Je souligne plusieurs problèmes avec l'approche actuelle. J'accuse mon propre travail d'illustration spécifique, plutôt que de citer nommément le travail des autres, car j'ai moi aussi été coupable de surcontrôle. Parce que je suis ami, collègue affilié au Kinsey Institute et collaborateur de Stulhofer (Milas, Wright, & Stulhofer, 2020; Wright & Stulhofer, 2019), et parce que son article était la dernière invite qui a motivé cette lettre, j'utilise également Kohut et al. . (2020) comme exemple spécifique pour illustrer mes propos. Mon objectif est d'encourager des pratiques de recherche qui faciliteront notre compréhension des effets de la pornographie, et non d'exhorter ou d'inciter. Je crois que cela s'accomplit mieux par une évaluation constructive de soi-même et de ses amis, plutôt que par d'autres personnellement inconnus.

Approche actuelle et ses problèmes

La recherche sur les effets de la pornographie est un sous-domaine de la recherche sur les effets des médias, dans laquelle les sociologues utilisent des méthodes quantitatives pour étudier l'impact de la pornographie sur les croyances, les attitudes et les comportements des utilisateurs (Wright, 2020a). J'aurais du mal à recommander un moyen plus efficace de se familiariser de manière exhaustive (et épuisante, au sens physique et mental) avec un corpus de recherche que de procéder à des revues narratives régulières (par exemple, Wright, 2019, 2020a; Wright & Bae, 2016) et des méta-analyses (p. ex., Wright et Tokunaga, 2018 ; Wright, Tokunaga et Kraus, 2016 ; Wright, Tokunaga, Kraus et Klann, 2017). Grâce à de telles synthèses bibliographiques, j'ai observé que (1) la grande majorité des études sur les effets de la pornographie à partir des années 1990 ont été menées à l'aide de méthodes d'enquête et (2) le paradigme analytique prédominant dans ce corpus de recherche consiste à se demander si l'utilisation de la pornographie (X) est toujours corrélée à une croyance, une attitude ou un comportement (Y) après ajustement statistique pour une liste toujours croissante et de plus en plus particulière de variables « de contrôle » (Zà l'infini).

Voici quelques exemples de variables que les chercheurs ont jugé nécessaire d'inclure comme témoins : expérience sexuelle, statut pubertaire, âge, statut relationnel, orientation sexuelle, sexe, éducation, statut socio-économique, race, perceptions des textes religieux, lien émotionnel avec le soignant. , exposition à la violence conjugale, consommation de substances, état matrimonial, affiliation politique, heures de travail par semaine, état matrimonial des parents, libido, identité ethnique, antisocialité, symptômes de dépression, symptômes de TSPT, satisfaction relationnelle, attachement aux pairs, conversation sexuelle avec pairs, attachement aux parents, visionnage de la télévision, contrôle parental, expérience sexuelle perçue des pairs, recherche de sensations, recherche de sensations sexuelles, satisfaction de la vie, antécédents familiaux, estime de soi sexuelle, affirmation de soi sexuelle, attitudes envers la coercition sexuelle, âge des amis, intégration sociale , utilisation d'Internet, visionnage de clips musicaux, appartenance religieuse, durée de la relation, origine immigrée, vie dans une grande y, emploi parental, tabagisme, antécédents de vol, absentéisme scolaire, problèmes de conduite à l'école, âge des débuts sexuels, activité de rencontres, mensonges, tricherie aux tests, orientation de comparaison sociale, lieu géographique de résidence, fréquence de la masturbation, participation à un service religieux, sexuel satisfaction, satisfaction à l'égard de la prise de décision, nombre d'enfants, déjà divorcés, situation d'emploi, nombre d'amis religieux, fréquence des rapports sexuels au cours de la semaine précédente et inscription dans une école postsecondaire.

Encore une fois, ce ne sont que quelques exemples.

La logique (apparente) sous-jacente à l'approche actuelle est que la pornographie peut ne pas être une source réelle d'influence sociale ; au contraire, une troisième variable peut amener les individus à consommer de la pornographie et à exprimer/s'engager dans la croyance, l'attitude ou le comportement en question. Peu d'auteurs, cependant, identifient explicitement comment chaque variable qu'ils ont sélectionnée comme contrôle pourrait provoquer à la fois la consommation de pornographie et le résultat étudié. Parfois, une déclaration générale est faite (parfois avec des citations, parfois sans) que des recherches antérieures ont identifié les variables comme facteurs de confusion potentiels et c'est pourquoi elles sont incluses. D'autres fois, aucune explication n'est proposée autre que de lister les différentes variables de contrôle. Il est très difficile de trouver des études qui identifient une perspective théorique spécifique comme justifiant le choix des contrôles (plus de détails sur ce point plus loin). Il est encore plus rare de trouver une étude qui justifie pourquoi les variables ont été modélisées comme des contrôles plutôt que des prédicteurs, des médiateurs ou des modérateurs (je ne pense pas avoir jamais vu cela).

Comme promis, j'avoue que moi aussi j'ai inclus une batterie de contrôles sous-justifiés dans plusieurs études. À titre d'exemple, dans Wright et Funk (2014), j'ai inclus sept variables de contrôle sans plus de justification que l'affirmation selon laquelle des « recherches préalables » indiquaient « l'importance de contrôler » pour elles (p. 211). Autre exemple, dans Tokunaga, Wright et McKinley (2015), j'ai inclus 10 variables de contrôle, la seule justification étant qu'il s'agissait de « variables de confusion potentielles » suggérées « dans des recherches antérieures » (p. 581). Pour ma défense, au moins j'ai en fait cité les « recherches antérieures/précédentes » qui avaient suggéré ces variables…

En résumé, lorsque le paysage de la recherche sur les effets de la pornographie est considéré dans son ensemble, je pense que l'inclusion de contrôles est idiosyncratique, incohérente, athéorique et exagérée. Ma meilleure hypothèse est que les chercheurs incluent des contrôles parce que les chercheurs précédents l'ont, ils pensent que les éditeurs ou les réviseurs s'y attendent (Bernerth & Aguinis, 2016), ou parce qu'ils ont été victimes de la «légende urbaine méthodologique» selon laquelle «les relations avec les variables de contrôle sont plus proche de la vérité que sans variables de contrôle » (Spector & Brannick, 2011, p. 296). Je sais qu'au début de ma carrière, chacun de ces éléments s'appliquait à moi.

Les problèmes avec cette « approche tout sauf l'évier de cuisine » pour contrôler l'inclusion des variables (Becker, 2005, p. 285) sont multiples. Mais les deux qui sont les plus pertinents pour la façon dont les contrôles sont utilisés dans la littérature sur les effets de la pornographie sont :

  1. Le risque d'erreur de type II augmente en raison de la véritable variance étant partielle de la corrélation entre la pornographie et les résultats (Becker, 2005). Becker note également que les erreurs de type I peuvent augmenter si les contrôles sont associés au prédicteur mais pas au critère. Cependant, je ne suis pas au courant de ce problème dans la littérature sur les effets de la pornographie. La question est toujours de savoir si la corrélation bivariée entre la pornographie et les résultats statistiquement significative est maintenue après contrôle de ZÀ l'infini.
  2. Le risque de manquer totalement et/ou de mal comprendre les « antécédents-contextes-effets » réels dans la dynamique de la pornographie-résultat augmente considérablement (Campbell et Kohut, 2017, p. 8). La progression des connaissances est non seulement stagnante mais obscurcie chaque fois que la variance est attribuée à tort à la « confusion » alors que la troisième variable est, en réalité, un prédicteur, un médiateur ou un modérateur dans le processus d'effets ponographiques (Spector & Brannick, 2011). C'est en partie pour cette raison que Meehl (1971) a identifié l'approche actuelle des troisièmes variables dans la littérature sur les effets de la pornographie (c. inférences erronées » (p. 147).

Ces problèmes peuvent parfois s'aggraver. Par exemple, si ce qui est en fait un médiateur est modélisé comme un contrôle, l'incompréhension du processus augmente, tout comme le risque d'erreur de type II concernant une corrélation partielle de plus en plus probable entre la pornographie et les résultats.

La religiosité et la recherche de sensations en sont de parfaits exemples. Ces variables sont considérées comme allant de soi comme des facteurs de confusion potentiels qui doivent être « contrôlés » alors qu'en fait, il existe des preuves qu'elles font partie du processus des effets de la pornographie. Perry (2017, 2019 ; voir aussi Perry & Hayward, 2017) a découvert dans plusieurs études longitudinales sur différents échantillons que la visualisation de pornographie prédit de manière prospective une diminution de la religiosité chez les adolescents et les adultes. Ainsi, plutôt que la religiosité confondant les associations entre, par exemple, l'utilisation de la pornographie et les attitudes récréatives envers le sexe (par exemple, Peter & Valkenburg, 2006), elle peut être un médiateur (pornographie → diminution de la religiosité → attitudes plus favorables envers le sexe récréatif).

La recherche de sensations a également été conceptualisée comme un trait immuable qui ne pouvait que confondre les corrélations entre la pornographie et les résultats. Le récit tenu pour acquis est que la recherche de sensations pourrait affecter la consommation de pornographie et (insérer ici le résultat du risque sexuel) et donc être une confusion, mais ne pourrait pas être affectée par la consommation de pornographie. Cependant, les données empiriques suggèrent le contraire. Dans le domaine des médias sexuels en général, Stoolmiller, Gerrard, Sargent, Worth et Gibbons (2010) ont découvert dans leur étude longitudinale à quatre vagues et sur plusieurs années d'adolescents que le visionnage de films classés R prédisait la recherche de sensations ultérieures, tandis que la recherche de sensations antérieures n'a pas prédit le visionnage ultérieur d'un film classé R. Stoolmiller et al. notez que leurs résultats « fournissent des preuves empiriques d'un effet des médias environnementaux sur la recherche de sensations » (p. 1). Des analyses ultérieures de ces données axées sur le contenu sexuel ont spécifiquement révélé que l'exposition au contenu sexuel prédisait une augmentation de la recherche de sensations, qui à son tour prédisait un comportement sexuel à risque (O'Hara, Gibbons, Gerrard, Li et Sargent, 2012). Dans le domaine de la pornographie en particulier, notre récente méta-analyse sur la pornographie et le sexe sans préservatif a explicitement testé si la recherche de sensations est mieux conceptualisée en tant que confusion ou médiateur (Tokunaga, Wright et Vangeel, 2020). Les données soutenaient une conceptualisation de médiation, et non une conceptualisation de confusion.

On a également supposé que les attitudes sexuelles « préexistantes » confondaient les associations entre la pornographie et le comportement sexuel. Cependant, en utilisant quatre méta-échantillons de probabilité nationale d'adultes, deux mesures de consommation de pornographie, deux mesures d'attitudes sexuelles et deux mesures de comportement sexuel, j'ai découvert dans une étude récente que les attitudes sexuelles ne confondaient pas la pornographie - les associations de comportements sexuels ; ils les ont médiatisés (pornographie → attitudes sexuelles → comportement sexuel) (Wright, 2020b). De même, notre méta-analyse de la littérature pornographique et sexuelle impersonnelle a révélé que l'utilisation de la pornographie prédisait le comportement sexuel impersonnel à travers des attitudes sexuelles impersonnelles (c'est-à-dire que les attitudes sexuelles impersonnelles étaient un médiateur). Aucune preuve n'a été trouvée pour la prédiction que les associations entre la pornographie et le comportement sexuel impersonnel étaient confondues par les attitudes sexuelles (Tokunaga, Wright et Roskos, 2019).

Mais certaines variables, par exemple la démographie, ne doivent sûrement être que des confusions, pourrait-on rétorquer. Je suggère que même les variables « démographiques » soient soigneusement évaluées. Considérez l'orientation sexuelle, une variable considérée comme allant de soi comme un contrôle dans la littérature sur les effets de la pornographie. Les données des entretiens montrent assez clairement que la pornographie peut affecter à la fois la prise de conscience et l'expression d'une identité sexuellement diverse. Par exemple, un homme dans l'étude de Giano (2019) sur la façon dont les expériences sexuelles en ligne façonnent l'identité des hommes gais a déclaré :

Je me souviens de la première fois que je suis allé sur un site porno gay et que j'ai vu deux hommes se livrer à des relations sexuelles. Je me souviens avoir pensé que je ne devrais pas être excité si je n'étais pas gay, mais je l'étais. C'est à ce moment-là que j'ai réalisé que c'était réel : je suis gay. C'était aussi excitant qu'effrayant. (p. 8)

De même, Bond, Hefner et Drogos (2009) ont rapporté que « les jeunes hommes au stade pré-coming out utilisaient la pornographie sur Internet pour comprendre et développer leurs sentiments envers le même sexe » (p. 34).

En résumé, avec l'approche actuelle des contrôles dans la littérature sur les effets de la pornographie, (1) "la puissance pourrait être réduite [ce qui] pourrait conduire à une erreur de type II (Becker, 2005, p. 287) et (2) "il est possible que les [troisièmes variables modélisées par cœur comme contrôles] jouent un rôle substantiel plutôt qu'étranger dans le réseau de relations que le chercheur étudie », mais nous l'ignorons malheureusement (Becker et al., 2016, p. 160).

Kohut et al. (2020) ont rapporté des résultats sur la consommation de pornographie et l'agression sexuelle à partir de deux échantillons d'adolescents. Leur sélection et leur justification des contrôles suivent le modèle prédominant dans la littérature sur les effets de la pornographie et ne constituent pas mon principal point d'intérêt. Comme beaucoup d'autres, y compris moi-même (voir Tokunaga et al., 2019 et Wright, 2020b, pour les exceptions), ils n'ont identifié aucune théorie pour guider leur identification des contrôles. Ils ont simplement cité leur propre lamentation précédente (Baer, ​​Kohut et Fisher, 2015) au sujet d'études antérieures «ne tenant pas compte des facteurs de confusion potentiels» (p. 2) et ont commencé à énumérer plusieurs variables que des études antérieures avaient trouvées corrélées avec l'utilisation de la pornographie. ou agression sexuelle (p. ex., recherche de sensations, impulsivité, libido). Comme le nombre de variables que des études antérieures ont trouvées en corrélation avec l'utilisation de la pornographie ou l'agression sexuelle se compte facilement par centaines, il n'est pas clair comment les cinq variables de contrôle répertoriées ont été identifiées parmi la mer de possibilités.

Finalement, Kohut et al. ont conclu leur section sur les contrôles avec l'argument que leur inclusion a fourni un test plus rigoureux que ce n'aurait été le cas sans leur inclusion : « Ne pas contrôler les constructions qui influencent conjointement l'utilisation de la pornographie et l'agression sexuelle peut considérablement affecter les estimations des effets activateurs de la pornographie sur l'agression sexuelle » (p. 3). Aucune mention n'est faite de la possibilité que ces « facteurs de confusion » pourraient en fait être des médiateurs (par exemple, la recherche de sensations – la consommation de pornographie augmentant la recherche de sensations, ce qui augmente par la suite l'agression sexuelle) ou des modérateurs (par exemple, l'impulsivité – la consommation de pornographie prédisant l'agression sexuelle, mais seulement pour hommes impulsifs). Il n'est pas non plus fait mention des « recommandations de bonnes pratiques pour l'utilisation des variables de contrôle » de Bernerth et Aguinis (2016), qui consistent à « Stop » et pas utiliser des contrôles si les seules justifications de l'inclusion sont (1) « fournir des tests conservateurs ou rigoureux de mes hypothèses » ou (2) « parce que des recherches antérieures ont trouvé des relations empiriques entre cette variable et les variables de mon étude » (p. 273).

Cependant, bien que problématiques, ce ne sont pas les contrôles spécifiques ou leur justification d'inclusion dans cette étude particulière qui m'ont finalement conduit à (enfin) écrire cette lettre. Comme je l'ai admis, j'ai été coupable de la même chose. Non, le point de basculement a été les déclarations de Kohut et al. au sujet de notre méta-analyse sur la pornographie et les comportements sexuellement agressifs (Wright et al., 2016) en relation avec une récente méta-analyse de Ferguson et Hartley (2020). Étant donné que l'influence et l'importance des méta-analyses sont significativement plus importantes que n'importe quelle étude, ces déclarations ont été l'impulsion ultime pour l'écriture.

Kohut et al. (2020, p. 15) a déclaré que l'utilisation par notre méta-analyse de corrélations bivariées (plutôt que ajustées à la troisième variable) entraînait un « gonflement probable [des] associations focales » [nous avons constaté que l'utilisation de la pornographie était un prédicteur robuste de agression sexuelle verbale et physique]. Ils poursuivent en disant que leurs «observations de la dépendance excessive de Wright et al. à l'égard des tailles d'effet gonflées sont corroborées par des résultats méta-analytiques plus récents qui indiquent qu'une fois que les variables de contrôle sont correctement prises en compte, l'utilisation de la pornographie non violente n'est généralement pas associée avec agression sexuelle (Ferguson & Hartley, 2020) » (p. 16).

Deux éléments de ces déclarations malheureuses ont besoin d'être corrigés.

Premièrement, la notion selon laquelle les corrélations bivariées sont « gonflées » alors que les corrélations ajustées aux covariables indiquent la vraie nature de la relation en question est une illustration classique de l'erreur que Spector et Brannick (2011) ont appelée le « principe de purification » :

La croyance implicite que les contrôles statistiques peuvent produire des estimations plus précises des relations entre les variables d'intérêt, que nous appellerons le «principe de purification», est si répandue et si acceptée dans la pratique que nous soutenons qu'elle est qualifiée de légende urbaine méthodologique - quelque chose accepté sans conteste parce que les chercheurs et les examinateurs de leurs travaux l'ont vu si souvent utilisé qu'ils ne remettent pas en cause la validité de l'approche. (p. 288)

Meehl (1971) a dit ceci à propos de la notion erronée selon laquelle l'inclusion de variables de contrôle conduit à une conclusion plus précise sur la nature de la XY association en question :

On ne peut pas étiqueter une règle méthodologique comme jouant la sécurité lorsqu'elle est susceptible de produire des pseudo-falsifications, à moins que nous ayons une étrange philosophie de la science qui dit que nous voulons à tort abandonner les bonnes théories. (p. 147)

Je soutiens que les théories qui ont été utilisées pour prédire que l'utilisation de la pornographie augmente la probabilité d'agression sexuelle (par exemple, conditionnement classique, apprentissage opérant, modélisation comportementale, script sexuel, activation de construction, pouvoir genré) sont de bonnes théories que nous ne devrions pas abandonner à tort en raison de l'application malheureusement généralisée du principe de purification dans la recherche sur les effets de la pornographie.

Cela rejoint directement le deuxième élément malheureux de ces déclarations. Selon Kohut et al. (2020), « les variables de contrôle sont correctement prises en compte » par Ferguson et Hartley (2020). Comme Kohut et al. n'expliquez pas pourquoi ils perçoivent l'utilisation des contrôles par Ferguson et Hartley comme « correcte », nous devons aller directement à la source. Ce faisant, on devient confus quant à la façon dont Kohut et al. a évalué la liste des contrôles de Ferguson et Hartley comme « correcte », puisqu'aucune liste de ce type n'est fournie. La seule mention spécifique des contrôles concerne un indice de « l'analyse des meilleures pratiques » dans lequel les études ajustées pour la « santé mentale », « l'environnement familial » et le « sexe » reçoivent « 1 point » (p. 4). Ce que l'on trouve, c'est l'assurance rhétorique répétée de Ferguson et Hartley que leurs contrôles non articulés et inexpliqués sont « théoriquement pertinents ». On constate également que les « coefficients de régression standardisés (βs) » utilisés dans leur méta-analyse « ont été calculés à partir de la valeur la plus prudente (par exemple, impliquant le plus grand nombre de contrôles théoriquement pertinents) » (p. 3).

Avant de revenir à la question de quelle(s) théorie(s) Ferguson et Hartley (2020) ont utilisé pour identifier les contrôles « théoriquement pertinents » (puisqu'aucune théorie identificatoire n'est mentionnée dans leur article), voici quelques déclarations de méthodologistes pertinentes au « la valeur la plus prudente » pour l'analyse :

Nous contestons le point de vue commun selon lequel un plus grand nombre de CV [variables de contrôle] constitue une approche méthodologique meilleure et plus rigoureuse que d'inclure moins ou pas de CV. Ce point de vue est basé sur l'hypothèse erronée selon laquelle l'ajout de CV produit nécessairement des tests d'hypothèses plus conservateurs et révèle les véritables relations entre les variables d'intérêt. (Becker et al., 2016, p. 159)

De nombreux chercheurs… présument que l'ajout de contrôles est prudent et susceptible de conduire à une conclusion qui est au moins plus proche de la vérité que de les omettre. Comme le note Meehl (1971), cette pratique est loin d'être conservatrice. En fait, c'est dans de nombreux cas assez imprudent. (Spector et Brannick, 2011, p. 296)

Une deuxième réponse qui devrait également arrêter la considération du contrôle concerne la justification des tests d'hypothèses d'étude conservateurs, rigoureux ou rigoureux. Il s'agit d'une erreur initialement démystifiée il y a des années (Meehl, 1971; Spector & Brannick, 2011) avec suffisamment de preuves accumulées à l'heure actuelle pour conclure qu'il n'y a rien de conservateur ou de rigoureux à inclure des contrôles statistiques (Carlson & Wu, 2012). (Bernerth & Aguinis, 2016, p. 275)

En résumé, il est difficile de déduire comment la liste inexistante de contrôles de Ferguson et Hartley a été déterminée comme « correcte » à moins d'être guidée par l'hypothèse regrettable habituelle que « plus de contrôles = un résultat plus précis ».

Et enfin, revenons à la question de savoir si nous devrions être assurés par l'assurance de Ferguson et Hartley (2020) que les contrôles qu'ils ont inclus dans leur méta-analyse ont été dérivés théoriquement. Comme, comme je l'ai mentionné, ils ne fournissent ni leur liste complète de contrôles ni la ou les théories utilisées pour identifier ces contrôles dans les études primaires qu'ils ont méta-analysées, j'ai recherché les études communes à notre méta-analyse (Wright et al. , 2016) pour les mots « contrôle », « confondre », « covariable » et « théorie » pour voir si une théorie a été nommée pour guider la sélection des contrôles dans ces études primaires. Je n'ai trouvé aucune preuve que ces études aient utilisé la théorie pour guider leur sélection de contrôles (les troisièmes variables dans la recherche sur les modèles de confluence [par exemple, Malamuth, Addison et Koss, 2000] sont parfois modélisées comme des contrôles et d'autres fois comme des modérateurs). Une « meilleure pratique » clé pour l'utilisation des variables de contrôle commune à tous les méthodologistes de variables de contrôle cités précédemment est l'orientation explicite de la théorie. Sans cela, l'utilisation de contrôles est très susceptible d'entraîner des erreurs de type II et/ou une mauvaise spécification du modèle.

proactives

Où aller en partant d'ici? Il y a deux possibilités. Je vais commencer par ma préférence secondaire.

Une possibilité est que les chercheurs sur les effets de la pornographie continuent de contrôler les « confondus potentiels », mais de le faire en suivant les recommandations de bonnes pratiques des méthodologistes des variables de contrôle (par exemple, Becker et al., 2016 ; Bernerth & Aguinis, 2016 ; Spector & Brannick , 2011). Celles-ci incluent la communication des résultats avec et sans contrôles, l'incorporation explicite des contrôles dans les hypothèses et les questions de recherche, et la soumission des contrôles aux mêmes normes de fiabilité et de validité attendues des mesures focales. Je note, cependant, que la suggestion #1 de Becker et al. (2016) est « En cas de doute, laissez-les de côté ! »

Ma première préférence est que les chercheurs sur les effets de la pornographie abandonnent complètement le paradigme du « confond potentiel » et passent à ce que l'on pourrait appeler un paradigme « des prédicteurs, des processus et des contingences ». En d'autres termes, au lieu de considérer les troisièmes variables comme étrangères et contaminantes des effets de la pornographie sur les croyances, les attitudes et les comportements, je préférerais que les chercheurs en pornographie incorporent des troisièmes variables dans les modèles de causalité en tant qu'antécédents, médiateurs et modérateurs. Cette préférence s'aligne sur le modèle de renforcement des spirales (RSM) de Slater (2015) concernant l'utilisation et les effets des médias :

Les analyses traditionnelles des effets des médias tentent d'évaluer les relations de cause à effet en contrôlant autant d'autres variables qui pourraient être impliquées dans le processus causal, afin de minimiser la menace d'explications causales alternatives à la troisième variable. Le RSM, en revanche, suggérerait qu'il est possible de mieux comprendre en incorporant des variables, telles que les différences individuelles et les influences sociales, comme prédicteurs de l'utilisation des médias plutôt que comme contrôles statistiques. On peut alors considérer l'effet total de l'utilisation des médias comme la somme de tous les effets directs et indirects. En d'autres termes, RSM suggère que les analyses traditionnelles des effets des médias, en essayant de contrôler les variables qui font partie du processus causal et ne sont pas vraiment des troisièmes variables fournissant des explications causales concurrentes, sont en fait susceptibles de réduire les effets réels qui devraient être attribués à le rôle de l'utilisation des médias. (p.376)

Bien que les sciences sociales reposent sur moins d'hypothèses invérifiables que d'autres méthodes de connaissance du comportement humain, si nous sommes honnêtes avec nous-mêmes, nous devons reconnaître que nos études procèdent de certaines hypothèses qui ne peuvent jamais être irréfutablement confirmées ou falsifiées à la satisfaction de 100% des chercheurs. . Je suis né en 1979. Il y avait des sociologues qui pensaient que la pornographie ne pouvait pas affecter ses utilisateurs avant ma naissance et je vous garantis qu'il y aura des sociologues quand je serai parti (espérons-le, au moins encore une quarantaine d'années) qui croiront le même.

Bien qu'il soit une possibilité existentielle que la pornographie soit le seul domaine de communication où les messages et les significations n'ont aucun impact, et que toute corrélation entre l'utilisation de la pornographie et les croyances, attitudes et comportements soit toujours fausse et entièrement due à un autre agent causal indépendant et immuable, Je crois qu'il y a suffisamment de raisonnement théorique et de preuves empiriques pour supposer que ce n'est pas le cas. En conséquence, je fais à nouveau écho à Elsa en demandant à mes collègues de « se détourner et de claquer la porte » sur le « la pornographie prédit-elle toujours (le résultat) après avoir contrôlé l'évier de la cuisine ? » approcher. Au lieu de cela, je demande que nous portions notre attention sur des troisièmes variables qui différencient la fréquence et le type de pornographie consommée, les mécanismes qui conduisent à des résultats particuliers, et les personnes et les contextes pour lesquels ces résultats sont plus ou moins probables.

Références

  1. Baer, ​​JL, Kohut, T. et Fisher, WA (2015). L'utilisation de la pornographie est-elle associée à une agression sexuelle contre les femmes ? Réexamen du modèle de confluence avec des considérations de troisième variable. Revue canadienne de la sexualité humaine, 24 160-173. https://doi.org/10.3138/cjhs.242-A6.

Article  Google Scholar

  1. Becker, TE (2005). Problèmes potentiels dans le contrôle statistique des variables dans la recherche organisationnelle : Une analyse qualitative avec des recommandations. Méthodes de recherche organisationnelle, 8, 274-289. https://doi.org/10.1177/1094428105278021.

Article  Google Scholar

  1. Becker, TE, Atinc, G., Breaugh, JA, Carlson, KD, Edwards, JR et Spector, PE (2016). Contrôle statistique dans les études corrélationnelles : 10 recommandations essentielles pour les chercheurs en organisation. Journal du comportement organisationnel, 37 157-167. https://doi.org/10.1002/job.2053.

Article  Google Scholar

  1. Bernerth, JB, & Aguinis, H. (2016). Un examen critique et des recommandations de bonnes pratiques pour l'utilisation des variables de contrôle. Psychologie du personnel, 69 229-283. https://doi.org/10.1111/peps.12103.

Article  Google Scholar

  1. Bond, BJ, Hefner, V., & Drogos, KL (2009). Pratiques de recherche d'informations au cours du développement sexuel des personnes lesbiennes, gays et bisexuelles : L'influence et les effets du coming out dans un environnement médiatisé. Sexualité et culture, 13 32-50. https://doi.org/10.1007/s12119-008-9041-y.

Article  Google Scholar

  1. Campbell, L. et Kohut, T. (2017). L'utilisation et les effets de la pornographie dans les relations amoureuses. Opinion actuelle en psychologie, 13 6-10. https://doi.org/10.1016/j.copsyc.2016.03.004.

Article  PubMed  Google Scholar

  1. Carlson, KD et Wu, J. (2012). L'illusion du contrôle statistique : Pratique des variables de contrôle dans la recherche en gestion. Méthodes de recherche organisationnelle, 15413-435. https://doi.org/10.1177/1094428111428817.
  2. Ferguson, CJ, & Hartley, RD (2020). Pornographie et agression sexuelle : une méta-analyse peut-elle trouver un lien ? Traumatisme, violence et abus. https://doi.org/10.1177/1524838020942754.

Article  PubMed  Google Scholar

  1. Giano, Z. (2019). L'influence des expériences en ligne : la formation des identités masculines homosexuelles. Journal de l'homosexualité. https://doi.org/10.1080/00918369.2019.1667159.

Article  PubMed  Google Scholar

  1. Kohut, T., Landripet, I., & Stulhofer, A. (2020). Test du modèle de confluence de l'association entre l'utilisation de la pornographie et l'agression sexuelle masculine : une évaluation longitudinale dans deux échantillons d'adolescents indépendants de Croatie. Archives du comportement sexuel. https://doi.org/10.1007/s10508-020-01824-6.

Article  PubMed  Google Scholar

  1. Malamuth, NM, Addison, T., & Koss, M. (2000). Pornographie et agression sexuelle. Examen annuel de la recherche sur le sexe, 11 26-91. https://www.sscnet.ucla.edu/comm/malamuth/pdf/00arsr11.pdf?wptouch_preview_theme=enabled.

Article  PubMed  Google Scholar

  1. Meehl, P. (1971). Annuaires du lycée : une réponse à Schwarz. Journal de psychologie anormale, 77 143-148. https://doi.org/10.1037/h0030750.

Article  Google Scholar

  1. Milas, G., Wright, P. et Stulhofer, A. (2020). Évaluation longitudinale de l'association entre l'utilisation de la pornographie et la satisfaction sexuelle à l'adolescence. Journal of Sex Research, 57 16-28. https://doi.org/10.1080/00224499.2019.1607817.

Article  PubMed  Google Scholar

  1. O'Hara, RE, Gibbons, FX, Gerrard, M., Li, Z. et Sargent, JD (2012). Une plus grande exposition au contenu sexuel dans les films populaires prédit des débuts sexuels plus précoces et une prise de risque sexuelle accrue. Science psychologique, 23 984-993. https://doi.org/10.1177/0956797611435529.

Article  PubMed  Central PubMed  Google Scholar

  1. Perry, SL (2017). Est-ce que regarder de la pornographie diminue la religiosité avec le temps ? Preuve à partir de données de panel à deux vagues. Journal of Sex Research, 54 214-226. https://doi.org/10.1080/00224499.2016.1146203.

Article  PubMed  Google Scholar

  1. Perry, SL (2019). Comment l'utilisation de la pornographie réduit la participation à la direction de la congrégation. Examen de la recherche religieuse, 61 57-74. https://doi.org/10.1007/s13644-018-0355-4.

Article  Google Scholar

  1. Perry, SL, & Hayward, GM (2017). Voir, c'est (ne pas) croire : comment regarder de la pornographie façonne la vie religieuse des jeunes Américains. Forces sociales, 95 1757-1788. https://doi.org/10.1093/sf/sow106.

Article  Google Scholar

  1. Peter, J., & Valkenburg, PM (2006). Exposition des adolescents à du matériel en ligne sexuellement explicite et attitudes récréatives envers le sexe. Journal de communication, 56 639-660. https://doi.org/10.1111/j.1460-2466.2006.00313.x.

Article  Google Scholar

  1. Slater, MD (2015). Renforcer le modèle des spirales: conceptualiser la relation entre l'exposition au contenu médiatique et le développement et le maintien des attitudes. Psychologie des médias, 18 370-395. https://doi.org/10.1080/15213269.2014.897236.

Article  PubMed  Google Scholar

  1. Spector, PE, & Brannick, MT (2011). Légendes urbaines méthodologiques : Le mauvais usage des variables statistiques de contrôle. Méthodes de recherche organisationnelle, 14 287-305. https://doi.org/10.1177/1094428110369842.

Article  Google Scholar

  1. Stoolmiller, M., Gerrard, M., Sargent, JD, Worth, KA et Gibbons, FX (2010). Visionnage de films classés R, croissance de la recherche de sensations et initiation à l'alcool : effets réciproques et de modération. Science de la prévention, 11 1-13. https://doi.org/10.1007/s11121-009-0143-z.

Article  PubMed  Central PubMed  Google Scholar

  1. Tokunaga, RS, Wright, PJ et McKinley, CJ (2015). Visionnage de pornographie par des adultes américains et soutien à l'avortement : une étude par panel à trois vagues. Communication sur la santé, 30 577-588. https://doi.org/10.1080/10410236.2013.875867.

Article  PubMed  Google Scholar

  1. Tokunaga, RS, Wright, PJ et Roskos, JE (2019). Pornographie et sexe impersonnel. Recherche en communication humaine, 45 78-118. https://doi.org/10.1093/hcr/hqy014.

Article  Google Scholar

  1. Tokunaga, RS, Wright, PJ et Vangeel, L. (2020). La consommation de pornographie est-elle un facteur de risque pour les relations sexuelles sans préservatif ? Recherche en communication humaine, 46 273-299. https://doi.org/10.1093/hcr/hqaa005.

Article  Google Scholar

  1. Wright, PJ (2019). Socialisation sexuelle et pornographie sur Internet. Dans A. Lykins (éd.), Encyclopédie de la sexualité et du genre. Cham, Suisse: Springer. https://doi.org/10.1007/978-3-319-59531-3_13-1.
  2. Wright, PJ (2020a). Médias et sexualité. Dans MB Oliver, AA Raney et J. Bryant (éds.), Effets médiatiques: progrès de la théorie et de la recherche (pp. 227-242). New York, NY : Routledge.

Google Scholar

  1. Wright, PJ (2020b). Pornographie et comportement sexuel : les attitudes sexuelles sont-elles médiatrices ou confuses ? Recherche en communication, 47 451-475. https://doi.org/10.1177/0093650218796363.

Article  Google Scholar

  1. Wright, PJ et Bae, S. (2016). Pornographie et socialisation sexuelle masculine. Dans YJ Wong et SR Wester (Eds.), Manuel de psychologie de l'homme et masculinités (pp. 551 – 568). Washington, DC: Association américaine de psychologie.

Google Scholar

  1. Wright, PJ et Funk, M. (2014). Consommation de pornographie et opposition à l'action positive pour les femmes: une étude prospective. Psychologie des femmes trimestrielle, 38 208-221. https://doi.org/10.1177/0361684313498853.

Article  Google Scholar

  1. Wright, PJ et Stulhofer, A. (2019). Utilisation de la pornographie par les adolescents et dynamique du réalisme perçu de la pornographie : est-ce que voir plus le rend plus réaliste ? Ordinateurs dans le comportement humain, 95 37-47. https://doi.org/10.1016/j.chb.2019.01.024.

Article  Google Scholar

  1. Wright, PJ et Tokunaga, RS (2018). Perceptions des femmes de la consommation de pornographie de leurs partenaires masculins et de la satisfaction relationnelle, sexuelle, personnelle et corporelle : vers un modèle théorique. Annales de l'Association internationale de la communication, 42 35-53. https://doi.org/10.1080/23808985.2017.1412802.

Article  Google Scholar

  1. Wright, PJ, Tokunaga, RS, & Kraus, A. (2016). Une méta-analyse de la consommation de pornographie et des actes réels d'agression sexuelle dans des études en population générale. Journal de communication, 66 183-205. https://doi.org/10.1111/jcom.12201.

Article  Google Scholar

  1. Wright, PJ, Tokunaga, RS, Kraus, A., & Klann, E. (2017). Pornographie et satisfaction : une méta-analyse. Recherche en communication humaine, 43 315-343. https://doi.org/10.1111/hcre.12108.

Article  Google Scholar