Recherches pertinentes et articles sur les études

Au-dessous de cette longue introduction se trouvent de nombreuses sous-sections contenant des études pertinentes.

Recherche pertinente - nous avons d'abord des listes d'études qui étayent les affirmations faites par YBOP. (Voir Études douteuses et trompeuses pour des articles très médiatisés qui ne sont pas ce qu’ils prétendent être):

  1. Porno / dépendance sexuelle? Cette page liste Études neuroscientifiques 57 (IRM, IRMf, EEG, neuropsychologique, hormonal). Tous sauf un soutiennent le modèle de toxicomanie, car leurs résultats reflètent les résultats neurologiques rapportés dans les études sur la toxicomanie.
  2. Les opinions des vrais experts sur la dépendance au porno / sexe? Cette liste contient 34 revues de littérature et commentaires récents basés sur les neurosciences par certains des meilleurs neuroscientifiques du monde. Tous soutiennent le modèle de dépendance.
  3. Des signes de dépendance et d’escalade vers des contenus plus extrêmes? Plus d'études sur 60 rapportant des résultats compatibles avec une augmentation de l'utilisation du porno (tolérance), une habituation au porno, et même des symptômes de sevrage (tous les signes et symptômes associés à la dépendance). Page supplémentaire avec 14 études rapportant des symptômes de sevrage chez les utilisateurs de porno.
  4. Un diagnostic officiel? Le manuel de diagnostic médical le plus utilisé au monde, La classification internationale des maladies (ICD-11), contient un nouveau diagnostic approprié pour la dépendance au porno: "Trouble du comportement sexuel compulsif. »
  5. Débarrasser le point de discussion non pris en charge que «le désir sexuel élevé» explique la dépendance au porno ou au sexe: Plus de 25 études réfutent l'affirmation selon laquelle les accros au sexe et à la pornographie «ont juste un désir sexuel élevé»
  6. Porno et problèmes sexuels? Cette liste contient plus d'études 40 établissant un lien entre l'utilisation du porno et la dépendance au porno à des problèmes sexuels et une baisse de l'excitation sexuelle à des stimuli sexuelsL’écran à tuiles les premières études 7 de la liste démontrent lien de causalitéen tant que participants ont éliminé l’utilisation de la pornographie et guéri les dysfonctionnements sexuels chroniques.
  7. Les effets du porno sur les relations? Plus de 80 études établissent un lien entre l'utilisation du porno et une moindre satisfaction sexuelle et relationnelle. Pour autant que nous sachions tous Des études impliquant des hommes ont signalé une utilisation accrue de la pornographie liée à pauvres satisfaction sexuelle ou relationnelle. Alors que certaines études rapportent peu d'effet de l'utilisation de la pornographie féminine sur la satisfaction sexuelle et relationnelle des femmes, beaucoup do signaler les effets négatifs: Études sur le porno impliquant des femmes: effets négatifs sur l'éveil, la satisfaction sexuelle et les relations
  8. Utilisation de porno affectant la santé émotionnelle et mentale? Plus de 90 études établissent un lien entre l'utilisation de la pornographie et une santé mentale et émotionnelle et des résultats cognitifs plus faibles.
  9. Utilisation du porno affectant les croyances, les attitudes et les comportements? Consultez les études individuelles - Les études sur 40 relient l'utilisation du porno à des «attitudes non égalitaires» à l'égard des femmes et à des idées sexistes - ou le résumé de cette méta-analyse 2016 de 135 études pertinentes: Médias et sexualisation: état de la recherche empirique, 1995 – 2015. Extrait:

Le but de cette revue était de synthétiser des enquêtes empiriques testant les effets de la sexualisation des médias. L'accent a été mis sur la recherche publiée dans des revues anglophones à comité de lecture entre 1995 et 2015. Un total de publications 109 contenant des études 135 ont été examinées. Les résultats ont prouvé de manière cohérente que l’exposition en laboratoire et l’exposition régulière et quotidienne à ce contenu étaient directement associées à un éventail de conséquences, notamment des niveaux plus élevés d’insatisfaction corporelle, une plus grande objectivation de soi, un soutien accru des croyances sexistes et des croyances sexuelles contradictoires, et une plus grande tolérance de la violence sexuelle à l'égard des femmes. De plus, l'exposition expérimentale à ce contenu amène femmes et hommes à avoir une vision réduite de leurs compétences, de leur moralité et de leur humanité.

  1. Qu'en est-il de l'agression sexuelle et de l'utilisation de la pornographie? Une autre méta-analyse: Une méta-analyse de la consommation de pornographie et des actes réels d'agression sexuelle dans les études sur la population générale (2015) . Extrait:

Les études 22 de différents pays 7 ont été analysées. La consommation était associée à l'agression sexuelle aux États-Unis et dans le monde, chez les hommes et les femmes, ainsi que dans des études transversales et longitudinales. Les associations étaient plus fortes pour l'agression sexuelle que physique, bien que les deux soient significatives. La tendance générale des résultats donne à penser que le contenu violent peut être un facteur aggravant.

"Mais l'utilisation de la pornographie n'a-t-elle pas réduit les taux de viol?" Non, les taux de viol ont augmenté ces dernières années: "Les taux de viol sont à la hausse, alors ignorez la propagande pro-porn. ”Voir cette page pour plus de 110 études reliant l'utilisation de la pornographie à l'agression sexuelle, la coercition et la violenceet une critique approfondie de l'affirmation souvent répétée selon laquelle une disponibilité accrue du porno a entraîné une baisse des taux de viol.

  1. Qu'en est-il de l'utilisation du porno et des adolescents? Découvrez cette liste de sur les études chez l'adolescent 280, ou ces revues de la littérature: commentaire sur 1, review2, commentaire sur 3, commentaire sur 4, commentaire sur 5, commentaire sur 6, commentaire sur 7, commentaire sur 8, commentaire sur 9, commentaire sur 10, commentaire sur 11, commentaire sur 12, commentaire sur 13, commentaire sur 14, commentaire sur 15, avis # 16, avis # 17. De la conclusion de cette revue 2012 de la recherche - L'impact de la pornographie sur Internet sur les adolescents: un examen de la recherche:

L'accès accru des adolescents à Internet a créé des possibilités sans précédent en matière d'éducation sexuelle, d'apprentissage et de croissance. Inversement, le risque de préjudice qui est évident dans la littérature a conduit les chercheurs à enquêter sur l'exposition des adolescents à la pornographie en ligne dans le but d'élucider ces relations. Ensemble, ces études suggèrent que les jeunes qui consomment de la pornographie peut développer des valeurs et des croyances sexuelles irréalistes. Parmi les résultats, des niveaux plus élevés d'attitudes sexuelles permissives, de préoccupation sexuelle et d'expérimentation sexuelle précoce ont été corrélés à une consommation plus fréquente de pornographie…. Néanmoins, des résultats cohérents ont émergé liant l'utilisation par les adolescents de la pornographie qui dépeint la violence avec des degrés accrus de comportement sexuellement agressif.

La littérature indique une certaine corrélation entre l'utilisation de la pornographie par les adolescents et le concept de soi. Les filles déclarent se sentir physiquement inférieures aux femmes qu'elles voient dans le matériel pornographique, tandis que les garçons craignent de ne pas être aussi virils ou capables de performer que les hommes dans ces médias. Les adolescents signalent également que leur utilisation de la pornographie a diminué à mesure que leur confiance en soi et leur développement social augmentaient. De plus, la recherche suggère que les adolescents qui utilisent de la pornographie, en particulier celle trouvée sur Internet, ont un degré d'intégration sociale plus faible, une augmentation des problèmes de conduite, des niveaux plus élevés de comportement délinquant, une incidence plus élevée de symptômes dépressifs et une diminution des liens émotionnels avec les soignants.

  1. Toutes les études ne sont-elles pas corrélatives? Nan: Plus de 90 études démontrant l'utilisation d'Internet et de la pornographie causer résultats et symptômes négatifs et changements cérébraux.

Pour une analyse détaillée de presque tous les points de discussion insensés et études choisies, voir cette critique détaillée: Démystifier “Pourquoi sommes-nous toujours si inquiets de regarder du porno?? ”, De Marty Klein, Taylor Kohut et Nicole Prause (2018). Comment reconnaître les articles biaisés: Ils citent Prause et al., 2015 (prétendant faussement qu’il élimine la dépendance au porno), tout en omettant les études neurologiques 50 soutenant la dépendance au porno. Pour des présentations faciles à comprendre traitant de nombreux mythes propagés par des chercheurs pro-porn ou des blogueurs, voir 2 excellentes vidéos de Gabe Deem: "MYTHES DU PORNO - La vérité derrière la dépendance et les dysfonctionnements sexuels", et "Playbook porno: refuser, désinformer et diffamer" .

Plus sur la dépendance

Comprendre la dépendance à la pornographie sur Internet signifie comprendre les mécanismes de la dépendance. Toutes les dépendances détournent le même neurocircuitry de base, qui fonctionne sur les mêmes neurochimiques (même si chaque dépendance implique également supplémentaire circuits neuronaux et neurochimiques qui diffèrent d’une dépendance à l’autre).

Des recherches récentes révèlent que les dépendances comportementales (dépendance alimentaire, jeu pathologique, jeu vidéo, addiction à Internet et dépendance au porno) et la toxicomanie partagent bon nombre des mêmes mécanismes fondamentaux menant à un collection d'altérations partagées dans l'anatomie et la chimie du cerveau.

Cela n’est pas surprenant dans la mesure où les médicaments ne peuvent que renforcer ou inhiber les fonctions physiologiques existantes. La manière spécifique dont un médicament modifie la fonction cellulaire s'appelle son «mécanisme d'action». Toutes les drogues et tous les comportements susceptibles de provoquer une dépendance partagent un mécanisme d’action important: l’élévation de la dopamine dans l’enfant. noyau accumbens (souvent appelé le centre de récompense). À la lumière des dernières avancées scientifiques, les critiques du modèle de dépendance au comportement sexuel sont sans fondement et obsolètes (et aucune étude n'a encore falsifié le modèle de dépendance au porno). Des revues récentes de la littérature et des commentaires soutiennent pleinement cette position:

  1. La pornographie sur Internet cause-t-elle des dysfonctionnements sexuels? Une revue avec des rapports cliniques (2016) - Un examen approfondi de la littérature liée aux problèmes sexuels induits par la pornographie. Impliquant les médecins de l'US Navy et Gary Wilson, la revue fournit les dernières données révélant une augmentation considérable des problèmes sexuels chez les jeunes. Il passe également en revue les études neurologiques liées à la dépendance au porno et au conditionnement sexuel via la pornographie sur Internet. Les médecins fournissent 3 rapports cliniques d'hommes qui ont développé des dysfonctionnements sexuels induits par la pornographie. Un deuxième article de 2016 de Gary Wilson discute de l'importance d'étudier les effets du porno en faisant en sorte que les sujets s'abstiennent d'utiliser du porno: Éliminer l'utilisation de la pornographie Internet chronique pour révéler ses effets (2016).
  2. Voir ce papier 2015 par deux médecins: Dépendance sexuelle en tant que maladie: données probantes permettant d'évaluer, de diagnostiquer et de réagir aux critiques (2015), qui fournit un tracer cela prend des critiques spécifiques et offre des citations qui les contrent.
  3. Pour un examen approfondi de la littérature neuroscientifique sur les sous-types de dépendance à Internet, avec un accent particulier sur la dépendance au porno sur Internet, voir - Neuroscience de la dépendance à la pornographie sur Internet: examen et mise à jour (2015). La revue critique également deux récentes études EEG qui ont fait la une des journaux et qui prétendent avoir « démystifié » la dépendance au porno. (Voir notre page sur les pièces d'autobus à vendre. pour les critiques et l'analyse d'études hautement discutables et trompeuses)
  4. Cybersexe Addiction (2015) Extraits: Dans de récents articles, la dépendance au cybersexe est considérée comme un type spécifique de dépendance à Internet. Certaines études actuelles ont étudié les parallèles entre la dépendance au cybersexe et d'autres dépendances comportementales, telles que le trouble du jeu sur Internet. La réactivité des mémoires et le besoin impérieux sont considérés comme jouant un rôle majeur dans la dépendance au cybersexe. Les études de neuroimagerie appuient l'hypothèse de points communs significatifs entre la dépendance au cybersexe et les autres dépendances comportementales, ainsi que la dépendance à une substance.
  5. Un bref avis - Neurobiologie du comportement sexuel compulsif: sciences émergentes (2016) - qui a conclu: “Donné quelques similitudes entre la CSB et la toxicomanie, interventions efficace pour les dépendances peut être prometteur pour CSB, fournissant ainsi aperçu des axes de recherche futurs pour étudier cette possibilité directement. »
  6. Une revue 2016 des comportements sexuels compulsifs (CSB) - Le comportement sexuel compulsif doit-il être considéré comme une dépendance? (2016) - a conclu que:Des caractéristiques qui se chevauchent existent entre le CSB et les troubles liés à l'utilisation de substances. Les systèmes de neurotransmetteurs courants peuvent contribuer à la CSB et aux troubles liés à l'utilisation de substances, et des études récentes en neuroimagerie ont mis en évidence des similitudes liées à l'état de manque et à la polarisation de l'attention. " Remarque: la plupart des neurosciences qui soutiennent l’existence d’une «dépendance sexuelle» proviennent d’études sur des utilisateurs de porno, et non de toxicomanes. La dépendance au porno sur Internet avec la dépendance au sexe affaiblit le journal.
  7. Comportement sexuel compulsif en tant que dépendance comportementale: l'impact d'Internet et d'autres problèmes (2016). Extraits: “Il faut insister davantage sur les caractéristiques d'Internet, qui pourraient faciliter les comportements sexuels problématiques." et "la communauté psychiatrique devrait accorder plus de crédibilité aux preuves cliniques fournies par les personnes qui aident et traitent de telles personnes. »
  8. Alors que le terme «hypersexualité» devrait être écarté, il s’agit là d’une très bonne critique de la part des neuroscientifiques de Max Planck. Base neurobiologique de l'hypersexualité (2016). Extrait: “Pris dans leur ensemble, les éléments de preuve semblent impliquer que les altérations du lobe frontal, de l'amygdale, de l'hippocampe, de l'hypothalamus, du septum et des régions cérébrales transformant la récompense jouent un rôle prépondérant dans l'émergence de l'hypersexualité. Les études génétiques et les approches de traitement neuropharmacologiques indiquent une implication du système dopaminergique."
  9. À la recherche de la clarté dans les eaux boueuses: considérations futures pour classer le comportement sexuel compulsif en tant que dépendance (2016) - Extraits: Nous avons récemment examiné les preuves permettant de classer le comportement sexuel compulsif (CSB) en tant que dépendance sans substance (comportementale). Notre revue a révélé que la CSB partageait des parallèles cliniques, neurobiologiques et phénoménologiques avec des troubles liés à l'utilisation de substances. Bien que l’American Psychiatric Association ait rejeté le trouble hypersexuel du DSM-5, un diagnostic de CSB (conduite sexuelle excessive) peut être posé à l’aide du CIM-10. Le CSB est également à l'étude par la CIM-11.
  10. Intégration de considérations psychologiques et neurobiologiques concernant le développement et la maintenance de troubles spécifiques de l'utilisation d'Internet: modèle d'interaction personne-affect-cognition-exécution (2016) - Un examen des mécanismes sous-jacents au développement et à la maintenance de troubles spécifiques de l'utilisation d'Internet, y compris les «troubles de la pornographie sur Internet». Les auteurs suggèrent que la dépendance à la pornographie (et au cybersexe) soit classée dans la catégorie des troubles de l’utilisation d’Internet et associée à d’autres dépendances comportementales dans le cadre de troubles de l’utilisation de substances comme comportement addictif.
  11. Chapitre sur la dépendance sexuelle de Neurobiology of Addictions, Oxford Press (2016) - extrait: Nous examinons le fondement neurobiologique de la dépendance, y compris la dépendance naturelle ou liée au processus, puis nous discutons de son lien avec notre compréhension actuelle de la sexualité en tant que récompense naturelle pouvant devenir fonctionnellement «ingérable» dans la vie d'un individu.
  12. Approches neuroscientifiques de la toxicomanie en ligne (2017) - extrait: Au cours des deux dernières décennies, plusieurs études portant sur des approches neuroscientifiques, notamment l'imagerie par résonance magnétique fonctionnelle (IRMf), ont été menées pour explorer les corrélats neuraux de la surveillance de la pornographie dans des conditions expérimentales et les corrélats neuraux d'une utilisation excessive de la pornographie. Compte tenu des résultats précédents, une consommation excessive de pornographie peut être reliée à des mécanismes neurobiologiques déjà connus sous-tendant le développement de dépendances liées à une substance.
  13. Un comportement sexuel excessif est-il un trouble de dépendance? (2017) - Extraits: La recherche sur la neurobiologie des troubles du comportement sexuel compulsif a généré des découvertes concernant les biais de l'attention, les attributions d'incitation à la saillance, et la réactivité du signal basé sur le cerveau qui suggèrent des similitudes substantielles avec les dépendances.. Nous pensons que la classification du trouble de comportement sexuel compulsif en tant que trouble de dépendance correspond aux données récentes et pourrait profiter aux cliniciens, aux chercheurs et aux personnes souffrant de ce trouble et personnellement touchées par ce trouble.
  14. Neurobiology of Pornography Addiction - Une revue clinique (De Sousa et Lodha, 2017) - Extraits: Au total, des articles 59 ont été identifiés, comprenant des revues, des mini revues et des articles de recherche originaux sur les problèmes d'utilisation de la pornographie, de toxicomanie et de neurobiologie. Les documents de recherche examinés ici étaient centrés sur ceux qui ont élucidé les bases neurobiologiques de la dépendance à la pornographie. Cela a été complété par l'expérience clinique personnelle des deux auteurs qui travaillent régulièrement avec des patients pour lesquels la dépendance à la pornographie et la visualisation sont un symptôme pénible.
  15. La preuve du pudding est dans la dégustation: des données sont nécessaires pour tester des modèles et des hypothèses liés aux comportements sexuels compulsifs (2018) - Extraits: Parmi les domaines pouvant suggérer des similitudes entre la CSB et les troubles de dépendance, il y a les études de neuroimagerie, plusieurs études récentes ayant été omises par Walton et al. (2017). Les études initiales ont souvent examiné le CSB par rapport aux modèles de dépendance (revus dans Gola, Wordecha, Marchewka, & Sescousse, 2016b; Kraus, Voon et Potenza, 2016b).
  16. Promotion des initiatives en matière d’éducation, de classification, de traitement et de politique Commentaire sur: Trouble du comportement sexuel compulsif dans le cadre de la CIM-11 (Kraus et coll.., 2018) - Extraits: La proposition actuelle de classer le trouble de la CSB en tant que trouble du contrôle de l’impulsion est controversée car d’autres modèles ont été proposés (Kor, Fogel, Reid et Potenza, 2013). Il existe des données suggérant que CSB partage de nombreuses caractéristiques avec les dépendances (Kraus et coll., 2016), y compris des données récentes indiquant une réactivité accrue des régions cérébrales associées aux récompenses en réponse à des signaux associés à des stimuli érotiques (Marque, Snagowski, Laier et Maderwald, 2016; Gola, Wordecha, Marchewka et Sescousse, 2016; Gola et coll., 2017; Klucken, Wehrum-Osinsky, Schweckendiek, Kruse et Stark, 2016; Voon et al., 2014.
  17. Comportement sexuel compulsif chez l'homme et modèles précliniques (2018) - Extraits: Le comportement sexuel compulsif (CSB) est largement considéré comme une «dépendance comportementale» et constitue une menace majeure pour la qualité de vie et la santé physique et mentale. En conclusion, cette revue résume les études comportementales et de neuro-imagerie sur le CSB humain et la comorbidité avec d'autres troubles, y compris la toxicomanie. Ensemble, ces études indiquent que le CSB est associé à des altérations fonctionnelles du cortex cingulaire antérieur et antérieur, de l'amygdale, du striatum et du thalamus dorsaux, en plus d'une connectivité réduite entre l'amygdale et le cortex préfrontal.
  18. Dysfonctionnements sexuels à l'ère d'Internet (2018) - extrait: Parmi les dépendances comportementales, l'utilisation problématique d'Internet et la consommation de pornographie en ligne sont souvent citées comme facteurs de risque possibles de dysfonctionnement sexuel, souvent sans frontière nette entre les deux phénomènes. Les utilisateurs en ligne sont attirés par la pornographie sur Internet en raison de son anonymat, de son prix abordable et de son accessibilité. Dans de nombreux cas, son utilisation peut conduire les utilisateurs à une dépendance au cybersexe: dans ce cas, les utilisateurs sont plus susceptibles d'oublier le rôle «évolutif» du sexe. plus d'excitation dans le matériel sexuellement explicite auto-sélectionné que dans les rapports sexuels.
  19. Mécanismes neurocognitifs dans les troubles du comportement sexuel compulsif (2018) - extrait: À ce jour, la plupart des recherches en neuro-imagerie sur les comportements sexuels compulsifs ont mis en évidence des mécanismes qui se chevauchent qui sous-tendent les comportements sexuels compulsifs et les dépendances non sexuelles. Le comportement sexuel compulsif est associé à une altération du fonctionnement des régions cérébrales et des réseaux impliqués dans la sensibilisation, l'accoutumance, le dyscontrôle des impulsions et le traitement des récompenses selon des schémas tels que la toxicomanie, le jeu et les dépendances. Les régions clés du cerveau liées aux caractéristiques de la CSB comprennent les cortex frontal et temporal, l'amygdale et le striatum, y compris le noyau accumbens.
  20. Une compréhension actuelle de la neuroscience comportementale du trouble sexuel compulsif et de l'utilisation problématique de la pornographie (2018) - extrait: Des études neurobiologiques récentes ont révélé que les comportements sexuels compulsifs sont associés à une altération du traitement du matériel sexuel et à des différences dans la structure et la fonction du cerveau. Bien que peu d’études neurobiologiques aient été menées à ce jour sur la CSBD, les données existantes suggèrent que les anomalies neurobiologiques partagent des similitudes avec d’autres additions telles que l’utilisation de substances et les troubles liés au jeu. Ainsi, les données existantes suggèrent que sa classification pourrait être mieux adaptée à une dépendance comportementale qu'à un trouble du contrôle des impulsions.
  21. Réactivité striatale ventrale dans les comportements sexuels compulsifs (2018) - extrait: Parmi les études actuellement disponibles, nous avons pu trouver neuf publications (Tableau 1) qui utilisait l’imagerie par résonance magnétique fonctionnelle. Seulement quatre d’entre eux (36-39) examiné directement le traitement des signaux et / ou récompenses érotiques et les résultats rapportés concernant les activations du striatum ventral. Trois études indiquent une réactivité striatale ventrale accrue pour les stimuli érotiques (36-39) ou des signaux prédictifs de tels stimuli (36-39). Ces résultats sont compatibles avec la théorie de la saillance incitative (TSI) (28), l’un des cadres les plus importants décrivant le fonctionnement du cerveau dans la toxicomanie.
  22. Porno-dépendance en ligne: Ce que nous savons et ce que nous ne faisons pas - Revue systématique (2019) - extrait: À notre connaissance, un certain nombre d'études récentes soutiennent cette entité en tant que dépendance comportant des manifestations cliniques importantes telles que le dysfonctionnement sexuel et l'insatisfaction psychosexuelle. La plupart des travaux existants sont basés sur des recherches similaires menées sur des toxicomanes, sur l'hypothèse de la pornographie en ligne en tant que "stimulus supranormal", qui s'apparente à une substance réelle qui, par le biais d'une consommation continue, peut déclencher un trouble de dépendance.
  23. Occurrence et développement de la dépendance à la pornographie en ligne: facteurs de susceptibilité individuels, mécanismes de renforcement et mécanismes neuronaux (2019) - extrait: L'expérience de longue date de la pornographie en ligne a conduit à la sensibilisation de ces personnes aux indices liés à la pornographie en ligne, ce qui a entraîné un sentiment croissant de besoin impérieux et d'utilisation compulsive de la pornographie en ligne sous le double facteur de tentation et de déficience fonctionnelle. Le sentiment de satisfaction qui en découle devient de plus en plus faible, de sorte que de plus en plus de pornographie en ligne est nécessaire pour maintenir l'état émotionnel précédent et devenir toxicomane.
  24. Théories, prévention et traitement du trouble de l'utilisation de la pornographie (2019) - extrait: Un trouble du comportement sexuel compulsif, y compris une utilisation problématique de la pornographie, a été inclus dans la CIM-11 en tant que trouble du contrôle des impulsions. Les critères diagnostiques de ce trouble sont toutefois très similaires à ceux des troubles dus à des comportements addictifs… Des considérations théoriques et des preuves empiriques suggèrent que les mécanismes psychologiques et neurobiologiques impliqués dans les troubles addictifs sont également valables pour les troubles liés à la pornographie.
  25. Utilisation de la pornographie problématique auto-perçue: un modèle d'intégration à partir des critères d'un domaine de recherche et d'une perspective écologique (2019) - extrait: L'utilisation de la pornographie problématique auto-perçue semble être liée à de multiples unités d'analyse et à différents systèmes dans l'organisme. Sur la base des résultats du paradigme RDoC décrit ci-dessus, il est possible de créer un modèle cohérent dans lequel différentes unités d'analyse s'influencent mutuellement (figure 1). Ces changements dans les mécanismes internes et comportementaux chez les personnes atteintes de SPPPU sont similaires à ceux observés chez les personnes toxicomanes et correspondent à des modèles de dépendance.
  26. Dépendance au cybersexe: un aperçu du développement et du traitement d'un nouveau trouble émergent (2020) - Extraits: CLa dépendance au ybersexe est une dépendance non liée à une substance qui implique une activité sexuelle en ligne sur Internet. De nos jours, divers types de choses liées au sexe ou à la pornographie sont facilement accessibles via les médias Internet. En Indonésie, la sexualité est généralement considérée comme un tabou, mais la plupart des jeunes ont été exposés à la pornographie. Cela peut conduire à une dépendance avec de nombreux effets négatifs sur les utilisateurs, tels que les relations, l'argent et des problèmes psychiatriques tels que la dépression majeure et les troubles anxieux.
  27. Quelles conditions doivent être considérées comme des troubles dans la classification internationale des maladies (CIM-11) Désignation des «autres troubles spécifiés dus à des conduites addictives»? (2020) - Extraits: Les données d'auto-évaluation, d'études comportementales, électrophysiologiques et de neuroimagerie démontrent une implication des processus psychologiques et des corrélats neuronaux sous-jacents qui ont été étudiés et établis à des degrés divers pour les troubles liés à l'usage de substances et les troubles du jeu / jeu (critère 3). Les points communs notés dans les études antérieures incluent la réactivité aux signaux et le besoin impérieux accompagnés d'une activité accrue dans les zones cérébrales liées à la récompense, les biais attentionnels, la prise de décision désavantageuse et le contrôle inhibiteur (spécifique aux stimuli).
  28. La nature addictive des comportements sexuels compulsifs et de la consommation problématique de pornographie en ligne: un examen - Extraits: Les résultats disponibles suggèrent qu'il existe plusieurs caractéristiques de CSBD et POPU qui sont cohérentes avec les caractéristiques de la toxicomanie, et que les interventions utiles pour cibler les toxicomanies comportementales et de substances justifient la prise en compte de l'adaptation et de l'utilisation pour soutenir les personnes atteintes de CSBD et POPU…. La neurobiologie du POPU et du CSBD implique un certain nombre de corrélats neuroanatomiques partagés avec des troubles de consommation de substances établis, des mécanismes neuropsychologiques similaires, ainsi que des altérations neurophysiologiques courantes du système de récompense de la dopamine.
  29. Comportements sexuels dysfonctionnels: définition, contextes cliniques, profils neurobiologiques et traitements (2020) - Extraits: La dépendance au porno, bien que distincte sur le plan neurobiologique de la dépendance sexuelle, reste une forme de dépendance comportementale ... La suspension soudaine de la dépendance au porno entraîne des effets négatifs sur l'humeur, l'excitation et la satisfaction relationnelle et sexuelle ... L'utilisation massive de la pornographie facilite l'apparition de la dépendance psychosociale. troubles et difficultés relationnelles…
  30. Que faut-il inclure dans les critères du trouble du comportement sexuel compulsif? (2020) - Extraits: La classification du CSBD comme trouble du contrôle des impulsions mérite également d'être prise en considération. … Des recherches supplémentaires peuvent aider à affiner la classification la plus appropriée de CSBD comme cela s'est produit avec le trouble du jeu, reclassé de la catégorie des troubles du contrôle des impulsions à des dépendances sans substance ou comportementales dans le DSM-5 et la CIM-11. … L'impulsivité peut ne pas contribuer aussi fortement à l'utilisation problématique de la pornographie que certains l'ont proposé (Bőthe et al., 2019).
  31. Prise de décision dans les troubles du jeu, l'utilisation problématique de la pornographie et l'hyperphagie boulimique: similitudes et différences (2021) - Extraits: Des similitudes entre la CSBD et les dépendances ont été décrites, et un contrôle affaibli, une utilisation persistante malgré les conséquences néfastes et des tendances à prendre des décisions risquées peuvent être des caractéristiques communes (37•• 40). Les personnes atteintes de ces troubles présentent souvent un contrôle cognitif altéré et une prise de décision désavantageuse [12, 15,16,17]. Des déficits dans les processus de prise de décision et dans l'apprentissage axé sur les objectifs ont été constatés pour plusieurs troubles.
  32. Processus cognitifs liés à l'utilisation problématique de la pornographie (PPU): une revue systématique des études expérimentales (2021) - Extraits: Dans le présent article, nous examinons et compilons les preuves dérivées de 21 études portant sur les processus cognitifs sous-jacents à la PPU. En bref, la PPU est liée à: (a) des biais attentionnels envers les stimuli sexuels, (b) un contrôle inhibiteur déficient (en particulier, des problèmes d'inhibition de la réponse motrice et de détourner l'attention des stimuli non pertinents), (c) une pire performance dans les tâches évaluer la mémoire de travail et (d) les troubles de la prise de décision.

Quatre changements cérébraux majeurs sont impliqués à la fois dans la dépendance à la drogue et dans le comportement, comme indiqué dans ce document publié cette année dans Le New England Journal of Medicine"Progrès neurobiologiques du modèle de toxicomanie cérébrale (2016)“. Cet examen historique par le directeur de l'Institut national sur l'abus d'alcool et l'alcoolisme (NIAAA) George F. Koobet le directeur de l'Institut national de lutte contre l'abus des drogues (NIDA) Nora D. Volkow, souligne non seulement les changements cérébraux impliqués dans la dépendance, il indique également dans son paragraphe d'introduction que la dépendance au sexe existe:

«Nous concluons que les neurosciences continuent de soutenir le modèle de toxicomanie associé aux maladies du cerveau. La recherche en neurosciences dans ce domaine offre non seulement de nouvelles opportunités pour la prévention et le traitement de la toxicomanie et des dépendances comportementales associées (par exemple, à sexeet le jeu)…. ”

En termes simples et très généraux, les principaux changements fondamentaux au cerveau causés par la dépendance sont: 1) Sensibilisation, 2) Désensibilisation, 3) Circuits préfrontaux dysfonctionnels (hypofrontalité), 4) Circuits de stress dysfonctionnels. Tous les 4 de ces changements cérébraux ont été identifiés parmi les plus de 55 études basées sur les neurosciences sur des utilisateurs fréquents de porno et des toxicomanes sexuels:

  1. Sensibilisation (Cue-réactivité & envies): Les circuits cérébraux impliqués dans la motivation et la recherche de récompense deviennent hyper-sensibles aux souvenirs ou aux signaux liés au comportement addictif. Cela se traduit par augmentation du «désir» ou du désir alors que le goût ou le plaisir diminue. Par exemple, des signaux, comme allumer l'ordinateur, voir un pop-up ou être seul, déclenchent de manière intense l'ignorance du porno. Certains décrivent une réaction porno sensibilisée comme "pénétrant dans un tunnel n'ayant qu'une seule issue: le porno". Peut-être ressentez-vous une précipitation, des battements de coeur rapides, voire même des tremblements, et tout ce à quoi vous pouvez penser est de vous connecter à votre site de tube préféré. Études rapportant une sensibilisation ou une réactivité de signal chez les utilisateurs de porno / les toxicomanes: 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10, 11, 12, 13, 14, 15, 16, 17, 18, 19, 20, 21, 22, 23, 24, 25, 26, 27.
  2. Désensibilisation (diminution de la sensibilité et de la tolérance aux récompenses): cela implique des changements chimiques et structurels à long terme qui quittent l'individu moins sensible au plaisir. La désensibilisation se traduit souvent par une tolérance, qui correspond au besoin d'une dose plus forte ou d'une stimulation plus grande pour obtenir la même réponse. Certains utilisateurs de porno passent plus de temps en ligne, prolongeant les sessions par bords, en regardant quand ils ne se masturbent pas, ou en recherchant la vidéo parfaite. La désensibilisation peut également prendre la forme d'une escalade vers de nouveaux genres, parfois plus difficiles et plus étranges, voire inquiétants. En effet, le choc, la surprise ou l’anxiété peuvent tous élever la dopamine et réduire l’excitation sexuelle. Certaines études utilisent le terme «habituation» - qui peut impliquer des mécanismes d'apprentissage ou des mécanismes de dépendance. Études rapportant une désensibilisation ou une accoutumance chez les utilisateurs de porno / les toxicomanes sexuels: 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8.
  3. Circuits préfrontaux dysfonctionnels (Volonté affaiblie + hyper-réactivité aux signaux): Le dysfonctionnement du cortex préfrontal ou des altérations des connexions entre le système de récompense et le cortex préfrontal conduisent à une réduction du contrôle des impulsions, mais à une plus grande envie d'utiliser. Les circuits préfrontaux dysfonctionnels se manifestent par le sentiment que deux parties de votre cerveau sont engagées dans un bras de fer. Les voies de toxicomanie sensibilisées crient «Oui! tandis que votre «cerveau supérieur» dit: «Non, pas encore! Alors que les parties de contrôle exécutif de votre cerveau sont dans un état affaibli, les voies de dépendance gagnent généralement. Études faisant état de dysfonctionnements du pouvoir exécutif (hypofrontalité) ou d'une activité préfrontale altérée chez les utilisateurs de porno / les toxicomanes: 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10, 11, 12, 13, 14, 15, 16, 17, 18, 19, 20.
  4. Système de stress défectueux (envies et symptômes de sevrage accrus): Certains experts en toxicomanie considèrent la dépendance comme un trouble de stress, car la consommation chronique induit de multiples altérations du système de stress du cerveau et affecte également les hormones de stress circulantes (cortisol et adrénaline). Un système de stress défectueux entraîne un stress, même mineur, entraînant des envies de fumer et des rechutes, car il active de puissantes voies sensibilisées. De plus, cesser une dépendance active les systèmes de stress du cerveau, ce qui entraîne de nombreux symptômes de sevrage communs à toutes les dépendances, notamment l'anxiété, la dépression, l'insomnie, l'irritabilité et les sautes d'humeur. Enfin, une réponse au stress hyperactive inhibe le cortex préfrontal et les fonctions exécutives, y compris le contrôle des impulsions et la capacité à comprendre pleinement les conséquences de nos actions. Études indiquant un système de stress dysfonctionnel chez les utilisateurs de porno / les toxicomanes: 1, 2, 3, 4, 5.

S'agit-il des seuls changements cérébraux? Non. Chacun de ces indicateurs généraux reflète plusieurs valeurs plus subtiles. altérations cellulaires et chimiques liées à la dépendance- de même que le scan d'une tumeur cancéreuse ne montrerait pas de modifications cellulaires / chimiques plus subtiles associées. La plupart des changements plus subtils ne peuvent pas être évalués dans les modèles humains en raison du caractère invasif des technologies requises. Cependant, ils ont été identifiés dans des modèles animaux.

Ensemble, les études ci-dessus sur le cerveau ont révélé:

  1. Les principaux changements cérébraux liés à la dépendance à 3: sensibilisation, désensibilisationet hypofrontalité.
  2. Une plus grande utilisation du porno en corrélation avec moins de matière grise dans le circuit de récompense (striatum dorsal).
  3. Une utilisation accrue du porno en corrélation avec une activation moindre du système de récompense lors de la visualisation d'images sexuelles.
  4. Une plus grande utilisation du porno en corrélation avec des connexions neuronales perturbées entre le système de récompense et le cortex préfrontal.
  5. Les toxicomanes avaient une plus grande activité préfrontale sur les signaux sexuels, mais une activité cérébrale inférieure aux stimuli normaux (correspond à une toxicomanie).
  6. Utilisation du porno / exposition au porno liée à une plus grande réduction différée (incapacité de retarder la gratification). Ceci est un signe de dysfonctionnement du pouvoir exécutif.
  7. 60% des sujets toxicomanes compulsifs dans une étude ont eu une dysfonction érectile ou une faible libido avec des partenaires, mais pas avec du porno: tous ont déclaré que l'utilisation de la pornographie sur Internet causait leur dysfonction érectile / faible libido.
  8. Biais d'attention accru comparable aux usagers de drogues. Indique une sensibilisation (un produit de DeltaFosb).
  9. Plus grand désir et envie de porno, mais pas plus grand goût. Cela correspond au modèle de dépendance accepté - sensibilisation incitative.
  10. Les toxicomanes du porno ont une préférence accrue pour la nouveauté sexuelle, mais leur cerveau s'habitue plus rapidement aux images sexuelles. Pas préexistant.
  11. Plus les utilisateurs de porno sont jeunes, plus la réactivité du centre de récompense est grande.
  12. Lectures EEG plus élevées (P300) lorsque les utilisateurs de porno étaient exposés à des signaux porno (qui se produit dans d'autres addictions).
  13. Moins de désir d'avoir des relations sexuelles avec une personne, ce qui correspond à une réactivité accrue aux images pornographiques.
  14. Une plus grande utilisation de pornographie en corrélation avec une faible amplitude de LPP lors de la visualisation de photos à caractère sexuel: indique une habituation ou une désensibilisation.
  15. Axe HPA dysfonctionnel et circuits de stress cérébral altérés, ce qui se produit dans les toxicomanies (et plus grand volume d'amygdala, qui est associé à un stress social chronique).
  16. Modifications épigénétiques des gènes essentiels à la réponse au stress chez l'homme et étroitement associées à la dépendance.
  17. Des taux circulants plus élevés de facteur de nécrose tumorale (TNF) qui se produit également dans l’abus de drogues et la toxicomanie.
  18. Un déficit en matière grise du cortex temporal; moins de connectivité entre l’entreprise temporelle et plusieurs autres régions.
  19. Impulsivité d'état supérieure.
  20. Diminution du cortex préfrontal et de la matière grise du gyrus cingulaire antérieur par rapport aux témoins sains.
  21. Réduction de la substance blanche par rapport aux témoins sains.

Les preuves empiriques d'une «dépendance au comportement» sont accablantes

Avant la publication des études susmentionnées, YBOP affirmait que la dépendance à la pornographie sur Internet était réelle et causée par les mêmes changements cérébraux fondamentaux que ceux observés dans d'autres dépendances. Nous avions confiance en cette affirmation car la physiologie de base repose sur le fait que les médicaments ne créent rien de nouveau ou de différent; ils augmentent ou diminuent simplement les fonctions cellulaires existantes. Nous possédons déjà les mécanismes nécessaires pour la dépendance (circuits d’accouplement / de liaison / d’amour chez les mammifères) et pour le binging (stockage des calories, saison des naissances). De plus, des années de recherche sur la toxicomanie ont clairement démontré que la toxicomanie est une condition unique, se traduisant par une constellation typique de signes, de symptômes et de comportements (Récompenses naturelles, neuroplasticité et toxicomanies non liées à la drogue (2011).

En plus des études du cerveau sur les utilisateurs de porno / les toxicomanes, de nombreuses études révèlent un lien entre la consommation de porno et problèmes de performances sexuelles, relation et insatisfaction sexuelle, et activation cérébrale réduite à des stimuli sexuels (voir cette liste d'études constamment mise à jour). Nous voyons souvent des gars en bonne santé qui développent dysfonction érectile liée au porno retrouver une bonne santé simplement en évitant le porno sur Internet. Cela suggère qu'ils n'ont pas eu d'autres problèmes qui auraient expliqué leur vulnérabilité

Les études sur les utilisateurs de porno sur Internet ne devraient pas surprendre car plus de 370+ cerveau DE CAS confirment également que les «accros à Internet» développent la mêmes changements majeurs dans le cerveau liés à la dépendance qui se produisent dans les toxicomanies. Des centaines d'autres études sur la dépendance à Internet basées sur des évaluations corroborent ce que les études sur le cerveau ont révélé. Voir nos collections:

La pornographie sur Internet, les jeux sur Internet et les médias sociaux sont maintenant considérés comme des applications ou des sous-catégories distinctes d’utilisation d’Internet. Une personne peut être dépendante de la pornographie sur Facebook ou sur Internet sans avoir de «dépendance à Internet généralisée», comme expliqué dans ce document. Revue de la littérature 2015. Une étude hollandaise de 2006 a révélé que l’érotisme avait le potentiel de dépendance le plus élevé de toutes les applications Internet.

Pas étonnant. Internet Erotica est une version extrême des récompenses naturelles que nous souhaitons tous poursuivre: excitation sexuelle et possibilités d'accouplement apparentes. La pornographie extrême d'aujourd'hui est un «renfort naturel» aussi peu naturel que la malbouffe d'aujourd'hui. Voir notre article Porn hier et aujourd'hui: bienvenue dans l'entraînement cérébral, et cet excellent article revu par des pairs, avec un examen en cours de la neuroscience par rapport à la dépendance au porno sur Internet: Dépendance à la pornographie - un stimulus supranormal considéré dans le contexte de la neuroplasticité (2013).

Sans aucun doute, certains cerveaux sont plus sensibles que d’autres aux effets potentiellement addictifs des stimuli extrêmes. Cependant, il est probable que plus les stimuli sexuels de notre culture deviennent intenses, plus grand est le pourcentage d'utilisateurs qui montreront des signes de déséquilibre, même ceux dont le cerveau est fondamentalement en bonne santé. De plus, chaque génération utilise une stimulation synthétique plus extrême que la précédente et commence plus tôt avec la pornographie Internet à haut débit (pensez aux smartphones.) Hélas, le cerveau des adolescents vulnérable à la dépendance et conditionnement sexuel.

Des recherches récentes sur les modifications du cerveau en réponse à des «aliments très savoureux» révèlent preuve d'un processus de dépendance. Si jeux d'argent, jeux, Utilisation d'Internet et nourriture peut modifier le cerveau de cette manière, il aurait été étonnant de croire que le porno sur Internet seul pourrait pas. C’est pourquoi En 2011, Docteurs 3000 de l'American Society for Addiction Medicine (ASAM) est sorti avec un déclaration publique clarifiant que les dépendances comportementales (sexuelle, alimentaire, au jeu) sont fondamentalement similaires aux dépendances à une substance en termes de changements cérébraux. ASAM a déclaré:

«Nous avons tous le circuit de récompense du cerveau qui rend la nourriture et le sexe enrichissants. En fait, il s’agit d’un mécanisme de survie. Dans un cerveau en bonne santé, ces récompenses ont des mécanismes de rétroaction pour la satiété ou «assez». Chez les toxicomanes, les circuits deviennent dysfonctionnels, de sorte que le message adressé à l'individu devient "plus", ce qui conduit à la recherche pathologique de récompenses et / ou de secours grâce à l'utilisation de substances et de comportements. "

ASAM a spécifiquement abordé les dépendances au comportement sexuel:

QUESTION: Cette nouvelle définition de la dépendance fait référence à la dépendance au jeu, à la nourriture et aux comportements sexuels. ASAM croit-il vraiment que la nourriture et le sexe créent une dépendance?

RÉPONSE: La nouvelle définition ASAM fait une différence entre assimiler dépendance et dépendance à une substance en décrivant comment la dépendance est également liée à des comportements enrichissants. … Cette définition dit que la toxicomanie concerne le fonctionnement et les circuits du cerveau et comment la structure et la fonction du cerveau des personnes toxicomanes diffèrent de la structure et de la fonction du cerveau des personnes non toxicomanes. … Les comportements alimentaires, sexuels et de jeu peuvent être associés à la «recherche pathologique de récompenses» décrite dans cette nouvelle définition de la dépendance.

Deux chercheurs de renommée mondiale en toxicomanie, membres de l'ASAM, ont donné leur avis des années avant la nouvelle définition:

  1. La docteure Nora Volkow, directrice de l'Institut national de lutte contre l'abus des drogues (NIDA), a suggéré de changer le nom de l'agence en «Institut national des maladies de la toxicomanie» afin de traiter les dépendances comportementales telles que le jeu pathologique, la surconsommation alimentaire et la pornographie compulsive (Plus de toxicomanies, moins de stigmatisation).
  2. Chercheur en toxicomanie, Eric Nestler, a ce Q & A sur son site Web, Nestler Labs.

QUESTION: Ces changements se produisent-ils naturellement dans votre cerveau sans l'influence d'une drogue abusive?

RÉPONDRE: "Il est probable que des changements similaires du cerveau se produisent dans d'autres conditions pathologiques impliquant la consommation excessive de récompenses naturelles, telles que la suralimentation pathologique, le jeu pathologique, les dépendances sexuelles, etc."

Mais la «dépendance au porno» n'est pas reconnue, n'est-ce pas?

Comme vous l'avez peut-être entendu dans les médias, l'American Psychiatric Association (APA) tarde à proposer un diagnostic sur l'utilisation abusive / compulsive de la pornographie sur Internet dans ses médias. Manuel diagnostique et statistique. En fait, l'APA n'a pas formellement envisagé la «dépendance à la pornographie sur Internet» pour son édition 2013 (DSM-5), préférant plutôt débattre du «trouble hypersexuel». Ce dernier terme générique pour comportement sexuel problématique a été recommandé par le groupe de travail sur la sexualité du DSM-5, après des années d'effort. Toutefois, lors d'une session de la "chambre d'honneur" de la onzième heure (selon un membre du groupe de travail), d'autres responsables du DSM-5 ont unilatéralement rejeté l'hypersexualité, invoquant des raisons qualifiées d'illogiques. Par exemple, le DSM-5 a recommandé de poursuivre l’étude du sous-type de dépendance à Internet «Trouble du jeu sur Internet», tout en refusant de recommander une étude plus approfondie du «Trouble de la dépendance à Internet».

En atteignant cette position, le DSM-5 a ignoré à la fois les nombreux rapports de patients et de leurs cliniciens concernant les signes, symptômes et comportements compatibles avec la dépendance, et la recommandation formelle de milliers d'experts médicaux et de chercheurs de l'American Society of Addiction Medicine. Un peu d’histoire: le DSM compte quelques critiques distingués qui s’opposent à son approche consistant à ignorer la théorie médicale et à fonder ses diagnostics sur des symptômes (plutôt que sur une physiologie sous-jacente). Cela aboutit à des décisions politiques erratiques qui défient la réalité. Par exemple, l’homosexualité était autrefois classée à tort dans la catégorie des troubles mentaux.

Juste avant la publication du DSM-5 dans 2013, Thomas Insel, directeur de l'Institut national de la santé mentale, averti qu'il était temps que le domaine de la santé mentale cesse de compter sur le DSM. Le DSM's “la faiblesse est son manque de validité, "At-il expliqué, et"nous ne pouvons pas réussir si nous utilisons les catégories DSM comme «étalon or." Il ajouta, "C’est pourquoi le NIMH réorientera ses recherches des catégories DSM. ”En d'autres termes, le NIMH ne financerait plus de recherche basée sur les diagnostics énumérés dans le DSM.

Depuis la publication du DSM-5, des centaines d'études supplémentaires sur la dépendance à Internet et au jeu sur Internet, ainsi que des dizaines d'études sur la dépendance au porno sur Internet ont été publiées, compromettant ainsi la position du DSM-5. Incidemment, malgré l'attention des médias sur la position du DSM-5, les praticiens travaillant avec des personnes ayant des comportements sexuels problématiques ont continué à diagnostiquer de tels problèmes. Ils emploient un autre diagnostic dans le DSM-5 ainsi qu’un diagnostic de l’actuel ICD-10, le manuel de diagnostic largement utilisé par l’Organisation mondiale de la santé, le Classification internationale des maladies.

La grande nouvelle est que l'Organisation mondiale de la santé a corrigé l'erreur du DSM-5. Contrairement aux éditeurs DSM-5, les éditeurs de la CIM-11 proposent d’ajouter un nouveau diagnostic de santé mentale qui engloberait les personnes atteintes de troubles liés à des comportements de dépendance sexuelle. Voici le langage proposé actuellement:

6C92 Trouble du comportement sexuel compulsif se caractérise par un schéma persistant d’incapacité à contrôler les pulsions ou les pulsions sexuelles intenses et répétitives entraînant un comportement sexuel répétitif. Les symptômes peuvent inclure des activités sexuelles répétitives devenant un point central de la vie de la personne au point de négliger la santé et les soins personnels ou d'autres intérêts, activités et responsabilités; de nombreux efforts infructueux pour réduire considérablement les comportements sexuels répétitifs; et un comportement sexuel répétitif continu malgré des conséquences néfastes ou en retirant peu ou pas de satisfaction.

Le modèle d'échec à contrôler les pulsions ou les pulsions sexuelles intenses et les comportements sexuels répétitifs qui en résultent se manifestent sur une période de temps prolongée (par exemple, 6 mois ou plus), et provoquent une détresse marquée ou une altération significative des conditions personnelles, familiales, sociales, éducatives, professionnelles ou d’autres domaines importants de fonctionnement. La détresse qui est entièrement liée aux jugements moraux et à la désapprobation à l'égard des impulsions, des pulsions ou des comportements sexuels n'est pas suffisante pour répondre à cette exigence.

Pour un compte-rendu précis de la CIM-11, voir cet article récent de la Société pour l'avancement de la santé sexuelle (SASH): Le «comportement sexuel compulsif» a été classé par l'Organisation mondiale de la santé dans la catégorie «trouble de santé mentale». Pour un exposé sur les manigances de thèses dirigées par un agenda, voir - Les propagandistes déforment les journaux en affirmant faussement que la CIM-11 de l'OMS «a rejeté la dépendance au porno et au sexe»

Conditionnement sexuel

Tous ceux qui souffrent d'une utilisation problématique du porno ne sont pas des toxicomanes. De nombreux problèmes semblent résulter du fait que les consommateurs conditionnent leur réponse sexuelle à la pornographie en ligne. Pour plus voir Conditionnement sexuel.

Sections contenant des milliers d'études pertinentes: