Des changements régionaux dans l’expression de ∆FosB dans le cerveau de rat après l’auto-administration de la MDMA prédisent une sensibilité accrue aux effets de la MDMA infusée localement (2019)

Addict Biol. 2019 Aug 1: e12814. doi: 10.1111 / adb.12814.

van de Wetering R1, Schenk S1.

Abstrait

Une exposition répétée à la drogue produit une pléthore de modifications cérébrales persistantes, dont certaines sont à la base du développement de la toxicomanie. Un objectif important de la recherche sur la toxicomanie consiste à identifier les changements cérébraux susceptibles d’intervenir dans la transition de la consommation de drogues à l’abus de drogues. L'accumulation persistante du facteur de transcription, ∆FosB, à la suite d'une exposition répétée au médicament, offre un moyen d'atteindre cet objectif. Les expériences ont été menées sur des rats Sprague-Dawley mâles sexuellement matures. Les effets de l'auto-administration étendue de 3,4-méthylènedioxyméthamphétamine (MDMA) sur les mesures immunohistochimiques de l'accumulation de ∆FosB dans les régions du cerveau 12 ont été comparés à ceux d'un groupe témoin apparié, naïf de médicament. D'autres groupes ont été prétraités avec de la MDMA (0.0 ou 10.0 en mg / kg, ip, une fois par jour pendant les jours 5), ainsi que sur l'effet d'activation locomotrice de la MDMA (200 en mg / côté) micro-injectée bilatéralement dans des régions du cerveau sélectionnées en fonction du gène FosB. les résultats ont ensuite été déterminés. L’auto-administration de la MDMA a significativement augmenté l’expression de ∆FosB dans le noyau accumbens, le caudé-putamen caudé, antérieur, cingulaire, pré-abdominal, dorsomédial et dorsomedial, mais pas dans le caudate ventrolatéral ou dorsolatéral, mais pas dans le caudate ventrolatéral ou dorsolatéral. putamen. Les augmentations de la coque du noyau accumbens étaient substantielles mais n'étaient pas significatives suite à la correction statistique pour les comparaisons multiples. Le prétraitement de la MDMA n'augmentait l'hyperactivité produite par la MDMA que lorsqu'il était administré dans le noyau accumbens ou dans le putamen médial, mais pas dans le latéral, caudé, ce qui correspond aux résultats de ∆FosB. Ces données se comparent favorablement aux résultats consécutifs à une exposition répétée à d'autres drogues d'abus et confortent l'idée de modifications neuroplastiques courantes à la suite d'une exposition répétée à une drogue.

MOTS-CLÉS: La MDMA; dépendance; l'hyperactivité; infusion locale; auto-administration; ΔFosB

PMID: 31373119

DOI: 10.1111 / adb.12814