Les effets de l'utilisation matérielle sexuellement explicite sur la dynamique des relations amoureuses (2016)

research.coup_.jpg

COMMENTAIRES: Cette étude ont examiné les effets de l’usage de porno sur les couples mais n’ont interrogé que des individus (en relation, âge moyen 28.5) et non des couples (ensemble). En plus d’exclure les personnes qui ne sont pas en couple, elle exclut les couples où le partenaire interrogé a déclaré que le autre partenaire utilisé porno. C'était pas un échantillon représentatif,

75% des participants étaient des femmes et 59% des femmes utilisaient de la pornographie (taux beaucoup plus élevé que celui des études transversales). 38% des personnes interrogées étaient mariées. Les résultats:

Les couples, où personne n’a utilisé, ont déclaré être plus satisfaits des relations que les couples ayant des utilisateurs individuels. Ceci est cohérent avec les recherches précédentes (Cooper et coll., 1999; Manning, 2006), démontrant que l'utilisation solitaire de matériel sexuellement explicite entraîne des conséquences négatives ... Avec des effets de genre constants, les utilisateurs individuels ont signalé beaucoup moins d'intimité et d'engagement dans leurs relations que les non-utilisateurs et les utilisateurs partagés.

Comme avec d'autres études, les utilisateurs solitaires signalent une relation sexuelle et une satisfaction sexuelle moins bonnes. L'étude a également signalé peu de différence entre les couples où les deux regardaient ensemble de la pornographie et les couples où aucun ne consommait de porno. L'éléphant dans la pièce: Puisqu'il s'agissait d'une enquête auprès d'une seule personne dans la relation, pas des deux, comment savons-nous que les deux personnes étaient vraiment des «non-utilisateurs»? D'autant que 86% des «non-utilisateurs» ayant répondu à l'enquête étaient des femmes.

À quelle fréquence un utilisateur de porno voit-il du porno?

«Dans l'ensemble, la fréquence à laquelle une personne regarde du matériel sexuellement explicite peut avoir un impact sur les conséquences pour les utilisateurs. Notre étude a révélé que les utilisateurs fréquents sont plus susceptibles d'avoir une satisfaction relationnelle et une intimité plus faibles dans leurs relations amoureuses. "

Enfin, cette étude a évalué les effets «auto-perçus» de la pornographie en utilisant le PCES:

"Dans l'ensemble, les utilisateurs à haute fréquence (HFU) ont signalé effets positifs perçus plus importants que les utilisateurs basse fréquence (LFU) »

Il n'est pas surprenant qu'une plus grande utilisation de la pornographie ait abouti à la découverte «d'effets perçus positifs» plus importants, car l'étude a utilisé le Échelle d'effet de la consommation de pornographie (PCES). Le PCES est un excellent exemple de métrique de recherche en sexologie de mauvaise qualité. YBOP et un professeur de psychologie bien connu ont exposé le PCES à ce qu’il est ici: Effets auto-perçus de la consommation de pornographie, Hald GM, Malamuth NM (2008). La nature des questions du PCES et la façon dont elles sont notées aboutissent à des résultats étonnants (et défiant le bon sens) comme celui-ci: plus vous regardez de porno, plus vous pensez que le porno est réaliste, et plus vous vous masturbez dessus, le plus positifs les effets dans tous les domaines de votre vie. Pourquoi? Une qualité de vie réduite, des dommages aux relations et une vie sexuelle inexistante, sont sur un pied d'égalité dans le PCES avec en savoir plus sur le sexe anal et développer des attitudes plus libérales à l'égard des comportements sexuels. Appliquer les questions PCES à un individu - si vous êtes un enfermé de 30 ans qui se masturbe au porno hardcore 5 fois par jour, le porno apporte une contribution particulièrement positive à votre vie!

Dans un exemple clair de la faille du PCES, la présente étude a révélé que Utilisateurs de porno à haute fréquence ont obtenu des scores plus élevés aux questions sur les effets positifs du PCES (comme on pouvait s'y attendre), mais leur vie réelle n'était pas si belle: ils avaient une satisfaction relationnelle plus faible et moins d'intimité dans leurs relations amoureuses. Employant le Échelle d'effet de la consommation de pornographie (PCES), l'étude a révélé qu'une utilisation accrue de la pornographie était liée à une fonction sexuelle plus faible, à davantage de problèmes sexuels et à une «vie sexuelle pire». Un extrait décrivant la corrélation entre les «effets négatifs» du PCES sur les questions de la «vie sexuelle» et la fréquence d'utilisation de la pornographie:

Il n'y avait pas de différences significatives pour la dimension à effet négatif PCES sur la fréquence d'utilisation de matériel sexuellement explicite; cependant, il y avait des différences significatives sur la sous-échelle Sex Life où les utilisateurs de porno à haute fréquence ont signalé des effets négatifs plus importants que les utilisateurs de porno à basse fréquence.

En termes simples, nonobstant PCES scores impliquant des avantages de regarder du porno, plus de porno conduit à une vie sexuelle plus pauvre et à plus de problèmes sexuels. Vous vous posez peut-être la question évidente: comment diable les utilisateurs de pornographie à haute fréquence se sont-ils retrouvés avec une vie plus merdique, mais des «effets positifs plus importants» de leur utilisation du porno? C'est la magie du PCES! (lire notre article)


J Behav Addict. 2016 Oct 27: 1-8.

Minarcik J1, Wetterneck CT2, Short MB3.

Abstrait

Contexte et objectifs

La pornographie est devenue de plus en plus courante. Des études ont montré que les personnes utilisant des matériaux sexuellement explicites (SEM) font état d'effets négatifs (Schneider, 2000b). Cependant, Bridges (2008b) a constaté que les couples qui utilisent ensemble le SEM ont une satisfaction relationnelle supérieure à celle de ceux qui utilisent le SEM indépendamment. Une enquête plus approfondie sur divers types d'utilisation de SEM dans les relations peut mettre en évidence le lien entre SEM et divers domaines de satisfaction du couple. L'objectif de la présente étude est donc d'examiner l'impact de l'utilisation de SEM par rapport à différentes dynamiques relationnelles.

Méthodologie

L'étude actuelle comprenait un échantillon collégial et Internet de 296 participants répartis en groupes en fonction de l'utilisation du SEM dans les relations (c.-à-d. SEM seul, utilisation du SEM avec un partenaire et aucune utilisation du SEM).

Resultats

Il y avait des différences significatives entre les groupes en termes de satisfaction relationnelle [F (2, 252) = 3.69, p = 026], d'intimité [F (2, 252) = 7.95, p = <.001] et d'engagement [F (2, 252) = 5.30, p = 006]. Les analyses post-hoc ont révélé des différences supplémentaires dans la satisfaction relationnelle [t (174) = 2.13, p = 035] et l'intimité [t (174) = 2.76, p = 006] en fonction de la fréquence d'utilisation du SEM.

Discussion

Une exploration plus approfondie de la fonction d’utilisation du SEM chez les couples permettra de mieux comprendre son rôle dans les relations amoureuses.

MOTS-CLÉS: des couples; pornographie; satisfaction relationnelle; relations amoureuses; satisfaction sexuelle; matériel sexuellement explicite

PMID: 27784182

DOI: 10.1556/2006.5.2016.078

Introduction

L’augmentation significative de la pornographie [aux fins de l’étude, elle sera interchangeable avec du matériel sexuellement explicite (SEM)] a incité les chercheurs à explorer plus avant son impact sur les utilisateurs et les relations interpersonnelles (Schneider, 2000a, 2000b). À mesure que la technologie évoluait, la distribution SEM s'est également adaptée aux nouveaux formats numériques, augmentant ainsi la disponibilité et l'accessibilité. Il existe actuellement un million de sites Web 4.2 consacrés à la pornographie et chaque seconde, plus de $ 3,000 sont dépensés en SEM (Ropelato, 2010). La théorie du «Triple-A Engine», caractérisée par une accessibilité accrue, une accessibilité financière et un anonymat perçu, pourrait expliquer l'utilisation accrue de la SEM sur Internet (Cooper, 1998).

Effets négatifs de l'utilisation sur les individus

Il a été constaté que la visionnage de pornographie avait de nombreuses conséquences négatives pour l’individu, notamment une altération des performances scolaires et professionnelles, une détresse, une compulsivité sexuelle (Cooper, Putnam, Planchon et Boies, 1999; Manning, 2006) et l'agression (Allen, D'Alessio et Brezgel, 1995; Donnerstein, Donnerstein et Evans, 1975). Au-delà des problèmes liés à soi-même, l’utilisation de SEM a accru les difficultés dans les relations intimes (Deloy, 2007; Oddone-Paolucci, Genuis et Violato, 2000). Plus spécifiquement, l’utilisation de la pornographie par un individu entraîne généralement une dégradation des relations et de la satisfaction sexuelle (Ponts, 2008a; Deloy, 2007; Schneider, 2000a, 2000b; Yucel et Gassanov, 2010).

Lorsqu’on examine ces difficultés relationnelles, l’utilisation du SEM est le facteur prédictif d’une diminution de la satisfaction et de l’intimité conjugales (Schneider, 2000a, 2000b) et contribue de manière importante à la séparation et au divorce (Schneider, 2000b). En fait, les mariages avec des problèmes de dépendance sexuelle ont souvent une faible satisfaction relationnelle, et les partenaires dans cette relation signalent une augmentation du secret, de l'isolement et du dysfonctionnement de la relation (Carnes, 1992; Schneider, 2000b; Wildmon-White & Young, 2002). Ces difficultés sont plus prononcées dans les couples où un seul partenaire utilise régulièrement le SEM, ce qui entraîne souvent une perte d'intérêt pour le sexe et l'intimité sexuelle (Schneider, 2000b).

Impact négatif de l'utilisation sur les partenaires

En ce qui concerne les effets de l’utilisation des partenaires, Zillmann et Bryant (1984, 1988) ont constaté que la pornographie entraînait une baisse de la satisfaction de son partenaire, une insensibilité accrue envers les femmes, une perception déformée de la sexualité et une diminution des valeurs liées à la monogamie et au mariage. Des recherches ont également montré que regarder de la pornographie augmentait le jugement des relations non monogames comme un comportement normal (Drake, 1994).

En plus des effets sur le partenaire, des études ont examiné les réactions des femmes à l'utilisation du SEM du partenaire masculin. L'utilisation du SEM par les hommes peut générer une variété d'émotions négatives (c.-à-d., Trahison, rejet et abandon) pour les femmes, ce qui entraîne souvent la rupture des relations (Schneider, 2000a, 2000b). Les femmes, qui découvrent l'utilisation de la pornographie par leur partenaire masculin, commencent souvent à se considérer comme sexuellement indésirables, sans valeur, faibles et stupides (Bergner et ponts, 2002).

Effets positifs de l'utilisation sur les partenaires

En dépit des effets négatifs de la pornographie, certaines études ont montré que les couples qui utilisent ensemble le SEM peuvent avoir des résultats plus positifs que ceux qui utilisent le SEM de manière indépendante (Ponts, 2008b; Ponts et Morokoff, 2010; Schneider, 2000a, 2000b). De plus, les personnes qui ont seulement regardé SEM avec leur partenaire ont signalé une satisfaction sexuelle accrue et un dévouement envers leur partenaire comparé aux non-utilisateurs. Par exemple, les couples qui ont déclaré partager un SEM ont avalisé des scores significativement plus élevés de satisfaction relationnelle et sexuelle que les couples qui n’utilisaient pas le SEM ensemble (Ponts, 2008b).

Contexte de l'utilisation du SEM en romantique

Compte tenu des résultats mitigés des recherches précédentes, il est compréhensible que l’utilisation partagée et l’utilisation du SEM par des partenaires soient compliquées. Un problème qui complique les résultats est le niveau de partage dans la relation liée à l'utilisation de SEM. Plus spécifiquement, l’utilisation de SEM dans les relations amoureuses peut être limitée à une seule personne ou aux deux personnes. En outre, pour prendre en compte la perception de la présence de SEM par un partenaire, il peut généralement y avoir cinq groupes d’utilisateurs de SEM: utilisateurs individuels, utilisateurs partenaires, utilisateurs distincts, utilisateurs partagés et non-utilisateurs. Bien entendu, une personne peut appartenir à plusieurs groupes de SEM dans une relation. Lors de l'examen de chacun de ceux-ci, les effets de l'utilisation peuvent différer pour chaque personne dans chaque catégorie. Comprendre la complexité de l’utilisation de SEM peut également être lié à la fonction de l’utilisation de SEM. Pour expliquer davantage le rôle et la dynamique de l'utilisation du SEM dans les relations amoureuses (et son impact sur la satisfaction signalée), il peut être utile d'explorer les concepts liés aux niveaux de satisfaction de la relation, tels que l'intimité ou l'engagement.

L'importance de la fonction d'utilisation du SEM

L'interprétation par un partenaire de l'utilisation de son SEM peut avoir un impact sur la relation et les satisfactions sexuelles. En fait, les ponts (2008) ont constaté que la fréquence et les effets de l'utilisation du SEM varient en fonction du sexe, des perceptions de l'utilisation des partenaires et de la fonction de l'utilisation du SEM. Dans les couples où les femmes utilisaient du SEM, les deux partenaires ont estimé avoir une satisfaction sexuelle et relationnelle plus élevée par rapport aux couples dans lesquels les femmes n'utilisaient pas de SEM. Dans les relations où les femmes n'utilisaient pas de SEM, l'utilisation de SEM par les hommes avait un impact négatif sur les scores de satisfaction sexuelle. En outre, les résultats ont révélé que l’utilisation de SEM par les femmes était la fonction la plus endossée lorsqu’elle faisait l'amour, alors que les hommes ont généralement déclaré l’utiliser comme une aide masturbatoire solitaire (Ponts, 2008a, p. 79).

En dehors des effets sur la satisfaction de la relation, l'engagement, la passion et l'intimité peuvent être liés à l'utilisation de SEM. Dans une étude qualitative, l’utilisation de la pornographie aurait des effets mitigés sur la satisfaction de la relation signalée (Benjamin et Tlusten, 2010). Par exemple, certaines femmes ont déclaré avoir adopté la pornographie et l'avoir utilisée comme ressource pour développer leur passion avec leur partenaire. D’autre part, d’autres femmes ont déclaré que la visualisation d’images intimes à caractère pornographique avait entraîné une aliénation de leur sexualité.

La présente étude cherche à expliquer davantage les effets de l'utilisation de SEM dans les relations amoureuses, en particulier la relation entre le contexte d'utilisation de SEM par rapport aux styles d'amour (tel que mesuré par la théorie de Sternberg), les mesures de satisfaction et les conséquences auto-déclarées de l'utilisation de SEM. Explorer l'impact de l'utilisation de SEM par les deux partenaires dans les relations amoureuses est un nouveau domaine; ainsi, cette étude s'appuie sur un corpus de recherche naissant.

L'étude en cours

La présente étude a examiné l'utilisation de SEM dans les relations amoureuses telles que rapportées par un individu. Mesures évaluant les facteurs personnels pouvant être liés à l'utilisation de SEM, y compris une mesure de styles d'amour [intimité, passion et engagement (IPC)], la satisfaction de la relation, la satisfaction sexuelle et les effets de l'utilisation de SEM. La présente étude a examiné les différences dans les effets de la SEM entre des groupes d'individus dans lesquels: (a) seul le participant utilise la SEM, (b) les deux partenaires utilisent la SEM ensemble, ou (c) aucun des partenaires n'utilisait la SEM. Bergner et ponts (2002) ont abordé les réactions des femmes lorsqu'elles découvrent que leur partenaire utilise SEM, ce qui indique que l'utilisation de SEM n'est pas toujours révélée dans une relation. Pour cette raison, les utilisateurs partenaires et les utilisateurs séparés n'étaient pas inclus. Des études complémentaires devraient porter sur les perceptions incohérentes et parfois inexactes de l'utilisation de SEM par le partenaire non utilisateur.

Méthodologie

Recrutement

Les participants, âgés de 18 ou plus et vivant dans une relation amoureuse, ont été recrutés via un système de pools de participants en ligne dans une université de taille moyenne au Texas, des annonces de cours dans la même université, des méthodes de courrier électronique «en boule de neige», des publicités sur le site Web et des références de partenaires. Le recrutement par le biais de publicités de sites Web impliquait la publication de publicités d’études sur des sites de publicité polyvalents, tels www.craigslist.com, www.backpage.comet www.facebook.com.

La collecte de données s'est déroulée sur plusieurs mois 6. Après avoir consulté le sondage en ligne, tous les participants ont été informés que leur participation était volontaire et qu’ils pouvaient se retirer de l’étude à tout moment. En raison de la nature personnelle des questions de l’étude, la signature du consentement a été levée pour préserver l’anonymat, et les participants ont été priés de cocher une case indiquant leur consentement, conformément aux procédures approuvées par la CISR. Après avoir consenti à participer, les participants ont rempli le questionnaire. La première question du sondage était le statut de la relation du participant. Les personnes qui ont déclaré «célibataire / ne vivant pas actuellement une relation amoureuse» ont été informées qu'elles n'étaient pas éligibles pour participer et ont été retirées de l'étude.

Une fois l’étude terminée, si les participants souhaitaient participer à un tirage au sort pour un tirage au sort de cinquante dollars, ils cliquaient sur un lien menant à un fichier de données séparé, ce qui empêchait de relier les réponses à l’enquête. Les deux participants, qui ont remporté le tirage au sort, ont été contactés par courrier électronique pour prendre les dispositions nécessaires afin de leur envoyer l'argent du prix. Les participants de l'université ont eu la possibilité de bénéficier d'un crédit supplémentaire au lieu de participer au tirage au sort. S'ils voulaient un crédit supplémentaire, ils ont cliqué sur un lien menant à un fichier de données séparé, dans lequel ils ont laissé leur nom afin qu'un crédit supplémentaire puisse être attribué.

Participants

La plupart des participants provenaient de l’échantillon des non-étudiants (65%, n = 192). Les participants comprenaient 75 hommes (25%) et 221 femmes (75%) âgés de 18 à 87 ans. L'âge moyen des participants était de 28.51 ans (SD = 9.40). Les personnes dans leur relation actuelle étaient ensemble depuis 5.36 ans en moyenne (SD = 6.60). Parmi les participants, 97% étaient hétérosexuels et 3% étaient homosexuels. En termes d'ethnicité, cet échantillon était majoritairement caucasien (65.2%), suivi des hispaniques (18.9%), afro-américains (7.4%) et autres (8.5%).

Pour les analyses, l'état matrimonial a été divisé en deux catégories: marié (38.1%) et célibataire (62.9%). Les participants mariés étaient mariés depuis une moyenne d’années 3.47 (SD = 7.11). La plupart des participants ont déclaré être dans une relation exclusive (85.2%), 8.0% étaient dans des relations quelque peu exclusives et 6.8% étaient des relations non exclusives. Environ 92% des participants étaient sexuellement actifs et ont déclaré avoir été sexuellement actifs avec leur partenaire actuel pendant 5.37 ans (SD = 6.80).

Les participants ont été organisés en trois groupes en fonction du type d’utilisation du SEM présent dans la relation. Le premier groupe est constitué d'utilisateurs individuels (n = 72–79; Voir le tableau 1), dans laquelle les participants sont la seule personne dans la relation utilisant SEM. Le deuxième groupe est les utilisateurs partagés (n = 68–71), qui sont des participants qui ont déclaré que les deux partenaires utilisent le SEM dans la relation ensemble. Le troisième groupe est celui des non-utilisateurs (n = 93–108), qui sont des personnes qui ont déclaré qu'aucune des personnes de la relation n'utilisait le SEM.                             

 

 

  

Tableau

Tableau 1. Moyennes, écarts types et intervalles de confiance (95%) par trois groupes pour chaque variable dépendante

 

 

 

 


  

Tableau 1. Moyennes, écarts types et intervalles de confiance (95%) par trois groupes pour chaque variable dépendante

 Non-utilisateursUtilisateurs individuelsUtilisateurs partagés
Gamme de n93-10872-7968-71
Homme (%)13.94335.2
Satisfaction relationnelle25.22 (5.62) (24.15 – 26.30)23.19 (6.03) * (21.84 – 24.54)25.25 (4.89) (24.10 – 26.41)
Satisfaction sexuelle20.54 (14.87) (17.48 – 23.60)23.07 (14.53) (19.68 – 26.43)21.46 (12.30) (18.53 – 24.39)
IPC
Intimité6.22 (0.96) (6/03–6.40)5.56 (1.43) * (5.24 – 5.88)6.14 (0.93) * (5.92 – 6.36)
Passion5.73 (1.34) (5.47 – 5.99)5.53 (1.29) (5.24 – 5.82)5.90 (1.17) (5.62 – 6.17)
Engagement6.25 (1.17) (5.52 – 5.83)5.70 (1.66) * (5.04 – 5.54)6.35 (1.01) * (5.50 – 5.84)
PCES
PED-14.46 (6.30) (13.14 – 16.05)14.87 (6.15) (13.35 – 16.41)
 SL-3.05 (1.48) (2.73 – 3.43)3.33 (1.38) (3.01 – 3.69)
 LG-2.39 (1.31) (2.11 – 2.74)2.48 (1.32) (2.17 – 2.83)
 PATOG-1.86 (1.19) (1.61 – 2.15)1.75 (1.18) (1.49 – 2.06)
 ATS-3.16 (1.40) (2.86 – 3.50)3.26 (1.42) (2.92 – 3.61)
 SK-4.00 (1.68) (3.64 – 4.37)4.05 (1.64) (3.66 – 4.45)
NED-8.67 (2.86) (8.01 – 9.34)8.11 (3.34) (7.30 – 8.92)
 SL-2.26 (0.86) (2.07 – 2.48)2.18 (0.96) (1.94 – 2.42)
 LG-1.96 (0.86) * (1.76 – 2.16)1.68 (0.67) (1.53 – 1.86)
 PATOG-2.63 (0.98) (2.40 – 2.87)2.53 (1.25) (2.24 – 2.84)
 ATS-1.81 (0.78) (1.63 – 2.00)1.71 (0.83) (1.53 – 1.93)

NotesL’écran à tuiles n pour chaque groupe variait parmi les variables dépendantes en raison du décrochage, des données manquantes et du fait que l'individu soit sexuellement actif ou non. PED = dimension de l'effet positif, NED = dimension de l'effet négatif, SL = la vie sexuelle, LG = la vie en général, PATOG = la perception des attitudes envers le genre opposé, ATS = les attitudes à l'égard du sexe et SK = la connaissance sexuelle.

*p = 05.

Les mesures

Le questionnaire de l'étude comprenait un certain nombre de mesures d'auto-évaluation. Table 1 affiche les moyennes et les écarts-types par groupe pour chaque variable dépendante.

Démographie

Les données démographiques ont été obtenues sur tous les participants et comprenaient des questions sur l’âge, le sexe, l’état de la relation, l’ethnicité, l’orientation sexuelle et la religion.

Enquête SEM

Cette échelle a été développée pour les besoins de la présente étude. Le terme «SEM» est défini comme «tout matériel décrivant deux adultes s'engageant de manière consensuelle dans des interactions sexuelles agréables, non violentes, non dégradantes». L'utilisation actuelle du SEM a été mesurée à l'aide de sa fréquence (heures par mois, ses durées mensuelles) et de ses fonctions ou raisons. utilisation. D'autres variables, telles que le type de support SEM utilisé et le contenu de divers types de SEM, ont été évaluées. La même série de questions a été posée concernant l'utilisation de leur partenaire par SEM et son utilisation partagée.

Échelle d'ajustement dyadique (DAS-7)

Le questionnaire DAS-7, version abrégée de la balance d’éléments 32 originale, contient sept éléments de type Likert (Hunsley, Best, Lefebvre et Vito, 2001). Les trois premiers éléments consistent en des déclarations relatives à un accord sur trois problèmes globaux (philosophie, objectifs et temps passé ensemble), pour lesquels les participants indiquent leur degré d’accord de 0 (Always Disagree) à 5 (Always Agree). Les trois autres points consistent en des déclarations sur la fréquence des activités du couple, et les participants ont indiqué la fréquence de ces activités de 0 (jamais) à 5 (plus d'une fois par jour). Le dernier élément est une déclaration sur le degré général de bonheur dans la relation avec laquelle les participants indiquent leur degré d’accord sur une échelle de points 7 allant de 0 (extrêmement malheureux) à 6 (parfait). Dans l'ensemble, des scores plus élevés signifient une satisfaction relationnelle plus élevée

Le DAS-7 a démontré une cohérence interne adéquate (α = 0.78 de Cronbach), en plus de la fiabilité test-retest allant de α = 0.75 à 0.80 (Hunsley et coll., 2001). Les scores vont de 0 (en détresse) à 36 (non en détresse). L'analyse de fiabilité pour cet échantillon montre une bonne cohérence (α = 0.82 de Cronbach).

Indice de satisfaction sexuelle (ISS)

L’ISS est une échelle d’items 25 permettant d’évaluer le degré de discorde ou d’insatisfaction sexuelle dans les relations (Hudson, Harrison et Crosscup, 1981). Les réponses vont de 1 (rarement ou jamais) à 5 (tout ou partie du temps) et sont résumées dans les éléments 25. En raison d’une erreur d’administration, une échelle abrégée d’items 24 a été utilisée; L’étude de validation initiale a montré que l’intégrité de la fiabilité et de la validité de l’échelle est maintenue même lorsque deux questions manquent (2).Hudson et coll., 1981). Des scores plus élevés reflètent plus d'insatisfaction, et le seuil clinique est 30.

L’ISS a une excellente cohérence interne des α = 0.92 de Cronbach et une fiabilité test-retest de α = 0.93 (Hudson et coll., 1981). En outre, la capacité de validité discriminante de l’ISS est élevée (Hudson et coll., 1981). L'analyse de fiabilité pour cet échantillon montre une bonne cohérence (α = 0.89 de Cronbach).

Échelle d'effet de la consommation de pornographie (PCES)

La PCES est une échelle d’items 47 qui évalue les effets positifs et négatifs perçus de la consommation de pornographie par soi-même (Hald et Malamuth, 2008). Cette mesure comprend deux facteurs principaux, à savoir une dimension à effet positif (PED) et une dimension à effet négatif (NED). Il existe également des sous-échelles conceptuelles, notamment la vie sexuelle (SL), la vie en général (LG), la perception d'attitudes envers le genre opposé (PATOG), les attitudes à l'égard du sexe (ATS) et la connaissance sexuelle (SK).

Le PCES n'a pas de score total, mais plutôt un ensemble de sous-échelles 11 (plage 1 – 7 pour toutes les sous-échelles). Les réponses des participants vont de 1 (pas du tout) à 7 (dans une mesure extrêmement large). La PED globale est obtenue en faisant la moyenne des éléments 27 et la NED globale en faisant la moyenne des éléments 20. Des scores plus élevés indiquent un accord plus élevé.

La fiabilité à grande échelle (c.-à-d. Α de Cronbach) pour la DEP est de 0.91 avec des estimations de fiabilité de 0.91 (SL), 0.90 (SK), 0.90 (ATS), 0.87 (GL) et 0.73 (PATOG) pour chaque construit. La fiabilité à grande échelle pour le NED est de 0.82 avec des estimations de fiabilité de 0.83 (GL), 0.81 (ATS), 0.71 (SL) et 0.72 (PATOG) pour chaque construit (Hald et Malamuth, 2008). L'analyse de fiabilité des PED et NED pour cet échantillon a montré une excellente cohérence (α = 0.95 et α = 0.92 de Cronbach, respectivement).

Échelle IPC

La CIB est une mesure 19-item des trois composantes constituant la théorie triangulaire de l’amour (Sternberg, 1986): intimité (articles 7), passion (articles 8) et engagement (articles 8, Lemieux et Hale, 2000). L'IPC n'a pas de score total, mais plutôt un ensemble de trois sous-échelles (la gamme 7 – 49 pour l'intimité et la gamme 8 – 56 pour les sous-échelles passion et engagement). Les réponses des participants vont de 1 (fortement en désaccord) à 7 (fortement en accord). Des scores plus élevés correspondent à une plus grande approbation de cet élément. Un bon coefficient de fiabilité a été trouvé pour les trois sous-échelles: intimité (α = 0.89), passion (α = 0.94) et engagement (α = 0.89). Les échelles IPC ont une bonne validité convergente avec une mesure de satisfaction de relation (α = 0.96). L'analyse de fiabilité des sous-échelles de la CPI pour cet échantillon a montré une excellente cohérence (α = 0.91, α = 0.94 et α = 0.92 de Cronbach, respectivement).

Analyses

Les données ont été analysées à l’aide de SPSS 16.0. Les analyses statistiques se sont concentrées sur les différences entre les groupes en comparant des utilisateurs individuels, des utilisateurs partagés SEM ensemble et des non-utilisateurs. Une mesure d'analyse du modèle de covariance a été utilisée pour déterminer s'il existait des différences significatives entre le DAS-7 et l'ISS entre les trois groupes d'utilisation du MEB. La recherche fournie a montré une différence dans l'utilisation de SEM par sexe, le genre a également été entré en tant que deuxième variable indépendante pour explorer les effets modérateurs potentiels en tant que terme d'interaction. Toute différence significative (p <05) de l'analyse de la variance (ANOVA) ont été poursuivis avec le test de différence honnêtement significative post-hoc de Tukey en utilisant un niveau α de 05. Une série d'ANOVA ont été menées pour explorer les différences des groupes SEM des effets perçus dans les deux groupes qui ont utilisé SEM.

Des analyses post-hoc sur la fréquence d'utilisation du SEM ont été menées pour voir si cette variable affectait les résultats. t-Des tests ont été utilisés pour évaluer si la fréquence d'utilisation du SEM avait un impact sur la satisfaction relationnelle, la satisfaction sexuelle et les effets perçus de l'utilisation. Les groupes ont été divisés en utilisateurs à haute fréquence (HFU; c'est-à-dire, plus d'une heure par mois) et en utilisateurs à basse fréquence (LFU; c'est-à-dire moins d'une heure par mois) sur la base des critères utilisés dans une étude antérieure (Ponts, 2008a).

Éthique

Cette étude a été approuvée par l'Institutional Review Board de l'Université de Houston-Clear Lake. En raison de la nature personnelle des questions de l’étude, la signature du consentement a été levée pour préserver l’anonymat et les participants ont été priés de cocher une case indiquant leur consentement. Après avoir consenti à participer, les participants ont rempli le questionnaire.

Resultats

Données démographiques et utilisation de SEM

Genre

Les hommes étaient significativement plus susceptibles d'utiliser le SEM dans leurs relations (80%) par rapport aux femmes (59%) [2 (1) = 17.25, p <.001]. En regardant les trois différents types d'utilisateurs SEM, il y avait des différences selon le sexe [χ2 (2) = 20.99, p <.001]. Les hommes étaient beaucoup plus susceptibles d'être des utilisateurs individuels (p = .008) et beaucoup moins susceptible d'être un non-utilisateur (p = .002).

Statut de la relation

En regardant les trois types différents de groupes SEM, il n'y avait aucune différence significative entre ceux qui sont mariés et ceux qui ne sont pas mariés [2 (2) = .957, p = 620].

Effets de l'utilisation du SEM sur les variables de satisfaction et de relation

Dans l’ensemble, il y avait un certain nombre de différences significatives entre les variables relationnelles selon l’utilisation de SEM, et le tableau 2 met en évidence les différences dans les variables relationnelles (satisfaction relationnelle et CIP) en fonction du sexe et du type d'utilisation du SEM. En outre, les utilisateurs individuels avaient des scores plus faibles liés à la satisfaction de la relation, à l’intimité et à l’engagement par rapport aux non-utilisateurs. En outre, les utilisateurs individuels ont signalé des scores d'intimité et d'engagement significativement plus faibles que ceux liés à l'utilisation partagée. Il y avait une tendance de différences significatives entre les sexes pour la satisfaction sexuelle, F(1, 230) = 3.36, p = 068, les hommes indiquant des niveaux de satisfaction inférieurs à ceux des femmes.                      

 

  

Tableau

Tableau 2. Moyennes et comparaisons des variables dépendantes par sexe et type d'utilisation de SEM en relation

                       

 


  

 

Tableau 2. Moyennes et comparaisons des variables dépendantes par sexe et type d'utilisation de SEM en relation

 Satisfaction relationnelleSatisfaction sexuelleIntimitéPassionEngagement
 MédianF et p VALORISONSMédianF et p VALORISONSMédianF et p VALORISONSMédianF et p VALORISONSMédianF et p VALORISONS
Genre          
 Les mâles25.14F(1, 252) = 1.06, p = .30524.34F(1, 230) = 3.36, p = 068 *5.94F(1, 252) = 0.19, p = .6615.67F(1, 252) = 0.46, p = .4995.61F(1, 252) = 0.41, p = .551
 Femmes24.31 20.38 6.02 5.79 5.53 
SEM utilisation
 Utilisateur individuel23.24F(2, 252) = 3.69, p = 026 **23.29F(2, 230) = 0.21, p = .8125.54F(2, 252) = 7.95, p ≤ 001 ***5.50F(2, 252) = 1.67, p = .1915.29F(2, 252) = 5.30, p = 006 **
 Utilisateur partagé25.39 22.05 6.14 5.87 5.69 
 Non utilisateur25.55 21.74 6.23 5.81 5.74 
Interaction F(2, 252) = 0.01, p = .992 F(2, 230) = 0.03, p = .973 F(2, 252) = 0.64, p = .531 F(2, 252) = 0.96, p = .386 F(2, 252) = 0.41, p = .666

*p = .10, **p = 05, ***p = 001.

Effets perçus de l'utilisation de SEM

Étant donné que ce questionnaire évalue les effets globalement positifs et négatifs de la consommation de pornographie, tel qu'il se perçoit soi-même, il n'a été présenté qu'aux utilisateurs individuels et aux utilisateurs partagés.

Effets positifs du PCES

Un indépendant t-le test du score PED PCES n'a révélé aucune différence significative entre les utilisateurs individuels et les utilisateurs partagés, t(70) = −0.063, p > .05. De plus, aucune des sous-échelles du PED n'a révélé de différences significatives entre les trois groupes.

PCES effets négatifs

De même, un indépendant tle test du score PCES NED n’a pas révélé de différences significatives entre les groupes, t(70) = −0.194, p > .05. Sur l'une des sous-échelles NED, LG, un indépendant tLa comparaison entre les tests a révélé des perceptions négatives nettement plus grandes de la part des utilisateurs individuels (M = 1.68) que les utilisateurs partagés [M = 1.96; t(138) = −2.10, p = 036].

Effets de la fréquence d'utilisation du matériel sexuel explicite

Dans l’ensemble, les moyennes et les écarts types sont présentés dans le tableau. 3, et ces descriptifs ont ensuite été ventilés par niveau d’utilisation (HFU par rapport à LFU).   

                       

 

  

Tableau

Tableau 3. Moyennes, écarts types et intervalles de confiance (95%) par deux groupes pour chaque variable dépendante

                       

 

 

 

Tableau 3. Moyennes, écarts types et intervalles de confiance (95%) par deux groupes pour chaque variable dépendante

 Utilisateur basse fréquenceUtilisateur haute fréquence
Gamme de n75-8465-92
Homme (%)32.134.8
Satisfaction relationnelle25.18 (5.72) ** (24.01 – 26.51)23.28 (5.47) (22.78 – 25.02)
Satisfaction sexuelle21.06 (12.91) (18.45 – 23.95)23.37 (14.08) (11.90 – 16.06)
IPC
Intimité6.08 (0.99) ** (5.85 – 6.28)5.57 (1.43) (5.47 – 6.03)
Passion5.87 (1.12) * (5.62 – 6.10)5.52 (1.35) (5.37 – 5.94)
Engagement6.20 (1.31) * (5.41 – 5.78)5.88 (1.46) (5.20 – 5.59)
PCES
PED13.70 (6.33) * (12.27 – 15.16)15.74 (5.98) (14.26 – 17.29)
 SL2.96 (1.47) ** (2.63 – 3.33)3.45 (1.37) (3.11 – 3.80)
 LG2.24 (1.30) (1.96 – 2.55) *2.65 (1.31) (2.33 – 2.98)
 PATOG1.75 (1.13) (1.49 – 2.00)1.87 (1.25) (1.56 – 2.18)
 ATS2.90 (1.42) * (2.66 – 3.32)3.45 (1.36) (3.11 – 3.80)
 SK3.75 (1.73) (3.38 – 4.14) **4.33 (1.52) (3.97 – 4.71)
NED7.94 (3.35) * (7.22 – 8.71)8.90 (2.75) (8.22 – 9.59)
 SL2.04 (0.89) ** (1.85 – 2.24)2.43 (0.90) (2.20 – 2.64)
 LG1.72 (0.77) * (1.55 – 1.90)1.95 (0.78) (1.76 – 2.15)
 PATOG2.46 (1.18) (2.21 – 2.72)2.72 (1.04) (1.6 – 2.18)
 ATS1.73 (0.91) (1.5 – 1.94)1.81 (0.66) (1.65 – 1.97)

NotesL’écran à tuiles n pour chaque groupe variait parmi les variables dépendantes en raison du décrochage, des données manquantes et du fait que l'individu soit sexuellement actif ou non. PED = dimension de l'effet positif, NED = dimension de l'effet négatif, SL = la vie sexuelle, LG = la vie en général, PATOG = la perception des attitudes envers le genre opposé, ATS = les attitudes à l'égard du sexe et SK = la connaissance sexuelle.

*p = .10, **p = 05.

Mesures de satisfaction et IPC

En général, le LFU a rapporté de meilleurs résultats que les HFU. LFU avait des scores plus élevés de satisfaction relationnelle [t(174) = 2.13, p = 035] et des scores d'intimité plus élevés [t(174) = 2.76, p = .006] que HFU. Il n'y avait aucune différence pour la satisfaction sexuelle, la passion et l'engagement selon la fréquence d'utilisation du SEM.

Effets perçus de l'utilisation de SEM

Globalement, HFU (M = 15.74) ont rapporté des effets perçus positifs plus importants que le LFU [M = 13.70; t(138) = −1.95, p = 053]. Il y avait des différences significatives et légèrement significatives sur les sous-échelles positives suivantes: SL [HFU M = 3.45; LFU M = 2.96; t(138) = −2.02, p = 045], ATS [HFU M = 3.45; LFU M = 2.99; t(138) = −1.95, p = 053] et SK [HFU M = 4.33; LFU M = 3.75; t(138) = −2.08, p = 040]. Il n'y avait aucune différence significative sur les autres sous-échelles.

Il n'y avait pas de différences significatives pour les PCES NED sur la fréquence d'utilisation du SEM; Cependant, il y avait des différences significatives sur la sous-échelle SL où les HFU (M = 2.43) ont signalé des effets négatifs plus importants que le LFU [M = 2.04; t(138) = −2.57, p = 011]. Il n'y avait aucune différence significative sur les autres sous-échelles.

Discussion

Cette étude a examiné comment l'utilisation du SEM dans les couples était liée à la relation et à la satisfaction sexuelle, aux conséquences perçues de l'utilisation et aux constructions relationnelles (p. Ex., IPC). Dans l'ensemble, l'utilisation du SEM était liée à la satisfaction relationnelle, mais non liée à la satisfaction sexuelle. Plus précisément, les couples, où personne n'a utilisé, ont déclaré plus de satisfaction relationnelle que les couples qui avaient des utilisateurs individuels. Ceci est cohérent avec la recherche précédente (Cooper et coll., 1999; Manning, 2006), démontrant que l’utilisation solitaire de SEM entraîne des conséquences négatives. Ainsi, il se peut que les couples souffrent réellement lorsqu'un ou les deux individus utilisent le SEM. Cependant, étant donné que les couples qui ont partagé l’utilisation de SEM ne diffèrent pas des non-utilisateurs ou des utilisateurs individuels, il est préférable que les couples s’abstiennent d’utiliser SEM, et s’ils souhaitent au moins utiliser SEM, ils devraient au moins l’utiliser. en couple, au lieu de individuellement.

En résumé, les structures de relation telles que IPC varient en fonction de l'utilisation de SEM dans la relation. Les effets de genre demeurant constants, les utilisateurs individuels ont signalé beaucoup moins d'intimité et d'engagement dans leurs relations que les non-utilisateurs et les utilisateurs partagés. Cela suggère que la réduction de l'intimité et de l'engagement avec la présence de l'utilisation solitaire de SEM dans une relation peut être annulée si les deux partenaires utilisent SEM. Les données impliquent que les relations dans lesquelles les deux partenaires ont utilisé le SEM ou lorsque les deux partenaires se sont abstenus de le faire avaient des niveaux similaires d'intimité, d'engagement et de satisfaction relationnelle. Une association entre les structures relationnelles (telles que l'intimité et l'engagement) pourrait être liée à la manière dont l'utilisation du SEM est introduite dans la relation. Par exemple, ceux qui ont un niveau d'intimité ou d'engagement plus faible peuvent choisir de regarder le SEM individuellement, alors que ceux ayant un niveau plus élevé peuvent choisir de s'abstenir ou de regarder le SEM ensemble. Une autre explication est que l'utilisation répétée du SEM peut modifier les intérêts sexuels d'un individu et augmenter son désir de stimulus sexuellement nouveau. Plus spécifiquement, utiliser le même SEM répété peut ne pas être aussi souhaitable ou nouveau.

Dans l'ensemble, la fréquence à laquelle une personne consulte le SEM peut avoir un impact sur les conséquences pour les utilisateurs. Notre étude a révélé que HFU est plus susceptible d’avoir une plus faible satisfaction et moins d’intimité dans leurs relations amoureuses. Cependant, HFU a signalé plus d'effets positifs perçus liés à l'utilisation, dans plusieurs domaines, que LFU, alors qu'ils ont également signalé moins de conséquences négatives perçues. Cela peut suggérer que ceux qui utilisent le SEM plus fréquemment investissent beaucoup dans leur utilisation. Indépendamment du fait que HFU se traduise par une diminution de l'intimité ou de la satisfaction de la relation, ou que ces dernières variables entraînent une utilisation accrue du SEM, l'investissement dans l'utilisation du SEM semble nuire à leur relation amoureuse. De plus, peut-être en raison de cet investissement, les utilisateurs peuvent avoir un biais de mémoire sélectif positif de leur utilisation.

Cette étude comprenait un certain nombre de points forts. Premièrement, il s'agissait d'un échantillon mixte d'étudiants et de participants issus de la communauté. Le fait que la majorité de notre échantillon (65%) provienne de participants à la communauté augmente la généralisabilité. Deuxièmement, ce fut l'une des premières études à examiner plusieurs variables parmi plusieurs types d'utilisation de SEM par les couples, ce qui améliore notre compréhension des effets de l'utilisation de SEM par les couples. Cependant, l'interprétation des résultats de notre étude comportait un certain nombre de limitations. Cette enquête a été collectée en ligne et les sujets abordés dans cette enquête sont de nature sensible; ainsi, il existe un potentiel de biais d'auto-sélection. En outre, peut-être qu'une taille d'échantillon plus grande associée à une puissance plus grande permettrait de mieux éclairer l'une quelconque des différences existantes suggérées. Enfin, nous n’avons été en mesure d’évaluer l’utilisation par SEM d’une seule personne au sein de la relation dyadique. Il peut y avoir des variables de confusion dans notre échantillon, telles que le fait que le partenaire consulte inconsciemment SEM.

Des études futures pourraient évaluer l'utilisation des deux partenaires par SEM pour fournir plus d'informations sur les variables d'intérêt. Étant donné que l'utilisation de SEM implique souvent de la duperie, les futures études devraient évaluer les deux partenaires de la relation afin d'obtenir les effets de l'utilisation de SEM sur les relations amoureuses, lorsque l'utilisation de ce partenaire est secrète. De plus, étant donné l'absence de composante expérimentale, la directionnalité de l'effet n'a pas pu être déterminée. De plus, il peut y avoir des médiateurs et modérateurs potentiels liés à l'utilisation, et ceux-ci doivent encore être explorés. Les futures études avec une conception longitudinale pourraient évaluer ces variables à plusieurs reprises, ce qui serait important pour améliorer notre compréhension de l'utilisation de la SEM dans les relations amoureuses. Comprendre les variables spécifiques qui déterminent les résultats positifs et négatifs pour les couples et explorer la directionnalité de l'utilisation du SEM et les variables relationnelles seront les prochaines étapes importantes.

Contribution des auteurs

Tous les auteurs ont participé à toutes les parties de cette étude. Ce manuscrit est le produit final de la thèse de JM. Ainsi, elle a été impliquée dans tous les aspects de l’étude, notamment la formulation des idées, la conception de l’étude, la collecte et l’analyse de données et le développement de manuscrits. CTW et MBS ont supervisé et encadré JM dans tous les aspects de ce manuscrit. En outre, ils ont tous deux contribué au développement et à l'édition du manuscrit final. Tous les auteurs ont approuvé le manuscrit final.

Conflit d'intérêt

Aucun des auteurs ne doit divulguer de conflit d'intérêts réel ou potentiel. Il n'y a pas de conflit d'intérêts réel ou potentiel.

Références

 Allen, M., D'Alessio, D. et Brezgel, K. (1995). Une méta-analyse résumant les effets de la pornographie: II. Agressivité après exposition. Human Communication Research, 22 (2), 258-283. doi: 10.1111 / j.1468-2958.1995.tb00368.x CrossRef
 Benjamin, O. et Tlusten, D. (2010). Intimité et / ou dégradation: Images hétérosexuelles d'unité et acceptation de la pornographie par les femmes Sexualités, 13 (5), 599–623. doi: 10.1177 / 1363460710376492 CrossRef
 Bergner, R. et Bridges, A. (2002). L'importance d'une forte implication dans la pornographie pour les partenaires romantiques: recherche et implications cliniques. Journal of Sex & Marital Therapy, 28 (3), 193–206. doi: 10.1080 / 009262302760328235 CrossRef, Medline
 Ponts, A. (2008a). Utilisation de matériel sexuellement explicite par les couples romantiques et les partenaires: Le rôle médiateur des cognitions pour la satisfaction dyadique et sexuelle. Dissertation Abstracts International, 69, 666.
 Ponts, A. (2008b, novembre). Conséquences diadiques de l'utilisation non addictive de médias sexuellement explicites. Présentation orale présentée à l'Association pour les thérapies comportementales et cognitives, Orlando, FL.
 Bridges, A. et Morokoff, P. (2010). Utilisation des médias sexuels et satisfaction relationnelle chez les couples hétérosexuels. Relations personnelles, 18, 562–585. doi: 10.1111 / j.1475-6811.2010.01328.x CrossRef
 Carnes, P. J. (1992). Sortir de l'ombre. Centre-ville, MN: Hazelden.
 Cooper, A. (1998). Sexualité et Internet: surfer dans le nouveau millénaire. CyberPsychologie et comportement, 1 (2), 187–193. doi: 10.1089 / cpb.1998.1.187 CrossRef
 Cooper, A., Putnam, D., Planchon, L., et Boies, S. (1999). Compulsivité sexuelle en ligne: s'emmêler dans le net. Sexual Addiction & Compulsivity, 6 (2), 79–104. doi: 10.1080 / 10720169908400182 CrossRef
 Deloy, J. (2007). Caractéristiques de la satisfaction dans les relations et du comportement sexuel en fonction de l’utilisation de la pornographie chez les collégiens. Dissertation Abstracts International, 68, 2643. (N ° UMI AAI3258500)
 Donnerstein, E., Donnerstein, M. et Evans, R. (1975). Stimuli érotiques et agressivité: Facilitation de l'inhibition. Journal de la personnalité et de la psychologie sociale, 32, 237–244. doi: 10.1037 / 0022-3514.32.2.237 CrossRef, Medline
 Drake, R. (1994). Risques potentiels pour la santé liés à la consommation de pornographie, tels que les perçoivent les infirmières psychiatriques. Archives des soins infirmiers psychiatriques, 8 (2), 101 – 106. Paramètres: 10.1016 / 0883-9417 (94) 90040-X CrossRef, Medline
 Hald, G. M. et Malamuth, N. M. (2008). Effets auto-perçus de la consommation de pornographie. Archive du comportement sexuel, 37 (4), 614–625. doi: 10.1007 / s10508-007-9212-1 CrossRef, Medline
 Hudson, W., Harrison, D. et Crosscup, P. (1981). Une échelle abrégée pour mesurer la discorde sexuelle dans les relations dyadiques. Journal of Sex Research, 17 (2), 157–174. doi: 10.1080 / 00224498109551110 CrossRef
 Hunsley, M., Best, M., Lefebvre, D., et Vito, J. (2001). La forme abrégée en sept éléments de l'échelle d'ajustement dyadique: preuves supplémentaires de la validité du concept. American Journal of Family Therapy, 29 (4), 325-335. doi: 10.1080 / 01926180126501 CrossRef
 Lemieux, R. et Hale, J. L. (2000). Intimité, passion et engagement chez les personnes mariées: test supplémentaire de la théorie triangulaire de l'amour. Rapports psychologiques, 87 (3, Pt. 1), 941–948. doi: 10.2466 / PR0.87.7.941-948 CrossRef, Medline
 Manning, J. (2006). Les effets de la pornographie sur le mariage: faire face aux comportements sexuellement addictifs et compulsifs d'un conjoint. Dans A. Scott Loveless et Thomas B. Holman (Eds.), La famille dans le nouveau millénaire: les voix du monde soutenant le clan «naturel» (pp. 374–384) Westport, CT: Praeger Publishers / Greenwood Publishing Group.
 Oddone-Paolucci, E., Genuis, M. et Violato, C. (2000). Une méta-analyse de la recherche publiée sur les effets de la pornographie. Dans Violato, C., Oddone-Paolucci, E., & Genuis, M. (Eds.), The Changing family and child development (pp. 48-59). Aldershot, Angleterre: Ashgate Publishing Ltd.
 Ropelato, J. (2010). Top statistiques 10 sur la pornographie Internet. Top critiques 10. Récupéré de http://internet-filter-review.toptenreviews.com/internet-pornography-statistics.html
 Schneider, J. P. (2000a). Une étude qualitative des participants au cybersexe: différences entre les sexes, problèmes de récupération et implications pour les thérapeutes. Sexual Addiction & Compulsivity, 7 (4), 249-278. doi: 10.1080 / 10720160008400206 CrossRef
 Schneider, J. P. (2000b). Effets de la dépendance au cybersexe sur la famille: résultats d'une enquête. Sexual Addiction & Compulsivity, 7 (1), 31–58. doi: 10.1080 / 10720160008403700 CrossRef
 Sternberg, R. (1986). Une théorie triangulaire de l'amour. Examen psychologique, 93 (2), 119 – 135. doi: 10.1037 / 0033-295X.93.2.119 CrossRef
 Wildmon-White, M. et Young, J. (2002). Caractéristiques de la famille d'origine chez les femmes mariées à des hommes sexuellement dépendants. Sexual Addiction & Compulsivity, 9 (4), 263-273. doi: 10.1080 / 10720160216042 CrossRef
 Yucel, D. et Gassanov, M. A. (2010). Explorer les corrélats entre acteurs et partenaires de la satisfaction sexuelle chez les couples mariés. Social Science Research, 39 (5), 725–738. doi: 10.1016 / j.ssresearch.2009.09.002 CrossRef
 Zillmann, D. et Bryant, J. (1984). Effets d'une exposition massive à la pornographie. Dans Malamuth, N. M. et Donnerstein, E. (Eds.), Pornographie et agression sexuelle (pp. 115-138). New York, NY: Presse académique. CrossRef
 Zillmann, D. et Bryant, J. (1988). L'impact de la pornographie sur la satisfaction sexuelle. Journal of Applied Social Psychology, 18, 438–453. doi: 10.1111 / j.1559-1816.1988.tb00027.x CrossRef